Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

il y a 1 minute, MoX a dit :

De ma vision de la société russe,  ça va être très compliqué. Poutine a méthodiquement concentré tout les pouvoirs entre ses mains durant ses deux premiers mandats et a fait le nécessaire pour n'avoir aucune alternative crédible dans la société civile.

Note à l'attention de tous,  notamment concernant le "on a laissé tomber les Russes / on les a vexé" : amha il y a une petite part de vérité là-dedans, mais je pense que c'est beaucoup plus l'accroissement et la sécurisation de son pouvoir personnel qui ont conduit Poutine à son statut actuel. En terme de chronologie, c'est assez frappant.

Pas de problème avec ton analyse.

Mais quoi il n'y a pas d'autre solution que la guerre éternelle avec la Russie parce que ils sont pas capable d'avoir une démocratie ? Il n'y a pas si longtemps on n'aurait pas intégré si facilement l'Ukraine à l'UE alors que leur standard démocratique n'était pas le notre ? Pourtant la question est devenu d'actualité ! Les Ukrainiens sont slaves aussi ! Si c'est possible avec eux pourquoi pas les russes ?

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, herciv a dit :

Comment on fait pour faire la paix avec les russes par exemple si les US maintiennent les lois CATSAA et ITAR ?

Bon, allez, puisque c'est la troisième fois que tu mets ça sur le tapis : CAATSA, effectivement, est là pour punir le commerce avec la Russie, explicitement désignée comme adversaire de l'Amérique. (CAATSA : Countering America's Adversaries Through Sanctions Act)

Par contre, ITAR ? C'est juste un truc pour emmerder les marchands d'armes européens qui utilisent bêtement des composants Made in USA dans leurs bidules. La Russie n'en a rien à battre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Kelkin a dit :

Bon, allez, puisque c'est la troisième fois que tu mets ça sur le tapis : CAATSA, effectivement, est là pour punir le commerce avec la Russie, explicitement désignée comme adversaire de l'Amérique. (CAATSA : Countering America's Adversaries Through Sanctions Act)

Par contre, ITAR ? C'est juste un truc pour emmerder les marchands d'armes européens qui utilisent bêtement des composants Made in USA dans leurs bidules. La Russie n'en a rien à battre.

Je met çà sur le tapis juste histoire de montrer que si quelqu'un se met debout sur les freins çà va être compliqué de faire la paix. Le frein en question c'est toutes les lois extraterritoriales qui pourront être inventée. ET dans ces temps troublés je suis certains que de nouvelles lois de ce gente vont fleurir. Donc oui je crains qu'on ne se dote pas des bons outils pour aller chercher la paix avec les russes. 

Link to comment
Share on other sites

Je parlais d'Abramovich section Détente/Football... hé bien ce pourrait être un surprenant canal de négociation. Et aussi une manifestation de l'attitude des oligarques dans cette histoire ( trouvé sur... vous l'avez sur le bout de la langue... le live de The Guardian ):

"Chelsea owner Roman Abramovich is trying to broker a peaceful end to the war in Ukraine, his spokesman said.

The Russian-Israeli billionaire has come under pressure to speak out following the invasion of Ukraine by Vladimir Putin’s forces, PA Media reported.

There have been calls in Parliament for him to face sanctions as a major oligarch “with links to the Russian state”.

A spokesman for the Chelsea owner said:

I can confirm that Roman Abramovich was contacted by the Ukrainian side for support in achieving a peaceful resolution, and that he has been trying to help ever since.

Considering what is at stake, we would ask for your understanding as to why we have not commented on neither the situation as such nor his involvement.

Mr Abramovich’s involvement followed a request from Ukrainian film producer Alexander Rodnyansky. There were no further details about his role, although it was acknowledged his influence was “limited”.

“I can confirm that the Ukrainian side have been trying to find someone in Russia willing to help them in finding a peaceful resolution,” Mr Rodnyansky said. He added:

They are connected to Roman Abramovich through the Jewish community and reached out to him for help. Roman Abramovich has been trying to mobilise support for a peaceful resolution ever since.

Although Roman Abramovich’s influence is limited, he is the only one who responded and taken it upon himself to try.

If this will have an impact or not, I don’t know, but I am in contact with (Ukraine President Volodymyr) Zelenskiy’s staff myself, and know that they are grateful for his genuine efforts.

Abramovich stepped back from day-to-day running of Chelsea on Saturday night, handing stewardship to the west London club’s charitable foundation trustees."

 

----------------------------------------------------------------------

 

EDIT: Sinon, la délégation ukrainienne vient d'arriver à Gomel en hélicoptère biélorusse, emmenée par le mindef ukrainien. On va vite savoir si l'initiative a une chance d'aboutir ou si c'est du flan.

Edited by Niafron
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

8 minutes ago, Niafron said:

Je parlais d'Abramovich section Détente/Football... hé bien ce pourrait être un surprenant canal de négociation. Et aussi une manifestation de l'attitude des oligarques dans cette histoire ( trouvé sur... vous l'avez sur le bout de la langue... le live de The Guardian ):

"Chelsea owner Roman Abramovich is trying to broker a peaceful end to the war in Ukraine, his spokesman said.

The Russian-Israeli billionaire has come under pressure to speak out following the invasion of Ukraine by Vladimir Putin’s forces, PA Media reported.

There have been calls in Parliament for him to face sanctions as a major oligarch “with links to the Russian state”.

A spokesman for the Chelsea owner said:

I can confirm that Roman Abramovich was contacted by the Ukrainian side for support in achieving a peaceful resolution, and that he has been trying to help ever since.

Considering what is at stake, we would ask for your understanding as to why we have not commented on neither the situation as such nor his involvement.

Mr Abramovich’s involvement followed a request from Ukrainian film producer Alexander Rodnyansky. There were no further details about his role, although it was acknowledged his influence was “limited”.

“I can confirm that the Ukrainian side have been trying to find someone in Russia willing to help them in finding a peaceful resolution,” Mr Rodnyansky said. He added:

They are connected to Roman Abramovich through the Jewish community and reached out to him for help. Roman Abramovich has been trying to mobilise support for a peaceful resolution ever since.

Although Roman Abramovich’s influence is limited, he is the only one who responded and taken it upon himself to try.

If this will have an impact or not, I don’t know, but I am in contact with (Ukraine President Volodymyr) Zelenskiy’s staff myself, and know that they are grateful for his genuine efforts.

Abramovich stepped back from day-to-day running of Chelsea on Saturday night, handing stewardship to the west London club’s charitable foundation trustees."

 

 

Il y a d'importantes communautés juives originaires des deux pays en Israël et aux États-Unis. J'ai moi-même de lointaines origines galiciennes en Ukraine actuelle. Ça peut servir de canal de communication. À ce sujet, il y a toujours eu une méfiance des Juifs originaire de la région envers le nationalisme ukrainien, mais j'ai l'impression que Zelinski a radicalement changé l'image de l'Ukraine sur cet aspect. C'était vrai à son élection, ça l'est encore plus aujourd'hui.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Joab a dit :

Il y a d'importantes communautés juives originaires des deux pays en Israël et aux États-Unis. J'ai moi-même de lointaines origines galiciennes en Ukraine actuelle. Ça peut servir de canal de communication. À ce sujet, il y a toujours eu une méfiance des Juifs originaire de la région envers le nationalisme ukrainien, mais j'ai l'impression que Zelinski a radicalement changé l'image de l'Ukraine sur cet aspect. C'était vrai à son élection, ça l'est encore plus aujourd'hui.

Oui, c'est ce que j'avais cru comprendre, du coup, je trouve Israël un peu discret dans cette histoire ( enfin du moins en apparence ), je m'attendais à plus d'allant sur le plan diplomatique.

Y a un débat là dessus dans le pays?

Link to comment
Share on other sites

7 minutes ago, Niafron said:

Oui, c'est ce que j'avais cru comprendre, du coup, je trouve Israël un peu discret dans cette histoire ( enfin du moins en apparence ), je m'attendais à plus d'allant sur le plan diplomatique.

Y a un débat là dessus dans le pays?

Les israéliens d'origine soviétiques sont divisés. Comme je le disais, il y a toujours eu une méfiance vis à vis du nationalisme ukrainien en plus d'une nostalgie de l'URSS pour certains parmi les plus vieux. Mais à l'échelle du pays, je pense que les sympathies vont plus vers les ukrainiens. Pour ce qui est de l'État, il est impératif de maintenir la coopération avec la Russie sur la Syrie et c'est pour ça qu'il ne peut rien faire de concret contre les intérêts russes. Je sais que Zelinski a contacté Bennett pour une médiation avec la Russie, mais je n'en sais pas plus.

Edited by Joab
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.europe1.fr/international/guerre-en-ukraine-ca-pourrait-etre-la-plus-grosse-catastrophe-geopolitique-du-21e-siecle-4096298 (27 février 2022)

Invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe Matin Week-End dimanche, l'historien russe et ancien conseiller de Gorbatchev, Andreï Gratchev, est revenu sur cette opération militaire et a estimé que Poutine "a réussi avec cette opération contre l'Ukraine à réunir le crime et l'erreur".

"Ce que nous observons maintenant risque d'être ou est déjà une catastrophe géopolitique, peut-être la plus grande du 21e siècle. Avant tout pour l'Ukraine, pour l'Europe, mais aussi pour la Russie."

Selon lui, les objectifs annoncés par Poutine, à savoir le renforcement de la sécurité de la Russie et la normalisation de ses relations avec le reste du monde, ne sont pas atteints. "Ils sont même détruits. La Russie va faire face à la reconstruction de l'Otan, au retour des Etats-Unis sur le continent européen, et au lieu de la démilitarisation de l'Ukraine, Poutine risque de faire face à une Ukraine nourrit par des armements plus sophistiqués. Donc il va avoir un ennemi beaucoup plus dangereux", a poursuivi Andreï Gratchev. 

L'historien a encore estimé que nous sommes dans une situation où l'issue est encore inconnue. "Cette opération, je le souhaite au plus vite, peut déboucher sur la résistance de l'Ukraine mais aussi le réveil de la société russe. Car les Russes non plus ne voudraient pas être pris en otage de cette politique à mon avis contraire aux intérêts nationaux". 

Andreï Gratchev a enfin assuré qu'il ne faut pas interpréter cette crise comme "le coup de folie d'un président dérangé". "C'est la suite des trente ans de dégradation des relations entre la Russie et l'Occident après l'effondrement de l'Union soviétique et la fin de la Guerre froide."

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Clairon a dit :

Conséquence de ce merdier, la Turquie supportant l'Ukraine va revenir en odeur de sainteté en Europe, bientôt un gros kiss sur la bouche entre Macron et Erdogan :wub:

Clairon

A la prochaine Eurovision.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Bon Plan a dit :

Ouais, tout va très vite, les infos s'enchainent à une telle vitesse que ça devient dur à suivre, mais rien ne semble aller dans le sens des russes, pêle mêle:

- Le Rouble s'effondre de 40%, la banque centrale russe remonte massivement ses taux d'intérêts.

- L'UE évoque une procédure accelérée pour traiter une demande urgente d'intégration de l'Ukraine.

- Les chinois sont en train de lâcher Poutine en rase campagne: https://news.yahoo.com/chinese-banks-limit-financing-russian-060155712.html

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Clairon a dit :

Conséquence de ce merdier, la Turquie supportant l'Ukraine va revenir en odeur de sainteté en Europe, bientôt un gros kiss sur la bouche entre Macron et Erdogan :wub:

Clairon

Eh bien... il y aurait de quoi envisager pas mal de choses ici et même il y a un gros passif entre les deux "camps", la Turquie pourrait si elle joue adroitement effacer une partie de l'ardoise. Au moins apparaître comme moins "méchante" désormais que quelqu'un a décidé de prendre sa place.

Concrètement, pas sûr que ça change beaucoup mais Erdogan pourrait y gagner un répit.

Link to comment
Share on other sites

Le programme spatial est l'un des grands perdants du conflit en cours. Les principaux programmes concernés et menacés :

  • Lancements Soyouz depuis Kourou : Suspension des tirs.   A court terme deux lancements emportant chacun deux satellites du système de positionnement européen Galileo. Solution de remplacement à définir .
  • Astromobile martien russo-européen Rosalind Franklin : lancement en septembre par une fusée russe Proton. Très menacé. Si annulé report de 2 ans (ouverture de fenetre de lancement vers Mars)
  • Lanceur léger européen Vega : dernier étage Avum fourni par l'entreprise ukrainienne Ioujmach dont l'établissement est située à Dnipro en pleine zone du conflit
  • Constellation géante anglo-indienne OneWeb : en cours de déploiement principalement à l'aide de lanceurs Soyouz (une dizaine de tirs prévus cette année).
  • Lanceur léger anglais Skyrora XL en cours de développement  et fortement dépendant de fournisseurs ukrainiens.
  • Lanceur lourd américain Atlas V : utilise pour son premier étage le moteur-fusée russe RD-180, disposerait en stock depuis le début de l'année des moteurs-fusées nécessaires pour les 25 lancements restant avant son remplacement par la fusée Vulcan
  • Lanceur moyen américain Antares utilise un premier étage construit par l'entreprise ukrainienne Ioujmach  propulsé par deux moteurs-fusées russes RD-181.
  • Station spatiale internationale est pour moitié détenue par la Russie.  C'est en particulier un module russe (Zvezda)  qui permet de maintenir la station sur son orbite. Mais pour des raisons techniques et financières, il est peu probable que les opérations en cours soient remises en question à court terme.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

La Turquie étant une bien plus grande menace pour l'Europe Occidentale que la Russie j'ose espérer que nos versatiles dirigeants 'iront pas plus loin qu'un bisou médiatique. Au pire les Est Européen et les populations Balkaniques sauront se faire entendre. 

 

Par contre un sujet dont on parle peu c'est que ce sujet donne raison sur toute la ligne à Macron à propos de l' intégration de la Serbie de la Macedoine et d'un troisième pays (Albanie ??) dans L'UE. 

Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/live/2022/02/28/guerre-en-ukraine-en-direct-kiev-se-prepare-a-un-assaut-russe-la-bielorussie-se-dit-prete-pour-les-pourparlers-a-sa-frontiere_6115501_3210.html

De son côté, la NASA a cherché à arrondir les angles, en déclarant « continuer à travailler avec les partenaires internationaux », dont l’agence spatiale russe Roscosmos, « pour la sûreté des opérations actuelles » de l’ISS. « Malgré le conflit en cours, la coopération spatiale civile reste un pont », a pour sa part tweeté le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), qui fait également partie des partenaires internationaux de l’ISS, avec le Japon et le Canada.

Les deux Russes, les quatre Américains et l’Allemand actuellement en orbite dans la station sont très certainement au courant des tensions actuelles, selon Julie Patarin-Jossec. Mais leur entraînement leur a appris à rester pragmatiques, et la plupart sont très attachés à la dimension internationale du programme, souligne-t-elle.

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Coriace a dit :

La Turquie étant une bien plus grande menace pour l'Europe Occidentale que la Russie j'ose espérer que nos versatiles dirigeants 'iront pas plus loin qu'un bisou médiatique. Au pire les Est Européen et les populations Balkaniques sauront se faire entendre. 

 

Par contre un sujet dont on parle peu c'est que ce sujet donne raison sur toute la ligne à Macron à propos de l' intégration de la Serbie de la Macedoine et d'un troisième pays (Albanie ??) dans L'UE. 

La Russie dispose de l'arme de chantage parfaite - la bombe nucléaire - qui bloque toute tentative de contrer une invasion comme celle qui vient de se produire. A ce titre elle constitue un adversaire beaucoup plus redoutable que la Turquie. Le jour où un régime à peu près démocratique sera installé à Moscou la donne changera.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Coriace a dit :

Par contre un sujet dont on parle peu c'est que ce sujet donne raison sur toute la ligne à Macron à propos de l' intégration de la Serbie de la Macedoine et d'un troisième pays (Albanie ??) dans L'UE. 

Il était question de l'Albanie et de la Macédoine du Nord. Pas de la Serbie.

Cf. https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/elargissement-de-l-ue-macron-fait-attendre-l-albanie-et-la-macedoine-18-10-2019-2341990_1897.php
https://www.lefigaro.fr/flash-actu/ue-macron-plus-souple-sur-l-albanie-et-la-macedoine-20200215

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, pline a dit :

La Russie dispose de l'arme de chantage parfaite - la bombe nucléaire - qui bloque toute tentative de contrer une invasion comme celle qui vient de se produire. A ce titre elle constitue un adversaire beaucoup plus redoutable que la Turquie. Le jour où un régime à peu près démocratique sera installé à Moscou la donne changera.

L'Iran, Israël, les USA, la Chine ont aussi l'arme nucléaire. Présentent ils une menace pour L'UE ? 

Les conflits se règlent autour des zones d'influence. Or les zones d'influence "Européennes" sont relativement immune l'une à l'autre (à part justement sur le Dniepr). Par contre celles de la Turquie et de L'UE (en particulier au nord est de la méditerranée), des Balkans sont quasi concentriques. 

D'ailleurs Erdogan à souvent tiré à d boulet rouge sur L'UE ou la commission Européenne (et vis versa) et il s'avère logiquement moins ferme envers la Russie (qui se retrouve être son alliée de circonstance dans la stabilisation de l'axe Caucase Jourdain

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Coriace a dit :

L'Iran, Israël, les USA, la Chine ont aussi l'arme nucléaire. Présentent ils une menace pour L'UE ? 

Les conflits se règlent autour des zones d'influence. Or les zones d'influence "Européennes" sont relativement immune l'une à l'autre (à part justement sur le Dniepr). Par contre celles de la Turquie et de L'UE (en particulier au nord est de la méditerranée), des Balkans sont quasi concentriques. 

D'ailleurs Erdogan à souvent tiré à d boulet rouge sur L'UE ou la commission Européenne (et vis versa) et il s'avère logiquement moins ferme envers la Russie (qui se retrouve être son alliée de circonstance dans la stabilisation de l'axe Caucase Jourdain

Bon on est un peu hors sujet de l'enfilade

L'Iran comme la Chine ne sont pas encore à la frontière de l'Europe et je ne vois pas Israël et les Etats-Unis s'en prendre à l'Europe.

Link to comment
Share on other sites

il y a 59 minutes, Niafron a dit :

Oui, c'est ce que j'avais cru comprendre, du coup, je trouve Israël un peu discret dans cette histoire ( enfin du moins en apparence ), je m'attendais à plus d'allant sur le plan diplomatique.

Y a un débat là dessus dans le pays?

Israël s'est placé dans la même voie que l'Inde : ne pas prendre partie.

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Coriace a dit :

L'Iran, Israël, les USA, la Chine ont aussi l'arme nucléaire. Présentent ils une menace pour L'UE ? 

L'Iran, je ne pense pas qu'ils aient une arme nucléaire opérationnelle. Malgré tous les cris d'orfrais d'Israël qui nous annonce que Téhéran est à deux semaines d'avoir la bombe depuis les années 1990. De plus, l'Iran n'est pas une menace pour un quelconque pays européen ; il n'y a pas de visées irrédentistes d'un Iran nostalgique de l'Empire Perse sur un quelconque territoire européen.

Les USA et la Chine ne représentent pas une menace militaire pour l'UE, mais par contre ils sont certainement, chacun à leur façon, des menaces économiques très fortes.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Alexis a dit :
  Révéler le contenu masqué

photo-samourai-2.jpg

La tradition pacifiste japonaise ne doit pas être sous-estimée

 

Plus sérieusement et sur le sujet du fil, voici une opinion intéressante comme quoi la Chine peut briser les sanctions SWIFT mais à un coût élevé

Selon un expert, le système de paiement CIPS peut remplacer SWIFT pour le financement du commerce russe, mais pourrait déclencher des sanctions américaines contre les banques chinoises.

Le système chinois de paiements internationaux transfrontaliers (CIPS) peut remplacer SWIFT pour le financement du commerce russe, a déclaré un universitaire chinois au site d'information Observer basé à Shanghai (guancha.cn) dans une interview du 27 février

(...) La Chine pourrait être réticente à aider la Russie à contourner les sanctions SWIFT, a déclaré le professeur Chen Xi de l'Institut supérieur de finance de Shanghai de l'Université Jiaotong dans une interview à l'"Observer", car les États-Unis pourraient riposter en imposant des sanctions aux banques chinoises. Cela aurait des conséquences désastreuses, a ajouté Chen.

(...) "Par exemple, le système de paiement construit par la Chine peut être indépendant du système SWIFT contrôlé par les États-Unis, mais les nœuds intermédiaires sont tous des banques. Les États-Unis peuvent sanctionner ces banques. Si personne n'est autorisé à faire des affaires avec les banques chinoises, et que les autres pays coopèrent avec ces mesures, alors ce système ne fonctionnera pas."

"La Russie a également construit son propre système de paiement indépendant", a déclaré Chen. "Elle pourrait également adopter le système de paiement transfrontalier mis en place par la Chine comme un remplacement potentiel de SWIFT. Mais le point essentiel est que ces systèmes internationaux transfrontaliers nécessitent tous la participation de banques réelles.

(...) "En dernière analyse", explique Chen dans l'article de l'Observer, "le jeu entre les grandes puissances dépend de la force. Si les États-Unis n'ont pas du tout besoin des ressources russes, et s'ils n'ont pas besoin des produits chinois, ils pourraient certainement imposer des sanctions sévères.

"Toutefois, étant donné le niveau actuel des échanges internationaux, si le commerce entre la Chine et la Russie était complètement coupé, il faudrait beaucoup de temps aux États-Unis pour s'y adapter, et les dommages causés aux chaînes d'approvisionnement causeraient des dommages à l'ensemble de l'économie mondiale."

Il y a là un jeu à hauts risques et enjeux très élevés entre les deux superpuissances.

Pékin peut choisir de ne pas soutenir le commerce extérieur de la Russie - ce qui rendra plus difficile à Moscou de s'en sortir - afin d'être sûr de protéger ses banques. Mais cela signifie laisser tomber son partenaire, au moment même où il serait possible de s'assurer la livraison de très gros volumes notamment de gaz et de pétrole - puisque Européens et Américains n'en veulent plus - par voie de terre donc hors de portée de la Marine américaine donc très intéressant en terme d'autonomie.

Pékin peut au contraire aider la Russie en la laissant utiliser son alternative à SWIFT, voire en développant plus loin son utilisation - ce qui permettra à Moscou de limiter les dégâts économiques en réorientant ses exportations et importations, en premier lieu vers la Chine. Mais cela signifie donner le choix aux Etats-Unis entre soit rester spectateur en laissant faire, soit attaquer les banques participant au CIPS afin d'enfoncer davantage la Russie - ce qui signifierait pour Washington non seulement absorber les coûts et les troubles de la réorientation de leur commerce extérieur avec la Russie, certes beaucoup moins important que celui de l'Europe, mais encore des troubles profonds voire la condamnation de tout ou partie de leur commerce extérieur avec la Chine !

Je m'attends personnellement à ce que Pékin saute sur l'occasion, puisque Europe et Amérique se tirent des balles dans le pied afin d'empêcher la Russie de commercer avec eux, la livrant pieds et poings liés à la Chine sur le plan commercial !

Et voilà ce qui est peut-être la pire conséquence pour Moscou du projet impérialiste de Poutine sur l'Ukraine, faire du nouvel "Empire russe" ainsi créé (Russie+Ukraine+Biélorussie+RPD+RPL) un simple dépendant de la superpuissance asiatique au même titre que Londres est un simple dépendant de la superpuissance américaine.

Et aussi la pire conséquence pour Européens et Américains de leur choix de réaction "maximale" à l'invasion de l'Ukraine, des troubles économiques sérieux voire graves, pendant que la Chine au contraire profite de la situation.

Car enfin, comme lors de la guerre d'Irak, comme lors de la pandémie du covid-19... à la fin le seul vainqueur est la Chine

 

Voici d'ailleurs un commentaire bête, méchant et tout

  Révéler le contenu masqué

EvZHpbPXYAAGh2g?format=jpg&name=small

J'ai beau savoir que les Blancs sont cons, ça me surprend toujours !

 

C'est ce qu'on voyait venir depuis un moment. Ce qui a fait tilt chez moi c'est aukus. Avant c'était trop confu dans me tête. Tout doucement tout le monde va devoir choisir un camp. 

Mais jusqu'à ton article j'avais l'impression que ce choix ne serait que macro-économique au niveau des nations. Maitenant je pense que c'est plus au niveau micro et on va voir des systèmes parallèle au niveau d'une même nation. 

Exemple un banque indienne sera sur Swift et sa voisine sur cips. Mais certains pays interdiront l'un ou l'autre.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Selon le porte parole du Kremlin, les forces stratégiques russes ont été mises en état d'alerte à cause des déclarations aggresives d'une personne qu'il ne veut pas nommer... mais il ajoute "bien que ce soit la ministre des affaires étrangères britannique...".:bloblaugh:

Nan moi je comprends, d'ailleurs, les brits ont largement menacé la Russie par des manifestations populaires sans équivoques... attention, séquence frisson:

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques
  • Akhilleus locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...