Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Israël et voisinage.


Recommended Posts

https://www.mediapart.fr/journal/culture-et-idees/211123/l-operation-du-7-octobre-ne-vise-pas-seulement-tuer-mais-filmer-les-tueries-et-les-atrocites

TalTal Bruttmann est historien, spécialiste d’Auschwitz, de l’Holocauste et de la politique de Vichy à l’égard des populations juives. Il est membre de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels La Logique des bourreaux (Hachette, 2003), Au bureau des affaires juives : l’administration française et l’application de la législation antisémite (La Découverte, 2006) ou Auschwitz (La Découverte, collection Repères, 2015). Entretien.

Mediapart : Vous avez récemment publié « Un album d’Auschwitz. Comment les nazis ont photographié leurs crimes » (Le Seuil, 2023). Les tueurs du Hamas ont filmé leurs actes. Les autorités israéliennes diffusent auprès des médias et politiques occidentaux un montage de certains de ces films. A-t-on changé de régime d’images par rapport à une époque où des cinéastes tels Rithy Panh ou Claude Lanzmann inscrivaient leur travail documentaire face à « l’image manquante » des éliminations commises par les nazis ou les Khmers rouges ?

Tal Bruttmann : Je ne suis pas philosophe, mais historien, et je ne reprendrai pas cette notion d’« image manquante ». D’autant que l’idée que l’image manque est fausse pour l’Holocauste. On dispose de nombreuses photos de fusillades de juifs en Europe orientale, et ces exécutions documentent la Shoah.

Mais il y a effectivement des évolutions du régime d’images. La Seconde Guerre mondiale, si on la compare à la Première Guerre ou aux débuts de la colonisation durant lesquels les outils photographiques et cinématographiques demeurent rudimentaires, est marquée par une profusion d’images de violences et d’atrocités, notamment en Chine et en Corée, mais aussi en Europe.

La spécificité de ces images est toutefois, hormis quelques cas particuliers, qu’elles ne sont pas prises en vue d’être diffusées largement et publiquement. Elles sont à usage interne, comme ces photos de corps de personnes abattues en France par les Allemands et les collabos qui relèvent d’une forme d’identification judiciaire ou policière mais ne sont pas destinées au grand public.

Les nazis ont également produit de très nombreuses photos administratives, qui constituent des images des violences commises, mais dont le côté sordide est occulté et qui ne sont pas faites pour être vues de manière large.

Les photos du ghetto de Varsovie après sa prise par les nazis sont prises comme des souvenirs d’un moment considéré comme héroïque. Cela n’a rien à voir avec la démarche de Mohammed Merah avec sa GoPro, de Daech ou du Hamas le 7 octobre, où l’idée est de montrer le plus largement possible la violence qu’on exerce sur ceux qu’on considère comme des ennemis.

Il s’agit bien de rendre la terreur le plus visible possible, alors que, dans les années 1930, Staline fait tourner les moteurs des camions pour masquer les bruits des exécutions des « traîtres » à la Loubianka. L’opération du 7 octobre ne vise pas seulement à tuer, mais à filmer les tueries et les atrocités, à produire des images pour augmenter la terreur.

L’idée que l’image pouvait fonctionner comme rempart face au déni ou au négationnisme est-elle périmée ?

La grande idée, en 1945, est celle-ci. Les images de la libération des camps ou celles des fusillades prises par les nazis eux-mêmes visent à montrer au monde entier ce que les nazis ont commis et, ainsi, à justifier la nécessité de les vaincre et de les juger.

Ce paradigme a longtemps dominé au point d’être utilisé par les négationnistes : on n’a pas d’images des chambres à gaz, donc elles n’auraient pas existé ; on n’a pas d’images d’un avion détruisant le Pentagone, donc aucun n’est tombé dessus…

Mais les dénis et mensonges s’accommodent tout à fait de l’existence d’images. Celles des avions percutant le World Trade Center n’ont pas empêché d’y voir un complot de la CIA ou du Mossad. Par ailleurs, en histoire, on n’a pas besoin d’images pour établir les faits.

Le déni ou le négationnisme se jouent sur tous les plans. Si vous montrez les images des atrocités commises par le Hamas mais que vous les refusez pour des raisons idéologiques, vous allez affirmer qu’elles ont en réalité été produites par Israël ou par une intelligence artificielle, et certaines personnes peuvent naïvement adhérer à ces négations.

Il faut sans doute aller même au-delà dans l’interprétation du geste de négation des violences documentées. Dans le cas du négationnisme d’un Robert Faurisson, par exemple, il s’agit de redoubler la violence et l’humiliation en infligeant aux survivants ou aux proches un discours affirmant que la réalité atroce qu’ils ont vécue dans leur chair n’a pas existé.

Que produit sur l’historien de la Shoah que vous êtes l’emploi de plus en plus fréquent du mot « génocide » pour désigner ce qui se passe à Gaza ?

La question est celle de l’effet recherché par l’emploi d’un tel terme. L’idée générale est d’en faire le plus grave des crimes, l’alpha et l’oméga de la nécessité de se dresser contre un événement meurtrier. Mais la notion est juridiquement et politiquement complexe.

Si l’on se réfère à la définition du génocide, les Khmers rouges n’en ont pas commis un avec l’assassinat de près de trois millions de Khmers quand ils visaient à se débarrasser du « nouveau peuple » corrompu par la modernité au profit de « l’ancien peuple ». Mais l’assassinat de plusieurs dizaines de milliers de Vietnamiens et de Chams par ces mêmes Khmers rouges constitue des génocides.

Le massacre de Nankin commis en Chine par les Japonais en 1937, qui est un des plus meurtriers de l’histoire, n’est pas considéré comme un génocide. En 1994, les États-Unis ont refusé de qualifier le génocide des Tutsis du Rwanda comme tel parce que cela les aurait obligés à intervenir…

En tant qu’historien, dire « génocide » me paraît à la fois inutile et inapte à décrire ce que nous avons sous les yeux. Chaque génocide, même si on se réfère à ceux qui sont reconnus comme tels, est singulier. Dans le cas du génocide des Arméniens, contrairement à ce qui s’est produit pour les juifs, des femmes sont enlevées et réduites en esclavage, et des enfants sont capturés puis élevés par des familles kurdes.

La qualification de génocide est quasi impossible à chaud, elle relève du travail à froid des juristes, mais certaines nuances sont aujourd’hui inaudibles dans le débat hystérisé que nous connaissons.

Si je dis que tuer des civils dans des bombardements peut ne pas relever d’une intentionnalité génocidaire mais de la volonté de détruire des infrastructures, comme cela a pu être le cas lors des bombardements alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ou qu’une volonté de supprimer la population palestinienne de Gaza ne se serait peut-être pas embarrassée d’ordres donnés à la population civile de se rendre dans le sud de l’enclave, je vais passer pour un colon d’extrême droite.

Quoi qu’il en soit, l’usage militant du terme « génocide » pour discréditer les actes de l’adversaire n’est pas neuf. Nétanyahou lui-même avait traité Yitzhak Rabin de nazi… Quant au Hamas, c’est un mouvement islamiste ultranationaliste qui plonge certaines de ses racines dans l’antisémitisme européen, mais ce ne sont pas des nazis.

Dani Dayan, le président de Yad Vashem, le mémorial israélien de la Shoah situé à Jérusalem, a sermonné l’ambassadeur d’Israël à l’ONU pour avoir accroché une étoile jaune sur sa poitrine. Cela montre-t-il une opposition entre une part d’Israël qui instrumentaliserait la mémoire de la Shoah pour justifier des crimes et une autre qui s’y refuse ? 

Il faut saluer la réaction de Dani Dayan, d’autant qu’il est issu des rangs du Likoud, c’est-à-dire de la droite israélienne. Mais pourquoi s’indigner qu’Israël fasse usage de cette mémoire de la Shoah ? La Shoah fait partie de l’ADN du pays. C’est une plaie qui ne se refermera jamais.

Bien sûr, des crimes de guerre ne peuvent être exonérés au nom de la Shoah, mais le fait qu’Israël possède une mémoire à vif de la Shoah est logique et ancien.

En 1981, quand Israël a bombardé le réacteur nucléaire Osirak, vendu à l’Irak par la France, le premier ministre d’alors, Menahem Begin, a justifié l’opération en disant : « Il n’y aura plus jamais de Shoah. »

Le fait de parler d’un « usage mémoriel » ou d’une « instrumentalisation » de la mémoire est une question de positionnement politique et idéologique. Pour les royalistes, la commémoration de la Révolution française par la République est une « instrumentalisation ».

Je trouve, comme le président de Yad Vashem, que le geste de l’ambassadeur d’Israël à l’ONU est déplorable et choquant. Mais pourquoi est-ce qu’alors personne ne relève ni ne déplore que Jean-Luc Mélenchon et plusieurs députés de La France insoumise portent à la boutonnière un pin’s en forme de triangle rouge, symbole des déportés politiques ?

Parce que La France insoumise ne possède pas une armée puissante en train de bombarder Gaza ?

Évidemment. Mais Jean-Luc Mélenchon a été candidat à la présidence et pourrait un jour disposer d’une armée puissante. La condamnation des usages mémoriels liés à l’histoire nazie vaut pour tout le monde, et les mêmes exigences s’imposent à tous et pas seulement à Israël.  

Diriez-vous, comme l’historien Enzo Traverso dans nos colonnes, que ce qui se passe aujourd’hui à Gaza « brouille la mémoire de l’Holocauste » ?

Pas du tout. Qu’Israël fasse un lien entre la Shoah et ce qui s’est passé le 7 octobre est logique quand on connaît ne serait-ce qu’un peu cette société. Le rêve d’un territoire où les juifs n’auraient pas à craindre l’antisémitisme a volé en éclats.

Et ceux qui refusent d’inscrire le 7 octobre dans la trajectoire de l’antisémitisme et de l’antijudaïsme pour en faire uniquement un rouage de l’affrontement entre Israël et la Palestine évacuent purement et simplement les articles 22 et 32 de la charte du Hamas qui rendent les juifs responsables du communisme, de la Révolution française, de la Première Guerre mondiale…

Le point 32 de cette charte fait explicitement référence au Protocole des Sages de Sion. On ne peut donc pas faire comme si l’antisémitisme européen n’avait pas imprégné une partie du monde arabe et musulman et voir dans la guerre actuelle le seul affrontement de deux nationalismes antagonistes.

Je ne vois pas non plus pourquoi Enzo Traverso qualifie Israël d’État « le plus ethnocentrique et territorial que l’on puisse imaginer ». Je n’ai aucune appétence pour le gouvernement Nétanyahou, mais cela me semble politiquement et factuellement faux. Que dire alors de la Russie de Poutine, de l’Inde de Modi, de la Hongrie de Orbán ?

Le gouvernement israélien actuel est ultranationaliste, mais il est loin d’être isolé sur la planète. Et parler d’État ethnocentrique pour Israël me paraît factuellement inexact dans la mesure où sa population est composée de juifs du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord, d’Éthiopie ou encore de Druzes…

Auschwitz a occupé une place centrale dans la constitution de l’antiracisme après la Seconde Guerre mondiale. Ce rôle est-il en train de s’effriter, voire s’est-il déjà désagrégé ?

Cela fait un moment qu’il a vacillé. L’antiracisme est historiquement lié à la lutte contre l’antisémitisme depuis l’affaire Dreyfus. La première organisation antiraciste française naît à la fin des années 1920 et s’intitule Ligue internationale contre l’antisémitisme (Lica). À la fin des années 1970, elle devient Licra avec l’ajout du « R » de « racisme ».

Mais certains militants antiracistes, notamment communistes, ont très rapidement omis de leur champ l’antisémitisme, tandis que Staline menait des politiques ouvertement antisémites, comme le prétendu complot des blouses blanches, ou lors du procès de Prague, dont la quasi-totalité des accusés étaient juifs. Dans certaines manifestations, notamment aux États-Unis, la lutte contre le racisme a évacué l’antisémitisme, parce que les juifs étaient identifiés aux Blancs et aux dominants.

L’idée que l’antisémitisme c’était seulement l’extrême droite a permis d’invisibiliser l’antisémitisme à gauche. Le racisme colonial n’était ni de droite ni de gauche. Et c’est pareil pour l’antisémitisme. Il est structurant pour l’extrême droite, mais il se porte bien dans toute une partie de la gauche et de l’extrême gauche.

Peut-on juger que les réactions des différents pays occidentaux par rapport à ce qui se passe en ce moment à Gaza sont alignées sur les responsabilités historiques des pays dans la Shoah ?

C’est évident pour l’Allemagne, dont le chancelier est le premier à s’être rendu à Tel-Aviv après le 7 octobre.

Le Royaume-Uni a une autre histoire. Quand le prince Harry se déguise en nazi, cela ne l’exonère pas, mais l’histoire n’est pas la même qu’en France parce que l’Angleterre, contrairement à la France, s’enorgueillit de n’avoir pas collaboré et d’avoir battu les nazis.

Le rapport du Royaume-Uni à ce qui se passe au Proche-Orient est encore compliqué parce que c’est ce pays qui était en charge de la Palestine mandataire. La société et les institutions britanniques ne sont pas comparables à la situation française et allemande. En Grande-Bretagne, il existe une expression identitaire et communautaire musulmane qui explique largement les manifestations massives qu’on voit à Londres par rapport à Berlin ou Paris.

Les États-Unis sont, quant à eux, encore marqués par une lourde culpabilité de n’avoir pas accueilli les juifs qui fuyaient l’extermination nazie.

La France est un cas particulier. Elle a collaboré avec les nazis, mais c’est aussi le premier pays à avoir accordé la citoyenneté aux juifs. Elle a soutenu la création d’Israël mais a mené une politique pro-arabe dans la région. Toutes ces histoires créent des rapports hétérogènes aux événements qui se déroulent en ce moment au Proche-Orient.

Le président de la République, dans une Lettre aux Français, a déploré « l’insupportable résurgence d’un antisémitisme débridé » : est-ce que ce sont les bons termes ?

Oui, même si les sondages montrent que la grande majorité de la population française réprouve l’antisémitisme et que celui-ci est loin d’être généralisé. Mais il est indéniable que les antisémites sont aujourd’hui ragaillardis, notamment à l’extrême droite et parmi les populations d’origine arabe ou musulmane, où le conflit israélo-palestinien pèse.  

Nous sommes dans un moment antisémite, comme nous en avons connu d’autres dans l’histoire. Mais celui-ci est inédit, parce qu’il a rarement été aussi palpable dans l’atmosphère. Mille cinq cents actes antisémites en quelques semaines, c’est énorme.

Il faut comprendre que la peur se diffuse, parce que nous sommes face à un phénomène dynamique au sens physique du terme. Au moment de l’attentat de Mohammed Merah ou même de l’Hyper Cacher, on n’a pas vu cette peur du quotidien se répandre dans la communauté juive comme elle se répand aujourd’hui, parce que les agressions semblent pouvoir venir de partout, et pas seulement d’actes terroristes.

Link to comment
Share on other sites

https://english.elpais.com/international/2023-11-24/israel-summons-spanish-belgian-ambassadors-following-criticism-during-visit-to-rafah.html

S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe au poste frontière de Rafah, à Gaza, vendredi, M. Sánchez a déclaré qu'il était temps que la communauté internationale et l'Union européenne reconnaissent une fois pour toutes un État palestinien. Il a ajouté qu'il serait préférable que l'UE le fasse ensemble, "mais si ce n'est pas le cas ... l'Espagne prendra ses propres décisions".

"Je réitère également le droit d'Israël à se défendre, mais il doit le faire dans le respect des paramètres et des limites imposés par le droit humanitaire international, ce qui n'est pas le cas", a déclaré M. Sánchez. "Le meurtre aveugle de civils, dont des milliers de garçons et de filles, est tout à fait inacceptable".

Le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Albares, a répondu à la convocation de l'ambassadeur d'Espagne vendredi en fin de journée. "Les accusations du gouvernement israélien contre le président du gouvernement et le premier ministre belge sont totalement fausses et inacceptables", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous les rejetons catégoriquement".

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Omer Bartov :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/10/27/omer-bartov-historien-israel-ne-semble-disposer-d-aucun-plan-politique-il-ne-dispose-que-d-un-plan-militaire-tres-hasardeux_6196683_3232.html

Le 4 août, plusieurs collègues et moi-même avions lancé une pétition intitulée « The Elephant in the Room » :

https://sites.google.com/view/israel-elephant-in-the-room/home

Nous, universitaires, membres du clergé et autres personnalités publiques d'Israël/Palestine et de l'étranger, attirons l'attention sur le lien direct entre la récente attaque d'Israël contre le système judiciaire et son occupation illégale de millions de Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés. Les Palestiniens sont privés de la quasi-totalité des droits fondamentaux, y compris le droit de vote et de protestation. Ils sont confrontés à une violence constante : rien que cette année, les forces israéliennes ont tué plus de 190 Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza et démoli plus de 590 structures. Les groupes d'autodéfense des colons brûlent, pillent et tuent en toute impunité.

Sans droits égaux pour tous, que ce soit dans un État, dans deux États ou dans un autre cadre politique, il y a toujours un risque de dictature. Il ne peut y avoir de démocratie pour les Juifs en Israël tant que les Palestiniens vivent sous un régime d'apartheid, comme l'ont décrit les experts juridiques israéliens. En effet, le but ultime de la révision judiciaire est de renforcer les restrictions sur Gaza, de priver les Palestiniens de l'égalité des droits tant au-delà de la ligne verte qu'à l'intérieur de celle-ci, d'annexer davantage de terres et de nettoyer ethniquement tous les territoires sous domination israélienne de leur population palestinienne. Les problèmes n'ont pas commencé avec le gouvernement radical actuel : Le suprémacisme juif se développe depuis des années et a été consacré par la loi sur l'État-nation de 2018.

Les Juifs américains sont depuis longtemps à l'avant-garde des causes de justice sociale, de l'égalité raciale au droit à l'avortement, mais ils n'ont pas accordé suffisamment d'attention à l'éléphant dans la pièce : L'occupation israélienne de longue date qui, nous le répétons, a engendré un régime d'apartheid. Au fur et à mesure qu'Israël se droitise et tombe sous le charme du programme messianique, homophobe et misogyne du gouvernement actuel, les jeunes juifs américains s'en éloignent de plus en plus. Pendant ce temps, des milliardaires juifs américains soutiennent l'extrême droite israélienne.

En ce moment d'urgence, mais aussi de possibilité de changement, nous appelons les leaders du judaïsme nord-américain - dirigeants de fondations, universitaires, rabbins, éducateurs - à :

Soutenir le mouvement de protestation israélien, tout en l'appelant à embrasser l'égalité pour les Juifs et les Palestiniens à l'intérieur de la Ligne verte et dans les Territoires palestiniens occupés.

Soutenir les organisations de défense des droits de l'homme qui défendent les Palestiniens et fournissent des informations en temps réel sur la réalité vécue de l'occupation et de l'apartheid.

S'engager à revoir les normes et les programmes éducatifs destinés aux enfants et aux jeunes juifs afin de fournir une évaluation plus honnête du passé et du présent d'Israël.

Exiger des dirigeants élus des États-Unis qu'ils contribuent à mettre fin à l'occupation, qu'ils limitent l'aide militaire américaine aux territoires palestiniens occupés et qu'ils mettent fin à l'impunité d'Israël au sein des Nations unies et d'autres organisations internationales.

Fini le silence. Il est temps d'agir.

  • Thanks 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Omer Bartov :

https://de.wikipedia.org/wiki/Omer_Bartov#Zum_Krieg_in_Israel_und_Gaza_2023

Le 10 octobre 2023, Bartov s'est exprimé dans un article pour le New York Times sur la question des accusations de génocide portées contre Israël dans le cadre de la guerre en Israël et à Gaza en 2023. Bartov a séparé le crime de guerre de l'épuration ethnique de celui du génocide. Selon le point de vue de Bartov à l'époque, les événements ne remplissaient certes pas les conditions du génocide, mais il a mis en garde contre le fait que les déclarations de politiciens et de militaires israéliens indiquant une "intention génocidaire" pourraient se transformer en actes. Bartov a ainsi établi un parallèle avec l'Holocauste, où l'objectif initial des nazis de déporter les Juifs d'Europe s'était finalement transformé en génocide.

Bartov s'est référé à diverses déclarations, comme celles du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a notamment établi un lien entre la guerre à Gaza et l'appel biblique à l'extermination totale du peuple Amalécite (Deutéronome 25, 17-19). Le major-général israélien à la retraite Giora Eiland a déclaré "L'État d'Israël n'a pas d'autre choix que de faire de Gaza un lieu temporairement ou définitivement inhabitable. [...] La création d'une grave crise humanitaire à Gaza est un moyen nécessaire pour atteindre cet objectif". Le ministre israélien de la Défense Joaw Galant a déclaré : "Nous nous battons contre des animaux humains et nous agissons en conséquence". Bartov considère cette déclaration comme une indication d'une déshumanisation aux "échos génocidaires".

Bartov résume : "Et donc, même si nous ne pouvons pas affirmer que l'armée vise explicitement les civils palestiniens, d'un point de vue fonctionnel et rhétorique, nous pourrions être témoins d'une opération de nettoyage ethnique qui pourrait rapidement se transformer en génocide, comme cela s'est produit plus d'une fois dans le passé. [...]. Si nous pensons vraiment que l'Holocauste nous a donné une leçon sur l'importance - ou vraiment, la nécessité - de préserver notre propre humanité et notre dignité en protégeant celle des autres, c'est le moment de nous lever et d'élever nos voix avant que les dirigeants d'Israël ne le précipitent, lui et ses voisins, dans l'abîme. Il est encore temps d'empêcher Israël de transformer ses actions en génocide. Nous ne pouvons pas attendre un instant de plus".

En novembre 2023, Bartov, aux côtés d'autres historiens et des premiers signataires d'une lettre ouverte [1], a appelé à ne pas comparer l'attaque terroriste du Hamas à l'Holocauste. Cela déformerait les "causes de la violence en Israël-Palestine" et encouragerait le racisme anti-arabe.

https://www.nybooks.com/online/2023/11/20/an-open-letter-on-the-misuse-of-holocaust-memory/

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 25/11/2023 à 13:34, Wallaby a dit :

S'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe au poste frontière de Rafah, à Gaza, vendredi, M. Sánchez a déclaré qu'il était temps que la communauté internationale et l'Union européenne reconnaissent une fois pour toutes un État palestinien. Il a ajouté qu'il serait préférable que l'UE le fasse ensemble, "mais si ce n'est pas le cas ... l'Espagne prendra ses propres décisions".

"Je réitère également le droit d'Israël à se défendre, mais il doit le faire dans le respect des paramètres et des limites imposés par le droit humanitaire international, ce qui n'est pas le cas", a déclaré M. Sánchez. "Le meurtre aveugle de civils, dont des milliers de garçons et de filles, est tout à fait inacceptable".

Le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Albares, a répondu à la convocation de l'ambassadeur d'Espagne vendredi en fin de journée. "Les accusations du gouvernement israélien contre le président du gouvernement et le premier ministre belge sont totalement fausses et inacceptables", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous les rejetons catégoriquement".

EH bien Israël prend le risque de se fâcher avec ses soutiens occidentaux. Je ne suis pas sûr que çà soit une situation soutenable.

Link to comment
Share on other sites

https://www.irishtimes.com/opinion/2023/11/07/fintan-otoole-ireland-is-taking-a-risk-with-its-stance-on-gaza-but-someone-has-to/

Lorsque la politique étrangère irlandaise est décente, elle tourne autour d'une idée simple : la cohérence. Cela signifie qu'il faut essayer, dans un monde où il y a deux poids et deux mesures, d'insister sur une norme unique.

Cela peut sembler futile lorsque, après l'assaut meurtrier du Hamas contre les Israéliens, la Russie, tout en tuant quotidiennement des civils ukrainiens sans scrupule ni conscience, a présenté une résolution à l'ONU qui "condamne fermement toutes les violences et hostilités contre les civils".

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré il y a un an que "les attaques ciblées contre des infrastructures civiles dans le but évident de priver des hommes, des femmes et des enfants d'eau, d'électricité et de chauffage à l'approche de l'hiver sont des actes de pure terreur et nous devons les qualifier comme tels". Il ne fait aucun doute pour elle que de telles attaques constituent des crimes de guerre. Mais seulement parce qu'elle parlait des attaques de la Russie contre l'Ukraine. Lorsqu'Israël a annoncé qu'il faisait la même chose à la population de Gaza, elle a pleinement soutenu ces "actes de pure terreur".

Et nul ne peut douter que si Gaza faisait partie de l'Ukraine et qu'Israël était la Russie, les États-Unis seraient au premier rang de l'indignation internationale. La seule cohérence que nous obtenons est la morne persistance d'une incohérence éhontée.

Nous savons que l'Irlande ne peut tout simplement pas avoir une politique étrangère indépendante si elle se contente de faire écho à ce que les États-Unis ou l'UE souhaitent dire sur telle ou telle violation des droits de l'homme. Nous finirions comme des chiens qui hochent la tête dans la vitre arrière d'une Chevvy.

  • Like 1
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Paul Pillar :

https://responsiblestatecraft.org/israel-gaza-us-interests/ (1er décembre 2023)

Le mythe qui sous-tend l'objectif israélien déclaré de "détruire le Hamas" est qu'il existerait une capacité hostile clairement définie qui puisse être détruite et dont l'élimination mettrait fin à la violence émanant de Gaza. Ce mythe ne tient pas compte du fait que même si la capacité utilisée par le Hamas à Gaza lors de son attaque du 7 octobre disparaissait, le Hamas utilise depuis longtemps d'autres capacités meurtrières, telles que des kamikazes individuels, pour frapper Israël. Il ne tient pas compte du fait que les souffrances supplémentaires qu'Israël a infligées à Gaza augmentent le nombre de recrues qui sont en colère contre Israël et qui sont prêtes à remplacer toute capacité que les forces de défense israéliennes parviennent à détruire.

Plus fondamentalement, elle ne tient pas compte du fait que le Hamas n'est qu'une manifestation de la colère et du ressentiment qui prendront d'autres formes tant que l'occupation et le déni d'autodétermination et maintenant, davantage de dévastation aux mains des forces de défense israéliennes se poursuivront.

Les dommages causés aux intérêts stratégiques américains par la poursuite de l'assaut à Gaza sont liés au fait que les États-Unis sont largement considérés, à juste titre, comme partageant la responsabilité de l'une des plus grandes catastrophes humanitaires provoquées par l'homme depuis la Seconde Guerre mondiale. Comme beaucoup d'autres aspects du conflit actuel, l'histoire n'a pas commencé le 7 octobre. La couverture diplomatique que les États-Unis accordent depuis longtemps aux politiques israéliennes de blocus et d'occupation, y compris par leur veto au Conseil de sécurité des Nations unies, fait partie de cette histoire. Il en va de même pour l'octroi à Israël d'une aide volumineuse et inconditionnelle, qui, corrigée de l'inflation, s'élève à plus de 300 milliards de dollars.

Dans le contexte de la guerre actuelle, l'administration Biden demande que 14,3 milliards de dollars supplémentaires soient accordés à Israël, en plus des largesses annuelles habituelles. En cas de poursuite de la guerre, une part relativement faible de cette aide irait à ce que l'on peut légitimement appeler la défense. La majeure partie de cette aide servirait à détruire davantage la bande de Gaza.

La crédibilité des États-Unis souffre de tout cela, en particulier en ce qui concerne les questions de guerre et de paix. Les invocations américaines d'un "ordre international fondé sur des règles" sont méprisées et rejetées lorsque le monde voit les États-Unis faciliter le mépris flagrant et mortel d'Israël pour les lois de la guerre et d'autres lois internationales.

Le président lui-même a établi un lien entre les deux guerres, ne serait-ce que pour obtenir une aide à la fois pour Israël et pour l'Ukraine par le biais d'un Congrès divisé. Les observateurs étrangers peuvent constater que dans l'un de ces conflits, les États-Unis soutiennent la résistance à une occupation armée (par la Russie du territoire ukrainien) tandis que dans l'autre, ils soutiennent l'occupant.

Le lien établi par M. Biden entre les deux guerres encourage également les comparaisons entre l'ampleur des morts et des destructions, comme le fait que le nombre de femmes et d'enfants tués en sept semaines d'attaques israéliennes sur la bande de Gaza est plus de deux fois supérieur au nombre de personnes tuées en près de deux ans d'attaques russes en Ukraine.

Le rôle dominant joué par les États-Unis depuis des décennies dans le "processus de paix" au Moyen-Orient dans lequel les États-Unis ont souvent joué le rôle d'avocat d'Israël a été un échec (...) [contribuant] à un déclin de l'influence américaine dans la région, et probablement ailleurs, par rapport à celle de la Chine.

Au Moyen-Orient, le boycott des produits et services des entreprises américaines est déjà en cours.

Plus inquiétant encore, la colère suscitée par l'assaut contre Gaza stimulera le terrorisme anti-américain. L'un des thèmes les plus récurrents dans la propagande et les aveux des terroristes qui ont attaqué des intérêts américains dans le passé est qu'ils ripostaient au soutien des États-Unis à l'asservissement des Palestiniens par Israël. Comme le suggèrent les récents appels aux armes d'Al-Qaïda et de l'État islamique, l'intensification de la colère résultant de l'assaut sur Gaza pourrait stimuler un nouveau terrorisme contre non seulement Israël, mais aussi contre son protecteur américain.

Les ingrédients sont réunis pour que se répète la relation perverse entre le terrorisme et la malheureuse guerre américaine en Irak. Bien que cette guerre ait été présentée de manière trompeuse comme faisant partie d'une "guerre contre le terrorisme", l'un de ses effets a été d'accroître le terrorisme, notamment en donnant naissance au groupe qui est devenu l'État islamique.

Ces coûts majeurs pour les intérêts américains peuvent être réduits si les États-Unis appellent fermement et clairement à un cessez-le-feu permanent à Gaza et utilisent leur influence pour inciter Israël à aller dans cette direction.

Concernant l'intérêt israélien qui devrait compter le plus la sécurité à long terme des citoyens israéliens l'administration peut honnêtement dire aux Israéliens qu'un arrêt rapide du massacre à Gaza et un recours à des moyens politiques pour résoudre le conflit israélo-palestinien sont bien plus susceptibles d'assurer cette sécurité que la poursuite de la vie par l'épée.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2023/12/04/opinion/israel-protests-free-speech.html

Si vous voulez comprendre le fossé générationnel déchirant sur Israël parmi de nombreux juifs américains de gauche, le documentaire "Israelism" [1], sorti cette année, est un bon point de départ.

Il est en grande partie centré sur l'évolution politique de Simone Zimmerman, qui a été élevée comme une sioniste convaincue, a commencé à remettre en question ses convictions alors même qu'elle défendait Israël à l'université de Californie, à Berkeley, et a été transformée par sa rencontre avec la dure réalité de l'occupation palestinienne. Mme Zimmerman a ensuite cofondé IfNotNow, un groupe juif anti-occupation qui a été à l'avant-garde de nombreuses manifestations contre la guerre d'Israël à Gaza.

Mais en novembre, lorsque des étudiants juifs progressistes de l'université de Pennsylvanie ont tenté de projeter le film, l'université leur en a refusé l'autorisation, invoquant la crainte d'une "réaction négative potentielle sur le campus". Les étudiants ont tout de même projeté le film et risquent à présent de faire l'objet de mesures disciplinaires. Au début du mois, le Hunter College de New York a également annulé la projection d'"Israelism", sa présidente par intérim, Ann Kirschner, invoquant "le danger d'une rhétorique antisémite et clivante". Devant l'indignation du personnel et des étudiants, l'événement a été reprogrammé pour cette semaine.

L'université de New York et celle de Berkeley sont poursuivies en justice par des personnes qui affirment qu'elles ont permis à l'antisémitisme de se développer. Les grands donateurs de plusieurs écoles suppriment leur financement.

Les partisans d'Israël promeuvent souvent une définition de l'antisémitisme publiée par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste en 2016, qui définit le rejet ou la diabolisation de l'État juif comme une forme de sectarisme antijuif.

L'administration Trump a publié un décret l'adoptant aux fins de l'application de la loi fédérale sur les droits civiques. Cette semaine, la Chambre votera une résolution reprenant la définition et proclamant que "l'antisionisme est de l'antisémitisme".

J'ai demandé à M. Chemerinsky, éminent spécialiste de la liberté d'expression, ce que signifierait pour les écoles l'application d'une interdiction de l'antisémitisme telle que définie par l'alliance. "Je ne vois pas comment cela pourrait se faire dans une université publique sans violer le premier amendement", a-t-il répondu.

[1] bande annonce :

 

 

Edited by Wallaby
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ilan_Pappé#Affaire_Katz

Ilan Pappé a publiquement soutenu une thèse de maîtrise par un étudiant de l'Université de Haïfa, Teddy Katz, qui affirmait qu'Israël avait commis un massacre dans le village palestinien de Tantura pendant la guerre en 1948. En décembre 2000, Katz a été poursuivi pour diffamation par des vétérans de la brigade Alexandroni et est condamné par la justice pour avoir dénaturé les témoignages et modifié les déclarations des témoins. Il signe qu'il se retire de l'accusation de massacre et publier des excuses. Ilan Pappé continue de soutenir la thèse malgré la condamnation. Un film publié récemment en Israël confirme les accusations de Katz et les vétérans reconnaissent eux-mêmes qu'ils ont menti en 2000 [1].

[1] https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/israel-1948-le-massacre-de-tantoura-a-bien-eu-lieu,5338 (2 février 2022)

Sylvain Cypel, Israël, 1948. Le massacre de Tantoura a bien eu lieu

En 2005, j’avais commencé mon livre Les Emmurés (La Découverte, 2006) par le récit de cette affaire, qui m’était apparue symptomatique du rapport officiel israélien au passé du pays, un rapport régi dès le départ par le déni des faits et des réalités. J’avais longuement rencontré Katz et Pappé. Katz, qui se disait toujours fervent sioniste, mais attaché à la vérité historique, était un homme brisé. Pappé, lui, était désabusé, tant la société israélienne lui semblait incapable de sortir du déni et du mensonge. Bientôt, il quittera Israël pour continuer son métier d’historien dans une université britannique.

Plus de vingt ans ont passé depuis. Et voilà qu’en Israël un documentaire, simplement titré Tantura et réalisé par le cinéaste Alon Schwartz aidé de l’historien Adam Raz, diffuse les témoignages de plusieurs soldats de la brigade Alexandroni. Tous âgés aujourd’hui de plus de 90 ans, ils déclarent publiquement que Katz avait raison : un massacre a bien été commis par leur bataillon à Tantura le 23 mai 1948.

Tantura, on l’imagine, a été rasé très vite par Israël, comme l’ont été plusieurs centaines d’autres villages palestiniens. Sur ses terres ont été érigés le kibboutz Nahsholim et une plage très prisée des baigneurs israéliens, nommée Dor Beach.

Ce documentaire, présenté fin janvier [2022] aux États-Unis au festival de Sundance créé par Robert Redford, où il a été plébiscité, met un point final aux polémiques et aux pathétiques dénégations des historiens israéliens officiels.

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/05/14/en-israel-le-retour-des-fantomes-de-la-nakba_6173344_3210.html (14 mai 2023)

« La question n’est pas : est-ce que 60, 100 ou 200 personnes ont été tuées à Tantura. Ce qui est important, c’est qu’il y a eu un massacre et qu’il a été effacé », souligne le réalisateur.

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Wallaby a dit :

Ilan Pappé a publiquement soutenu une thèse de maîtrise par un étudiant de l'Université de Haïfa, Teddy Katz, qui affirmait qu'Israël avait commis un massacre dans le village palestinien de Tantura pendant la guerre en 1948. En décembre 2000, Katz a été poursuivi pour diffamation par des vétérans de la brigade Alexandroni et est condamné par la justice pour avoir dénaturé les témoignages et modifié les déclarations des témoins. Il signe qu'il se retire de l'accusation de massacre et publier des excuses. Ilan Pappé continue de soutenir la thèse malgré la condamnation. Un film publié récemment en Israël confirme les accusations de Katz et les vétérans reconnaissent eux-mêmes qu'ils ont menti en 2000 [1].

 

Dans le documentaire Tantura apparu en 2022, les soldats de la brigade Alexandroni et autres en parle ouvertement et décrivent l'atrocité de ce qu'ils ont fait et comment ils ont tué, massacré et violé des centaines de personnes et en ils en rient sans problème...

Voila le documentaire: https://archive.org/details/tantura_2022

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Avec des exemples comme celui de Tantura voit bien la les limites de la simple admission des faits. Un pro-israéliens qui admettrait un cas comme celui-là y verrait quelque chose d'exceptionnel, un accident. En revanche il va interprété le 7 Octobre comme quelque chose de structurel, de systématique. Et l'inverse évidemment en fonction du camp dans lequel on se situe. Parce que ce ne sont pas les faits qui forment le récit mais le récit qui est lu dans les faits (en général soigneusement sélectionné, quand ils ne sont pas complétement déformé voire inventé). 

L'intention du "lecteur" est ce qui prime : victoire (au moins symbolique/morale) d'un camp ou recherche de vérité.

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

https://afriquexxi.info/En-Afrique-du-Sud-les-tiraillements-de-la-communaute-juive (4 décembre 2023)

En Afrique du Sud, les tiraillements de la communauté juive

Lundi 20 novembre 2023, alors que Pretoria appelait la Cour pénale internationale (CPI) à arrêter le Premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, l’État hébreu rappelait à Tel-Aviv son ambassadeur en poste en Afrique du Sud, Eli Belotserkovsky. Le lendemain, le Parlement sud-africain votait à une écrasante majorité en faveur de la fermeture de l’ambassade israélienne à Pretoria. Des positions dénoncées par la South African Zionist Federation (SAZF), la plus ancienne et importante organisation juive du pays. Mais cette réaction n’a pas plu à tout le monde : des juifs s’en sont publiquement désolidarisés et ont lancé un appel historique à cesser de les associer à la défense inconditionnelle d’Israël.

[Ce] qui ne doit pas occulter le rôle majeur joué par des militants juifs au sein de l’ANC. Et ce jusque dans les rangs de sa branche militaire, Umkhonto we Sizwe (« le fer de lance de la nation », en zoulou), que dirigeait Joe Slovo, un descendant d’immigrés juifs lituaniens.

Arrêté en 1962, Slovo quitte alors l’Afrique du Sud et supervise les activités militaires de l’ANC pendant ses vingt-sept années d’exil. En 1985, il est le premier Blanc à faire partie de la direction nationale du parti, poste qu’il cumule avec celui de chef d’état-major d’Umkhonto we Sizwe, puis celui de secrétaire général du Parti communiste sud-africain. Selon Adam Mendelsohn, professeur à l’Université de Cape Town, spécialiste des minorités religieuses en Afrique du Sud et directeur du Kaplan Centre for Jewish Studies, « l’implication des juifs dans les mouvements anti-apartheid est en grande partie un héritage de la politique radicale que les juifs ont apportée avec eux d’Europe de l’Est ».

« Les juifs avaient l’esprit plus ouvert que le reste des Blancs sur les questions raciales et politiques, peut-être parce que, dans l’histoire, ils avaient eux-mêmes été victimes de préjugés », écrivait Nelson Mandela dans son autobiographie.

La lutte des juifs contre l’apartheid s’est menée au-delà des cadres de l’ANC, à l’image d’Helen Suzman, figure majeure de l’opposition progressiste de 1953 à 1989. Fille d’émigrés juifs lituaniens ayant fui l’antisémitisme, Suzman a combattu avec fermeté l’engrenage raciste des lois ségrégationnistes et est demeurée la seule députée d’opposition pendant treize ans au sein du Parlement sud-africain (de 1961 à 1974).

Durant cette période, c’est paradoxalement l’apartheid qui favorise l’ancrage du sionisme chez les juifs sud-africains. Cet engagement n’entre alors pas forcément en contradiction avec la lutte contre le régime raciste de Pretoria.

Le 15 novembre 2023, dans une lettre ouverte publiée dans le journal sud-africain The Daily Maverick, plus de 700 juifs sud-africains, dont des personnalités publiques comme l’artiste William Kentridge ou Jonathan Berger, avocat au barreau de Johannesburg, se sont dressés contre les discours visant à essentialiser les opinions de la communauté : « Nous rejetons les tentatives d’amalgame entre les parties à ce conflit et des groupes religieux ou ethniques entiers, tout comme nous rejetons l’idée que la critique de l’État d’Israël constitue nécessairement de l’antisémitisme ».

Parmi les juifs critiques d’Israël figure notamment Ronnie Kasrils, l’ancien ministre des Services de renseignements (2004-2008). Figure de la lutte anti-apartheid, Ronnie Kasrils dénonce régulièrement l’occupation israélienne dans les médias.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.politico.com/news/2023/12/02/swing-state-muslim-leaders-biden-00129758

Des dirigeants musulmans de plusieurs États bascules [c'est à dire ceux où les Républicains et les Démocrates sont au coude-à-coude et où la bataille de l'élection présidentielle est la plus serrée] se sont rendus samedi à Dearborn, dans le Michigan, pour lancer une campagne nationale contre la réélection du président Joe Biden, en réaction à sa gestion du conflit entre Israël et le Hamas.

Les organisateurs du Michigan, du Minnesota, de l'Arizona, du Wisconsin, de la Floride, de la Géorgie, du Nevada et de la Pennsylvanie ont baptisé cette campagne "AbandonBiden" et se sont engagés à faire en sorte que Joe Biden ne puisse pas faire un second mandat.

Link to comment
Share on other sites

https://foreignpolicy.com/2023/12/07/israel-united-states-military-aid-conditions-gaza-hamas-palestine/

Dans un article du New York Times qui donne à réfléchir [1], le sénateur Bernie Sanders préconise de conditionner l'aide militaire américaine à Israël à des changements de politique. Il a présenté plusieurs étapes, allant de la fin du conflit à Gaza à l'engagement d'Israël dans des pourparlers de paix globaux en vue d'une solution à deux États à l'issue du conflit. Reconnaissant les insuffisances passées de l'approche américaine, M. Sanders a souligné la nécessité de passer d'efforts de bonne volonté à des stratégies plus efficaces.

Les précédents historiques, notamment le refus de l'administration de George H.W. Bush, en 1991, d'approuver des garanties de prêt de 10 milliards de dollars pour Israël à moins qu'il ne gèle la construction des colonies, démontrent l'efficacité potentielle de la pression américaine. Historiquement, cette forme d'influence extérieure a aidé le centre-gauche israélien à contester les politiques gouvernementales. Elle a joué un rôle essentiel dans l'ascension du gouvernement modéré d'Yitzhak Rabin en 1992. Imposer de telles pressions aujourd'hui pourrait inspirer le centre-gauche à défendre un programme plus favorable à la paix.

[1] https://www.nytimes.com/2023/11/22/opinion/bernie-sanders-israel-gaza.html

 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Le 06/12/2023 à 11:40, Wallaby a dit :

Le 15 novembre 2023, dans une lettre ouverte publiée dans le journal sud-africain The Daily Maverick, plus de 700 juifs sud-africains, dont des personnalités publiques comme l’artiste William Kentridge ou Jonathan Berger, avocat au barreau de Johannesburg, se sont dressés contre les discours visant à essentialiser les opinions de la communauté : « Nous rejetons les tentatives d’amalgame entre les parties à ce conflit et des groupes religieux ou ethniques entiers, tout comme nous rejetons l’idée que la critique de l’État d’Israël constitue nécessairement de l’antisémitisme ».

En voilà une vrai raison d'espérer.

Link to comment
Share on other sites

Chris Hedges :

https://chrishedges.substack.com/p/the-evil-israel-does-is-the-evil (10 décembre 2023)

J'ai connu le Dr Abdel Aziz al-Rantisi, cofondateur du Hamas, ainsi que le cheikh Ahmed Ismail Yassin. La famille d'Al-Rantisi a été expulsée de la Palestine historique par les milices sionistes lors de la guerre israélo-arabe de 1948. Il ne correspondait pas à l'image diabolisée d'un dirigeant du Hamas. C'était un pédiatre qui parlait doucement, s'exprimait bien et avait un niveau d'éducation élevé. Il était le premier de sa classe à l'université égyptienne d'Alexandrie.

À l'âge de neuf ans, il a assisté à Khan Younis à l'exécution de 275 hommes et garçons palestiniens, dont son oncle, lors de la brève occupation israélienne de la bande de Gaza en 1956, qui a fait l'objet du livre magistral de Joe Sacco, Footnotes in Gaza [1]. Des dizaines de Palestiniens ont également été exécutés par des soldats israéliens dans la ville voisine de Rafah, où des dizaines de milliers de Palestiniens sont actuellement contraints de fuir depuis que Khan Younis est attaquée.

"Je me souviens encore des gémissements et des larmes de mon père sur son frère", nous a confié al-Rantisi à Sacco et à moi lors d'une visite à son domicile. "Je n'ai pas pu dormir pendant de nombreux mois après cela... Cela a laissé une blessure dans mon cœur qui ne pourra jamais guérir. Je vous raconte une histoire et je pleure presque. Ce genre d'action ne peut jamais être oublié... [Ils] ont semé la haine dans nos cœurs".

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaza_1956._En_marge_de_l'Histoire

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

Le 10/12/2023 à 15:55, herciv a dit :

En voilà une vrai raison d'espérer.

Les juifs hors Israël sont des victimes du conflit Israélo-Palestinien ... elle y sont naturellement associées quelques soit leur position sur le sujet.

Ça a même été instrumentalisé par les organisme d’immigration israélien ... pour provoquer des appels d'air et essayer de densifier un peu la démographie pas trop favorable.

Link to comment
Share on other sites

https://laviedesidees.fr/Micro-histoire-dans-la-ville-sainte (13 avril 2023)

À propos de Vincent Lemire, Au pied du Mur. Vie et mort du quartier maghrébin de Jérusalem (1187-1967)

L’originalité du travail de Vincent Lemire est d’éclairer la politique française à Jérusalem afin de financer les activités charitables du waqf des Maghrébins, au nom de sa tutelle coloniale sur le Maghreb. Il démontre enfin, archives municipales à l’appui, que la destruction du quartier maghrébin la nuit du 10 juin 1967 par quinze entrepreneurs israéliens a été en réalité un acte préparé de façon méthodique par le gouvernement israélien avec l’aval du maire de la partie israélienne.

https://laviedesidees.fr/La-judeite-contre-la-violence-d-Etat (18 juillet 2014)

À propos de : Judith Butler, Vers la cohabitation. Judéité et critique du sionisme

https://laviedesidees.fr/Une-histoire-de-la-Palestine-enjeux-et-perils (14 mai 2008)

À propos de Gudrun Krämer, A History of Palestine. From the Ottoman conquest to the founding of the State of Israel

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je regarde (enfin) "the gatekeepers", film d'entretiens avec d'anciens responsables su Shin Bet bien antérieur aux évènements récents. Une phrase d'un responsable du Shin Bet en charge de la coopération avec les services de l'autorité palestinienne (leur plus efficace levier dit-il) me semble particulièrement intéressante : "les Palestiniens me disaient qu'ils n'étaient pas nos agents, qu'ils n'arrêtaient pas les gens du Hamas pour nous, mais uniquement parce que le peuple palestinien croyait qu'au bout du compte viendrait le jour où il aurait son propre État au côté d'Israël. Si nous cessons d'y croire ne comptez plus sur nous"...

Edited by gustave
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 13/12/2023 à 14:32, Wallaby a dit :

https://laviedesidees.fr/Micro-histoire-dans-la-ville-sainte (13 avril 2023)

À propos de Vincent Lemire, Au pied du Mur. Vie et mort du quartier maghrébin de Jérusalem (1187-1967)

L’originalité du travail de Vincent Lemire est d’éclairer la politique française à Jérusalem afin de financer les activités charitables du waqf des Maghrébins, au nom de sa tutelle coloniale sur le Maghreb. Il démontre enfin, archives municipales à l’appui, que la destruction du quartier maghrébin la nuit du 10 juin 1967 par quinze entrepreneurs israéliens a été en réalité un acte préparé de façon méthodique par le gouvernement israélien avec l’aval du maire de la partie israélienne.

 

A propos de celui-ci :

https://www.mediapart.fr/journal/international/091223/vincent-lemire-les-moments-historiques-tragiques-creent-des-espaces-de-politisation-inedits

VincentVincent Lemire est professeur d’histoire à l’université Gustave-Eiffel Paris-Est, ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (1994), agrégé d’histoire (1998), docteur en histoire (2006), ancien directeur du Centre de recherche français à Jérusalem (CNRS-MAE) entre 2019 et 2023 et directeur du projet européen www.openjerusalem.org.

Il a notamment publié La Soif de Jérusalem. Essai d’hydrohistoire (1840-1948) (Éditions de la Sorbonne, 2010) ; Jérusalem 1900. La Ville sainte à l’âge des possibles (Armand Colin 2012, réed. Points Seuil 2016) ; Au pied du Mur. Vie et mort du quartier maghrébin de Jérusalem (1187-1967) (Seuil, 2022) et une Histoire de Jérusalem en bande dessinée aux éditions Les Arènes (2022), en cours de traduction dans une dizaine de langues, dont l’arabe et l’hébreu.

Pour Mediapart, il revient, deux mois après les attaques du 7 octobre, sur l’histoire dense et les projections possibles de la guerre en cours. 

Pourquoi Gaza est-elle le pivot de la résistance palestinienne et le cœur du conflit actuel ?

Aujourd’hui, 80 % de la population de Gaza est composée de réfugiés ou de descendants de réfugiés. Gaza, c’est un modèle réduit de la Palestine : les villes, les camps, les quartiers sont structurés en fonction des régions d’origine des réfugiés palestiniens.

À cela s’ajoute une très forte tradition d’autonomie et de résistance, qui a fait de Gaza un verrou stratégique dans toutes les conquêtes de l’histoire, qu’il s’agisse de l’armée romaine au premier siècle de notre ère, des Britanniques en 1917 (qui doivent s’y reprendre à trois fois pour conquérir la ville), de l’armée israélienne qui y mène une longue incursion en 1956-1957 avant d’évacuer la zone, ou de cette même armée israélienne qui met plus de quatre ans, entre 1967 et 1971, pour en reprendre le contrôle.

En fait, Israël n’a jamais su quoi faire de Gaza. Elle y a d’abord installé des colons, mais en relativement petits nombres, avant de s’en retirer unilatéralement en 2005. L’Égypte elle-même n’a fait qu’administrer la bande de Gaza après 1949, elle s’est toujours refusée à l’annexer, à la différence de ce qu’avait fait la Jordanie avec la Cisjordanie, au même moment. Aujourd’hui, la bande de Gaza est une agglomération d’immenses camps de réfugiés, ce qui en fait un imprenable îlot de résistance. D’un point de vue sociologique, la résistance palestinienne s’est toujours structurée dans les camps de réfugiés, comme on le voit aussi à Jénine en Cisjordanie. Les populations déracinées sont plus disponibles pour la lutte armée que les populations enracinées et encadrées par des logiques familiales ou claniques.

Mais, après les massacres du 7 octobre, après le déplacement forcé de plus de 1,5 million de Gazaouis du nord vers le sud, avec l’intensification actuelle de l’offensive dans le Sud, toute cette longue histoire de Gaza a basculé dans autre chose : le vrai enjeu, dans les jours qui viennent, c’est de savoir si la situation humanitaire va devenir à ce point catastrophique qu’elle obligerait l’Égypte à ouvrir ses frontières, comme Israël en fait probablement le pari, en rendant la situation tellement impossible et effroyable pour les Gazaouis que cela force la main de l’Égypte sous la pression internationale.

C’est le plan israélien d’une seconde « Nakba » [la « catastrophe », l’exode palestinien de 1948 – ndlr], explicitement exprimé ces jours-ci à l’extrême droite du spectre politique. Et de fait, d’un point de vue historique, l’usage du terme nakba n’est pas exagéré : en 1948, le premier exode a concerné 750 000 Palestiniens ; aujourd’hui, on parle de 2,3 millions de Palestiniens menacés d’expulsion à Gaza.

Ce plan de l’extrême droite israélienne a peu de chances de se réaliser, car l’Égypte est le seul pays de la région à n’avoir jamais accepté de camps de réfugiés palestiniens sur son sol, contrairement à la Syrie, la Jordanie ou le Liban. Elle n’y est pas plus disposée aujourd’hui, d’abord sur le plan sécuritaire parce qu’elle ne veut pas abriter les futurs camps d’entraînement du Hamas, affilié aux Frères musulmans qui sont les ennemis du régime égyptien actuel ; et puis, sur le plan politique et historique, parce qu’elle sait qu’aucun réfugié palestinien, après avoir été soi-disant provisoirement établi dans un camp, n’est jamais rentré en Palestine.

Le Hamas a baptisé son attaque du 7 octobre « Déluge d’Al-Aqsa », ce qui nous ramène à Jérusalem, que vous qualifiez d’« œil du cyclone » du conflit actuel. Pour s’extraire de cette actualité dramatique, à quelles conditions pourrait-on imaginer que « Jérusalem 2100 » ressemble à votre livre « Jérusalem 1900 », dans lequel vous exhumiez les éléments d’une possible « histoire partagée » ?

Jérusalem n’a jamais été le véritable verrou du processus de paix. C’est un sujet moins difficile que celui des réfugiés côté palestinien, ou des colonies côté israélien. En réalité, c’est le vocabulaire anglo-saxon des négociations d’Oslo qui en a fait une impasse, en préférant la notion de « partition » à celle de « partage », c’est-à-dire en privilégiant une logique de séparation sur une logique de coordination.

Pourtant, à l’échelle de Jérusalem, cette logique de séparation est impossible à réaliser parce qu’elle est concrètement impraticable. Pour y parvenir, il faudrait tracer de nouvelles lignes de démarcation dans des espaces où tout s’entrecroise : entre les quartiers, les rues, les bâtiments, les étages des bâtiments, la souveraineté sur le sous-sol, sur la surface et dans les airs, etc.

À l’échelle urbaine, cette logique est effrayante, avec des barbelés horizontaux entre les étages des bâtiments comme on le voit à Hébron, avec des miradors, des check-points, des armements un peu partout : toutes choses dont on a vu les limites sécuritaires le 7 octobre.  

En se focalisant sur cette volonté de faire coïncider la carte d’identité et le territoire, on est certain de ne jamais y arriver… ce qui était d’ailleurs peut-être le but recherché ! Mais si on remplace la logique de partition par une logique de partage, alors Jérusalem devient au contraire la matrice d’un horizon atteignable, à savoir la capitale de deux États, ce qui est la position de la diplomatie européenne.

Concrètement, pour Jérusalem, cela supposerait une extension du périmètre de compétence de la municipalité, pour que cette institution représente véritablement les intérêts de tous ses habitants, y compris les 40 % de Palestiniens, et une extension du périmètre territorial de la ville vers l’est, en y intégrant notamment Abou Dis où se trouve l’ex-futur Parlement palestinien bâti par l’Autorité palestinienne et qui existe toujours.

Il faut souligner que toutes les grandes institutions nationales israéliennes – la Knesset, la plupart des ministères, la Banque centrale – se trouvent très à l’ouest des murailles de la vieille ville, puisque c’était le seul territoire disponible lorsque les autorités israéliennes ont fait de Jérusalem leur capitale, en 1950. De ce fait, les institutions nationales palestiniennes auraient toute latitude pour se déployer à l’est de la ville, comme en miroir. On a bien des exemples de capitales qui sont à la tête d’entités différentes, par exemple avec Bruxelles (Europe, Belgique, provinces…). Jérusalem pourrait remplir ce rôle, et faire coexister des citadins ayant des cartes d’identité différentes.

Quand le projet d’une coexistence judéo-arabe en Palestine a-t-il déraillé – ou inversement, quand celle-ci aurait-elle pu se matérialiser ?

Le premier rendez-vous manqué avec l’histoire, c’est 1947. L’été de cette année-là, les Britanniques annoncent qu’ils quitteront la Palestine en mai 1948 et remettent donc aux Nations unies le mandat qu’ils avaient reçu de la Société des Nations trente ans plus tôt et qu’ils n’arrivent pas à honorer. Après la Première Guerre mondiale et la chute des empires, austro-hongrois et ottoman, on avait prétendu appliquer les 14 points du président Wilson, et notamment le droit à l’autodétermination des peuples, mais en considérant que certains de ces peuples n’étaient pas assez « mûrs » pour cela et en les confiant alors à une tutelle coloniale.

La Grande-Bretagne, pour administrer la Palestine, n’avait même pas créé une entité ad hoc, elle avait confié cette tâche au Colonial Office qui y appliquait les mêmes méthodes brutales que dans ses autres colonies, tout en prétendant travailler à l’éclosion du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Tout cela dans un cadre intellectuel étroit issu de l’histoire de l’Europe occidentale qui considère alors que chaque « nation » doit obtenir son État. Cette démarche contradictoire aboutit au constat d’échec dressé en 1947.

La question de la Palestine constitue alors le premier grand dossier de l’ONU, au moment où il faut décider que faire de ce mandat confié à la Grande-Bretagne sur le territoire en 1917 : un mandat qui a été lui-même structurant dans la fondation de la Société des Nations (SDN). Au-delà du fait que la Palestine soit le berceau des trois grands monothéismes (plus de 50 % de l’humanité aujourd’hui), cela explique que ce qui s’y passe concerne à ce point ce qu’on appelle la « communauté internationale », car tout y est corrélé à la notion même de « droit international ».

En 1947, un comité spécial des Nations unies sur la Palestine propose deux options : un État fédéral binational assurant l’égalité des droits entre Arabes et juifs et l’unité économique du territoire, ou bien une partition en deux États. Les organisations sionistes font en sorte que cette option de l’État fédéral ne soit pas mise au vote, à une époque où les juifs représentent environ 15 % de la population de la Palestine historique et possèdent seulement 10 % du sol. Ce qui est mis au vote, c’est un projet de partition territoriale offrant 55 % des terres au futur État juif de Palestine et 45 % à l’État arabe de Palestine. Chacun sait pertinemment quelles seront les réactions des parties en présence.

En effet, quelle entité politique accepterait de passer de 92 % de la terre à 45 %, en signant un plan de partage ? La première guerre israélo-arabe se produit donc en toute logique et impose une ligne de cessez-le-feu qui octroie à Israël 78 % de la Palestine mandataire pour 22 % aux Palestiniens, à savoir la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est.

L’autre rendez-vous raté, c’est le processus Oslo, dans les années 1990. En préalable, on exige un aggiornamento majeur de la part des Palestiniens, qui acceptent de ne plus revendiquer toute la Palestine historique mais seulement 22 % de celle-ci, en reconnaissant l’existence d’Israël dans les frontières issus du cessez-le-feu de 1948.

Alors que la charte de l’OLP de 1964 prévoyait un État palestinien indépendant de la mer au Jourdain, l’OLP opère donc au début des années 1990 un tournant historique fondamental. Il faut noter que cette évolution arrive juste après la première Intifada, ce qui rappelle que les périodes d’insurrection ne sont pas incompatibles avec les périodes de négociation, au contraire. En tout cas, la déception des Palestiniens est à la mesure de la concession historique qu’ils ont opérée : les Israéliens, avec le soutien tacite des États-Unis, sabordent l’esprit des accords d’Oslo en cherchant à s’approprier toujours plus de territoires en Cisjordanie.

C’est sans doute l’erreur historique des Israéliens au moment d’Oslo : plutôt que de s’assurer du contrôle définitif de 78 % de la Palestine mandataire, ce qui leur aurait garanti une paix globale avec l’ensemble des pays de la région, ils ont voulu pousser leur avantage grâce aux colonies, au risque de fragiliser ce qui constituait le cœur du projet sioniste, un refuge sûr aux frontières stables et reconnues.

On fait aujourd’hui porter beaucoup la responsabilité de la situation actuelle sur les ministres suprémacistes et messianistes Itamar Ben Gvir ou Bezalel Smotrich. Même des inconditionnels d’Israël comme Alain Finkielkraut voient dans leur présence au gouvernement une « honte ». Leur départ, s’il est sans doute une condition préalable à toute évolution positive, suffirait-il à dessiner une solution ?

De même que le Hamas du côté palestinien, Ben Gvir et Smotrich doivent être perçus comme les symptômes d’une situation politique dysfonctionnelle qui laisse la place aux plus extrémistes. Pour autant, n’y voir que des symptômes parmi d’autres, ou des anomalies dont il serait possible de se débarrasser facilement, fait obstacle à la réalité.  

Il faut faire une distinction entre racisme et suprémacisme. Une société peut vivre avec une certaine dose de racisme. On ne s’aime pas, on ne se respecte pas, on ne se parle pas, mais la puissance publique prévient la majorité des passages à l’acte et régule les relations.

L’horizon suprématiste est totalement différent, surtout s’il est au pouvoir. On passe du « je ne t’aime pas » au « je te supprime », « je t’expulse » ou « je t’extermine ». Aucune société humaine ne peut vivre avec, en particulier à la tête de l’État, des gens qui considèrent qu’ils peuvent supprimer tous ceux qui ne vont pas dans leur sens, qu’il s’agisse de Yitzhak Rabin en 1995 ou des Palestiniens aujourd’hui.

À cela s’ajoute la dimension messianique. On parle aujourd’hui beaucoup de « course à l’abîme », mais pour ces acteurs, la fin des temps n’est pas un problème, au contraire, c’est la solution. Pour les évangéliques chrétiens, il faut que tous les juifs retournent en terre d’Israël pour que l’apocalypse et le jugement dernier adviennent. Pour les messianistes juifs, il faut hâter la fin des temps pour permettre l’arrivée du Messie. Notons que les combattants du Hamas se situent eux aussi dans cette même dimension eschatologique. C’est très compliqué pour nous de penser une rationalité si différente de la nôtre, d’imaginer cette attente de la fin des temps, ce désir d’apocalypse. Mais il le faut, car ces pensées délirantes fabriquent du réel bien concret, des projets, des mobilisations, des guerres, des massacres.

La présence au pouvoir en Israël de suprémacistes et de messianistes change donc profondément les coordonnées politiques, mais on ne la comprend pas sans l’inscrire dans un temps plus long et sans impliquer d’autres acteurs dans l’équation, notamment la droite israélienne « classique ».

L’évolution socio-démographique israélienne qui a engendré la situation actuelle est profonde et en partie souterraine. Quand Yigal Amir assassine le premier ministre Yitzhak Rabin en 1995, on a tendance à en faire un monstre isolé, sans se rendre compte qu’il a derrière lui une masse démographique et une armée idéologique structurée. En réalité, ceux qui ont armé Yigal Amir étaient déjà nombreux et ils sont aujourd’hui au cœur du gouvernement.

Une autre erreur d’analyse assez répandue est de considérer cette histoire comme un processus linéaire, une histoire de kibboutz laïc et de sionisme progressiste qui aurait déraillé au profit d’une droite religieuse ethno-nationaliste qui a au même moment le vent en poupe ailleurs dans le monde.

Il y a pourtant, dès les origines du mouvement sioniste, les ferments de ce à quoi on assiste aujourd’hui. Vladimir Jabotinsky (1880-1940), qui est une référence explicite de Nétanyahou et possède une avenue à son nom à Tel-Aviv et à Jérusalem, juge d’emblée que les kibboutz, l’agriculture, la renaissance de l’hébreu, le sionisme culturel, c’est bien gentil, mais que ce sera insuffisant pour donner naissance à l’État d’Israël. Jabotinsky martèle qu’il existe en Palestine une population autochtone qui n’acceptera jamais de se voir déposséder de sa terre, et qu’il faudra donc l’expulser, par la force. Pour ce faire, il organise dès les années 1920 des milices paramilitaires qui sont les ancêtres directs des groupes de colons aujourd’hui surarmés par Itamar Ben Gvir.

Quant au rabbin Abraham Kook (1865-1935), sa doctrine et son parcours rappellent que la jonction historique à laquelle on assiste aujourd’hui entre le sionisme ethno-nationaliste et une partie du monde ultra-orthodoxe a des racines profondes, bien avant la proclamation de l’État d’Israël. Aujourd’hui, leurs adversaires accusent à bon droit Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich de mettre en péril les juifs d’Israël et donc de dévoyer le projet sioniste originel, mais ces derniers peuvent se targuer de puiser eux aussi dans des matrices idéologiques anciennes.

Avec une telle histoire et dans un tel moment, les discussions sur une solution à un ou deux États peuvent-elles être autre chose que cosmétiques ?

D’abord, on doit se méfier d’une tendance à présenter le problème israélo-palestinien comme « insoluble », parce que cela permet de se déresponsabiliser. C’est immoral, mais c’est aussi très dangereux. Dans cette perspective, la solution à deux États serait impossible parce qu’il y a maintenant 750 000 colons, dont une partie surarmée, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, et qu’on se souvient qu’il a fallu 24 000 soldats pour évacuer les 8 000 colons de Gaza en 2005.

La solution à un État serait impossible, au motif que Palestiniens et Israéliens sont arrivés à un niveau inédit de rage et de désir de vengeance, encore plus depuis les massacres du 7 octobre d’un côté et l’écrasement de Gaza de l’autre.

Cet horizon occulté, en forme de double aporie, constitue bien un piège moral et politique. En réalité, l’État unique existe déjà de facto puisque, de la mer Méditerranée au Jourdain, il n’existe qu’une seule armée (l’armée israélienne), une seule monnaie (le shekel israélien) et une seule frontière internationale, contrôlée par Israël.

Cet État binational de facto est bien sûr investi différemment par l’extrême droite israélienne et par la jeunesse palestinienne. Les premiers se projettent dans un État d’apartheid, alors que les seconds imaginent pouvoir se battre pour l’égalité des droits.

Ces deux camps travaillent donc dans des directions opposées mais on ne peut pas dire aujourd’hui que personne ne pense et ne travaille l’avenir. Pour l’extrême droite israélienne par exemple, le terme de nakba, qui a longtemps été un tabou, est désormais un slogan.

Un tout autre projet existe au sein de la gauche radicale israélienne, mobilisant y compris des Palestiniens d’Israël, celui dit « Two States, One Homeland », qui envisage deux États, de part et d’autre de la ligne de cessez-le-feu de 1949-1967, mais qui autoriserait d’un côté les colons israéliens à demeurer sur le territoire de l’État palestinien, et de l’autre les réfugiés palestiniens à revenir s’établir en Israël.

Dans ces conditions, les 7 millions d’Arabes palestiniens et les 7 millions de juifs israéliens qui vivent aujourd’hui entre la mer Méditerranée et le Jourdain seraient tous représentés, protégés et contrôlés par une entité étatique stable, représentative, efficiente et reconnue, sans forcément habiter sur son sol. On comprend pourquoi, pour les militants du mouvement « Two States, One Homeland », l’Europe représente un modèle extraordinaire dont il faut s’inspirer.

Pour finir, la mainmise des colons suprématistes sur le gouvernement israélien est-elle un horizon indépassable ? Un ancien ambassadeur d’Israël en France comme l’historien Elie Barnavi va jusqu’à évoquer une guerre civile…

Il y a aujourd’hui un choix historique de leadership qui se pose pour les Palestiniens comme pour les Israéliens. Mais les premiers ne peuvent qu’espérer la libération du « Mandela palestinien » par les autorités israéliennes, Marwan Barghouti, alors que les seconds peuvent voter.

Rappelons d’abord que les moments historiques les plus tragiques créent des espaces de politisation inédits. Aujourd’hui, il y a sans doute trop d’émotion et de rage de part et d’autre pour que nos capteurs habituels fonctionnent correctement : nos grilles de lecture héritées des séquences précédentes se sont effondrées comme un château de cartes. En Palestine, on ne voit pas comment l’ascension du Hamas pourrait être freinée, et en même temps tout indique que si Marwan Barghouti était libéré demain, il remporterait les élections haut la main, à la fois contre les affidés de Mahmoud Abbas et contre le Hamas. Car les Palestiniens sont aujourd’hui face à un risque véritablement existentiel.

De même en Israël, on ne voit pas qui pourrait freiner l’ascension de l’extrême droite, car la gauche a trop longtemps voulu croire que l’assassin d’Yitzhak Rabin était un marginal isolé. Mais c’est le cœur du projet sioniste qui est aujourd’hui atteint, alors qu’il se trouvait au centre des manifestations de ces derniers mois, qui jugeaient que ce gouvernement était incapable d’assurer la sécurité d’Israël. Là encore, c’est bien un risque existentiel qui était et qui est dans tous les esprits.

Partant de ce constat, Elie Barnavi, historien des guerres de religion en Europe, évoque la possibilité – ou la nécessité – d’une « guerre civile », au cours de laquelle « le sang coulera », pour réussir à désarmer les colons les plus radicaux de Cisjordanie. On n’en est pas là, bien sûr, ce n’est même pas le chemin qui se dessine, mais cette prise de parole surprenante, de la part d’un diplomate israélien modéré, révèle cependant un point fondamental : la guerre actuelle, qui fait peser un risque existentiel pour les deux peuples – risque existentiel à court terme pour les Palestiniens, risque existentiel à moyen et long terme pour les Israéliens –, fait bouger les lignes, à un rythme jamais vu au cours de ces dernières décennies. Ce constat ne doit nous rendre ni optimistes ni pessimistes ; il doit seulement nous faire admettre que le champ des possibles s’est soudain élargi devant nous, pour le pire ou pour le meilleur.

 

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,944
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...