Recommended Posts

Peut être qu'ils paient pour garder la stabilité mais je pense toujours que VP aurait du "confiner" Loukachenko dans uns datcha à l'Est de l'Oural et miser sur quelqu'un de neuf.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/lukaschenkas-schwaeche-stuerzt-auch-den-kreml-ins-dilemma-16954956-p2.html (15 septembre 2020)

Pour sortir du dilemme de Loukachenko, Moscou semble vouloir procéder à une réforme constitutionnelle pour la Biélorussie, que le dictateur lui-même avait suggérée et liée à de nouvelles élections ultérieures, mais que Poutine a maintenant abordée à Sotchi. Certains soupçonnent que ce dernier, comme Loukachenko, essaie de gagner du temps. D'autres voient comme objectifs possibles l'installation d'un successeur fidèle au Kremlin à Minsk ou une distribution plus large du pouvoir dans laquelle Moscou pourrait exercer une influence par le biais d'acteurs, de partis et de participations. Mais le dictateur a encore suffisamment d'exécutants dans l'appareil de sécurité et le système judiciaire pour torpiller la recherche par Moscou d'un partenaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.eurozine.com/lukashenkas-waiting-game/ (8 septembre 2020)

Lev Gudkov, directeur du Levada Center :

L'explication économique est que, depuis 2014, le modèle économique du régime Loukachenko a cessé de fonctionner. L'une des raisons en est le faible prix du pétrole. Avec ses deux raffineries pour le traitement du pétrole russe, la Biélorussie est tout aussi dépendant du pétrole que son voisin. L'autre raison est le conflit avec Moscou. Après l'annexion de la Crimée, Loukachenko a tenté d'exploiter la détérioration des relations entre la Russie et l'Occident afin d'obtenir des subventions de Moscou, des rabais sur le pétrole et le gaz, et un traitement préférentiel dans de nombreuses affaires. Sinon, il a menacé de rapprocher la Biélorussie de l'Occident.

Cependant, la Russie ne s'est pas laissée faire au chantage et a plutôt réduit les concessions accordées aux Biélorusses afin de faire pression sur le pays pour qu'il forme une union. Ces deux facteurs ont conduit à une stagnation économique, ressentie notamment par le constructeur de camions MAZ, dont la production a diminué de deux tiers au cours des dernières années. La situation sociale s'est également aggravée. Aujourd'hui, les revenus réels sont toujours au même niveau qu'en 2008.

Quelle image les Russes ont-ils de la Biélorussie ?

Une image très positive. On dit de la Biélorussie qu'elle est le pays vers lequel la Russie est le plus favorablement disposée. Dans les enquêtes réalisées par le Centre Levada, la Biélorussie passe toujours avant la Chine et le Kazakhstan.

Pourquoi ?

La Russie et la Biélorussie ont de nombreux liens. La frontière est ouverte. La Russie est le plus important partenaire commercial de la Biélorussie et de nombreux Biélorusses travaillent en Russie. Tous les Biélorusses parlent couramment le russe. Les Russes et les Biélorusses partagent en grande partie la même culture, beaucoup d'entre eux regardent même les mêmes chaînes de télévision. Par conséquent, la propagande d'État russe est très influente en Biélorussie. Tout cela réduit les préjugés et les réserves des deux côtés.

La population russe est-elle favorable à l'unification ?

Non. Ils ne sont pas particulièrement intéressés par l'absorption de la Biélorussie dans la Fédération de Russie. Selon nos sondages, seulement 13 % de la population russe est favorable à l'unification. La plupart des gens pensent que les relations devraient rester telles quelles.

Comment cela se compare-t-il avec l'image que les Russes ont de l'Ukraine ?

La propagande du Kremlin présente l'Ukraine comme un pays étranger et hostile. Elle discrédite constamment la poursuite de la démocratie par les Ukrainiens et leur focalisation sur l'Occident. Jusqu'à l'annexion de la Crimée, c'était un travail difficile : les relations étaient trop étroites, les deux pays avaient une culture commune, des liens économiques, et surtout les gens avaient des liens familiaux. La révolution de Maidan et l'annexion de la Crimée ont tout changé. Une propagande d'État agressive a réussi à convaincre de nombreuses personnes en Russie qu'il y avait eu un coup d'État en Ukraine et que des nationalistes radicaux avaient pris le pouvoir : les soi-disant banderovci, fascistes et ennemis de la Russie. Selon la propagande, la seule voie qui s'offrait à la Russie était de protéger les Ukrainiens russophones du génocide.

Y a-t-il des similitudes entre les événements de Biélorussie et les bouleversements en Arménie, en Géorgie et en Ukraine ?

La situation en Biélorussie est complètement différente. L'Arménie et la Géorgie ont connu des conflits armés avec leurs voisins ou des séparatistes. L'Arménie est en guerre avec l'Azerbaïdjan depuis 30 ans à propos du Haut-Karabakh. La Géorgie a subi une défaite dans la guerre contre les séparatistes abkhazes au début des années 1990 et dans la guerre contre la Russie en 2008. Cela a laissé des traces.

Quelles sortes de traces ?

Un grand rôle est joué par la consolidation négative, par laquelle j'entends l'intégration sociale interne réalisée en ostracisant les ennemis extérieurs. Les guerres ont eu un impact sur la société et la politique intérieure, mais aussi sur la politique étrangère envers la Russie, l'Occident et la Turquie. La Biélorussie n'a rien de tout cela. Sa culture politique est beaucoup plus proche de celle de la Russie. La pensée soviétique persiste, y compris les préjugés contre l'Occident.

Quelle est l'attitude de Moscou face aux protestations en Biélorussie ?

Poutine a félicité Loukachenko, mais son ton était froid et formel. Les politiciens qui agissent habituellement comme des agitateurs nationalistes ont pris un ton étonnamment négatif. Vladimir Zhirinovsky a parlé de fraude électorale et Konstantin Zatulin a annoncé que Loukachenko avait perdu les élections. Aleksey Pushkov, le président de la commission des affaires étrangères de la Douma, qui attise habituellement des sentiments anti-occidentaux, a adopté un point de vue similaire. Même la porte-parole des affaires étrangères Maria Zakharova a effectivement concédé la défaite de Loukachenko. Il a commis de nombreuses erreurs, a-t-elle déclaré, et porte la responsabilité des protestations. Le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov a par la suite corrigé cette ligne. Comme il n'y avait pas d'observateurs étrangers indépendants pendant les élections, a-t-il dit, il n'y avait pas de preuve concluante de la défaite de Loukachenko.

Comment interprétez-vous ces signaux contradictoires ?

Le Kremlin n'a pas voulu soutenir ouvertement Loukachenko. Au départ, il a dit qu'il n'y avait pas de plans pour déployer des troupes en Biélorussie parce qu'il n'y avait pas de raisons de le faire dans le cadre du Traité de sécurité collective. Dans le même temps, des politiciens de haut niveau et le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, ont mis en garde contre toute "ingérence de puissances étrangères extérieures dans les problèmes internes d'un État fédéré". Seul Guennadi Ziouganov, chef du parti communiste, est venu à la défense de Lukshenka, avertissant que les actions de l'opposition pourraient conduire à la désintégration du pays.

Et Poutine ?

Poutine n'a fait aucun commentaire. Et tant que Poutine reste silencieux, il n'y a pas de position claire. Donc les siloviki n'ont rien dit non plus. Pendant cette phase, quelque chose d'approchant le pluralisme régnait dans les médias. Certaines chaînes de télévision parlaient du danger d'une "nouvelle Maidan" et de la provocation occidentale. Cet "Occident" a alterné entre la Pologne, la Lituanie et les États-Unis. Cependant, d'autres stations ont diffusé des reportages de sympathie sur les protestations.

Pendant cette phase, il semblait possible que si l'opposition biélorusse pouvait convenir de conditions convenant à Moscou, Poutine pourrait consentir à l'éloignement de Loukachenko. L'opposition a déclaré explicitement qu'elle voulait poursuivre le partenariat étroit du pays avec la Russie et maintenir les liens économiques. Contrairement à l'Euro-Maidan, il n'y a pas eu de slogans anti-russes lors des manifestations de Minsk.

Cette phase est terminée ?

Oui, le Kremlin aide maintenant Loukachenko à "rétablir l'ordre". Moscou a envoyé des agents des services secrets en Biélorussie en tant que "consultants", ainsi que des journalistes et des techniciens de la télévision pour remplacer leurs homologues biélorusses en grève. Le Kremlin soutient maintenant la répression des manifestations par Loukachenko. Cela se reflète également dans les médias d'État russes, qui ont lancé une campagne massive pour discréditer l'opposition biélorusse, l'accusant de vouloir détruire l'alliance entre la Russie et la Biélorussie.

Poutine a déclaré que la Russie mettrait en place une "force de réserve composée de membres des services de sécurité" afin d'empêcher les "vols à main armée" et de combattre les "forces extrémistes avec des slogans politiques" envoyés par les agences de renseignement occidentales. Il a indirectement qualifié le Conseil de coordination d'outil des "puissances étrangères". Après que le Conseil de sécurité biélorusse ait décidé d'étouffer les protestations en Biélorussie le 28 août, Poutine a proclamé que "l'élection présidentielle en Biélorussie est terminée".

Prévoyez-vous une variante biélorusse de Tiananmen, avec des chars écrasant des manifestants pacifiques ?

Espérons qu'on n'en arrivera pas là. Le régime de Minsk préfère les répressions ciblées : les membres du Conseil de coordination et les chefs de grève sont mis hors d'état de nuire par des peines de prison. Tous les autres membres visibles du mouvement de protestation seront mis sur une liste noire, ils perdront leur emploi.

Après une courte période où il semblait que le régime pourrait s'effondrer, Loukachenko semble avoir repris le dessus. Il est possible qu'il tente de hâter le cours des événements en déclarant l'état d'urgence, en ordonnant un verrouillage et en fermant les frontières. Il a déjà préparé le terrain idéologique pour cela en affirmant que la Biélorussie est menacé de l'extérieur et qu'une conspiration est en cours. Il y a des raisons de craindre qu'il puisse aller jusqu'au bout, car il a l'administration, l'armée et les forces du KGB et du ministère de l'intérieur derrière lui.

On ne peut pas non plus exclure que le régime puisse organiser un incident à la frontière, afin - comme cela s'est produit en Pologne en 1980 - d'imposer la loi martiale et de commencer à supprimer complètement le mouvement. Ce genre d'"incident" justifierait l'envoi de troupes russes pour "normaliser" la situation. Mais cela signifierait la fin de l'indépendance du régime de Loukachenko.

Les manifestations en Biélorussie influencent-elles l'opinion publique en Russie ?

Les résultats d'une enquête menée par le Centre Levada entre le 20 et le 26 août montrent que la société russe a une réaction majoritairement négative aux événements en Biélorussie. La peur de la déstabilisation se traduit par une augmentation significative du soutien à Poutine et aux autres représentants des dirigeants de Moscou par rapport à quatre semaines auparavant. Un grand nombre de personnes interrogées reconnaissent - à contrecœur - que les gens protestent en Biélorussie parce qu'ils en ont assez de Loukachenko, parce que le niveau de vie en Biélorussie a baissé, et parce qu'ils sont scandalisés par le truquage des votes et par la violence de la police. Cinquante-neuf pour cent des personnes interrogées ont mentionné l'un de ces facteurs. Et pourtant, 39 % pensent que les protestations ont été provoquées par l'Occident ou l'opposition biélorusse. Que ce soit par désir de se conformer, par peur du changement ou pour une autre raison, 57 % des personnes interrogées espèrent que Loukachenko restera président, et seulement 17 % disent soutenir Tsikhanouskaïa. Les autres disent qu'ils ne suivent pas les événements ou que le résultat des élections n'a pas d'importance pour eux. Quarante-huit pour cent pensent que, dans l'ensemble, les élections ont été "correctement" menées, tandis que 36 % estiment que les résultats officiels ont été falsifiés.

Il ne fait aucun doute que les attitudes en Russie sont fortement influencées par la propagande d'État, qui les effraie avec des récits sur les troubles à grande échelle, une "nouvelle Maidan" et des actes hostiles de la part de l'Occident. Ce sont surtout les personnes âgées ayant une formation de base et employées par l'État qui sont sensibles à ces récits, c'est-à-dire à la base sociale du régime poutinien.

Edited by Wallaby
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, kalligator a dit :

Navalny est sorti d'affaire, décidement ce Novichok n'est pas vraiment efficace 

Sais tu pourquoi ?? Parce que ce sont de pales copies occidentales de l'original ! Rien ne faut le vrai efficace à 100% de la Mère Patrie !

Contrefacon.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Putains de contrefaçon (Punake), de mon temps on savait provoquer une crise cardiaque, un choc anaphylactique. Tout se perd même l'esprit fantassin chimique.

Edited by kalligator
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que la Rodina ne fait d'ailleurs plus, et on me souffle d'ailleurs dans l'oreillette qu'elle ne l'a jamais fait. Qu’est-ce que ce ... novilnok dont vous me parlez?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais me répéter mais cette histoire est une vaste arnaque pour stopper le Nortstream et ça réussi. La prochaine étape ? que l'Europe achète du gaz/pétrole de schiste ricain, encore quelques attaques au Novichok quelques accusations diverses par les britanniques polonais ukrainien et hop on se ruinera pour acheter la m. américaine

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/09/2020 à 13:44, kalligator a dit :

Navalny est sorti d'affaire, décidement ce Novichok n'est pas vraiment efficace 

Et les méchants services russes plutôt gentils en permettant à leur victime d'aller se soigner en Allemagne… où les médecins avaient tout le loisir de trouver le poison.  

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2020/09/23/vissarion-le-messie-autoproclame-de-siberie-derriere-les-barreaux_6053354_4832693.html

Vissarion, le « messie » autoproclamé de Sibérie, derrière les barreaux

Vissarion, de son vrai nom Sergueï Torop, est né le 14 janvier 1961 à Krasnodar, dans l’ouest de la Russie. A l’âge de 18 ans, il entame son service militaire obligatoire dans l’Armée rouge. Pendant deux ans, il va travailler sur des chantiers de construction en Mongolie. Il devient ensuite ouvrier métallurgiste dans une usine à Minoussinsk, en Sibérie orientale, avant d’officier comme agent de la circulation, fonction qu’il occupe pendant cinq ans. En 1989, au moment où l’Union des Républiques socialistes soviétiques commence à vaciller, il perd son emploi.

Sergueï Torop a alors une révélation. Nous sommes en 1991. Il renaît sous le nom de « Vissarion, Jésus-Christ revenu » et commence à prêcher. Il ne prétend pas être Dieu, il se contente de transmettre le « verbe de Dieu ». En 1994, il s’installe à Tiberkoul, dans la taïga. Un an plus tard, il enregistre auprès des autorités russes l’Eglise du Dernier Testament et commence la publication de plusieurs tomes de sa théologie.

Des fidèles rejoignent la secte, vendant tous leurs biens avant de commencer à vivre dans une ère nouvelle, qu’ils datent de la naissance de Vissarion, en 1961. Ils abolissent Noël, remplacé par le 14 janvier, jour de naissance du fondateur. Mais la plus grande célébration de l’année tombe le 18 août, date anniversaire du premier sermon de Vissarion en 1991.

Sa religion mélange allègrement des éléments de l’Eglise orthodoxe russe, du bouddhisme, du collectivisme, des croyances apocalyptiques, le tout mâtiné de valeurs écologiques. Au sein de la communauté, ils suivent des lois strictes, sont végétariens et n’ont le droit de consommer ni tabac, ni alcool. L’argent est banni.

Aujourd’hui, la communauté regroupe près de 5 000 fidèles, qui vivent en autarcie autour des villages de Petropavlovka et Cheremshanka.

  • Thanks 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un souci avec des explosions dans un dépôt de munitions abandonné en Russie :

https://www.20minutes.fr/monde/russie/2879723-20201007-russie-dizaines-villages-evacues-apres-explosion-depot-munitions

https://www.sudouest.fr/2020/10/07/videos-russie-explosions-dans-un-depot-de-munitions-plusieurs-villages-evacues-7934611-4803.php

Une dizaine de villages russes étaient en cours d’évacuation ce mercredi en raison d’un incendie et d’explosions dans un dépôt de munitions de la région de Riazan, ont rapporté les agences de presse russes.

« L’évacuation des habitants d’une dizaine de villages situés dans un rayon de 5 km (du lieu du sinistre) est en cours » dans cette région située à quelque 200 km au sud-est de Moscou, a indiqué le ministère russe des Situations d’urgence, cité par les agences.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, collectionneur a dit :

Encore un souci avec des explosions dans un dépôt de munitions abandonné en Russie :

https://www.20minutes.fr/monde/russie/2879723-20201007-russie-dizaines-villages-evacues-apres-explosion-depot-munitions

https://www.sudouest.fr/2020/10/07/videos-russie-explosions-dans-un-depot-de-munitions-plusieurs-villages-evacues-7934611-4803.php

Une dizaine de villages russes étaient en cours d’évacuation ce mercredi en raison d’un incendie et d’explosions dans un dépôt de munitions de la région de Riazan, ont rapporté les agences de presse russes.

« L’évacuation des habitants d’une dizaine de villages situés dans un rayon de 5 km (du lieu du sinistre) est en cours » dans cette région située à quelque 200 km au sud-est de Moscou, a indiqué le ministère russe des Situations d’urgence, cité par les agences.

 

T'en qu'ils n'ont pas oubliés une tête nucléaire !!  oups

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça n'a pas l'air de petit dépot de mun.  ils en ont beaucoup comme ça ? abandonnés vraiment ? étonnant que personne vienne se servir pour trafiquer

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les drones turcs donnent des idées à l'ukraine . 

L'ukraine va se fournir en drone turc , http://www.opex360.com/2020/10/11/lukraine-envisage-dacquerir-et-de-produire-48-drones-tactiques-turcs-bayraktar-tb2/

Si les drones turcs sont utilisé dans le dombass ,je ne crois pas que les séparatistes soient capable de les contrer, selon https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_equipment_used_by_separatist_forces_of_the_war_in_Donbass , ils ne sont équipé d'arme anti aérienne que de courte portée . 

A moins que les russes interviennent .  Selon vous , en ukraine, les drones sont ils des games changer ?  Font ils donner à l'ukraine la supériorité aérienne ? Et permettre de vaincre les séparatistes ? Et la russie ?  

Je crois bien que les russes sont mieux fournie que l'arménie en défense anti aérienne et contre mesure .  La russie a t elle les moyens de contrer les drones ? 

 

Qu'en pensez vous ?   

Edited by Bastion
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si les drones arrivent au-dessus du Donbass, ça se règlera à coups de missiles. L'avantage des Russes par rapport aux Arméniens, c'est que les Ukrainiens n'iront pas les chercher chez eux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Ciders a dit :

Si les drones arrivent au-dessus du Donbass, ça se règlera à coups de missiles. L'avantage des Russes par rapport aux Arméniens, c'est que les Ukrainiens n'iront pas les chercher chez eux.

Oui mais pour les séparatistes ?  les russes font les laissé tomber ou bien essayer de contrer les drones ? Si ils essayent de contrer les drones , le peuvent ils ? 

 Oui surement que l'ukraine n'essayera pas d'aller trop loin, mais pour le dombass une autre affaire !

Edited by Bastion

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vu que les séparatistes sont largement épaulés par des unités russes quand il y en a le besoin, je pense que si l'équilibre risque d'être bouleversé, on verra très bien vite revenir des SAM sur le champ de bataille. La couverture radar sera assurée du côté est de la frontière par les Russes.

Après, ça gausse pas mal sur les SAM russes depuis quelques semaines (je suis horriblement déçu par Oryx au passage qui se résume de plus en plus à un vieux troll sur ce sujet et d'autres). Est-ce qu'ils seront capables de démolir les drones turcs ? Impossible à savoir.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Ciders a dit :

Vu que les séparatistes sont largement épaulés par des unités russes quand il y en a le besoin, je pense que si l'équilibre risque d'être bouleversé, on verra très bien vite revenir des SAM sur le champ de bataille. La couverture radar sera assurée du côté est de la frontière par les Russes.

Après, ça gausse pas mal sur les SAM russes depuis quelques semaines (je suis horriblement déçu par Oryx au passage qui se résume de plus en plus à un vieux troll sur ce sujet et d'autres). Est-ce qu'ils seront capables de démolir les drones turcs ? Impossible à savoir.

Après mon avis , si l'ukraine apprend du conflit en arménie , la russie aussi . La russie doit bien voir l'efficacité des drones turcs .  Tout le monde en apprend sur les drones , grace au conflit en arménie . 

Edited by Bastion
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, Bastion a dit :

Les drones turcs donnent des idées à l'ukraine . 

L'ukraine va se fournir en drone turc , http://www.opex360.com/2020/10/11/lukraine-envisage-dacquerir-et-de-produire-48-drones-tactiques-turcs-bayraktar-tb2/

Si les drones turcs sont utilisé dans le dombass ,je ne crois pas que les séparatistes soient capable de les contrer, selon https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_equipment_used_by_separatist_forces_of_the_war_in_Donbass , ils ne sont équipé d'arme anti aérienne que de courte portée . 

A moins que les russes interviennent .  Selon vous , en ukraine, les drones sont ils des games changer ?  Font ils donner à l'ukraine la supériorité aérienne ? Et permettre de vaincre les séparatistes ? Et la russie ?  

Je crois bien que les russes sont mieux fournie que l'arménie en défense anti aérienne et contre mesure .  La russie a t elle les moyens de contrer les drones ? 

 

Qu'en pensez vous ?   

L'utilisation de Drones justifiera que les Russes poussent un peu plus loin leur avantage.

Les petits pays qui s'attaquent aux grands c'est rarement à leur avantage in fine. Les Drones seront des games changer parce qu'ils  obligeront les russes à réagir.

Les Ukrainiens se font des illusions.

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Lezard-vert a dit :

L'utilisation de Drones justifiera que les Russes poussent un peu plus loin leur avantage.

Les petits pays qui s'attaquent aux grands c'est rarement à leur avantage in fine. Les Drones seront des games changer parce qu'ils  obligeront les russes à réagir.

Les Ukrainiens se font des illusions.

 

Mais les russes pourraient trés bien laissé tomber les séparatistes , en échange de quelque chose , non ?  Et puis l'opinion publique russe acceptera il encore une intervention dans un pays voisin , avec les pertes du a certe intervention ? 

Edited by Bastion

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les drones d'origines turcs seront des proies faciles pour la DCA russe séparatiste.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Bastion a dit :

Après mon avis , si l'ukraine apprend du conflit en arménie , la russie aussi . La russie doit bien voir l'efficacité des drones turcs .  Tout le monde en apprend sur les drones , grace au conflit en arménie . 

Je me demande combien de "grandes oreilles" sont braquées sur les ondes dans le secteur. Même les Iraniens doivent essayer de grappiller des données sur ces drones et les équipements ECM de la zone.

il y a 2 minutes, Bastion a dit :

Mais les russes pourraient trés bien laissé tomber les séparatistes , en échange de quelque chose , non ?  Et puis l'opinion publique russe acceptera il encore une intervention dans un pays voisin , avec les pertes du a certe intervention ? 

Tout va dépendre de ce que les Ukrainiens ont à proposer.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Ciders a dit :

...

Tout va dépendre de ce que les Ukrainiens ont à proposer.

C'est à dire pour les dirigeants ukrainiens de faire le voyage de Kiev à Moscou sur les genoux puis gober le phallus du Vova qui n'acceptera rien de moins, en signe d'allégeance. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, Bastion a dit :

Si les drones turcs sont utilisé dans le dombass ,je ne crois pas que les séparatistes soient capable de les contrer, selon https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_equipment_used_by_separatist_forces_of_the_war_in_Donbass , ils ne sont équipé d'arme anti aérienne que de courte portée . 

A moins que les russes interviennent .  Selon vous , en ukraine, les drones sont ils des games changer ?  Font ils donner à l'ukraine la supériorité aérienne ? Et permettre de vaincre les séparatistes ? Et la russie ?  

Je crois bien que les russes sont mieux fournie que l'arménie en défense anti aérienne et contre mesure .  La russie a t elle les moyens de contrer les drones ? 

Qu'en pensez vous ?   

A mon avis :

- Pour raison politique impérative - notamment politique intérieure - la Russie ne "laissera pas tomber" les séparatistes du Donbass. Si les troupes du Donbass ne parviennent pas à faire face aux drones, la Russie interviendra

- Dans toute la mesure du possible, Moscou cherchera à continuer à nier qu'il intervient directement. La Russie devrait donc commencer par essayer d'abattre les drones en sol-air classique (missiles, canons, je ne sais pas)

- Si "ça ne marche pas", si les systèmes de DCA russes sont dépassés, par exemple parce qu'ils n'arrivent pas à détecter correctement des engins trop petits, ou parce que les fusées de proximité des missiles SA ne sont pas adaptées à des cibles trop petites, ou que sais-je... alors la Russie utilisera d'autres moyens

S'attaquer aux aérodromes de départ, et surtout détruire les stations de contrôle des drones, a l'air d'une solution évidente.

L'Arménie ne peut pas le faire, ni le gouvernement libyen de Tobrouk, par manque de moyens de détection et surtout de frappe de précision. Mais avec le renseignement électronique, éventuellement satellitaire, d'une grande puissance, joint à des moyens de frappe de précision - bombes guidées laser/GPS et/ou missiles de croisière - ça ne devrait pas être très difficile.

Rappelons que la station de contrôle du Bayraktar TB2 a une portée de 150 km. Pas besoin de bombardiers intercontinentaux...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Shorr kan a dit :

C'est à dire pour les dirigeants ukrainiens de faire le voyage de Kiev à Moscou sur les genoux puis gober le phallus du Vova qui n'acceptera rien de moins, en signe d'allégeance. 

Ce n'est pas aussi binaire voyons. Surtout quand on connaît l'état de la classe politique ukrainienne... qui gobe beaucoup de dollars en ce moment et qui gobait des roubles avant et qui gobera des yuan demain.

Je pense que les Russes se satisferaient d'une Ukraine hors OTAN, relativement neutre et avec une autonomie pour les provinces russophones. Évidemment, je ne pense pas que les Ukrainiens accepteraient. Pas sans une discussion sur la Crimée ou sur leurs frontières. Et certainement des débats sur la mer Noire.

En fait, il y a beaucoup à discuter.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,535
    Total Members
    1,550
    Most Online
    perso69man
    Newest Member
    perso69man
    Joined
  • Forum Statistics

    20,966
    Total Topics
    1,341,394
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries