Sign in to follow this  
Guest

[Armes à létalités réduites]

Recommended Posts

Guest

Objet du marché : etude technico-opérationnelle sur " l'évaluation de l'intérêt de l'utilisation des micro-ondes de fortes puissances pour la protection des navires " (mfp protecnav).

Type de procédure : marché négocié.

Attribution du marché ou du lot :

Numéro du marché ou du lot : 2009 35 0516. - etude technico-opérationnelle sur " l'évaluation de l'intérêt de l'utilisation des micro-ondes de fortes puissances pour la protection des navires " (mfp protecnav).

Nom du titulaire/organisme : ISL (cotraitant) 1 MBDA France (mandataire), 37 bd de Montmorency, 75016 Paris.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.opex360.com/2010/03/02/16-gendarmes-blesses-au-cours-dun-entrainement/

Un exercice ayant pour thème les émeutes urbaines s’est mal passé, le 16 février, au centre d’entraînement de la gendarmerie de Saint-Astier (24). En effet, 16 gendarmes mobiles ont vraisemblablement été bléssés par l’explosion d’une grenade de « désencerclement ».

Cette munition, en principe pas dangereuse, produit une déflagration assez forte pour permettre à un agent des forces de l’ordre de se dégager en cas d’échauffourée. Un gendarme mobile avait été blessé par un engin de ce type lors des manifestations de Mayotte, en décembre 2009.

Cela étant, l’entraînement du mois dernier a opposé des gendarmes de l’escadron mobile d’Orange (Vaucluse), qui tenaient le rôle de manifestants, à des gardes républicains. Les militaires suivaient alors une formation d’une quinzaine de jours visant à les mettre dans une situation la plus proche possible de la réalité.

Un garde républicain a alors lancé une grenade parmi les gendarmes mobiles, « par mégarde ou inattention » au lieu de l’envoyer dans une cage en bêton spécialement conçue pour atténuer la déflagration de ce type de munition. Bilan : 16 blessés.

Un gendarme a légèrement été touché par un éclat de la grande à la cheville. Les autres souffrent de troubles auditifs.

Le dernier incident connu à Saint-Astier remonte à 1996. Cette année-là, un officier de gendarmerie avait été tué après avoir été renversé par un véhicule blindé.


C'est ce genre de flashpak qui a arraché la main a un pompier qui manifestait ... ils sont de plus en plus régulierement utilisé par les GM alors qu'ils ne sont pas du tout sans risque - même s'il semble qu'on utilise depuis des "fusée" a impact plutôt que des retardateurs - .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Fornes s'est spécialisé dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

« Il est absolument faux de dire que l'utilisation, seule, du Taser peut tuer un individu.»

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Paul Fornes s'inscrit en faux contre ce qu'il nomme « des fantasmes dus à une désinformation sur l'utilisation du Taser et liés à la peur de l'électricité ».

Sommité dans le domaine de la pathologie cardiovasculaire, Paul Fornes est décrit comme une référence dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

À ce titre, cet expert auprès des tribunaux est régulièrement sollicité par la justice, notamment pour évoquer les incidences du Taser sur l'organisme.

anormaux, désordonnés. C'est très long pour celui qui le vit. »

Le Taser ne tue pas ! Le stress, oui ! « Le cœur est particulièrement vulnérable au stress », assure le professeur Fornes. « Et l'utilisation de cette arme, même si elle n'est pas destinée à tuer, se déroule dans le cadre d'un stress intense et une situation de menaces élevées. »

Seulement, le stress n'explique pas tout. « Absolument ! », réplique ce spécialiste. « Ce que j'explique aux magistrats, c'est qu'il faut trois facteurs indissociables pour mourir d'une  un stress intense.  de l'alcool ou de la drogue qui génèrent des décharges d'adrénaline néfastes à l'activité cardiaque. Mais surtout, si ce sujet paraît en bonne santé, il meurt car il souffre d'une maladie cardiaque ignorée.

 

De son côté, depuis la mise en service du Taser en 2007, le professeur avoue volontiers n'avoir jamais rencontré de cas mortel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Fornes s'est spécialisé dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

« Il est absolument faux de dire que l'utilisation, seule, du Taser peut tuer un individu.»

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Paul Fornes s'inscrit en faux contre ce qu'il nomme « des fantasmes dus à une désinformation sur l'utilisation du Taser et liés à la peur de l'électricité ».

Sommité dans le domaine de la pathologie cardiovasculaire, Paul Fornes est décrit comme une référence dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

À ce titre, cet expert auprès des tribunaux est régulièrement sollicité par la justice, notamment pour évoquer les incidences du Taser sur l'organisme.

anormaux, désordonnés. C'est très long pour celui qui le vit. »

Le Taser ne tue pas ! Le stress, oui ! « Le cœur est particulièrement vulnérable au stress », assure le professeur Fornes. « Et l'utilisation de cette arme, même si elle n'est pas destinée à tuer, se déroule dans le cadre d'un stress intense et une situation de menaces élevées. »

Seulement, le stress n'explique pas tout. « Absolument ! », réplique ce spécialiste. « Ce que j'explique aux magistrats, c'est qu'il faut trois facteurs indissociables pour mourir d'une   un stress intense.   de l'alcool ou de la drogue qui génèrent des décharges d'adrénaline néfastes à l'activité cardiaque. Mais surtout, si ce sujet paraît en bonne santé, il meurt car il souffre d'une maladie cardiaque ignorée.

   

De son côté, depuis la mise en service du Taser en 2007, le professeur avoue volontiers n'avoir jamais rencontré de cas mortel

Un préposé de Tazer company faisant du lobbying? :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me suit déjà fait ''taser'' 2 fois dans mon travail, dont une fois par accident, pas de séquelle. Je préfère cela à un coup de pioche  >:(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Fornes s'est spécialisé dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

« Il est absolument faux de dire que l'utilisation, seule, du Taser peut tuer un individu.»

Médecin légiste au CHU de Reims, le professeur Paul Fornes s'inscrit en faux contre ce qu'il nomme « des fantasmes dus à une désinformation sur l'utilisation du Taser et liés à la peur de l'électricité ».

Sommité dans le domaine de la pathologie cardiovasculaire, Paul Fornes est décrit comme une référence dans la mort subite cardiaque chez l'adulte jeune.

À ce titre, cet expert auprès des tribunaux est régulièrement sollicité par la justice, notamment pour évoquer les incidences du Taser sur l'organisme.

anormaux, désordonnés. C'est très long pour celui qui le vit. »

Le Taser ne tue pas ! Le stress, oui ! « Le cœur est particulièrement vulnérable au stress », assure le professeur Fornes. « Et l'utilisation de cette arme, même si elle n'est pas destinée à tuer, se déroule dans le cadre d'un stress intense et une situation de menaces élevées. »

Seulement, le stress n'explique pas tout. « Absolument ! », réplique ce spécialiste. « Ce que j'explique aux magistrats, c'est qu'il faut trois facteurs indissociables pour mourir d'une   un stress intense.   de l'alcool ou de la drogue qui génèrent des décharges d'adrénaline néfastes à l'activité cardiaque. Mais surtout, si ce sujet paraît en bonne santé, il meurt car il souffre d'une maladie cardiaque ignorée.

   

De son côté, depuis la mise en service du Taser en 2007, le professeur avoue volontiers n'avoir jamais rencontré de cas mortel

C'est bien beau d'arborer Du Guesclin en avatar  :lol:  mais faudrait passer par la case présentation  ;)

http://www.air-defense.net/forum/index.php/board,41.0.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

http://pourconvaincre.blogspot.com/2010/07/experimentation-de-lasers-offensifs-en.html

Des systèmes GLEF (Green Laser Escalation of Force), devraient être envoyés en Afghanistan par l'armée de Terre américaine pour expérimentation. Ce laser est non létal, ce qui ne veut pas dire inoffensif. Ils ont pour but de donner aux troupes un effet à produire sur un adversaire, intermédiaire entre rien et l'usage du feu.

Image IPB

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/10/14/97001-20101014FILWWW00365-jeune-blesse-a-caen-le-pere-porte-plainte.php

Le père d'un jeune homme blessé mardi par un tir de grenade lacrymogène en marge des manifestations à Caen va porter plainte, a-t-il annoncé ce matin sur France info.

L'homme a expliqué que son fils a subi une opération de cinq heures au crâne. L'intersyndicale du Calvados a qualifié hier d'"agression policière" le recours à des gaz lacrymogènes, selon elle en "tir tendu", par les forces de l'ordre mardi pour disperser des manifestants devant un local du Medef à Caen.

"Le pouvoir a ainsi consciemment mis en danger les jeunes et pris le risque de les blesser par tir tendu", indiquent les syndicats CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FSU, FO, Unsa et Solidaires dans un communiqué commun. Selon la préfecture qui a revu son bilan, les échauffourées ont fait deux blessés légers identifiés, dont un a reçu des points de suture. La préfecture n'était pas en mesure de préciser hier soir si le jeune homme blessé au crâne était l'un des deux déjà identifiés.

"Un tir tendu"

Selon Thierry Lepaon, secrétaire régional de la CGT, le jeune "a pris une cartouche à la suite d'un tir tendu de bombe lacrymogène. Il a été procédé à un acte interdit par la réglementation policière", seuls les tirs en cloche étant autorisés. "Il a saigné abondamment. Heureusement un médecin était à ses côtés et l'a soigné et il a pu être évacué par des militants puis par les pompiers. Les tirs tendus sont dangereux, on peut y perdre un oeil", s'est-il indigné.

Selon Ilham Montacer, directrice de cabinet du préfet de Basse-Normandie "ol n'y a pas eu de tir tendu car ceux qui lancent des grenades ont devant eux une rangée de policiers, s'ils tirent tendu ils touchent des policiers. Il n'y a eu que des tirs en cloche, conformes à la réglementation". "Rien ne dit que ce qui l'a heurté ce n'est pas un morceau de parpaing lancé par les manifestants. Ca peut être aussi une grenade (lancé par les policiers)", a-t-elle ajouté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.rue89.com/2011/09/13/armement-police-et-armee-aiment-le-son-qui-fait-mal-220858

Armement : police et armée aiment le son qui fait mal

Par Augustin Scalbert | Rue89 | 13/09/2011 | 11H47

On se souvient de ces militaires américains survolant des agglomérations irakiennes en diffusant du hardrock à fond les ballons, en 2004. Une manière de mettre la population sous pression. En feuilletant le livre de Juliette Volcler « Le Son comme arme », on réalise l'essor de cette technologie considérée comme « non létale ». Y compris au cœur de nos démocraties.

Cette journaliste et documentariste sonore, qui collabore aux médias alternatifs CQFD, Article XI et Radio Galère, a eu la bonne idée de se pencher sur le phénomène avec une minutie d'orfèvre.

Elle en explore les racines, dès le milieu du XXe siècle, quand les bras armé et policier des grandes puissances réalisent les nombreux avantages du son en tant qu'instrument guerrier ou répressif :

    « Considérée d'un point de vue guerrier, l'oreille est une cible vulnérable. On ne peut pas la fermer, on ne choisit pas ce qu'elle entend, et les sons qui l'atteignent peuvent modifier profondément notre état psychologique ou physique. […]

    L'usage du son offre cet avantage admirable pour le pouvoir qu'il permet d'obtenir les mêmes résultats que d'autres armes dites “non létales”, tout en désamorçant les critiques et en brouillant le débat. »

Jusqu'ici, aucune synthèse sérieuse n'existait en français sur la question des armes sonores, et « les bribes d'informations qui circulent mêlent souvent rumeurs et réalités », souligne l'auteure.

Arme de leurre ou de harcèlement dès la Seconde Guerre mondiale, le son devient ensuite grenades assourdissantes, outil de torture, répulsif en centre-ville contre les ados bruyants ou les clochards…

Rue89 a choisi de publier deux extraits du chapitre consacré aux explosions, extraits qui concernent les Etats-Unis et la France. Et notamment le maintien de l'ordre pendant les émeutes.

► Le Son comme arme, les usages policiers et militaires du son de Juliette Volcler - La Découverte - 182p. - 16€.

Dans les années 1990, les États-Unis accélèrent les recherches sur les grenades à travers divers organismes, afin de renouveler les explosifs en usage depuis plus de trente ans. L'objectif est de « combiner un certain nombre d'effets différents qui visent plusieurs sens de l'être humain », autrement dit, de produire une saturation sensorielle qui prive momentanément la cible de tous ses moyens.

L'effet « flash-bang », « terrifiant pour un adversaire »

L'Edgewood Research Development and Engineering Center (ERDEC), l'un des centres de l'armée, est chargé de concevoir des grenades « flash-bang » et fumigènes. Le National Institute of Justice (NIJ) finance le laboratoire Sandia pour la mise au point d'une arme projetant un nuage de combustible pulvérisé qui une fois mis à feu aurait, selon son fabricant dans le rapport final en 2002, des qualités admirables :

    « L'effet flash-bang pourrait être terrifiant pour un adversaire. La cible serait confrontée à une boule de feu exceptionnellement lumineuse d'au moins deux mètres de large qui donnerait l'impression de l'envelopper totalement.

    Le niveau acoustique [170 dB] créera très probablement une douleur intense dans les oreilles de l'adversaire. L'onde de choc […] créera probablement encore plus de terreur.

    Et si le projectile contient un irritant chimique, cela causera à l'adversaire encore plus de désorientation et de gêne. » […]

Divers incidents regrettables non seulement pour les cibles désignées mais aussi pour les forces de l'ordre surviennent dans l'usage des flash-bang : en 2003, une femme de cinquante-sept ans habitant à Harlem meurt d'une crise cardiaque après l'envoi d'une grenade incapacitante dans son appartement - la police avait investi son logement par erreur et la ville de New York doit verser 1,6 million de dollars (soit environ 1,13 million d'euros) à sa famille.

En 2004, un sergent en mission à Bagdad perd la main droite et est blessé à la jambe par l'explosion soudaine de deux grenades. Un caporal de la marine perd un doigt lorsque l'une d'elles explose dans sa main.

Une autre flash-bang se déclenche accidentellement dans une voiture occupée par trois agents du FBI (Federal Bureau of Investigation) : le véhicule prend feu, un des agents devient sourd d'une oreille et souffrira d'insomnies et de migraines persistantes.

En juillet 2009, l'État doit verser 49 000 dollars (soit environ 34 000 euros) de dédommagement à un prisonnier du Wisconsin qui souffre d'acouphènes persistants après l'envoi d'une grenade dans sa cellule. […]

Le savoir-faire français

En France, les grenades « non létales » dont sont actuellement dotées les forces de l'ordre (police, armée, gendarmerie) sont notamment fabriquées par le groupe Étienne Lacroix, qui a racheté respectivement en 1997 et 2006 des sociétés qui fournissaient jusque-là l'État, Ruggieri et Alsetex.

Le groupe couvre ainsi la pyrotechnie dans son ensemble : Lacroix-Ruggieri assure le spectacle en devenant « champion du monde des feux d'artifices », tandis que la branche Lacroix défense et sécurité, qui inclut la Société d'armement et d'études (SAE) Alsetex, s'occupe du matériel de répression.

Lacroix mentionne notamment dans son catalogue des « grenades à main à effets non létaux » comme les « grenades assourdissantes » ou les « grenades à effets combinés », ainsi que les « lanceurs de grenades » Cougar et Chouka, pouvant envoyer toutes les « grenades de maintien de l'ordre » jusqu'à 200 mètres.

L'ancien site d'Alsetex était plus explicite en 2005, juste avant le rachat : on y trouvait par exemple les fiches techniques de la « grenade lacrymogène GLI F4 » (165 dB à cinq mètres), de la « grenade GM 2 flash » (155 dB à cinq mètres), de la « grenade fulgurante SAE 420 » (155 dB à cinq mètres, et 2 millions de candelas pour un « effet aveuglant [qui] dure environ vingt secondes »), de la « grenade assourdissante SAE 430 » (159 dB à dix mètres), ou de la « grenade of [offensive] sans éclats 410 » (160 dB à quinze mètres, ce qui produit selon le fabricant un « effet intense et psychologiquement agressif » qui « rend ainsi possible la neutralisation rapide et efficace [des] manifestants […] dans un contexte dur et résistant »).

« Toucher de façon circulaire les manifestants »

La société française Davey Bickford a quant à elle présenté, lors du salon Milipol 2007, des grenades atteignant 170 dB à un mètre. Au catalogue d'Alsetex figure également un « dispositif balistique de dispersion (DBD) », autrement nommé « grenade explosive », « grenade de désencerclement » ou « dispositif manuel de protection (DMP) », cette dernière appellation étant retenue dans la terminologie officielle.

Derrière ce vocabulaire foisonnant se trouve une arme dont l'explosion disperse dix-huit plots de caoutchouc (permettant de « toucher de façon circulaire les manifestants, et de briser l'encerclement du lanceur ») et qui atteint une intensité sonore de 145 dB selon Alsetex - ou 165 dB selon un autre fabricant, la Société d'application des procédés Lefebvre (SAPL).

Le DMP est décrit comme faisant l'effet « d'un fort coup de poing » ou d'une « gifle » qui « secoue » et qui « sonne ». C'est en janvier 2004 que le ministre de l'Intérieur d'alors, Nicolas Sarkozy, annonçait leur arrivée en même temps que celle des Tasers.

Grenades « non létales » peut-être, mutilantes certainement, les effets pouvant être attribués aux éclats, à l'onde de choc et dans une moindre mesure à l'amplitude acoustique. Parmi les blessures dues aux DMP, on compte : une joue ouverte pour une manifestante contre les nanotechnologies à Grenoble en 2006, la perte d'un œil, du goût et de l'odorat pour une jeune femme observant une manifestation dans cette même ville en 2007, l'amputation de deux orteils d'un manifestant à Saint-Nazaire en 2009 (« en cas de guerre civile, il faut du répondant », lui explique la police des polices), et la même année des brûlures et des plaies au contre-sommet de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord) à Strasbourg.

« Flash », « bang », « blast », trois interjections de bande dessinée

La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) publie quelques mois plus tard une « Étude sur l'usage des matériels de contrainte et de défense par les forces de l'ordre », dans laquelle elle évoque les blessures (plaies et hématomes volumineux) occasionnées par les DMP lors d'une manifestation grenobloise de 2008.

Elle rappelle les conditions d'usage (« lancer en rouler sur le sol ») et mentionne la note du Directeur central de la sécurité publique du 24 décembre 2004, indiquant que les DMP ne doivent être employés que « dans un cadre d'autodéfense rapprochée et non pour le contrôle d'une foule à distance ».

De nouvelles blessures ont néanmoins été recensées depuis, notamment lors d'une manifestation à Lorient (hématome à l'œil lors, précisément, du « contrôle d'une foule à distance ») ou au centre d'entraînement de la gendarmerie de Saint-Astier (troubles auditifs).

« Flash », « bang », « blast » : l'efficacité des explosions tient en trois interjections de bande dessinée. Brèves et ne laissant souvent pas de traces visibles, elles font pourtant plus de dégâts que les mythiques infrasons. Les armes les plus célèbres, à vortex ou à plasma, sont aussi les plus inoffensives, étant donné qu'elles n'ont pour l'instant guère dépassé le stade expérimental ou qu'elles ont fait la preuve de leur inapplicabilité.

Douleur auditive : 140 dB ; seuil atteint par les fabricants : 185 dB

En revanche, des armes encore peu connues, comme le « canon à ondes de choc » ou les grenades de désencerclement DMP, semblent avoir un bel avenir répressif devant elles. Les réglementations antibruit conseillent de ne pas dépasser 120 dB, les expertises indépendantes situent la douleur auditive à 140 dB et relèvent qu'un bruit impulsif est potentiellement bien plus dangereux qu'un bruit continu, les armes à fréquences moyennes ou hautes, comme nous le verrons, déclenchent des polémiques si elles dépassent 150 dB - mais les fabricants d'armes explosives « non létales » et leurs commanditaires étatiques vantent des amplitudes déjà réalisées de 185 dB, sans qu'aucun débat ne voie le jour.

Et s'il existe un protocole international interdisant l'usage de lasers aveuglants, les armes assourdissantes et les « dommages collatéraux » qu'elles occasionnent ne font l'objet d'aucune législation spécifique, et ne s'embarrassent pas de la Convention internationale qui exige proportionnalité (par rapport à la menace) et discrimination (entre combattants et non- combattants) dans l'usage des armes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas une publicité qui représente la solution.

Qui parle de solution ou même de pub ?  :P bravo au passage pour la phrase toute faite qui ne sert à rien ...

Je cite le tableau comparatif de types de solutions et sa provenance.

De mon point de vue, il n'est pas erroné ce tableau. Bien sur, il vient d'un industriel qui a ses intérêts mais s'il faut attendre qu'une source indépendante fasse ce type de comparaison, on va attendre longtemps.

Pour le reste, lire l'article.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime bien la solution FN et tous les lanceurs de paintball sous stéroïdes comme solution non-létale ; on peut adapter la munition a la situation , ça coute peanuts et ça permet aussi l'entrainement a moindre frais avec de la bille réutilisable.

Il y a aussi le Tiberius T4.1 clone d'AR-15 , le RAP4 T68 et les milsig compatibles bille a jupe qui peuvent/sont utilisés par les FO sous d'autres latitudes.

Après il ne faut pas se faire d'illusions une bille de 3-6 grammes a 400fps ça peut blesser très sérieusement voire être létal sans compter ceux qui pourrait mal réagir aux agents irritants.

Des lanceurs lambda règlés loisir avec de la bille peinture pourrait être testés a moindre frais et ça pourrait suffire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lu dans le dernier Pro Sécurité :

"Taser International a vendu environ 559 000 Appareils à Impulsion Incapacitante Taser dans le monde, dans plus de 16 300 agences de police, de sécurité et unités militaires. Les appareils Taser sont vendus dans 107 pays. 239 000 taser ont été vendus au grand public. Utilisations opérationnelles : 1,40 million de tirs réalisés. Entraînements et utilisations sur des volontaires : 1,30 million de tirs réalisés. Total : plus de 2,70 millions de tirs réalisés à la date du 31 août 2011."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Christian092
    Newest Member
    Christian092
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,300,577
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries