Sign in to follow this  
Kiriyama

Les énormités et clichés du cinéma et séries télévisées

Recommended Posts

Il me plait bien ce topic ! =)

 

Mais moi, c'est toujours les combats au corps à corps qui m'impressionnent .

Surtout lorsqu'une femme de 50 kilos fout à terre 5 ou 6 mecs ou même une quinzaine tel qu'on peut le voir dans les vieux films de Hong Kong . :lol:

Edited by Claudio Lopez

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les cages d'ascenseur sont aussi un classique.

 

Niveau corps-à-corps je suis aussi sceptique devant les craquages de nuque que l'on voit souvent.

 

ça ne se fait pas en un tour de main c'est sur. Après c'est pas la zone la plus résistante du corps humain et on peut vite d'y chopper un tassement ou une élongation assez douloureuse et pas glop à court terme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça ne se fait pas en un tour de main c'est sur. Après c'est pas la zone la plus résistante du corps humain et on peut vite d'y chopper un tassement ou une élongation assez douloureuse et pas glop à court terme.

 

 

Oui, enfin entre un torticolis ou un tassement cervical d'un côté, et la nuque qui pète de l'autre, y'a quand même plus que quelques degrés dans la puissance offensive nécessaire; et les muscles du cou et des épaules peuvent poser plus qu'un problème. Le "necksnap" qu'on voit si souvent à la télé ou au cinoche est quand même une invention délirante: apparemment, tu peux le faire à une main, juste en tenant le visage, et il suffit d'un petit coup sec sur le côté.

C'est pareil pour la décapitation au final: on peut la faire avec une rapière ou n'importe quelle arme, quel que soit son gabarit, dans n'importe quelle position, et toujours d'un seul coup....

Y'a pas à dire, la tête est une chose bien fragile.... Et elle est pas solidement accrochée: le cou est fait de sucre.

 

 

Pour ceux qui veulent s'amuser, vous pouvez voir sur la Discovery Channel ou sur Youtube l'émission Mythbusters, qui revient régulièrement s'acharner sur des clichés de cinéma. Ces bricoleurs prennent les légendes urbaines, clichés et certitudes "établies" en tous genres, plus quelques mythes originaux, et leur font passer l'épreuve du test pratique: ils ont démontré par exemple qu'on peut faire une méga explosion avec de la thermite et de la glace, ou montré ce qui arrive réellement quand on balance des munitions dans un feu de camp: et ILS SONT PAYES POUR CA, ces cons.

Dans une émission spéciale cinéma, ils se sont attaqués (entre autres) à un autre mythe qu'on a oublié ici: le coup de feu dans la serrure pour ouvrir une porte. Résultat, sur des serrures commerciales de plusieurs niveaux de qualité comme sur des cadenas, les flingues n'ont que des effets cosmétiques (et la clé tourne encore dans le machin après), même un 357. Il a fallu y aller au fusil à pompe et au M1-Garrand pour faire sauter le machin.... En tenant compte aussi du fait que c'est une mauvaise méthode, avec la quasi certitude de se prendre éclats ou ricochets.

Entre mille autres choses, ils ont démonté la scène d'évasion de cercueil d'Uma Thurman dans Kill Bill (même un poids lourd ne pourrait crever le couvercle, et de toute façon, l'asphyxie arrive avant même que la terre au-dessus -infranchissable- ne remplisse le cercueil), anéanti 90% des scènes de saut en voiture (au prix de beaucoup de voitures), ou encore tué un classique des chutes depuis le toit d'un immeuble: non, des séries de cordes à linge ou de stores n'aideront pas des masses (exit la scène d'Indiana Jones II, au travers de plusieurs stores). D'autres mythes sont en revanche confirmés, et c'est parfois surprenant.Vient de les voir essayer de trouver la parade à une caméra thermique: les trucs vus au cinoche (dont la méthode Schwartzy dans Predator) se sont tous faits défoncer.

Edited by Tancrède

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Pour ceux qui veulent s'amuser, vous pouvez voir sur la Discovery Channel ou sur Youtube l'émission Mythbusters, qui revient régulièrement s'acharner sur des clichés de cinéma. Ces bricoleurs prennent les légendes urbaines, clichés et certitudes "établies" en tous genres, plus quelques mythes originaux, et leur font passer l'épreuve du test pratique: ils ont démontré par exemple qu'on peut faire une méga explosion avec de la thermite et de la glace, ou montré ce qui arrive réellement quand on balance des munitions dans un feu de camp: et ILS SONT PAYES POUR CA, ces cons.

Dans une émission spéciale cinéma, ils se sont attaqués (entre autres) à un autre mythe qu'on a oublié ici: le coup de feu dans la serrure pour ouvrir une porte. Résultat, sur des serrures commerciales de plusieurs niveaux de qualité comme sur des cadenas, les flingues n'ont que des effets cosmétiques (et la clé tourne encore dans le machin après), même un 357. Il a fallu y aller au fusil à pompe et au M1-Garrand pour faire sauter le machin.... En tenant compte aussi du fait que c'est une mauvaise méthode, avec la quasi certitude de se prendre éclats ou ricochets.

Entre mille autres choses, ils ont démonté la scène d'évasion de cercueil d'Uma Thurman dans Kill Bill (même un poids lourd ne pourrait crever le couvercle, et de toute façon, l'asphyxie arrive avant même que la terre au-dessus -infranchissable- ne remplisse le cercueil), anéanti 90% des scènes de saut en voiture (au prix de beaucoup de voitures), ou encore tué un classique des chutes depuis le toit d'un immeuble: non, des séries de cordes à linge ou de stores n'aideront pas des masses (exit la scène d'Indiana Jones II, au travers de plusieurs stores). D'autres mythes sont en revanche confirmés, et c'est parfois surprenant.Vient de les voir essayer de trouver la parade à une caméra thermique: les trucs vus au cinoche (dont la méthode Schwartzy dans Predator) se sont tous faits défoncer.

 

Il y a pas à dire, ces gens s'amusent bien ! 

 

- Ils ont aussi démonté le mythe tenace de la voiture qui bascule à moitié dans le vide et qui ne tient que par son point d'équilibre. Et là, hop un oiseau (sorti d'on ne sait où) se pose comme par hasard sur le capot de la voiture et fait basculer le tout. Après teste "scientifique", il s'avère qu'il faudrait plus de 150 kg d'"oiseaux" pour faire basculer une limousine qui a pourtant un centre de gravité plus loin. 

- Le mythe de l'arme entre les mains du top model incapable de faire ses lacets qui tombent des les escaliers et tire sur tous les "méchants" a aussi été démonté. Impossible de faire tirer une arme en la laissant tomber dans les escalier même en trafiquant le mécanisme pour le rendre plus sensible. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a pas à dire, ces gens s'amusent bien ! 

 

- Le mythe de l'arme entre les mains du top model incapable de faire ses lacets qui tombent des les escaliers et tire sur tous les "méchants" a aussi été démonté. Impossible de faire tirer une arme en la laissant tomber dans les escalier même en trafiquant le mécanisme pour le rendre plus sensible. 

Ha oui, ca me rappelle la scène finale de "La Totale" avec Miou Miou qui perd le contrôle de sa machine-gun et qui tombe et qui bien sur arrose tout les méchants.

Mais bon comme c'est une comédie . ca passe . =)

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'ailleurs et c'est aussi un grand classique, les hommes de mains meurent tous d'une seule balle, quel que soit l'endroit du corps où ils sont touchés.

Il n'y a presque jamais de blessés (sauf le chef qu'il faut achever avec au moins deux ou trois chargeurs)  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils meurent d'une seule balle ou alors dans un combat corps à corps, ils sont toujours assommés d'un seul coup de poing ou d'un seul coup de pied. :happy:

 

Quoique il y a en a qui faisait un effort à ce jeu là, c'et Steven Seagal .

Tout les hommes de mains qu'ils tuaient à main nues, on voyait tout de suite que les gus n'allaient pas se relever car parfois il faisait des trucs gore le Steven ! :-X

Edited by Claudio Lopez

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'autre aspect des hommes de mains et adversaires en général en combat à mains nues: la passivité. Ils ne parent pas ou n'évitent pas les coups, et sont essentiellement des opposants extrêmement coopératifs, présentant leur gueule (ou autres parties) aux meilleurs angles possibles pour les coups des personnages principaux, rendent peu ou pas de coups (ou juste un ou deux mouvements pour la forme), et ceux qu'ils donnent sont sans grande conviction et sans rapport avec leur taille/poids, et/ou aisément parés sans aucun effet (cas type: une nana part le coup d'un grand gabarit avec son avant-bras/brindille sans même accuser de recul). Décidément, l'homme de main est une espèce étrange.... Mais il est TOUJOURS passé par une unité de FS dont on se demande de quoi elle est faite s'ils l'ont accepté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Mais il est TOUJOURS passé par une unité de FS dont on se demande de quoi elle est faite s'ils l'ont accepté.

 

C'était peut-être lors d'un stage d'intégration pour les personnes lourdement handicapées moteur et mental.

 

 

Une autre chose que j'ai remarquée : les flics infiltrés sous couverture depuis des mois voire des années dans une organisation et dont ils ont gagné la confiance du grand patron. A noter que la famille dudit policier n'est généralement pas au courant de ce que fait le mari/père et s'imagine toujours qu'il les a laissé tomber... et donc le déteste.

 

Ce qui n'empêche pas le policier infiltré de régulièrement se pointer au commissariat faire son rapport vu que la super organisation criminelle qui lui a donné des responsabilités ne le surveille même pas un peu.

 

Encore une chose : les tympans des personnages sont indestructibles malgré les explosions assourdissantes qui ont lieu à deux pas du héros : voitures, immeubles, hélicoptères...

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Autre chose "terrible" et naze à la fois tant elle est éculée : l'effet de surprise quand on introduit un personnage féminin hyper-balaise. Au début on en parle (sans préciser que c'est une femme, juste en donnant son nom de famille) et en détaillant son palmarès de folie (passage dans les F.S., parle dix langues, a connu le combat plus de fois que tout un peloton de SEAL...). Là les hommes font "Ouah, trop balèze le type !" et là pouf ! le perso se pointe et c'est une bonne femme bien roulée. Surprise !

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'autre aspect des hommes de mains et adversaires en général en combat à mains nues: la passivité. Ils ne parent pas ou n'évitent pas les coups, et sont essentiellement des opposants extrêmement coopératifs, présentant leur gueule (ou autres parties) aux meilleurs angles possibles pour les coups des personnages principaux, rendent peu ou pas de coups (ou juste un ou deux mouvements pour la forme), et ceux qu'ils donnent sont sans grande conviction et sans rapport avec leur taille/poids, et/ou aisément parés sans aucun effet (cas type: une nana part le coup d'un grand gabarit avec son avant-bras/brindille sans même accuser de recul). Décidément, l'homme de main est une espèce étrange.... Mais il est TOUJOURS passé par une unité de FS dont on se demande de quoi elle est faite s'ils l'ont accepté.

Odieux Connard en parlait dans sa chronique sur White House Down: les hommes de mains sont des tireurs d'élites ultra pro jusqu'au moment ou le héros rentre en action.

Après ce sont des cibles coopératives.

 

Mythbuster a aussi cassé le mythe de la porte de voiture qui arrête les balles, du "je tire dans le réservoir et boum", du briquet qui arrête une balle. Je crois que le coup de la bible fonctionne mais il faut pas utiliser de fusil d'assaut.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme je l'ai déja dit rien que les bruits des coups des combat corps a corps dans tous les films est exagérés mais si y avait pas tous ses clichés, écrire un scénario surtout pour les scénariste d'Hollywood serait complétement impossible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

les hommes de mains sont des tireurs d'élites ultra pro jusqu'au moment ou le héros rentre en action.

Après ce sont des cibles coopératives.

 

En même temps comment leur en vouloir: ils sont écrasés, intimidés, rendus maladroits par la puissance de sa classe.... Et les homos parmi eux sont tout tremblants (c'est Channing Tatum bordel).

 

mais si y avait pas tous ses clichés, écrire un scénario surtout pour les scénariste d'Hollywood serait complétement impossible.

 

Bien sûr que si, et c'est pourquoi régulièrement arrivent des films et séries, ou plutôt des épisodes et des scènes, des processus, qui cassent ces codes (et qui sont vite copiés pour être à leur tour transformés en codes et recettes par une vaste majorité des productions ultérieures espérant reproduire le même succès et surfant sur la vague de cette nouveauté) et renouvellent un genre, ou plus souvent une petite partie d'un genre. Le point commun de la majorité de ces nouveautés: recoller un peu plus au réel par un ou plusieurs aspects, et si possible dans un "style" visuel ou narratif (des angles de caméras au type de scène ou de combat, en passant par les ressorts d'intrigues ou les approches générales de résolution d'une intrigue, ou son déroulement) innovant, parce que plus on s'approche du réel (sans y coller: dans la plupart des cas, le réel pur et dur quand il est filmé ne ressemble à rien du tout à l'écran), plus on rend la chose "crédible" pour l'inconscient, donc proche/possible, donc permettant l'identification.... L'effet général ressenti consciemment et une plus forte immersion et la sensation d'être (plus) pris aux tripes; par un combat, une scène d'action, le mouvement de caméra, les angles choisis, l'enchaînement des images, le déroulement d'une scène, une narration générale ou un "twist" d'intrigue en particulier, un type de personnage, un "point de vue" sur un univers/le monde (on a par exemple depuis longtemps été dans "les services secrets", mais la façon qu'on a de les voir a beaucoup évolué, la façon de les décrire quand le film se situe dedans a énormément varié)....

Les "codes" existants ne sont que d'un moment: il suffit, pour ceux qui ont l'âge requis, d'essayer par exemple d'avoir une impression générale donnée par les séries d'action dans les années 80 et celles des 5-6 dernières années (et celles des années 90, et celles des 5-6 années suivant le 11 septembre) sur plusieurs angles: types de personnages, atmosphère générale, "ton" général (moralisant ou anti morale, ou encore plus équivoque, voire neutre), façon de narrer, façon de décrire l'action et de l'intégrer à l'intrigue, type de bagarres, types d'acteurs choisis, codes sociaux mis en valeur ou dénigrés.... Loin des seules apparences et codes éphémères du moment (modes, voitures, technologies, musiques, voire même "arts martiaux" à la mode du moment), les différences y sont sensibles.... Et l'une des premières et plus évidentes façons de le constater, surtout dans les séries américaines, et de voir/percevoir la façon que les séries d'une période ont de se moquer de celles des périodes antérieures et de leurs codes (ou la façon que certains types de séries ont de se moquer d'autres types de séries).

 

 

 

Tiens, un autre cliché qui a un peu toujours existé, mais qui est devenu une sorte de règle non dite récurrente dans quasiment toutes les séries et tous les films d'action/policiers/espionnage/militaire: les "pros" (entendez les flics, soldats, barbouzes et "hommes d'action" -entendez les "vrais hommes".... Et maintenant femmes aussi) sont toujours sur le qui vive, 24h sur 24, 365 jours par an, et de la puberté (voire avant) à la maison de retraite (voire après, vu que revenir des morts, parfois plus d'une fois, est une chose pas si rare dans cet univers). Ils entendent tout ce qui se passe dans leur environnement, guettent toujours l'inévitable intrus qui viendra les chercher chez eux et s'en prendre à leurs proches et eux, ne se laissent jamais surprendre, voient tout et entendent tout, sont toujours prêts à l'action, une arme à portée de main (même si évidemment ils sont tous des armes vivantes).... Et qui n'est pas capable d'être ainsi en permanence n'est même pas digne d'être un humain: y'a pas de vie civile, de congés, de moment où la garde a besoin de se relâcher, la vapeur d'être lâchée. Et le simple soldat ou flic comme la super-hyper barbouze a pour devoir et nature d'être ainsi, c'est le B A BA de ces êtres surnaturels que la production fait pourtant tout pour présenter comme "des gens comme tout le monde", normaux/de base, qui restent simples et ouverts et sont adorés de tous.... Après une telle norme fixée et qu'on retrouve un peu partout dans les séries et films, on s'étonne que pour innover, certains nous sortent des névrotiques complets comme le perso de Claire Danes dans Homeland.

Edited by Tancrède

Share this post


Link to post
Share on other sites

Odieux Connard en parlait dans sa chronique sur White House Down: les hommes de mains sont des tireurs d'élites ultra pro jusqu'au moment ou le héros rentre en action.

Après ce sont des cibles coopératives.

 

Mythbuster a aussi cassé le mythe de la porte de voiture qui arrête les balles, du "je tire dans le réservoir et boum", du briquet qui arrête une balle. Je crois que le coup de la bible fonctionne mais il faut pas utiliser de fusil d'assaut.

AH OUI je m'en souvient de cet épisode ! :happy: ils faisaient aussi le test avec le badge de police (qui arrête la balle)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Tiens, un autre cliché qui a un peu toujours existé, mais qui est devenu une sorte de règle non dite récurrente dans quasiment toutes les séries et tous les films d'action/policiers/espionnage/militaire: les "pros" (entendez les flics, soldats, barbouzes et "hommes d'action" -entendez les "vrais hommes".... Et maintenant femmes aussi) sont toujours sur le qui vive, 24h sur 24, 365 jours par an, et de la puberté (voire avant) à la maison de retraite (voire après, vu que revenir des morts, parfois plus d'une fois, est une chose pas si rare dans cet univers). Ils entendent tout ce qui se passe dans leur environnement, guettent toujours l'inévitable intrus qui viendra les chercher chez eux et s'en prendre à leurs proches et eux, ne se laissent jamais surprendre, voient tout et entendent tout, sont toujours prêts à l'action, une arme à portée de main (même si évidemment ils sont tous des armes vivantes).... Et qui n'est pas capable d'être ainsi en permanence n'est même pas digne d'être un humain: y'a pas de vie civile, de congés, de moment où la garde a besoin de se relâcher, la vapeur d'être lâchée. Et le simple soldat ou flic comme la super-hyper barbouze a pour devoir et nature d'être ainsi, c'est le B A BA de ces êtres surnaturels que la production fait pourtant tout pour présenter comme "des gens comme tout le monde", normaux/de base, qui restent simples et ouverts et sont adorés de tous.... Après une telle norme fixée et qu'on retrouve un peu partout dans les séries et films, on s'étonne que pour innover, certains nous sortent des névrotiques complets comme le perso de Claire Danes dans Homeland.

 

Tu oublie Monk ou Columbo (dans son style)...

 

Sinon il ne faut pas oublier que le héros connait toujours un informateur qui sait tout. Un mec qui lui doit forcément quelque chose et qui peut lui fournir l'information qui mettra le héros sur la trace du gros méchant ou de sa planque secrète...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon pour White House Down en fait c'est une belle crétinerie qui, regardée au 17.000e degré reste sympa. Un peu comme The Rock en son temps.

 

Marrant par contre le Javelin utilisé en missile sol-air !

 

Ce qui est plus chiant c'est les films présentés comme sérieux (le dernier James Bond, le dernier Batman) alors que leur scénarios sont mités de partout.

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut se méfier des femmes, certaines savent se battre :

 

av0ZgGd_460sa.gif

 

 

Sinon pour les hommes de mains je reposte ça ici :

 

How it seems in every action movie

 

tumblr_m199iwPkaj1qdl0wjo1_400.gif

 

:D

 

 

Il me vient en tête une série ou les personnages sont souvent blessés (chutes, balles etc.), "Les 7 Mercenaires" (oui inspiré du film, plus ou ou moins).

Le réalisme n'était pas trop mauvais pour le coup, les héros sont souvent débordés, blessés, ou dans des positions délicates. Franchement j'avais trouvé qu'ils avaient poussé assez loin le fait que les héros de la séries soient des humains comme les autres (et donc le réalisme), juste un peu plus doués et chanceux que les autres, mais bon la chance fruit du hasard donne parfois des choses étranges, du coup ça reste probable.

 

 

Edit :

En fait dés fois on joue le rôle d'homme de main dans nos propres rêves. Oui vous savez ces fameux rêves ou on n'arrive à rien, même avec la meilleur volonté du monde (courir, sauter etc.), c'est ça être un homme de main :lol:

Edited by Drakene

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut se méfier des femmes, certaines savent se battre :

 

av0ZgGd_460sa.gif

 

 

Sinon pour les hommes de mains je reposte ça ici :

 

How it seems in every action movie

 

tumblr_m199iwPkaj1qdl0wjo1_400.gif

 

:D

 

Fou rire du jour ! Merci !!! :happy:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il faut se méfier des femmes, certaines savent se battre

 

Bien sûr, on n'a jamais dit le contraire.

 

Le problème c'est surtout la capacité d'encaissement montrée dans les séries TV et la puissance des coups totalement irréalistes qui est débiles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca, effectivement, plus 3 autres facteurs:

- un spécifique aux femmes à l'écran: existence dans un espace-temps différent. Elles sont plus rapides, toujours précises, et placée dans une "bulle" de réalité différente (où visiblement le temps passe plus vite) permettant d'exister en "god mode".

- un générique aux personnages à l'écran: le double syndrôme "tout leur réussit", ajouté à celui des "adversaires passifs et/ou ultra-coopératifs". Les coups donnés le sont toujours en position et distance optimale et à angle permettant la puissance maximale, tandis que l'adversaire ne part ni n'évite, n'accompagne pas le coup et n'en rend aucun ou presque, voire fait tout pour ne pas gêner les mouvements du perso et leur faciliter la vie en présentant la partie du corps visée le mieux possible. Sympa le gars (oui, c'est toujours un gars).

- ce qui est devenu, environs depuis les années 90, un code ultra-dominant, sinon absolu: les femmes gagnent toujours un combat contre un homme (ou plusieurs, ou plein) à l'écran. C'est désormais une convention (et si ça arrive pas de façon quasi permanente, c'est du sexisme). Ca se voit en séries, en films, et dans d'autres spectacles (démos d'arts martiaux, comme le Gif plus haut, diverses ligues de catch....). Quelques facteurs relativisant existent, liés aux mêmes directives de politiquement correct/attrappe-audiences spécifiques: les noirs ont quelques passe-droits, les vieux et les enfants aussi. La "minorité" qui n'en a presque aucun dans cet univers de fiction télé/ciné, c'est le mâle caucasien :-[ : il ne peut gagner de combat que s'il est super-ultra gentil, pur et parfait et évidemment un héros/perso principal, si le scénar est d'accord, et/ou si son adversaire est un autre mâle caucasien et/ou un très très méchant. C'est compliqué tous ces codes!!!

 

Mais bon, comme l'audience ultra-dominante de ces séries et films est faite de mecs (surtout jeunes pour la part la plus captive/consommatrice) avec une forte dimension de fantasme maternel/wonder woman..... Ca passe tout seul et ça en redemande :happy: .

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'un côté moi j'aime bien la série Nikita mais il faut la regarder au second degré. De même le côté "non-sérieux" est assumé dans le scénario-même : existence d'une cellule ultra-secrète du gouvernement, technologies fantaisistes... Les prestations martiales surréalistes de Nikita passe mieux dans ce contexte-là. On est dans un monde un peu fantaisiste plus ou moins assumé.

 

Là où ça pose problème c'est dans les séries se voulant "sérieuses" comme NCIS par exemple. En fait on ne trouve plus vraiment de personnage un temps soit peu crédible.

 

Sauf peut-être Olivia Benson de New-York : Unité Spéciale.

 

492741-mariska_hargitay_as_det_olivia_be

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, la saison deux de NO LIMIT commence ce soir sur TF1, question énormités et clichés dans une série télévisée, on a la médaille d'or...

 

En même temps c'est une série de Luc Besson... on connait la méthode Besson :

 

http://www.youtube.com/watch?v=GJ1ySirkOAE

Edited by alexandreVBCI

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh! Encore revenu d'un épisode de Mythbuster. On avait totalement oublié ce cliché, qui figure sans doute dans le top ten des codes les plus inconsciemment acceptés et qui est en fait une connerie totale: les impacts de balles qui propulsent un gars en arrière, qu'il ait ou non un gilet pare balle (cad une surface stoppant le projectile qui n'a plus que son énergie à transmettre). Et ils se sont attaqués à ce cliché par deux fois: une première fois dans le fil normal de l'émission, une autre dans une émission spéciale (ils en font régulièrement) lancée suite à des critiques récurrentes de spectateurs persuadés qu'ils ont la solution, que l'expérience n'a pas été menée comme il faut, que quelque chose manquait.... Ils ont donc essayé tout un tas d'armes différentes (armes de poing, fusil à pompe, FA et PM, fusil "classique".... Et même un calibre 12,7) sur des cibles différentes se tenant de plusieurs façons différentes, de la carcasse de porc pendue à un fil au mannequin (copiant les fondamentaux du corps) tenant debout en équilibre. Même le fusil à pompe et le fusil de sniping lourd n'obtiennent rien de plus, à très très courte portée, qu'un recul de moins de 2cm: la cible s'effondre sur elle-même et rien de plus, parfois même pas vers l'arrière.

 

Autre cliché avec armes à feu: le tir dans l'eau ou sous l'eau: films et séries ont tout faux. Tirer dans l'eau n'a quasiment aucun effet, la balle perdant toute force quasiment après l'impact (et plus le calibre et la puissance sont grands, plus cet effet est rapide). Tirer sous l'eau est possible, mais uniquement une fois (le mécanisme d'une arme automatique ne peut plus fonctionner, et le canon d'un revolver est obstrué), et la capacité létale du projectile disparaît, suivant l'arme, entre 40 et 60cm après la sortie du canon.

 

Aaaarrgh, tous les clichés meurent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,488
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,845
    Total Topics
    1,300,757
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries