Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

En attendant, il ne fait pas bon être militant anti-corruption en Chine. Verdict dans le procès du Professeur Xu Zhiyong, dont parlait l'éditorial du Monde qui avait suscité cette controverse sémantique l'autre jour: 4 ans de prison.

 

 
Chine : un militant anticorruption condamné à quatre ans de prison

Un éminent militant anticorruption chinois a été condamné dimanche 25 janvier à quatre ans de prison, dans un contexte de répression renforcée des voix dissidentes. Le tribunal de Pékin a déclaré Xu Zhiyong coupable de « rassemblement illégal visant à perturber l'ordre public ».

Des policiers en uniforme et en civil empêchaient les piétons et journalistes d'approcher du tribunal, dans l'ouest de la capitale. Le procès de l'universitaire et avocat Xu, 40 ans, qui avait appelé les dirigeants communistes à davantage de transparence, s'était aussi tenu, mercredi, sous haute sécurité et sans que la presse étrangère soit autorisée à entrer dans la salle d'audience.

(...)

Inlassable promoteur de réformes du système juridique, Xu Zhiyong avait prôné une mobilisation citoyenne contre la corruption et exigé une transparence sur le patrimoine des hauts fonctionnaires. Avec lui, d'autres militants anticorruption accusés de troubles à l'ordre public doivent être jugés ces jours-ci. Vendredi s'est tenu le procès de l'activiste Liu Yuandong, qui avait participé à des manifestations contre la censure.

Xu a été le premier à être condamné. Dans un pays où l'appareil judiciaire est étroitement soumis aux décisions politiques, il est quasiment certain que ces procès déboucheront tous sur des condamnations. Selon les avocats des militants, ces audiences ont été organisées juste avant les congés du Nouvel an lunaire afin de leur offrir une moindre visibilité.

(...)

 

 

 

Suite et détails: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/26/chine-un-militant-anticorruption-condamne-a-quatre-ans-de-prison_4354625_3216.html

Link to comment
Share on other sites

D’ailleurs je me souviens d’un sinologue qui disait que les chinois étaient persuadés, que quel que soit le talent de leur gouvernement, qu’à un moment ou à un autre, il ne pouvait que foirer et tout mettre par terre

 

Ca encore, tu connais beaucoup de pays où le glandu lambda a pas ce genre de discours, dans la famille "l'Etat n'a qu'à" ou "ces cons de politiques" (..... N'arriveraient pas à trouver leur cul avec leurs deux mains sans un mode d'emploi)? Connais tu un seul pays où le dit glandu approuve le gouvernement en place en temps réel (il peut le regretter quelques temps après, c'est fréquent)? C'est bien connu: y'a que des cons au pouvoir. Ca, c'est pas une ligne de démarcation entre dictatures ou démocratie. Les gens râlent, c'est ainsi, et c'est parce qu'elle tient compte moins malsainement que les autres de ce facteur que la démocratie (en tout cas une culturellement acceptée) est plus durable et tend à exiger beaucoup moins de moyens consacré au contrôle de population (avec une moindre tendance à l'inflation de ces moyens ou au "coût de fonctionnement" du régime).  

 

C'est peut-être plus fort en Chine ou dans tout pays de très grande taille (espace et population), où la distance au pouvoir est énorme, et accrue selon divers facteurs:

- distance géographique: elle peut être réduite par les modes de transport et communication modernes, mais elle existe toujours, et induit un décalage de perception via l'espace (on se préoccupe avant tout de son environnement proche/compréhensible) et le temps (le suivi des événements et décisions opère dans différentes boucles temporelles: plus on est près, plus vite on comprend/sait, plus on peut au moins croire qu'on peut influer, ou en tout cas réagir)

- distance démographique: la modernité n'a pas fait disparaître temps, distances, et surtout le nombre d'échelons de décision entre le citoyen de base et le haut de la pyramide. Plus un pays est peuplé, plus il y a nécessairement d'échelons

- distance politique: le régime, la gouvernance, les modes d'association/participation politique jouent énormément. Aussi bien les dispositifs institutionnels (élections, représentation, participation, checks and balances, séparation des pouvoirs, échelons de gouvernance) que les libertés publiques et pratiques sociopolitiques (Etat de droit, association, liberté d'expression réelle, pluralité des vecteurs d'info, possibilités d'expression/réunion/manifestation, culture d'engagement politique....) ou un niveau relativement sain ou pas trop malsain de déconcentration des richesses (= temps libre, éducation....) sont de puissants ressorts de contrôle et d'association active ou passive à un régime (nécessitant entre autres choses moins de ressources consacrées au maintien de l'ordre). Plus un régime est strict, autocratique ou oligarchique, autoritaire, concentrant les ressorts d'action (richesse, droits, expression....), plus la distance au pouvoir est grande. Et plus le degré de confiance réellement consentie est grand.

- distance culturelle: suivant la variété ethnique, religieuse, culturelle, régionale, du dit pays, on peut avoir de très fort degrés internes d'attachement au pays, à son gouvernement, à son identité (dépend aussi de la construction identitaire du pays, hors de ces marqueurs de base).

Link to comment
Share on other sites

Le syndrome du rail chinois

 

http://www.usinenouvelle.com/article/le-syndrome-du-rail-chinois.N233864

 

Il s’agit en Chine d’un objet de fierté nationale dont la presse officielle ne manque jamais de faire l’éloge, surtout à quelques jours du nouvel an lunaire. Cette fierté, c’est le chemin de fer, qui va assurer 258 millions des 3,6 milliards de déplacements prévus pour cette Fête du printemps. En matière ferroviaire, en deux décennies, la Chine sera quasi passée du XIXe au XXIe siècle. Son réseau a atteint les 100 000 km. Son programme à grande vitesse retient l’attention de tous. En s’appuyant sur les transferts de technologie des SiemensBombardieret Shinkansen – Alstom est resté en retrait –, les industriels du matériel roulant CSR et CNR fabriquent seuls le CRH, le TGV chinois.

Quant au réseau CRH, il s’étend sans cesse (10 000 km aujourd’hui, 19 000 km prévus en 2015). Dernière ligne en date Celle reliant, sur 502 km, Shenzhen à Xiamen sur le corridor côtier. Pourtant, cette histoire est moins glorieuse que les titres flatteurs de l’agence Xinhua. Il y a des problèmes liés à l’affluence inouïe dans les trains chinois : après les bugs de ces dernières années, les autorités n’ont pas pu garantir cette année que les réservations en ligne fonctionneraient correctement pour les fêtes.

Au grand dam des internautes. C’est tout le système qui est malade. On se souvient de l’accident meurtrier du CRH à Wenzhou, en juillet 2011, symptôme d’une croissance folle du réseau à grande vitesse parti de zéro en 2007 et devenu le premier du monde. Mais le syndrome du fer chinois, c’est celui qui affecte le pays : investissement effréné et corruption. Pour preuve, parmi les réformes clés annoncées par Xi Jinping en mars 2013 lorsqu’il est devenu Président figurait en bonne place le démantèlement du ministère des Chemins de fer.

 

Un monstre devenu ingérable et dont l’ancien titulaire, Lui Zhijun, l’artisan du programme CRH, a été condamné à mort pour prévarication en juillet 2013. China Railway, la société d’exploitation créée l’an passé pour prendre le relais et qui emploie 3 millions de salariés, supporte une dette haute comme l’Himalaya : 500 milliards de dollars. Ses pertes sur neuf mois en 2013 s’élevaient à 280 millions de dollars.

Voilà bien les périls guettant la Chine. Si la PBOC, la banque centrale, accumule les réserves de devises (3 800 milliards de dollars) l’économie intérieure déborde de projets d’infrastructures non rentables ou inutiles pour soutenir sa croissance. Selon le Bureau national d’audit, à fin 2013, la dette des collectivités atteindra 2 960 milliards de dollars, à peu près celle de la France, un bond de 58% depuis 2010. Certains analystes prévoient pour la Chine, déjà avec une gourmandise malsaine, une crise de la dette. On souhaite aux Chinois une bonne année… du cheval de bois.

 

Edited by zx
Link to comment
Share on other sites

 

Chine : la menace d'un défaut de paiement illustre les dangers du shadow banking

La plus grosse banque chinoise ICBC est sous la menace d'un premier défaut de grande ampleur de quelque 3 milliards de yuans. Celui-ci pourrai ébranler le secteur du "shadow banking", qui a une très grande importance en Chine.

 

(...)

 

 

Suite: http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140127trib000812016/chine-la-menace-d-un-defaut-de-paiement-illustre-les-dangers-du-shadow-banking.html

Link to comment
Share on other sites

La construction de la 4ème station chinoise en Antarctique continue à avancer malgré le mauvais temps. La construction de la structure et de l'extérieur est terminé, l'agencement intérieur vient d'être commencé.

 

http://youtu.be/YG2aXbqsHZ8

 

http://youtu.be/mMMBsKbQnhc

 

En matière de design, ils ont manifestement bien profité de leur partenariat éphémère avec la Fondation Polaire belge qui gère la station Princesse Elisabeth... ???

Link to comment
Share on other sites

En attendant, il ne fait pas bon être militant anti-corruption en Chine. Verdict dans le procès du Professeur Xu Zhiyong, dont parlait l'éditorial du Monde qui avait suscité cette controverse sémantique l'autre jour: 4 ans de prison.

 

Suite et détails: http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/26/chine-un-militant-anticorruption-condamne-a-quatre-ans-de-prison_4354625_3216.html

 

Après Xu Zhiyong, deux nouveaux militants anti-corruption condamnés: Hou Xin et Yuan Dong. Ce qui est paradoxal, c'est que, comme Xu, ils sont condamnés pour leur lutte contre la corruption... considérée comme prioritaire par le Parti. Lutter contre la corruption, c'est bien, en-dehors du Parti c'est passible de prison...

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/29/97001-20140129FILWWW00299-chine-2-militants-anti-corruption-condamnes.php

Link to comment
Share on other sites

Je vais être cynique mais c’est compréhensible : le PC cherche à garder le monopole de la vie politique et dont l’existence dépend de son noyautage de la vie sociale et économique. Permettre des actions militantes d’exister hors du parti, c’est prendre le risque que s’amorce des mouvements de contestations structurés et autonomes/indépendants pouvant le faire tomber. C’est du tout ou rien.    

Edited by Shorr kan
Link to comment
Share on other sites

Il faut comprendre qu'en Chine il existe une intrication très profonde entre la mafia et les membres du parti. Cependant le PCC n'est pas un mouvement homogène mais est composé de plusieurs courants.

 

La lutte anti corruption ce n'est que la prise d'un nouveau territoire quand un responsable du parti d'un certain courant est remplacé par un autre d'un autre courant.

Link to comment
Share on other sites

Cependant le PCC n'est pas un mouvement homogène mais est composé de plusieurs courants.

 

De fait, dans une telle architecture politique, le PCC est l'arène politique du pays; seuls ceux qui ont la carte de membre ont un semblant de franchise, tout le reste étant de fait une citoyenneté de seconde classe. Mais seuls ceux qui ont une position et une influence dans le PCC sont réellement part au processus politique du pays, créant sa pyramide de décision (évidemment, l'immense majorité étant à la base de la pyramide, sans grand pouvoir par eux-mêmes) et formant les divers réseaux (pyramidaux eux aussi) qui sont, pour vite résumer, les factions en lutte d'influence permanente.

La thème de la lutte contre la corruption est un objet politique: tout le monde concourt du système, corrompu en essence (dans le sens où on parle d'un système de factions essentiellement népotiques, reposant sur des échanges d'obligations), mais tout le monde essaie d'organiser la lutte contre la corruption de l'autre faction et surtout d'être vu le faisant (et si possible, réussissant), ce qui n'est en fait que la lutte pour dégommer les réseaux et positions des autres factions (pour les remplacer par les siens).

Link to comment
Share on other sites

Pour les œnologues:

 
La Chine ambitionne de devenir le premier vignoble au monde d'ici cinq ans

La République rouge, premier consommateur au monde de vin rouge, est devenue en quelques années le cinquième producteur mondial. Les ambitions viticoles du pays semblent sans limite.


http://www.lefigaro.fr/conso/2014/01/29/05007-20140129ARTFIG00498-la-chine-ambitionne-de-devenir-le-premier-vignoble-au-monde-d-ici-cinq-ans.php

Link to comment
Share on other sites

http://www.scmp.com/news/china/article/1415742/taiwan-and-china-hold-historic-talks-avoid-sensitive-issues

Rapprochement sino-taiwanais ?

Taiwan’s chief policymaker on China will meet his mainland counterpart in China in February in what will be the highest-level official talks between the two sides since 1949, but said on Tuesday he would not discuss “sensitive political issues”.

Link to comment
Share on other sites

En Chine c'est déjà le nouvel an chinois, la fête traditionnelle la plus importante qui dure plus de 7 jours d'affilé. Ils sont en année de cheval et entre dans la 4721ème année (??).

 

Quelques unités de l'armée chinoise saluent le peuple à la télévision.

 

http://youtu.be/g_8e5EsY5AA

 

D'autres continuent à rester à leur poste, notamment les gardes de frontière.

 

http://youtu.be/v7gb3yLlOSA

 

Le Vice-président de la Commission militaire centrale du Parti communiste chinois, Qiliang XU, a rendu visite à un centre d'essai des armements terrestres. Plusieurs nouveaux armements ont été dévoilés dans la vidéo.

 

http://youtu.be/_P39KyFJZwY

 

Un nouveau LRM

 

svoBeVK.jpg
 
Un nouveau canon de défense aérienne monté sur un blindé 8x8
 
NAOmSGb.jpg
 
xufiyW4.jpg
 
nAWGMTR.jpg
 
Un nouveau canon Gatling
 
C3WHLzP.jpg
 
Ce qui semble être un nouveau fusil "intelligent" de Type 05 (??)
 
apJGMGF.jpg
 
Un autre, je ne sais pas ce que c'est...
 
9KYfShU.jpg
 
Henri K.
Link to comment
Share on other sites

C'est maniable, ça ?  ???

 

Si je ne me trompe pas, ils sont dans la salle de tir "humide" du centre d'essai des armements légers, de la base d'essais des armements terrestres de Baicheng.

 

bfXjTkj.jpg
 
SkIgTPZ.jpg

 

Dans ma photo, à gauche ça devrait être un mec comme ça -

 

YJShPwV.jpg

 

Dans une autre salle de tir "chaude"

 

cGsfqMP.jpg

 

Et la salle de tir "froide"

 

uoLEQ1L.jpg

 

Tous les armements chinois doivent subir une batterie de tests qui simulent l'utilisation dans les 4 coins du pays, donc adapter à toutes les conditions météorologiques.

 

Ce qui m'intéresse c'est le mec à droit, qui porterait le nouveau fusil intelligent ZH-05

 

umZWii6.jpg
 
a8IKsX7.jpg
 
2PPCoQ2.jpg
 
soFB7eM.jpg

 

Henri K.

Edited by Henri K.
Link to comment
Share on other sites

ça ne date pas d'aujourd'hui, mais ça ne s'arrange pas: la fâcherie entre Pékin et Washington à propos de la censure et de la liberté de presse s'accroît:

 
Le ton monte entre Pékin et Washington sur la liberté de la presse

Des joutes verbales entre la première et la deuxième puissance mondiale offrent une nouvelle illustration de l'affrontement idéologique entre deux systèmes. Washington a sévèrement critiqué Pékin, la semaine passée, à propos des atteintes à la liberté de la presse en Chine après l'expulsion d'un correspondant du New York Times . La République populaire s'est vivement défendue contre toute ingérence.

 

 

 

Suite: http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/02/01003-20140202ARTFIG00047-le-ton-monte-entre-pekin-et-washington-sur-la-liberte-de-la-presse.php

Link to comment
Share on other sites

Apparemment c'est passe sous le radar ici: la Chine continue ses manœuvres pour grappiller de la souveraineté en mer de Chine au detriment des nations voisines, qui ne peuvent guere s'opposer a la nouvelle puissance navale chinoise. Cette fois c'est le recif de James, appartenant a la Malaisie qui est vise et cela n'est pas la premiere fois.

 

L'article de reuters, un peu vulgarise et un poil biaise sans doute:

http://uk.reuters.com/article/2014/01/26/uk-china-malaysia-idUKBREA0P06X20140126

 

Et l'article du Diplomat, plus détaille et mieux nuance:

http://thediplomat.com/2013/10/malaysia-to-establish-marine-corps-and-south-china-sea-naval-base/

Link to comment
Share on other sites

La Chine gagne (un peu) en transparence

Le recours au secret d’Etat pour des informations censées être publiques sera bientôt interdit en Chine. Ces nouvelles règles de conduites doivent entrer en vigueur à compter du 1er mars 2014 a fait savoir l’agence d’Etat Chine Nouvelle. Une annonce qui intervient alors que l’opinion chinoise fait pression pour plus de transparence dans tous les domaines de la vie publique. (...)

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20140204-chine-secret-etat-opinion-chinoise-transparence-donnees-publiques

Link to comment
Share on other sites

Les États-Unis restent de très loin la puissance dominante mais pourraient être rattrapés dès 2050.

La Chine poursuit sa course à l'armement et pourrait rivaliser d'ici à 2050 avec les États-Unis sur le plan militaire. En soulignant l'accent mis par Pékin sur l'acquisition de certains matériels - avions de combat, porte-avions, drones -, le rapport annuel de l'Institut international d'études stratégiques (IISS), publié mercredi, précise une tendance déjà nette.

(...)

 

Suite: http://www.lefigaro.fr/international/2014/02/05/01003-20140205ARTFIG00377-la-chine-accelere-sa-course-a-l-armement.php

 

Au-delà de la question de la Chine, le rapport a l'air intéressant, mais est un peu cher: 290£! http://www.iiss.org/en/events/events/archive/2014-0f13/february-e91c/launch-of-the-military-balance-2014-19bc

Link to comment
Share on other sites

L'état réel de l'économie chinoise (et notamment ses perspectives de croissance) continue d'inquiéter les leaders économiques occidentaux:

PIMCO: la Chine est la «viande mystère» des pays émergents

Publié le 05/02/2014 à 13:28, mis à jour le 05/02/2014 à 13:31

 

Après Soros et d’autres personnalités financières, Bill Gross, le gestionnaire obligataire vedette, a affirmé que le rythme de la croissance chinoise est la plus grosse interrogation pour les pays en développement et le plus gros risque pour les marchés boursiers.

«Je surnomme la Chine "la viande mystère des pays émergents"», a déclaré Bill Gross, gestionnaire de PIMCO, le plus gros gestionnaire d’obligations au monde, au cours d’une entrevue à l’émission «Market Makers» diffusée sur Bloomberg Television. (...)

 

Suite: http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/pimco-la-chine-est-la-viande-mystere-des-pays-emergents/565973

Link to comment
Share on other sites

La 4ème station scientifique chinoise en Antarctique, la station Taishan, est inaugurée aujourd'hui. D'ici fin 2014 début 2015, les Chinois vont construire une 5ème station en Antarctique. Un nouveau brise-glace ainsi que des avions spécialisés sont actuellement en construction.

 

http://youtu.be/CJOCLKpoYN8

 

La 12 vague de casques bleus chinois au Liban a terminé les premiers travaux que l'ONU leur a confié.

 

http://youtu.be/Qr4tD-XPghI

 

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,961
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...