Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 3 heures, Henri K. a dit :

JojoANZ 梁乔恩

@JojoL682020

Māori & European Kiwi Socialist. Anti-western hegemonic rule & propaganda about China. Anti Colonisation and Imperialism. TCK life: Next:

Merci Henri, mais ça va aller en ce qui me concerne.
J'ai beau haïr les médias en question qui sont tout autant des boites à fake news que la presse officielle chinoise, ça n'enlève rien aux outrances du camp d'en face.

Link to comment
Share on other sites

Je commence à suivre de loin quelques comptes des Occidentaux qui vivent en Chine. Ceux qui ressentent le mieux sont souvent ceux qui y vivent.

Les "journalistes" qui s'y pointent "on topic" ?

:biggrin:

Henri K.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Kelkin a dit :

Résumé des épisodes précédents, pour ceux qui ont du mal à suivre : les journalistes qui ne vont pas en Chine sont des menteurs propagandistes qui ne méritent pas d'être écoutés, les journalistes qui vont en Chine et s'y font houspiller n'ont que ce qu'ils méritent car ça leur apprendra à être des journalistes ; par contre les simples résidents dont l'intérêt premier est de continuer à résider sans être embêté par les autorités ou par une manifestation parfaitement spontanée de la colère patriotique de la foule ordinaire, eux, sont parfaitement dignes de foi.

 

Il y a les "journalistes", et il y a des autres.

Les uns perdent la confiance des locaux, pendant que les autres la gagnent.

Pourquoi ?

Henri K.

Edited by Henri K.
Link to comment
Share on other sites

https://theconversation.com/silenced-in-china-the-covid-truth-tellers-and-political-dissent-164642 (16 juillet 2021)

Si les universitaires débattent encore de la nature de l'activisme civil en Chine, il est difficile de nier les changements sociaux fondamentaux et l'objection croissante de nombreux Chinois au contrôle de l'État. Les chercheurs Guobin Yang et Merle Goldman, basés aux États-Unis, et Sebastian Veg, basé à Paris, ont tous documenté diverses formes d'activisme en ligne, d'ONG pro-démocratie et environnementales, de militants des droits et d'intellectuels de base au cours des trois dernières décennies. Un groupe démographique - les activistes urbains jeunes et éduqués - est devenu un acteur clé.

Les "diseurs de vérité du COVID" - pour la plupart des avocats, des journalistes ou des membres d'ONG âgés de 20 à 30 ans - sont issus de ce groupe. Leurs reportages et leurs articles en ligne ne sont pas des actes isolés de militantisme sur une seule question, mais des signes plus généraux de la fonte de l'"âge de glace" de la dissidence politique en Chine.

Une série de valeurs, qui vont à l'encontre de l'idéologie officielle du parti, motivent la dissidence de ces militants : La croyance chrétienne, l'héritage intellectuel républicain pré-communiste et une position libérale ou démocratique en matière de droits de l'homme. Ces croyances et ces valeurs, distinctes mais qui se recoupent à bien des égards, ont refait surface depuis que la politique de la "porte ouverte" de la Chine a ouvert une ère d'engagement avec le reste du monde.

Zhang Zhan est une journaliste citoyenne d'obédience chrétienne. Ancienne avocate, elle s'est vu retirer sa licence en raison de sa participation à des activités de "défense des droits". Les messages de Zhang sur Twitter et ses vidéos sur Youtube - qui rendent compte de manière indépendante de l'épidémie à Wuhan - s'accompagnent de demandes de liberté d'expression ainsi que de prières pour la rédemption du régime et d'intercession pour ses victimes.

Comme le suggère une étude de Lian Xi de l'université de Duke aux États-Unis, cette situation est typique de la manière dont un nombre important d'intellectuels publics chinois ont, depuis le début du siècle, "découvert dans leur nouvelle foi protestante un terrain sacré sur lequel ils s'opposent aux pouvoirs arbitraires du Parti-État".

Lian place également le plus éminent dissident chinois, Liu Xiaobo, parmi ces "chrétiens culturels". Le livre de Liu Xiaobo, No Enemies, No Hatred, démontre le lien entre le christianisme et sa croyance dans la lutte non violente pour la démocratie. Liu a été condamné à 11 ans de prison en 2009 et est mort d'un cancer du foie en prison en 2017 à l'âge de 61 ans.

Plus récemment, Xu Zhiyong, le leader du New Citizen Movement - un réseau de militants des droits civiques - a cité le christianisme comme source d'inspiration pour l'activisme civil pacifique dans son livre To Build a Free China : A Citizen's Journey. Le slogan du mouvement, "Libre, juste, aimant", traduit la spiritualité qui sous-tend le reportage courageux de Zhang Zhan sur l'épidémie de Wuhan. Xu a été arrêté en 2020 et accusé de "subversion du pouvoir de l'État". Il risque la prison à vie s'il est reconnu coupable.

Deux autres journalistes citoyens - Chen Qiushi, un avocat, et Li Zehua, un vlogger - montrent une source différente de dissidence politique dans leurs récits de l'épidémie de Wuhan. Les vidéos Tik-tok de Chen, repostées sur Twitter, et la vidéo YouTube de Li montrant sa poursuite par la police à Wuhan, citent toutes deux des figures intellectuelles républicaines influentes - de la période qui a suivi l'abdication du dernier empereur en 1912 à la fondation de la République populaire en 1949 - comme la "colonne vertébrale" de la nation.

Cet enthousiasme pour les icônes culturelles précommunistes est lié à ce que les chercheurs Zhang Qiang et Robert Weatherley de l'université de Cambridge appellent la "fièvre républicaine". Leur étude explore la manière dont la démarche calculée du parti communiste chinois depuis les années 1980, visant à relâcher le contrôle du débat sur la période républicaine afin de renforcer sa propre légitimité, s'est retournée contre lui.

Chen et Li font partie des nombreuses personnes qui ont appris à apprécier les libertés civiles de la période républicaine et ont commencé à voir une identité nationale républicaine comme une alternative à l'identité nationale propagandiste de la RPC. Chen est assigné à résidence, tandis que Li n'a pas été vu depuis qu'il a mis en ligne une vidéo sur sa chaîne YouTube en avril 2020.

Link to comment
Share on other sites

https://www.nytimes.com/2021/07/25/world/asia/China-historian-cultural-revolution.html

Pendant des décennies, Yu Ruxin, un homme d'affaires devenu historien indépendant, a parcouru les étals de livres usagés à travers la Chine à la recherche de documents jaunis et effilochés sur la Révolution culturelle, une décennie de bouleversements politiques massifs déclenchés par Mao Zedong.

Le fruit de sa longue quête a été publié à Hong Kong ce mois-ci, une histoire de 1 354 pages qui jette un nouvel éclairage sur le rôle central de l'armée pendant la révolution culturelle. L'Armée de libération du peuple est largement connue pour avoir été appelée à imposer l'ordre, mais M. Yu documente aussi, avec des détails méticuleux, comment l'armée a également été impliquée dans les purges et les persécutions politiques.

"Through the Storm", un livre en langue chinoise en deux volumes, étayé de 2 421 notes de bas de page, est d'autant plus remarquable de nos jours, alors que les autorités chinoises sont déterminées à effacer les chapitres les plus sombres de l'histoire du parti.

M. Yu, âgé de 70 ans, a déclaré qu'il n'était pas un opposant au parti, mais que la Chine devait permettre un compte rendu franc de la Révolution culturelle, au cours de laquelle 1,6 million de personnes ont été tuées, selon les estimations de certains experts.

"Nous ne serons pas en mesure d'absorber réellement les leçons de l'histoire, et l'histoire pourrait simplement se répéter", a déclaré M. Yu dans une interview depuis Hong Kong. "Il n'est pas possible que ce soit exactement comme la Révolution culturelle, mais quelque chose de similaire ne peut être exclu."

En racontant minutieusement comment les forces de l'Armée populaire de libération se sont retrouvées mêlées à des luttes de pouvoir, M. Yu a déclaré qu'il souhaitait remettre en question l'idée largement répandue selon laquelle les étudiants gardes rouges étaient les principaux responsables des excès de la Révolution culturelle. En Chine, les autorités considèrent aujourd'hui l'armée comme la gardienne d'un ordre unifié et hiérarchisé ; les conclusions de M. Yu remettent en question cette image.

La quête de M. Yu pour donner un sens à la Révolution culturelle a commencé avant même la fin de celle-ci. Il travaillait dans la campagne de Guangdong lorsqu'il a appris que le maréchal Lin Biao, le successeur désigné de Mao, avait péri dans un accident d'avion alors qu'il fuyait la Chine le 13 septembre 1971.

Pour la génération de M. Yu, cette annonce a marqué un tournant décisif. Au début de la Révolution culturelle, beaucoup, comme lui, avaient été de fervents partisans de Mao. Mais voilà que l'héritier dévoué se révèle être, selon le parti, un traître.

"Pour nous, c'était comme le 11 septembre pour les Américains - on n'oublie jamais quand et où on a appris la nouvelle", a déclaré M. Yu. "Nous considérions Mao comme une figure divine. Le 13 septembre a fait voler cela en éclats."

"Le rôle des militaires dans la Révolution culturelle était bien plus important que celui des gardes rouges et a duré bien plus longtemps", a déclaré M. Yu. "Regardez la plupart des livres, et vous ne le sauriez jamais".

Il a voyagé à travers la Chine, amadouant au moins 50 anciens cadres et officiers vieillissants pour des entretiens. Il a visité des sites tels que la "ville atomique" abandonnée dans le nord-ouest de la Chine, où une persécution vicieuse a perturbé les efforts de construction d'armes nucléaires.

Par-dessus tout, M. Yu a cherché à comprendre le maréchal Lin, le successeur déchu de Mao. La propagande du parti a présenté le maréchal comme un intrigant malveillant ; sa chute n'a valu qu'une seule phrase dans l'histoire officielle de 531 pages du parti publiée cette année pour le centenaire. Selon M. Yu, la chute du maréchal Lin a été compliquée par le fait que Mao considérait ses successeurs comme des rivaux.

Depuis que M. Xi est arrivé au pouvoir en 2012, les responsables chinois ont cherché à contrôler étroitement le récit de l'histoire du Parti communiste. M. Xi a cité l'Union soviétique comme un avertissement, affirmant qu'elle s'est effondrée en partie parce que les critiques anti-parti ont été autorisés à ternir son héritage.

Pour M. Xi, "trop de débats et de pluralisme sur l'histoire détournent tout le monde de la tâche centrale de la renaissance de la Chine", a déclaré Geremie R. Barmé, historien de la Chine et membre du Center on U.S.-China Relations à l'Asia Society de New York. "Le passé doit être déterminé et fixé, de sorte que les possibilités d'avenir sont également limitées au parti."

Il y a dix ans, un livre comme "Through the Storm" aurait pu se vendre jusqu'à 80 000 exemplaires, principalement à des lecteurs de Chine continentale, a déclaré M. Bao dans une interview. Il n'imprimera que 1 000 exemplaires et n'a pas pu trouver de vendeur disposé à exposer le livre lors de la récente Foire du livre de Hong Kong, a-t-il ajouté.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Kelkin a dit :

Résumé des épisodes précédents, pour ceux qui ont du mal à suivre : les journalistes qui ne vont pas en Chine sont des menteurs propagandistes qui ne méritent pas d'être écoutés, les journalistes qui vont en Chine et s'y font houspiller n'ont que ce qu'ils méritent car ça leur apprendra à être des journalistes ; par contre les simples résidents dont l'intérêt premier est de continuer à résider sans être embêté par les autorités ou par une manifestation parfaitement spontanée de la colère patriotique de la foule ordinaire, eux, sont parfaitement dignes de foi.

Je pense que tu mets des mots dans la bouche d' @Henri K. alors qu'ils n'y sont pas. Suivre des comptes d'expatriés n'est pas bête à partir de l'instant où tu comprends les subtilités de l'environnement. Par exemple, dire qu'il n'y avait pas de riz au magasin à X'ian n'aura pas du tout la même signification sur la situation de l'approvisionnement d'une ville que dire qu'il n'y avait plus de riz au magasin de Kashgar. 

Le but d'un journaliste devrait être d'informer.  Donc pour parler de la population et/ou d'un pays, cela nécessite d'y résider un petit peu de temps, au moins le temps de faire assez de rencontres pour avoir une opinion représentative des faits et tendances, de borner ton sujet. On peut aussi recouper et analyser des informations à la maison,  sans se déplacer, y'a pas de honte, mais pour cela il faut une connaissance encore plus fine du pays et de sa culture pour en saisir les nuances et les sous entendus. Si les journalistes étrangers sont si mal accueillis, c'est bien parce qu'ils débarquent le plus souvent pour un sujet précis, le temps de ce sujet précis, et qui en plus arrivent avec un biais cognitif et informatif : ils ne sont pas là pour rapporter ce qu'il se passe, mais pour trouver les preuves et images illustrant ce qu'ils ont en tête (qui est souvent, il faut le reconnaitre, à tord ou à raison, négatif).

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.dw.com/zh/黄色挡板挡不住郑州洪灾死者迎来头七/a-58662284 (27 juillet 2021)

Dans la section des commentaires du compte Sina Weibo de CCTV annonçant la nouvelle, de nombreuses voix se sont élevées pour demander que la compagnie de métro soit tenue responsable. Un utilisateur nommé "Li Yu" a déclaré : "Je demande fermement que le métro soit tenu pour responsable, la voix des habitants de Zhengzhou".

La principale raison de la condamnation du public est que les autorités météorologiques de Zhengzhou avaient émis un avertissement à l'époque, mais que la compagnie de métro n'avait toujours pas cessé ses activités. À en juger par les dernières déclarations des hauts responsables chinois, il existe désormais une réelle détermination de la part des services gouvernementaux à tirer des leçons et à assumer leurs responsabilités.

Selon "Xinjing News", le Premier ministre chinois Li Keqiang présidant le 26 juillet une vidéoconférence dans le siège national de contrôle des inondations et des sécheresses a formulé des exigences claires : "Li Keqiang a déclaré qu'à l'avenir, "pour le métro de la ville, les tunnels, etc. il faut avoir des mesures fermes afin de protéger la sécurité des masses, quand on doit arrêter, on arrête, quand on doit bloquer l'accès, on bloque l'accès".

Selon la dernière notification officielle de la Chine du 27 juillet, les précipitations extrêmes dans la province du Henan ont touché 13 319 800 personnes dans 1 573 cantons de 150 comtés (villes et districts) de la province, et 71 personnes ont été tuées ou sont décédées à la suite de la catastrophe. Le bilan de l'inondation de plusieurs sections des tunnels de la route de Jingguang à Zhengzhou, qui a suscité l'inquiétude du monde extérieur, a été porté à six morts par les autorités chinoises. De nombreuses voix s'élèvent pour remettre en question le bilan officiel des décès annoncé par la Chine, à en juger par les informations provenant des plateformes de médias sociaux non contrôlées officiellement par la Chine, notamment Twitter et YouTube. Lors d'une réunion le 26, Li Keqiang a également demandé aux autorités gouvernementales locales de "publier des informations de manière factuelle et ouverte et transparente."

À cet égard, le média officiel "Quotidien du peuple" a également publié le 27 un commentaire intitulé "La gouvernance publique a besoin du discours public, ne pas laisser les masses perdre leur voix", soulignant que pendant les fortes précipitations dans le Henan, il y a eu des "phénomènes déroutants qui méritent une réflexion plus approfondie." Par exemple, certains internautes ont indiqué qu'en réponse à des événements publics, certaines plateformes publiques officielles locales et certains comptes de microblogging ont fermé leurs fonctions interactives, laissant le public sans lieu pour poser des questions et sans lieu pour résoudre leurs demandes. À cet égard, l'auteur du commentaire nommé "Rive Sud" estime : "Cela devrait être très préoccupant !"

Le commentaire souligne qu'un flux complet et sans entrave d'informations provenant de toutes les parties est particulièrement important lors d'événements publics. C'est essentiel pour que l'effort collectif permette de surmonter les difficultés. Au cours de ce processus, il est inévitable que certaines rumeurs émergent et ne se distinguent pas de la vérité, et certaines personnes peuvent même créer des rumeurs ou en répandre pour donner le ton. Plus cela se produit, plus il est important que des informations officielles faisant autorité soient fournies en temps utile pour clarifier la situation et éliminer les faussetés.

L'auteur commente que la fermeture générale des fonctions interactives sur les plateformes d'information officielles peut sembler calme, mais qu'il s'agit en fait d'un courant sous-jacent. Après tout, sans communication de l'information, il n'y aura que blocage de l'information et congestion du cœur des gens ; les masses sont désemparées, il est difficile d'éviter une crise de l'opinion publique, et il est difficile d'établir la crédibilité. Cela ne permet pas de rassembler la sagesse et le pouvoir du peuple, ni de gérer les événements publics, ni de surmonter les dangers et les difficultés le plus rapidement possible.

Le blocage et le contrôle officiels de l'opinion publique en cas de crise en Chine ne sont pas aussi simples que "la fermeture de la fonction interactive des comptes Weibo". Ce n'est pas seulement Li Wenliang, le médecin chinois qui a lancé un avertissement via un groupe WeChat au début de l'épidémie. Il s'agissait également d'une femme portant le nom de Han dans le comté de Wuzhi, à une cinquantaine de kilomètres de Zhengzhou. Les médias officiels chinois ont rapporté que la femme avait posté sur Douyin que les digues du fleuve Qin, un affluent du fleuve Jaune, s'étaient rompues en plusieurs endroits, et que c'était de la désinformation provoquant la panique. Les autorités chinoises chargées de la sécurité publique l'ont ensuite détenue pendant cinq jours et ont diffusé à la télévision une vidéo la montrant en train de "se confesser et de se repentir". Tout cela sept jours après les inondations massives qui ont frappé Zhengzhou.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Wallaby a dit :

Qu'est-ce que je peux dire sur ces "journalistes"... pas étonnant que les Chinois leur filment maintenant pendant qu'ils fassent leur "reportage" pour pouvoir comparer ce qu'ils racontent, et ce qu'il se passe réellement.

La station de métro en question à Zhengzhou a cinq sorties, dont B1 et B3. B3 n'a pas de barrière jaune et les gens ont mis des bouquets. B1 a été entourée par une barrière jaune mais elle était déjà là avant que les gens mettent des gerbes autour, et les personnels ont déplacés les gerbes à l'intérieur.

C'est donc totalement faux et "misleading" de rapporter que les personnels ont mis la barrière après que les gerbes ont été déposés.

T1mYJkt.jpg

L'affaire est très largement partagée et commentée sur le réseau social Weibo : https://weibo.com/search?containerid=231522type%3D1%26q%3D%23郑州5号线地铁口铺满花束%23%26t%3D3, chacun jugera comme bon lui semble.

Henri K.

Edited by Henri K.
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, gustave a dit :

J'adore le "Feels good to have this much transparency for our efforts! " qui semble si évident et nécessaire!

Tout n'est pas blanc en Chine, mais tout n'est pas si noir que les "journalistes" de mes deux veulent faire croire.

Henri K.

Link to comment
Share on other sites

Quand bien même serait-ce en Russie ou en France, mais encore plus en Chine (et même si je suis bien conscient que les choses n'y sont pas tout noires et évoluent), cette phrase demeure une excellente illustration du proverbe "le mieux est parfois l'ennemi du bien". Je ne vois pas en quoi elle serait nécessaire dans un système transparent et encore moins pourquoi un honnête responsable d'ONG se sentirait naturellement l'envie de la prononcer...

Link to comment
Share on other sites

Le 26/07/2021 à 04:28, Henri K. a dit :

Je commence à suivre de loin quelques comptes des Occidentaux qui vivent en Chine. Ceux qui ressentent le mieux sont souvent ceux qui y vivent.

Les "journalistes" qui s'y pointent "on topic" ?

:biggrin:

Henri K.

Que la connaissance concrète du monde chinois soit nécessaire pour sa compréhension intime, certainement.

Mais dans un pays, où la reprise en main par le PC ne tolère plus l'expression d'aucune note dissonante, est-il possible pour un journaliste de pouvoir encore faire un autre reportage émettant l'once d'une critique contre le régime ?

Un ami chinois rapportait qu'en boîte de nuit des "djeuns" se moquaient ouvertement de la cravate du président : il disait que c'était un marqueur de tolérance du régime... mais c'était avant Oncle Xi... :unsure:

Edited by BPCs
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Henri K. a dit :

C'est donc totalement faux et "misleading" de rapporter que les personnels ont mis la barrière après que les gerbes ont été déposés.

Qui a rapporté cela de cette façon ?

Link to comment
Share on other sites

28 avril 2021. Documentaire japonais de 52 minutes, sous-titré en anglais, sur les Yi, ethnie des monts Liangshan au Sud-Ouest du Sichuan, à six heures de train de Chengdu, mettant l'accent en particulier sur l'urbanisation  – l'exode rural  –  et des programmes de réduction de la pauvreté soit entièrement publics  –  avec des logements gratuits  –  soit en partenariat avec des ONG comme la fondation du Real Madrid qui envoie des coachs pour enseigner le football. Il y a aussi des instituteurs bénévoles, des jeunes Chinois de Nankin ou d'ailleurs qui y séjournent quelques années.

La Chine en dehors des sentiers battus.

Cela semble confirmer que l'éducation reste un grand défi à relever pour la Chine :

- -

Le 28/04/2021 à 12:49, Wallaby a dit :

https://press.uchicago.edu/ucp/books/book/chicago/I/bo61544815.html (octobre 2020)

La croissance de la Chine s'est fortement appuyée sur une main-d'œuvre non qualifiée. La plupart des travailleurs qui ont alimenté l'essor du pays viennent de villages ruraux et n'ont jamais été au lycée. Si cette stratégie de croissance nationale a été efficace pendant trois décennies, le taux de rémunération de la main-d'œuvre non qualifiée est finalement en hausse, ce qui incite les entreprises chinoises à s'automatiser à un rythme sans précédent et déclenche un exode des entreprises à la recherche d'une main-d'œuvre moins chère dans d'autres pays. Il y a dix ans, presque tous les produits en vente dans un Walmart américain étaient fabriqués en Chine. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Face à l'évolution de la demande de main-d'œuvre, la Chine semble ne pas avoir de bon plan de secours. Malgré tous ses investissements dans les infrastructures physiques, pendant des décennies, la Chine n'a pas suffisamment investi dans son personnel. Les progrès récents sont peut-être trop tardifs. S'appuyant sur des enquêtes approfondies menées sur le terrain en Chine, Rozelle et Hell révèlent que si la Chine est la deuxième plus grande économie du monde, sa main-d'œuvre a l'un des niveaux d'éducation les plus bas de tous les pays comparables. Plus de la moitié de la population chinoise, ainsi qu'une grande majorité de ses enfants, sont issus des zones rurales. Leur faible niveau d'éducation de base risque d'empêcher nombre d'entre eux de trouver un emploi dans le secteur formel à mesure que l'économie chinoise évolue et que les emplois manufacturiers se déplacent ailleurs.

https://www.politico.com/newsletters/politico-china-watcher/2021/03/11/beijings-visions-of-american-decline-492064

Votre hôte a contacté M. Rozelle pour obtenir son avis sur les principaux objectifs du projet de plan quinquennal, qui prévoient notamment de faire passer le nombre moyen d'années d'études de la population en âge de travailler de 10,8 à 11,3. Son avis : c'est loin d'être suffisant.

"Pékin doit investir massivement dans l'enseignement rural et le capital humain ; continuer à développer les lycées [et les rendre gratuits] pour que tout le monde puisse y assister ; améliorer la qualité de l'enseignement et de la formation professionnels ; soutenir la santé, la nutrition et la vision des élèves de l'école élémentaire ; améliorer les enseignants ruraux et la qualité de l'enseignement préscolaire ; et n° 1 : investir dans la santé, la nutrition et le soutien aux parents de nourrissons et de jeunes enfants."

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://supchina.com/2021/07/26/shares-plunge-as-beijing-pushes-ahead-with-new-rules-for-education-and-tech-companies/ (26 juillet 2021)

Vendredi, Pékin a publié un projet de législation qui pourrait transformer son industrie du soutien scolaire, évaluée à 100 milliards de dollars, en un secteur à but non lucratif. Cette décision a fait plonger les actions des plus grandes sociétés d'éducation de Chine : New Oriental Education & Technology Group, par exemple, a perdu 38 milliards de dollars ce jour-là.

Samedi, les médias d'État ont confirmé que les autorités allaient interdire le soutien scolaire à but lucratif dans les matières scolaires fondamentales, en invoquant la nécessité de "réduire les pressions financières sur les familles qui ont contribué à la faiblesse des taux de natalité", rapporte Reuters.

L'indice Hang Seng de Hong Kong a chuté de 4,1 % aujourd'hui, sa plus forte baisse depuis mai 2020, selon le South China Morning Post.

Samedi, le chien de garde antitrust chinois a ordonné à Tencent de mettre fin à ses accords d'exclusivité avec ses producteurs de musique, selon 36Kr (en chinois). Cette décision, point culminant d'une enquête de six mois visant à déterminer si Tencent était en situation de monopole sur le marché de la musique, a entraîné la plus importante vente de Tencent Holdings depuis une décennie.

Les régulateurs ont publié aujourd'hui un avis demandant aux opérateurs de livraison de repas de s'assurer que les livreurs gagnent au moins le salaire minimum local. Les actions de Meituan, la plus grande plateforme de livraison de repas en Chine, ont plongé de 15 %, la pire chute jamais enregistrée. Meituan fait déjà l'objet d'une enquête pour comportement monopolistique présumé, tout comme bon nombre de ses homologues.

"Les actions de la gestion immobilière chinoise ont chuté lundi, après que Pékin a promis d'"améliorer considérablement l'ordre" sur le marché et de réglementer un large éventail d'activités du secteur", rapporte Bloomberg.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, g4lly a dit :

Tout ça pour une vulgaire rupture de gaine ...

Apparemment la fourniture d'électricité en Chine est assez tendue en ce moment, entre la baisse le plafonnement programmé du charbon (pas uniquement pour des raisons climatiques puisque cela comprend l'embargo sur le charbon australien pour embêter les Australiens), les barrages qui manquent d'eau et ça. D'où aussi l'expulsion des mineurs de bitcoin pour diminuer la demande en contrepartie.

Link to comment
Share on other sites

3 minutes ago, Wallaby said:

Apparemment la fourniture d'électricité en Chine est assez tendue en ce moment, entre la baisse le plafonnement programmé du charbon (pas uniquement pour des raisons climatiques puisque cela comprend l'embargo sur le charbon australien pour embêter les Australiens), les barrages qui manquent d'eau et ça. D'où aussi l'expulsion des mineurs de bitcoin pour diminuer la demande en contrepartie.

Le charbon c'est un probleme avec la reprise plein gaz de la sidérurgie il y a une très grosse demande d'acier mondiale et ça monopolise la production de charbon mongole ... résultat pour l'électricité effectivement ça va être un peu tendu ... d’où la non fermeture de tout un tas de centrale partout ou il y a un peu de charbon local.

Le probleme du charbon c'est que la densité énergétique - volume et masse - est faible ... et que donc c'est coûteux à déplacer. Donc la production électrique à base de charbon est rentable quand elle est local voir ultra local ... autrement ça renchérie l'énergie - parfois on a pas trop le choix -.

Pour la sidérurgie c'est un peu différent déplacer le minerais, l'acier à recycler, ou le charbon c'est plus ou moins le même probleme ... donc on peut importer l'un ou l'autre c'est presque pareil économiquement.

Link to comment
Share on other sites

https://www.franceinter.fr/monde/pour-assurer-ses-interets-la-chine-menage-les-talibans

Les Chinois font preuve de pragmatisme, comme souvent. En entretenant de bonnes relations avec les talibans non seulement ils s'assurent que ceux-ci vont rester neutre en regard du Xinjiang mais en plus ils sécurisent leurs intérêts économiques actuels et futures (route de la soie et investissements miniers). Les talibans, eux en cas d'un accession au pouvoir, s'attirent les bonnes grâces de Pékin pour de futurs investissements. En plus, en Chine il n'y a pas d'ONG ou de population qui va s'inquiéter du sort des femmes.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, g4lly a dit :

Le charbon c'est un probleme avec la reprise plein gaz de la sidérurgie il y a une très grosse demande d'acier mondiale

Heureusement qu'on a arrêté les fourneaux d'Arcelor, avec cette prévoyance et cette intelligence colbertienne qui caractérisent les gouvernements français depuis quelques décennies.

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...