On prend les paris, les british quittent,ou pas, l'Europe?  

82 members have voted

This poll is closed to new votes
  1. 1. pensez-vous que les brits vont quitter, ou pas, l'Union?

    • Ils se dégonflent et restent dans l'Europe.
    • Ils ont des "cojones" - des bollocks en fait - et quittent l'Europe.


Recommended Posts

Il y a 2 heures, web123_2 a dit :

Ça respecte probablement la lettre de leur "constitution" (avec guillemets), mais probablement pas l'esprit.

 

Le problème à mon avis n'est pas l'esprit de la Constitution non écrite du Royaume-Uni. Ce serait plutôt le sens commun, voire la santé mentale :wacko: Mais bon si l'objectif des Conservateurs est de déclencher une élection anticipée, tandis que les Travaillistes veulent l'empêcher, la conséquence d'un tel vote de défiance sera bien ce spectacle mémorable et pour tout dire... eh bien les mots me manquent...

Jeremy Corbyn le communiste-couteau-entre-les-dents votant la confiance au gouvernement de Boris Johnson, tandis que Jacob Rees-Moog l'aristocrate-du-XVIIIème-égaré-au-XXIème voterait la défiance 

Je veux voir ça :laugh: !

 

Bon, sinon les bruits (ce ne sont encore que des bruits hein) vont plutôt dans le sens du refus par les Travaillistes de toute élection anticipée avant la date du 31 octobre. C'est ce qu'a dit la ministre des affaires étrangères "fantôme" (c'est-à-dire celle de l'opposition) Emily Thornberry

Citation

Emily Thornberry a confirmé que les travaillistes ne voteront pas pour une élection anticipée lundi, alors que le premier ministre devrait proposer à nouveau une élection en octobre.

S'exprimant dans le cadre de l'émission Today de la BBC Radio 4, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères a laissé entendre que le parti s'était mis d'accord sur le fait qu'il devait s'assurer que la perspective d'un non accord Brexit était écartée avant de pouvoir soutenir une élection anticipée.

Donc si on résume, lors du prochain Conseil européen les 17-18 octobre
- Les 27 n'auront aucune proposition constructive du premier ministre britannique,
- Naturellement aucune signature de l'accord de sortie par le parlement (ce qui était l'objectif des six mois de délai accordés en avril)
- Si Johnson obéit à la loi Benn, ils recevront une demande de 3 mois supplémentaires (sachant que le parlement prévoit déjà les reports d'après)
- Ceci sans aucun plan, aucune idée constructive pour la suite, ni de la part des pro-Brexit ni de la part des pro-Remain
- Et sans aucun "événement démocratique" ni en cours ni planifié

Hmmm... voyons voir... que décideront donc les 27 dirigeants du Conseil :happy: ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Alexis a dit :

Le problème à mon avis n'est pas l'esprit de la Constitution non écrite du Royaume-Uni. Ce serait plutôt le sens commun, voire la santé mentale :wacko: Mais bon si l'objectif des Conservateurs est de déclencher une élection anticipée, tandis que les Travaillistes veulent l'empêcher, la conséquence d'un tel vote de défiance sera bien ce spectacle mémorable et pour tout dire... eh bien les mots me manquent...

Jeremy Corbyn le communiste-couteau-entre-les-dents votant la confiance au gouvernement de Boris Johnson, tandis que Jacob Rees-Moog l'aristocrate-du-XVIIIème-égaré-au-XXIème voterait la défiance 

Je veux voir ça :laugh: !

 

Bon, sinon les bruits (ce ne sont encore que des bruits hein) vont plutôt dans le sens du refus par les Travaillistes de toute élection anticipée avant la date du 31 octobre. C'est ce qu'a dit la ministre des affaires étrangères "fantôme" (c'est-à-dire celle de l'opposition) Emily Thornberry

Donc si on résume, lors du prochain Conseil européen les 17-18 octobre
- Les 27 n'auront aucune proposition constructive du premier ministre britannique,
- Naturellement aucune signature de l'accord de sortie par le parlement (ce qui était l'objectif des six mois de délai accordés en avril)
- Si Johnson obéit à la loi Benn, ils recevront une demande de 3 mois supplémentaires (sachant que le parlement prévoit déjà les reports d'après)
- Ceci sans aucun plan, aucune idée constructive pour la suite, ni de la part des pro-Brexit ni de la part des pro-Remain
- Et sans aucun "événement démocratique" ni en cours ni planifié

Hmmm... voyons voir... que décideront donc les 27 dirigeants du Conseil :happy: ?

Merkel dira on accorde le délai :biggrin:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.challenges.fr/monde/europe/brexit-un-recours-contre-la-suspension-du-parlement-britannique-a-ete-rejete_672981 (6 septembre 2019)

La Haute Cour de Londres a rejeté ce vendredi une demande d'annulation de la suspension du Parlement Britannique, voulue par Boris Johnson. Cette décision pourra toutefois être contestée devant la Cour suprême.

Il y a 2 heures, web123_2 a dit :

Pas très lié au Brexit, mais un peu quand même :

Mujtaba Rahban, c'est un compte fictif d'une usine à trolls profrançais payée par le Quai d'Orsay ?

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Merkel dira on accorde le délai :biggrin:

Voici un lien qui avait déjà été posté il y a quelques pages - mais je ne le retrouve pas - un point intéressant par un journaliste du Financial Times

Citation

Comment l'Europe perçoit la fin du jeu Brexit

Les décideurs de l'UE ont perdu patience à l'égard de la Grande-Bretagne et veulent qu'elle s'en aille - vite.

Comment les décideurs européens voient-ils Brexit maintenant ? J'ai posé la question à des politiciens, des diplomates et des groupes d'entreprises de toute l'UE et je les ai trouvés remarquablement unis autour d'une position ferme envers la Grande-Bretagne.

Ils ne cèderont pas aux demandes de Boris Johnson de renégocier un accord, mais ils ne veulent pas non plus que les forces anti-no-deal britanniques retardent Brexit.

Très peu d'Européens sont encore ouverts à l'idée que le Royaume-Uni reste dans l'UE et la plupart craignent un second référendum britannique potentiel. Voici mes conclusions :

Les décideurs européens ont perdu patience à l'égard de la Grande-Bretagne et veulent qu'elle s'en aille - rapidement. Anne Mulder, rapporteur du parlement néerlandais sur Brexit, parle au nom de beaucoup : "Nous pensions que les Britanniques étaient des pragmatiques rationnels. Eh bien, ils ne le sont pas."

Pendant des années, Angela Merkel et beaucoup d'autres à Bruxelles ont espéré que la Grande-Bretagne finirait par abandonner Brexit. En mars, Donald Tusk, président du Conseil européen, a plaidé en faveur de l'octroi d'une longue prolongation au Royaume-Uni, déclarant que l'Europe ne devrait pas trahir "la majorité croissante de la population[britannique] qui veut rester". Ce point de vue a perdu la faveur à Bruxelles.

Les Européens se méfient de Johnson, mais ils désespèrent aussi du dirigeant travailliste Jeremy Corbyn, qui donne la priorité à Downing Street plutôt qu'à l'élaboration d'une politique Brexit sensée, et ils sont sur le point d'abandonner les restes des querelles de la Grande-Bretagne. Même si Remain remportait un second référendum, les Brexiters deviendraient un cheval de Troie au sein de l'UE.

Mais les Européens continueront à avoir l'air amicaux et ouverts aux négociations. Ils ne veulent pas humilier la Grande-Bretagne "fière", ni être blâmés pour la douleur que Brexit inflige. Ils espèrent maintenir des liens étroits en matière de sécurité après Brexit (mais ils craignent qu'un Royaume-Uni plus pauvre avec une livre sterling en chute libre ne réduise davantage les dépenses militaires).

Sur le terrain en Europe, le Brexit est déjà en cours. Les gouvernements européens remplacent le Royaume-Uni par de nouvelles alliances, notamment la Ligue hanséatique des pays du Nord.

De nombreuses entreprises agissent de la même façon : La Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une région allemande qui commerce intensivement avec la Grande-Bretagne, a été soulagée d'apprendre que certaines entreprises européennes ont anticipé Brexit en passant des fournisseurs britanniques aux fournisseurs allemands. La Grande-Bretagne devient le problème d'hier.

Mais que se passerait-il si Johnson, le favori des bookmakers lors d'une élection, gagnait la lutte pour le pouvoir britannique ?

Les Européens préféreraient avoir un Brexit sans accord plutôt que d'accepter les demandes de Johnson pour qu'ils abandonnent le "backstop" irlandais prévu. L'UE et le gouvernement britannique continuent de commettre la même erreur l'un envers l'autre, note Douglas Webber de l'école de commerce Insead, auteur de European Disintegration ? (2016) : chaque partie pense que l'autre va s'effondrer pour éviter un Brexit économiquement dommageable sans transaction.

En fait, selon M. Webber, les deux parties considèrent l'économie à court terme comme secondaire. Le gouvernement Johnson accorde la priorité à la réalisation de Brexit. Les Européens donnent la priorité à la préservation des règles du marché unique et à la position de l'Irlande.

Le soutien de l'UE à l'Irlande - le pays qui insiste sur le filet de sécurité parce qu'il craint une reprise du conflit à sa frontière - n'est pas négociable en raison de la mission essentielle de l'UE. L'UE se considère comme un projet de paix et comme un club composé essentiellement de petits États qui recherchent la force en nombre - deux points que même la plupart des Britanniques qui restent à l'écart.

Deux tiers de l'UE27 comptent 10 millions d'habitants ou moins. Seuls, ces États pourraient être intimidés : Le Danemark par Donald Trump sur le Groenland, les pays baltes par la Russie, tous par la Chine. L'UE doit maintenant être perçue comme protégeant la petite Irlande. "Il ne s'agit pas de l'Irlande, d'une certaine manière", déclare Noelle O'Connell, directrice exécutive du Mouvement Européen Irlande, une organisation indépendante à but non lucratif.

Les grandes entreprises européennes ne font pas pression contre la sortie sans accord. Les entreprises de l'UE ont eu trois ans pour se préparer. Et la dernière chose qu'ils veulent, c'est que Johnson transforme la Grande-Bretagne en une zone commerciale à faible réglementation qui leur fait obstacle. Si les entreprises britanniques ne suivent pas les règles européennes, leurs concurrents européens veulent qu'elles sortent du marché unique.

Les Européens ne prévoient que des dommages économiques modérés en l'absence d'accord. Aucun accord ne coûterait aux citoyens de l'UE27 40 milliards d'euros de revenus par an, estime la Bertelsmann Stiftung, une fondation indépendante. En moyenne, cela représente un montant raisonnable de 90 € par personne. Seule l'Irlande s'attend à une agonie à court terme, et c'est le pays qui s'oppose le plus fermement à la renégociation.

De nombreuses économies d'Europe du Sud et de l'Est ne remarqueraient presque rien. Ces pays ne consacrent guère plus de temps à Brexit que les décideurs politiques britanniques n'en consacrent à la crise politique de l'Italie.

La plupart des dirigeants européens (en particulier le président français Emmanuel Macron) veulent que la Grande-Bretagne souffre de Brexit, non pas parce qu'ils sont anti-Britanniques, mais parce qu'ils sont pour eux-mêmes. Si, en un an, Johnson pouvait dire : "Nous avons réussi Brexit", cela encouragerait les Leavers de toute l'Europe.

Aucun gouvernement européen - pas même la Hongrie - ne le souhaite. Quelle que soit leur rhétorique, ils sont tous désormais objectivement favorables à l'UE en ce sens qu'ils veulent rester.

Bruxelles s'attend à ce que la Grande-Bretagne rouvre les négociations dans la semaine qui suivra la sortie sans accord. Dans les premiers jours, l'UE permettrait à la frontière irlandaise de rester poreuse, mais les ports continentaux contrôleraient déjà les marchandises, causant des retards et des pénuries en Grande-Bretagne. Bruxelles n'accorderait pas de corrections à plus long terme jusqu'à ce que Londres accepte d'honorer le filet de sécurité, de payer sa facture de sortie de 39 milliards de livres et de garantir les droits des citoyens européens en Grande-Bretagne.

Mais le risque est que d'ici là, Johnson aura gagné une élection avec un parti dur-Brexit. S'il blâme l'Europe, refuse de payer et fantasme de faire entrer la Grande-Bretagne dans la zone de faible réglementation des États-Unis grâce à un accord commercial avec Trump, l'absence d'accord pourrait former des métastases.

 

Sinon, le directeur de l'institut d'études économiques allemand DIW, Marcel Fratzscher, intervient pour dire que la sortie sans accord est préférable à un report du point de vue économique.

Citation

"Le risque que je vois maintenant, c'est l'incertitude," dit Fratzscher. "Mieux vaut une fin horrible qu'une horreur sans fin - plutôt un Brexit dur maintenant qu'un jeu d'équilibrisme qui durera encore un an ou deux".

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 59 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Merkel dira on accorde le délai :biggrin:

Non.

Faut pas se laisser piéger par les journalistes français, leur vieux logiciel, et leur obsession de la polémique à 2 sous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, Wallaby a dit :

https://www.challenges.fr/monde/europe/brexit-un-recours-contre-la-suspension-du-parlement-britannique-a-ete-rejete_672981 (6 septembre 2019)

La Haute Cour de Londres a rejeté ce vendredi une demande d'annulation de la suspension du Parlement Britannique, voulue par Boris Johnson. Cette décision pourra toutefois être contestée devant la Cour suprême.

Mujtaba Rahban, c'est un compte fictif d'une usine à trolls profrançais payée par le Quai d'Orsay ?

Exactement.

Un autre :

J'en ai d'autres dans mon fichier des traîtres à la nation.

 

Damned, et maintenant les sondeurs sont à la solde de Macron !

http://www.lefigaro.fr/politique/forte-remontee-de-la-cote-de-confiance-d-emmanuel-macron-20190905

Citation

Forte remontée de la cote de confiance d’Emmanuel Macron

Dictature !

 

Soyons pratique. Les filles on les tond, mais pour les mecs on fait quoi ?

____________________________________________________________________________

Donc jusqu'au 31/10 on garde le même parlement (que celui de May) qui n'est jamais d'accord pas validé un deal.

L'opposition fait tout pour avoir un délai supplémentaire.

Que va faire Johnson ? Je lui conseille de démissionner assez vite et de refourguer le bébé à un autre.

Edited by web123_2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant, demander le véto d'un pays. Je n'y crois pas vraiment. Je reste convaincu que Johnson veut un deal. C'est pour ça qu'il se démène pour renouveler le parlement, celui-ci ne permet pas de passer un deal. Si Johnson voulait un nodeal, il n'a rien à faire, le parlement s'en charge très bien.

J'ai parfois tendance à l'oublier.

S'il y a un délai supplémentaire et des élections en novembre, le gagnant est le brexit party, voire grand gagnant s'il remporte les élections. Or il veut un nodeal. Délai (et donc élections en novembre) ou pas, c'est probablement nodeal.

Edited by web123_2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 24 minutes, web123_2 a dit :

Un autre :

J'en ai d'autres dans mon fichier des traîtres à la nation.

Pas mal, la photo de Macron illustrant cet article... à la fois l'air très content de lui, et un peu menaçant quand même :happy:

Révélation

20190831_EUP001_0.jpg

"Oui, j'ai la même expression qu'Iznogoud !"
"Mais M. le président... vous êtes déjà Calife-à-la-place-du-Calife"
"Ah c'est vrai, tiens"
"La fréquentation de M. Sarkozy, peut-être ?"
"Faut croire"

 

il y a 24 minutes, web123_2 a dit :

Damned, et maintenant les sondeurs sont à la solde de Macron !

http://www.lefigaro.fr/politique/forte-remontee-de-la-cote-de-confiance-d-emmanuel-macron-20190905

Ermmm... je ne m'emballerais pas comme ça quand même.

Que Macron soit actuellement le dirigeant européen avec la plus forte influence à l'étranger me semble difficilement contestable. L'effet à la fois du relatif effacement allemand et de la "bonne séquence" récente avec l'élection de von der Leyen, les tentatives de médiation entre Iran et Etats-Unis, le changement d'orientation vis-à-vis de la Russie et enfin la réussite du G7.

Bon, cela dit, sa cote de popularité remonte oui... elle reste tout de même aux alentours de un tiers des Français, quand un ahuri ambulant comme Trump se maintient imperturbablement depuis le début de son mandat aux alentours des 40% !

C'est beaucoup mieux que Hollande oui. Mais bon "beaucoup mieux qu'un désastre historique" :happy: ça reste pas bien brillant dans l'absolu.

 

il y a 24 minutes, web123_2 a dit :

Soyons pratique. Les filles on les tond, mais pour les mecs on fait quoi ?

L'épilation du maillot :huh: ?

===> Je connais le chemin !

 

... mais j'en reviens bien vite :tongue:

il y a 24 minutes, web123_2 a dit :

Donc jusqu'au 31/10 on garde le même parlement (que celui de May) qui n'est jamais d'accord pas validé un deal.

L'opposition fait tout pour avoir un délai supplémentaire.

Que va faire Johnson ? Je lui conseille de démissionner assez vite et de refourguer le bébé à un autre.

Ça ne lui permettrait pas d'éviter l'injonction d'envoyer au plus tard le 19 octobre une lettre demandant à Tusk un report de 3 mois du Brexit.

Un premier ministre démissionnaire reste en fonctions jusqu'à ce qu'un successeur soit trouvé. Et vu la division actuelle du Parlement, il y faudrait des élections... Sauf à passer l'arme à gauche, ce qui n'entre probablement pas dans ses projets, difficile d'imaginer comment Boris Johnson pourrait ne plus être premier ministre britannique le 19 octobre.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Alexis a dit :

Bon, cela dit, sa cote de popularité remonte oui... elle reste tout de même aux alentours de un tiers des Français, quand un ahuri ambulant comme Trump se maintient imperturbablement depuis le début de son mandat aux alentours des 40% !

C'est ainsi aux USA, les Américains aiment leur PR.

J'suis pas historien, mais à part de Gaulle, bien possible qu'aucun PR français ait été plus populaire en France qu'un PR américain aux USA.

Citation

C'est beaucoup mieux que Hollande oui. Mais bon "beaucoup mieux qu'un désastre historique" :happy: ça reste pas bien brillant dans l'absolu.

Ça reste bien globalement pour un PR jugé cliniquement mort en début d'année et qui allait plus rien faire selon les journalistes politiques. En général en France lorsque la popularité d'un PR baisse, elle ne remonte que marginalement après, au mieux. Macron a cette caractéristique remarquable de ne pas respecter cette "tradition" (constaté déjà 2 fois). Les journalistes ont tellement intégré cette "tradition" que lorsque Macron baisse ils le massacrent (vu qu'il est foutu, autant y aller de bon cœur). Erreur.

Edited by web123_2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, web123_2 a dit :

C'est ainsi aux USA, les Américains aiment leur PR.

Je ne sais pas si l'on peut dire qu'ils aiment leur président, mais ils ont du moins une certaine image de leur président. En outre, ne pas sous estimer l'influence du bipartisme.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Skw a dit :

Je ne sais pas si l'on peut dire qu'ils aiment leur président, mais ils ont du moins une certaine image de leur président. En outre, ne pas sous estimer l'influence du bipartisme.

Ils aiment l'image de leur PR à l'étranger (normal, premier puissance mondiale, etc). Pour moi au G7 Trump s'est beaucoup forcé pour être un digne PR dont les américains sont fières. Trump avait peut-être aussi en tête qu'il y a une poignée de jour Joe Biden gagnait la présidentielle dans un sondage (ce qui l'avait rendu furieux).

____________________________________________

BREAKING !

Je vous révèle la botte secrète de Boris Johnson : https://www.theguardian.com/politics/live/2019/sep/06/brexit-boris-johnson-news-latest-eu-labour-confirms-it-will-not-vote-on-monday-night-for-early-election-live-newsbior?page=with:block-5d7257ba8f082514879ef211#block-5d7257ba8f082514879ef211

Citation

Boris Johnson says he will use 'powers of persuasion' to get Brexit deal from EU

 

Edited by web123_2
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Skw a dit :

J'ai tendance à penser qu'un gouvernant français qui dépasse les 10 % de Français ne souhaitant pas lui envoyer un pavé dans la gueule est un gouvernant fortement estimé. Autrement dit, il y a tout de même des facteurs culturels et l'influence de la structuration du jeu politique.

Giscard d'Estaing est pratiquement toujours au-dessus de 50% de cote de confiance, sauf les derniers mois où il reste quand même au-dessus de 40%.

L'ensemble du premier mandat de Mitterrand est au-dessus de 36%, et la moitié du temps au-dessus de 50%. Même les trois dernières années de son deuxième mandat, il est la plupart du temps entre 35 et 45%.

Pendant le premier mandat de Jacques Chirac, 32% de popularité comme Macron maintenant c'est son minimum absolu, la plupart du temps il était entre 40 et 60%.

Plus près de nous, Sarkozy les trois premières années de son mandat est la plupart du temps entre 32 et 40%, et 32% est un minimum touché rarement.

Non, ce n'est pas une "particularité culturelle" française. Il y a vraiment un niveau de satisfaction de moins en moins élevé d'un président au suivant, ceci depuis plus de quarante ans.

Je me permets de ne pas exclure pas qu'une baisse constante de qualité du personnel politique, en l'occurrence présidentiel, en soit la cause.

Ce qui pourrait être en train de se passer - Est-ce réel ? Durable ? - c'est que ce mouvement d'effondrement de la qualité des présidents ait touché son nadir avec Hollande, et que Macron soit véritablement en train de commencer à remonter le niveau. Si c'est confirmé dans la durée, ce sera une vraie bonne nouvelle pour la France.

Reste que "meilleur que François Hollande" n'est pas un niveau d'exigence très élevé...

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Alexis a dit :

Bon, cela dit, sa cote de popularité remonte oui... elle reste tout de même aux alentours de un tiers des Français, quand un ahuri ambulant comme Trump se maintient imperturbablement depuis le début de son mandat aux alentours des 40% !

 

Pas comparable. Aux US un President qui aurait les approval rating de Flanby ca n'existe même pas. Question de mentalité je suppose.

https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_presidential_approval_rating

Tu remontes à Roosevel, y en a pas un à moins de 40% en moyenne, et le plus bas c'est Trump justement

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, web123_2 a dit :

Ça a l'air prétentieux comme ça... mais si il avait raison :huh: ? S'il était vraiment capable de convaincre les plus récalcitrants par son charme ?

Regardez comment il se débrouille, là :happy: !

Révélation

5cb6af204be7ae4efd2e36ebc10e2b6652aac524

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Alexis a dit :

Ça a l'air prétentieux comme ça... mais si il avait raison :huh: ? S'il était vraiment capable de convaincre les plus récalcitrants par son charme ?

Faut espérer, parce que c'est pas gagné :
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/09/06/brexit-la-justice-accorde-un-repit-a-boris-johnson_5507272_3210.html

Citation

Mais pour le premier ministre finlandais Antti Rinne – dont le pays assure la présidence tournante de l’UE –, la possibilité d’un compromis avec Londres en faveur d’une sortie organisée du Royaume-Uni de l’Union « ne semble maintenant pas possible ». « Nous ne savons pas ce qui se passe là-bas. Il semble tout à fait évident que nous ne parviendrons pas à un accord de Brexit », a déclaré M. Rinne aux journalistes après une réunion avec le président du Parlement européen, David Sassoli, à Helsinki.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Alexis a dit :

Giscard d'Estaing est pratiquement toujours au-dessus de 50% de cote de confiance, sauf les derniers mois où il reste quand même au-dessus de 40%. [...] Non, ce n'est pas une "particularité culturelle" française. Il y a vraiment un niveau de satisfaction de moins en moins élevé d'un président au suivant, ceci depuis plus de quarante ans. Je me permets de ne pas exclure pas qu'une baisse constante de qualité du personnel politique, en l'occurrence présidentiel, en soit la cause. [...]

Tu veux nous ressortir Giscard d'Estaing du formol pour faire le test ? Je ne sais pas s'il tiendrait très longtemps à 40 % de côte de confiance, y compris en s'adaptant au jeu politique contemporain.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Skw a dit :

Tu veux nous ressortir Giscard d'Estaing du formol pour faire le test ? Je ne sais pas s'il tiendrait très longtemps à 40 % de côte de confiance, y compris en s'adaptant au jeu politique contemporain.

Ça n'est pas la question :smile:

C'est de la séquence complète Giscard-Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande que je parlais, si tu relis mon post.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Alexis a dit :

C'est de la séquence complète Giscard-Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande que je parlais, si tu relis mon post.

Pas sûr de comprendre. Tu veux dire que Giscard constituait l'amorce de cette baisse constante de qualité du personnel politique ? Personnellement, je ne suis pas sûr que les présidents ou gouvernants de la 3ème ou 4ème République furent forcément plus brillants que nos présidents et gouvernants contemporains.

Edited by Skw

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Skw a dit :

Pas sûr de comprendre. Tu veux dire que Giscard constituait l'amorce de cette baisse constante de qualité du personnel politique ? Personnellement, je ne suis pas sûr que les présidents ou gouvernants de la 3ème ou 4ème République furent forcément plus brillants que nos présidents et gouvernants contemporains.

Et si la cause en question venait de la insatisfaction croissante des français plutôt que de la qualité intrinsèque des politiques (même si avec Hollande on a sans doute toucher un plus bas historique pour la 5éme à mon avis). Insatisfaction qui pourrait ne pas ête d'ordre fantasmatique ou culturelle mais basé sur la réalité de la situation? Sur l'état des institutions? On sait jamais des fois que par miracle les gens aient de vrai raison d'être mécontent  :rolleyes: .

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, web123_2 a dit :

Ce n'est pas nouveau, c'est même très classique maintenant, mais ça reste toujours aussi hallucinant. La quasi-totalité des commentateurs britanniques semblent vraiment croire que la loi Benn constitue un blocage légal d'une sortie sans accord le 31 octobre ("a legal block on No Deal exit on Oct 31").

Ce qu'elle n'est absolument pas, sauf à imaginer qu'une demande de report sera acceptée alors que tous les messages ont été émis du côté des 27, en temps et en heure, puis répétés, pour signifier qu'il n'y aurait pas de nouveau report, sauf circonstances très particulières du type nouvelle question posée au peuple britannique, circonstances qui ne sont pas rassemblées.

Si comme je le pense (probabilité > 50% à mon avis) la décision du Conseil les 17-18/10 est soit le refus de toute prolongation soit un report très court ne laissant que le temps pour le parlement britannique d'approuver l'accord de retrait s'il le décide, pas mal de gens dans la sphère médiatique britannique vont vraiment tomber de leur chaise...

 

il y a 40 minutes, Skw a dit :

Pas sûr de comprendre. Tu veux dire que Giscard constituait l'amorce de cette baisse constante de qualité du personnel politique ? Personnellement, je ne suis pas sûr que les présidents ou gouvernants de la 3ème ou 4ème République furent forcément plus brillants que nos présidents et gouvernants contemporains.

Je fais remarquer que le pourcentage d'approbation / de confiance des présidents de la République, à travers toutes les vicissitudes, présente une structure d'ensemble fort simple de Giscard à Hollande : une baisse continue.

On peut imaginer que les Français deviennent de plus en plus exigeants, ce à quoi leurs pauvres dirigeants ne peuvent mais... cependant, je trouve beaucoup plus convaincant l'idée que la baisse de la confiance est au moins en partie de la responsabilité de ces dirigeants.

Edited by Alexis
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
35 minutes ago, Alexis said:

 pas mal de gens dans la sphère médiatique britannique vont vraiment tomber de leur chaise...

La pénurie de chaises dans le monde médiatique britannique est déjà à son maximum, ils se sont déjà tellement cassés la gueule en 3 à 4 ans de Festival Brexit

Clairon

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,410
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Napoléon_Ier
    Newest Member
    Napoléon_Ier
    Joined
  • Forum Statistics

    20,715
    Total Topics
    1,249,558
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries