Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 14 heures, Banzinou a dit :

Après dans le même genre, dans les années 90 les arméniens ont créé un mur de plaques d'immatriculation des véhicules civils azéris abandonnés par les habitants expulsés ou tués du HK

Effectivement, pas très glorieux, mais si je puis faire une échelle dans l'abject", symboliquement, le casque est bien plus macabre, ce n'est pas pour rien qu'on voit parfois des tombes à la hâte faites d'un fusil et d'un casque par dessus, ou bien comme ça ; symboliquement c'est un peu l'équivalent européen du scalp améridien

?m=02&d=20151109&t=2&i=1093609736&w=780&

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, Gallium a dit :

c'est un peu l'équivalent européen du scalp améridien

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Scalpation Le scalp avait une signification religieuse/magique une façon de dénier un au de là "positif" aux ennemies et de s'approprier leur force. Et les occidentaux vont s'approprier la pratique.

Edited by nemo
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Shorr kan a dit :

Bon, tant qu'ils se mettent pas à manger ostensiblement le foi ou le cœur de l'ennemi, moi je dis que ça va...

Y a de la marge oui. Mais le problème est dans l'escalade en cas de conflit les seuils sont franchis très vite et ça vaux pour tous les bords. Et un acte isolé d'un cinglé y en a dans tout les conflits, lorsque c'est une action officielle c'est pas la même.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, nemo a dit :

Y a de la marge oui. Mais le problème est dans l'escalade en cas de conflit les seuils sont franchis très vite et ça vaux pour tous les bords. Et un acte isolé d'un cinglé y en a dans tout les conflits, lorsque c'est une action officielle c'est pas la même.

C'est indéniablement sordide. J'essayais juste d'égayer avec une pointe d'humour noir et d'ironie, le sujet.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, nemo a dit :

Le scalp avait une signification religieuse/magique une façon de dénier un au de là "positif" aux ennemies et de s'approprier leur force. Et les occidentaux vont s'approprier la pratique.

merci !

Alors que là, c'est juste un moyen mesquin de montrer sa victoire, sa fierté d'avoir tué l'homme qui portait ce casque

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, TarpTent a dit :


Hein ?! :blink:
Non mais faut pas jouer avec mon petit coeur comme ça : pour une fois que c’était bien écrit ! :angry::laugh:

Et crotte de bique ! Tu vois ce que tu me fais faire !! Je sais plus où donner de la tête !!!

Bon, retour au turbin et re-correction. 

Edited by Shorr kan
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Guerre Arménie-Azerbaïdjan acte 2?

Des troupes azéris viennent de s'installer autour du lac Sev à 2660m qui était auparavant partagé au 2/3 entre l'Arménie et le tiers restant avec le Haut-Karabagh et qui se trouve comme par miracle dans une des zones les plus étroites entre la nouvelle frontière de l'Azerbaïdjan et son enclave Nakhitchevan. Cette action, justifiée par un "problème d'interprétation" de cartes de l'époque soviétique, a permis aux troupes azéris de s'enfoncer de 3.5km dans le territoire arménien sans rencontrer de résistance.

En réaction, l'Arménie a dépêché des forces sur zone mais pour le moment ça semble être le statu quo face à cette provocation azérie et probablement une tentative de foutre le chaos en Arménie en décrédibilisant un peu plus le pouvoir.

Lake_Sev_02_(cropped).jpg

 

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=78940

Citation

Dans son message d’ouverture lors de la séance ordinaire du gouvernement, Nikol Pachinian, a fourni les information suivantes sur la situation au Syounik :

"Comme vous le savez, les forces armées azerbaïdjanaises ont mené une opération de provocation pour franchir la frontière de l’Etat arménien dans la partie du lac noir (Sev Lidj). Je tiens à dire que depuis hier, en fait, il n’y a pas de changement significatif dans la situation qui reste la même. Cela signifie qu’il y a des soldats azerbaïdjanais près du lac Noir et qu’il y a aussi un grand nombre de nos soldats. Mais je tiens à dire que la situation n’a pas dégénéré en une escalade militaire, qu’il n’y a pas d’escarmouche, mais des manœuvres pour faire sortir les soldats azéris de la zone. Il s’agit d’une provocation pré-planifiée, car les Azerbaïdjanais ont manifestement forgé des cartes avec lesquelles ils entendent prouver qu’ils se trouvent à l’intérieur des frontières de l’Azerbaïdjan. Mais encore une fois, ces cartes sont évidemment fausses par rapport aux cartes officiellement approuvées à l’époque soviétique. L’existence de cartes falsifiées montre qu’il s’agit d’une provocation organisée. Bien sûr, la question la plus importante est de savoir comment les soldats azerbaïdjanais ont pu se positionner, traverser nos territoires intermédiaires et atteindre le lac Noir. Il s’agit d’une question distincte qui, bien entendu, sera examinée. Il a été discuté ou dit depuis hier que le ministère de la Défense et le service de sécurité nationale ont nié l’information, mais finalement l’information a été confirmée. Je voudrais attirer l’attention de nous tous sur le fait que le ministère de la Défense et le Service de la sécurité nationale ont nié la désinformation circulant sur les hostilités, les blessés, les victimes, avant de fournir une évaluation complète de la situation. Je tiens à dire que nous devons prendre cette situation très au sérieux, car nous sommes confrontés à une crise qui peut avoir plusieurs scénarios de développement ultérieur. Notre tâche est que le territoire souverain de l’Arménie reste inviolable. Et notre tâche est que les forces armées azerbaïdjanaises se replient sur leurs positions de départ, c’est-à-dire les positions à partir desquelles elles ont commencé à avancer, les positions où elles se trouvaient au 10 mai. En ce moment, des initiatives sont en cours sur place. Aujourd’hui, après la session gouvernementale, nous aurons une session du Conseil de sécurité, nous discuterons plus en détail de la situation, des développements qui ont eu lieu depuis hier, et les décisions nécessaires seront prises pour assurer une meilleure gestion de la situation. Mais encore une fois, je tiens à dire que la situation doit être prise très au sérieux, nous devons être prudents, décisifs, fondés sur des principes. Les organes étatiques doivent coordonner leurs actions, nous devons assurer un haut niveau de coopération pour résoudre la situation. Bien sûr, nous souhaitons tous revenir aux positions de départ telles qu’elles sont arrivées, « nous devons résoudre ce problème ».

 

https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=78931

Citation

Le Conseil de sécurité a tenu une séance extraordinaire, présidée par le Premier ministre par intérim Nikol Pashinyan. Le Conseil a discuté de la situation dans la section frontalière de Sev Lich dans le Marz du Syunik et des mesures à prendre à cet égard.

S’adressant à la réunion, Nikol Pashinyan a notamment déclaré : "La séance du Conseil de sécurité d’aujourd’hui est consacrée aux événements qui se déroulent dans la section frontalière proche de Sev Lich dans le Marz du Syunik et dans les environs. Plus tôt dans la journée, les forces armées azerbaïdjanaises ont franchi la frontière nationale de la République d’Arménie et ont avancé jusqu’à 3,5 kilomètres dans cette section. En fait, elles tentent d’encercler et d’assiéger le lac.

Bien entendu, cette situation est inacceptable pour la partie arménienne, car elle représente un empiètement sur le territoire souverain de la République d’Arménie. Il reste encore à savoir pourquoi une telle action a été possible, mais il convient de noter qu’il s’agit d’un acte d’infiltration subversive. Il convient également de préciser que nos forces armées ont réagi tôt ce matin par des manœuvres tactiques appropriées et d’autres mesures nécessaires.

Toutefois, il convient de noter que ces actions des forces armées azerbaïdjanaises n’ont pas été combinées à l’utilisation d’armes à feu ou de toute autre arme. Ils tentent de justifier leur action par de fausses cartes. Nous avons toujours en notre possession une carte approuvée par le gouvernement central à l’époque soviétique, qui montre clairement où passe la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Cependant, la situation actuelle est inacceptable pour nous ; la République d’Arménie ne peut simplement pas l’accepter, mais compte tenu de ce que nous avons maintenant, notre tâche principale est de régler la question par des négociations, par des moyens diplomatiques. C’est l’une des options possibles.

Je veux que nous disions clairement que nous ne pouvons en aucun cas tolérer et accepter la situation actuelle. Aujourd’hui, le Conseil de sécurité se penchera sur la situation, notre contre-action, les scénarios possibles et la connectivité entre ces scénarios.

En attendant, je dois noter que cette situation a malheureusement donné lieu à des spéculations politiques. Je tiens à réaffirmer qu’il ne faut pas tenter d’utiliser les menaces à la sécurité extérieure à des fins de politique intérieure, car il s’agit d’une question de sécurité nationale ; nous devons nous concentrer sur le problème et sa solution.

Je tiens à réaffirmer que toute information faisant état de fusillades, d’hostilités, de blessures et de pertes n’a rien à voir avec la réalité. En revanche, il convient de noter que la situation est au moins quasi critique, sinon critique. Si ce n’était pas le cas, nous n’aurions pas à convoquer une réunion du Conseil de sécurité. Quoi qu’il en soit, nous devons garder notre calme dans cette situation. D’autre part, nous devons être cohérents en termes de défense de notre État et de nos intérêts nationaux, et nous devons prendre des décisions sur les mesures à prendre et les outils à utiliser."

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

A noter que l’Azerbaïdjan a annoncé le 12 un exercice militaire entre le 16 et 20 Mai avec 15000 hommes ce qui est conséquent pour ce pays.

https://mod.gov.az/en/news/azerbaijan-army-to-conduct-exercises-35841.html

Citation

Conformément au plan approuvé par le Président de la République d'Azerbaïdjan, Commandant suprême en chef des forces armées, M. Ilham Aliyev, le 16 mai, l'armée azerbaïdjanaise commencera à effectuer des exercices avec la participation de types de troupes.
Les exercices qui se dérouleront sous la direction du ministre de la Défense impliqueront jusqu'à 15 000 militaires, jusqu'à 300 chars et autres véhicules blindés, jusqu'à 400 missiles et systèmes d'artillerie de différents calibres, des systèmes de lance-roquettes multiple, des mortiers et des armes antichars, jusqu'à 50 appareils de l'aviation militaire, ainsi que des véhicules aériens sans pilote à des fins diverses.
Au cours des exercices, l'attention principale sera portée sur le contrôle des troupes, leur mise en état de préparation au combat et leur regroupement compte tenu de l'expérience de combat acquise pendant la guerre patriotique, ainsi que sur l'amélioration de la coordination des combats et de l'interopérabilité entre le corps d'armée, les troupes de roquettes et d'artillerie, l'aviation et les forces spéciales.
Au cours de l'exercice, qui durera jusqu'au 20 mai, les troupes rempliront également des tâches visant à prévenir les provocations des formations armées illégales et à mener des contre-opérations pour anéantir les terroristes.

https://greekcitytimes.com/2021/05/13/azerbaijan-sev-lake-armenia/

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Réponse de l'OTSC :

Citation

Commentaire de l'OTSC sur la situation dans la zone frontalière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans la région de Syunik (Arménie)
13.05.2021

Lors de la réunion du Conseil permanent de l'OTSC le 13 mai dernier, le représentant permanent et plénipotentiaire de la République d'Arménie auprès de l'Organisation du Traité de sécurité collective, Victor Biyagov, a fait part de l'incident qui s'est produit le 12 mai à la frontière entre la République d'Arménie et la République d'Azerbaïdjan. Selon la partie arménienne, les forces armées de l'Azerbaïdjan ont violé la frontière et ont pénétré de plusieurs kilomètres en territoire arménien.

Le secrétaire général de l'OTSC, Stanislav Zas, a discuté par téléphone de la situation émergente avec le ministre arménien de la Défense par intérim, Vagharshak Harutyunyan, et le ministre arménien des Affaires étrangères par intérim, Ara Ayvazyan.    

L'OTSC observe attentivement l'évolution de la situation dans les districts limitrophes de la région de Syunik en Arménie. Au fur et à mesure de l'évolution de la situation, si nécessaire, des actions, stipulées par les dispositions du Traité de sécurité collective et de la Charte de l'OTSC, seront entreprises.

https://odkb-csto.org/news/news_odkb/kommentariy-odkb-v-svyazi-s-situatsiey-v-zone-armyano-azerbaydzhanskoy-granitsy-v-syunikskoy-oblasti/

 

Réponse de l’Élysée :

E1S_BB9XoAA9h8s?format=jpg&name=medium

 

Annonce du ministère Arménien de la défense :

Citation

Le 13 mai, les forces armées azerbaïdjanaises, toujours sous le prétexte d'un "ajustement frontalier", ont mené une autre provocation contre le territoire souverain de la République d'Arménie, en essayant d'assurer une avancée positionnelle dans les zones frontalières de Vardenis et Sisian. Dans les deux cas, suite aux actions des forces armées de la République d'Arménie, l'avancée a été arrêtée, la partie azerbaïdjanaise a dû quitter immédiatement le territoire et retourner à ses positions de départ.

Le Ministère de la Défense de la République d'Arménie décrit les actions entreprises par l'Azerbaïdjan depuis le 12 mai comme une provocation ouverte et, afin d'éviter des développements imprévisibles, il exige des forces armées de ce pays qu'elles retournent immédiatement à leurs positions de départ et qu'elles s'abstiennent d'empiéter sur le territoire souverain de la République d'Arménie.

https://mil.am/en/news/9398

 

Edited by Arland
  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Une session extraordinaire du Conseil de sécurité a été présidée par le Premier ministre par intérim Nikol Pashinyan.

Nikol Pashinyan a fait une déclaration, dans laquelle il a notamment noté :

"Chers membres du Conseil de sécurité,
Chers compatriotes,

Pour le deuxième jour, dans la région du lac noir de Syunik marz et les territoires adjacents il y a une situation explosive. La raison en est que certains groupes des forces armées azerbaïdjanaises ont franchi la frontière de l'Arménie et ont commencé à encercler le lac Noir.

Les forces armées arméniennes ont effectué des contre-mesures tactiques. Les Azerbaïdjanais déplacés dans certaines régions adjacentes ont quitté leurs positions à la suite des contre-mesures tactiques de nos forces armées. Aucun cas d'utilisation d'armes à feu ou d'autres armes par les forces armées d'Arménie ou d'Azerbaïdjan n'a été enregistré à ce jour.

Toutefois, environ 250 militaires des forces armées azerbaïdjanaises sont toujours présents à l'intérieur des frontières de notre État, dans certaines zones des régions de Syunik et de Gegharkunik. Après une évaluation approfondie et complète de la situation, il apparaît clairement que les actions des Azerbaïdjanais sont une provocation, qui peut avoir des objectifs militaires et politiques beaucoup plus larges. Ce que je veux dire, c'est que les Azerbaïdjanais ont peut-être franchi la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans cette région non pas pour résoudre des problèmes locaux, mais pour provoquer un conflit militaire.

Les faits suivants en témoignent :

1) Les représentants des forces armées azerbaïdjanaises tentent d'expliquer leur présence dans la région à l'aide de cartes manifestement falsifiées, en essayant de prouver avec elles qu'il s'agit d'un territoire azerbaïdjanais. Comme je l'ai déjà noté, les cartes approuvées à l'époque de l'Union soviétique confirment sans ambiguïté que ces revendications de l'Azerbaïdjan n'ont aucun fondement, ce dont les Azerbaïdjanais eux-mêmes sont conscients.

Le jour où les provocations ont commencé, l'Azerbaïdjan a annoncé qu'un exercice à grande échelle impliquant 15 000 militaires était organisé le 16 mai.

Fin avril, le président de l'Azerbaïdjan a ouvertement menacé l'intégrité territoriale de l'Arménie, déclarant qu'il ouvrirait un corridor entre l'Azerbaïdjan et le Nakhitchevan, sous la forme de ce qu'il a appelé le corridor de Zangezur, en utilisant la force.

Notre évaluation est sans équivoque : la situation actuelle est pleinement conforme au deuxième paragraphe de l'article 2 du Traité de sécurité collective, selon lequel, je cite : "En cas de menace à la sécurité, à la stabilité, à l'intégrité territoriale et à la souveraineté d'un ou de plusieurs États participants ou de menace à la paix et à la sécurité internationales, les États participants activent sans délai un mécanisme de consultations conjointes pour coordonner leurs positions, élaborer et prendre des mesures pour aider ces États participants à éliminer la menace posée."

Sur la base de ce qui précède, je charge le ministre par intérim des Affaires étrangères de la République d'Arménie, Ara Ayvazyan, le ministre par intérim de la Défense, Vagharshak Harutyunyan, et le Secrétaire du Conseil de sécurité, Armen Grigoryan, de

1. Prendre des mesures pour entamer les consultations prévues à l'article 2 du Traité de sécurité collective, notamment pour coordonner les positions des États membres de l'OTSC et adopter des mesures d'assistance afin d'éliminer la menace existante.

2. Prendre des mesures pour initier les procédures stipulées dans les dispositions sur la procédure de réponse de l'Organisation du Traité de Sécurité Collective aux situations de crise du 10 décembre 2010. Je vous rappelle que cette procédure définit le mécanisme de prise de décision concernant les mesures conjointes de gestion de crise.

Chers collègues,

Je juge nécessaire de souligner que, bien qu'à ce jour nous n'ayons enregistré aucune fusillade ni aucun échange de tirs sur les théâtres d'événements susmentionnés, la mise en œuvre rapide de la procédure susmentionnée de l'Organisation du Traité de sécurité collective est nécessaire pour empêcher une nouvelle escalade des événements et protéger l'intégrité territoriale, la stabilité et la souveraineté de la République d'Arménie. Et nous prenons ces mesures en tant que membre de l'Organisation du traité de sécurité collective".

https://www.primeminister.am/ru/press-release/item/2021/05/13/Nikol-Pashinyan-Security-Council-meeting/

Pour ceux qui veulent voir en détail le traité de l'OTSC :

https://en.odkb-csto.org/documents/documents/dogovor_o_kollektivnoy_bezopasnosti/

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Pour stopper cette agression, il faut en avoir les moyens (comme une force d'interposition type casques bleus). Ce qui demande une chaine logistique passant soit par la Turquie (qui soutient l'Azerbaïdjan et déteste l'Arménie), soit par la Géorgie (qui méprise l'Arménie), soit par l'Iran (avec laquelle l'occident a fait tout ce qui était possible et imaginable pour se fâcher).

Donc il n'y a pas de solution, ce qui fait qu'il faut prétendre qu'il n'y a pas de problèmes. Les Russes sont intervenus, on les laisse gérer la situation.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Anne Laure-Bonnel présente son documentaire sur les crimes de guerre commis durant et après le conflit. Ne faites pas attention à la source, je l'ai prise car c'est la seule qui parle du documentaire et fait une petite interview de Anne Laure-Bonnel.

Révélation

 

A noter que cela n'est pas une première pour la réalisatrice qui a déjà traité du même sujet pour le Donbass.

Vous trouverez ses documentaires sur ce lien:

https://www.spicee.com/person/cast-195/anne-laure-bonnel-2291

Edited by Rochambeau
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Rochambeau a dit :

Anne Laure-Bonnel présente son documentaire sur les crimes de guerre commis durant et après le conflit. Ne faites pas attention à la source, je l'ai prise car c'est la seule qui parle du documentaire et fait une petite interview de Anne Laure-Bonnel.

  Masquer le contenu

 

A noter que cela n'est pas une première pour la réalisatrice qui a déjà traité du même sujet pour le Donbass.

Vous trouverez ses documentaires sur ce lien:

https://www.spicee.com/person/cast-195/anne-laure-bonnel-2291

Moi je fait attention. La source, et elle ne me dérange pas le moins du monde, comme la croix, le canard enchaîné ou Mediapart ( eux je ne les aiment pas, mais si c'est factuelle... )

Faudrait tout de même pas s'excuser de lire/voir valeurs actuelles.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Oui, il faut aller chercher l’information de qualité, où qu'elle soit. Valeurs actuelles a pas mal eu de bons articles sur cette guerre, idem pour Causeur.

La presse "conventionnelle" n'en a quasiment pas parlé.

 

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

Disons que je sais que certains ne peuvent pas aimer certaines sources, donc je émets une précision ...

A titre personnel je me moque d'où viennent des informations à partir du moment ou les articles et autres sont fait avec une volonté d'informer les lecteurs. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, Rochambeau a dit :

Disons que je sais que certains ne peuvent pas aimer certaines sources, donc je émets une précision ...

C'est l'époque qui veut ça : on ne juge pas un auteur à ses informations, mais les informations par rapport à son auteur.

Link to comment
Share on other sites

Les biais de certaines sources incitent à la méfiance. Même Fox News m'a parfois surpris en bien mais c'est une fois sur 100. Mais le principe de recouper les infos s'applique aussi bien à des sources proches de nos points de vue qu'à des sources plus éloignés.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Kiriyama a dit :

C'est l'époque qui veut ça : on ne juge pas un auteur à ses informations, mais les informations par rapport à son auteur.

A vrai dire ce type de biais à toujours existé en France et fut beaucoup plus marqué dans le passé, il y a même eu à une époque où chaque mouvement et parti avait sa propre presse.

Par exemple, les communiste en France vivaient même quasiment dans leur propre univers, il avaient leurs presse comme l'Huma/Vaillant, films, fêtes et même banque. Lors d'une interview Bruno Solo parle de son père communiste (et farouchement anti-américain) qui l'interdisait de voir des films de Walt Disney ! L'encourageant plutôt de voir des films d'animation soviétique.(ceci dit en passant il y avait de très bon film d'animation soviétique)

il y a 20 minutes, nemo a dit :

Les biais de certaines sources incitent à la méfiance. Même Fox News m'a parfois surpris en bien mais c'est une fois sur 100. Mais le principe de recouper les infos s'applique aussi bien à des sources proches de nos points de vue qu'à des sources plus éloignés.

Le problème est que lorsque le sujet n'est quasiment pas traité par les autres, difficile de faire un travail de vérification des sources. Heureusement que la réalisatrice Anne Laure-Bonnel n'est pas une inconnue dans le milieu, et qu'elle semble pas avoir une mauvaise réputation. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...