Démocrite

MICA IR et Meteor

Recommended Posts

il y a 1 minute, g4lly a dit :

LA question c'est pourquoi il faut prendre - selon l'industriel, la marine anglaise, la marine italienne etc. - de l'Aster 15 pour couvrir une bulle de 15.000m autour d'une frégate contre des menaces sérieuse ... alors que le CAMM revendique faire la même chose :bloblaugh:

L'aster 15 est annoncé porter à 25-30 km, avec une capacité antimissile avérée.

Le CAMM c'est 15 ou 20km, et pas les mêmes attributs pour l'anti missile.

Donc pas comparable.

 

au fait l'ASTER 15 il a descendu combien d'avion ?  (je te charrie.  C'est pas méchant).

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
15 minutes ago, Bon Plan said:

L'aster 15 est annoncé porter à 25-30 km, avec une capacité antimissile avérée.

Le CAMM c'est 15 ou 20km, et pas les mêmes attributs pour l'anti missile.

Donc pas comparable.

 

au fait l'ASTER 15 il a descendu combien d'avion ?  (je te charrie.  C'est pas méchant).

 

30km contre avion genre patmar ou jet pas trop excité ... 15km contre missile rasant ou supersonique.

Le CAMM est vendu +25km ... probablement contre patmar et jet pas trop excité ... mais on ne sait pas s'il intercepte du Sunburn ou du Sizzler ... hors c'est ça qui nous intéresse.

L'Aster a abattu plusieurs drones cible Coyotte dans le meme engagement coordonné les drones attaque ensemble ... donc deux drones filant M2.4 à 5m d'altitude ... ou plongeant M3/4 presque a la verticale de très haute altitude - dans la zone conique mal couverte par le radar de bord -

A ma connaissance c'est le seul missile a avoir démontrer cette performance. Performance maxi qu'on peu demander a un système anti aérien actuel hors ABM ... les deux menaces dont on parle étant les plus dangereuse en service.

Les missiles US ... SM et ESSM n'ont jamais publié leur résultat contre ce drone.

https://fr.wikipedia.org/wiki/GQM-163_Coyote

SM et ESSM ils ont semble t il du s'y reprendre a plusieurs fois pour intercepter un pauvre missile anti navire Houthis ...

Sinon pour le Mica c'est un missile qui est exclusivement conçu a destination de l'air air ... le sol air c'est juste accessoire. Il y a fort a parier que ce soit la même chose pour le "successeur Mica".

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, g4lly a dit :

SM et ESSM ils ont semble t il du s'y reprendre a plusieurs fois pour intercepter un pauvre missile anti navire Houthis ...

https://news.usni.org/2016/10/11/uss-mason-fired-3-missiles-to-defend-from-yemen-cruise-missiles-attack

Mason launched two Standard Missile-2s (SM-2s) and a single Evolved Seasparrow Missile (ESSM) to intercept the two missiles that were launched about 7 P.M. local time. In addition to the missiles, the ship used its Nulka anti-ship missile decoy, the sources confirmed. Mason was operating in international waters north of the strait of Bab el-Mandeb at the time of the attack.

According to a defense official on Monday, Mason “employed onboard defensive measures” against the first suspected cruise missile, “although it is unclear whether this led to the missile striking the water or whether it would have struck the water anyway.” The official did not specify that the defensive measure was a missile fired from the ship.

USNI News understands, as of Monday, the crew of the ship was uncertain if the suspected cruise missile was taken out by an SM-2 or went into the water on its own. In the Monday statement, the Pentagon said an investigation was ongoing.

The second missile launched from Yemen hit the water without being struck by a U.S. interceptor, the Pentagon said.

Ouille.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le général indique que le couple mirage 2000-5/MICA avait été un game changer. Dans quelle mesure le mica se démarquait par rapport à la concurrence ? Je sais que sa dualité lui permettait de faire du deux en un et jouer le rôle de l'AMRAAM ou du Sidewinder mais faisait-il mieux que chacun ? Je sais que l'exercice au Canada en 1999 avait vu une démonstration de force des équipages français. Toutefois j'avais cru comprendre que c'était plus du à l'effet de surprise de ce nouvel armement qu'à une supériorité technologique réelle. Le couple M2000-5/ MICA aurait il pu se frotter au F15 par exemple ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, elannion a dit :

Le général indique que le couple mirage 2000-5/MICA avait été un game changer. Dans quelle mesure le mica se démarquait par rapport à la concurrence ? Je sais que sa dualité lui permettait de faire du deux en un et jouer le rôle de l'AMRAAM ou du Sidewinder mais faisait-il mieux que chacun ? Je sais que l'exercice au Canada en 1999 avait vu une démonstration de force des équipages français. Toutefois j'avais cru comprendre que c'était plus du à l'effet de surprise de ce nouvel armement qu'à une supériorité technologique réelle. Le couple M2000-5/ MICA aurait il pu se frotter au F15 par exemple ?

Je pense qu'il faut plus le prendre du côté Franco français.

Le couple 2000-5 / Mica représentait le top de la techno de l'époque. Un missile performant, fire and forget, associé à un chasseur volant très haut très vite avec un radar RDY performant. 

Pas de quoi rougir face à un F15 :smile:

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avais lu qu'il créait une "bulle" autour de lui (2000RDY/MICA) dans laquelle si "on" entrait, "on" n'avait la possibilité de savoir si "on" etait non-détecté, détecté, verrouillé, ou si un missile fonçait déjà. Ce qui obligeait le "on" à prendre beaucoup de précautions en s'approchant de cette bulle.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que lors de son tiger meet, le mica avait fait du genre 40:0, mais je n'ai plus ni les chifffres en tête ni de lien (dommage d'ailleurs, histoire de troller un peu les forums US...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, clem200 a dit :

Je pense qu'il faut plus le prendre du côté Franco français.

+1 Je pense que le Mica était un progrès énorme par rapport à ce qu'on avait à l'époque, donc les missiles R530 et les radar "mono-cible"

Avec le passage au mica, on gagne un missile à plus grande portée mais aussi (et surtout) la possibilité de tirer plusieurs missiles et de ne plus suivre son missile. En combat aérien complexe (type guerre froide et face à un grand nombre de chasseurs ennemis), le 2000-5 est capable de remplacer plusieurs 2000C et F1C.

Par rapport aux productions étrangères... bah c'est déjà bien de revenir aux niveaux des meilleures productions.

 

Le Météor, c'est un peu pareil. Dans l'absolu, rien de miraculeux par rapport à la concurrence. Mais le mica qui commence à être "limite" ou juste le "standard" va être remplacé/complété par un missile nettement plus performant qui nous permettra d'être au moins au meilleure niveau mondial. Un Rafale équipé de météor pourra détruire les ravitailleurs et les AWACS ennemis tout en engageant les chasseurs ennemi en restant hors de portée.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, elannion a dit :

Le couple M2000-5/ MICA aurait il pu se frotter au F15 par exemple ?

Il y a 6 heures, clem200 a dit :

Le couple 2000-5 / Mica représentait le top de la techno de l'époque. Un missile performant, fire and forget, associé à un chasseur volant très haut très vite avec un radar RDY performant. 

Pas de quoi rougir face à un F15 :smile:

Au tout début les -5 armés de Mica EM mangeaient les F-15C au petit déjeuner. Quelques années plus tard avec l'arrivée de l'aim120 C5, les cartes ont été rebattues.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Patrick a dit :

Au tout début les -5 armés de Mica EM mangeaient les F-15C au petit déjeuner. Quelques années plus tard avec l'arrivée de l'aim120 C5, les cartes ont été rebattues.

Des liens ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Rufus Shinra a dit :

Des liens ?

Impossible de remettre la main dessus mais j'avais lu un assez court entrefilet à ce propos, il y a peut-être 10 ou 15 ans, je ne sais plus, tiré des propos d'un pilote de -5 parlant de surprise des américains qui avaient eu besoin d'un peu de temps à s'adapter au couple RDY/Mica.
J'ai néanmoins remis la main sur ce document qui relate la première participation au TLP des Mirage 2000-5 équipés de MICA EM, notamment comme le mentionne l'article contre des F-16 et F-4, mais je pense que tu le connais déjà. Il n'y a qu'une seule allusion sur le fait que le F-15C "ne soit plus le roi du ciel avec ses Amraams" mais c'est à peu près tout. Ça reste une piste intéressante.
J'ai ré-hébergé les images parce que je n'ai trouvé ça qu'en .pdf et que l'endroit où je les ai retrouvées (f-16.net) me sort par les yeux...

Révélation


s4VYsLZ.png

WiISBAY.jpg

 

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 22 heures, DarkSablo a dit :

J'avais lu qu'il créait une "bulle" autour de lui (2000RDY/MICA) dans laquelle si "on" entrait, "on" n'avait la possibilité de savoir si "on" etait non-détecté, détecté, verrouillé, ou si un missile fonçait déjà. Ce qui obligeait le "on" à prendre beaucoup de précautions en s'approchant de cette bulle.

Il me semble que le RDY introduisait une nouveauté, c'est qu'il ne changeait pas ses émissions (fréquence...) lorsqu'il passait en mode attaque. 

Les 'ennemis' ne savaient donc pas qu'ils avaient été accrochés et tirés (fictivement).

Depuis l'idée a fait son chemin.

Et pour le M2000, il passait de 2 missiles moyennes portées a autodirecteur semi actifs (donc devant éclairer la cible jusqu'à l'impact), mono cible il me semble, à 4 (et maintenant 6) missiles totalement autonomes. La puissance de feu en était plus que singulièrement accrue.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Bon Plan a dit :

Il me semble que le RDY introduisait une nouveauté, c'est qu'il ne changeait pas ses émissions (fréquence...) lorsqu'il passait en mode attaque. 

Les 'ennemis' ne savaient donc pas qu'ils avaient été accrochés et tirés (fictivement).

Depuis l'idée a fait son chemin.

Dans mon souvenir, c'était le radar Anemone du SUE qui avait introduit le mode PSID (Poursuite Sur Informations Discontinues) en lieu et place de la PSIC (Poursuite Sur Informations Continues), mais dans le domaine des cibles navales. Cela permettait d'éviter de révéler le tir par un balayage permanent, facilement détectable.

Après, peut-être que le RDY en a appliqué le principe à l'Air-Air ... je ne sais pas. Mais s'agissant de mobiles relativement petits et se déplaçant relativement vite, c'était quelque chose d'assez audacieux. Cela devait certainement mieux marcher de loin que de près (écart angulaire plus faible pour retrouver l'écho s'il a changé de route).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, FATac a dit :

Après, peut-être que le RDY en a appliqué le principe à l'Air-Air ... je ne sais pas. Mais s'agissant de mobiles relativement petits et se déplaçant relativement vite, c'était quelque chose d'assez audacieux. Cela devait certainement mieux marcher de loin que de près (écart angulaire plus faible pour retrouver l'écho s'il a changé de route).

Surement, puisqu'à l'entrée en service du "-5" seul le MICA EM, plus spécialement (mais pas uniquement) dédié au tir de loin était dispo. La courte portée c'était alors encore le Magic 2.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le propre d'un missile semi-actif (Fox 1) est de se guider sur l'écho généré par le radar de bord de l'avion tireur. Donc le RDI devait éclairer en permanence sa cible durant toute la durée de vol du Super 530 (ça vaut pour l'AIM-7 et tous les autres à l'exception de l'AIM-54).

L'arrivée des missiles actifs (Fox 3) permet de ne plus avoir à éclairer la cible en permanence, et c'est ce qui autorise à la fois le multi-cible et le "fire & forget". Par conséquent il y a là une différence fondamentale de fonctionnement qui est bien perceptible par l'adversaire.

Pour autant le RDY va un poil plus loin dans la démarche pour masquer davantage ce qu'il est en train de faire, ce qui participe au passage à ses caractéristiques LPI. Je n'entrerai pas dans les détails :tongue:

  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, DEFA550 said:

Le propre d'un missile semi-actif (Fox 1) est de se guider sur l'écho généré par le radar de bord de l'avion tireur. Donc le RDI devait éclairer en permanence sa cible durant toute la durée de vol du Super 530 (ça vaut pour l'AIM-7 et tous les autres à l'exception de l'AIM-54).

Il n'y avait pas une premier phase de vol inertiel, avec un éclairage seulement sur la seconde partie?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, g4lly a dit :

Il n'y avait pas une premier phase de vol inertiel, avec un éclairage seulement sur la seconde partie?

Je me trompe ou bien ça impose de calculer la durée de vol pour savoir exactement quand commence la seconde partie du vol, compte tenu des vitesses du missile et de sa cible, tout en ne perdant pas totalement celle-ci de vue afin de pouvoir la désigner explicitement au missile quand il va vouloir voir lui-même ce qui est éclairé.

Ca me parait bien plus compliqué que d'avoir un missile qui garde tout le temps les yeux ouverts, quitte à multiplier les éléments de génération électrique pour bien couvrir toute la durée du vol.

Share this post


Link to post
Share on other sites
16 minutes ago, FATac said:

Je me trompe ou bien ça impose de calculer la durée de vol pour savoir exactement quand commence la seconde partie du vol, compte tenu des vitesses du missile et de sa cible, tout en ne perdant pas totalement celle-ci de vue afin de pouvoir la désigner explicitement au missile quand il va vouloir voir lui-même ce qui est éclairé.

Ca me parait bien plus compliqué que d'avoir un missile qui garde tout le temps les yeux ouverts, quitte à multiplier les éléments de génération électrique pour bien couvrir toute la durée du vol.

L’intérêt de voler sur des waypoint optimisés c'est de minimiser les manœuvres sur tout le début du vol de manière a optimiser l'énergie. Souvent avec une trajectoire balistique d'ailleurs, le tout piloté parles gyros et accéléromètres du bord.

On lance le missile sur la trajectoire de collision sans entrer en mode illumination, en restant en veille, ou en poursuite modéré ... et après un temps donné qui va bien... parfois piloté par un 'bip' émis par le missile ... on passe en phase guidage, avec éclairage de la cible et LOAL.

C'est très souvent le cas des batterie sol air à guidage semi-actif ... avant l'éclosion des liaison de donnée. Pour les missiles air air je ne sais pas trop.

Il me semble que le R-27R accepte le LOAL et les ré-acquisitions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Bon Plan said:

En gros AESA à base de GaN

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, g4lly a dit :

Il n'y avait pas une premier phase de vol inertiel, avec un éclairage seulement sur la seconde partie?

Sur l'AIM-54, oui. Mais c'est un gros missile, et c'est aussi le précurseur des Fox 3.

Pour les autres c'était tout schuss droit vers la cible éclairée.

Edited by DEFA550

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/01/2018 à 01:46, Patrick a dit :

J'ai ré-hébergé les images parce que je n'ai trouvé ça qu'en .pdf et que l'endroit où je les ai retrouvées (f-16.net) me sort par les yeux...

  Révéler le texte masqué

 

s4VYsLZ.png

WiISBAY.jpg

 

 

Merci pour l'article.

"Là-bas, des radars balaient l'espace, deux "spots" exactement. Pas de doute, ce sont des Mirage."

Les participant n'ayant pas d'info sur les systèmes d'arme adverse, était-il possible, sur simple réception du balayage radar, d'identifier l'adversaire, avec les moyens de l'époque ?

Il est également mentionné un taux de réussite de "75% en tirs opérationnels" pour le MICA. Je ne sais pas ce que signifie vraiment "en tirs opérationnels", mais cela répond peut-être à nos précédents échanges.

Le 05/01/2018 à 18:07, g4lly a dit :

L’intérêt de voler sur des waypoint optimisés c'est de minimiser les manœuvres sur tout le début du vol de manière a optimiser l'énergie. Souvent avec une trajectoire balistique d'ailleurs, le tout piloté parles gyros et accéléromètres du bord.

On lance le missile sur la trajectoire de collision sans entrer en mode illumination, en restant en veille, ou en poursuite modéré ... et après un temps donné qui va bien... parfois piloté par un 'bip' émis par le missile ... on passe en phase guidage, avec éclairage de la cible et LOAL.

Cela m'a toujours posé un problème:

Vous assignez une cible à chaque missile et vous tirez votre salve en mode tire et oublie (cad sans mise à jour des données du missile) sur une formation adverse. Les missiles se calent sur les trajectoires extrapolées des assaillants. Quelques secondes avant d'atteindre les positions supposées des cibles, les missiles allument leur autodirecteurs.

Il suffit qu'entretemps la formation ait légèrement dévié ou ait simplement été rompue pour que les positions supposées ne correspondent plus. Quand les missiles allument leur autodirecteur, comment chaque missile peut-il reconnaître quel avion était sa cible initiale si les positions ne correspondent plus ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,410
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Napoléon_Ier
    Newest Member
    Napoléon_Ier
    Joined
  • Forum Statistics

    20,716
    Total Topics
    1,249,898
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries