Sign in to follow this  
Kovy

USA Primaires Démocrate

USA Primaires Démocrate  

14 members have voted

  1. 1. Quel candidat gagnera la primaire démocrate ?

    • Joe Biden
      6
    • Bernie Sanders
      2
    • Elizabeth Warren
      2
    • Kamala Harris
      0
    • Pete Buttigied
      0
    • Beto O'Rourke
      0
    • Cory Booker
      0
    • Un autre candidat
      4

  • Please sign in or register to vote in this poll.
  • Poll closes on 02/01/2020 at 08:58 PM

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Kovy a dit :

Un petit sondage sur la primaire démocrate

Page wiki : https://en.wikipedia.org/wiki/2020_Democratic_Party_presidential_primaries

Compilation de sondages au jour le jour : https://www.realclearpolitics.com/epolls/2020/president/us/2020_democratic_presidential_nomination-6730.html

Screenshot_2019-08-28_RealClearPolitics.

 

Levée de fonds par candidat

Screenshot_2019-08-28%202020_Democratic_

Ce coup là, Sanders a je pense un coup a joué, son dernier....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien, sacré gérontocratie Biden, Sanders, Warren (et Trump au passage) ont tous plus de 70 ans (et en 2020 Sanders aura 79 ans.)

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'essentiel ce sont les idées non ? Sanders a sans doute les clés d'une victoire contre Trump. Je ne vois pas ce dernier perdre face à tout autre candidat sinon...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Nicks a dit :

L'essentiel ce sont les idées non ? Sanders a sans doute les clés d'une victoire contre Trump. Je ne vois pas ce dernier perdre face à tout autre candidat sinon...

Complètement d'accord

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, trfyrktrv a dit :

Et bien, sacré gérontocratie Biden, Sanders, Warren (et Trump au passage) ont tous plus de 70 ans (et en 2020 Sanders aura 79 ans.)

C'est pas faut. L'age médian des présidents US est de 55 ans au moment de leur élection (wiki)

1920px-Age_of_presidential_ascension_(United_States).svg.png

Mais bon, c'est pour ça qu'il y a un vice président...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, kotai a dit :

A quand une homosexuel métis noire, asiatique, hispanique et blanche?

Et mineure, Kotai, surtout mineure.

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, Nicks a dit :

L'essentiel ce sont les idées non ? Sanders a sans doute les clés d'une victoire contre Trump. Je ne vois pas ce dernier perdre face à tout autre candidat sinon...

Rappelons que Chirac a vu ses facultés nettement diminuées après son AVC de 2005 et que Fabius avait tendance à piquer du nez lors des réunions. Président des USA c'est certainement un métier très éprouvant. Alors évidemment il y a des personnes qui ont encore plein d’énergie à revendre à 70 ans, mais en moyenne à cet âge là tu es biologiquement moins en forme.

 

Il y a 6 heures, Boule75 a dit :

Et mineure, Kotai, surtout mineure.

Impossible il faut avoir 35 ans au minimum pour être élu président! :)

Edited by trfyrktrv
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, trfyrktrv a dit :

Rappelons que Chirac a vu ses facultés nettement diminuées après son AVC de 2005 et que Fabius avait tendance à piquer du nez lors des réunions. Président des USA c'est certainement un métier très éprouvant. Alors évidemment il y a des personnes qui ont encore plein d’énergie à revendre à 70 ans, mais en moyenne à cet âge là tu es biologiquement moins en forme.

 

Impossible il faut avoir 35 ans au minimum pour être élu président! :)

Certes. Mais les institutions comme en France prévoient un remplacement en cas d'incapacité à exercer le pouvoir. Je n'ai rien contre des représentants politiques jeunes, mais je préfère un vieux sage qu'un jeune con.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, trfyrktrv a dit :

Impossible il faut avoir 35 ans au minimum pour être élu président! :)

Exact, sinon nous aurions aussi Alexandria Ocasio-Cortez dans les possibles possibilité...

il y a 11 minutes, Nicks a dit :

Certes. Mais les institutions comme en France prévoient un remplacement en cas d'incapacité à exercer le pouvoir. Je n'ai rien contre des représentants politiques jeunes, mais je préfère un vieux sage qu'un jeune con.

Mme Est ce qu'il y a un age minimum pour être VP ? un ticket Maitre/Apprenti façon Sanders/Ortez serait elle possible ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
6 hours ago, trfyrktrv said:

 

Impossible il faut avoir 35 ans au minimum pour être élu président! :)

(Vu qu'une bonne partie du Wokisme consiste à nier l'existence ou la pertinence de la biologie et d'autres sciences) Que se passe t-il si un candidat sous la limite d'âge décide de dire qu'il s'identifie comme quelqu'un de plus de 35 ans? 

Je dis ça pour rire, mais une bonne partie du forcing pour divers totems wokistes consiste à graver dans la loi ou l'interprétation de la loi des choix et sentiments personnels reposant sur des visions complètement subjectives, déconnectées de la biologie qui, si elle est parfois insatisfaisante, est un outil plus ou moins objectif, en tout cas mesurable pour beaucoup de choses. Si on se met, comme ça semble devoir être de plus en plus le cas, à nier l'existence du sexe et à inventer des "genres" (notion académique foireuse) en nombre indéterminé, le risque est tout simplement d'accorder une priorité à la façon dont les gens "s'identifient", ce qui inclue le sexe, l'âge.... Si un coin est enfoncé dans la définition légale de l'identité en fonction de critères purement subjectifs, qui sait si ça ne vaudra pas un peu pour tout. La loi fonctionne ainsi, et s'il devient choquant, puis interdit, d'empêcher quelqu'un de faire quelque chose parce qu'il/elle/autre s'identifie à un autre sexe/genre, le même procédé vaudra aussi pour l'âge. Déjà, le langage académique multiplie les instances de phrases comme "sexe assigné de force à la naissance" pour invalider la réalité biologique, et il est à craindre que des hôpitaux ou compagnies d'assurance se plient à ces caprices pour éviter le harcèlement online/réputationnel. Rappelons pour la bonne bouche qu'un septuagénaire néerlandais (il me semble) a récemment été en procès dans son pays pour réclamer le droit de changer son état-civil et se rajeunir de 20-30 ans parce qu'il s'identifiait à un homme de 50 piges. Il a perdu, mais l'affaire a quand même été en justice et traitée sérieusement. Coup de semonce?

Avec le pouvoir des médias sociaux et de la "tyrannie de l'opinion" dans les conditions actuelles, est-il si déraisonnable de croire que bientôt, on verra quelqu'un comme AOC tenter le coup? Au début, peut-être comme une cascade pour booster sa popularité et rallier ses fanatiques, mais ensuite? La norme légale, la notion même de droit, pourra t-elle résister à ce genre de pression d'un côté, et à la mentalité post-moderne genre "rien n'est vrai" de l'autre, qui semble infecter tout ce qui sort des Humanités et sciences sociales actuelles (beaucoup de facs de droits sont devenues très idéologisées)? Quand la démocratie cède face à la force de la démagogie, quoi. Avec aucun adulte pour poser son pied fermement au sol et dire "non" tant que c'est encore possible, face à ce constant harcèlement sur des choses grandes et petites. 

 

  • Haha 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Tancrède a dit :

Avec le pouvoir des médias sociaux et de la "tyrannie de l'opinion" dans les conditions actuelles, est-il si déraisonnable de croire que bientôt, on verra quelqu'un comme AOC tenter le coup? Au début, peut-être comme une cascade pour booster sa popularité et rallier ses fanatiques, mais ensuite? La norme légale, la notion même de droit, pourra t-elle résister à ce genre de pression d'un côté, et à la mentalité post-moderne genre "rien n'est vrai" de l'autre, qui semble infecter tout ce qui sort des Humanités et sciences sociales actuelles (beaucoup de facs de droits sont devenues très idéologisées)?

Ou alors on procède à une démocratie censitaire où grosso modo si t'es pas scientifique (donc avec le bagage intellectuel qui va avec) tu fermes ta guexx ?:rolleyes:

Je plaisante mais je pense de plus en plus qu'il serait bon que ce soit des gens qui soient réellement formé aux sciences (et pas juste à la rigueur scientifique comme les littéraires adorent se l'approprier pour se légitimer) pour gouverner. Après maths, Chimie ou géologie on s'en fout, sortant de la fac ou des grandes écoles pareils on s'en tape mais juste des gens qui au quotidien ont du faire preuve de bon sens et d'une vrai rigueur intellectuelle.

Si on transposait ce que sont devenus les humanités aux sciences (les vrais)  ça serait folklo.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, kotai a dit :

A quand une homosexuel métis noire, asiatique, hispanique et blanche?

C'est quoi cette réflexion à la con ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
10 minutes ago, elannion said:

Ou alors on procède à une démocratie censitaire où grosso modo si t'es pas scientifique (donc avec le bagage intellectuel qui va avec) tu fermes ta guexx ?:rolleyes:

Je plaisante mais je pense de plus en plus qu'il serait bon que ce soit des gens qui soient réellement formé aux sciences (et pas juste à la rigueur scientifique comme les littéraires adorent se l'approprier pour se légitimer) pour gouverner. Après maths, Chimie ou géologie on s'en fout, sortant de la fac ou des grandes écoles pareils on s'en tape mais juste des gens qui au quotidien ont du faire preuve de bon sens et d'une vrai rigueur intellectuelle.

Si on transposait ce que sont devenus les humanités aux sciences (les vrais)  ça serait folklo.

 

Ca revient à accorder une confiance aveugle à l'idée de "l'expertise", ce qui renvoie à la république utopique de Platon, celle du Philosophe-roi qui, comme toutes les utopies, n'amène qu'un cauchemard. C'est pas pour rien que "utopie" veut dire "nulle part": c'est là que ça mène. Parce que dans cette instance, c'est accorder les valeurs archétypiques qu'on prête à telle ou telle discipline à ceux qui la pratiquent, qui ne sont que des humains, et l'actuel débat sur le climat tel qu'il a été mené et a évolué depuis 30 ans rappelle que les scientifiques ne sont pas du tout immunisés contre l'idéologie, la mesquinerie, l'esprit de clocher, l'esprit de caste, la recherche de l'intérêt individuel (réputation, accès, jobs prestigieux, carrière, débouchés politiques et commerciaux....), l'ego surdimensionné, les rivalités meurtrières, les inquisitions, les caballes.... En termes de leadership politique, il n'y a pas plus ou moins de vertu chez le scientifique que chez le péquin moyen. Tous humains. Parce que pour la direction politique, que faut-il? Une compréhension des lois et de leurs implications et ramifications (comment les lire, comment les écrire), un fort sens de l'humain et de la psychologie, l'art de convaincre et/ou séduire foules, individus ou petits comités, l'art de négocier et faire des compromis (encore plus dur: des compromis qui débouchent quand même sur quelque chose d'utile sans devenir des canards boîteux ou usines à gaz), la capacité à évoluer dans un univers sans règles fixes.... Par bien des façons, beaucoup de ces pré-requis peuvent être en contradiction avec le "profil type" d'un bon scientifique (concentré, tête dans le guidon, rigoureux à l'extrême, perfectionniste, focalisé sur des règles claires et strictes....). 

 

Aux USA et ailleurs, "l'expertise" a pris de plus en plus de place dans nos démocraties partielles: la technocratie, en plus d'une tendance vers l'oligarchie (milieux politiques et économiques/financiers peu ouverts qui pèsent de tout leur poids), s'y est développée à l'extrême. Aux USA, la majorité des lois pratiquées viennent directement des agences fédérales de réglementation, le Congrès ayant abdiqué une bonne partie de son rôle pratique (en partie parce que le niveau de compétence/expertise y a beaucoup baissé); c'est de facto une confiscation discrète de la démocratie par l'expertise. Pareil pour le rôle des juges, qui s'est largement accru et "font" une bonne partie de la loi, bien au-delà de ce qui était prévu par les institutions. Et qu'est-ce qu'un juge sinon un technocrate non élu et, au niveau fédéral aux USA, qui n'a aucun compte à rendre (juges d'appel fédéraux, nommés à vie)? 

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Tancrède a dit :

Ca revient à accorder une confiance aveugle à l'idée de "l'expertise", ce qui renvoie à la république utopique de Platon, celle du Philosophe-roi qui, comme toutes les utopies, n'amène qu'un cauchemard. C'est pas pour rien que "utopie" veut dire "nulle part": c'est là que ça mène. Parce que dans cette instance, c'est accorder les valeurs archétypiques qu'on prête à telle ou telle discipline à ceux qui la pratiquent, qui ne sont que des humains, et l'actuel débat sur le climat tel qu'il a été mené et a évolué depuis 30 ans rappelle que les scientifiques ne sont pas du tout immunisés contre l'idéologie, la mesquinerie, l'esprit de clocher, l'esprit de caste, la recherche de l'intérêt individuel (réputation, accès, jobs prestigieux, carrière, débouchés politiques et commerciaux....), l'ego surdimensionné, les rivalités meurtrières, les inquisitions, les caballes.... En termes de leadership politique, il n'y a pas plus ou moins de vertu chez le scientifique que chez le péquin moyen. Tous humains. Parce que pour la direction politique, que faut-il? Une compréhension des lois et de leurs implications et ramifications (comment les lire, comment les écrire), un fort sens de l'humain et de la psychologie, l'art de convaincre et/ou séduire foules, individus ou petits comités, l'art de négocier et faire des compromis (encore plus dur: des compromis qui débouchent quand même sur quelque chose d'utile sans devenir des canards boîteux ou usines à gaz), la capacité à évoluer dans un univers sans règles fixes.... Par bien des façons, beaucoup de ces pré-requis peuvent être en contradiction avec le "profil type" d'un bon scientifique (concentré, tête dans le guidon, rigoureux à l'extrême, perfectionniste, focalisé sur des règles claires et strictes....). 

 

Aux USA et ailleurs, "l'expertise" a pris de plus en plus de place dans nos démocraties partielles: la technocratie, en plus d'une tendance vers l'oligarchie (milieux politiques et économiques/financiers peu ouverts qui pèsent de tout leur poids), s'y est développée à l'extrême. Aux USA, la majorité des lois pratiquées viennent directement des agences fédérales de réglementation, le Congrès ayant abdiqué une bonne partie de son rôle pratique (en partie parce que le niveau de compétence/expertise y a beaucoup baissé); c'est de facto une confiscation discrète de la démocratie par l'expertise. Pareil pour le rôle des juges, qui s'est largement accru et "font" une bonne partie de la loi, bien au-delà de ce qui était prévu par les institutions. Et qu'est-ce qu'un juge sinon un technocrate non élu et, au niveau fédéral aux USA, qui n'a aucun compte à rendre (juges d'appel fédéraux, nommés à vie)? 

 

j'étais à moitié sérieux

Et oui les scientifiques sont loin d'être super-héros et bien souvent sorti de leurs domaines de spécialisations les "mauvaises habitudes" reviennent vite.

Toutefois la "rigueur scientifique" qui leur aura été inculqué durant leurs études et qu'ils devront mettre en œuvre en partie dans leur vie professionnelle est une qualité qui me semble faire cruellement défaut aujourd'hui dans le monde politique ( et plus encore médiatique).

Tout imparfait que ce soit le système (et il l'est assurément), il me semble que le monde scientifique est celui qui filtre le mieux (sans dire qu'il est exceptionnel) comparés au monde des sciences politiques et économiques par exemple et permets d'avoir aux postes d'importances des personnes compétentes (peut être pas les plus compétentes mais compétentes). Exemple tout con pour être chercheur au CNRS ( et c'est aujourd'hui très très compliqué d'y rentrer modulo être dans une niche et être là au bon moment ) faut être "pistonné" (on dit que le poste est fléché ^^) mais la personne choisie aura quoi qu'il arrive les compétences et savoir-faire pour mériter de facto le poste. Même chose pour l'industrie généralement. Si on peut toujours trouver meilleur pour un poste ceux qui sont là ont les compétences.

C'est quoi le compétences et savoir-faire de Castaner par exemple  et qui se retrouve ministre ou d'une tripotée de députés?

Il y a 1 heure, Tancrède a dit :

Aux USA et ailleurs, "l'expertise" a pris de plus en plus de place dans nos démocraties partielles: la technocratie, en plus d'une tendance vers l'oligarchie (milieux politiques et économiques/financiers peu ouverts qui pèsent de tout leur poids), s'y est développée à l'extrême

Et qui viennent de quels secteurs ?

Léger HS mais je serais très curieux de voir notre Villani national devenir maire de Paris et voir ce qu'il pourrai faire. . .

Est-ce qu toute sa rigueur scientifique, le bon sens qu'il a du "accumulé" au cours de sa vie ne l'aiderait pas à gérer au mieux.

Pour le coup ça serait une XP intéressante à faire ^^

 

Je pense que dans les sciences le minimum est toujours là et que cela fait longtemps qu'il a déserté les autres voies

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, elannion said:

j'étais à moitié sérieux

Et oui les scientifiques sont loin d'être super-héros et bien souvent sorti de leurs domaines de spécialisations les "mauvaises habitudes" reviennent vite.

Toutefois la "rigueur scientifique" qui leur aura été inculqué durant leurs études et qu'ils devront mettre en œuvre en partie dans leur vie professionnelle est une qualité qui me semble faire cruellement défaut aujourd'hui dans le monde politique ( et plus encore médiatique).

Tout imparfait que ce soit le système (et il l'est assurément), il me semble que le monde scientifique est celui qui filtre le mieux (sans dire qu'il est exceptionnel) comparés au monde des sciences politiques et économiques par exemple et permets d'avoir aux postes d'importances des personnes compétentes (peut être pas les plus compétentes mais compétentes). Exemple tout con pour être chercheur au CNRS ( et c'est aujourd'hui très très compliqué d'y rentrer modulo être dans une niche et être là au bon moment ) faut être "pistonné" (on dit que le poste est fléché ^^) mais la personne choisie aura quoi qu'il arrive les compétences et savoir-faire pour mériter de facto le poste. Même chose pour l'industrie généralement. Si on peut toujours trouver meilleur pour un poste ceux qui sont là ont les compétences.

C'est quoi le compétences et savoir-faire de Castaner par exemple  et qui se retrouve ministre ou d'une tripotée de députés?

Et qui viennent de quels secteurs ?

Léger HS mais je serais très curieux de voir notre Villani national devenir maire de Paris et voir ce qu'il pourrai faire. . .

Est-ce qu toute sa rigueur scientifique, le bon sens qu'il a du "accumulé" au cours de sa vie ne l'aiderait pas à gérer au mieux.

Pour le coup ça serait une XP intéressante à faire ^^

 

Je pense que dans les sciences le minimum est toujours là et que cela fait longtemps qu'il a déserté les autres voies

 

 

Le simple fait est que la gouvernance d'un Etat ou d'une entité politique plus petite ne eput être résumée à une liste claire de compétences précises et focalisées, avec une méthodologie précise pour opérer et évaluer; si c'était le cas, les énarques seraient les meilleurs dirigeants du monde, spécialisés qu'ils sont dans les complexités de la gestion d'administrations et de vastes organisations, ainsi que dans la synthétisation des savoirs sur un nombre infini de sujets pour les rendre traitables dans une temporalité pertinente. Où en est-on sur la pertinence de l'énarchie en France? 

La gouvernance est un art, pas une science, et, encore plus en démocratie, elle implique un ensemble de qualités, avantages et compétences non quantifiables, parfois difficilement même cernables, qui sont nécessaires pour le pratiquer. Nombre infini de paramètres et variables dans le cocktail, primauté des rapports humains (aux individus, groupes, foules et vastes ensembles).... C'est fondé sur le management impossible du bordel le plus complet, l'empire du chaos permanent sur tous les sujets, tout le temps. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je mise sur Biden qui sera battu par Trump. Biden est le gars qui rassemble, le plus centriste un peu comme HRC mais aussi avec les mêmes défauts...

En 2024, ce seront les petits jeunes qui prendront les chose en mains et je verrai bien une victoire de Harris.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Tancrède a dit :

(Vu qu'une bonne partie du Wokisme consiste à nier l'existence ou la pertinence de la biologie et d'autres sciences) Que se passe t-il si un candidat sous la limite d'âge décide de dire qu'il s'identifie comme quelqu'un de plus de 35 ans? 

Je dis ça pour rire, mais une bonne partie du forcing pour divers totems wokistes consiste à graver dans la loi ou l'interprétation de la loi des choix et sentiments personnels reposant sur des visions complètement subjectives, déconnectées de la biologie qui, si elle est parfois insatisfaisante, est un outil plus ou moins objectif, en tout cas mesurable pour beaucoup de choses. Si on se met, comme ça semble devoir être de plus en plus le cas, à nier l'existence du sexe et à inventer des "genres" (notion académique foireuse) en nombre indéterminé, le risque est tout simplement d'accorder une priorité à la façon dont les gens "s'identifient", ce qui inclue le sexe, l'âge.... Si un coin est enfoncé dans la définition légale de l'identité en fonction de critères purement subjectifs, qui sait si ça ne vaudra pas un peu pour tout. La loi fonctionne ainsi, et s'il devient choquant, puis interdit, d'empêcher quelqu'un de faire quelque chose parce qu'il/elle/autre s'identifie à un autre sexe/genre, le même procédé vaudra aussi pour l'âge. Déjà, le langage académique multiplie les instances de phrases comme "sexe assigné de force à la naissance" pour invalider la réalité biologique, et il est à craindre que des hôpitaux ou compagnies d'assurance se plient à ces caprices pour éviter le harcèlement online/réputationnel. Rappelons pour la bonne bouche qu'un septuagénaire néerlandais (il me semble) a récemment été en procès dans son pays pour réclamer le droit de changer son état-civil et se rajeunir de 20-30 ans parce qu'il s'identifiait à un homme de 50 piges. Il a perdu, mais l'affaire a quand même été en justice et traitée sérieusement. Coup de semonce?

Mais c'est génial ! On peut donc subvertir de fond en comble le système racialiste américain par la notion de "transrace". Je suis blanc de peau mais je m'identifie comme noir. Je suis noir de peau, mais je m'identifie comme blanc. Je suis asiatique et de petite taille, mais je m'identifie comme un grand blond norvégien aux yeux bleus. Et si vous refusez de m'identifier à ma "race choisie" (analogue du preferred gender pronoun, PGP) alors c'est vous le raciste.

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, Tancrède a dit :

Le simple fait est que la gouvernance d'un Etat ou d'une entité politique plus petite ne eput être résumée à une liste claire de compétences précises et focalisées, avec une méthodologie précise pour opérer et évaluer; si c'était le cas, les énarques seraient les meilleurs dirigeants du monde, spécialisés qu'ils sont dans les complexités de la gestion d'administrations et de vastes organisations, ainsi que dans la synthétisation des savoirs sur un nombre infini de sujets pour les rendre traitables dans une temporalité pertinente. Où en est-on sur la pertinence de l'énarchie en France? 

La gouvernance est un art, pas une science, et, encore plus en démocratie, elle implique un ensemble de qualités, avantages et compétences non quantifiables, parfois difficilement même cernables, qui sont nécessaires pour le pratiquer. Nombre infini de paramètres et variables dans le cocktail, primauté des rapports humains (aux individus, groupes, foules et vastes ensembles).... C'est fondé sur le management impossible du bordel le plus complet, l'empire du chaos permanent sur tous les sujets, tout le temps. 

Tu ne penses pas que sur des sujet "techniques" comme la défense, l'agriculture, la santé il ne faudrait pas avant tout des gens du crû ?

Sur la défense, penser son armée à moyen/long terme avec toute l'industrie qu'il y a derrière (en terme de planification, choix stratégique et financier) tu préfères un polytechnicien ou un gars sortie de l'ENSTA avec une expérience pro à la DGA ou chez DCNS ou autre ou un énarque?

Pour l'agriculture tu ne préfères  pas  qq'un sortie d'AgroParis Tech ou autre école d'Agronomie avec une expérience concrète dans la gestion des sols par exemple qu'un anonyme sortie de science Po (sans te faire offense ^^) ?

Et pareil pour l'industrie ou d'autres ministères.

Certes il ne faut pas avoir la tête dans le guidon et avoir une visions "globale" est nécessaire mais pour de très nombreux sujets mieux vaut avoir affaire à de vrai "techniciens"

Combien de décisions prises en dépit du bon sens ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, elannion a dit :

Tu ne penses pas que sur des sujet "techniques" comme la défense, l'agriculture, la santé il ne faudrait pas avant tout des gens du crû ?

Sur la défense, penser son armée à moyen/long terme avec toute l'industrie qu'il y a derrière (en terme de planification, choix stratégique et financier) tu préfères un polytechnicien ou un gars sortie de l'ENSTA avec une expérience pro à la DGA ou chez DCNS ou autre ou un énarque?

Pour l'agriculture tu ne préfères  pas  qq'un sortie d'AgroParis Tech ou autre école d'Agronomie avec une expérience concrète dans la gestion des sols par exemple qu'un anonyme sortie de science Po (sans te faire offense ^^) ?

Et pareil pour l'industrie ou d'autres ministères.

Certes il ne faut pas avoir la tête dans le guidon et avoir une visions "globale" est nécessaire mais pour de très nombreux sujets mieux vaut avoir affaire à de vrai "techniciens"

Combien de décisions prises en dépit du bon sens ?

Pour rappel, les ministres et parlementaires/senateurs ont des conseillers qui viennent souvent du domaine technique correspondant. Sinon pas mal de parlementaires/députés siègent a des commissions de specialiste et depuis assez longtemps pour savoir de quoi on parle. Après ce n'rst pas le cas systematique,  c'est vrai. Et puis parfois d'autres contingences font passer outre l'avis technique.

Enfin des elements exterieurs comme les lobbies, les querelles de clocher ou de corps, les medias, les sondages vont avoir une influence, technicien ou pas...

  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
12 minutes ago, elannion said:

Tu ne penses pas que sur des sujet "techniques" comme la défense, l'agriculture, la santé il ne faudrait pas avant tout des gens du crû ?

Sur la défense, penser son armée à moyen/long terme avec toute l'industrie qu'il y a derrière (en terme de planification, choix stratégique et financier) tu préfères un polytechnicien ou un gars sortie de l'ENSTA avec une expérience pro à la DGA ou chez DCNS ou autre ou un énarque?

Pour l'agriculture tu ne préfères  pas  qq'un sortie d'AgroParis Tech ou autre école d'Agronomie avec une expérience concrète dans la gestion des sols par exemple qu'un anonyme sortie de science Po (sans te faire offense ^^) ?

Et pareil pour l'industrie ou d'autres ministères.

Certes il ne faut pas avoir la tête dans le guidon et avoir une visions "globale" est nécessaire mais pour de très nombreux sujets mieux vaut avoir affaire à de vrai "techniciens"

Combien de décisions prises en dépit du bon sens ?

Tout le problème de la démocratie dans ce registre est le système de sélection de ceux qui auront du pouvoir. La légitimité provient de l'élection: il serait évidemment souhaitable que les partis présentent des gens éminemment techniquement qualifiés et reconnus comme tels pour des postes définis avant les élections, mais rappelons que dans tous les domaines d'expertise, toutes les sciences, il y a aussi des factions, débats et divisions souvent puissants, qui peuvent impliquer des choix radicalement différents... Comment on choisit dans l'inconnu? Rien que pour la défense, les grandes options à choisir ne sont pas si évidentes, et dépendent de beaucoup de choses, dont avant tout le choix de posture internationale du pays, sa "grande stratégie" (elle-même un choix, même s'il y a des constantes génériques, qu'on les accepte ou non), la volonté plus ou moins forte de faire valoir la dite posture.... De grands choix où la plus infime variation en amont, parfois même juste dans la formulation, peuvent avoir d'énormes conséquences en terme de décisions, d'arbitrages, de choix d'équipements (type, nature, qualité et quantité), d'effectifs, de doctrine.... Et chacun des côtés de ce débat peut avoir des arguments techniques extrêmement valides. Il n'y a pas une expertise "unifiante" qui dicte la vérité. 

Plus largement, le système de sélection par l'élection, outre qu'il fournit la légitimité démocratique, opère ce type d'arbitrage à grande échelle, cad le domaine politique, où peu de choses sont toutes vraies ou toutes fausses. La question de l'expertise qui n'a pas à se justifier auprès du vulgum pecus se pose plus bas, à un certain niveau hiérarchique qu'il convient de savamment choisir. Au-dessus, comme le dit Akhilleus, on ne peut faire mieux que des conseillers aidant les décisionnaires à faire des choix. Et il faut pas se faire d'illusions non plus: les mauvais choix que nous déplorons souvent en matière de défense ne sont pas dus à un manque d'expertise "en haut": ils sont le plus souvent dus à une direction politique en face de compromis impossibles, de limitations pré-existantes et d'un appareil administratif/bureaucratique qui a pris une vie propre et tend naturellement, comme toute bureaucratie, à parasiter l'organisme qu'il chapeaute pour assurer son propre confort et sa propre croissance. Et cet appareil est avant tout peuplé.... D'experts. Leur qualification ne garantit en aucun cas leur désintéressement, leur largeur de vue, leur attachement au bien public ou même au bien de leur chapelle au sens large (plus souvent de celle au sens étroit)... Et le résultat de tous ces comportements cumulés est la macrocéphalie, le micromanagement, les contradictions coûteuses et la vampirisation des crédits. Cf le Pentagone. 

 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,411
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Napoléon_Ier
    Newest Member
    Napoléon_Ier
    Joined
  • Forum Statistics

    20,716
    Total Topics
    1,250,106
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries