Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

il y a 2 minutes, Teenytoon a dit :

Les africains ont la mémoire sacrément courte. Ok, les razzias pour emmener des africains travailler en esclavage dans les champs de cotons américains ne datent pas s’il y a cinquante ans, mais niveau férocité et exactions je pense qu’ils n’ont rien à envier aux colonisateurs « historiques ». 

On doit parler du Liberia sinon ? :happy:

  • Like 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Teenytoon a dit :

Les africains ont la mémoire sacrément courte. Ok, les razzias pour emmener des africains travailler en esclavage dans les champs de cotons américains ne datent pas s’il y a cinquante ans, mais niveau férocité et exactions je pense qu’ils n’ont rien à envier aux colonisateurs « historiques ». 

Le problème c'est qu'on a affaire à des croyances qui se jouent des objections parfaitement fondées qu'on pourrait faire pour démonter leur discours. Même si on avait les meilleurs arguments du monde, ça ne les convaincrait pas. Ils ont besoin d'un principe explicatif pour tout ce qui va mal. Et l'explication "c'est la faute aux méchant français" est pratique parce qu'elle évite de fouiller là où ça fait mal, par exemple la corruption des élites. Ou le détachement des élites même non corrompues, qui cherchent leur bénéfice personnel sans se préoccuper du reste de la société.

Un bémol toutefois : cela pourrait être en partie l'effet des philosophies occidentales qui accordent une "priorité individuelle à l'accomplissement personnel", ou qui disent de "prioritiser son propre bonheur par rapport aux attachements traditionnels de la nation et de la religion".

Le 25/08/2017 à 15:54, Wallaby a dit :

https://www.foreignaffairs.com/articles/2017-06-22/american-tianxia (22 juin 2017)

La thèse de cet article consiste à dire que l'Amérique est aujourd'hui dans la même position de centralité que l'était la Chine des Ming vis à vis de ses vassaux asiatiques. Même si la part du PIB américain diminue dans le PIB mondial, les États-Unis continuent de jouir de leur position centrale : l'intensification du commerce mondial confèrerait (?) aux sanctions américaines une plus grande importance qu'elles n'ont jamais eu. Les connections internet passent par les États-Unis, et même Daèche recommande d'utiliser Android tandis que Kim Jong Un a une préférence pour Apple. Surtout l'Amérique est hégémonique sur le plan culturel. Des dizaines de milliers de Chinoises de la haute société viennent chaque année accoucher en Californie pour que leur enfant ait la nationalité américaine, uniquement américaine, puisque la Chine refuse la double nationalité.

Ces derniers temps, les élites du monde entier ont appris qu'il était juste et même moral de prioritiser son propre bonheur par rapport aux attachements traditionnels de la nation et de la religion.

La priorité individuelle à l'accomplissement personnel, combinée à la centralité des Etats-Unis dans presque toutes les hiérarchies de distinction mondiales (les classifications académiques, artistiques, des affaires, financières et technologiques par lesquelles nous nous jugeons et jugeons les gens qui nous entourent) a créé un monde où les élites individuelles doivent leur statut autant aux Etats-Unis qu'à leur propre pays. Un banquier de Hong Kong, par exemple, peut avoir obtenu son job grâce à un diplôme d'Harvard.

 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Perspective logistique à mettre en parallèle de l'affaire, car elle est centrale!

"Parti de Toulon le 14 août, le Porte-hélicoptère amphibie (PHA) Mistral est arrivé à Dakar le 22 août, où il effectue sa première escale opérationnelle."

Link to comment
Share on other sites

Seconde perspective

"Niger : les militaires au pouvoir autorisent le Burkina Faso et le Mali à intervenir sur leur sol « en cas d’agression "

 

On est actuellement dans les tractations diplomatiques de la dernière chance. Dès demain ce sera irréversible, l'opération obtiendra le feu vert politique et commencera sa logistique.

En vérité le processus est déjà lancé, tout le monde le sait, y compris à Niamey. Ils jouent la carte du Mali et du Burkina pour chercher à dissuader, mais c'est déjà trop tard.

Comme je l'ai déjà précisé depuis un moment, il ne faut pas prendre trop de temps, car le Mali et le Burkina se préparent depuis des jours à envoyer des forces au Niger et comme je le disais, plus on tarde, plus on tend vers une situation plus complexe à gérer. Les russes poussent le Mali et le Burkina à entrer dans le jeu et Lavrov vient lui aussi d'avouer à demi mots qu’« une force est déjà en train d’être créée dans une autre partie de la Cédéao pour contrer l’invasion ». Nous le savons!

On est aujourd'hui dans une course contre la montre, c'est une question de plusieurs jours, non de plusieurs semaines. Les juntes du Mali et du Burkina ont mis un doigt dans un engrenage par lequel elles jouent leur crédibilité auprès de leurs sympathisants et de tout l'écosystème idéologique qui les font vivres. Il est plus que probable qu'elles interviennent et il est plus que probable que ce soit nous, français qui allons intervenir pour mettre un coup à leurs contingents, plus que probable qu'on en vienne à "glisser" quelques frappes du côté de ces juntes. Ces dernières ne sont pas en capacité de faire grand chose, mais elles ont l'idée qu'elle peuvent le faire, donc elles vont le faire. Elles mènent un combat idéologique et non rationnel, nous devons le comprendre.

Le défi militaire qu'on va devoir gérer est de faire venir au plus vite la force africaine à Niamey en lui apportant la logistique, le renseignement et le soutien nécessaire, puis ce sera de faire face aux réactions du Mali et du Burkina avec la forte possibilité qu'on ait à intervenir directement contre les juntes afin de les "désillusionner". A force de vouloir être notre ennemi et de vouloir se faire l'ennemi des autres pays de la CEDEAO, ces juntes ont poussés à une situation ou nous n'avons plus rien à perdre. Ce sont ces juntes qui se sont placés dans une situation ou elles vont se considérer en "guerre", ce sont elles qui vont devoir enclencher le processus contre lequel elles ne mesurent pas les conséquences. Ce n'est pas parce que l'armée française n'est plus présente sur leur sol, que nous sommes incapables de les atteindre. Il n'y a pas besoin de pousser bien loin pour leur infliger une défaite militaire et idéologique, c'est presque question d'un seul raid.

 

Soit elles se dégonflent pour entrer en "guerre" contre nous au Niger, soit on va devoir chercher à infliger cette défaite militaire.

Ce que je dis ici ce n'est pas une fiction, ça va arriver, ne soyons pas surpris!

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Révélation

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 25 août 2023
Communiqué de presse

La secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines, Molly Phee, se rendra au Nigeria, au Tchad et au Ghana du 25 au 29 août 2023. Au cours de ce déplacement, elle s’entretiendra avec les chefs d’État de la région du soutien des États-Unis à la CEDEAO et du leadership régional dans la réponse à la crise au Niger. Au Tchad, elle évoquera les évolutions en cours avec ses voisins, le Niger et le Soudan, ainsi que la transition politique au Tchad. Dans toutes ses conversations, elle reviendra sur les objectifs communs que sont la préservation de la démocratie durement acquise par le Niger et la libération immédiate du président Bazoum, de sa famille et des membres de son gouvernement injustement détenus. La secrétaire adjointe Phee consulte également des hauts responsables du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo, et insiste sur le soutien des États-Unis à la position de principe adoptée par la CEDEAO pour défendre la démocratie et l’ordre constitutionnel.

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Pol a dit :

Seconde perspective

"Niger : les militaires au pouvoir autorisent le Burkina Faso et le Mali à intervenir sur leur sol « en cas d’agression "

Cela fait beaucoup de "si", mais si la Cédéao intervient au Niger et si les armées du Sénégal et de la Côte d'Ivoire d'une part, et les armées du Mali et du Burkina d'autre part, se combattent au Niger, n'y a-t-il pas un risque d'escalade où le Sénégal et la Côte d'Ivoire seraient incités à envahir et à combattre le Mali et le Burkina directement par leur frontière commune plutôt que de s'embêter à faire tout un détour par Niamey ?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

Cela fait beaucoup de "si", mais si la Cédéao intervient au Niger et si les armées du Sénégal et de la Côte d'Ivoire d'une part, et les armées du Mali et du Burkina d'autre part, se combattent au Niger, n'y a-t-il pas un risque d'escalade où le Sénégal et la Côte d'Ivoire seraient incités à envahir et à combattre le Mali et le Burkina directement par leur frontière commune plutôt que de s'embêter à faire tout un détour par Niamey ?

Ni le Sénégal ni la Côte d'Ivoire n'ont les capacités d'envahir le Mali ou le Burkina Faso. L'inverse est tout aussi vrai.

Donc de facto aucun de ces pays ne sera "incité" à envahir le voisin car ils n'ont pas les moyens de faire grand chose.

Au Mali comme au Burkina, malgré les beaux discours qui donnent l'impression qu'ils disposent de forces puissantes, dans les faits ils ne sont déjà pas en capacité de contrôler leur propre terrain. Une guerre réellement active et qui nécessiterait un effort conséquent de leurs armées amènerait très rapidement à un affaiblissement qui sera exploité par les terroristes et également par les touaregs. Ces derniers s'afficheraient même très vite comme des "alliés".

Mais le gros problème du Mali et du Burkina, c'est la France, nous sommes et restons déterminants dans le rapport de force et on amènerait une puissance aérienne qui pourraient très très vite mettre à terre le potentiel de leurs armées et leur faire comprendre leurs limites réelles.

Comme je l'ai indiqué, ces juntes sont depuis plusieurs temps dans une idéologie de puissance, une pensée révolutionnaire ou ils se sentent investit d'une mission, d'un devoir. C'est cela qui fait qu'ils sont soutenus et admirés par ceux qui se disent les plus patriotes de tous les africains. Tout ceci est une supercherie totale qui fait tourner la tête à ce petit monde qui croit être en capacité d'imposer ce qu'il veut. Ainsi ces putschistes se sont mis dans une situation ou en cas de guerre, ils devront s'engager pour ne pas perdre en crédibilité , ce qui pourrait être très préjudiciable pour leur futur. Donc ils engageront des forces, malgré tous les risques encourus, ils ont un niveau de confiance aveugle dans leurs forces et ils doivent subir une défaite militaire pour qu'ils redescendent sur terre. Il faut les désillusionner, eux comme leurs soutiens.

 

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Pol a dit :

On est actuellement dans les tractations diplomatiques de la dernière chance. Dès demain ce sera irréversible, l'opération obtiendra le feu vert politique et commencera sa logistique.

En vérité le processus est déjà lancé, tout le monde le sait, y compris à Niamey. Ils jouent la carte du Mali et du Burkina pour chercher à dissuader, mais c'est déjà trop tard.

[...] Soit elles se dégonflent pour entrer en "guerre" contre nous au Niger, soit on va devoir chercher à infliger cette défaite militaire.

Ce que je dis ici ce n'est pas une fiction, ça va arriver, ne soyons pas surpris!

Tu sors du CPCO ou du conseil restreint?

Tes réflexions peuvent être intéressantes mais gagneraient à être présentées comme telles, ce ton affirmatif comme si le renseignement sortait d'un ordre de l'Elysée est assez inadapté à mon sens. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Pol a dit :

Mais le gros problème du Mali et du Burkina, c'est la France, nous sommes et restons déterminants dans le rapport de force

Je propose de ne pas trop gonfler les biceps. Ca fait des années qu'on est nombreux à voir arriver via Internet des usines à produire des cons qui marchent manifestement extrêmement bien au Mali, au Burkina, en Centrafrique, et qui permette de mobiliser des foules d'une crédulité crasse, des foules agressives ou, à tout le moins, capables de faire de grosses bêtises.

Ca marche aussi plutôt pas mal en France même, ou aux USA. Et nous sommes, je crains totalement à la ramasse sur ces aspects pourtant très impactants, surtout en démocratie.

Ne bombons pas le torse, non. Bossons plutôt.

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Pol a dit :

Ni le Sénégal ni la Côte d'Ivoire n'ont les capacités d'envahir le Mali ou le Burkina Faso. L'inverse est tout aussi vrai.

Donc de facto aucun de ces pays ne sera "incité" à envahir le voisin car ils n'ont pas les moyens de faire grand chose.

Au Mali comme au Burkina, malgré les beaux discours qui donnent l'impression qu'ils disposent de forces puissantes, dans les faits ils ne sont déjà pas en capacité de contrôler leur propre terrain. Une guerre réellement active et qui nécessiterait un effort conséquent de leurs armées amènerait très rapidement à un affaiblissement qui sera exploité par les terroristes et également par les touaregs. Ces derniers s'afficheraient même très vite comme des "alliés".

Mais le gros problème du Mali et du Burkina, c'est la France, nous sommes et restons déterminants dans le rapport de force et on amènerait une puissance aérienne qui pourraient très très vite mettre à terre le potentiel de leurs armées et leur faire comprendre leurs limites réelles.

Comme je l'ai indiqué, ces juntes sont depuis plusieurs temps dans une idéologie de puissance, une pensée révolutionnaire ou ils se sentent investit d'une mission, d'un devoir. C'est cela qui fait qu'ils sont soutenus et admirés par ceux qui se disent les plus patriotes de tous les africains. Tout ceci est une supercherie totale qui fait tourner la tête à ce petit monde qui croit être en capacité d'imposer ce qu'il veut. Ainsi ces putschistes se sont mis dans une situation ou en cas de guerre, ils devront s'engager pour ne pas perdre en crédibilité , ce qui pourrait être très préjudiciable pour leur futur. Donc ils engageront des forces, malgré tous les risques encourus, ils ont un niveau de confiance aveugle dans leurs forces et ils doivent subir une défaite militaire pour qu'ils redescendent sur terre. Il faut les désillusionner, eux comme leurs soutiens.

 

Franchement qu’aurait on a gagner à s’impliquer dans ce merdier en puissance? Devenir officiellement les méchants en faisant ce qu’ils nous reproche de faire, et faire circuler cette idée la ou elle n’a pas encore prise?

Notre problème actuel c’est de mettre la Russie en échec en Europe de l’Est et ça va déjà nous coûter cher. Les pays africains en mal de reconnaissance n’ont plus aucune importance stratégique pour nous, même pour l’uranium qu’on peut sourcer ailleurs (et on le fait déjà).

L’afrique avec notre héritage colonial est un boulet qu’on traine depuis trop longtemps, à en avoir meme dimensionné notre force militaire quitte à ne plus être crédible dans d’autre situation.

Donner du renseignement et du matériel à la CDAO OK, intervenir directement NON.

Je sais pas pour vous mais les recrimination des YouTuber du tiers monde je m’en bas les genitoires, s’ils ne veulent plus de nous on se casse et on coupe les ponts, d’autres partenariats plus intéressant en Afrique et ailleurs nous attendent. Laissons les russes s’embourber la dedans et les africains découvrir le vrai visage de leur nouvel ami.

En plus avec le changement climatique cette partie du monde va devenir un véritable merdier et une fois la France partie ils ne pourront plus se retourner vers nous avec comme excuse la francafrique.

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, Klem a dit :

Franchement qu’aurait on a gagner à s’impliquer dans ce merdier en puissance? Devenir officiellement les méchants en faisant ce qu’ils nous reproche de faire, et faire circuler cette idée la ou elle n’a pas encore prise?

Notre problème actuel c’est de mettre la Russie en échec en Europe de l’Est et ça va déjà nous coûter cher. Les pays africains en mal de reconnaissance n’ont plus aucune importance stratégique pour nous, même pour l’uranium qu’on peut sourcer ailleurs (et on le fait déjà).

L’afrique avec notre héritage colonial est un boulet qu’on traine depuis trop longtemps, à en avoir meme dimensionné notre force militaire quitte à ne plus être crédible dans d’autre situation.

Donner du renseignement et du matériel à la CDAO OK, intervenir directement NON.

Je sais pas pour vous mais les recrimination des YouTuber du tiers monde je m’en bas les genitoires, s’ils ne veulent plus de nous on se casse et on coupe les ponts, d’autres partenariats plus intéressant en Afrique et ailleurs nous attendent. Laissons les russes s’embourber la dedans et les africains découvrir le vrai visage de leur nouvel ami.

En plus avec le changement climatique cette partie du monde va devenir un véritable merdier et une fois la France partie ils ne pourront plus se retourner vers nous avec comme excuse la francafrique.

Entre Barkhane, Sabre, Tabuka, etc, le budget tourne à plus de 1 milliards d’euros par an et un peu moins de 6000 hommes sur les derniers temps.

Ca peut se ré-allouer à pas mal d’autres choses

équipage et financement 2e PA et/ou 7-8e SNA / plus de frégates ( => compétition navale en cours), nouveau régiment de blindés, etc(=> vers l’est), plus de Rafales, renforcement des DOM-TOM (pacifique), les sujets ne manquent pas.

Edited by Benoitleg
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

https://www.dw.com/fr/suspension-enseignants-niger-putsch/a-66636045 (25 août 2023)

Tout est parti du bureau exécutif du Syndicat national des enseignants chercheurs et chercheuses du supérieur qui, dans une déclaration rendue publique au lendemain du coup d’Etat, a apporté son soutien au Conseil national pour la sauvegarde de la patrie, le CNSP, le nom choisi par la junte militaire.

Une déclaration critiquée par un groupe de 37 enseignants-chercheurs à travers une contre-déclaration qui a rappelé que le syndicat des enseignants devait rester attaché aux principes de la démocratie et de l’Etat de droit. 

En représailles, les autorités militaires ont suspendu sept enseignants qui occupent des postes de responsabilité au sein de l’administration, dont les recteurs de l’université d’Agadez et de Zinder. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ça va faire des postes à donner aux copains, c'est habile. Et si ça manœuvre bien, on pourra pousser les contestataires à demander l'asile ailleurs, en France idéalement, pour ensuite pouvoir taper sur Paris (qui tente une fois encore d'affaiblir l’État nigérien) et les enseignants concernés (des agents du colonialisme, sans aucun doute).

Pendant ce temps, la situation sécuritaire continue de se tendre et les mouvements insurrectionnels se préparent.

Link to comment
Share on other sites

https://www.tagesschau.de/ausland/afrika/niger-frankreich-botschafter-100.html (26 août 2023)

Fausses informations des médias sur d'autres ambassadeurs

Dans un premier temps, les médias ont également rapporté que les ambassadeurs allemand et américain devaient également être expulsés du Niger. Mais ces informations se sont apparemment révélées fausses. L'agence de presse AFP a retiré des informations publiées précédemment en expliquant que les informations dont elle disposait avaient été déclarées non authentiques par les autorités. Le ministère américain des Affaires étrangères a également fait savoir que les images de lettres circulant sur Internet et invitant le personnel diplomatique américain à quitter le pays n'étaient pas authentiques, selon le ministère nigérien des Affaires étrangères.

https://www.welt.de/politik/ausland/article247110480/Niger-Militaermachthaber-weisen-franzoesischen-Botschafter-aus.html (26 août 2023)

Remarque : dans une version antérieure de cet article, il a été dit que le gouvernement militaire du Niger avait expulsé l'ambassadeur allemand. Cette information était erronée. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette erreur.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.tagesschau.de/ausland/afrika/niger-ein-monat-putsch-100.html (26 août 2023)

Un camion bleu entre dans la cour du bureau régional des douanes de Niamey, la capitale du Niger. Il est plein à craquer ; des bâches noires et rouges poussiéreuses cachent la marchandise. Il s'agirait de l'un des quelque 300 camions de ravitaillement qui auraient atteint le pays.

Ils viennent de l'Etat voisin du Burkina Faso, explique le colonel Adamou Zaroueye, directeur régional des douanes, et transportent principalement des denrées alimentaires, des articles ménagers et divers produits.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Benoitleg a dit :

Entre Barkhane, Sabre, Tabuka, etc, le budget tourne à plus de 1 milliards d’euros par an et un peu moins de 6000 hommes sur les derniers temps.

Si quelqu'un pouvait préciser, s'il sait.....

 

Quand on parle de budget OPEX, on parle de quoi ? Les seuls surcouts engendrés par cette opex, ou bien ( j'ai un doute donc je pose la question...) le global ?

Pour le dire autrement:

On prend le traitement total du soldat détaché, ou bien juste la prime opex ( qu'il n'aurait pas eu sans cette opé, ou peut être bien que si en fait car on aurait mis plus de monde ailleurs ...) ??

On compte les munitions et le carbu ( qu'on aurait peut être cramé en exercice si pas de conflit, ou une partie ) ??

Je me méfie comme de la peste de ce genre de données en compta analytique, car ça passe par des clefs de répartition, et qu'avant d'affecter il y a un choix...humain. Il serait de bonne guerre ( si j'ose dire ) pour un service de gonfler au max sa dépense en extra, pour demander un budget plus confortable l'année suivante si l'opex doit se poursuivre ( ou une rallonge en cours d'exercice, ou provisions, etc...). Inversement, une opex anciennement financée et qui s'arrête, tu la minimise pour garder le max en fonctionnement de base l'année suivante, etc...

Bon, en divisant 1 Md par 6000 PAX, ça fait 166 K€ par bonhomme. Ca doit payer la masse salariale entière, les infra sommaires, les AR avions, mais faudrait jouer du petit calibre, et il ne faut pas abuser du 155....

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, ksimodo a dit :

Si quelqu'un pouvait préciser, s'il sait.....

 

Quand on parle de budget OPEX, on parle de quoi ? Les seuls surcouts engendrés par cette opex, ou bien ( j'ai un doute donc je pose la question...) le global ?

Pour le dire autrement:

On prend le traitement total du soldat détaché, ou bien juste la prime opex ( qu'il n'aurait pas eu sans cette opé, ou peut être bien que si en fait car on aurait mis plus de monde ailleurs ...) ??

On compte les munitions et le carbu ( qu'on aurait peut être cramé en exercice si pas de conflit, ou une partie ) ??

Je me méfie comme de la peste de ce genre de données en compta analytique, car ça passe par des clefs de répartition, et qu'avant d'affecter il y a un choix...humain. Il serait de bonne guerre ( si j'ose dire ) pour un service de gonfler au max sa dépense en extra, pour demander un budget plus confortable l'année suivante si l'opex doit se poursuivre ( ou une rallonge en cours d'exercice, ou provisions, etc...). Inversement, une opex anciennement financée et qui s'arrête, tu la minimise pour garder le max en fonctionnement de base l'année suivante, etc...

Bon, en divisant 1 Md par 6000 PAX, ça fait 166 K€ par bonhomme. Ca doit payer la masse salariale entière, les infra sommaires, les AR avions, mais faudrait jouer du petit calibre, et il ne faut pas abuser du 155....

Il y a un budget pour les consommations entrainement et un autre pour les OPEX. Ensuite cela dépend de l'impact des OPEX relativement à la préparation opérationnelle, très variable selon les domaines: il se peut que les pilotes de certaines spécialités ne puissent maintenir leur qualification que grâce à un engagement en OPEX régulier, alors que pour un fantassin classique cela peut n'apporter qu'un surcroit d'expérience par exemple.
Donc l'argent dépensé pour la préparation opérationnelle n'est pas le même que celui dépensé pour les OPEX (qui ne comprennent par exemple que le surcroit de solde et les consommables consommés en OPEX), mais il se peut que dans certains domaines l'arrêt des OPEX implique d'accroitre la préparation opérationnelle. Par ailleurs je ne sais pas comment est intégrée l'usure de potentiel des équipements dans le budget OPEX.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, gustave a dit :

Donc l'argent dépensé pour la préparation opérationnelle n'est pas le même que celui dépensé pour les OPEX (qui ne comprennent par exemple que le surcroit de solde et les consommables consommés en OPEX), mais il se peut que dans certains domaines l'arrêt des OPEX implique d'accroitre la préparation opérationnelle. Par ailleurs je ne sais pas comment est intégrée l'usure de potentiel des équipements dans le budget OPEX.

Ok, merci; avec la suite du "en gras", ça va dans le sens que je reniflais.

Une opé à 1 Md, sans opé on aurait pas zéro en réalité dans le compte de base. Mais va savoir combien....

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, ksimodo a dit :

Ok, merci; avec la suite du "en gras", ça va dans le sens que je reniflais.

Une opé à 1 Md, sans opé on aurait pas zéro en réalité dans le compte de base. Mais va savoir combien....

Le coût des opex est une ligne budgétaire "comptable" qui s'inscrit dans le budget général. Pendant de très nombreuses années, on cherchait volontairement à la sous-évaluer afin d'obtenir un financement exceptionnel interministériel, concrètement une petite magouille pour obtenir en fin d'année une petite allonge financière. Cette différence entre ce qui était budgéter et le coût final c'est ce qu'on va appeler le "surcoût".

Ce surcoût agaçait fortement Bercy, pas qu'ils n'aiment pas l'armée, mais qu'ils n'aiment pas ce manque de sérieux budgétaire.

Depuis l'actuelle LPM, un effort a été fait pour financer les opex à un juste niveau pour chercher à supprimer ce surcoût.

Gardons à l'esprit que le coût des opex, ce n'est pas que le Sahel, c'est la Roumanie, ce sont les missions maritimes et autres. Nos pics de dépenses pour les opex sont généralement marqués par la logistique, que ce soit de l'engagement ou du désengagement. Quand on passe d'un désengagement d'Afghanistan puis à un engagement sur Serval, puis à un désengagement de Serval, l'installation au Niger et la construction de l'infra (c'est toujours de la log) , puis on s'engage dans Sangaris et on se désengage, puis on renforce Barkhane, avant de quitter le Mali, puis le Burkina. Tout cela entrecoupé de réarticulations diverses et variées comme on pouvait le voir avec la création de bases à Gossi, Ménaka et ailleurs, sans oublier le soutien à d'autres forces alliés. Bref la logistique c'est la dépense première.

Donc forcément faut pas croire que sans les opex, on verrait de l'argent tomber du ciel, car de nombreuses missions logistiques qui servent pour les opex permettent de compenser derrière sur ce qu'on devrait mettre pour de l'entrainement ou d'autres choses. Tout communique d'une certaine façon, au lieu de cramer un potentiel d'A400M pour faire des heures à vide pour l'entrainement, on va privilégier l'opex, donc ce sera sur le budget opex, quitte à ce que derrière on "néglige" l'entrainement (comme le largage de paras) faute d'avions, donc forcément il y a une somme allouée qu'on retrouvera en fin d'année dans un excédent. En vérité il y a en permanence en fin d'année des enveloppes excédentaires et déficitaires pour tout, mais on se focalise énormément sur l'opex et les équipements.

Cela fait des années qu'on laisse croire qu'en arrêtant les opex on se retrouvera avec de l'argent qui permettrait de se payer un 2e porte-avions, des frégates ou je ne sais quoi. Mais bien souvent c'est plus une volonté liée à une ignorance globale du sujet qu'une vérité. Car de principe, jusqu'à 2019 environ les 2/3 de nos opex étaient en surcoûts, donc financés par le budget interministériel, donc de l'argent qui n'existerait pas sans les opex. De plus si on avait mis un terme aux opex purement africaines, on ne serait jamais descendus à zéro dépense. Depuis 2 ans on a des budgets opex à plus d'un milliard pour l'année mais ceci est une réalité récente qu'il ne faut pas projeter sur toute les années d'avant. On a fortement réduit notre engagement au Sahel, c'est ce qui explique encore certaines dépenses. Mais je vous le dis, n'imaginez pas voir des milliards qui vont venir gonfler les acquisitions d'équipements, ces sommes seront diluées au point un peu partout.

Cela fait des années que certains sont obsédés à trouver l'argent magique par la suppression des opex, y voyant des sommes "folles" alors qu'en réalité, elles sont insignifiantes par rapport à ce que certains imaginent qu'elles pourraient permettre d'acquérir. Voyez aujourd'hui notre budget qui est de 10 milliards supplémentaires à ce qu'on avait il y a 5 ans, vous voyez qu'on achète un paquet de frégates, de nouveaux porte-avions ou je ne sais quoi? Non, car les besoins sont partout, les trous à combler également, jamais l'excédent de quelques centaines de millions économisés sur les opex, ne seraient allés dans l'équipement pour de gros achats. N'oublions pas aussi que les opex amènent à des achats d'équipements et permet de dévoiler des besoins ou des manques. Sans les opex, soyez certains qu'on n'aurait jamais acheté des Reaper par exemple. Quoi qu'il en soit, il ne faut pas voir les opex comme un simple fardeau financier et que si on ne ferait rien, on serait mieux équiper. On le voit partout ailleurs, dans les pays qui ne font rien, la tendance n'est pas à trouver plus d'argent pour s'équiper, c'est à débattre du besoin de s'équiper et à dépenser de moins en moins.

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,957
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Lexpat
    Newest Member
    Lexpat
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...