Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques


Recommended Posts

il y a 11 minutes, Niafron a dit :

Moi par exemple, je pense que nous devrions arrêter l'import d'hydrocarbures russes, même si ça signifie une crise économique très sévère en Europe de l'Ouest.

C'est de toute façon ce qui va se mettre en place doucement. Mais là où tu ne vois que des effets sur le plan économique moi j'en voit à une échelle géopolitique ainsi que sur la vie de tout à chacun. 

Je rappel pour ceux qui çà n'a pas encore effleuré que l'ONU prévoit une crise alimentaire pour de très nombreux pays. Alors c'est bien de sanctionner la Russie pour le principe de l'invasion mais le problème c'est qu'une crise alimentaire va avoir des conséquences sociétales qui risque de faire passer l'invasion de l'Ukraine au second plan.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, herciv a dit :

Moi je suis pro France. Ni plus ni moins.

Dans un an L'Ukraine ne sera plus qu'un souvenir.

Hé bien moi, je suis un peu plus que pro France, pardon...

Quand je vois un pays entier se faire écraser de la sorte, non, je ne me soucie pas que de nos intérêts nationaux.

Et la manière dont tu viens de parler de l'Ukraine, franchement... enfin bref.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 40 minutes, cracou a dit :

Donc pour toi le fait qu'une chose soit bien construite est un indicateur de validité?

Mon esprit est ainsi fait qu'il ne retient que très peu de détails. Par contre je suis sensible à des éclairages différents parce que je hais l'inhibition du prèt-à-penser. Je n'ai jamais laissé un prof dans un discours sans réagir si il émettait un avis différent du mien. Tu emploi le mot de validité quand moi j'emploi celui d'ouverture d'esprit. Depuis quand j'aurait une nature divine me permettant de juger de la "validité" d'un concept ? Je ne me permet que de tenter d'en évaluer son caractère synthétique et l'éclairage que çà apporte. Je n'ai strictement rien à faire de savoir si tel ou tel char était russe ou Ukrainien et que donc çà correspond à un enfumage d'un côté ou de l'autre.

Alors quand un gars publie ses impressions même sous influence russe mais que parmi tout ce qu'il dit certaines questions m'interpelle. Oui j'ai du mal à l'appeler un troll. Par contre j'ai beaucoup de mal avec les gens qui désignent les autres comme des trolls parce que pour moi çà s'appelle de l'appel à la vindicte populaire. Les modo font leur job et ce n'est pas à nous de le faire à leur place. Je n'ai jamais employé ce mot pour désigner quelqu'un ou un lien à leur attention et je ne le ferai jamais.

Tu peux me trouver aveugle mais pour l"instant je peux te montrer des posts que j'avais fait juste avant l'élection de Macron dans lesquels je disais que le monde de dans 20 ans serait un monde de blocs. Je ne pensais pas que çà irait aussi vite. Ce qui m'a fait à nouveau revenir sur ce sujet c'est AUKUS il y a un an. Poutine va réinstaller un rideau de fer et ce coup-ci on ne pourra pas dire que c'est à cause du système soviétique ou communiste. 

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Akhilleus a dit :

Et pourtant il a pas tort.

D'ici un an on parlera d'autre chose que de l'Ukraine (probablement même avant) sauf peut être en filigrane dans un entrefilet au journal

C'est le "jeu" du zapping info

Qu'on le veuille ou non les conflits éloignés sont rapidement oubliés même quand on a deux mains dans le cambouis

Et honnetement, on réagit à chaud à l'evenement, les analyses qui vont venir d'ici quelques mois voire quelques années pourraient reserver des surprises sur le qui/quoi/quand/comment/pourquoi

Désolé d'apparaitre cynique, j'ai eu une expérience plus directe que certains membres sur ce fofo (cf les conflits de l'ex Yu)

D'ailleurs, pour revenir au sujet, tout le monde admet maintenant que les USA savaient (et que nous savions en corollaire même si nous ne partagions pas les mêmes analyses)

Rétrospectivement les petits mots de Biden sur incursion limitée et tutti quanti apparaissent moins innocents

 

J'entends.

Mais pour ce que ça vaut, moi, je n'oublierai pas.

Par ailleurs, je suis en désaccord complet avec l'idée que la partie soit jouée, en fait, même si c'est difficile d'y voir clair, j'aurais tendance à penser que les russes risquent tout autant que les ukrainiens d'arriver au point de rupture. 

Mais bon, ça, c'est plutôt à discuter sur l'autre fil.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/world/2022/mar/15/china-has-already-decided-to-send-economic-aid-to-russia-in-ukraine-conflict-us-officials-fear

En tête de la liste des achats militaires russes en Chine figurent les drones armés et diverses formes de munitions, mais tout transfert militaire ne serait pas simple.

"Les deux parties comprennent qu'elles ne partagent pas de systèmes communs, ce qui rend la situation problématique", a déclaré le fonctionnaire. Selon CNN, l'armée russe demande également des rations alimentaires, soulignant ainsi ses graves problèmes logistiques dans un conflit plus long et plus difficile qu'elle ne l'avait prévu.

La Russie a besoin d'une aide économique et financière de toute urgence, face aux sanctions dévastatrices imposées par les États-Unis et leurs alliés depuis l'invasion du 24 février. Le pays risque de se retrouver en défaut de paiement de sa dette, avec deux paiements d'intérêts dus mercredi, bien qu'il dispose d'un délai de grâce de 30 jours.

Moscou n'est pas en mesure d'accéder à la quasi-totalité de ses 640 milliards de dollars de réserves d'or et de devises étrangères, mais détient toujours une partie de ces réserves en yuan, de sorte que Pékin pourra intervenir pour fournir une aide immédiate.

Washington est pessimiste quant à la possibilité de détourner la Chine de son rôle de partenaire de la Russie, principalement parce qu'elle considère que le partenariat est dirigé depuis le sommet.

"C'est vraiment un projet de Xi Jinping. Il est totalement, fondamentalement, derrière ce partenariat plus étroit avec la Russie", a déclaré le fonctionnaire américain. Le scepticisme est plus marqué dans les rangs inférieurs, mais Xi et Poutine se sont liés par leur vision commune des États-Unis, qu'ils considèrent comme lourds et autoritaires, et déterminés à mettre fin à la période de domination mondiale des États-Unis.

Si la Chine soutient la Russie dans son épreuve de force avec l'Occident, l'administration Biden s'attachera à persuader les alliés, notamment en Europe, de repenser leurs relations avec Pékin. M. Sullivan est attendu à Paris mardi pour des discussions avec le gouvernement français.

Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, Niafron a dit :

uand je vois un pays entier se faire écraser de la sorte, non, je ne me soucie pas que de nos intérêts nationaux.

Guerre en Ukraine. Le chef de l’Onu met en garde contre « un ouragan de famines » dans le monde

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies a alerté ce lundi 14 mars, sur les répercussions liées à l’invasion russe en Ukraine. Ce dernier s’est inquiété contre le risque de voir se développer « un ouragan de famines » dans le monde.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’une interview au siège des Nations Unies à Manhattan, New York, États-Unis, le 15 septembre 2021. | ANDREW KELLY / REUTERS

Le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a mis en garde ce lundi 14 mars contre les répercussions de la guerre livrée par la Russie en Ukraine, qui risquent de se traduire par « un ouragan de famines » dans de nombreux pays. => Le résultats des sanctions c'est surtout de perturber des systèmes sociaux souvent fragiles

« L’Ukraine est en feu » et « le pays est en train d’être décimé sous les yeux du monde ». « Nous devons faire tout notre possible pour éviter un ouragan de famines et un effondrement du système alimentaire mondial », a-t-il déclaré à des médias à New York.

En raison du blocage de productions agricoles en Ukraine et Russie, la guerre devrait, dans ses répercussions, frapper « le plus durement les plus pauvres et semer les germes de l’instabilité politique et de troubles dans le monde entier », a souligné Antonio Guterres.

« Cette guerre dépasse largement l’Ukraine »

« Cette guerre dépasse largement l’Ukraine », a-t-il aussi dit.

« Les prix des céréales ont déjà dépassé ceux du début du printemps arabe et des émeutes de la faim de 2007-2008 ». « L’indice mondial des prix des denrées alimentaires de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture basée à Rome) est à son plus haut niveau jamais enregistré », a-t-il précisé.

Au total, « 45 pays africains et pays les moins avancés importent au moins un tiers de leur blé d’Ukraine ou de Russie – 18 de ces pays en importent au moins 50 %. Cela comprend des pays comme le Burkina Faso, l’Egypte, la République démocratique du Congo, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen », a indiqué le chef de l’ONU, en réclamant à nouveau un arrêt au plus vite des hostilités

C'est çà les conséquences concrètes sur l'économie mondiale. @Niafron tu te soucies de l'intérêt de ces gens là qui n'auront plus accès au grenier Russe si ils vont dans ton sens ?

Edited by herciv
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, herciv a dit :

Guerre en Ukraine. Le chef de l’Onu met en garde contre « un ouragan de famines » dans le monde

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies a alerté ce lundi 14 mars, sur les répercussions liées à l’invasion russe en Ukraine. Ce dernier s’est inquiété contre le risque de voir se développer « un ouragan de famines » dans le monde.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’une interview au siège des Nations Unies à Manhattan, New York, États-Unis, le 15 septembre 2021. | ANDREW KELLY / REUTERS

Le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a mis en garde ce lundi 14 mars contre les répercussions de la guerre livrée par la Russie en Ukraine, qui risquent de se traduire par « un ouragan de famines » dans de nombreux pays. => Le résultats des sanctions c'est surtout de perturber des systèmes sociaux souvent fragiles

« L’Ukraine est en feu » et « le pays est en train d’être décimé sous les yeux du monde ». « Nous devons faire tout notre possible pour éviter un ouragan de famines et un effondrement du système alimentaire mondial », a-t-il déclaré à des médias à New York.

En raison du blocage de productions agricoles en Ukraine et Russie, la guerre devrait, dans ses répercussions, frapper « le plus durement les plus pauvres et semer les germes de l’instabilité politique et de troubles dans le monde entier », a souligné Antonio Guterres.

« Cette guerre dépasse largement l’Ukraine »

« Cette guerre dépasse largement l’Ukraine », a-t-il aussi dit.

« Les prix des céréales ont déjà dépassé ceux du début du printemps arabe et des émeutes de la faim de 2007-2008 ». « L’indice mondial des prix des denrées alimentaires de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture basée à Rome) est à son plus haut niveau jamais enregistré », a-t-il précisé.

Au total, « 45 pays africains et pays les moins avancés importent au moins un tiers de leur blé d’Ukraine ou de Russie – 18 de ces pays en importent au moins 50 %. Cela comprend des pays comme le Burkina Faso, l’Egypte, la République démocratique du Congo, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et le Yémen », a indiqué le chef de l’ONU, en réclamant à nouveau un arrêt au plus vite des hostilités

C'est çà les conséquences concrètes sur l'économie mondiale.

 

Et donc? 

Je crains de comprendre, ton propos, c'est de dire qu'il faut laisser l'autre fou furieux compléter son invasion le plus rapidement possible pour éviter ça?

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Niafron a dit :

mais le régime de Poutine, c'est le néant absolu

La guerre actuelle est un tournant, mais des commentateurs qui ont une perspective non pas court-termiste, mais à long terme, ont dit autre chose :

Le 03/03/2021 à 12:54, Wallaby a dit :

https://www.newstatesman.com/world/europe/2021/03/why-russians-still-choose-vladimir-putin-s-stability-over-alexei-navalny-s (2 mars 2021)

Malgré tout, la période actuelle est toujours historiquement une bonne période pour vivre dans le plus grand pays du monde. Les Russes contemporains vivent plus longtemps, boivent moins et, aussi étrange que cela puisse paraître, jouissent d'une plus grande liberté personnelle que dans presque toutes les époques de leur histoire. La semi-démocratie embryonnaire de la Russie a peut-être été étouffée, mais comparée aux catastrophes sociales, économiques et culturelles des années 90 de Boris Eltsine ou au cauchemar stalinien - dont on se souvient encore - l'autoritarisme sans imagination mais sans intrusion de Poutine est loin d'être le pire des mondes possibles.

De plus, la Russie de Poutine - bien que profondément corrompue, sans aucun doute - est bien plus que la parodie de démocratie ratée et gangrenée que certains portraits à l'étranger laissent entendre. Chez elle, il s'agit d'un système raisonnablement cohérent qui ne demande qu'une acceptation passive de ses citoyens, tout en promettant en retour un minimum de participation politique, un semblant décent d'ordre public et au moins une chance de prospérité personnelle. Pour les Russes, qui n'ont que rarement bénéficié de ces avantages, ces trois éléments à la fois constituent une proposition historiquement séduisante.

Au fond, le poutinisme s'engage à ne plus jamais faire de la Russie le cobaye d'expériences sociales grandioses. Au lieu de cela, il offre la stabilité, la continuité et le développement à une nation qui a dû régulièrement réapprendre les règles de la société par des dirigeants allant de Pierre le Grand à Eltsine. Pour une population épuisée par les bouleversements idéologiques, entraînée dans ce que l'analyste politique Andreï Kolesnikov appelle "une combinaison familière d'inertie [et] d'apathie", cette simple promesse reste bien plus attrayante que l'appel de Navalny à transformer une fois de plus la Russie, au risque de la rendre méconnaissable.

 

-

Le 03/03/2022 à 22:16, Wallaby a dit :

https://www.berliner-zeitung.de/politik-gesellschaft/natascha-wodin-mir-verschliesst-sich-der-sinn-dieser-waffenlieferungen-li.214360 (2 mars 2022)

Natascha Wodin, écrivaine allemande d'origine russo-ukrainienne.

Il y a un an et demi, je suis retournée à Moscou après une longue absence et je n'arrivais pas à croire ce que je voyais. Une mégapole au faste tsariste, une danse omniprésente, aux allures bibliques, autour du veau d'or. Les gens courent tous, les autoroutes à six voies sont encombrées. Au bout de trois jours, j'ai eu l'impression d'avoir vieilli d'un an, Berlin m'est apparue après ce voyage comme un village, le Moyen Âge.

Natascha Wodin est née en 1945 en Bavière, enfant de travailleurs forcés soviétiques déportés. Son père était russe, sa mère ukrainienne. Lorsque sa fille avait 11 ans, sa mère a cherché la mort dans une rivière voisine. Natascha Wodin a grandi dans des camps et des foyers. Jeune femme, elle traduisait des œuvres littéraires du russe et vivait parfois à Moscou. Elle a été mariée à l'écrivain Wolfgang Hilbig et a écrit des romans d'inspiration autobiographique. Elle a reçu le prix de la foire du livre de Leipzig en 2017 pour son roman "Elle venait de Marioupol". C'est ainsi qu'elle s'est fait connaître du grand public. Depuis de nombreuses années, Natascha Wodin vit à Berlin Prenzlauer Berg.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, herciv a dit :

Je crains de comprendre ton propos. Qu'importe les famines il faut aider les Ukrainiens. C'est çà ?

TU n'as pas compris. Le choix de laisser tomber les Ukrainiens est fait depuis longtemps et c'est les US qui ont montré le chemin. L'espoir est entretenu par les livraisons d'armes mais il n'y aura pas de no-fly zone. Je peux te faire un dessin si tu veux. Alors c'est peut-être du cynisme mais si tu veux aider prépare plutôt une chambre chez toi. 

C'est totalement dans l'intérêt des USA de prolonger cette guerre au maximum, de rendre exsangue "l'ogre" russe, d'affirmer la vassalisation des européens de l'ouest en leurs vendant des armes US et de remplacer... pour un temps, les livraisons énergétique russes par des livraisons US (mais 50% plus chères).

Poutine leur a servi l'Europe sur un plateau : ils auraient tort de se priver !

Dans cette guerre, à part eux, et peut-être la Chine : Européens, Russes, Ukrainiens, nous allons tous être gravement perdants !

La seule solution rationnelle c'est d'arrêter les frais le plus vite possible par la diplomatie et la négociation, quitte à faire "la part du feu", puisqu'il n'y a pas de victoire totale possible contre une puissance nucléaire.

Poutine n'est pas éternel, et le peuple russe, comme tous les peuples aspire à la paix, il sera temps de régulariser la situation dans les années à venir.

En attendant il s'agit de sauver la vie de dizaines voire de centaines de milliers d'ukrainiens et peut être de millions d'autres innocents dans le monde...

Je sais qu'en disant cela je heurte aussi l'esprit de résistance de beaucoup d'intervenants, mais je me met résolument du côté de Herciv dans son raisonnement. 

 

 

 

 

Edited by Yorys
  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, herciv a dit :

Je crains de comprendre ton propos. Qu'importe les famines il faut aider les Ukrainiens. C'est çà ?

TU n'as pas compris. Le choix de laisser tomber les Ukrainiens est fait depuis longtemps et c'est les US qui ont montré le chemin. L'espoir est entretenu par les livraisons d'armes mais il n'y aura pas de no-fly zone. Je peux te faire un dessin si tu veux. Alors c'est peut-être du cynisme mais si tu veux aider prépare plutôt une chambre chez toi. 

C'est bien ce que je craignais...

Je n'ai jamais demandé de No Fly zone, je ne veux pas d'une confrontation militaire directe entre OTAN et Russie pour les raisons évoquées plus haut, donc, tu peux ranger les crayons.

Et non, c'est pas du cynisme, c'est une perte complète de sang froid à la limite du syndrôme de Stockholm.

L'autre fou furieux prend effectivement la planète en otage pour ses délires impérialistes, avec des conséquences très désagréables à la clé, comme oui, une crise alimentaire majeure à prévoir.

Donc, maintenant, le seul truc à faire, c'est pas d'arriver devant lui le pantalon à la main, c'est de résister par tous les moyens raisonnablement possibles même si ça va piquer très fort. Parce que si on ne le fait pas, ce sera pire.

Il faut arrêter ce malade, le reste, c'est de la littérature.

Maintenant, si tu as la trouille, j'ai effectivement une chambre à la maison, la cave est solide au cas où, y a du stock, je t'héberge et je te nourris avec plaisir ( faudra ptet partager avec des réfugiés ukrainiens, si c'est ce que tu voulais suggèrer ).

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Confused 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 17 minutes, herciv a dit :

Je crains de comprendre ton propos. Qu'importe les famines il faut aider les Ukrainiens. C'est çà ?

Que fait-on en temps habituels pour lutter contre les famines ? Qu'a-t-on fait par exemple en amont des émeutes de la faim et des révolutions arabes ? Que fait-on réellement pour limiter le changement climatique et les sécheresses qui s'annoncent dans de nombreuses régions du monde ?

J'ai surtout l'impression que l'on commence à s'inquiéter pour son porte-monnaie. Quitte à faire dans le cynisme, autant être consistant dans le cynisme : que l'on ait faim à l'autre bout de la planète est déjà plus ou moins acquis.

Edited by Skw
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Skw a dit :

Que fait-on en temps habituels pour lutter contre les famines ? Qu'a-t-on fait par exemple en amont des émeutes de la faim et des révolutions arabes ?

Effectivement, on a fait l'inverse. On a "fait feu de tout bois" : profité de l'instabilité agricole, démographique et météorologique du Maghreb et du Levant pour vendre des armes et faire du "regime change" en Libye et en Syrie. Avec les résultats qu'on sait. 

Le 21/05/2015 à 19:24, Wallaby a dit :
Le 25/06/2013 à 17:08, Wallaby a dit :

http://nationalinterest.org/commentary/brzezinski-the-syria-crisis-8636 (24 juin 2013)

Zbigniew Brzezinski pose une question d'historien :

Il [Obama] a un problème difficile sur les bras, et il y a un aspect mystérieux à tout cela. Réfléchissez à la chronologie. Fin 2011 il y a des déclenchements en Syrie produits par une sécheresse et attisés par deux autocraties bien connues du Moyen-Orient : le Qatar et l'Arabie Saoudite. Il annonce tout à coup qu'Assad doit partir - sans apparemment de préparatifs réels pour que cela se produise. Ensuite au printemps 2012, année électorale ici, la CIA dirigée par le général Petraeus, selon le New York Times du 24 mars 2013 - un article qui révèle beaucoup [1] - monte un effort de grande ampleur pour assister les Qatariotes et les Saoudiens et les mettre d'une certaine façon en liaison avec les Turcs pour cet effort. Était-ce une position stratégique ? Pourquoi avons-nous tout à coup décidé que la Syrie devait être déstabilisée et son gouvernement renversé ? Cela avait-il été expliqué au peuple américain ? Puis dans la deuxième moitié de l'année 2012, surtout après les élections, le cours du conflit se renverse contre les rebelles. Et il devient clair que tous ces rebelles ne sont pas si "démocrates". Et donc toute la politique commence à être reconsidérée. Je pense que ces choses doivent être clarifiées pour que l'on puisse avoir une compréhension plus claire des buts qui étaient alors recherchés.

[1] graphique : http://www.nytimes.com/interactive/2013/03/25/world/middleeast/an-arms-pipeline-to-the-syrian-rebels.html et

article : http://www.nytimes.com/2013/03/25/world/middleeast/arms-airlift-to-syrian-rebels-expands-with-cia-aid.html

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Skw a dit :

On fait quoi en temps habituels pour lutter contre les famines ? Qu'a-t-on fait par exemple en amont des émeutes de la faim et des révolutions arabes ? Que fait-on réellement pour limiter le changement climatique et les sécheresses qui s'annoncent dans de nombreuses régions du monde ?

J'ai surtout l'impression que l'on commence à s'inquiéter pour son porte-monnaie. Quitte à faire dans le cynisme, autant être consistant dans le cynisme : que l'on ait faim à l'autre bout de la planète est déjà plus ou moins acquis.

https://atlasocio.com/classements/sante/alimentation/classement-etats-par-indice-de-la-faim-monde.php

Depuis les 2à dernières années la lutte contre les famines a été très efficace grâce à l'abondance de ressources et à leur libre circulation. C'est la fin de cette libre circulation à cause des sanction qui va créer les famines. Pour faire simple comment un pays qui veut accéder au grenier Russe paira son grain si il n peut pas utiliser de dollars ? Il achètera ailleurs ou il choisira d'avoir une partie de ses échange en YUAN ou reminbi. Si il fait çà il se désigne à la vindicte des pays qui voudront stopper tous les échanges avec la Russie.

Encore une fois les sanctions sont largement anticipées et voulues par Poutine parce qu'elle vont montrer le mauvais côté de l'occident qui prend des mesures sans réfléchir aux pays fragiles. Si famine il y a, les sanctions serviront d'allibis et russe et chinois pourront engranger de nouveau alliés. Je rappel à tout ceux qui ont oublié, il y a une réalité en Afrique ce sont les opération de WAGNER et d'intoxications. Il n'est absolument pas certain que l'Afrique veille continuer à suivre la voie de l'occident. Le monde va être plus petit pour les russes mais aussi pour nous. 

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, herciv a dit :

Je crains de comprendre ton propos. Qu'importe les famines il faut aider les Ukrainiens. C'est çà ?

Soit c'est de l'aveuglement, soit c'est de la mauvaise foi : le simple fait qu'il y ait la guerre compromet les livraisons actuelles et les récoltes futures. Les sanctions n'améliorent pas les choses mais le premier responsable des famines et révoltes à venir est bien Poutine.

Alors que faire ? L'aider à prendre rapidement le contrôle de l'Ukraine pour continuer le business as usual  et éviter les milliers de victimes à venir ? C'est effectivement tentant mais l'autre solution qui consiste à essayer de mettre hors d'état de nuire un grave fauteur de troubles est également recevable à mon humble avis. Oui, il va y avoir de la casse mais il y en a déjà...

il y a 16 minutes, Yorys a dit :

La seule solution rationnelle c'est d'arrêter les frais le plus vite possible par la diplomatie et la négociation, quitte à faire "la part du feu", puisqu'il n'y a pas de victoire totale possible contre une puissance nucléaire.

Là au moins c'est clair : laissons faire Poutine ce qu'il veut puisqu'il a le plus gros bâton. Pardon de ne pas accepter le bête rapport de force.

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Skw a dit :

Que fait-on en temps habituels pour lutter contre les famines ? Qu'a-t-on fait par exemple en amont des émeutes de la faim et des révolutions arabes ? Que fait-on réellement pour limiter le changement climatique et les sécheresses qui s'annoncent dans de nombreuses régions du monde ?

J'ai surtout l'impression que l'on commence à s'inquiéter pour son porte-monnaie. Quitte à faire dans le cynisme, autant être consistant dans le cynisme : que l'on ait faim à l'autre bout de la planète est déjà plus ou moins acquis.

C'est pas tout à fait ca. 
Les famines en tant que telle on s'en foutait (quoi que des choses ont été faite mais pas très médiatisés et pas à la hauteur). 

Aujourd'hui, on s'en inquiète plus car les mouvements sociaux auront des répercussions géopolitiques potentiellement énormes. 
Les frères musulmans reprennent le pouvoir en Egypte, s'allient avec la Turquie par exemple... 

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, DMZ a dit :

Soit c'est de l'aveuglement, soit c'est de la mauvaise foi : le simple fait qu'il y ait la guerre compromet les livraisons actuelles et les récoltes futures. Les sanctions n'améliorent pas les choses mais le premier responsable des famines et révoltes à venir est bien Poutine.

Alors que faire ? L'aider à prendre rapidement le contrôle de l'Ukraine pour continuer le business as usual  et éviter les milliers de victimes à venir ? C'est effectivement tentant mais l'autre solution qui consiste à essayer de mettre hors d'état de nuire un grave fauteur de troubles est également recevable à mon humble avis. Oui, il va y avoir de la casse mais il y en a déjà...

Là au moins c'est clair : laissons faire Poutine ce qu'il veut puisqu'il a le plus gros bâton. Pardon de ne pas accepter le bête rapport de force.

Toi tu penses que sans Poutine on n'en serait pas là. Moi je pense que Poutine n'est qu'un paramètre qui nous a amené là. Oui c'est un con je n'ai aucun doute à ce sujet. Néanmoins croire que la Russie fera marche arrière quand Poutine ne sera plus au pouvoir serait une erreur.

Tu vois des opposants dans la rue ou capable d'aller sur un plateau tv et tout de suite tu penses qu'il y a une cinquième colonne capable de renverser les évènements ? Qui ici est suffisamment spécialiste de la Russie pour affirmer que c'est effectivement le cas ? Pas moi en tous cas. Il n'empèche ma façon de voir les choses te montre que sans une vision fine de la société russe tu ne peux absolument pas parier là-dessus.

il y a 27 minutes, Niafron a dit :

Et non, c'est pas du cynisme, c'est une perte complète de sang froid à la limite du syndrôme de Stockholm.

Cette affirmation elle-même relève d'un manque de sang froid. Quand à tes accusations elle montre une tendance affirmer pour les jurys populaires de sinistre renommé.

 

il y a 29 minutes, Niafron a dit :

c'est de résister par tous les moyens raisonnablement possibles même si ça va piquer très fort. Parce que si on ne le fait pas, ce sera pire.

Encore une fois la décision de résister ou de ne pas résister est déjà prise. Tu peux invoquer qui tu veux, mais Joe et le département d'état US ont dit qu'on n'aiderais pas les Ukrainiens. Partant de là tu peux croire que tu peux changer le monde en criant le plus fort mais çà ne changera rien si le gars qui tient la matraque ne veut pas t'aider.

 

il y a 33 minutes, Niafron a dit :

faudra ptet partager avec des réfugiés ukrainiens, si c'est ce que tu voulais suggèrer

oui c'est bien à çà que je pensais. 

Link to comment
Share on other sites

  • Skw changed the title to Guerre Russie-Ukraine 2022+ : considérations géopolitiques et économiques
  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...