Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'Egypte et son voisinage


Recommended Posts

Heum heum  :O

CAIRO (Reuters) - Egypt's new second-in-command of the military has said that U.S. troops should be withdrawn from the Middle East while any democratisation in the region should come from within and have religious legitimacy, according to a paper he wrote in 2005.

Though published before U.S. President Barack Obama was elected, the document written while newly appointed Chief of Staff Sidki Sobhi was studying in the United States offers a rare insight into the thinking of a top officer in the traditionally opaque Egyptian army.

The generals, who for decades stayed in the shadows, were thrust to the fore when Hosni Mubarak, himself a former air force commander, was toppled in an uprising last year and the Supreme Council of the Armed Forces took charge.

An Islamist president, Mohamed Mursi, came to office in June and stamped his authority over the military this week by retiring the country's two top generals and taking back vital powers they had earlier retained for themselves.

Though generals held news conference and gave interviews when in charge, they gave little away in public about their thoughts on broader policy beyond the transition, such as the crucial relationship with the United States, which gives Egypt $1.3 billion (828.8 million pounds) in military aid a year and trains many officers.

"I recommend that the permanent withdrawal of the United States military forces from the Middle East and the Gulf should be a goal of the U.S. strategy in this region," wrote Sobhi, then a brigadier general studying for a Master of Strategic Studies Degree at the U.S. War College.

He added in his concluding remarks to the 10,600-word thesis "that the United States should pursue its strategic goals in the region through socioeconomic means and the impartial application of international law", in a reference to what he had earlier described as Washington's "one-sided" relationship with Israel.

He said the presence of U.S. troops in the region had been used as a justification for armed struggle by radical Islamists.

Though many in the Middle East object to U.S. soldiers being posted there, it is unusual to hear the view aired so clearly by a senior figure in the army of Egypt, a staunch U.S. ally.

Sobhi, 56, was appointed chief of staff, the military's second most senior post, in the surprise shake-up announced on Sunday by Mursi, whose Muslim Brotherhood group was routinely hounded and jailed in the past six decades by Mubarak and other presidents who all hailed from the military.

COMMUNICATION

The army's top officer, Field Marshal Hussein Tantawi, who served as Mubarak's defence minister for 20 years and led the military council, was forced into retirement, replaced by General Abdel Fattah al-Sisi, the former head of intelligence.

Sobhi said there was "a fundamental lack of understanding and communication" between foreign policy makers from U.S. administrations and governments in the region, writing before Obama sought to shift U.S. policy by reaching out to the Arab and Muslim world with a pivotal speech in Cairo in 2009.

The general said one reason was U.S. policy makers worked in a strictly secular democratic system but: "The Islamic religion is strongly interlinked to various degrees with the functioning of most Arab governments and their respective societies."

The process of democratisation "must have and project political, social, cultural, and religious legitimacy. In other words, this democratisation process must be of and viewed as having a purely domestic origin," he wrote, highlighting in italics the words "religious", "viewed" and "purely domestic".

He said Washington should turn its focus to a "new Marshall Plan", mirroring the huge package of aid that helped Europe rebuild after World War Two, to regain its influence.

Sobhi's thesis was posted on a U.S. Department of Defence website, and was initially highlighted by blogger and analyst Issandr El Amrani.

The dramatic army changes followed a military blunder on August 5 on the Sinai border with Israel when 16 border guards were killed by militants, giving Mursi an opening to act amid public anger and - some more junior officers said - grumbles among some military ranks over the army leadership.

RELIGIOUS ALLEGIANCE?

The generals have shown no sign of challenging Mursi's decision. Tantawi and former Chief of Staff Sami Enan were both warmly greeted and awarded medals by the president in a ceremony shown on state television on Tuesday.

One Western diplomat and other observers have suggested the new commanders may have Islamist sympathies or hold conservative values that may appeal to the Brotherhood. But others played down such talk, including Robert Springborg, a professor at the U.S. Naval Postgraduate School in California.

Writing in Foreign Policy, he said the main reason for removing Tantawi "was not Islamist commitment, but accumulated dissatisfaction with the field marshal's debasement of their institution and its capacities, triggered by his inept political manoeuvring".

The Western diplomat said some discontent may have prompted the change, including from U.S.-trained officers imbued with the idea that the army should stay outside politics.

Sisi's intelligence background, suggesting a deep knowledge of army personnel, could have made him an attractive ally for Mursi, the diplomat said. "He is the best person to have on your side. You promoted him, you own him," he said.

Washington has urged the new commanders and the civilian authorities to work together on Egypt's democratic transition.

"These new appointees, the new leaders of the military are all people that we have worked with before and many of whom have trained here in the United States as well," said U.S. State Department spokeswoman Victoria Nuland.

Among the other promotions was General Mohamed el-Assar who was appointed deputy defence minister. He has been in charge of relations with the United States, one reason that may have helped his promotion as well as the fact that he spoke out early after Mubarak's ousting against the former president.

(Additional reporting by Yasmine Saleh and Marwa Awad; Writing by Edmund Blair; Editing by Alison Williams)

http://uk.news.yahoo.com/egypt-generals-paper-offers-insight-thinking-170620785.html

Link to comment
Share on other sites

En résumé, "Give Us Your Money and Shut Up and Leave."

Ce gus ne sait pas que toute son armée sera à terre si les USA se retirent? Que son pays est maintenu en vie artificiellement par 3 milliards de $ par an?

1.3 milliards je crois pas 3, ca c'est l'aide vers Israel.
Link to comment
Share on other sites

Le présentateur de télévision égyptien Tewfik Okacha sera jugé le premier septembre pour "incitation au meurtre" de Mohamed Morsi, indique la Mena, l'agence de presse officielle égyptienne. Après avoir mis la main sur l'armée, le président égyptien semble déterminé à mettre la presse au pas.

Tewfik Okacha, qui, à la tête de sa chaîne de télévision, Al-Faraïn (Les Pharaons), diffuse un programme hystériquement anti-Frères Musulmans et anti-Morsi, a été placé sous interdiction de quitter le territoire. Les autorités ont mis la chaîne des Pharaons hors antenne pour un mois.

En outre, le rédacteur en chef du Dostour, un petit quotidien indépendant, Islam Afifi, sera jugé le 23 août pour avoir publié des "informations mensongères" et "incité à la déstabilisation de l'Egypte".

Ces plaintes contre les deux journalistes, qui sont de farouches ennemis de Morsi et des Frères musulmans, interviennent alors que des militants anti-Morsi organisent le 24 août une campagne de protestations contre le président issu des Frères musulmans.

Après son entrée en fonctions le 30 juin, Mohamed Morsi a affirmé son pouvoir en mettant à la retraite de hauts responsables de l'influente armée. Il a aussi fait nommer par la chambre haute, dominée par les Frères musulmans, les rédacteurs en chef des médias d'Etat, lesquels étaient très hostiles à la confrérie autrefois interdite.

http://fr.news.yahoo.com/egypte-pr%C3%A9sentateur-hostile-au-pr%C3%A9sident-morsi-jug%C3%A9-incitation-164100637.html

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

LE CAIRE (Reuters) - L'offensive lancée début août par l'armée égyptienne contre des militants islamistes dans la péninsule du Sinaï se fait en coordination avec Israël, a déclaré samedi un porte-parole de l'armée égyptienne.

Depuis le début de cette opération le 7 août, 32 "éléments criminels" ont été tués et 38 suspects, parmi lesquels plusieurs étrangers, arrêtés, a précisé lors d'une conférence de presse au Caire le colonel Ahmed Mohamed Ali.

"Il y a une coordination avec la partie israélienne à propos de la présence des forces armées égyptiennes dans le Sinaï. Ils (les Israéliens) sont au courant."

"Le déploiement des forces armées sur tout le territoire du Sinaï n'est pas une violation du traité de paix entre l'Egypte et Israël", a ajouté le porte-parole.

L'offensive a été lancée après la mort de 16 gardes-frontières égyptiens tués par des insurgés islamistes le 5 août.

"Cette opération se poursuivra jusqu'à ce que ses objectifs, qui ne sont pas uniquement militaires, soient atteints", a dit le colonel.

Une trentaine de tunnels de contrebande reliant l'Egypte à la bande de Gaza ont également été détruits. Des armes, notamment des lance-roquettes et des fusils automatiques, ont été saisis.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Egypte: les forces de sécurité visées par les islamistes

Image IPB

MOSCOU, 16 septembre

Un groupe d'islamistes a attaqué dimanche un état-major des forces de sécurité égyptiennes dans le nord du Sinaï, faisant au moins quatre blessés, ont annoncé les médias internationaux.

Selon les médias, après avoir ouvert le feu au mortier, les assaillants ont gagné le toit de l'état-major et lancé des grenades à l'intérieur du bâtiment.

Cette action a été entreprise en réponse à l'opération militaire lancée le 5 août contre un groupe de 35 extrémistes qui avaient tué 16 militaires égyptiens dans le nord du Sinaï. Selon la police, le groupe comprenait plusieurs Palestiniens ayant quitté la bande de Gaza pour s'établir en Egypte.

http://fr.rian.ru/world/20120916/196056480.html

Link to comment
Share on other sites

est ce que l'on paie (cher) pour passer le canal de Suez ? dans tous les cas, il doit représenter une rentrée d'argent substantielle

En 2008, l'apport du canal de Suez au budget de l'état représentait 5,8 M$ mais le trafic du canal est menacé d'une part par la piraterie et de l'autre par la fonte des glaces qui ouvre de nouveaux passages plus courts. A titre de comparaison, pour l'année 2008-2009, la vente du pétrole iranien (or gaz ) a apporté plus de 77M$ au budget iranien, 100M$ pour 2001. Rien de comparable en terme de rentrée d'argent !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Moi, je ne sais pas ce que c'est des "rampes de missiles de moyenne portée".

De quel matériel veulent-ils parler ? 

A la rigueur, si on parlait d'artillerie tractée ou de mortiers, on pourrait comprendre... et ça ne dérangerait pas le voisin israélien... mais des missiles sol-sol ?  :rolleyes:

   

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

http://fr.news.yahoo.com/incidents-au-caire-lors-dune-manifestation-contre-la-140316217.html

Incidents au Caire lors d'une manifestation contre la justice

LE CAIRE (Reuters) - Des incidents ont éclaté vendredi au Caire lors d'une manifestation de protestation contre l'acquittement de plusieurs responsables de l'ancien régime égyptien qui étaient poursuivis pour avoir ordonné une charge de dromadaires contre les révolutionnaires de la place Tahrir.

Les échauffourées ont opposé partisans et adversaires du président islamiste Mohamed Morsi qui manifestaient ensemble contre l'issue du procès et se sont affrontés à coups de pierres et de bouteilles.

Ces incidents illustrent les tensions toujours prégnantes en Egypte, plus d'un an et demi après la chute d'Hosni Moubarak et près de quatre mois après l'investiture de son successeur, issu des rangs des Frères musulmans.

Mercredi, un tribunal du Caire a acquitté par manque de preuves quelque 24 anciens hauts fonctionnaires du régime Moubarak qui étaient accusés d'avoir ordonné l'attaque à dos de dromadaires des manifestants de Tahrir le 2 février 2011, neuf jours avant la chute de Moubarak.

Le procès de cet épisode parmi les plus violents de la "révolution du Nil" était suivi de très près par ceux qui en Egypte réclament justice pour les centaines de morts des journées révolutionnaires de janvier-février 2011.

A la suite de l'acquittement, ils ont estimé que le procureur général Abdel Maguid Mahmoud avait mal préparé le dossier d'accusation.

Agissant sans doute par souci d'apaisement, le président Morsi a annoncé tard jeudi soir la nomination d'Abdel Maguid Mahmoud au poste d'ambassadeur auprès du Vatican, ce qui revient à le démettre de facto de ses fonctions de procureur général (le droit égyptien interdisait au président de le révoquer).

Mais le magistrat a dénoncé cette décision -également critiquée par l'association des juges au nom de l'indépendance de la justice- et annoncé à des médias égyptiens qu'il resterait en Egypte.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

une journaliste française subit une agression sexuelle

Sonia Dridi raconte avoir été encerclée par une foule qui a commencé à la toucher alors qu'elle intervenait en direct sur France 24 place Tahrir.

La correspondante en Egypte de la chaîne de télévision France 24 Sonia Dridi a affirmé samedi 20 octobre avoir été agressée sexuellement alors qu'elle se trouvait vendredi sur la place Tahrir du Caire.

Elle a raconté avoir été encerclée par une foule composée essentiellement de jeunes hommes, qui ont commencé à la toucher alors qu'elle intervenait en direct sur la chaîne d'information en continu.

L'agression a duré plusieurs minutes, avant qu'un ami ne parvienne à la sauver, a-t-elle précisé.

"J'ai été agrippée de partout. J'ai réalisé (plus tard), quand quelqu'un a reboutonné ma chemise, qu'elle était ouverte, mais pas déchirée. J'ai évité le pire grâce à la ceinture solide (que je portais)" et l'aide d'un ami, a-t-elle affirmé.

"Plus de peur que de mal", précise-t-elle sur son compte Twitter.

La journaliste a précisé qu'elle allait porter plainte. Lors d'affaires similaires, la police n'était pas parvenu à arrêter les responsables.

Des précédents

Dans les rues du Caire, le harcèlement des femmes, voilées ou non, les remarques obscènes et parfois les gestes déplacés sont un phénomène courant.

Mais récemment, les témoignages venant de la place Tahrir faisant état de véritables agressions sexuelles, voire des viols, se sont multipliés, sans susciter de réaction des autorités.

En juin, un groupe d'hommes a attaqué et agressé sexuellement plusieurs manifestantes lors d'une marche visant à dénoncer le harcèlement sexuel en Egypte.

Ces agressions ont été particulièrement médiatisées après l'agression sur la place Tahrir de la journaliste américaine Lara Logan le 11 février 2011, jour de la démission du président déchu Hosni Moubarak.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121020.OBS6453/egypte-une-journaliste-francaise-subit-une-agression-sexuelle.html

la video , c est degoutant

<si c'est degoutant pas la peine de mettre le lien>

Link to comment
Share on other sites

Je remets le lien:

http://www.youtube.com/watch?v=0AfdRthxOms

car il y a rien de "choquant" de visible, la journaliste agressée explique bien que les cas de harcèlements sexuels sont très répandus en Egypte. Que ce soit contre des journalistes (cas les plus connus chez nous) mais aussi contre la plus part des femmes. J'avais lu il y a 2 ans de cela un article sur le Bondy Blog, d'une étudiante au Caire qui subissait tous les jours des propos déplacés et tendancieux.

Elle était pas du genre jean avec string qui dépasse mais plutôt voile.

Link to comment
Share on other sites

LE CAIRE (Reuters) - Plus de 1.000 islamistes se sont rassemblés vendredi au Caire pour appeler à l'application de la charia (loi islamique), mettant en lumière les divisions qui parcourent le pays où des factions rivales se disputent le futur visage de l'Egypte.

(...) Les libéraux et laïcs égyptiens s'inquiètent du rôle joué par l'islam dans l'organisation du pays alors que les islamistes dominent l'assemblée forte de 100 membres chargée de rédiger la nouvelle constitution égyptienne. Cette dernière doit être approuvée par référendum avant que de nouvelles élections législatives puissent avoir lieu, l'assemblée législative élue fin 2011-début 2012 ayant été dissoute en juin.

http://fr.news.yahoo.com/manifestation-dislamistes-égyptiens-favorables-à-la-charia-155933360.html

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

L'Égypte juge inacceptable l'"agression" israélienne contre la Bande de Gaza, a déclaré jeudi le président égyptien Mohamed Morsi, qui avait ordonné la veille le rappel de l'ambassadeur d'Égypte auprès de l'État hébreu. "Les Israéliens doivent réaliser que cette agression, nous ne l'acceptons pas et qu'elle ne peut mener qu'à de l'instabilité dans la région", a dit Mohamed Morsi dans une brève allocution retransmise par la télévision publique.

Le président égyptien a indiqué s'être entretenu par téléphone avec le président américain Barack Obama et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon. "J'ai appelé peu avant l'aube le président américain Obama et nous avons discuté de la nécessité de mettre fin à cette agression et qu'elle ne se répète pas", a dit Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, qui sont considérés comme la maison mère du Hamas au pouvoir à Gaza.

Mohamed Morsi avait aussi demandé à la Ligue arabe, basée au Caire, d'organiser une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères arabes. Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli, a indiqué à l'AFP que l'organisation tiendrait samedi cette réunion.

http://www.lepoint.fr/monde/l-egypte-juge-inacceptable-l-agression-israelienne-contre-gaza-15-11-2012-1529406_24.php

Un leader djihadiste appelle à la destruction des pyramides.

http://www.lefigaro.fr/culture/2012/11/12/03004-20121112ARTFIG00485-un-leader-djihadiste-appelle-a-la-destruction-de-pyramides.php

Link to comment
Share on other sites

je pense pas que les gens qui vivent du commerce du tourisme avec les pyramides vont apprécié ... ils se démerdent déjà pour vivre ,la reconversion dans d'autres métier va être dur pour eux vu le peu de perspective de boulot dans se pays si les barbus font sauter les pyramides  ...

encore un qui s'est masturbé en visionnant la destruction des Boudha en Afghanistan ... le dernier truc qui posait problème aux gens du coin qui avait d'autres préoccupation comme celle de nourrir la famille et pouvoir vivoté ,sans pour autant recevoir une quelconque influence mystique de Boudha au travers de ses statues vu qu'ils étaient toujours musulman ...

enfin bref ,Hitler brûlé des livres ,les barbus aiment pas la pierre ...

Link to comment
Share on other sites

Emeutes en Egypte, suite aux différends constitutionnels

Par Shahira Amin

Après une manifestation organisée vendredi dernier par les membres de la secte égyptienne ultraconservatrice des salafistes, des affrontements ont eu lieu entre les manifestants et leurs opposants au Caire.

Le conflit entre les libéraux et les salafistes a débuté quand les manifestants ont dispersé leurs troupes à l'issue du rassemblement de vendredi, qui visait à soutenir l'établissement de la charia. Les salafistes ont déjà manifesté deux vendredis de suite pour cette cause. Cependant, contrairement à la semaine dernière qui a connu un taux de participation relativement bas, près de 10 000 personnes ont manifesté cette fois-ci.

"Le peuple souhaite l'accomplissement de la loi divine", scandaient les manifestants.

Les manifestants exigeaient également la démission du grand imam Ahmed al-Tayeb, de l'université al-Azhar, car quelques semaines auparavant la direction de l'université et les salafistes avaient eu des différends concernant l'article 2 du projet de nouvelle constitution.

L’université insiste sur le maintien, sous sa forme actuelle, de l'article 2 de la constitution de 1971 : "Les principes de la charia sont la source principale de la législation". Les salafistes souhaitent remplacer l'expression "principes de la charia" par la formule "droit islamique ou lois de la charia". En pratique, cela signifierait l'adoption de sanctions médiévales, à l'instar des châtiments appliqués en Arabie saoudite et en Iran.

Les musulmans modérés estiment que ces mesures, qui incluent la lapidation des femmes infidèles et l'amputation des bras aux voleurs, sont trop cruelles et ne sont pas dignes d'une société civilisée contemporaine. Parmi les opposants aux mesures punitives, on compte les leaders du Parti de la liberté et de la justice - aile politique des Frères musulmans -, qui ne veulent pas voir l'Egypte se transformer en un "Etat théocratique" et souhaitent la mise en place d'une démocratie laïque.

De plus, la direction de l'université a rejeté la proposition des salafistes de l'Assemblée constitutionnelle – une commission de 100 membres chargée de rédiger une nouvelle constitution - au sujet de l'élection du grand imam de l'université pour deux mandats maximum et l'établissement d'un âge limite (75 ans).

Les manifestants exigeaient également la démission du procureur général nommé par Hosni Moubarak, Abdel Meguid Mahmoud, qui résistait au cours des dernières semaines aux tentatives du président Mohamed Morsi de le démettre de ses fonctions. Morsi lui a proposé le poste d'ambassadeur au Vatican.

Abdel Meguid s'est attiré les foudres de millions d'Egyptiens après l'acquittement des partisans de Moubarak ayant participé à la "bataille des chameaux", qui avait éclaté sur la place Tahrir le 2 février 2011 alors que des personnes, à chameau et à cheval, avaient percuté la foule des manifestants. Cette attaque avait semé la panique et provoqué des dizaines de blessés. L’événement a marqué un tournant dans l'insurrection populaire, qui a été suivie du renversement du président Moubarak - il n'a fait que renforcer la détermination des manifestants à renverser le régime.

Les partisans des Frères musulmans se sont abstenus de participer à la manifestation de vendredi,  obéissant à l'appel des leaders de ce mouvement modéré - bien que conservateur - à ne pas descendre dans la rue. Le président islamiste Morsi a appelé les manifestants à ne pas

"se concentrer sur les détails susceptibles de diviser la population" mais à "faire tous les efforts possibles pour rétablir le pays".

La confusion politique qui dure depuis des mois a fait beaucoup de tort à l'économie égyptienne. La manifestation de vendredi illustre à nouveau que la population du pays est idéologiquement divisée. Les libéraux s'inquiètent de plus en plus du fait que l'Egypte ne va pas dans la bonne direction et beaucoup nourrissent des doutes concernant la véritable position des Frères musulmans au sujet des lois de la charia.

Les réseaux sociaux débordent de commentaires cyniques, adressés à ce mouvement arrivé au pouvoir après une révolution menée par d'autres. "Les Frères musulmans cachent leurs plans islamistes", écrit sur Facebook un homme d'affaires égyptien. "Il ne faut pas les croire : ils disent une chose mais font complètement l'inverse", déclare sur sa page Facebook Yasmin Amin, diplômée d’études islamiques à l'université américaine du Caire.

Les différends idéologiques autour de la constitution qui déterminera le visage de l'Egypte pour les prochaines années, n'ont fait que creuser le fossé entre les islamistes radicaux d'une part, les libéraux et les chrétiens de l'autre.

Ces derniers mois, la tension est encore montée après une série d'attaques des islamistes sur les unités des forces de sécurité déployées dans la péninsule du Sinaï. La dureté du conflit est alimentée par des rumeurs selon lesquelles le Qatar et des combattants financés par l'Iran avaient l'intention de fonder, dans la région frontalière déserte, un émirat islamique. Comme aucun progrès n’est en vue, beaucoup se posent la question: ou ce conflit pourrait nous entraîner ?

Shahira Amin, journaliste égyptienne, ancienne vice-directeur de la chaîne nationale égyptienne Nile TV, l'une des principales chaînes du pays

http://fr.rian.ru/discussion/20121115/196625627.html

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,938
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...