Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

J'aurais pu penser que c'était seulement un moyen de reprocher à la Russie sa passivité durant la guerre. Après, il y a peut-être bien eu de vrais problèmes avec les Iskander, mais il reste à voir si c'est réellement un défaut du missile... ou d'utilisation/entretien.

Link to comment
Share on other sites

https://defence-blog.com/news/army/russian-iskander-missile-system-was-completely-useless-says-armenian-prime-minister.html

L’Arménie affirme avoir donc attaquer son paisible voisin l'Azerbaijan qui ne faisait que de mettre de l'ordre dans son territoire séparatiste!!!

C'est quoi l'objectif de cette déclaration donner des billes à l'Azerbaijan pour finir le travail? En espérant qu'une nouvelle branlée arrange les affaires de l'Arménie ... la pauvre petite victime.

Link to comment
Share on other sites

Sauf que les militaires sont les premiers responsables de la débâcle des Arméniens au Haut Karabach... Donc ils feraient mieux de faire gaffe eux aussi. Le contre feu médiatique ça marche pas pour tout. 

 

Ça en est où l'enquête sur les soldats arméniens menottés à leurs véhicules d'ailleurs ? On a les images mais on ne sait pas si c'est vrai ou si ce sont les Azéris qui ont monté ça... Je ne suis pas retourné sur le blog Oryx depuis qu'ils avaient sorti cette histoire. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

5 hours ago, Conan le Barbare said:

Sauf que les militaires sont les premiers responsables de la débâcle des Arméniens au Haut Karabach... Donc ils feraient mieux de faire gaffe eux aussi. Le contre feu médiatique ça marche pas pour tout.

Les militaires arméniens ou séparatistes?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, g4lly a dit :

Les militaires arméniens ou séparatistes?

Les deux j'aurais envie de dire... 

Il y a 16 heures, gustave a dit :

Oryx à quand même largement été colonisé par les comptes turcs. Pas certain que sur ce sujet il soit le plus à même trancher.

Je sais c'est pour ça que je prend ça avec des pincettes. 

Link to comment
Share on other sites

Citation

Arménie : le président refuse de limoger le chef de l'armée, la crise s'aggrave

Le président arménien Armen Sarkissian a refusé samedi de signer l'ordre du Premier ministre limogeant le chef de l'armée, aggravant ainsi un peu plus la crise politique que connaît le pays, où plusieurs milliers de personnes ont à nouveau manifesté.

"Le président, dans le cadre des pouvoirs que lui confère la Constitution, a renvoyé le texte (ordonnant le limogeage du chef de l'armée) avec des objections", a expliqué la présidence dans un communiqué. La crise politique "ne peut pas être résolue par des changement fréquents de responsables", a-t-elle ajouté.

Peu après, le Premier ministre Nikol Pachinian a indiqué sur Facebook qu'il renverrait cet ordre à la présidence, soulignant que sa décision n'avait "pas du tout" désamorcé la crise.

Cette aggravation de la situation est intervenue alors que plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Erevan pour le troisième jour d'affilée, afin d'obtenir la démission du Premier ministre, critiqué pour la défaite dans la guerre de l'automne 2020 au Nagorny Karabakh.

L'Arménie est en crise politique depuis que M. Pachinian a accepté en novembre, contraint et forcé, l'accord de paix proposé par Moscou, entérinant ainsi une défaite humiliante face à l'Azerbaïdjan.

La crise qui couvait depuis lors a connu jeudi un spectaculaire rebondissement avec l'appel de l'état-major à la démission de M. Pachinian. Celui-ci a alors dénoncé une tentative de coup d'Etat, ordonné le limogeage du chef de l'armée, Onik Gasparian, et réuni quelque 20.000 de ses partisans dans la capitale Erevan.

L'opposition a répondu jeudi et vendredi en rassemblant des milliers de manifestants pour exiger la démission de M. Pachinian.

Samedi, les manifestants ont à nouveau défilé dans le centre d'Erevan, tandis que de nombreuses personnes les encourageaient à leur fenêtre ou depuis leur balcon.

A 19H30 (15H30 GMT), le cortège est arrivé devant le Parlement, où certains manifestants ont établi un campement, a constaté un journaliste de l'AFP. Environ 5.000 manifestants s'y étaient rassemblés plus tôt dans la journée, appelant les parlementaires à agir.

"Pachinian doit partir pour le bien de notre pays, car il est très affaibli aujourd'hui. Personne ne le prend au sérieux", a indiqué à l'AFP Vera Simonyan, une manifestante de 28 ans.

L'ancien Premier ministre Vazgen Manoukian, qui a été cité par l'opposition pour remplacer Nikol Pachinian, a indiqué à la foule qu'il s'attendait à ce que la crise politique soit "résolue d'ici deux à trois jours".

"Aujourd'hui, Pachinian n'a pas de soutien. J'appelle les services de sécurité et la police à rejoindre l'armée, à soutenir l'armée", a-t-il ajouté.

Nikol Pachinian "doit être tenu responsable pour la défaite lors la guerre, pour la signature d'un accord humiliant", a déclaré à l'AFP lors de la manifestation de samedi Arut Zakaryan, un serrurier de 53 ans.

Le Premier ministre arménien, arrivé au pouvoir en 2018 à la faveur d'une révolution pacifique, est visé par des appels à la démission depuis la défaite dans la guerre pour le contrôle de la région du Nagorny Karabakh, en novembre dernier.

A l'époque, confrontée au risque d'une débâcle, l'armée avait demandé au chef du gouvernement d'accepter un cessez-le-feu négocié par le président russe Vladimir Poutine et qui impliquait d'importantes pertes territoriales pour Erevan.

Si l'essentiel de la région séparatiste arménienne du Nagorny Karabakh a survécu, l'Arménie a perdu la ville symbolique de Choucha, ainsi qu'un glacis de territoires azerbaïdjanais entourant la région. En six semaines, la guerre a fait environ 6.000 morts.

L'armée soutenait jusqu'à présent le Premier ministre mais l'a lâché cette semaine après le limogeage d'un haut-gradé ayant critiqué les déclarations de M. Pachinian selon lesquelles la défaite était en partie due à l'inefficacité d'un système d'armement russe, les lance-missiles Iskander.

L'état-major arménien a alors réclamé la démission de M. Pachinian, jugeant qu'il n'était "plus en mesure de prendre les décisions qui s'imposent".

RTL.be

 

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

Les Russes n'ont pas aimé les déclarations arméniennes sur les Iskander qui ne marcheraient pas, et en réponse ils ont sorti un montage de frappes de leurs Iskander en Syrie...

Léééger problème : un des objectifs d'une frappe a été identifié comme étant l'hôpital d'Azaz bombardé début 2016 !

https://t-intell.com/2021/02/27/russia-brags-about-bombing-syrian-hospital-to-prove-iskander-works/

C'est tellement dans le Zeitgeist (l'esprit du temps) actuel...

Edited by Rob1
  • Haha 1
  • Confused 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Rob1 a dit :

C'est tellement dans le Zeitgeist (l'esprit du temps) actuel...

Si seulement... mais bombarder les navires-hôpitaux, tirer les trains de passagers à la PGM ou massacrer les blessés, c'est pas vraiment original. Simplement, ça passait rarement sur Twitter à une heure de grande écoute. :mellow:

Ne jamais se laisser aller au désespoir : si il y a un truc sale à faire, un homme le fera. Ou une femme.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Je me demande ce qu'il va arriver à celui qui a réalisé le montage "promotionnel" de l'Iskander:mellow:

Citation

L'Azerbaïdjan commémore le massacre de Khodjaly, trois mois après la victoire contre l’Arménie

L'Azerbaïdjan a marqué vendredi le 29e anniversaire du massacre de Khodjaly, perpétré par les forces arméniennes lors de la première guerre du Haut-Karabakh, au début des années 1990. Un événement au sens particulier pour le pays, quelques mois après une nouvelle guerre contre son voisin ennemi. Reportage de nos envoyés spéciaux Ludovic de Foucaud et Hussein Assad, invités à Bakou par le gouvernement azerbaïdjanais.

En Azerbaïdjan, le 26 février marque l'anniversaire du massacre de Khodjaly. Il y a 29 ans, pendant la première guerre du Haut-Karabakh, les troupes arméniennes s'étaient livrées à une tuerie de masse contre des Azerbaïdjanais.

Cette année, les commémorations ont pris un sens particulier, trois mois après la victoire de l'Azerbaïdjan dans cette région disputée contre son voisin arménien, secoué depuis par une crise politique.

Le 26 février 1992, 613 personnes civiles, dont 106 femmes et 83 enfants, ont péri lors du massacre de Khodjaly, selon le bilan officiel des autorités azerbaïdjanaises.

L'Arménie assure de son côté qu'elle avait prévenu les autorités azerbaïdjanaises de l'imminence d'une attaque et certains accusent même les responsables azerbaïdjanais de l'époque d'avoir participé aux tueries pour des raisons politiques.

Le pouvoir azerbaïdjanais tente depuis des années de faire reconnaître le massacre de Khodjaly comme un génocide, même si les Nations unies refusent de retenir cette qualification.

Occupé à célébrer la mémoire de ses martyrs, Bakou garde toutefois un œil sur l'évolution de la situation politique en Arménie, où le Premier ministre Nikol Pachinian fait face à une vague de contestation depuis la défaite militaire dans le Haut-Karabakh.

Interrogé à ce propos, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, a déclaré que si l'Arménie ne respectait pas l'accord conclu dans le Haut Karabakh, alors le pays se retrouverait dans une situation encore plus difficile.

France 24

 

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

Les choses ne s'apaisent pas en Arménie :

Arménie : le président refuse de limoger le chef de l’armée, la crise s’aggrave Erevan, 27 fév 2021 (AFP)

"Le président arménien Armen Sarkissian a refusé samedi de signer l’ordre du Premier ministre limogeant le chef de l’armée, aggravant ainsi un peu plus la crise politique que connaît le pays, où plusieurs milliers de personnes ont à nouveau manifesté."

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=76737

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, g4lly a dit :

Le président?!

Le premier-ministre plutôt.

Il a commis pas mal d'erreurs, c'est certain, mais dans cette affaire en tout cas, il est coincé. S'il avait poursuivi la guerre contre l'Azerbaïdjan, il perdait tout le Karabagh et toute l'armée arménienne. S'il signe l'accord de cessez-le-feu, il est quand même considéré comme un traître. 

il y a une heure, Shorr kan a dit :

C'est incompréhensible ce refus de limoger le chef de l'armée en guise de fusible. Je pense que ce dernier doit tenir par les baloches le président. Il y a pas moyen sinon.

Je pense que s'il faut ça, il perd l'appui de l'armée. 

Link to comment
Share on other sites

53 minutes ago, Kiriyama said:

Le premier-ministre plutôt.

Il a commis pas mal d'erreurs, c'est certain, mais dans cette affaire en tout cas, il est coincé. S'il avait poursuivi la guerre contre l'Azerbaïdjan, il perdait tout le Karabagh et toute l'armée arménienne. S'il signe l'accord de cessez-le-feu, il est quand même considéré comme un traître. 

Je pense que s'il faut ça, il perd l'appui de l'armée. 

Le premier ministre à demandé le limogeage du général ... c'est le président qui l'a refusé!

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, kalligator a dit :

Pourtant c est bien l armée arménienne qui a foiré la prise en main et la maîtrise d un certain nombre d armements pas le président qui a dû choisir entre un cessez le feu humiliant et la perte totale du H K.

C'est ce que je disais plus haut, on est d'accord. :happy:

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,977
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...