Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

SPECTRA et ce que vous savez


zx
 Share

Recommended Posts

Tiens :

http://www.megafileupload.com/en/file/384302/dia2desetembro-EW-THALES2-PRINT-zip.html

C 'est le pdf de Thalès confirmant le "passive ranging" .

Cheers .

Cela donne d'autres réponses sur l'attribution des antennes ...

Il y a clairement marqué qu'il y a 2 types d'antennes de détection dont une est à antenne active et fait en même temps du brouillage.

Les 2 triplets d'antennes couvrant le Rafale à 360° ne serait donc pas des récepteurs et des brouilleurs mais des récepteurs "instantanée" large bande et des antennes actives combinant les fonctions de détecteur et de brouilleur très précis, le tout fusionné avec le reste du système.

Link to comment
Share on other sites

C 'est précisement à celà que servent les convertisseurs (analog to digital converter (ADC)) . Durant la classification du signal , "short-time Fourier transform" est souvent utilisé mais il existe d 'autres méthodes encore plus pointues tel que le "Quadrature Mirror Filter Bank (QMFB)" qui est une solution optique .

Qaund on ne connaît rien à un domaine, il vaut mieux éviter de faire semblant car on sombre rapidement dans le grotesque.

En l'occurrence, un QMF est une "simple" technique de calcul qui permet de splitter un signal échantillonné en deux bandes, faisant le boulot d'un filtre passe-haut et passe-bas en une seule opération avec des propriétés intéressantes. Ça n'a strictement rien à voir avec le moindre dispositif optique.

La chaine DRFM est située en aval des MAO après conversion par les ADCs et parfois même après filtrage et amplification.

Non, c'est rigoureusement impossible. Une chaîne DRFM mémorise le signal avant transposition dans le domaine fréquentiel car chaque transformation temporel<->fréquentiel provoque une perte d'information.

L 'avantage des MAO est aussi de travailler en 2D d 'abord , ce qui permet d 'obtenir la localisation très précise de l 'émetteur , voire en 3D (hé oui) qui permet le mesurememnt de la distance , ce que les anglo-saxons appellent "passive ranging" .

N'importe quoi. Les capacité de localisation très précises de SPECTRA sont liées à l'utilisation de dispositifs d'antennes permettant une mesure interférométrique. Chaque "antenne" est en réalité constitué de 5 points de réception disposés en croix (quoiqu'on peut également s'en sortir avec 4 points disposés en Y), la différence de phase entre chaque extrémité de la croix et cette référence est mesurée et permet de déterminer la direction d'origine du signal écouté.

Cette phase est mesurée en bout de chaîne après filtrage et transformation dans le domaine fréquentiel, que ce soit par une FFT sur un signal digital ou un dispositif analogique, ça n'a strictement aucune importance.

Les antennes actives de Spectra , qui servent à la fois de récepteurs et de transmetteurs , sont assurement composées de modules AESA et d 'éléments "Vivaldi" .

Tiens, ça ressemble comme deux gouttes d'eau au DASS de l'Eurofighter.

Personnellement, j'ose espérer que SPECTRA est un peu plus avancé et se base sur les technologies démontrées par Thales dans son pod carbone avec une chaîne de réception distincte et une matrice d'éléments de transmission pour le brouilleur parce qu'un brouilleur 1D comme le Typhoon ce serait une régression par rapport à ce qui avait été démontré il y a plus de dix ans.

Un des avantages (en plus de la 2D et 3D) est la capacité d 'écouter simultanément beaucoup plus de bandes qu 'avec les Superhets ou autres "Channelized Receivers" et "Matched Incoherent Receiver (MIR)" .

C'est amusant cette comparaison avec des solutions analogiques, c'est un peu comme de dire que la machine a vapeur, c'est super parce que ça marche mieux que les chevaux ou les esclaves qui tirent les blocs.

Oui, les convertisseurs MAO sont une excellente technique analogique et avant l'arrivée des systèmes "full digital" on a cru que c'était une solution d'avenir.

Le problème c'est que cette solution est une voie sans issue car pour augmenter la résolution du système ou la bande couverte, il faut augmenter le nombre de diodes. Avec un récepteur digital, il "suffit" d'augmenter la puissance de traitement et celle-ci double toute seule tous les ans (ou presque).

A titre d'exemple, voici un article de 2008 montrant le type de composant utilisé dans les RWR digitaux modernes. Avec une capacité de traitement de 4000 FFT par seconde, il est capable de traiter une bande de 2.2GHz avec une résolution de 500KHz. Pour faire aussi bien avec un MAO il faudrait 4000 diodes.

Ça c'était il y a plus de 4 ans et depuis on a gagné encore un facteur 10 en puissance de calcul. Quelqu'un veut construire un MAO avec 40000 diodes?

Il y a clairement marqué qu'il y a 2 types d'antennes de détection dont une est à antenne active et fait en même temps du brouillage.

Où ça?
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Personnellement, j'ose espérer que SPECTRA est un peu plus avancé et se base sur les technologies démontrées par Thales dans son pod carbone avec une chaîne de réception distincte et une matrice d'éléments de transmission pour le brouilleur parce qu'un brouilleur 1D comme le Typhoon ce serait une régression par rapport à ce qui avait été démontré il y a plus de dix ans.

C'est amusant cette comparaison avec des solutions analogiques, c'est un peu comme de dire que la machine a vapeur, c'est super parce que ça marche mieux que les chevaux ou les esclaves qui tirent les blocs.

Cf mon post ci-dessus sur le contenu du doc Thales.

Ils parlent d'une fusion entre le capteur interférométrique dont tu parles et du capteur basé sur une antenne active.

Ils y disent que le premier capteur fait une détection dès le premier pulse mais de façon moins précise.

Ils disent que le deuxième capteur sert donc individuellement de manière plus précise ou à raffiner l'information du précédent.

C'est donc une manière intelligente de tirer le meilleur des 2 mondes.

Au sujet du ranging passif, pour moi cela peut se passer de plusieurs manières :

- après identification de l’émetteur, connaissant dans la base de donnée sa puissance théorique d'émission et la puissance reçue, il est possible d'estimer sa distance de manière grossière

- après identification de l'émetteur, si il est au sol ou sur un navire, avec une base de donnée du relief pour le sol, il est possible d'estimer la position au sol ou en mer

- par défilement latéral pour les cibles au sol ou en mer. SPECTRA est très précis en désignation angulaire donc plusieurs relevés permette de faire de la trigonométrie. (Dans un autre post, j'avais fait des calculs grossier pour estimer à quel distance la précision permettait de tirer un AASM sur un radar en se servant de 0.5° de précision angulaire).

- par des méthodes de filtre de Kalman qui font de manière intelligente la précédente et permette d'inclure la vitesse possible du mobile pour une cible aérienne

Link to comment
Share on other sites

- par défilement latéral pour les cibles au sol ou en mer. SPECTRA est très précis en désignation angulaire donc plusieurs relevés permette de faire de la trigonométrie. (Dans un autre post, j'avais fait des calculs grossier pour estimer à quel distance la précision permettait de tirer un AASM sur un radar en se servant de 0.5° de précision angulaire).

- par des méthodes de filtre de Kalman qui font de manière intelligente la précédente et permette d'inclure la vitesse possible du mobile pour une cible aérienne

Une petit recherche sur gogol sur "target motion analysis" explique comment on peut faire, il y a plusieurs technique en fonction des donnée et hypothèse dont on dispose. Mais on peut assez facilement établir la vitesse et la position et la route d'un mobile dont on reçoit le son, l'image ou autre émission dont on connait la trajectoire. C'est tres utilisé pour les sonar des sous marin, mais aussi pour les solution multistatique, aussi bien sonar que radar passif. On peut imaginer qu'avec un peut d'interférométrie la dedans on dispose d'une télémetrie encore plus poussée. Reste a voir la précision finale du systeme. Pour engager un chasseur avec un missile autoguidé ca doit etre suffisant dans les circonstances qui vont bien. Pour une cible statique au sol, avec un temps d'observation qui va bien on doit pouvoir etre tres précis, de maniere a tirer une arme INS/GPS. Pour une cible mobile au sol ... ca doit dépendre beaucoup de l'armement utilisé, je doute que la précision de prédiction de trajectoire soit compatible avec un INS/GPS, et je suppose que ca impose de rallier une pod optronique dessus pour assurer le tracking et le pilotage d'une arme laser ou utiliser une arme autoguidé - Brimstone, Exocet etc. -

Des exemple ici http://www.researchgate.net/publication/228570423_Bearings-only_Target_Motion_Analysis_by_estimation_of_densities

Link to comment
Share on other sites

Bon , je ne suis pas un physicien et ma compréhension ne peut être que partielle . Ceci étant dit , je ne suis pas un idiot et ma documentation est plutôt bonne . Je ne cherche pas non plus à tomber dans le "grotesque" .

En l'occurrence, un QMF est une "simple" technique de calcul qui permet de splitter un signal échantillonné en deux bandes, faisant le boulot d'un filtre passe-haut et passe-bas en une seule opération avec des propriétés intéressantes. Ça n'a strictement rien à voir avec le moindre dispositif optique.

Je n 'ai jamais dit que c 'était un "dispositif" optique mais une solution qui peut être liée à un dispositif optique . Je savais que c 'était une méthode de calcul , comme le "Wigner Ville Distribution (WVD)" ou le "Cyclostationary Processing (CP)" .

De la même manière , j 'ai dit :

"La chaine DRFM est située en aval des MAO après conversion par les ADCs et parfois même après filtrage et amplification."

et tu réponds par :

Non, c'est rigoureusement impossible. Une chaîne DRFM mémorise le signal avant transposition dans le domaine fréquentiel car chaque transformation temporel<->fréquentiel provoque une perte d'information.

Rigoureusement impossible ? Milles excuses mais celà aussi me semble faux ou alors , on se comprends mal .

1) "Most recent receivers deployed for LPI radar detection are digital, using mainly Fast Fourier Transform (FFT) as a signal processing technique. With these digital processing techniques such as FFT, the processing gain of the LPI radar is overcome. The most important advantage of implementing the digital receiver is the possibility of performing different digital signal processing algorithms, as the intercepted signals are stored in memory. There are some disadvantages for this receiver, such as restricted memory and the dynamic range due to low resolution of the analog to digital converter (ADC).

alors que :

2) "The effective integration time (video bandwidth) of the acousto-optic receiver can be adjusted to match the duration of the signal intercepted for maximum sensitivity. This can be accomplished by either changing the integration period on the photo detector array or changing the number of samples integrated digitally .

Image IPB

---> "After the signal is down-converted, digitized and sorted, the parameter encoder forms a pulse descriptor word (PDW). For LPI CW emitters, the PDW contains the center frequency, the signal coding details such as the modulation period and bandwidth (FMCW), code period and subcode period details (PSK), and frequency-hopping frequencies (and order), as well as the signal’s angle of arrival. In all cases, the signal is down-converted to a baseband frequency that depends on the analog-to-digital converter (ADC) technology that is available.The trend in ES digital receivers is to push the ADC as far towards the antenna as possible, and eliminate the down-conversion stage. This is due to bothersome spurious signals, nonlinearities, and image frequencies that the mixing and filtering operations cause. Although the development of standard components, such as ADCs, that are essential for such a concept have made considerable advancements recently, more wideband solutions are required using electro-optics

(extremely wideband) and superconductivity (high sensitivity) .

Alors Blue ? Que faut il comprendre ? L 'analyse spectrale est faite APRES la conversion , non ?

D 'ailleurs , il me semble que tu le dis toi même quand tu écris :

Les capacité de localisation très précises de SPECTRA sont liées à l'utilisation de dispositifs d'antennes permettant une mesure interférométrique. Chaque "antenne" est en réalité constitué de 5 points de réception disposés en croix (quoiqu'on peut également s'en sortir avec 4 points disposés en Y), la différence de phase entre chaque extrémité de la croix et cette référence est mesurée et permet de déterminer la direction d'origine du signal écouté.

Cette phase est mesurée en bout de chaîne après filtrage et transformation dans le domaine fréquentiel, que ce soit par une FFT sur un signal digital ou un dispositif analogique, ça n'a strictement aucune importance.

(La suite plus tard ...)

Cheers .

Link to comment
Share on other sites

Ceci étant dit , je ne suis pas un idiot et ma documentation est plutôt bonne .

Avoir une collection de pdf ne sert à rien si on n'a pas les connaissances (ou ne cherche pas à les acquérir) pour assimiler le matériel.

Donc citer des extraits de "DETECTION AND JAMMING LOW PROBABILITY OF

INTERCEPT (LPI) RADARS" sans en comprendre le sens n'a franchement pour moi pas beaucoup d'intérêt.

Alors reprenons à la base.

Le but d'un "Radar Warning Receiver", c'est de trouver les signaux radar (voire aussi les liaisons com) dans le vaste océan que constitue le spectre électromagnétique.

Pour cela on a commencé par utiliser des dispositifs relativement simples qui se contentaient de parcourir toute une bande de fréquence de manière linéaire, un peu comme une radio FM cherche une station lorsque on presse le bouton recherche automatique.

Comme c'est pas super rapide, on a cherché des techniques permettant de traiter une large bande à la fois. On a commencé par mettre plusieurs détecteurs en parallèle en découpant la bande à écouter en petit morceaux. C'était un progrès mais avec des radars qui commençaient à varier leur largeur d'émission ça n'était pas suffisant.

Donc on a cherché à traiter une large bande d'un coup. La solution théorique est assez simple: il "suffit" d'appliquer une transformée de Fourier sur toute la bande (que l'on aura isolé en la filtrant et/ou en la faisant passer par un amplificateur sélectif) à étudier. Le résultat sera une jolie fonction dans le domaine fréquentiel (avec la fréquence sur l'axe des X quoi) et dont chaque pic/sommet indique un signal radar/com. Même un radar LPI qui étale son énergie sur une large bande de fréquence ne pourra pas se cacher, son énergie apparaîtra comme une grosse colline sur le graphe, avec un sommet certes plus bas qu'un radar classique mais néanmoins impossible à rater.

Mais comment réaliser cette transposition temporel<->fréquentiel?

Simple, me direz-vous. Il suffit de transposer la bande à écouter en bande de base (par exemple si on écoute les 8-12GHz, faire une transposition vers 0-4GHz, on sait très bien le faire avec une simple étage analogique), échantillonner toute la bande (à 2x la fréquence max, soit 8GHz), et traiter le signal sortant (8 Gbits/seconde) via un processeur spécialisé constitué de multitudes de cœurs qui vont chacun effectuer un filtrage (pour isoler un morceau, mettons 100KHz, soit 40000 traitements à réaliser), effecteur une transformée de Fourier (via un algo de type "Fast Fourier Transform", FFT) analyser le résultat et si il trouve quelque chose, communiquer avec des voisins pour reconstituer le signal complet. Et au passage, on peut aussi faire varier à la volée les largeurs de canaux pour arbitrer entre précision et vitesse d'acquisition.

Tout ça en ayant au passage extrait son amplitude, sa phase (histoire de repérer l'origine du signal) et en ayant conservé un échantillon du signal originel avant FFT histoire de pouvoir l'envoyer au système de brouillage pour pouvoir renvoyer un signal qui imite une signature radar mais avec une vitesse, portée... différente pour semer la confusion).

Sauf que si vous êtes en 1980, avec des processeurs qui tournent à quelques MHz et des convertisseurs ADC/DAC qui peinent à moduler un signal à 155Mb/s, ce que je viens de décrire c'est de la science fiction.

C'est là qu'interviennent des solutions de type modulateur acousto-optique ("Bragg cell"). Un tel dispositif permet de réaliser ces opérations de manière analogique. Après conversion en bande de base, il suffit d'envoyer le signal et un laser tuné à une fréquence très précise vers le MAO pour que ce laser soit réfracté de manière sélective en fonction de la fréquence du signal d'entrée. On place un réseau de diode à la sortie et paf!, on obtient la transformée de Fourier du signal de départ avec la diode la plus à droite mesurant l'amplitude du signal à la plus basse fréquence et ainsi de suite jusqu'à la dernière diode le la ligne qui mesure elle les signaux occupant la partie supérieure de la bande écoutée.

Donc si on parvient à construire un MAO avec suffisamment de sensibilité comprenant 400 diodes, je peux par exemple traiter ma bande de 4 GHz d'un coup et obtenir une image du signal écouté dans le domaine fréquentiel avec une résolution de 10 MHz (4GHz/400 diodes). C'est largement au-delà de ce que tout dispositif digital était capable de faire jusqu'aux années 2000.

L'inconvénient c'est que c'est compliqué à réaliser et surtout la marge de progression d'un tel dispositif est faible. Pour augmenter la résolution il faut augmenter le nombre de diodes et il y a forcément une limite physique. L'autre soucis c'est que comme je l'ai déjà dit c'est incompatible avec des dispositifs de brouillage à mémorisation digitale (DRFM) puisque le signal est toujours en analogique lors de sa transformation dans le domaine fréquentiel. Si on le mémorise après, c'est foutu, on ne peut plus reproduire fidèlement l'impulsion reçue.

Aujourd'hui les dispositifs "full digital" sont la norme et ils fonctionnent suivant le scénario "science-fiction" que j'ai décrit plus haut. Il y a bien longtemps qu'ils ont dépassé les MAO en performance tout en apportant d'énormes avantages au niveau de l'évolutivité, de la flexibilité et des synergies avec des dispositifs de brouillage avancés (DRFM).

Et c'est bien cette architecture qu'utilise SPECTRA, le pdf de Thales le confirmant à la page 15 en précisant que le système utilise un processing digital sur base de Fast Fourier Transform ce qui est totalement incompatible avec un MAO (qui lui réalise cette opération de façon analogique).

Et pour être franc, insister sur cette idée farfelue que SPECTRA soit basé sur des Bragg cell, c'est totalement contre-productif puisque ça impliquerait que le RWR du Rafale serait basé sur une technique obsolète sans possibilité d'évolution alors que c'est tout le contraire, Thales a justement été un précurseur en amorçant le virage vers le full digital quasi en même temps que les américains.

Cf mon post ci-dessus sur le contenu du doc Thales.

Ils parlent d'une fusion entre le capteur interférométrique dont tu parles et du capteur basé sur une antenne active.

Ils y disent que le premier capteur fait une détection dès le premier pulse mais de façon moins précise.

Ils disent que le deuxième capteur sert donc individuellement de manière plus précise ou à raffiner l'information du précédent.

C'est pas comme ça que je l'ai compris.

L'IFM est une autre technique de détection des signaux qui est moins "précise" mais plus réactive. On analyse pas les signaux de manière fine mais on se contente de faire des corrélations entre signaux décalés dans le temps pour trouver les "trains" de pulses émis par un radar. Il n'y a pas de raison d'utiliser des antennes séparées, ce traitement peut se faire en parallèle avec une analyse plus "en profondeur" via des FFT.

De même les mesures de différences d'amplitude peuvent se faire de manière plus rapide que l'extraction de phase d'un signal et permtte déjà d'obtenir une mesure grossière ("coarse") de la direction du signal qui vont être affiné par extraction précise des différences de phase (interférométrie). A la rigueur il est possible que des antennes séparées soient utilisées mais ce seront alors des antennes de même type que celle sur l'Eurofighter, des antennes spirales qui permettent d'obtenir directement l'angle d'arrivée mais avec une précision très résuite.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

L'amplitude du signal reçu par les différentes éléments récepteur d'une antenne.

Ça peut paraître étrange comme formulation mais le problème est que qu'une antenne peut avoir de multiples connecteurs et être en pratique constituée de "sous-antennes" chacune émettant et/ou recevant.

Par exemple si on utilise une antenne "en croix" avec 5 connecteurs (un pour chaque extrémité + un au centre), je peux utiliser:

1) la différence entre chaque extrémité et le centre comme signal d'entrée. Si je mesure la phase de chaque signal reçu je peux déterminer avec une très grande précision la direction d'origine du signal (c'est de l'interférométrie)

2) la différence entre les extrémités de chaque axe nord/sud et est/ouest, le rapport des amplitudes va me donner l'angle d'arrivée via un simple calcul d'arc-tangente. C'est moins précis, je n'ai qu'une solution 2D (mais si j'ai d'autres antennes, je peux faire un recoupement) mais c'est bien plus simple et plus rapide.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Avoir une collection de pdf ne sert à rien si on n'a pas les connaissances (ou ne cherche pas à les acquérir) pour assimiler le matériel.

Donc citer des extraits de "DETECTION AND JAMMING LOW PROBABILITY OF

INTERCEPT (LPI) RADARS" sans en comprendre le sens n'a franchement pour moi pas beaucoup d'intérêt.

Alors reprenons à la base .

Ok , pas de problème . I stand corrected comme on dit .

D 'après ton post , mes bases sont bonnes car je n 'ai quasiment rien appris de nouveau regardant la technologie et la technique des choses .

Et c'est bien cette architecture qu'utilise SPECTRA, le pdf de Thales le confirmant à la page 15 en précisant que le système utilise un processing digital sur base de Fast Fourier Transform ce qui est totalement incompatible avec un MAO (qui lui réalise cette opération de façon analogique).

Celà m 'avait aussi mis la puce à l 'oreille mais j 'était un tantinet borné je suppose .

Et pour être franc, insister sur cette idée farfelue que SPECTRA soit basé sur des Bragg cell, c'est totalement contre-productif puisque ça impliquerait que le RWR du Rafale serait basé sur une technique obsolète sans possibilité d'évolution alors que c'est tout le contraire

Oui , maintenant je comprends , merci . A dire vrai et avec du recul , j 'avais un gros problème avec la taille du système Spectra , je le trouvais bien petit pour abriter des MAOs en chaines . D 'un autre côté , je savais que Thalès a longtemps travaillé sur les cellules de Bragg et leurs implication dans le domaine militaire , jusqu 'après les années 2000 . Donc , j' en ai déduit ... des conneries dirait on . Enfin ...

Cheers .

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Par exemple si on utilise une antenne "en croix" avec 5 connecteurs (un pour chaque extrémité + un au centre), je peux utiliser:

1) la différence entre chaque extrémité et le centre comme signal d'entrée. Si je mesure la phase de chaque signal reçu je peux déterminer avec une très grande précision la direction d'origine du signal (c'est de l'interférométrie)

A t 'on une photo de ces connecteurs ?

Est-ce ceci , les points blancs au centre ? :

Image IPB

Cheers .

Link to comment
Share on other sites

Dassault et Thalès ne se cachent pas de dire que Spectra est ce qui ce fait de mieux en matière de système embarqué , alors que peuvent être les différences majeures entre les système Israéliens , Américains et Français pour que Spectra soit si "Top" ...

Les Israéliens sont très inventifs , les Ricains ont les cerveaux et le blé à foison et sont souvent précurseurs en matière de guerre électronique . Alors ?

Il est vrai que Thalès ne manque pas de petits génies et il suffit de regarder leurs patentes et brevets pour tomber sur le cul . Ils vendent des radars , des CME et des optiques à tout le monde , y compris en Europe , en Russie et aux States et pas rien qu 'aux militaires . Leurs système civils sont aussi très prisés .

Ils sont même dans les sonars et CME pour sous-marins ...

Avec Spectra et l 'ICMS MkIII (qui est parait-il aussi bon que Spectra en interférometrie , voire meilleur (?)) , c 'est quoi le(s) truc(s) ?

Je pense que l 'architecture est mieux pensée , peut être avec des idées nouvelles et aussi grâce à des algorithmes plus pointu . La technologie employée ainsi que les matériaux utilisés (GaAs MMICs , FPGA boards , etc) sont constamment mis à jours et sont en avance même par rapport au RBE2 Aesa . Spectra sera en GaN avant le radar .

Quand on sait que le F-22 n 'a pas de CME , pas d ' IRST , pas de FLIR , c 'est quand même un comble ...

Son  AN/ALR-94 RWR est excellent (portée d 'écoute = 400km) et peut diriger le radar sur la cible de très loin mais le radar (AN/APG-77) a une résolution angulaire 2 fois moins bonne que Spectra , 2 degrés pour le radar Américain , 1 degré pour Spectra . Quand j 'expliquais ça sur les forums Américains , vous imaginer l 'ambiance  :O

C 'est à ce moment là qu 'ils me disaient que BVR , les missiles tirés par le F-22 décimeraient l 'opposition , ce à quoi je leurs montrait le taux de réussite des missiles BVR depuis qu 'ils existent :

Image IPB

Overall success : 2.8% . Pitoyable .

Bon , maintenant , il y a L 'Amraam , le Mica , etc ... Mais bon .

On comprends que d 'avoir d' excellente oreilles électronique et un puissant jammer peut rendre un avion très dur à abattre de loin .

Cheers .

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

... mais le radar (AN/APG-77) a une résolution angulaire 2 fois moins bonne que Spectra , 2 degrés pour le radar Américain , 1 degré pour Spectra.

D'ou viennent ces chiffres ?

Il me semblait que SPECTRA faisait 0.5° (je ne me rappelle plus d'où je sors cela ...)

Link to comment
Share on other sites

Cette donnée date de très longtemps. Maintenant SPECTRA doit faire beaucoup mieux.

Maintenant SPECTRA pourrait faire encore mieux (moyennant le développement idoine).

La prudence reste de mise, et l'excès de confiance (dans un système excellent au demeurant) est souvent néfaste.

Link to comment
Share on other sites

Ok , pas de problème . I stand corrected comme on dit .

:rolleyes: ah bon, on dit ça ? ?  :rolleyes:

Il est vrai que Thalès ne manque pas de petits génies et il suffit de regarder leurs patentes et brevets pour tomber sur le cul . Ils vendent des radars , des CME et des optiques à tout le monde , y compris en Europe , en Russie et aux States et pas rien qu 'aux militaires . Leurs système civils sont aussi très prisés .

Ils sont même dans les sonars et CME pour sous-marins ...

Suite à cette réclame, revenons au sujet ...  :P

Image IPB

Overall success : 2.8% . Pitoyable .

Ce qui est pitoyable c'est de faire une moyenne sur une période telle que les moyens techniques entre le Golf et le Vietnam n'ont rien à voir.

Je veux bien que l'on vienne dire que 18% pour la guerre du golf, c'est faiblard pour une solution qui est sensée être le top, ok je veux bien entendre cela. Par contre, attention aussi que depuis les moyens ont continuer de progresser si bien que rien qu'entre l'intervention de 91 et celle de 2003, il y a eu de gros progrès.

Il serait intéressant de pouvoir avoir une idée d'un taux actuel, mais il serait relativement encore faible par rapport à ce que les US le vende.

Link to comment
Share on other sites

Bah oui mais les contre mesures s'améliorent aussi... Avec le niveau du Rafale, F-35 et j'en passe, on doit avoir des avions bien difficile à détruire en BVR, le radar d'un missile sera toujours aussi petit, AESA ou non. (D'ailleurs, c'est prévu ça de l'AESA sur missile ? Ou c'est encore trop cher pour un missile justement ?)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aquaromaine
    Newest Member
    Aquaromaine
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...