Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'Inde


Blacksheep
 Share

Recommended Posts

C'est pas connu depuis un bail que l'IAF avait réclamé une boule IR spécifique dans le cadre des ISE?

Les indiens s'enflamment un peu pour rien sur ce coup-là je crois. En tout cas le verre de l'optique ne ressemble pas à ce qui avait été montré par Thalès il y a des années.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Patrick a dit :

C'est pas connu depuis un bail que l'IAF avait réclamé une boule IR spécifique dans le cadre des ISE?

Les indiens s'enflamment un peu pour rien sur ce coup-là je crois. En tout cas le verre de l'optique ne ressemble pas à ce qui avait été montré par Thalès il y a des années.

Ça ressemble à ça... Avec un IR-dôme très différent de la première génération:

 

OSF_IRST_dms_ecs_12112020__thumbnail700x

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

6 hours ago, Patrick said:

C'est pas connu depuis un bail que l'IAF avait réclamé une boule IR spécifique dans le cadre des ISE?

Les indiens s'enflamment un peu pour rien sur ce coup-là je crois. En tout cas le verre de l'optique ne ressemble pas à ce qui avait été montré par Thalès il y a des années.

Sin je vous avais même posté l'offre d'emploi l'ingé chef pour l'OSF IR ici...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Ponto Combo a dit :

Ça ressemble à ça... Avec un IR-dôme très différent de la première génération:

 

OSF_IRST_dms_ecs_12112020__thumbnail700x

Voilà c'est de celui-là dont je parlais.

il y a 1 minute, prof.566 a dit :

Sin je vous avais même posté l'offre d'emploi l'ingé chef pour l'OSF IR ici...

Exact.

Bon, les indiens ont leur propre OSF spécifié rien que pour eux et il fonctionne. Fantastique. Quand est-ce qu'ils franchissent le pas pour ne pas se limiter à 36 avions maintenant?

Link to comment
Share on other sites

Leur RB003 sur la photo est équipé du dernier modèle IRST développer spécialement pour l'ISE. Il me semble qu'il a une sphère vitré fixe (sous traitant, Fichou) et un capteur interne mobile qui a une matrice HR avec support carbure grand format (lynred, ex sofradir/ulis).

La prochaine commande de Rafale pour l'Inde ne semble plus très loin même si avec l'Inde rien n'est simple. Eric Trappier avait dit qu'il fallait attendre la fin des livraisons des 36 avec la modif ISE pour passer à une possible étape suivante. Les indiens semble content de leurs Rafale jusqu'à maintenant. En y ajoutant l'investissement important en infra et en développement, cela permet d'être optimiste pour la suite. La fin 2022 début 2023 pourrait être le moment d'activer une nouvelle commande. Récemment, le chef EM de armée de l'air indienne indiquait qu'il devrait accélérer le programme d'achat MRFA avec le début de réforme d'ici 2025 des mig21 et d'ici 2030 des jaguar/m2000 et l'impossibilité de réalisation de ses missions si la commande n'est pas passée rapidement. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

EXCLUSIF : Le dernier Rafale de l'IAF est en vue, l'Inde apporte de nouvelles améliorations.

https://www.livefistdefence.com/exclusive-final-iaf-rafale-in-sight-india-squeezes-in-more-enhancements/

Un 36e avion de combat Rafale, la dernière cellule d'une commande indienne passée en 2016, sera livré à l'armée de l'air indienne dans un mois, complétant ce que la France espère n'être que la première commande du jet. La cellule finale, en fait la première à être construite pour l'Inde, est restée en France depuis le début des livraisons à l'IAF en octobre 2019. Le spécimen a servi de banc d'essai pour une liste de logiciels spécifiques à l'Inde, de guerre électronique et d'améliorations des capteurs qui devaient être certifiés aux côtés de logiciels propriétaires sur le jet.

Livefist peut confirmer que les améliorations spécifiques à l'Inde ont en fait dépassé la liste des améliorations initialement convenues. Elles concernent principalement des systèmes de communication avancés, au moins deux modes de détection personnalisés supplémentaires et l'installation d'équipements de guerre électronique indiens. La demande d'améliorations supplémentaires de l'armée de l'air indienne a été acceptée car elle s'intégrait parfaitement dans les essais déjà en cours et ne présentait pas de problème de procédure, de dépassement de coût ou de retard. Il est entendu que les améliorations supplémentaires découlent, du moins en partie, de l'utilisation par l'IAF de chasseurs Rafale à partir de la mi-2020 dans le secteur du Ladakh, dans un contexte d'affrontement militaire important - et continu - avec la Chine.

Un officier supérieur de l'IAF associé au programme Rafale déclare à Livefist : "Le Rafale est désormais pleinement opérationnel dans le service indien. Ces deux dernières années ont apporté un regard neuf sur les jets et la façon dont nous les utilisons. Il y avait une poignée d'ajustements que nous voulions dans la mise à niveau finale des améliorations, que nous voulions effectuer sans délai. Le partenariat s'est avéré très efficace pour accepter et inclure rapidement ces améliorations. Le "Rafale-I" sera donc une version encore plus améliorée de l'avion de combat que nous avons mis au point.

Le processus de mise à jour des Rafale existants a commencé et se poursuivra jusqu'en 2023.

Dassault et le gouvernement français ont fait pression pour que l'armée de l'air indienne double rapidement sa commande de 36 Rafales depuis 2019, date à laquelle les livraisons ont commencé, mais une combinaison de facteurs fait que l'IAF est à nouveau confrontée à un concours où elle doit choisir (ou plutôt le gouvernement indien doit choisir) la voie à suivre.

Les Rafales de l'Indian Air Force ont été repérés pour la première fois avec des chargements SCALP en octobre de l'année dernière, quelques semaines après que le système d'arme ait atteint le statut opérationnel dans la flotte.

Les deux escadrons de Rafale de l'IAF - l'un à Ambala, dans le nord de l'Inde, et l'autre à Hasimara, dans l'est du pays - sont pleinement opérationnels depuis plus d'un an maintenant. Les améliorations spécifiques à l'Inde ayant été testées et validées, elles seront intégrées à la flotte de 35 avions en service. Vous pouvez lire toutes les spécifications du Rafale de l'IAF dans cet article détaillé ici.

Alors que le Rafale en service en Inde est une version modifiée du standard F3R, le standard F4 amélioré en spirale avec des améliorations spécifiques à l'Inde est proposé à l'armée de l'air indienne pour son programme d'avion de combat multi-rôle (MRFA), qui prévoit l'achat et la construction locale de 114 jets. Dans cette véritable répétition du programme MMRCA (avion de combat multirôle de taille moyenne), le Rafale affronte théoriquement le jet qu'il a surclassé pour la commande de 2016 - l'Eurofighter Typhoon - mais, de manière plus réaliste, il est confronté à deux jets américains, le F-15 Eagle II et la dernière version modifiée du F-16, remaniée pour le concours indien sous le nom de F-21 Super Viper.

Vous pouvez lire ici l'histoire des deux avions de combat de Boeing en Inde, une histoire détaillée par Livefist, ainsi que les efforts continus de Lockheed Martin pour créer des capacités d'approvisionnement et de fabrication en Inde. Lockheed Martin a tenu sa 9e conférence annuelle des fournisseurs indiens à Bengaluru au début du mois. Les deux entreprises américaines ont régulièrement stimulé la production locale de systèmes et de sous-systèmes de plus en plus complexes pour les produits de défense mondiaux, une tendance qui ne devrait pas ralentir alors que l'AMRF est en train de se réchauffer.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Pour l'instant, tous les regards (en particulier ceux du QG de l'armée de l'air) sont tournés vers le concours MRCBF. 26 cellules décideront de l'avenir de la MRFA + le turbofan indigène. 26 cellules décideront également de l'avenir de la voie géopolitique de l'Inde. Le Rafale M doit remporter la sélection technique, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Le F-18SH est un excellent chasseur naval. Mais le Rafale a quelques atouts dans sa manche ;)

Ce contrat finit par représenter bien plus que 26 Rafale.

Si pour le gagner la France doit proposer des Rafale M d'occasion, le développement du Rafale N et une construction partiellement sous licence, ça me paraît justifié.

 

Il y a 10 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Dans ce cas, le QG de l'Air serait très ouvert à l'idée que l'Indian Naval Air Arm choisisse le Rafale M plutôt que le F-18SH. I'INAA aide énormément l'IAF dans un conflit, tout comme le MiG-29K l'a fait au Ladakh pendant Galwan. Et contrairement au MiG-29K et au MiG-29UPG, le Rafale M est identique au Rafale C/B, à l'exception du crochet d'arrêt et du train d'atterrissage renforcé du premier.

[...]

La sélection du Rafale M permettra également aux pouvoirs publics et à l'IAF de tirer parti de l'infrastructure de base et des améliorations apportées à l'ISE dans le cadre du premier contrat Rafale. L'uniformité de la flotte - en particulier entre plusieurs services - vaut son pesant d'or. Une seule flotte, un seul programme de maintenance, un seul équipementier avec lequel travailler, un seul ensemble d'armements, etc.

Par contre, je suis très surpris que l'article parle de l'importance d'une flotte commune avec la marine et son utilité lors de conflit "air". L'IAF a plusieurs centaines de chasseurs, l'apport de quelques dizaines de chasseurs embarqués devrait être négligeable. Et par rapport aux X modèles différents de chasseurs de l'IAF, je ne vois pas où serait le problème de rajouter un modèle pour l'IN. Et si c'était si important, l'IAF ne devrait pas commander un MRFA, mais commander un avion actuellement en service (Rafale, Su-30 ou MiG-29...)

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, ARPA a dit :

L'IAF a plusieurs centaines de chasseurs, l'apport de quelques dizaines de chasseurs embarqués devrait être négligeable

Pas vraiment car il s’agit d’un soutient sur des bases particulieres avec des avions particuliers. Meme avec 100 rafale iaf, 26 rafale m ca fait deja sur surplus de 25%. Pour le mig29 ca fait genre 140 mig29 iaf et 45 mig29 in.

Link to comment
Share on other sites

Fast Growing Chinese Air Power: India Urgently Needs Fighter Squadrons

La puissance aérienne chinoise en pleine expansion : l'Inde a un besoin urgent d'escadrons de chasseurs.
 

Mettant l'accent sur l'introduction d'avions modernes pour soutenir et améliorer le potentiel de combat de l'armée de l'air indienne (IAF), le maréchal en chef de l'air VR Chaudhari a déclaré que l'armée avait un besoin urgent de 5 à 6 escadrons d'avions de la génération 4.5. La puissance aérienne reste le moyen le plus puissant de mener une guerre. Elle offre une longue portée, de la précision et de la flexibilité. Les chasseurs modernes sont omni-rôles et peuvent donc accomplir plusieurs missions en une seule sortie. Les portées ont été étendues grâce au ravitaillement en vol. L'AEW&C offre une couverture en profondeur en territoire ennemi.

L'Inde est l'une des nations les plus menacées au monde. Elle a deux voisins détenteurs d'armes nucléaires. Avec ces deux pays, il existe de graves conflits frontaliers, des guerres et des escarmouches. Depuis longtemps, il est clair que pour gagner une guerre terrestre ou maritime, il est nécessaire de dominer les airs. L'avion de chasse reste la plate-forme la plus puissante pour les opérations offensives et défensives. Alors que beaucoup prédisent que l'avenir sera sans pilote, pratiquement tous les chasseurs de cinquième et sixième génération qui verront le monde au cours de ce siècle sont des chasseurs pilotés.

L'IAF est aujourd'hui à un niveau historiquement bas de 30 escadrons de chasseurs. Le gouvernement a déjà annoncé que les quatre escadrons de MiG-21 Bison restants seraient retirés d'ici 2025. Au cours de cette période, seuls deux escadrons de LCA, au mieux, seront mis en service. Cela signifierait une diminution supplémentaire de l'effectif de l'escadron. Dans le même temps, l'armée de l'air pakistanaise (PAF) dispose actuellement de plus de 450 avions de chasse répartis dans 22 escadrons de chasseurs. La Chine possède près de 59 brigades de chasseurs dans les commandements de théâtre, chacune disposant de 24 à 28 avions. Plus 20 brigades supplémentaires se trouvent au QG de l'armée de l'air de l'APL (PLAAF) à Pékin. La Chine dispose également d'une puissance aérienne supplémentaire avec la marine de l'APL (PLAN), qui compte près de 500 avions et un nombre croissant de porte-avions. Il est clair que les voisins de l'Inde développent leur puissance aérienne. Une partie importante de la PLAAF peut être engagée sur le front Pacifique de la Chine, mais la rapidité et la flexibilité de la puissance aérienne permettent de faire intervenir des forces dans d'autres secteurs en peu de temps.

PLAAF EN PLEINE CROISSANCE : CONNAÎTRE L'ADVERSAIRE
Avec le soutien de l'industrie locale qui produit tous les types de plates-formes aériennes, la PLAAF acquiert rapidement des systèmes et des armes haut de gamme de classe et de portée mondiales. L'accent est mis sur les technologies modernes, notamment la furtivité, l'hypersonique, l'intelligence artificielle (IA), la cybernétique, la guerre électronique et les missiles à longue portée. La PLAAF a également réorienté sa formation et ses tactiques de vol, et une importance beaucoup plus grande est accordée aux exercices réalistes. La PLAAF a apporté des changements majeurs à sa doctrine opérationnelle en fonction des exigences de portée mondiale. La défense aérienne des ressources critiques, les frappes offensives de précision à longue portée, les missions intégrées de soutien du champ de bataille, le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (ISR), les opérations d'information et la portée du transport aérien stratégique sont prioritaires. L'intégration de l'air et de l'espace soutiendra les opérations offensives et défensives. La PLAAF se prépare à une guerre hybride réseau-centrée. La PLAAF tente d'augmenter l'exposition aux exercices aériens pour compenser la faible exposition à la guerre réelle. Les PLAAF comblent l'écart avec les forces aériennes occidentales dans un large éventail de capacités, telles que les performances des aéronefs, le commandement et le contrôle, et la guerre électronique.

Les FAPA sont les troisièmes plus grandes au monde et, sur leurs quelque 1 700 avions de combat, 900 sont de quatrième génération et plus. Près de 150 chasseurs furtifs J-20 de cinquième génération ont été construits. Le développement du deuxième avion furtif, le J-31, est accéléré. Les PLAAF exploitent également près de 170 variantes de bombardiers à réaction H-6. La variante H-6K à portée étendue peut transporter six missiles de croisière à lancement aérien. Elles disposent d'un nombre important d'AEW&C et d'avions de ravitaillement en vol (FRA) et leur nombre ne cesse d'augmenter. Les PLAAF disposent également d'un grand nombre de véhicules aériens sans pilote (UAV) indigènes de niveau international. Nombre d'entre eux sont armés (UCAV). Elles développent actuellement un nouveau bombardier furtif à longue portée, le H-20, pour frapper des cibles régionales et mondiales. Il devrait être prêt d'ici 2025. Les PLAAF sont également en train de se doter de missiles aériens à longue portée à la pointe de la technologie, dont la portée peut atteindre 300 kilomètres.

La PLAAF croit aux frappes offensives de précision à longue portée. Il y aura une coordination avec la Force des fusées de l'armée de libération du peuple (PLARF). Elle dispose de systèmes de défense aérienne à plusieurs niveaux. La constellation étendue de satellites de surveillance de la Chine avec des cycles de revisite courts soutient grandement la surveillance et le ciblage. Les PLAAF accordent une plus grande importance à la guerre de l'information, électronique et cybernétique. La PLAAF travaille également en étroite coordination avec la Force de soutien stratégique de l'APL (PLASSF). Les exercices réguliers de la PLAAF comprennent des engagements de forces importantes, avec la PLA et la PLA Navy. Leurs exercices au Tibet ont augmenté.

CAPACITÉS GÉNÉRALES ACTUELLES DE L'IAF

L'IAF ne compte plus que 30 escadrons de chasseurs. Ceux-ci comprennent deux Rafale, 12 Su 30MKI, quatre MiG 21 Bison, trois MiG 29 et trois Mirage 2000, six Jaguar et deux LCA. L'avion Rafale est clairement supérieur aux avions de combat chinois J-10, J-11 et Su-27. Armés de missiles air-air à longue portée Meteor et MICA au-delà de la portée visuelle (BVR), les chasseurs Rafale. Le missile de croisière SCALP et les bombes planantes Hammer ont une très grande précision. Le Rafale dispose également de la meilleure suite de guerre électronique de la région. Le Sukhoi Su-30MKI est le principal chasseur de supériorité aérienne de l'IAF, capable d'effectuer des missions de frappe air-sol à longue portée. Les Mirage 2000 et les MiG 29 ont tous été modernisés. L'IAF ne possède que trois grands avions AWACS et trois avions AEW&C développés par le DRDO. De même, l'IAF ne dispose que de six avions de ravitaillement en vol (FRA) IL-78. Ces deux flottes doivent être renforcées pour un pays de taille continentale comme l'Inde, qui doit également couvrir la région de l'océan Indien (IOR).

L'Inde dispose d'une bonne chaîne de radars intégrés pour soutenir les opérations offensives et défensives réseau-centrées. Les anciens systèmes de missiles sol-air de l'IAF, comme le SAM-3 Pechora et le SAM 8 OSA-AK, sont en cours de modernisation. Avec l'introduction d'un grand nombre de systèmes AD Akash indigènes, et l'introduction de cinq systèmes S-400 russes, la couverture AD sera significative. Pour couvrir la vaste frontière chinoise, davantage de systèmes sont en cours d'installation. Avec l'introduction des systèmes MICA, Meteor, Astra, SCALP, BrahMos et Hammer, entre autres, l'IAF dispose d'un important inventaire d'armes aériennes. L'IAF a déjà une portée allant du golfe Persique au détroit de Malacca. Depuis les territoires insulaires, elle peut atteindre certaines parties de la mer de Chine méridionale grâce au ravitaillement en vol. L'IAF s'exerce régulièrement et accroît son interopérabilité avec les principales forces aériennes du monde. Mais l'IAF a besoin de chiffres.

CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES DE L'IAF DANS L'HIMALAYA

L'IAF a un net avantage sur la Chine en ce qui concerne le nombre de terrains d'aviation, dont la plupart sont à plus basse altitude. Mais la Chine modernise ses infrastructures et apporte plus de moyens. Les aérodromes de l'IAF ont besoin d'abris plus résistants. Davantage de radars et de systèmes de défense aérienne doivent être positionnés. Toute campagne aérienne doit être agressive et exécutée simultanément contre différents systèmes de cibles dispersées. Les plans de guerre de la Chine prévoient le lancement d'un barrage initial de missiles d'attaque de surface pour détruire les infrastructures indiennes essentielles, notamment les aérodromes. L'Inde devrait se défendre contre une telle attaque avec des armes de défense aérienne. L'Inde devrait alors atteindre une supériorité aérienne sectorielle locale. Il faut se rappeler que la neutralisation de seulement deux aérodromes chinois dans chaque secteur aurait des conséquences beaucoup plus graves pour eux que si la même chose se produisait pour l'Inde. L'Inde devrait donc se concentrer sur la neutralisation de l'aérodrome des PLAAF à l'aide de missiles de surface et de missiles à lanceur aérien, et constituer des stocks en conséquence.

L'interception rapportera de gros dividendes dans les montagnes. Détruire quelques ponts pourrait étrangler les chaînes logistiques et les approvisionnements. Des glissements de terrain déclenchés par des armes peuvent bloquer des routes. Les attaques contre les convois sur les très rares routes créeraient des goulots d'étranglement. L'aviation peut fournir des options cinétiques et non cinétiques avec une précision extrême. Elle influencera les résultats et les actions des forces de surface. Elle peut produire simultanément des effets physiques et psychologiques. Les avions de chasse et les hélicoptères d'attaque seront employés à cette fin. Les UCAV seront utilisés pour l'interdiction, les frappes sur le champ de bataille et les opérations antichars et antipersonnel. Les avions de transport et les hélicoptères assureront également le transport aérien de troupes et de matériel militaire inter et intra secteur. Des transferts entre vallées peuvent être nécessaires dans des situations de combat changeantes. L'IAF a une portée et une capacité significatives à cet égard.

En raison des limitations des radars terrestres dans les montagnes, une plus grande dépendance devrait être accordée aux AWACS. Les effectifs devront être augmentés. Les satellites et les UAV seront nécessaires pour le ISR. Leur nombre devra être augmenté pour réduire le temps de revisite. L'IAF devra continuer à se transformer pour passer d'une approche basée sur les plateformes à une approche basée sur les capacités. Des opérations centrées sur le réseau et basées sur les effets seront employées. Le côté qui utilise le mieux la guerre électronique et les moyens et outils cybernétiques aura l'avantage. Il sera important de sécuriser ses propres réseaux et d'en priver les adversaires. Les plateformes aériennes et spatiales soutiendront grandement les opérations de guerre électronique et cybernétique bien plus profondément dans le territoire ennemi.
 

MENACE SUR DEUX FRONTS

Aujourd'hui, la Chine et le Pakistan entretiennent une profonde amitié stratégique. Près de 60 % de l'armée de l'air pakistanaise (PAF) est constituée d'avions chinois. La PAF possède déjà près de 130 JF-17 "Thunder". 25 appareils J-10CE sont en cours de livraison. L'AEW&C et le FRA de la PAF sont d'origine chinoise. Ils ont des points communs en matière d'armement. La PLAAF et la PAF effectuent régulièrement des exercices d'entraînement au vol appelés "Shaheen Series". Leurs niveaux d'interopérabilité sont élevés. Toutes deux ont des intérêts territoriaux au Jammu-et-Cachemire et au Ladakh. En cas de conflit sino-indien, le Pakistan pourrait autoriser l'utilisation de ses bases aériennes par la PLAAF. Il pourrait également ouvrir un autre front. L'armée indienne devra prendre en compte cet aspect. L'IAF aura sûrement besoin d'un plus grand nombre d'avions de combat.

RECONSTITUER LES EFFECTIFS DE L'IAF

Si l'on considère uniquement la menace chinoise, l'Inde doit reconstituer les 42 escadrons de chasseurs autorisés. Pour reconstituer le nombre de chasseurs de l'IAF, plusieurs approches sont nécessaires en priorité. Seuls les sept biplaces restent à livrer parmi les 40 LCA Mk 1 commandés. Le 20 juin 2022, le prototype Tejas Mark 1A a effectué son premier vol. Les livraisons de LCA Mk 1A devraient commencer au début de 2024. Certains retards sont déjà prévus. Les 83 appareils seront livrés d'ici 2029. Dans les faits, cela ne représente que 16 appareils par an. C'est trop peu pour faire de bons chiffres. La production de LCA doit passer à 24 par an, même si cela signifie que l'IAF doit passer plus de commandes. En dépit de la campagne "aatmanirbharta", l'Inde devra acheter une seule fois les 114 avions de combat à l'étranger. La demande d'information (RFI) pour l'appel d'offres MRFA a reçu des réponses de huit avionneurs mondiaux. La publication de la demande de proposition (RFP) a été retardée. Même si elle était publiée aujourd'hui, il faudrait 5 à 6 ans pour sélectionner et mettre en service le premier avion de combat. Il faut accélérer le processus. La deuxième option consiste à passer une commande de Rafale.

L'infrastructure de deux bases aériennes existe. Nous avons déjà payé pour les modifications spécifiques à l'Inde. Le coût global serait moins élevé cette fois-ci. La troisième activité consiste à accélérer le développement du LCA Mk2 en injectant plus de fonds et en augmentant la taille de l'équipe. Ensuite, il faut donner une autorisation CCS précoce pour l'avion de combat moyen avancé (AMCA). Il devrait y avoir une équipe et une gestion dédiées au projet AMCA. Le secteur privé sera impliqué à un stade très précoce.

La mise en service de huit escadrons de LCA Mk1 et Mk1A et de 114 nouveaux chasseurs d'ici 2030 pourrait porter l'IAF à environ 37-38 escadrons de chasseurs d'ici 2030. L'objectif est de parvenir à 42 escadrons d'ici 2038. L'état final pourrait être de 14 escadrons de Su-30 MKI, deux de Mirage 2000 et deux de MiG 29, 12 escadrons de variantes de LCA, deux de Rafale, six du nouveau chasseur et quatre de l'avion de combat moyen avancé (AMCA). En fait, l'IAF pourrait devoir étirer les flottes de Mirage et de MiG 29. Si l'AMCA pouvait arriver plus rapidement, le Mirage 2000 et le MiG 29 pourraient être retirés plus rapidement. Ces chiffres sont réalisables tant que des décisions opportunes sont prises, que des fonds sont alloués et qu'il n'y a pas de retards sérieux dans le développement du LCA Mk 2 et de l'AMCA. L'IAF doit également se fixer pour objectif de disposer de 8 grands et 10 petits AWACS, et d'au moins 12 appareils FRA d'ici 2030. Le projet du DRDO pour ces appareils doit être accéléré avec un soutien étranger. En attendant, il est préférable d'en prendre quelques-uns en location. Les 12 escadrons de chasseurs déficients et les près de 12 autres à retirer d'ici 2038 nécessiteront un financement important. Le budget d'investissement devra être augmenté.

Certains suggèrent souvent que puisque le Rafale et le Su-30 MKI peuvent obtenir des effets bien plus importants que les vieux MiG 21, pourquoi l'IAF devrait continuer à rechercher 42 escadrons. L'argument est erroné. Les adversaires de l'Inde disposent déjà de chasseurs de cinquième génération. Ils ne réduisent pas leurs effectifs. Le type d'avion et les plateformes d'armes doivent être comparables à ceux de l'adversaire.

L'Inde doit également investir davantage dans les technologies qui changent la donne. Il s'agit notamment de la guerre cybernétique et électronique, de l'intelligence artificielle, des systèmes sans pilote et de l'hypersonique. Les vols et les armes hypersoniques seront difficiles à engager. Ils serviront de multiplicateurs de force contre des cibles de grande valeur. Il y a beaucoup d'action dans les armes à énergie dirigée (DEW). Des lasers qui peuvent brûler l'électronique des missiles entrants ou éblouir les capteurs électro-optiques.

Pour que l'Inde devienne importante, elle doit également maîtriser les technologies des moteurs d'avion et des radars AESA. La voie de la coentreprise est la meilleure pour s'imprégner des technologies de pointe. Nous avons besoin d'armes à très longue portée, notamment de missiles aériens d'une portée d'environ 400 kilomètres. De même, des missiles de croisière à lanceur aérien d'une portée d'environ 1 500 kilomètres.

Il y a un retard dans la modernisation. L'obsolescence s'installe beaucoup plus rapidement pour les systèmes aériens. Pour combler l'écart croissant avec la Chine, l'Inde doit peut-être augmenter ses allocations de défense, de 2,15 % du PIB actuellement à environ 2,5 %. L'IAF est bien entraînée et bien exposée sur le plan opérationnel. L'IAF sera bien mieux placée face à la PLAAF une fois les effectifs reconstitués. L'approche doit être celle de l'ensemble de la nation. Il est temps d'agir.

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Céline l'article de @Picdelamirand-oil, 10 escadron de la supplémentaires, de l'amca et pas de Rafale, pour 2030 ou 2038. 

Ok. 

j'ai passé une semaine avec des collègues indiens. Devant mon incompréhension quand nous devions partir quelque part, que nous avons tous emballé nos affaires et mis nos manteau, et qu'une collègue indienne qui fait parti du groupe vient tranquillement te taper la discut' alors que ses affaires sont éparpillées et qu'elle n'a même pas fait signe de se préparer. 

que je lance en français à un collègue que je suis demuni face à ça et que malgré tous les petits signes que je lui ai envoyé ça fait 4 jours qu'elle me fait subir ça...

mon collègue de me rassurer :

"N'oublie pas, en Inde ils disent: Time is timeless"

putain mais Enstein et ses théories du temps et de la relativité, il les aurait pondu 10 ans avant s'il habitait en Inde !

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Picdelamirand-oil a dit :

N'oublie pas que le Rafale est radioactif pour les élections.

Et y'a des élections bientôt en Inde ?

Le 22/11/2022 à 06:37, bubzy a dit :

Céline l'article de @Picdelamirand-oil, 10 escadron de la supplémentaires, de l'amca et pas de Rafale, pour 2030 ou 2038. 

:huh: fin de soirée arrosée la veille ?

Le 22/11/2022 à 06:37, bubzy a dit :

que ses affaires sont éparpillées et qu'elle n'a même pas fait signe de se préparer. 

que je lance en français à un collègue que je suis demuni face à ça et que malgré tous les petits signes que je lui ai envoyé ça fait 4 jours qu'elle me fait subir ça...

Une femme qui éparpille ses affaires devant toi depuis quatre jours, à mon avis y'a moyen de moyenner...

:laugh:

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

1 an avant les élections plus rien ne bouge en Inde car tout ce qui bouge est sujet à critiques.  les élections sont en 2024 et on est bientôt en 2023...

Ben ils ont pas le cul sorti des ronces pour leur aéronavale et leur armée de l'air alors. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Teenytoon a dit :

Ben ils ont pas le cul sorti des ronces pour leur aéronavale et leur armée de l'air alors. 

Si on atteint février 2023 sans que le vainqueur du RFP de l'Indian Navy ne soit annoncé, c'est que le Rafale a gagné. Dans ce cas il y aura un accord G to G pour 26 Rafale pour la Navy et 36 ou 57 Rafale pour L'IAF. Sinon, si le F-18 a gagné, ce sera annoncé avant Février 2023 et dans ce cas le RFP MRFA continuera. 

Le G to G sera pour rattraper le temps perdu avant l'élection. 

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Si on atteint février 2023 sans que le vainqueur du RFP de l'Indian Navy ne soit annoncé, c'est que le Rafale a gagné. Dans ce cas il y aura un accord G to G pour 26 Rafale pour la Navy et 36 ou 57 Rafale pour L'IAF. Sinon, si le F-18 a gagné, ce sera annoncé avant Février 2023 et dans ce cas le RFP MRFA continuera. 

Le G to G sera pour rattraper le temps perdu avant l'élection. 

2024 + 3 ans, ca nous emmene a 2027 au minimum, les tejas 2, amca et autre super projets internes seront deja là. Impossible de justifier l’achat d’un chasseur etrange. Je parle meme pas de defendre les chances d’exports indienne si le pays achetent un avion étrangé. 
plus le temps passe, plus je pense que les indiens voient le rafale comme un stop gap. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, wagdoox a dit :

2024 + 3 ans, ca nous emmene a 2027 au minimum, les tejas 2, amca et autre super projets internes seront deja là. 

:laugh::biggrin::bloblaugh:

Même les Indiens n'y croient pas!

Citation

 it wouldn't be a stretch to say that the most advanced and capable jets fully operational in the world, even if for a short time, are the 2 squadrons of Rafale Is.

https://www.strategicfront.org/forums/threads/mmrca-2-0-updates-and-discussions.1156/post-229149

L'opinion de certains Indiens:

il ne serait pas exagéré de dire que les avions à réaction les plus avancés et les plus performants au monde, même si c'est pour une courte période, sont les deux escadrons de Rafale I.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 22/11/2022 à 01:14, Teenytoon a dit :

Ça sent l'annonce chez Dassault un de ces jours :laugh:

C'est pourtant pas ce que demande l'article:

Le 21/11/2022 à 10:00, Picdelamirand-oil a dit :

Certains suggèrent souvent que puisque le Rafale et le Su-30 MKI peuvent obtenir des effets bien plus importants que les vieux MiG 21, pourquoi l'IAF devrait continuer à rechercher 42 escadrons. L'argument est erroné. Les adversaires de l'Inde disposent déjà de chasseurs de cinquième génération. Ils ne réduisent pas leurs effectifs. Le type d'avion et les plateformes d'armes doivent être comparables à ceux de l'adversaire.

Mais d'un autre côté certains indiens sont persuadés que leur Rafale sera meilleur que le J-20. Pourquoi pas hein. Faut voir.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Picdelamirand-oil a dit :

M. Kelly a également averti qu'il existe "des avions de quatrième génération dotés de capacités de cinquième génération" et qu'il devient trop simpliste de catégoriser les avions. Il a ajouté que les anciens appareils sont équipés de capteurs et d'armes de plus en plus perfectionnés.

:ohmy:
Et bien c'est la première fois que je trouve que Kelly sort quelque chose d'un peu plus sensé que sa politique RH délétère.
Comme quoi tout arrive.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Selon M. Kelly, l'USAF doit être en mesure d'aligner au moins 72 nouveaux chasseurs par an, et même les alliés et partenaires des États-Unis doivent être maintenus à un niveau de capacité comparable.

Message transmis aux acquéreurs de F-35 en Europe… à voir si « moins d’un escadron » semble un niveau de capacité suffisant, même avec l’autocollant 5G sur la dérive.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...