Sign in to follow this  
rendbo

[2020 les nouveaux films d'action, de guerre, ..]

Recommended Posts

il y a 1 minute, elannion a dit :

Sans compter la fille et le beau fils. . . Cette famille de dingue n'empêche !

. ..

Le genre de famille où quand les gosses rentrent à la maison et montrent leurs notes à leurs parents, c'est derniers froncent les sourcils et rugissent : Quoi ?! Tu as juste eu 22/20 ! C'est lamentable ! File dans ta chambre !! :laugh:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Shorr kan a dit :

Le genre de famille où quand les gosses rentrent à la maison et montrent leurs notes à leurs parents, c'est derniers froncent les sourcils et rugissent : Quoi ?! Tu as juste eu 22/20 ! C'est lamentable ! File dans ta chambre !! :laugh:

Dans ma prépa, ça aurait pu arriver très sérieusement pour les maths. Le prof donnait des DST tellement lourds et difficiles que faire la moitié correctement était considéré comme excellent, d'où le jour étrange où j'ai eu 20/20 et n'ai été que 5ème de la classe. Le premier avait 38/20 et est depuis plusieurs années prof à Berkeley.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Rufus Shinra a dit :

Dans ma prépa, ça aurait pu arriver très sérieusement pour les maths. Le prof donnait des DST tellement lourds et difficiles que faire la moitié correctement était considéré comme excellent, d'où le jour étrange où j'ai eu 20/20 et n'ai été que 5ème de la classe. Le premier avait 38/20 et est depuis plusieurs années prof à Berkeley.

Ca en prépa c'est la base^^ Ne pouvoir faire qu'une partie du sujet. Notre prof de maths nous disait (donc un mec agrégé externe et sorti des ENS...) qu'il n'était même pas sûr de terminer le sujet ENS alors que nous étions en BCPST (donc que deux ans de maths dans les jambes et loin du niveau des MP...)

C'est presque traître d'ailleurs quand on revient dans les filières plus classiques où les partiels sont calibrés pour être finis (normalement) et qu'on a pris l'habitude de ne pas terminer justement :biggrin:

En filière AL (littéraire), nos potes nous racontaient que leur moyenne de classe en histoire était toujours comprise entre 5 et 6. . . En philo leur prof leur avait dit lors du premier cours: moi je mets 16 à Nietsche, 17 à Schopenhauer, 18 à Platon (ou équivalent antique) donc vous attendez pas à de miracles. Un a tapé le 12 ou le 13 ils ont encadré sa copie...:bloblaugh:

Mais bon les nobélisables sont vraiment à une autre échelle. . .Déjà que comprendre les concepts n'est pas à la portée de tout le monde mais alors les trouver. . .

Pour revenir dans le sujet des biopics on peut aussi tomber sur des films qui mettent de côté les "aspérités" dirions nous de certains personnages.

Je pense notamment à american  sniper qu'on a trop lissé. Le personnage était vraiment complexe (comme souvent) et ils ont délibérément mis de côté certains aspects plus tranché du personnage (comme sa vision de croisé) et c'était bien dommage.

Et le pire devant être imitation game où là on a carrément aseptisé Turing

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 hours ago, elannion said:

Sans compter la fille et le beau fils. . . Cette famille de dingue n'empêche !

Mais oui je vais être curieux de voir comment ils vont le traiter même si je penche plus pour une présence très peu marquée. Ils peuvent difficilement le traiter comme une merde vu son excellence scientifique et que de mémoire était très bien considéré humainement (bref c'était pas un connard) donc je pense qu'ils vont lui donner un rôle marginal. . .

Tu crois franchement que ce genre de préoccupation les entraverait d'une quelconque manière? C'est pas comme s'il pouvait y avoir des protestations pro-Pierre Curie, ou un boycott: ce n'est pas une cause politique, et à peu près personne ne connaît rien de cette histoire. Au mieux, une certaine proportion de gens (pas énorme) sait que Marie Curie a découvert le radium, et que ça lui a filé un cancer. Point barre. Ca fait bien longtemps que les scénaristes télé/ciné ont montré à quel point ils se foutent de l'histoire, en partie pour des raisons inévitables (ça reste un spectacle, qui obéit avant tout aux besoins et règles du spectacle), et trop souvent pour des raisons de partialité, voire d'agenda politique. Dans un tel cas, je vois peu de raisons d'accorder beaucoup d'importance ou de considération à M. Curie. Au mieux, il sera un "allié"; dans le vocabulaire woke, ça veut dire un personnage falot, soumis, voire obséquieux, qui approuve tout, et n'a pas franchement grand-chose à offrir sinon son rôle de paillasson et marchepied. Et dans un récit de type biopic, par construction hyper centralisé sur le perso-titre, un tel effet ne peut qu'être amplifié. Donc le simple fait que son nom soit aussi sur le prix Nobel, surtout dans le contexte actuel du divertissement US, et en plus sur HBO (très à gauche), aura des chances d'être présenté, implicitement ou non, comme une imposture, ou une concession forcée aux "codes patriarcaux" de l'époque. J'avoue être curieux de voir ce qu'ils vont oser, parce que ça fait de toute façon longtemps, wokisme ou pas wokisme, que j'ai perdu tout espoir pour le traitement de l'Histoire dans les médias (films, séries et documentaires). Les youtubeurs amateurs font souvent beaucoup mieux. 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Tancrède a dit :

Tu crois franchement que ce genre de préoccupation les entraverait d'une quelconque manière? C'est pas comme s'il pouvait y avoir des protestations pro-Pierre Curie, ou un boycott: ce n'est pas une cause politique, et à peu près personne ne connaît rien de cette histoire. Au mieux, une certaine proportion de gens (pas énorme) sait que Marie Curie a découvert le radium, et que ça lui a filé un cancer. Point barre. Ca fait bien longtemps que les scénaristes télé/ciné ont montré à quel point ils se foutent de l'histoire, en partie pour des raisons inévitables (ça reste un spectacle, qui obéit avant tout aux besoins et règles du spectacle), et trop souvent pour des raisons de partialité, voire d'agenda politique. Dans un tel cas, je vois peu de raisons d'accorder beaucoup d'importance ou de considération à M. Curie. Au mieux, il sera un "allié"; dans le vocabulaire woke, ça veut dire un personnage falot, soumis, voire obséquieux, qui approuve tout, et n'a pas franchement grand-chose à offrir sinon son rôle de paillasson et marchepied. Et dans un récit de type biopic, par construction hyper centralisé sur le perso-titre, un tel effet ne peut qu'être amplifié. Donc le simple fait que son nom soit aussi sur le prix Nobel, surtout dans le contexte actuel du divertissement US, et en plus sur HBO (très à gauche), aura des chances d'être présenté, implicitement ou non, comme une imposture, ou une concession forcée aux "codes patriarcaux" de l'époque. J'avoue être curieux de voir ce qu'ils vont oser, parce que ça fait de toute façon longtemps, wokisme ou pas wokisme, que j'ai perdu tout espoir pour le traitement de l'Histoire dans les médias (films, séries et documentaires). Les youtubeurs amateurs font souvent beaucoup mieux. 

Ce qui est déprimant. Autant qu'il y ait des modifications notamment temporelles pour répondre aux impératifs d'un film, travestir voir mentir totalement sur des figures historiques c'est triste.

Bon on va pas commencer à lyncher le film avant la sortie peut être qu'il y aura une bonne surprise !

Pour les youtubeurs amateurs c'est comme pour tout: A boire et à manger ^^

J'aime bien Herodot,com par exemple, beaucoup moins nota bene( bien qu'ils fassent parfois de bonnes vidéos)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

oh mince :

Citation

Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn) est devenu Harley Quinn : Birds of Prey, dans certains cinémas si l'on en croit les réseaux sociaux. En soum-soum, le distributeur a essayé de relancer les dés de cette production DC qui n'a pas passé la seconde. Les chiffres ne sont pas au beau fixe pour Birds of Prey, et la faute serait imputable à son titre, qui ne permettrait pas d'identifier clairement Margot Robbie et son personnage culte Harley Quinn. Pourtant, elle prend toute la place sur l'affiche américaine et se la joue naissance de Vénus version Botticelli. Peut-être que les Américains ont cru que l'héroïne était la coquille Saint-Jacques.

https://www.ecranlarge.com/films/news/1163452-birds-of-prey-change-discretement-de-titre-apres-le-mauvais-demarrage-au-box-office

 

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, rendbo a dit :

oh mince :

 

Je peux te confirmer qu'ils n'ont pas cru un seul instant que l'héroïne était la coquille Saint-Jacques, car ça aurait pu créer un malentendu leur faisant penser qu'il s'agissait d'une adaptation live de Bob l’Éponge, auquel cas le film aurait eu beaucoup plus de succès.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et personne ici n'a vu le film ?

Edited by Shorr kan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Rufus Shinra a dit :

Je peux te confirmer qu'ils n'ont pas cru un seul instant que l'héroïne était la coquille Saint-Jacques, car ça aurait pu créer un malentendu leur faisant penser qu'il s'agissait d'une adaptation live de Bob l’Éponge, auquel cas le film aurait eu beaucoup plus de succès.


Note IMBd : 6,7 / 10  (28600 votes) 

Notes spectateurs Allociné : 3,2 /5 (1210 votes)
 

Le côté déjanté semble être apprécié, l’absence quasi-complète de scénario un peu moins. Il semble que le studio compte sur la Saint-Valentin pour redonner quelques couleurs à son film.

Encore une fois, ils vont s’apercevoir que faire un film vide* ne tenant que sur 1 seul personnage / acteur ou actrice... ça ne fait pas tout.

 

*peu importe qu’il revendique quelque chose ou rien, d’ailleurs

Edited by TarpTent

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, TarpTent a dit :

Encore une fois, ils vont s’apercevoir que faire un film vide* ne tenant que sur 1 seul personnage / acteur ou actrice... ça ne fait pas tout.

S'ils s'en apercevaient, ils auraient arrêté d'en faire il y a soixante ans ou plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Rufus Shinra a dit :

S'ils s'en apercevaient, ils auraient arrêté d'en faire il y a soixante ans ou plus.


Disons alors en complément que certains courants sont moins porteurs que d’autres, et que le style déjanté surjoué attire généralement moins le public qu’un « bon gros » enchaînement de cascades.
Le fait est qu’on pressent très rapidement le potentiel de « vautrage » d’un film, rien qu’à sa bande annonce. Et c’est régulièrement confirmé ensuite en salle, même s’il y a de belles exceptions (et que l’inverse est aussi vrai, une bonne bande-annonces ne faisant pas tout).
 

Là, je ne sais pas quel public DC essayait absolument de drainer (les gamines de 14 ans et les mecs qui viennent juste pour voir la plastique de Robbie ?), mais visiblement, ce n’est pas suffisant pour rameuter les foules.

Edited by TarpTent
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, TarpTent a dit :

Là, je ne sais pas quel public essayait absolument de drainer DC (les gamines de 14 ans et les mecs qui viennent juste pour voir la plastique de Robbie ?), mais visiblement, ce n’est pas suffisant pour rameuter les foules.

Probablement les fans de Harley Quinn, qui est un personnage ayant eu un succès certain dans l'environnement comics mais qui n'est absolument pas mainstream. Le style déjanté peut fonctionner pour rendre mainstream des personnages obscurs, comme le film "Les gardiens de la galaxie" l'a montré avec brio, mais cela demande une meilleure compréhension de la filmographie, des attentes du public et de la réaliation tout court.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Rufus Shinra a dit :

Probablement les fans de Harley Quinn, qui est un personnage ayant eu un succès certain dans l'environnement comics mais qui n'est absolument pas mainstream. Le style déjanté peut fonctionner pour rendre mainstream des personnages obscurs, comme le film "Les gardiens de la galaxie" l'a montré avec brio, mais cela demande une meilleure compréhension de la filmographie, des attentes du public et de la réaliation tout court.


Il y avait tout à fait moyen de faire un film un peu plus sérieux / un peu moins déjanté - ou avec plus de profondeur, sans pour autant perdre le personnage délirant d’Harley Quinn dans Suicide Quad (prestation que j’ai personnellement beaucoup apprécié, au milieu de ce film très moyen voire terne et bien ridicule par certains aspects).

Il est évident qu’un des points forts du personnage d’Harley, et qui met d’autant plus en valeur son côté extrême, est son passage d’une fille normale, pragmatique, analytique à une folle complète. Sans pour autant que cette histoire tienne tout le film ou en soit même le sujet principal, c’est ce qui donne de la profondeur au personnage, et qui fait que l’on apprécie d’autant plus ses délires à sa suite, et qu’ils en ont encore plus de force.
 

Partir directement sur le personnage du clown, c’est laisser ce côté cette composante émotionnelle pour se rendre directement au cirque. Et bien souvent, les flashbacks ne permettent pas d’obtenir la même intensité.


Quand on regarde l’histoire des comics mis en film, c’est souvent le film de la genèse qui conditionne la suite. Dans les Batman de Nolan (The Dark Knight), il y a systématiquement une évolution de personnage, à l’instar de Double-face dans le second volet, et c’est ça qui fait la portée du film.

 

Les personnages évoluent dans Joker, dans Les Gardiens de la Galaxie, dans la plupart des Marvel (c’est même le coeur du sujet, à chaque fois). Ce n’est pas toujours bien fait, mais cela reste prégnant.
 

Mais bref. A priori, ce « Birds of Prey » ne sera pas considéré comme une des grandes réussites du studio DC...

Edited by TarpTent

Share this post


Link to post
Share on other sites

De l'harlequin, pas du clown. L'harlequin, comme le film le dit apparemment assez bien, ne se définit que par rapport à son maitre. Mais, oui, une origin story bien faite aurait eu le mérite d'être intéressante.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Purée, rien que les images montrées dans l'article montrent que ce film ne ressemble à rien !

Les costumes, la tronche des bonnes femmes... C'est moche et criard ! 

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, TarpTent said:


Note IMBd : 6,7 / 10  (28600 votes) 

Notes spectateurs Allociné : 3,2 /5 (1210 votes)
 

Le côté déjanté semble être apprécié, l’absence quasi-complète de scénario un peu moins. Il semble que le studio compte sur la Saint-Valentin pour redonner quelques couleurs à son film.
 

Ils comptent moins sur la St Valentin que sur "Galentine" (jeu de mots sur "gal" -familier pour "girl"- et "Valentine"): si vous croyiez que la première était un événement artificiel créé par et pour les fleuristes, restaurateurs et chocolatiers, vous n'avez rien vu. Gallantine, c'est la récente évolution du phénomène aux USA: une soirée "rien que pour les filles" entre elles, juste pour leur soutirer le fric dont elles n'auront pas besoin le lendemain, vu que c'est la saleté de patriarchie qui paie la note ce jour-là. Comme ça... Egalité: tout le monde se vide les poches! Après tout, s'il y a suffisamment de cons et de connes sur Terre.... 

Parce que pour la St Valentin, je suis pas sûr que ça réjouisse tant de monde, ce film: malgré l'angle, la majorité du public était masculine (le primo-public des films fondés sur comics), et ce public ne semble pas vraiment s'être rué sur l'événement, ni faire beaucoup de buzz avec (l'essentiel étant porté par les médias, donc des aides-marketing dûment stipendiées par la prod pour faire ça). 

Quote

Encore une fois, ils vont s’apercevoir que faire un film vide* ne tenant que sur 1 seul personnage / acteur ou actrice... ça ne fait pas tout.

On peut, et c'était même une grande recette pendant longtemps, mais de nos jours (internet, explosion du public en niches/tribus, hyperinflation du nombre de stars du coup dévaluées, célébrité "démocratisée" sur beaucoup plus de monde....), c'est devenu un exercice difficile, voire quasi impossible, si l'on vise plus qu'un certain niveau de chiffre d'affaire. Une star de "bon gabarit" peut encore porter un film qui fera dans les 100-200 millions de recette en salle, ça c'est tout à fait possible et on continuera largement à le voir. Pour plus, ça va être chaque jour un peu plus dur. A ce stade, un Tom Cruise qui peut encore porter Mission Impossible par lui-même vers les 700 millions, ça devient une très rare exception parmi les exceptions. Même The Rock, autre rareté, a montré ces dernières années qu'il peine à faire venir du monde seul, par lui-même, sans l'appui d'autres stars (ou du moins de gens ayant un certain niveau d'image) et/ou d'une franchise établie (sans FF ou Jumanji, il est à la peine: il bouge les premiers 100 à 200 millions, mais le reste dépend de beaucoup plus: image de la franchise, scénar/qualités réelles du film, autres acteurs, thèmes, hype d'une sorte ou d'une autre....). L'ère où une grosse star pouvait compenser pour 50 à 70% d'un mauvais film a été bien réelle, mais elle est passée. 

 

4 hours ago, Rufus Shinra said:

Probablement les fans de Harley Quinn, qui est un personnage ayant eu un succès certain dans l'environnement comics mais qui n'est absolument pas mainstream. Le style déjanté peut fonctionner pour rendre mainstream des personnages obscurs, comme le film "Les gardiens de la galaxie" l'a montré avec brio, mais cela demande une meilleure compréhension de la filmographie, des attentes du public et de la réaliation tout court.

 

3 hours ago, TarpTent said:


Il y avait tout à fait moyen de faire un film un peu plus sérieux / un peu moins déjanté - ou avec plus de profondeur, sans pour autant perdre le personnage délirant d’Harley Quinn dans Suicide Quad (prestation que j’ai personnellement beaucoup apprécié, au milieu de ce film très moyen voire terne et bien ridicule par certains aspects).

Il est évident qu’un des points forts du personnage d’Harley, et qui met d’autant plus en valeur son côté extrême, est son passage d’une fille normale, pragmatique, analytique à une folle complète. Sans pour autant que cette histoire tienne tout le film ou en soit même le sujet principal, c’est ce qui donne de la profondeur au personnage, et qui fait que l’on apprécie d’autant plus ses délires à sa suite, et qu’ils en ont encore plus de force.
 

Partir directement sur le personnage du clown, c’est laisser ce côté cette composante émotionnelle pour se rendre directement au cirque. Et bien souvent, les flashbacks ne permettent pas d’obtenir la même intensité.

 

Elle n'a pas eu de développement initial à part quelques scènes flashback dans Suicide Squads, qui était déjà un monument de superficialité quand au capital émotionnel censé être attaché à un perso pour qui on veut un film solo, et le public fan des comics n'est pas énorme comparé à ce qui est nécessaire pour un blockbuster: les ventes mensuelle d'une parution Harley Quinn, quand un comic est en cours de parution, c'est au mieux dans les 40 000 pour le premier numéro, avec chute très importante et rapide ensuite (la qualité chez DC et Marvel n'est plus bonne depuis un bail), et l'essentiel du chiffre est le fait de collectionneurs (qui souvent ne lisent même pas le truc) et d'accros au genre qui achètent tout, pas d'amateurs de ce personnage. Si on y ajoute Batman (dans les 70 à 100 000/mois, avec beaucoup moins de déperdition entre un n°1 et la suite) où elle peut occasionnellement apparaître, et les dessins animés (où elle est apparue initialement), on doit parler de quelques millions de gens qui ont au moins une vague connaissance du perso (et une proportion réduite ont au moins un début de "fandom" pour elle). En immense majorité des hommes, soit dit en passant. Et elle n'est développée comme perso à part entière que depuis peu, et seulement dans les comics et dessins animés. Très appréciée, et devenue un "vrai" perso récemment, elle ne l'est réellement que pour la fandom des comics. 

Au-delà, via Suicide Squads, elle est une icône Cosplay et pas grand chose de plus: c'est important pour le merchandising, surtout auprès des plus jeunes filles, mais c'est assez déconnecté d'un perso psychopathe taré au dernier degré. Ce qui souligne l'un des plus gros problèmes de ce film: pour qui a t-il été fait? Il est noté "R" aux USA, ce qui en exclue les moins de 13 ans (du moins ceux qui ont des parents un tant soit peu responsables) et restreint l'accès des 13-18 qui ne peuvent venir non accompagnés d'un adulte. Oups! Et en plus, là-dessus, ils ont tout fait, féminisme oblige, pour rendre les costumes plus emmerdants afin de lutter contre le "male gaze" si horrifiant, donc diminuant à la fois l'attrait cosplay ET celui des jeunes garçons facilement émoustillables. Si on y rajoute la bonne dose de male-bashing unilatéral, dans le film et plus encore dans le marketing du film, on se demande réellement quel créneau commercial ils favorisent. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Tancrède a dit :

 

Elle n'a pas eu de développement initial à part quelques scènes flashback dans Suicide Squads, qui était déjà un monument de superficialité quand au capital émotionnel censé être attaché à un perso pour qui on veut un film solo, et le public fan des comics n'est pas énorme comparé à ce qui est nécessaire pour un blockbuster: les ventes mensuelle d'une parution Harley Quinn, quand un comic est en cours de parution, c'est au mieux dans les 40 000 pour le premier numéro, avec chute très importante et rapide ensuite (la qualité chez DC et Marvel n'est plus bonne depuis un bail), et l'essentiel du chiffre est le fait de collectionneurs (qui souvent ne lisent même pas le truc) et d'accros au genre qui achètent tout, pas d'amateurs de ce personnage.

 

Je suis d’accord, mais pour autant, DC comme Marvel ont réussi à draîner un vrai public même en-dehors des purs afficionados.

Ça a été le cas avec les Batman de Nolan, le dernier Joker, et Les Gardiens de la Galaxie par exemple, ces derniers ayant ratissé bien plus large que ce que les comics laissaient présager, et ont en soi créé une quasi-franchise.

 

Je pense vraiment qu’Harley Quinn, traitée sérieusement, avait le potentiel pour 2 films sans que ça soit une catastrophe industrielle. Charge ensuite à DC de mettre en musique un vrai crossover par exemple, histoire de capitaliser sur leurs franchises en vogue, mais sans renier sur la qualité d’ensemble.

 

 

Mais bon, vu ce qu’ils ont pondu, ça ne risque plus d’arriver.

Edited by TarpTent

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 minutes ago, TarpTent said:

 

Je suis d’accord, mais pour autant, DC comme Marvel ont réussi à draîner un vrai public même en-dehors des purs afficionados.

Ça a été le cas avec les Batman de Nolan, le dernier Joker, et Les Gardiens de la Galaxie par exemple, ces derniers ayant ratissé bien plus large que ce que les comics laissaient présager, et ont en soi créé une quasi-franchise.

Guardians of the Galaxy? C'est Marvel, ça. Même si le réalisateur sera brièvement un transfuge chez DC pour faire Suicide Squad 2 (si les mauvais résultats de Birds of Prey se confirment, ce film pourrait ne pas se faire vu que Robbie y serait la seule star notable, Will Smith étant out), Guardians, c'est estampillé MCU, où la synergie créée a permis (au moins jusqu'à Endgame et sa conclusion) de créer ce "besoin" de Marvel, cette FOMO faisant croire que si on loupe un film, on loupe un ingrédient essentiel de la plus grande équation. Chez DC, ils n'ont pas réussi à créer ça, et se sont même bananés en essayant de le faire de façon plus anarchique: c'était leur méthode au début: pas d'architecture générale très forte, pour laisser la bride sur le cou à des réalisateur/équipes chargés chacun d'un projet censé avoir ainsi plus d'identité. Ca a merdé, pour tout un tas de raisons diverses (dont les interférences du studio), et ils en sont où ils sont, avec un demi-succès (Man of Steel), deux francs succès "utiles" au plus grand univers" (Aquaman et WW) et deux "surprises" dont ils ne savent pas quoi faire (Suicide Squad et Joker). Tant et si bien qu'il se dit qu'ils sont en mode "soft reboot" pour l'ensemble de l'univers, voire plus, histoire de nier que Justice League et Batman vs Superman soient jamais arrivés. 

L'un des problèmes de ces vastes franchises, c'est qu'on est bien au-delà d'une trilogie, ou d'une petite série de films: c'est en train de devenir un art en soi, le niveau opératif du cinéma, en somme, dont les "règles" sont découvertes au fur et à mesure des productions, sans réel guide étant donné qu'il s'agit encore d'une économie de prototypes, malgré tout le goût de production à la chaîne qu'on commence à sentir depuis un bail dans le MCU. Star Wars avait été la première franchise de ce genre, mais c'était infiniment moins fourni et dense en termes de nombre de productions (rappelons qu'une telle conception d'un "univers" va au-delà des films: il y a aussi des séries, animés, voire comics et jeux vidéos qui tous comptent dans la timeline globale) avant que Disney s'en empare.... Et fasse ce que l'on sait. Kevin Feige à Marvel a essentiellement débroussaillé un tout nouveau truc, à une échelle jamais vue. Peut-être pas reproductible. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour, 

J'ai découvert une curiosité, un film paraguayen, The Last Runway.

Un colonel à la retraite est rappelé pour former une unité spéciale chargée de combattre les cartels de la drogue. 

Il va donc entreprendre de recruter des hommes et femmes de confiance avant d'entreprendre sa croisade.

C'est assez sympa, même si imparfait : le film explore trop de pistes différentes et hésite entre plusieurs genres, quelques clichés également chez les personnages, les scènes d'action sont assez molles...

Mais c'est sympa et se regarde avec plaisir.

200226103854723222.jpg

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vu le dernier Gui Richtie

C'est sympa, ça se laisse bien regarder. Après rien de bien nouveau mais ça fait le job et on sent que Hugh Grant s'éclate comme un petit fou.

Un second degré britannique  toujours rafraichissant.

Des retours sur l'affaire Jewel ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le destroyer me semble un peu trop récent pour l'année 1942 ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,488
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Redapache
    Newest Member
    Redapache
    Joined
  • Forum Statistics

    20,845
    Total Topics
    1,300,747
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries