Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Nouveaux films d'action, de guerre, ..]


Recommended Posts

Je n'apprécie pas non plus la défense des admirateurs de Nolan, qui expliquent que si on ne comprend ou n'apprécie pas ses films, c'est parce que c'est du "cinéma intellectuel", "de haut niveau", etc.

Pour moi, c'est son boulot en tant que réalisateur/scénariste de rendre son film compréhensible du premier coup.

Qu'il y ait des subtilités que l'on ne remarque pas la première fois, des lectures différentes qui peuvent être faites après coup c'est une chose, c'est le cas de l'excellent L'Echelle de Jacob.

Mais que son scénario principal soit quasi incompréhensible et que l'on dise que c'est normal parce qu'il faut voir ses films plusieurs fois... 

Edited by Kiriyama
  • Like 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, Kiriyama said:

 

Mais que son scénario principal soit quasi incompréhensible et que l'on dise que c'est normal parce qu'il faut voir ses films plusieurs fois... 

Une version un peu plus chic que Lucasfilm (post Lucas) après Le Dernier Jedi, quand la polémique commençait, qui disait qu'il fallait en fait lire en plus les bouquins qui avaient été publiés autour du film (romans complémentaires et BDs) pour réellement comprendre le génie absolu qu'il y avait dans l'oeuvre. 

Quote

Je n'apprécie pas non plus la défense des admirateurs de Nolan, qui expliquent que si on ne comprend ou n'apprécie pas ses films, c'est parce que c'est du "cinéma intellectuel", "de haut niveau", etc.

Comme quoi, ce que certains veulent qualifier de "haute culture", par opposition à la culture populaire, a bien baissé en niveau. Avant, le simple fait que ce soit au cinoche signifiait "culture populaire", puis il a fallu différencier les Fellini/Truffaut and co de la production "commerciale"... Et maintenant, Nolan, c'est le nouveau Dostoievesky? J'aime Nolan, et je ne renie pas mon plaisir à voir l'essentiel de ce qu'il produit, mais je tiens à mes nomenclatures et à ne pas déprécier ce qui est censé viser la "haute culture", qu'on trouve le concept prétentieux ou non. Ici, on parle de divertissement ce genre de film, pas Tenet en particulier), qui a au mieux quelques questionnements intéressants et une qualité de storytelling/narration visuelle (au sens le plus basique de "art", celui d'un savoir-faire en grande partie empirique). 

Mais c'est derrière ce genre d'argument que les afficionados se retranchent, sans doute une manière de se dire qu'ils sont au-dessus du vulgum pecus. Si c'est là le summum de leur horizon intellectuel, c'est très triste. Encore un échec du système éducatif. Peuvent pas lire Homère et Kierkegaard dans le texte, entre deux analyses philologiques, comme un humain normal, bordel :dry:?! 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Kiriyama a dit :

Je n'apprécie pas non plus la défense des admirateurs de Nolan, qui expliquent que si on ne comprend ou n'apprécie pas ses films, c'est parce que c'est du "cinéma intellectuel", "de haut niveau", etc.

Pour moi, c'est son boulot en tant que réalisateur/scénariste de rendre son film compréhensible du premier coup.

Qu'il y ait des subtilités que l'on ne remarque pas la première fois, des lectures différentes qui peuvent être faites après coup c'est une chose, c'est le cas de l'excellent L'Echelle de Jacob.

Mais que son scénario principal soit quasi incompréhensible et que l'on dise que c'est normal parce qu'il faut voir ses films plusieurs fois... 


@kiriyama : tu en parles beaucoup pour quelqu’un qui ne l’a pas vu.
la prochaine vidéo que tu postes, c’est la tienne après être allé le voir ?
 

Sinon, tu peux toujours en faire des caisses autour de tes présupposés, ça n’en rendra pas ton avis plus pertinent.
Personnellement, Dunkerque ne m’intéressait pas, je ne suis pas allé le voir. Mais je n’ai pas fait 15 posts dessus en expliquant tout ce que je craignais d’y trouver, vrai ou pas, argumenté ou non. Ça ne sert juste à rien,
 

Au moins, si tu veux faire oeuvre de salubrité publique, poste le lien vers la critique qu’un Odieux Connard en a fait. Comme ça tu pourras applaudir des 4 mains à grand bruit en disant « Je l’savais ! J’avais raison de ne pas aller le voir et de lui cracher dessus quand même ! C’est d’la merde* !! » (*copyright JP Coffe), et nous, on se marrera en lisant sa retranscription.

 

M’enfin.
 

 

EDIT : je le fais à ta place. Pas de raison que tu aies la primeur d’une critique valable puisque tu ne connais pas le sujet :p https://unodieuxconnard.com/2020/08/28/tes-net/

 

Edited by TarpTent
  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Vu TENET ce week-end.

Mon avis :c'est une sorte de film de James Bond / Mission Impossible (avec son lot habituel d'énormités scénaristiques, d'espions en costards de luxe qui sortent de la baston sans un plis sur leur costume, d'histoire de séduction, de méchants vraiment méchants, de scènes d'action spectaculaires, d'attaque finale de la base du méchant, de femmes en détresse...) avec comme gros élément nouveau le fameux élément temporel cher à Nolan. Tous les codes du James Bond sont là (on peut lister les références), avec un zeste de SF et la touche Nolan (univers complexe assumé, comme pour Inception).

On peut discuter des détails (la narration un peu chaotique, certaines scènes un peu confuses...) mais si vous prenez votre pied (honteusement j'en suis sur !) en regardant un MI ou un Bond, vous ne regretterez pas votre ticket de cinéma.Si vous pensez voir de la hard SF, vous serez sans doute déçu (il y a mieux comme film d'anticipation sur les paradoxes temporels et les voyages dans le temps, là c'est un peu prétexte finalement - dans le genre SF, Interstellar est 100 fois mieux). 

PS : personnellement, je n'ai pas vu le temps passer et je n'ai pas regretté mon billet.  Argh, je suis démasqué :blush:

Edited by Rivelo
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Rivelo a dit :

Mon avis :c'est une sorte de film de James Bond / Mission Impossible (avec son lot habituel d'énormités scénaristiques, d'espions en costards de luxe qui sortent de la baston sans un plis sur leur costume, d'histoire de séduction, de méchants vraiment méchants, de scènes d'action spectaculaires, d'attaque finale de la base du méchant, de femmes en détresse...) avec comme gros élément nouveau le fameux élément temporel cher à Nolan. Tous les codes du James Bond sont là (on peut lister les références), avec un zeste de SF et la touche Nolan (univers complexe assumé, comme pour Inception).

Notons que Nolan a déclaré il y a longtemps qu'il aurait aimé tourné un JB, mais que ce n'était pas vraiment possible car il ne correspondait pas au "moule" typique du réalisateur de cette série.  Certaines critiques disent donc qu'avec ce film, il fait son "JB" non officiel...

Link to comment
Share on other sites

Je me demande parfois si oncontinuera à avoir de bon gros film de guerre ou d'action, des vigilente ou même tout sujet lorsque l'on voit certains chroniqueurs cherchant la polémique où elle n'a pas forcément lieu d'être, en fonction de leur opinion politique et qui ne voit plus un film comme une oeuvre (scénario, mise en boite, éclairage, musique, humour plaisir à regarder,...) mais à chaque fois comme un brûlot... ou une oeuvre à brûler car en désaccord avec leur agenda.

Citation

Invités de Quotidien ce mardi soir pour faire la promotion de leur dernière comédie, Énorme, Marina Foïs et Jonathan Cohen ont vécu un moment difficile au moment de la chronique de la chroniqueuse Maïa Mazaurette...

[...] Énorme : Une comédie au sujet central compliqué à aborder, puisqu'à l'écran, Jonathan Cohen, qui interprète l'époux de Marina Foïs, va lui faire un enfant dans le dos. Elle n'en voulait pas, lui rêve de devenir père, il va donc abuser de sa confiance. 

[...]Une intrigue pour le moins osée, qui n'a pas franchement plus à l'une des chroniqueuses de l'émission, Maïa Mazaurette. Se revendiquant comme féministe, elle ne va pas hésiter au moment de son intervention à dire crûment ce qu'elle pense du film. [...] "Légalement, il n'y a pas de qualification pénale pour la fécondation forcée, mais il y a entrave à l'IVG, donc deux ans de prison, et 30 000 euros d'amende", attaque la chroniqueuse, alors que le visage de Marina Foïs se décompose. Et ça n'est pas fini : "Il y a les mêmes troubles autour du "stealthing", quand on retire les préservatifs pendant ou avant les rapports, sans le dire à la partenaire évidemment, pour la loi, il y a 'stratagème mis en œuvre pour surprendre le consentement', et c'est pas bien..." 

https://www.programme-tv.net/news/tv/259814-le-gros-malaise-de-marina-fois-qui-apprend-dans-quotidien-que-son-film-met-en-scene-des-actes-illegaux-deux-ans-de-prison/

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, rendbo a dit :

Je me demande parfois si oncontinuera à avoir de bon gros film de guerre ou d'action, des vigilente ou même tout sujet lorsque l'on voit certains chroniqueurs cherchant la polémique où elle n'a pas forcément lieu d'être, en fonction de leur opinion politique et qui ne voit plus un film comme une oeuvre (scénario, mise en boite, éclairage, musique, humour plaisir à regarder,...) mais à chaque fois comme un brûlot... ou une oeuvre à brûler car en désaccord avec leur agenda.

 

 

C'est Mazaurette aussi hein. Faut lire ses chroniques du Monde pour comprendre qu'on a affaire à une personne très marquée idéologiquement (et c'est un euphémisme) avec une propension à évoquer l'idée du fist fucking qui, par sa régularité, laissera le lecteur perplexe...

 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, rendbo a dit :

Je me demande parfois si on continuera à avoir de bon gros film de guerre ou d'action, des vigilente ou même tout sujet lorsque l'on voit certains chroniqueurs cherchant la polémique où elle n'a pas forcément lieu d'être, en fonction de leur opinion politique et qui ne voit plus un film comme une oeuvre (scénario, mise en boite, éclairage, musique, humour plaisir à regarder,...) mais à chaque fois comme un brûlot... ou une oeuvre à brûler car en désaccord avec leur agenda.

Citation

Invités de Quotidien ce mardi soir pour faire la promotion de leur dernière comédie, Énorme, Marina Foïs et Jonathan Cohen ont vécu un moment difficile au moment de la chronique de la chroniqueuse Maïa Mazaurette...

[...] Énorme : Une comédie au sujet central compliqué à aborder, puisqu'à l'écran, Jonathan Cohen, qui interprète l'époux de Marina Foïs, va lui faire un enfant dans le dos. Elle n'en voulait pas, lui rêve de devenir père, il va donc abuser de sa confiance. 

[...]Une intrigue pour le moins osée, qui n'a pas franchement plus à l'une des chroniqueuses de l'émission, Maïa Mazaurette. Se revendiquant comme féministe, elle ne va pas hésiter au moment de son intervention à dire crûment ce qu'elle pense du film. [...] "Légalement, il n'y a pas de qualification pénale pour la fécondation forcée, mais il y a entrave à l'IVG, donc deux ans de prison, et 30 000 euros d'amende", attaque la chroniqueuse, alors que le visage de Marina Foïs se décompose. Et ça n'est pas fini : "Il y a les mêmes troubles autour du "stealthing", quand on retire les préservatifs pendant ou avant les rapports, sans le dire à la partenaire évidemment, pour la loi, il y a 'stratagème mis en œuvre pour surprendre le consentement', et c'est pas bien..." 

https://www.programme-tv.net/news/tv/259814-le-gros-malaise-de-marina-fois-qui-apprend-dans-quotidien-que-son-film-met-en-scene-des-actes-illegaux-deux-ans-de-prison/

 

Dans les Derrick, souvent, le coupable avait enfreint la loi. Je me demande encore comment on a pu nous laisser regarder cela, avec multiple rediffusion qui plus est, pendant toutes ces décennies.

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, rendbo said:

Je me demande parfois si oncontinuera à avoir de bon gros film de guerre ou d'action, des vigilente ou même tout sujet lorsque l'on voit certains chroniqueurs cherchant la polémique où elle n'a pas forcément lieu d'être, en fonction de leur opinion politique et qui ne voit plus un film comme une oeuvre (scénario, mise en boite, éclairage, musique, humour plaisir à regarder,...) mais à chaque fois comme un brûlot... ou une oeuvre à brûler car en désaccord avec leur agenda.

 

Il y a deux aspects:

- il fut favoriser autant que possible la critique "alternative": le milieu des critiques pros est très mal payé en général, et peu considéré dans les médias/sites qui en ont en rubrique. Ces places se retrouvent donc généralement colonisées par des gens des cursus littéraires/sciences sociales qui n'ont pas vraiment 36 débouchés et acceptent la paie, soit par objectif idéologique ("porter le message", "influer"), soit par totale absence de choix et copinage. Avec le temps, la critique tend à avoir des opinions très proches, évoluant dans une fenêtre d'Overton très réduite, et plus encore, elle tend à être militante à propos de ses opinions. Et dans le contexte de l'évolution récente de ces cursus universitaires et des conversations dans les milieux intellectuellement "comme il faut", ça veut dire une mentalité un peu totalitaire où "le domaine personnel est politique", impliquant que TOUS les aspects de la vie et de la consommation doivent être jugés à l'aune d'une politisation totale, évidemment selon des lignes en plus très précises. "Tout est raciste", "tout est sexiste", sont des leitmotivs dans cette mentalité. On va y aller de la "déconstruction", de la "décolonialisation" (termes bien abstraits et malléables servant la certitude du moment) des contenus, pour imposer la morale voulue. Absurde? Exagéré? Allez parler deux minutes à ce type de personnes et au climat qu'ils font régner dans les milieux assez fermés de telles activités (ce sont au final de petits cercles qui reçoivent les invites à voir un film  ou une série à l'avance: et l'obtention de ce privilège a divers types de coûts). Parce qu'au-delà de ceux qui sont vraiment militants, ou plus mollement alignés, les autres vivent sous la menace de l'opprobre (par mobbing online et ragots) et suivent le mouvement ou se la ferment. 

- il va falloir trouver un moyen, sur la scène publique, pour que les promoteurs/partisans d'un film, d'un thème, d'un genre, ou de la libre création en général, se fassent pousser une épine dorsale. Et cela vaut pour les acteurs comme pour les compagnies de production et les distributeurs (et parfois aussi les exhibiteurs -salles de ciné et sites de streaming). Et ce serait aussi pas mal que ces structures se "déteignent" idéologiquement: plus de variété dans les opinions (le cinéma est aujourd'hui un milieu à l'esprit -représenté par les opinions politiques- et aux horizons très étroits), plus d'emphase sur la liberté de création et le choix dans un vaste panel de thèmes, mais surtout des dynamiques de travail qui insistent sur le fait de se foutre de froisser tel ou tel: de partout, on entend des échos de mini-scandales internes qui voient des équipes d'écriture ne pas vraiment arriver à bosser parce que quelqu'un se dira toujours offensé, qu'une culture de la dénonciation anonyme se développe. Avec pour résultat: censure et autocensure. Non seulement dans l'écriture/exécution d'une production, mais bien au-delà, en amont, dans le choix même des productions et de l'angle sous lequel on les aborde. C'est moins vrai dans le monde des petites prods (la France restant à une échelle artisanale pour l'essentiel), mais c'est à plein régime dans le monde (US surtout) des grosses prod, cad là où on trouvera les films "spectaculaires" de genre: guerre, SF, fantasy, action... 

 

Les rapports entre production et critique n'ont jamais été bons, c'est un peu le principe du jeu. Mais quand il y a un "ordre moral" qui s'installe/essaie de s'installer et n'a pas ou peu de concurrence, le danger est plus grand pour la nécessaire boucle de feedback entre les deux pôles. La critique alternative est aujourd'hui très vivante, même si beaucoup subissent une certaine censure plus ou moins forte aussi bien par les médias installés (mieux en cours auprès des plates-formes) que par les distributeurs (qui paient pour écraser toute critique négative). Et les retours par l'audience, s'ils marquent de plus en plus une forte divergence par rapport à la moyenne des critiques pros, sont aussi atténués/modifiés par les distributeurs sur les sites comme Imdb, Rotten Tomatoes, Metacritic... Il y a des motifs légitimes comme limiter l'impact du review bombing (chose qui arrive aussi dans l'autre sens.... Et n'est là jamais combattue), mais l'essentiel est fait pour favoriser la campagne marketing. 

Le système essaie de retrouver la verticalité à sens pour l'essentiel unique qui existait avant internet, en somme, avec une teinte commerciale et idéologique (deux alliés de circonstance). En face: une floppée de sites, chaînes.... Anarchique, qui vont dans tous les sens, dont beaucoup n'ont pas vraiment de standards de qualité ou d'honnêteté (mais d'un autre côté, c'est aussi le cas des médias tradis désormais, surtout dans un domaine aussi subjectif), si bien que savoir à qui se fier demande plus de recherche. 

3 minutes ago, Skw said:

Dans les Derrick, souvent, le coupable avait enfreint la loi. Je me demande encore comment on a pu nous laisser regarder cela, avec multiple rediffusion qui plus est, pendant toutes ces décennies.

Parce que 99% de l'audience de Derrick faisait de toute façon la sieste devant les épisodes? 

53 minutes ago, Chronos said:

 

une personne très marquée idéologiquement (et c'est un euphémisme) avec une propension à évoquer l'idée du fist fucking qui, par sa régularité, laissera le lecteur perplexe...

 

 

:blink: :wacko:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Shorr kan a dit :

Sa "ligne éditoriale" était devenu du genre "l'anulingus*  c'est bien, mais un baiser volé c'est du viol caractérisé".

[...]

* Si vous ne savez pas ce que c'est, je vous invite à préserver votre innocence en cultivant votre ignorance en la matière ... 

pas n mot à rechercher au bureau donc... mais la contraction de deux mots semble assez évidente :sad:

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

A part le premier (Casino Royale), j'ai pas mal été déçu par l'orientation choisie pour le Bond joué par Daniel Craig. Pas que les films soient mauvais, mais pour le bondophile que je suis, il manquait quelque chose (sans doute "leur" idée du réalisme manquait de glamour, le rapport aux femmes,...).

Il y a 8 mois, la première Bande Annonce (la date prévue à l'époque approchait) :

Révélation

 

et depuis hier la nouvelle... je ne sais pas pourquoi, j'ai de l'espoir

la bande annonce en VF est disponible, mais beurk les voix choisies... à se flinguer

Edited by rendbo
Link to comment
Share on other sites

12 hours ago, Shorr kan said:

 

Sa "ligne éditoriale" était devenu du genre "l'anulingus*  c'est bien, mais un baiser volé c'est du viol caractérisé".

* Si vous ne savez pas ce que c'est, je vous invite à préserver votre innocence en cultivant votre ignorance en la matière ... 

Moi je suis plus innocent que l'agneau à naître qui n'est même pas encore un vague projet dans l'oeil lubrique de son géniteur. 

Mais "anulingus"? C'est tirer la langue une fois l'an :rolleyes:? Je ne vois pas d'autre explication :unsure:

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Tancrède a dit :

Moi je suis plus innocent que l'agneau à naître qui n'est même pas encore un vague projet dans l'oeil lubrique de son géniteur. Mais "anulingus"? C'est tirer la langue une fois l'an :rolleyes:? Je ne vois pas d'autre explication :unsure:

Et bien ces deux mots je ne les avais pas vu...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Kiriyama a dit :

J'ai regardé le premier John Wick, mais ça casse pas trois pattes à un canard cul-de-jatte. 

bah oui déjà qu'en temps normal trois pattes c'est compliqué pour un animal qui n'en a que deux s'il n'est pas ogm, mais alors s'il est cul de jatte...

plus sérieusement, pour moi le 2 avait de bons moments mais j'ai trouvé que les scènes d'action étaient trop longues et frisaient le p0rn, et le trois m'a très peu intéressé, et j'ai détesté le dernier geste de Winston qui était pour moi une trahison à la façon dont j'imaginais ce personnage. Je l'ai revu il n'y a pas longtemps après cette émission de Bolchegeek, et ai été plus nuancé sur mon avis :

Révélation

 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, rendbo a dit :

bah oui déjà qu'en temps normal trois pattes c'est compliqué pour un animal qui n'en a que deux s'il n'est pas ogm, mais alors s'il est cul de jatte...

plus sérieusement, pour moi le 2 avait de bons moments mais j'ai trouvé que les scènes d'action étaient trop longues et frisaient le p0rn, et le trois m'a très peu intéressé, et j'ai détesté le dernier geste de Winston qui était pour moi une trahison à la façon dont j'imaginais ce personnage. Je l'ai revu il n'y a pas longtemps après cette émission de Bolchegeek, et ai été plus nuancé sur mon avis :

  Révéler le texte masqué

 

 

 

Le deal que Winston passe à la la fin ? ça me paraît pas illogique pourtant. On ne peut combattre le monde entier. Il a trouvé un compromis (pourri) qui lui permettre de rester dans la partie et, si possible, préserver une relation.

 

Pour la franchise en elle-même, je crois qu'on peut oublier toute forme de qualité. C'est techniquement bien fait niveau chorégraphie mais faut pas chercher plus loin. Mine de rien c'est la franchise qui confirme que Keenu Reeves n'est pas sorti du type casting dans lequel Matrix l'avait placé.

 

 

 

 

 

Edited by Chronos
Link to comment
Share on other sites

  • rendbo changed the title to [Nouveaux films d'action, de guerre, ..]

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...