Sign in to follow this  
aeroglinglin

[Rafale] *archive*

Recommended Posts

En fait les courtes pattes sont celles des avions français en général; en l'occurence ce sont surtoiut les SEM qui sont pénalisés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parle des courtes pattes des avions du CDG, et j'aurais plutot tendance à croire que le facteur limiteur c'est le SEM et non le Rafale qui a une portée équivalente au super hornet. edit: owned ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Rafale ne sont pas limités à 5 à 6 heures de vol, de toute façon. Ca dit tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On y parle des "courtes pattes" du Rafale, bonne lecture.

A la lecture, j'ai inséré "SEM" et non "Rafale" comme tu l'as fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vraiment épouvantable d'essayer de faire les comptes des Rafale C/B/M, F1/F2/F3 commandés et livrés ! ! ! J'avais compté 13 F1 commandés entre 94 et 97... 10 Rafale M1 à M10 Le 301... Les 2 autres étaient-ils en fait les B302 et C101 qui étaient déjà des F2 ??? Ensuite, en 1999, il y a eu la commande de 48 F2 (28 + 20) : -13 B (+8) = 21 -8 C (+4) = 12 -7 M (+8) = 15 Enfin, en 2004, les 59 F3 : -36 C -11 B -12 M => On a bien les 10 M du M1 au M10... (je crois) En comptant les B301 B302 et C101 sur les commandes d'avant 1997 : => Il semble que l'on ait le C101 jusqu'au C107... Ca en fait 7-1= 6 C F2 sur la commande de 1999, ou sont les autres (il en manque 6 !) ? => On devrait recevoir jusqu'au B327, ce qui donne 27-2= 25 Rafale B F2 sur la commande de 1999. Soit 4 de trop. => Que vont devenir les M F2 ??? On se retrouve avec des chiffres dans le bazard, j'y comprends plus rien... Est-ce que je deviens neuneu ??? Aideeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeez-moi !! ! Pitié ! [17]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Normalement on doit avoir 28 rafale "air" (22 B et 6 C) dont 3 utiliser par le CEV, 20 au service, au moin deux sous cocons et les autres en train d'étre qualifier Il me semblais qu'on devait en avoir 30 en service a la fin de cet été... Pour la marine il y en a 10 au standar f1, 3 à 5 au standar f2 (10 a la fin de l'année) edit: pour les 10 f2 din 2007 il devrait y en avoir au standar f3 ... toujours moin conpliquer que les histoires de standar du typhoon! ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et alors les F1 Marine ils vont les passer au standard 3 direct (c'est ce que j'ai cru lire quelque part...) ou ils vont passer d'abord par le 2 ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un petit article de Defense News sur les Rafales à Duchanbe, c'est un peu du réchauffé et il y a des imprécisions, mais c'est assez complet

Rafale F2 Makes Its Combat Debut Over Afghanistan

By PIERRE TRAN, DUSHANBE, Tajikistan

Under low clouds, a two-seater French Air Force Rafale strike jet armed with four U.S.-built smart bombs took off April 1 from the airport here, headed for Afghanistan.

The Air Force is flying the new F2 fighter-bomber version of the Rafale from this Central Asian republic, joining other coalition planes in providing 24-hour cover for Afghan, NATO and U.S. soldiers fighting Taliban and al-Qaida insurgents on Afghanistan’s plains and mountains.

Two or three times a day, a tandem team of Rafale and Mirage planes takes off from the single rudimentary runway to fly an hour to reach their patrol zone. Once on station, they perform a variety of missions, including reconnaissance, low-level passes to deter and disperse enemy forces, or if called upon, bomb drops. Missions last two to six hours.

French pilots say they could face Stinger shoulder-launched missiles the United States supplied to mujahadin guerrillas who fought the Russian Army in the 1980s. A Stinger goes for about $100,000 in the market, a French pilot said.

“They are almost used for barter, they are so common,” a pilot said.

On April 1, a two-plane element responded to a call by U.S. troops for air strikes against guerrillas moving among mountain caves 200 kilometers east of Kabul. The request was picked up and executed by a Rafale and a Mirage, which each dropped one GBU-12 bomb, French Air Force Col. Pierre-Jean Dupont told journalists.

It was not the first shot fired in anger from a Rafale. That occurred on March 28, when a French Navy Rafale F2 flying from the Charles de Gaulle aircraft carrier dropped two GBU 12 smart bombs in close air support for Dutch troops, French officers said.

The Afghan air campaign will likely be a boon for Dassault Aviation, because it allows sales executives to tout the Rafale as “combat proven.”

Coalition Ops

France, which has flown aircraft as part of the Afghanistan campaign since 2002, dispatched the F2s in reponse to U.S. officials’ demands for greater military commitment from allies in Afghani-stan, made during NATO’s Riga summit in November.

Three Air Force Rafale F2 aircraft arrived here March 12 and were flying two days later, alongside three Mirage 2000D strike fighters.

The French air command has been based at Bagram in southern Afghani-stan, where it supported about 200 French special operations troops who helped U.S. forces hunt al-Qaida fighters in the mountains on the Pakistan border. Since those troops withdrew in January, the aircraft have been more closely integrated into other parts of the allied operation, and the command center is slated to move to Kabul.

Today, the aircraft fly close air support for the Kabul-based International Security Assistance Force (ISAF) and the U.S. Enduring Freedom operation, Dupont said.

The French aircraft are tasked by the NATO Combined Air Operations Center at El Udeid, Qatar, and once on station are on call for the Air Support Coordinator Center, based at ISAF headquarters, Kabul.

“We have been put to the disposal of the coalition,” Air Force Col. Denis Kuntz said here. “We have all the systems to be interoperable.”

French pilots operate under rules of engagement set by their joint chiefs. A decision to drop bombs is at the final discretion of the pilot and is taken if there is no doubt of identity and no danger to civilians and friendly forces.

The Rafale is equipped with the Link 16 tactical datalink, which allows coalition aircraft to exchange information.

Allied air assets include U.S. F-15 fighters, Dutch F-16s, British Harrier jump jets, carrier-based F/A-18s, KC-135 air tankers, C-17 cargo aircraft, helicopters and gunships.

The Rafale deployment is part of the French Serpentaire air operation, an air wing supported by three C-135 aerial tankers based at Manas, Kyrgyzstan, where the United States maintains a large tanker fleet and C-17s. France also has two C-160 Transall transports and in December sent two Special Operations EC 725 Caracal helicopters.

The Serpentaire operation includes three French Navy Rafale F2s, nine Rafale F1 fighters and 16 modernized Super Etendard fighter-bombers, and two Hawkeye early warning aircraft operating from the Charles de Gaulle, stationed in the Indian Ocean.

While the U.S. carrier John C. Stennis is standing off Iran, the Charles de Gaulle is the only coalition carrier supporting the Afghan campaign.

F1 to F2

The conversion of Rafale from an F1 air superiority fighter to an F2 fighter-bomber is the result of a four-month crash program led by the Délégation Générale pour l’Armement (DGA) procurement agency, DGA official Nicolas Hué said.

Because Safran was late with the AASM guided smart bomb, a snap decision was taken to fit the Rafale with the 500-pound GBU-12, a Raytheon Paveway 2 bomb, which the Air Force already owned.

The F2 entered service June 27 with the 1/17 Provence fighter squadron, based at Saint-Dizier, France.

“Integrating a new weapon would normally take a year and a half to two years,” Hué said.

After DGA placed the order with Dassault in November, it cost 5 million euros ($6.7 million) to adapt the aircraft to drop the GBU-12, then perform aerodynamic and drop tests at the DGA Cazaux test center, Hué said.

The F2s can carry six bombs, but the pilots are flying with four weapons as a compromise to fuel economy. That’s triple the two GBU-12s carried by the Mirage 2000D, pilot Lt. Louis Pena said.

The Rafale is also slated to be fitted with the 720-pound GBU-22.

The upgrade will help Dassault’s export-marketing effort; many foreign buyers are looking for a multirole aircraft, not just an interceptor.

Pilots say the Rafale’s Link 16, OSF forward-looking optronic search and track, and RBE2 electronic radar combine to give a better picture of what is in the air, especially useful in finding a refueling tanker in bad visibility.

The Mirage 2000D flies with a laser pod designator to light up the target for the Rafale, using a PDL TV for day use and PDL CT for night. The planned Rafale F3 will be fitted with the all-weather, day-and-night Damocles reconnaissance pod from Thales.

The Base

The French aircraft fly from a small self-contained base at the commercial airport here under a cooperation agreement with the Tajik government.

Defense Minister Michèle Alliot-Marie’s nine visits to the base in the last five years shows the importance France attaches to this small air detachment — its toehold in Central Asia.

The Rafales will be here for another four months, but the Serpentaire mission is planned to last the whole year, so there is a potential open commitment. Some 45 ground crew service the Rafale and make up the complement of some 370 base personnel.

Air detachment members live in rented villas in Dushanbe, and the base employs 72 local Tajik staff. A chartered Ilyushin-76 makes monthly supply runs from Chateauroux in central France. The meals in the mess are simple and copious, and the personnel eat with disposable plastic cutlery.

France has agreed to spend 17 million euros to improve the airport in the next three years, modernizing runway, control tower and related facilities. The base costs 2.2 million euros a year to run.

The French personnel also engage in civil-military cooperation programs, working with local schools and civic institutions.

Elsewhere at the airport, Russia has stationed Su-25 fighters, and there is talk of sending the Su-27 here. •

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils doivent attendre le f3 pour étre upgrader, mais oficieusement la marine a songer et songe peut étre encore a les faire passer au f2 pour monter en puissance rapidement, mais sa m'étonerais vu que le CDG entre en IPER fin juin et qu'il y a peut de chance que ces appareil soit déployer quelque par (A la limite il pourait y avoir plus de besoin en Afghanistan, mais L'AdA est les f2 de la marine pouraient s'en charcher sans probleme)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils doivent attendre le f3 pour étre upgrader, mais oficieusement la marine a songer et songe peut étre encore a les faire passer au f2 pour monter en puissance rapidement, mais sa m'étonerais vu que le CDG entre en IPER fin juin et qu'il y a peut de chance que ces appareil soit déployer quelque par (A la limite il pourait y avoir plus de besoin en Afghanistan, mais L'AdA est les f2 de la marine pouraient s'en charcher sans probleme)

Justement ça serait logique de profiter de l'IPER pour faire les modifs sur les F1. Non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non puisque le f3 commencera a étre m=livrée en fin d'année, il vaut donc mieux attendre 2008 pour les faire passer directement au standard f3, cela éviterais de perdre de l'argent inutilement car ils ne devraient pas étre engager dans aucun combat

Share this post


Link to post
Share on other sites

l'antenne active ne sera donc intégrée que lorsque le standart F4 arrivera ? et les autres Rafales seront rétrofités en F4 avec antenne active , c'est bien ça ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'instant pas de programme f4 officiel, l'antenne AESA devrait étre monter sur les appareils qui sortiron d'uzine une fois qu'elle sera prete, possible rétrofit de certain appareil a vocasion principale d'interception

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ensuite, en 1999, il y a eu la commande de 48 F2 (28 + 20) :

-13 B (+8) = 21

-8 C (+4) = 12

-7 M (+8) = 15

=> Il semble que l'on ait le C101 jusqu'au C107... Ca en fait 7-1= 6 C F2 sur la commande de 1999, ou sont les autres (il en manque 6 !) ?

=> On devrait recevoir jusqu'au B327, ce qui donne 27-2= 25 Rafale B F2 sur la commande de 1999. Soit 4 de trop.

=> Que vont devenir les M F2 ???

En principe, le C108 devrait être le dernier mono au standard F2. S'il n'est pas déjà livré, ça ne devrait pas tarder. Ce qui ferait 7 C et 25 B. Si la marine touche un M supplémentaire (16 au lieu de 15) comme certains le prétendent, ça fait bien 48.

Ce qui est étonnant, c'est que cette distribution coûte plus cher que ce qui était prévu (4B et 1M à la place de 5C). Soit le C108 a été sacrifié en douce pour payer la note, soit un truc m'échappe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau site de Dassault tout beau tout propre.

ici

Un article intéressant sur Tiger meet avec qq news

Le Rafale dompte les tigres

Le Rafale Air au standard F2 a été engagé dans l’édition 2006 du Tiger Meet. Au cours de cette première sortie internationale, le nouvel avion de combat de l’AAF a fortement impressionné les équipages des autres nations participantes.

Le Tiger Meet est un exercice de l’Otan qui réunit chaque année les escadrons ayant pour emblème un tigre. L’édition 2006, organisée sur la base espagnole d’Albacete, a rassemblé une cinquantaine d’avions de combat (et quelques hélicoptères)venus de onze nations. On trouvait sur les parkings d’Albacete une majorité de F-16 MLU, de F/A-18 et de Tornado, mais aussi dix appareils français : l’escadron 1/12 « Cambresis » était venu de Cambrai avec six Mirage 2000 RDI, tandis que l’escadron 05/330 « Côte d’argent » appartenant au CEAM de Mont-de-Marsan avait fait le déplacement avec deux Mirage 2000-5 et deux Rafale F2 biplaces.

CONTEXTE INTERALLIÉ

« Le Tiger Meet s’est beaucoup développé dans les années quatre-vingt-dix » explique le colonel Mercier, chef du bureau Plans à l’état-major de l’armée de l’air(1). « L’exercice, qui dure une semaine, est aujourd’hui d’un très haut niveau et s’adresse exclusivement à des pilotes ayant la qualification chef de mission. »

La venue des Rafale à Albacete, envisagée dès le début 2006 et résolument appuyée par l’état-major de l’armée de l’air, a sans aucun doute été l’évènement de cette édition. « Notre venue répondait à un double besoin » précise le lieutenant-colonel Pagès, commandant du 05/330. « Il s’agissait en premier lieu de vérifier la plus-value opérationnelle apportée par le Rafale dans un contexte interallié complexe. Le CEAM et le 05/330 ont conduit l’expérimentation de l’avion ces derniers mois et il était logique que nous nous intéressions également au volet multinational, avec toutes les questions d’interopérabilité qui s’y rattachent. L’autre but du déploiement était de valider le concept de maintenance en réseau en dehors des frontières françaises »

Inutile de faire durer le suspens : le Rafale a magnifiquement rempli son contrat, les équipes du 05/330 revenant d’Espagne avec la certitude de tenir un avion parfaitement apte aux déploiements extérieurs.

IDENTIFICATION POSITIVE

Les appareils étaient chaque jour engagés dans deux missions: celle du matin était un exercice de défense aérienne relativement classique ; le vol de l’aprèsmidi regroupait une trentaine d’avions au sein d’une « Comao » (Composite Air Operation), raid offensif lancé contre des objectifs terrestres ou maritimes.

Signe indubitable de la polyvalence du Rafale, les deux avions et leurs équipages passaient sans sourciller des missions d’assaut (en simulant l’emploi de missiles AASM) à la défense aérienne (avec les missiles Mica).

« Au-delà de cette polyvalence, le premier enseignement tient à la remarquable qualité du système d’armes », souligne le LCL Pagès. « On a pu vérifier que la fusion très poussée des capteurs nous offrait une supériorité importante dans la connaissance des situations tactiques. Les équipages des Rafale pouvaient obtenir l’identification positive de leurs objectifs à bien plus grande distance que ceux des autres avions. Or, on sait très bien que les règles d’engagement commandent de plus en plus souvent d’identifier un objectif avant de l’engager, ce qui peut amener un appareil de combat à s’approcher à trois ou quatre nautiques de sa cible. Avec le Rafale, on multiplie cette distance par trois, quatre ou même plus dans certains cas, ce qui est un très grand facteur de sécurité et de réussite. »

L’optronique secteur frontal (OSF) est particulièrement plébiscitée par les équipages qui restent admiratifs de ses performances : « En ralliant l’OSF sur les pistes données par son radar ou par un autre avion via la Liaison 16 un pilote peut parfaitement identifier une force d’opposition à plusieurs dizaines de nautiques de distance. Il va par exemple voir les deux Tornado et le F/A-18 qui s’apprêtent à pénétrer à 20000 ft et les trois autres F/A-18, très reconnaissables à leurs dérives doubles, les protégeant à 40 000 ft. »

DISCRÉTION ET EFFICACITÉ

D’une manière générale, les capteurs du Rafale procurent une excellente connaissance de la situation tactique autour de l’avion. « Au débriefing, on pouvait dire précisément qui faisait quoi et à quel endroit » note le LCL Pagès. « Les autres participants étaient très étonnés de la connaissance globale que l’on avait de la situation (2). »

Ceci nous amène directement à la Liaison 16 (L16), indissociable de la « révolution Rafale » et qui a elle aussi parfaitement joué son rôle au Tiger Meet. On sait qu’avec cette liaison de données, les Rafale échangent entre eux des informations sans placer un mot à la radio. Les équipages français rapportent par ailleurs que tout au long de l’exercice, cette communication muette s’est faite également avec l’Awacs de l’Otan. « L’Awacs n’a pu communiquer qu’avec nous par L16 et ses opérateurs étaient ravis de notre présence » glisse un pilote. « Au retour d’une mission très complexe, un pilote belge nous a dit que l’on ne parlait pas beaucoup à la radio, mais que pourtant nous semblions bien contrôler la situation tactique. Ce n’était pas faux… »

Un mot sur Spectra pour clore ce trop bref panorama.

Les Rafale du « Côte d’Argent » disposaient de la version définitive de l’ensemble de guerre électronique. Soucieux de ne pas en dévoiler toutes les capacités, les équipages n’ont pas utilisé le système au plus fort de ses possibilités, évitant notamment tout emploi offensif. Mais le mode passif d’écoute et de détection de la menace, avec la capacité d’interférométrie, a largement été exploité. Les équipes techniques ont pu faire évoluer les bibliothèques de menace pendant le Tiger Meet, tout en développant leur connaissance de cet outil bien particulier. Le deuxième jour de l’exercice, le « Comao » devait notamment s’attaquer à un site de missiles sol-air. En jouant des capacités interférométriques de Spectra, de la puissance de l’OSF et de la transmission de données par L16, les Rafale ont pu détecter, identifier et détruire le site à longue distance en tirant « virtuellement » des missiles AASM (3).

UNE CLASSE AU-DESSUS

Ce qui nous conduit tout droit à cette conclusion tirée de l’exercice par le colonel Mercier, du bureau Plans: « Le Tiger Meet a confirmé que la portée des moyens d’identification du Rafale est en cohérence totale avec la portée de ses armements, Mica et AASM. Avec son armement modulaire et les possibilités offertes par la fusion de données, notre appareil va pouvoir traiter des cibles maritimes ou terrestres à distance de sécurité, avec une identification positive.Il n’y a plus grand-chose que l’on ne puisse pas faire avec cet avion… »

Conclusion de la conclusion : avec plusieurs années d’avance sur lui, le Rafale est clairement de la classe du JSF (alias F-35) américain. Un niveau au-dessus de l’Eurofighter, qui a lui aussi, soit dit en passant, brillé dans l’exercice. Mais uniquement par son absence…[08]

Henri Hémon (journaliste indépendant)

(1) Ancien commandant du 1/12 « Cambresis », le colonel Mercier reste à ce titre membre de la « communauté tigre ».

(2) Il est encore trop tôt pour tout dévoiler et les pilotes français n’ont pas souhaité révéler la totalité des capacités de leur avion…

(3) Le missile AASM n’est pas encore entré en service dans l’armée de l’air, mais les conduites de tir des Rafale F2 permettent déjà d’en simuler l’emploi dans des scénarios airsol et même antinavire. L’AASM est un armement très

novateur qui a dérouté par ses capacités les participants étrangers du Tiger Meet (cf. encadré sur l’AASM)!

Voir dans le Mag'

Edit: la version anglaise de l'article est disponible ici

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euh !... Cet article sur le "Tiger Meet" d'Albacete en octobre 2006 ressemble fort à un communiqué (en anglais) de SAFRAN qui avait été publié sur ce topic le 4 décembre 2006, par faltenin et fait l'objet de débats sur ce forum [38]

C'était en page 55

Share this post


Link to post
Share on other sites

y avait quelques mois, j avais affirmé que si l ecart technologique etait deja important entre f22 et rafale, et que si le risque que le successeur du rafale soit encore plus largué par les americains etait important, la france serait dans l obligation de cooperer pour la prochaine generation d avions avec un autre pays pour faire face. qu en pensez vous? PS:selon une " source", cet avion serait deja a l etude et il serait franco britannique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On pourrait répondre que cet avion s'appelle le Neuron. Et que l'écart entre le F-22 et le Rafale est surtout une question d'argent, principalement à cause de la furtivité.

Il est reconnu dans beaucoup de magazines spécialisés que le prochain avion de combat sera européen et c'est en effet le plus probable même si Dassault peut toujours faire cavalier seul.

PS: C'est pas à mettre dans la partie Europe ce topic?

Share this post


Link to post
Share on other sites

[08] En Europe, ya pas la Russie ? [29]

Share this post


Link to post
Share on other sites

On pourrait répondre que cet avion s'appelle le Neuron. Et que l'écart entre le F-22 et le Rafale est surtout une question d'argent, principalement à cause de la furtivité.

Il est reconnu dans beaucoup de magazines spécialisés que le prochain avion de combat sera européen et c'est en effet le plus probable même si Dassault peut toujours faire cavalier seul.

PS: C'est pas à mettre dans la partie Europe ce topic?

oui mais bon,c est sur qu il est franco britannique car ce sont les ingenieurs britanniques et francais qui ont travaillé dessus etant donné que ce sont les seuls a avoir la maitrise, mais apres, peut etre qu il y aura une volonté de certains etats europeens de participer financierement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

y avait quelques mois, j avais affirmé que si l ecart technologique etait deja important entre f22 et rafale, et que si le risque que le successeur du rafale soit encore plus largué par les americains etait important, la france serait dans l obligation de cooperer pour la prochaine generation d avions avec un autre pays pour faire face.

qu en pensez vous?

PS:selon une " source", cet avion serait deja a l etude et il serait franco britannique

Il n'y a pas de réel fossé technologique entre les appareils US et les appareils Français ou Européens. Globalement, ils utilisent les même technologies.

La différence se fait au niveau des moyens: les Américains avec le F-22 ont développés les technologies (radar AESA, liaisons de données, furtivité) au delà de ce qui s'est fait en Europe pour la seule raison qu'ils ont investit beaucoup plus d'argent.

Mais techniquement, les différences ne sont pas énorme. C'est juste que pour industrialiser à grande échelle le summum de la technologie, il faut un sacré paquet de fric, et ça, il n'y a que les USA qui le peuvent.

En encore!! Si on prend le Super Hornet, pourtant de la même génération que le F-22, on constate qu'il est technologiquement équivalent (légèrement inférieur sur certains points, légèrement supérieur sur d'autres) aux appareils Français et Européens, tout simplement parce que la Navy n'a pas pu y investir plus de pognon que ces concurrents Européens.

Pour la prochaine génération, c'est plus tendancieux. Le fait que les Américains opèrent et conçoivent des appareils furtifs depuis plus de 30 ans pourrait leur donner une expérience certainement trés utile dans l'avenir. Mais ce constat est remis en cause des deux côtés de l'Atlantique.

-Déjà, la technologie furtive semble avoir atteint ses limites: elle devient de plus en plus facile à introduire sur un appareil dès la conception; les moyens de détecter les appareils furtifs, y compris par radar, vont considérablement se développer dans les 20 prochaines années; la furtivité impose des limitations (performances, emport maximal, consommation) pénalisantes dans les contextes de guerre actuelle, alors même qu'elle n'apporte qu'un avantage limité.

-Ensuite, tout le monde semble d'accord pour dire que les porchains avions de combat tactiques seront... des drones!! EN tous cas, les seuls projets actuellement en développement en Europe et aux USA sont des UCAV.

Et sur ce point, si les USA ont une avance en terme de calendrier, les demonstrateurs Européens (Anglais, Français, Suédois et bientôt Européens) ne semble pas souffrir d'un gros retard technologique.

Il y a bien eu à un moment donné des études menées en commun par Dassault et BAe pour un chasseur-bombardier furtif, comme tu le dis, mais c'était il y a un bon moment et ça n'a pas duré longtemps.

Des concepts d'appareils pilotés furtifs ont été étudiés par Dassault à la toute fin des années 80 (comme c'était de mise pendant la guerre froide, on travaillait à la conception du prochain avion avant même que l'actuel, ici le Rafale, ne soit en service) tandis que BAe proposait un striker furtif en remplacement des Tornado à peu près à la même période.

Mais la fin de la Guerre Froide, l'arrivée du F-35, la montée de la polyvalence pour le Rafale (meilleurs capacités air-air avec Meteor) et le Typhoon (capacités air-sol à l'étude) ainsi que les études sur les UCAV ont remis tout cela en cause.

Pour l'instant, il n'y a aucun travail en commun mené entre la France et le Royaume-Uni.

La France c'est allié à la Suède et à beaucoup d'autres nations Européennes pour développer le Neuron. Mais l'Angleterre préfère menée seule son propre programme de démonstrateur UCAV. Cela leur permettra, lorsqu'il faudra passer à la phase d'industrialisation, de pouvoir choisir entre le Neuron Européen et les UCAV américains.

Share this post


Link to post
Share on other sites

pollux delat seven a dit:"Pour l'instant, il n'y a aucun travail en commun mené entre la France et le Royaume-Uni. La France c'est allié à la Suède et à beaucoup d'autres nations Européennes pour développer le Neuron. Mais l'Angleterre préfère menée seule son propre programme de démonstrateur UCAV. Cela leur permettra, lorsqu'il faudra passer à la phase d'industrialisation, de pouvoir choisir entre le Neuron Européen et les UCAV américains." si, cet avion est a l etude entre britanniques et francais... d ailleur,je tiens cette info d un responsable de l aeronautique chargé de la production des rafales.C est donc certain, il y a etude entre britanniques et francais.apres, je ne te dis pas que la production est entrée en vigueur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,469
    Total Members
    1,550
    Most Online
    less4more
    Newest Member
    less4more
    Joined
  • Forum Statistics

    20,809
    Total Topics
    1,286,721
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries