Sign in to follow this  
TK_AK

Les abris anti-atomique.

Recommended Posts

Pourtant il y a des recherches pour concentrer des faisceaux laser en 1 points, donc si on part de ce postulat alors il concevable de pouvoir concentrer la puissance de plusieurs têtes en 1 seul point donnée.

Tu ne peux pas faire un postulat de recherches anecdotiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On va répondre assez simplement :

_ L'hydrogène étant un gaz hyper infime, dans l'air atmosphérique : il est hélas quasi impossible de le faire exploser ...

L'hydrogène explose toujours en condition ou il peu se concentrer un minimum : soit un lieu "fermé", ou un "contenant" (bouteille d'hydrogène, liquide ou gaz comme les grands cigares industriels d'hydrogène) il est un peu comme le GPL sur les fuites de réservoir mais pour d'autres raisons : une bombonne d'hydrogène qui fuit (que se soit très léger ou une belle fuite) tu y met un briquet, tchick : ben ça s'allume pas ?  :rolleyes:   Hélas oui, ça s'allume pas !

Parce que dans les conditions d'air atmosphérique non fermé : l'hydrogène ne s'accumule pas dans l'air : il se diffuse de façon ultra rapide, a travers les "di-azotes" (les molécules majoritaires dans l'air) car bien + petit (même sous sa forme de di-hydrogène qu'on connait bien) c'est pour cela qu'il s'enflamme pas, n'explose pas ! Par contre une fuite dans un batiment fermé : la c'est hyper dangereux ... Kaboom : car il peu atteindre sa concentration d'explosion, dans l'air libre, il peu pas hélas ... C'est comme ça ... Un peu comme les soupapes de sécurité des réservoirs GPL des voitures GPL : qui laisse fuir en grande quantité après un choc le gaz : dans ces conditions il parvient pas a s'enflammer = pas de danger pour ceux qui intervienne ... Ben l'hydrogène c'est pareil mais en encore + marqué

En conditions atmosphériques ouvertes, ton hydrogène produit par le flux rayonnant de l'arme, ne s'enflammera pas, il se diffusera dans l'air comme il sait si bien faire

_ Pour la concentration d'explosion H en 1 point : tu oublies  ;) pour faire très simple, même avec une Z machine bien puissante : ça marchera pas, seule des petites quantités en capsules d'or de quelques mm a quelques cm peuvent être mis en état de fusion détonant sous l'effet d'un laser

On en parle dans le sujet que j'ai crée, mais moi je ne propose qu'un principe en cascade de petites charges H, de taille croissante, pour produire un rayonnement X suffisant pour amorcer un étage de puissance comme dans une arme H classique via l'étage A : des fusions en cascade pour au final, amorcer un dernier étage : lui de puissance, qui éventuellement amorce un 2 ème de puissance aussi (en théorie on peu étager en cascade a l'infinie, en pratique doit y avoir des limites en réalité)

Donc non sincèrement, tu peux oublier ça

_ Du cobalt ? Pourquoi faire ? Une arme H classique, suffit largement : les retombées sont particulièrement létales ! Pas besoin d'y rajouter quoique se soit ... Et ton cobalt de toute façon, se verra limité a la zone de retombées, comme les retombées classiques : il n'apporte donc rien

Mais si tu as envie d'être sadique dans un bombardement nucléaire d'un pays comme les USA : alors, il faut alterner des têtes H en volonté de destruction des aires urbaines via des explosions d'altitude (c'est pour rechercher les effets mécaniques maximums) mais qui auront le défaut hélas, de propager par l'effet thermique de colonne montante du champignon une très grande partie des "retombées" dans la stratosphère : car une arme H "moyenne" de MIRVs d'ICBM étant en général entre 100 Kilotonne et 500 Kt environ :

Ce sont des ordres de puissance qui font qu'en explosion d'altitude (environ 2 km d'altitude, voir 3 km pour 500Kt pour maximiser l'onde de choc au sol : le "blast" : ce qui est redoutable sur les villes) le champignon va atteindre des altitudes de l'ordre de 30 a 40-50 km de haut : les retombées hélas, dans ces conditions mettent des mois a "retomber" et pas sur le lieu de bombardement : mais en gros partout sur la planète : bien qu'il y aura quand même 25% des retombées qui resteront locales et régionales a ce type de bombardement

Et tu alloues des MIRVs a des explosions au raz du sol, mais cette fois ci, en visant systématiquement des plans d'eau (grands lacs régionaux, lacs de centre ville dans un parc, lac de barrage ou direct la mer si la ville est cotière pour pas s'emmerder la vie)

Les explosions nucléaires au raz du sol, au niveau destruction peuvent perdre jusqu'a près de 80% de leur potentiel par rapport aux altitudes optimales pour le "blast" destructeur ... Mais par contre, elles ont l'aventage de "concasser" la roche/terre/béton/bitume et tout ce qu'on veut en très fine poussière : parce que l'énergie mécanique s'y concentre dessus et ça se mélange rapidement dans la colonne montante du champignon atomique via une grande quantité de matériaux réduit en poudre : aspiré dans la colonne du champignon ...

Le champignon, alors est alourdit : il monte moins haut : les retombées alors sont bien + sévère car le champignon n'atteint pas la stratosphère, il reste dans les altitudes "humides" (celle ou les nuages se formes) de la troposhère : et donc les retombées alors seront de 100% dans la localité et la région :

Les retombées alors, seront très meurtrières sur de grandes surfaces, car les doses sont létales pendant 1 semaine, voir meme des années sur les produits de fissions a vie longue : mais l'activité est décroissante quand même (bon après un essai mégatonnique en général : les lieux sont létaux 6 ans encore après l'explosion dans le cratère d'impact et les environs : comme les essais mégatonnique des USA aux iles marschall / bikini)

Mais si carrément l'arme explose au raz de l'eau, ou dans l'eau : la colonne montante du champignon est lourdement "bridée" et allourdit par la vapeur d'eau ! Les produits de retombées, sont piégés dans les micro-goutelettes d'eau en "montant" a 2-3-4 km de haut" et la condensation en refroidissant ... et les quantités d'eau non évaporée "projetée" qui seront nombreuses aussi :

100% des retombées seront localisées : et ça sera d'un niveau de létalité infame !

Pas besoin de s'emmerder la vie avec du cobalt, juste viser des grands points d'eau, faire exploser les Mirvs au raz et les retombées seront particulièrement sadique, personne dans la région a des km survivra a un truc pareil : car elle seront un peu balladés partout dans un rayon de 50-60 km voir 100 km

Et si vraiment t'a peur que ce soit pas assez : y a juste a mettre des pastilles usagées de barres de combustibles de centrale nucléaires (pleines de plutonium et de neptunium et de saloperies de produits de fissions a haute activité)

T'as juste a les scotcher a l'arrache sur la carlingue de la bombe  :lol:

Et les retombées seront une vrai PORCHERIE radio-toxique, mais un truc de porc quoi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans oublier l'option consistant à viser les centrales nukes  :happy:

Il y en a pas mal à l'ouest de la mégalopole des usa (juste "face au vent" donc).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans un livre sur les services secrets russes j'ai appris que le sous-sol de Moscou était un vrai gruyère ; ou emmental, le gruyère n'ayant pas de trous. On y trouverait des tunnels d'évacuation pour les dirigeants, d'anciens bunkers et des installations appartennant aux divers services secrets russes. Est-ce qu'il en existe des photos ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

'sais pas, mais je crois que certaines stations du métro de Moscou ont été conçues comme abris anti-atomiques pour la population.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Là il s'agit d'installations souterraines réservées aux services secrets et de sécurité russe. Jusqu'au début des années 2000 des "explorateurs souterrains" faisaient visiter les lieux à des journalistes (y compris étrangers). Finalement des unités armées ont été crées pour surveiller les lieux (sous la direction de la GOuSP).

Share this post


Link to post
Share on other sites

'sais pas, mais je crois que certaines stations du métro de Moscou ont été conçues comme abris anti-atomiques pour la population.

Effectivement de nombreuses stations du metro sont prevues pour cela, mais ca ne reste que des abris, profonds avec d'immenses portes. Pas d'ammenagements particuliers. En fait c'est plutot des abris contre les bombardements tout court.

Là il s'agit d'installations souterraines réservées aux services secrets et de sécurité russe. Jusqu'au début des années 2000 des "explorateurs souterrains" faisaient visiter les lieux à des journalistes (y compris étrangers). Finalement des unités armées ont été crées pour surveiller les lieux (sous la direction de la GOuSP).

Ca c'est autrechose, de vrais abris anti-atomiques, mais pas des stations de metro.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas ça court sous toute la ville et c'est interdit au public. Il y aurait même des installations des services secrets là-dessous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur Dailymotion, on à mit en ligne un reportage de 40 minutes sur les ''Les bunkers secrets de l'Amérique''. Les abris construit durant la guerre froide aussi bien pour l'administration d'une ville que pour les présidents :

http://www.dailymotion.com/video/xo2ota_les-bunkers-secrets-de-l-amerique_news?start=309#from=embediframe

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait je me pose la question : une fois les gens à l'abri du bombardement nucléaire, comment est-ce qu'ils vont tenir pendant une ou plusieurs décennies (le temps que les radiations disparaissent) dans les abris souterrains sans voir la lumière du jour ? Comment on peut organiser la vie dans un bunker ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait je me pose la question : une fois les gens à l'abri du bombardement nucléaire, comment est-ce qu'ils vont tenir pendant une ou plusieurs décennies (le temps que les radiations disparaissent) dans les abris souterrains sans voir la lumière du jour ? Comment on peut organiser la vie dans un bunker ?

Les radiations disparaissent beaucoup plus vite que ça , en 7h , elles sont divisée pas 10 , en 2 jours par 100, en 2 semaines par 1000, en 3 mois par 10000 etc... donc en gros 2 jours à 2 semaines dans les abris suffisent largement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc c'est un mythe les gens qui devraient rester terrés dans des bunkers pendant 20 ans (comme dans Metro : Last Light ou les films) ?  :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh on pourrait sortir oui. Ensuite il faudrait voir si on peut cultiver quelque chose à moins de cent jours de marche, parce que les vivres on en a pas tant que ça et que les infrastructures sont comme qui dirait devenues nazes. On peut circuler à Tchernobyl. Juste que bouffer les patates du coin c'est pas forcément très intelligent...

Et en matière de conséquences climatiques (hiver nuke toussa) on n'en sait pas grand chose ne serait-ce (et c'est heureux) que par absence d'empirisme en la matière.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci !  ;)

On a des suisses sur le forum, les suisses avaient organisés tout un dispositif pour mettre la population a l'abri. Il était prévu de conserver les gens a l'abri complet pendant 15j. Quelques courtes sorties était possible après la première semaine si nécessaire - une heure en tout -. Au dela de 15j des sortie de plusieurs heures quotidienne sont possible, ca augmente a mesure des semaines. A ce moment on peut entreprendre le travail de décontamination. La durée d'hébergement - hors travail - dans l'abri peu durer des mois ça dépend du niveau de contamination initiale, du lessivage naturel, et du travail de la décontamination. En général on évacue la population après 3 semaines dans les abris, seul reste les personnels indispensable.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A Tchernobyl justement on voit dans le documentaire "Tchernobyl, une histoire naturelle ?" un scientifique, qui travail sur la zone et y vit une partie de l'année, tester les plantes qu'il est possible de faire pousser pour la consommation sur un sol irradier.

Genre on peut manger les cerises car les radionucléides se concentrent dans le noyau et non dans la chair etc.

En fait cela dépend de comment ces petites saloperies (les radionucléides) sont absorbées par les plantes, donc certaines sont mangeables et d'autres non, mais je ne connais pas la liste malheureusement  :-[

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon il ne reste plus qu'à faire un régime à base de champignon de Paris (et de bon vin dont on a presque 10 ans de stocké dans des caves =))

Au fait je me pose la question : une fois les gens à l'abri du bombardement nucléaire, comment est-ce qu'ils vont tenir pendant une ou plusieurs décennies (le temps que les radiations disparaissent) dans les abris souterrains sans voir la lumière du jour ? Comment on peut organiser la vie dans un bunker ?

Faut voir ce qu'on définit par bunker. Si tu veux un abri te permettant de survivre à une explosion nucléaire à proximité (cas des bunker servant à protéger les "cibles") ou juste un abri te permettant de survivre aux radiations (tu es un civil dans un pays qui peut subir une frappe nucléaire ou un accident avec une de ses centrales, mais tu ne serra pas ciblé directement) 

Un des gros problèmes des bunker c'est qu'il faut filtrer l'air entrant, voir fonctionner en cycle fermé. Donc il faut régulièrement changer les filtres (ça coûte cher et on risque de ne pas en avoir de quoi tenir des années) Si on rajoute qu'en plus on doit être indépendant en électricité (uniquement pour les bunker militaire dont les centrales en surface vont se faire bombarder) donc alimenter un groupe électrogène en oxygène, ça complique encore la donne. Il y a aussi le problème de l'eau courante. Si tout es pollué, il ne faut pas prévoir de se brancher sur le réseau extérieur. Pour survivre quelques jours, ce n'est pas bien grave (on ne se lave pas, on boit de l'eau en bouteille déjà stocké, les WC chimique se remplissent ...) mais au delà il faut une véritable installation (avec un accès direct sur une nappe phréatique pour se procurer de l'eau relativement saine et un système assez complexe d'évacuation vers des égouts probablement en hauteur)

Maintenant si le bunker est assez grand, on peut presque y vivre normalement. Une fois qu'un système d'égout sous-terrain et d'alimentation en eau et électricité à été construit, ce n'est pas bien compliqué de s'y relier. Et ce n'est pas non plus beaucoup plus compliquer que de le construire en surface et vulnérable aux radiation. Les différentes "maison" pourraient être relié par des "rues" souterraine et des métro. Si tout le monde fonctionne uniquement à l’électricité (fournis sans consommer l’oxygène de l'ouvrage), il risque même d'y avoir suffisamment de volume pour que la question du filtrage de l'air puisse attendre plusieurs jours. Pour peu qu'il y ait des installations agricoles (pas forcement une vrai culture vivrière, mais quelques plantes vertes servant aussi à la décoration) il devient presque possible de s'isoler du monde extérieur. Ensuite reste le problème de la nourriture. A cours terme, on peut vivre sur les réserves et pour peu qu'il y ait aussi un "supermarché" dans cette ville souterraine et que les caves sont bien approvisionnées, ça doit permettre de tenir plusieurs semaines. Voir peut-être même quelques mois. Ensuite à moins de vouloir cultiver en souterrain (et ça devient vite énorme avec une production vivrière qui risque de demander plus de 300 m² par personnes) il faudra aussi récolter en extérieur.

D'ailleurs les écologistes à 100% qui ne veulent pas polluer la nature devraient aussi vivre sous terre dans des sortes de bunker pour ne pas "polluer" visuellement la planète avec leurs bâtiments. Le seul problème du bunker (en plus de son coût de fabrication) viens de sa consommation d'électricité (on ne profite pas de la lumière du jours pour l’éclairage, mais on n'a pas besoin de chauffage ou de clim) donc il faudrait installer une centrale écologique en surface (bon si ça fonctionne à la biomasse, on peut se contenter d'avoir une forêt qu'on exploite la centrale en elle même pouvant être enterré)

En version plus soft, on peut se contenter d'avoir une chambre souterraine (c'est très silencieux, on y dort très bien) et une cave bien fournie. Cela permet de survivre au souffle de l'explosion (ou à n'importe quel ouragan) et de pouvoir tenir quelques jours le temps que le gros des radiations disparaissent ou au moins aient un niveau plus raisonnable (de toute façon on continue de dormir dans l'abri) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

A cours terme, on peut vivre sur les réserves et pour peu qu'il y ait aussi un "supermarché" dans cette ville souterraine et que les caves sont bien approvisionnées, ça doit permettre de tenir plusieurs semaines. Voir peut-être même quelques mois. Ensuite à moins de vouloir cultiver en souterrain (et ça devient vite énorme avec une production vivrière qui risque de demander plus de 300 m² par personnes) il faudra aussi récolter en extérieur.

Une famille est autonome à compter de 100m2 de potager.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça me fait rire ces baignoires et tous ces équipements électriques...

...comme arpa l'a dit, la gestion de l'eau et de l'électricité est un des problèmes essentiels de ce genre de bunker, et eux, ils ne trouvent rien de mieux que de gaspiller de l'eau ET l'électricité pour des trucs qui ne servent à rien...

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça me fait rire ces baignoires et tous ces équipements électriques...

...comme arpa l'a dit, la gestion de l'eau et de l'électricité est un des problèmes essentiels de ce genre de bunker, et eux, ils ne trouvent rien de mieux que de gaspiller de l'eau ET l'électricité pour des trucs qui ne servent à rien...

Pour la flotte c'est relativement facile a gérer, ca se stock facilement et longtemps. Pour l'énergie par contre un peu plus délicat, les groupes électrogene nécessite parfois/souvent des sorties pour des petite maintenance. Intégrer le groupes a l'abri c'est tout de suiste plus compliqué, a cause des risque d'intoxication.

Les ouvrage Maginot - mais aussi les ouvrages allemands Moselstellung antérieurs - , même petit, était autonome plusieurs semaines en eau, alimentation, énergie, air dépollué etc. ce n'est pas très compliqué mais ca demande un sérieux investissement et un minimum de compétence pour que les occupant le maintiennent en bon état.

En Israel plutot que de produire des abri souterrain en quantité, ils impose la bunkerisation des logements. En gros une ou deux piece sont construite sans fenetre, avec des murs en béton suffisament épais, en général au centre de l'habitation. Un disposittif de ventilation filtré sommaire est disponible, de meme que de quoi étanchéifier l'issue - du scotch genre duct tape - Ca permet de tenir quelques jour a l'abri des contamination chimique ou biologique, et a limiter la casse en cas de retombée nucléaire.

A noter aussi que la plupart des abri protégent des retombées ... pas du tout de l'explosion - pas plus qu'une cave -. Les seul qui protege de l'explosion a proximité sont les abri tres enterré et tres bétonné, avec systeme d'acces parasouffle etc. c'est tout de suite beaucoup plus cher.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,544
    Total Members
    1,550
    Most Online
    salvaggioc
    Newest Member
    salvaggioc
    Joined
  • Forum Statistics

    20,996
    Total Topics
    1,350,167
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries