Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Drone, Cyborg et Cybernétique


Tactac
 Share

Recommended Posts

Drone, Cyborg et Cybernétique

Voici le projet Atlas subventionné par la DARPA :

Meet Atlas, a new, 6-foot, 2-inch-tall humanoid robot designed for a contest being held by the US Defense Department. The 290-pounds machine is being called “one of the most advanced humanoid robots ever built,” in no small part due to its 28 different hydraulic joints and freakishly good balance.

Certains pourront dire qu'il fait plus rire qu'autre chose, mais remplacez ses bras par des Gatlin et vous avez le T1  :rolleyes:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Disons que le principal souci c'est que même avec des gatling ton robot il a toujours sa laisse. tant qu'ils trouveront pas une source d'énergie à coller dedans on aura de la marge et vu tous les câbles et autres circuits, rien que le fait de braquer une MAG58 dans sa direction et il tombe en panne :lol: en admettant qu'ils puissent le blinder au niveau NIJ IV partout ce qui ferait exploser son poids. Pas l'impression que le robot humanoïde façon Terminator soit pour demain.

Link to comment
Share on other sites

Disons que le principal souci c'est que même avec des gatling ton robot il a toujours sa laisse. tant qu'ils trouveront pas une source d'énergie à coller dedans on aura de la marge et vu tous les câbles et autres circuits, rien que le fait de braquer une MAG58 dans sa direction et il tombe en panne :lol: en admettant qu'ils puissent le blinder au niveau NIJ IV partout ce qui ferait exploser son poids. Pas l'impression que le robot humanoïde façon Terminator soit pour demain.

Il pèse dans les 180kg, ce qui laisse de la marge, je pense même qu'il est possible de monter à 400kg voir un peu plus, les planchers en bétons sont conçus pour porter bien plus lourd.

Link to comment
Share on other sites

Sauf que son hydraulique n'est pas prévue pour 400kg. Donc faudra augmenter sa "musculature" donc son poids va encore monter, sa consommation aussi, donc son poids va augmenter pour pouvoir caser une batterie plus adéquate et tout cela fera exploser le prix bien évidemment. Et voir l'impact en termes de réactivité. Bilan, pour le prix d'un malheureux Terminator en contreplaqué tu peux t'équiper tout un groupe de combat avec le must en terme de protection, armement et équipement ou quelques UGCV à roue/chenille. Plus de feu, plus de polyvalence, meilleure endurance aux dommages/perte.

Rien qu'en rajoutant une centaine de kilos de blindage le bousin tirera la tronche, restant ensuite à lui coller quasiment autant en armement parce que je ne vois pas ce genre d'engin avec seulement une M240 ou un M2.

Mais à voir la façon dont les choses évoluent, on devrait avoir quelque d'intéressant d'ici une dizaine d'année. Peut être même avant bien que mis à part le zéro mort, je ne trouve pas de raison pertinente de faire un robot bipède plus complexe et plus cher tout en ayant moins de capacité de transport qu'un engin à roues/chenilles pour un gain de franchissement à la limite de l'anecdotique (puisqu'on pourrait facilement contourner le problème en déployant des drones flottants/ volants.

Link to comment
Share on other sites

Je me demande ou ils en sont dans les recherches de muscles artificiels.

 

L'avantage d'un engin totalement bipéde est qu'il peut aller partou ou va l'homme voir même saisir les véhicules ennemeis. Mais qu'en plus sa petite taille lui permet d'etre plus discret qu'un véhicule gros comme une maison....

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/09/19/empathie-quand-les-soldats-americains-sentichent-de-leurs-robots/

Sur les champs de bataille et dans le domaine militaire, l’usage de robots est de plus en plus fréquent. Surtout lorsqu'il s’agit de faire le sale boulot et de détecter des engins explosifs, tâche souvent déléguée aux automates.

 

Des êtres artificiels dont s’entichent de plus en plus de soldats, qui les assimilent parfois à des animaux de compagnie, les prénomment et les considèrent dans certains cas comme des extensions d’eux-mêmes.

 

C’est ce que révèle une étude menée sur les soldats américains spécialisés dans le désarmement et l’élaboration de charges explosives, qui ont souvent recours aux robots lorsque la tâche devient trop périlleuse.

 

“Ils disent qu’ils sont en colère lorsque un robot est désactivé parce qu’il s’agit d’un outil important, mais ils ajoutent souvent ‘pauvre petit’ ou disent qu’ils ont organisé un enterrement pour lui”, affirme Julie Carpenter, qui a mené l’enquête sur 23 de ces soldats spécialistes des armes chimiques, biologiques ou radioactives, têtes nucléaires comprises.

 

Nombre d'entre eux ont déclaré qu’ils donnaient à leurs robots des noms de célébrité, ou les prénommaient comme leur femme ou petite amie. Preuve de l'affection des soldats pour leurs automates : aucun n’a reçu le petit nom d’une ex-conquête.

 

“Ils savent qu’il s’agit d’un outil, mais en même temps, des formes de réponses indiquent qu’ils interagissent avec le robot de la même façon qu’il le font avec des êtres humains ou des animaux”, précise cette doctorante à l’université de Washington. Ces machines “sont des outils primordiaux qu’ils conservent, sur lesquels ils comptent et dont ils se servent quotidiennement. Ce sont également des outils (...) qui peuvent agir comme des doublures pour un membre de l’équipe”, ajoute-t-elle.

 

Julie Carpenter souligne le risque potentiel engendré par cette empathie sur le champ de bataille. “Si vous vous sentez attachés à quelque chose, cela affectera votre prise de décision”, prévient-elle.

 

L’affection des soldats envers leurs robots pourrait grandir. Car si pour l’instant, ces machines ne ressemblent à rien d’humain, l’armée américaine envisage de les doter d’une apparence plus humaine ou animale.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Oui ,mais par dessus tout je pensais pas qu'on était rendu a ce niveau ,même si le projet en lui même est abandonner l'expetise reste et avec google qui rachète plusieurs entreprise de robotic, il serait pas trop étonnant d'en voir se promener ici et là  dans les prochaine années ...

Link to comment
Share on other sites

 

tu viens de découvrir BIGDOG ? le projet à été abandonner avec l'arrêt du programme MULE

 

Ah bon car d'aprés Wiki les test continuent, Bigdog doit etre capable de parcourir 32km en 24h sans ravitaillement et en portant une charge de 180kg.

 

http://en.wikipedia.org/wiki/BigDog

http://en.wikipedia.org/wiki/Legged_Squad_Support_System

http://www.darpa.mil/Our_Work/TTO/Programs/Legged_Squad_Support_System_%28LS3%29.aspx

 

Mise en service en 2014

Edited by stormshadow
Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Cela est effectivement une bonne réflexion, la possibilité d'emploi d'un drone qui pourrait embarqué et évacué 2 blessés, et cela dans des endroits inaccessible à un hélicoptère. 

Reste à savoir si on aura confiance au concept, qui personnellement je trouve très intéressant, la technologie ayant bien évoluée on a de bonne piste pour aboutir à un drone evasan employable et sécurisant. 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
Le 10/07/2018 à 10:44, Gibbs le Cajun a dit :

Cela est effectivement une bonne réflexion, la possibilité d'emploi d'un drone qui pourrait embarqué et évacué 2 blessés, et cela dans des endroits inaccessible à un hélicoptère. 

Reste à savoir si on aura confiance au concept, qui personnellement je trouve très intéressant, la technologie ayant bien évoluée on a de bonne piste pour aboutir à un drone evasan employable et sécurisant. 

 

En complément, un article très récent publié sur le site Scoop It ; l'engin de la société israélienne Tactical Robotics est rebaptisé "Cormorant" (plus sexy que le nom initial de AirMule). Il offre un volume cargo de 2.4m3 et pourra transporter 764kg de charge utile > 

https://vmf214.net/2018/07/30/le-cormorant-cargo-volant-robotise-du-champ-de-bataille/

ou (avec plus de photos) >  https://vmf214.net/2018/07/30/le-cormorant-cargo-volant-robotise-du-champ-de-bataille/

Edited by Bruno
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Des "Centurions volants" pour l'Armée française ... ou une Armée fédérle européenne?

Et si on envisageait un croisement de technologie?

Les forces spéciales françaises intéressées par le « Flyboard Air », la planche de surf volante de Zapata Industries

ECA dévoile son grand projet de robotique humanoïde militaire pour la France

Fantassin à équipements et liaisons intégrés

L'idée serait qu'un fantassin biologique sert d'opérateur à un androïde de téléprésence grâce à un interface adaptée.

L'androïde serait doté d'une combinaison de guerre infocentrée, facile à porter pour lui.

Le flyboard accroit la mobilité de l'androïde sans risque pour l'opérateur qui n'est pas dessus.

Edited by Lame
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Lame a dit :

Des "Centurions volants" pour l'Armée française ... ou une Armée fédérle européenne?

Et si on envisageait un croisement de technologie?

Les forces spéciales françaises intéressées par le « Flyboard Air », la planche de surf volante de Zapata Industries

ECA dévoile son grand projet de robotique humanoïde militaire pour la France

Fantassin à équipements et liaisons intégrés

L'idée serait qu'un fantassin biologique sert d'opérateur à un androïde de téléprésence grâce à un interface adaptée.

L'androïde serait doté d'une combinaison de guerre infocentrée, facile à porter pour lui.

Le flyboard accroit la mobilité de l'androïde sans risque pour l'opérateur qui n'est pas dessus.

Pour le Flyboard Air, effectivement, ils y réfléchissent sérieusement :

« Mieux : son entreprise, Zapata Industries, a même obtenu un financement de 1,3 millions d’euros de la part du ministère des Armées [via la Direction générale de l’armement] pour améliorer son invention. Il est ainsi question de mettre au point un nouveau système de propulsion plus stable et maniable tout en étant moins bruyant, en coopération avec l’ONERA et la société Poly-shape. »

Link to comment
Share on other sites

Le ‎28‎/‎11‎/‎2018 à 17:50, TarpTent a dit :

Pour le Flyboard Air, effectivement, ils y réfléchissent sérieusement :

« Mieux : son entreprise, Zapata Industries, a même obtenu un financement de 1,3 millions d’euros de la part du ministère des Armées [via la Direction générale de l’armement] pour améliorer son invention. Il est ainsi question de mettre au point un nouveau système de propulsion plus stable et maniable tout en étant moins bruyant, en coopération avec l’ONERA et la société Poly-shape. »

Je tiens néanmoins à insister sur une nuance. Moi, je n'envisage pas d'utilisation du surf avec des soldats biologiques dessus mais des androïdes téléopérés par des soldats. Ce n'est quand même pas la même chose. :wink:

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Concept d'emploi des drones: les essaims Raphaël

Quelques articles sur les drones médicaux autonomes qui pourraient être déployés en essaims.

Citation

 

MilliDelta, micro robot méga-précis [Rediffusion]

Mis au point par des ingénieurs américains, voici MilliDelta, le plus petit robot industriel du monde. La micromachine est prévue pour assister les opérations de microchirurgie, manipuler des cellules vivantes ou pour assembler des composants électroniques ultras miniaturisés.

Dans le domaine de la robotique aussi, la taille n’a vraiment aucune importance ! Le gigantisme ne fait rien à l’affaire, nous prouvent aujourd’hui les ingénieurs de l’Institut Wyss de l’Université d’Harvard aux États-Unis. Ils ont battu un record de miniaturisation avec un robot aux proportions ridicules de 15 x 15 x 20 mm.

(…)

Avenir glorieux

Les roboticiens de Harvard lui promettent déjà un avenir glorieux. Des légions de MilliDelta dans l’industrie du High Tech manipuleraient des composants électroniques de plus en plus miniaturisés, effectueraient des microsoudures dans des espaces exigus de 7 millimètres cubes.

Dans le domaine médical, cette mini-mécatronique serait tout à fait capable de corriger en temps réel les tremblements inévitables d’une main de chirurgien et deviendrait ainsi l’assistant des spécialistes en microchirurgie dans les blocs opératoires. « Jusqu’à la manipulation de cellules in vivo » précisent les chercheurs, pas peu fiers de leur nouvelle créature cybernétique, dont la petitesse n’a d’égale que sa précision hors normes.

 

Source: RFI

Citation

 

[L'industrie c'est fou] Ce robot "mille pattes" administre les médicaments dans l'organisme

Développé par une équipe de chercheurs de l'université municipale de Hong Kong, le robot "mille pattes" pourrait servir pour diverses applications. En particulier dans la nanomédecine : sa taille minuscule et ses multiples particularités lui permettraient d'administrer des médicaments directement dans l'organisme.

Depuis plusieurs années, la communauté scientifique travaille sur le rôle potentiel que la nanotechnologie peut jouer dans le secteur de la médecine. Que ce soit pour comprendre le fonctionnement du cerveau, ou pour insérer des produits dans un organisme, l’utilisation de tous petits appareils deviendra de plus en plus répandue.

Des chercheurs de l’université municipale de Hong Kong ont développé un dispositif, à la fois minuscule et mou, qui pourrait si besoin administrer à un malade ses médicaments.

D’une épaisseur ne dépassant pas 0,15 millimètre, ce robot "mille pattes" est doté, comme son nom l’indique, de toutes petites pattes pouvant s’allonger d’environ 0,65 millimètre.

Leur minuscule espacement (0,65 millimètres) et leur très grand nombre permettent au robot de se mouvoir aisément dans le corps humain, en limitant au maximum les contacts. Presque comme s’il glissait, racontent les chercheurs.

L’appareil a été conçu avec du polymère de silicone (Polydiméthylsiloxane) enrichi par des particules magnétiques. Cette particularité améliorerait grandement ses propriétés hydrophobes. Très caoutchouteuse, cette matière est facile à couper, afin de créer des mille pattes de la taille voulue. Toutes ces particularités rendent le robot très rapide, résistant et adaptable à tout type d’environnement.

Le corps humain est composé de réseaux anatomiques complexes, entre veines, artères et canaux de tout type. Un terrain qui pourrait s’avérer rude et rempli d’obstacles pour ce genre de dispositif. Mais les études déjà effectuées montrent que le robot "mille pattes" évolue très bien dans ce type d’environnement. La voie vers une utilisation en nanomédecine est donc désormais ouverte.

 

Source: L’Usine Nouvelle

Citation

 

Le drone terrestre IRONCLAD (BAE Systems – Grande Bretagne)

Le drone terrestre Ironclad possède la particularité d’être modulaire en fonction des missions. Son moteur électrique offre une autonomie de 50 kilomètres. Le module de base pèse environ 200 kg et transporte jusqu’à 250 kg. Ses chenilles en caoutchouc lui donnent une bonne capacité tout terrain et lui permettent de franchir une côte de 45°. Son système de suspension a été breveté. Sa structure en Armox le protège contre les munitions de petit calibre et les éclats du champ de bataille.

L’Ironclad se décline en plusieurs versions : surveillance de zone (il peut être armé d’une tourelle télé-opérée), reconnaissance (doté d’un bloc optronique ou de capteurs NRBC), lutte contre les EEI (mise en place d’un bras mécanique et/ou un système de destruction), transport de blessé ou encore ravitaillement. Un module adaptable qui se fixe au drone a été conçu dans le cadre du transport de blessé sur civière.

 

Source: Ministère français de la Défense

Connexe: SpotMini, le robot-chien de Boston Dynamics, sera commercialisé en 2019

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Quote

Des drones paralysent l'aéroport londonien de Gatwick, l'armée appelée à l'aide

Aéroport de Gatwick (Royaume-Uni) - L'armée et la police tentaient jeudi de trouver les auteurs du survol de drones qui paralyse l'aéroport de Gatwick, deuxième plus important du Royaume-Uni, depuis mercredi soir, affectant des dizaines de milliers de passagers à quelques jours de Noël.

L'aéroport de Gatwick, au sud de Londres, a été fermé mercredi à 21H03 GMT après que deux drones ont été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 03H45 et la piste n'a pu être rouverte de la journée car les drones ne cessaient de réapparaître.

"Nous anticipons que les perturbations se poursuivent demain", vendredi, l'un des jours de l'année où l'aéroport est le plus fréquenté, à l'approche de Noël, a indiqué l'aéroport londonien sur son site internet vers 19H00.

A l'origine de ce blocage inédit, une "activité très ciblée qui visait à fermer l'aéroport et causer le maximum de perturbations juste avant Noël", a dénoncé le PDG de l'aéroport, Stewart Wingate. Il s'est dit "désolé des désagréments que ce comportement criminel a causé aux passagers".

"Nous travaillons de façon très étroite avec la police et les services de sécurité pour essayer de résoudre cela", a-t-il expliqué.

- Matériel spécialisé -

Le ministère de la Défense a indiqué avoir déployé du matériel spécialisé pour aider la police à repérer les coupables.

"D'énormes efforts sont déployés", a déclaré le ministre des Transports, Chris Grayling, à la BBC. "Nous avons introduit une technologie de pointe à Gatwick" pour traquer les drones, a-t-il ajouté.

Des restrictions de vols de nuits seront levées dans certains aéroports jeudi soir pour permettre à des voyageurs d'arriver au Royaume-Uni ou d'en partir, a par ailleurs annoncé le ministre.

Quelque 110.000 passagers devaient emprunter un avion décollant de Gatwick ou y atterrissant jeudi.

Tout au long de la journée, les avions sont restés cloués au sol et des files de passagers en quête d'informations se sont étendues sur plusieurs centaines de mètres, a rapporté un journaliste de l'AFP. D'autres se sont plaints d'être restés bloqués plusieurs heures dans leur avion.

La Première ministre, Theresa May, a "compati pour tous les passagers dont les projets de voyage ont été perturbés (...) A cette période de l'année, c'est particulièrement difficile". Elle a prévenu les coupables qu'ils risquaient jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. La législation encadrant l'usage des drones a été renforcée cette année au Royaume-Uni, interdisant leur utilisation à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres), et de nouvelles mesures sont à l'étude, a-t-elle ajouté.

La police du Sussex, comté où se trouve l'aéroport, a qualifié l'incident d'"acte délibéré", tout en assurant qu'il n'y avait "aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme".

Le directeur opérationnel de l'aéroport, Chris Woodroofe a estimé qu'il faudrait "plusieurs jours" pour que la situation revienne à la normale.

- Couvertures de fortune -

Les passagers cloués au sol ont dû prendre leur mal en patience.

Mamosta Abdulla est resté bloqué quatre heures dans son avion à destination de l'Irak. "Tout le monde transpirait parce qu'il faisait si chaud à l'intérieur. Nous avons reçu un bon de 12 livres pour des rafraîchissements, après deux heures d'attente, et c'est tout".

Tayo Abraham, 31 ans, de Glasgow, en Ecosse, devait s'envoler mercredi avec son fiancé Ope Odedine pour le Maroc où ils doivent se marier mais leur vol a été annulé.

"Cela fait un an qu'on prévoit ça, on ne peut pas commencer à réorganiser le mariage", a-t-elle confié à la BBC.

Les voyageurs ont été invités à ne pas se rendre sur place et à vérifier le statut de leur vol auprès de leurs compagnies aériennes.

Chris Woodroofe a expliqué dans la journée qu'un hélicoptère survolait la zone. "Mais la police nous dit qu'il serait dangereux de vouloir abattre le drone en raison du risque de balles perdues", a-t-il précisé.

Gatwick est le huitième aéroport d'Europe en termes de trafic et se classe juste derrière Bombay comme aéroport à piste unique le plus fréquenté.

Il dessert plus de 228 destinations dans 74 pays et quelque 45 millions de passagers y passent chaque année.

mpa-pau/bp

TWITTER

(©AFP / 20 décembre 2018 20h21)

 

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Le pilotage de drone "en mode multispectral " (!?)
 

Citation

Un engin militaire d'avenir

Le Centre d'excellence drones de Salon-de-Provence développe de nouvelles technologies qui intéressent de près l'armée. Le commandant Daniel Gigan travaille ainsi à la mise au point d'un drone intelligent, qui pourrait affronter des drones pilotés par des humains en se déplaçant tout seul sur un circuit. Sur le terrain militaire, cela permettrait de transformer le drone en un robot aérien totalement autonome. L'armée s'intéresse aussi au mode « multispectral » de pilotage, qui permet de gérer plusieurs drones à la fois en essaim. Enfin, le CED étudie de près l'impact des champs électromagnétiques émis par ces aéronefs pour mieux contrer à l'avenir les drones hostiles.

Source: Le Parisien

Citation

Le marché du drone professionnel prêt à décoller

Amazon a réalisé sa première livraison par drone en décembre dernier : ce type de service est appelé à se développer. Le BCG estime qu’à terme, 1% des livraisons se feront avec des drones. 1%, ça ne donne pas l’impression d’être très lourd, mais il faut quand même rappeler qu’il y a une contrainte de poids et de taille avec cette livraison par drone. On livrera donc des petits colis en ville, voire peut-être en proche banlieue, mais pas au-delà, toujours à cause de ce problème de poids. Il faut aussi rappeler que pour que ce type de service soit rentable, il faut qu’un seul opérateur puisse piloter plusieurs drones en même temps, ce qui, à ce stade, n’est pas permis.

Source: RTBF info

Citation

Boeing dévoile un avion de combat futuriste sans pilote

En un siècle, les avions de combat seront passés du biplan équipé de mitrailleuses centrales a une escadrille pilotée par un seul pilote. C'est ce que dévoile Boeing en Australie sur le salon Avalon 2019, un rendez-vous de l'aéronautique qui se tient jusqu'au 3 mars à Geelong dans l’État du Victoria. Il s'agit de Boeing Airpower Teaming System, un drone militaire.

C'est un drone un peu particulier. D'abord par sa taille, 11,7 mètres de long, qui est est celle d'un avion plus que d'un modèle réduit. Mais aussi par son pilotage qui se fait à distance, mais pas depuis la terre. C'est le pilote d'un avion de chasse -il sera compatible avec les Boeing F/A-18E/F Super Hornet- qui en a le contrôle depuis son cockpit. Il pourra même en gérer plusieurs à la fois afin de composer une escadrille de six drones.

Source: BFMTV

Questions:

-Est-ce qu'il existe déjà des systèmes permettant à un opérateur unique de contrôlé plusieurs drones simultanément?

-Si non, hors cas de "transhumanisation" de l'opérateur, pensez-vous qu'il soit possible à un opérateur unique de contrôler plusieurs drones ou est-ce un concept "paravant" de l'automatisation des drones armés?

Edited by Lame
Link to comment
Share on other sites

Effectivement il est dors et déjà possible pour un seul opérateur de contrôler plusieurs drones.

En fait il faut bien comprendre que la notion de "délégation d'autorité " est une notion continue. Il y a de nombreux états intermédiaires entre tout manuel et tout automatique (management by design, by exception,....). En general les concepts d'operations pour les flottes de drone reposent sur l'idée qu'un seul drone (au plus) necessite un contrôle (quasi-) direct à la fois,  les autres drones opérant alors avec une délégation plus importante. Du coup l'opérateur s'occupe en fait d'un seul drone à la fois.... (les techniques d'essaim peuvent aussi être comprises comme une abstraction permettant de contrôler plusieurs drone en contrôlant un seul "objet": l'essaim)

Par ailleurs cette notion de délégation est aussi à comprendre par rapport au risque et à la complexité du milieu/de la mission. Ainsi un opérateur ne pourra superviser qu'un seul drone si le safety case le requiert, ou si la mission est complexe. Mais le même opérateur pourra s'occuper de plusieurs drones (sans que ces drones soient nécessairement plus "intelligents ") dans un cas plus simple. 

Et bien sûr à mesure que la technologie progresse, de plus en plus de décisions peuvent en fait être déléguées,  si bien que la flotte contrôlée par un seul opérateur peut être de plus en plus importante.

Edited by bibouz
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Bibouz, merci pour tes explications mais j'avoue que je maîtrise mal le jargon de ce secteur.

Selon toi, dans un contexte militaire, qu'est-ce qui est déjà techniquement faisable parmi les stratégies de contrôle des drones suivantes?

Stratégie 1 : Plusieurs drones volent en formation avec un drone téléopéré et l’imitent en tout.

Stratégie 2 : Un drone est téléopéré et des drones autonomes appuient son action selon des directives prédéfinies.

Stratégie 3 : Des drones autonomes appliquent une stratégie (simple) choisie par leur superviseur parmi des stratégies (simples) préprogrammées.

Stratégie 4 : Un ordinateur téléopère plusieurs drones selon la stratégie (complexe ou non) choisie par son superviseur parmi des stratégies (complexes ou non) préprogrammées.

Link to comment
Share on other sites

En complément de mon message "Le pilotage de drone "en mode multispectral " (!?)"
 

Citation

 

Un chercheur met au point une machine capable de contrôler 4 drones par la pensée

Panagiotis Artemiadis, un chercheur de l'Arizona State University (ASU) a fabriqué une machine qui permet de contrôler avec le cerveau jusqu'à quatre drones séparément, grâce à un casque composé de 128 électrodes posé sur le crâne.

Le casque enregistre l'activité cérébrale de la personne qui le porte et envoie des signaux vers un ordinateur, un second ordinateur envoie alors des ordres pour guider les robots.

La connaissance du cerveau humain

Lorsqu'on pense à certaines choses, des zones bien précises du cerveau s'activent et grâce à des algorithmes, l'ordinateur est en mesure de déchiffrer ce à quoi pense la personne.

Le porteur du casque pense à certaines tâches qu'il veut faire effectuer aux robots: s'il veut qu'ils se séparent, les drones s'exécutent. "Nous savons quelle partie du cerveau contrôle cette pensée", explique Artemiadis.

Travail de longue haleine

Artemiadis travaille à son projet depuis qu'il a obtenu son doctorat en 2009. "Au cours des deux à trois dernières décennies, il y a eu beaucoup de recherches sur la simple interface entre le cerveau et la machine, où vous contrôlez une seule machine", précise-t-il.

Au fil de ses recherches, Artemiadis s'est étonné d'apprendre que le cerveau humain se soucie des comportements collectifs et, plus surprenant encore, qu'il est concerné par des choses que nous ne faisons pas nous-mêmes.

Une forte concentration

Le chercheur américain a travaillé durant deux années avec des pilotes de l'US Air Force qui se demandaient ce qui se passerait s'ils pensaient à autre chose que les drones. Artemiadis leur a donné des techniques pour resté concentré dessus, sans quoi ça ne fonctionne pas. Le stress ou la faim peuvent suffire à faire échouer le fonctionnement du système.

Chaque personne étant différente et les signaux cérébraux changeant chaque jour, le système doit être recalibré chaque jour*.

Artemiadis voit encore beaucoup plus loin : la prochaine étape pour lui est de faire contrôler plusieurs robots par plusieurs personnes. Il va poursuivre ses expériences dans de plus grands espaces et imagine déjà des essaims de drones pratiquer des opérations de sauvetage ou de recherche à l'avenir.

 

Source: RTBF

 

Connexités au sujet des drones

- Air & Cosmos // Dynetics sur la phase 3 du programme Gremlins

- Air & Cosmos // Royaume-Uni : Des drones en essaim déployés en 2019 ?

 

Connexités au sujet de l'opérateur

- Zone militaire // Le premier casque destiné aux pilotes de F-35 a été livré (*Pensez aux électrodes du système d'Artemiadis)

- Transhumanisme et intelligence artificielle // Les USA ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Les prémices des drones de téléprésence humanoïdes

Vous vous souvenez d'Asimo, le robot astronaute qui pouvait faire des sauts périlleux? Voici l'un de ses futurs successseurs:

Citation

Le robot T-HR3 reproduit les gestes en temps réel

T-HR3, le robot humanoïde de Toyota est donc capable de reproduire tous les mouvements humains, mais le plus innovant est qu’il le fait en temps réel. En effet ce robot se commande à distance grâce à un équipement de réalité virtuel. C’est ainsi qu’il réalise chaque action en même temps que vous.
Imaginez envoyer des robots sur des chantiers à risques, ces derniers pourront exécuter chaque tâche qu’on leur mimera de faire en étant bien au chaud, à distance.
Ils pourront également dans la même logique être envoyés sur des sites dangereux, et devenir les avatars des techniciens et des scientifiques.

Et puis la précision des gestes et la délicatesse dont fait preuve T-HR3, lui prédis aussi un avenir dans le domaine de l’assistance à la personne. Il pourra réellement seconder physiquement les infirmiers et les aides-soignants, pour qui porter des malades peut-être vraiment épuisant au quotidien. Il pourra aussi être une assistance constante pour les personnes âgées qui sont de plus en plus nombreuses au Japon.

Source: Adopte un robot.com
 

Citation

Quand Toyota associe la technologie Docomo 5G à sa dernière invention

Toyota Motor Corporation et NTT Docomo ont déclaré la semaine dernière avoir mené à bien un projet visant à contrôler le T-HR3 par le biais de la technologie Docomo 5G. Une bonne nouvelle pour le secteur de la robotique, à ne pas en douter..

Imaginé et développé par le géant de l’automobile Toyota, ce robot humanoïde de troisième génération a été dévoilé pour la toute première fois au grand jour en nove

La particularité du robot T-HR3 réside dans le fait qu’il est en mesure d’imiter les gestes et le comportement d’une personne, que ce soit dans une maison ou dans un établissement de santé. Grâce à la technologie Docomo 5G, les compétences ainsi que les capacités du T-HR3 se verront décupler. Cette démarche de Toyota s’inscrit dans la vision « une société prospère de mobilité ».

Si tout se passe bien, la présentation de la technologie T-HR3 intégrée au robot humanoïde T-HR3 aura lieu le 6 décembre 2018 durant la journée porte ouverte de Docomo.

La technologie T-HR3 va améliorer beaucoup de choses

À travers le T-HR3, Toyota veut prouver au monde entier que le robot ne se limite pas à la science-fiction. Cet engin simule à la fois la forme physique et les réactions d’un être humain. Pour aboutir à un résultat proche de la perfection, il faut que les communications entre le système de manœuvre maître et les signaux de commande du T-HR3 soient en parfaite cohésion, d’où l’utilité de la technologie de Docomo.

Cette technologie de communication innovatrice a pour mission de réduire les retards de communication, et ce, de manière considérable. En sus, elle contribue à la conception d’un système sans fil qui dépasse tous les entendements. Les essais ont démontré qu’un robot T-HR3 équipé d’un Docomo 5G peut être contrôlé à une distance de 10 km.

Un projet sur le long terme

Toyota et Docomo ne comptent pas en rester là. Les deux entités prévoient de réaliser d’autres essais en vue de définir tous les scénarios d’utilisation du robot humanoïde T-HR3. La technologie Docomo 5G pourrait bien les pousser sur le devant de la scène. Si tout se passe pour le mieux, des services 5G seront disponibles à travers le monde entier d’ici 2010.

L’opérateur mobile japonais Docomo, pour sa part, entend présenter les services 5G en septembre 2019. Le constructeur automobile a confirmé sa présence à la journée porte ouverte organisée par NTT Docomo. Elle se tiendra à Tokyo Big Sight. Un rendez-vous à ne surtout pas rater.

À travers le T-HR3, Toyota veut prouver au monde entier que le robot ne se limite pas à la science-fiction. Cet engin simule à la fois la forme physique et les réactions d’un être humain. Pour aboutir à un résultat proche de la perfection, il faut que les communications entre le système de manœuvre maître et les signaux de commande du T-HR3 soient en parfaite cohésion, d’où l’utilité de la technologie de Docomo.

Cette technologie de communication innovatrice a pour mission de réduire les retards de communication, et ce, de manière considérable. En sus, elle contribue à la conception d’un système sans fil qui dépasse tous les entendements. Les essais ont démontré qu’un robot T-HR3 équipé d’un Docomo 5G peut être contrôlé à une distance de 10 km.

Toyota et Docomo ne comptent pas en rester là. Les deux entités prévoient de réaliser d’autres essais en vue de définir tous les scénarios d’utilisation du robot humanoïde T-HR3. La technologie Docomo 5G pourrait bien les pousser sur le devant de la scène. Si tout se passe pour le mieux, des services 5G seront disponibles à travers le monde entier d’ici 2010.

L’opérateur mobile japonais Docomo, pour sa part, entend présenter les services 5G en septembre 2019. Le constructeur automobile a confirmé sa présence à la journée porte ouverte organisée par NTT Docomo. Elle se tiendra à Tokyo Big Sight. Un rendez-vous à ne surtout pas rater.

Source: FredZone FZN

Surrogates quant tu nous tiens!

A défaut de remplacer les soldats humains sur le terrain, ce drone permettra d'étendre leurs possibilités, par exemple en permettant de valoriser certains engins inadaptés à des utilisateurs humains dans un contexte d'aversion aux pertes.

 

Edited by Lame
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,632
    Total Members
    1,550
    Most Online
    gabin1980
    Newest Member
    gabin1980
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...