zx

La guerre économique USA vs UE / Canada / Chine

Recommended Posts

il y a 37 minutes, kotai a dit :

J'aimerai une taxe de 100% sur tout le matériel militaire US, l'électronique et l'avionique.

 

Hein ? :huh: ..................Tu es devenu pro-européen maintenant ? :rolleyes:.......................:laugh:

Comme quoi tout arrive :chirolp_iei:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Shorr kan a dit :

 

Hein ? :huh: ..................Tu es devenu pro-européen maintenant ? :rolleyes:.......................:laugh:

Comme quoi tout arrive :chirolp_iei:

J'ai toujours été pro européen pas de cette version mercantile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attend on ose déjà une taxe GAFA sans le M, regarde Trump, il est arrivé dans tous ses états, alors une taxe sur le matos militaire, qui va oser lui mettre ? quoi que, peut être Merkel, elle est sur le départ. 

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, zx a dit :

Attend on ose déjà une taxe GAFA sans le M, regarde Trump, il est arrivé dans tous ses états, alors une taxe sur le matos militaire, qui va oser lui mettre ? quoi que, peut être Merkel, elle est sur le départ. 

Ca ne servirait absolument à rien au niveau national : l'état impose une taxe sur les clients, mais le client pour le matériel de guerre, c'est lui, et donc il se paye une taxe à lui même et c'est tout !
A moins que... Mais si ! On peut trouver des avantages à la manip :

  • avantage comptable : il devient facile d'accéder au saint Graal de "2% du PIB de dépenses militaires" si la taxe douanière est suffisamment importante. On achète une caisse de 100 AR-15, taxés à 1598764324% et hop ! 2% de PIB, 0% de déficit en plus : pas belle la vie ?
    J'appelle Angela de suite.
  • avantage compétitif : si le prix des matériels importés concourant dans les appels d'offre comporte cette taxe de 1598764324%, ou même 1598764322%, les productions domestiques devraient pouvoir l'emporter. La plupart du temps.

 

Par contre, si on imposait un tarif douanier européen commun sur ce genre de choses, même de 15%, ça changerait certains comportements.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/08/2019 à 18:54, zx a dit :

 

Taxe GAFA : un accord fiscal international va être négocié dans le cadre de l'OCDE

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/donald-trump-et-emmanuel-macron-vont-signer-un-accord-sur-la-taxe-numerique-20190826

 

A priori, c’est un terrain qu’aura su déminer Macron ( Jusqu’au prochain revirement de Trump, quand ce dernier se retrouvera en face desdites GAFA et devra justifier le maintien de cette taxe française sans représailles tout le temps que dureront les négociations à l’OCDE ?)

On sent par contre par avance qu’il va y avoir une belle bataille à ce sujet, à l’OCDE : « Cet accord prévoit un remboursement aux entreprises par la France de la différence entre la taxe française et le nouveau système instauré sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), une fois que ce dispositif aura été mis en place »
La France va tout faire pour minimiser ladite différence, c’est certain, là où les USA vont essayer de limiter au maximum les taxes pour leurs entreprises nationales (tout en essayant de faire le plus de mal possible aux concurrentes chinoises, cela va sans dire).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
12 minutes ago, zx said:

Légalement ça peut être amusant de voir par quel biais "Paris" pourrait interdire Libra ...

... Accessoirement c'est cocasse d'entendre des libéraux parler de souveraineté monétaire comme des bolchos :bloblaugh:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est un peu comme interdire google, amazon, il aura du mal à contrer surtout c'est délocalisé en offshore. il y a déjà plein de cryptomonnaie, mais facebook dispose d'une capacité planétaire pour sa diffusion.

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Google va verser près d'un milliard d'euros au fisc français

Quote

Le géant américain de l'Internet Google a accepté de verser au total près d'un milliard d'euros afin de solder ses contentieux fiscaux en France, dans le cadre d'une convention validée par le tribunal de Paris adossée à un accord avec Bercy.

......

https://www.france24.com/fr/20190912-google-versement-milliard-euros-fisc-francais-amende-accord-justice?ref=tw_i

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, on ressort l'équivalent de la dette de l'Empire Russe dans les négociations américano-chinoise :ohmy:

Cette colossale dette chinoise de la dynastie Qing dans le viseur de Trump

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/cette-colossale-dette-chinoise-de-la-dynastie-qing-dans-le-viseur-de-trump-20190913

L’administration américaine s’intéresse à des titres émis par le régime avant l’instauration de la République populaire de Chine. Elle y voit un éventuel nouveau moyen de pression contre Pékin en pleine guerre commerciale.

Les États-Unis semblent prêts à tout pour remporter leur guerre commerciale contre la Chine. Y compris exhumer une dette chinoise datant du début du 20e siècle. Selon Bloomberg, l’administration Trump s’intéresse sérieusement à des bons émis par l’empire du Milieu en 1911 et 1913 (la, il doit avoir confusion, la chute de l'Empire à lieu en 1911, cela doit être la première république chinoise dont il s'agit) et détenus par des citoyens américains. En tenant compte de l’inflation, des intérêts et autres dédommagements, leur valeur atteindrait quelque 1000 milliards de dollars, selon leurs détenteurs! Un chiffre qui correspond peu ou prou à la dette américaine détenue par la Chine… Depuis plusieurs mois, ceux qui possèdent ces titres pratiquent un lobbying intense auprès de Donald Trump pour qu’il en exige le remboursement par Pékin. En d’autres termes, ils le poussent à s’en servir comme d’un nouveau levier pour faire plier l’adversaire chinois....

XVMff28f2e8-d46e-11e9-8673-7aaffd580c19-

Edited by collectionneur
  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils doivent vraiment être désespérés pour aller chercher des trucs pareils. On trouvera bien un historien chinois pour énoncer que les ravages liés à la Deuxième Guerre Mondiale et aux conflits du XIXè siècle ont également coûté de l'argent à la Chine, ce qui oblige à un remboursement de la part des Américains.

En attendant, le temps joue pour les Chinois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trump Hits the Panic Button

https://www.nytimes.com/2019/09/12/opinion/trump-economy.html

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Trump Appuie sur le bouton de panique

Pourquoi demande-t-il des mesures de relance monétaire d'urgence ? Politique.

Paul Krugman  12 sept. 2019

Donald Trump a marqué l'anniversaire du 11 septembre en répétant plusieurs mensonges sur ses propres actions ce jour-là. Mais ce n'était pas sa seule préoccupation. Il a également passé une partie de la journée à écrire une série de tweets excoriant les responsables de la Réserve fédérale en tant que "Boneheads" et exigeant qu'ils mettent immédiatement en œuvre des mesures d'urgence pour stimuler l'économie - des mesures d'urgence qui ne sont normalement mises en œuvre que dans un contexte de crise grave.

La diatribe de Trump était révélatrice de deux façons. Tout d'abord, il est maintenant clair qu'il est en pleine panique devant l'échec de ses politiques économiques à livrer les résultats promis. Deuxièmement, il ne sait pas pourquoi ses politiques ne fonctionnent pas, ni rien d'autre au sujet de la politique économique.

Avant d'en venir à l'économie, parlons d'un indicateur de l'ignorance de Trump : ses remarques sur la dette fédérale.

En plus d'exiger que la Fed abaisse les taux d'intérêt sous zéro, Trump a déclaré que " nous devrions alors commencer à refinancer notre dette ", car " les États-Unis devraient toujours payer le taux le plus bas ". Les observateurs se grattaient la tête en se demandant de quoi il parlait.

En fait, c'est assez évident. M. Trump pense que la dette fédérale est comme un prêt aux entreprises, que vous pouvez rembourser rapidement pour profiter de taux d'intérêt plus bas. Il ignore clairement que la dette fédérale se compose en fait d'obligations qui ne peuvent être remboursées par anticipation (ce qui explique en partie pourquoi les taux d'intérêt sur la dette fédérale sont toujours plus bas que, disons, ceux des prêts hypothécaires résidentiels). C'est-à-dire qu'il imagine que les finances du gouvernement peuvent être gérées comme si les États-Unis étaient un casino ou un terrain de golf, et il ne lui est jamais venu à l'esprit de demander à qui que ce soit au Trésor si c'est ainsi que ça fonctionne.

Mais revenons à l'économie. Pourquoi Trump panique ?

Après tout, pendant que l'économie ralentit, nous ne sommes pas en récession, et il n'est pas certain qu'une récession se profile à l'horizon. Il n'y a rien dans les données qui justifierait une relance monétaire radicale - une relance, soit dit en passant, que les républicains, y compris Trump, ont dénoncée pendant les années Obama, lorsque l'économie en avait vraiment besoin.

De plus, malgré les affirmations de Trump selon lesquelles la Fed aurait fait quelque chose de fou, la politique monétaire a été plus souple que ce à quoi s'attendait l'équipe économique de Trump lorsqu'elle a fait ses prévisions optimistes.

À l'été 2018, les projections économiques de la Maison-Blanche prévoyaient que les taux d'intérêt à trois mois seraient en moyenne de 2,7 % cette année, tandis que les taux à dix ans seraient de 3,2 %. Les taux réels au moment où j'écris ces lignes sont de 1,9 % et 1,7 %, respectivement.

Mais bien qu'il n'y ait pas d'urgence économique, Trump pense apparemment qu'il est confronté à une urgence politique. Il s'attendait à ce qu'une économie en plein essor soit son principal enjeu l'an prochain. Si, comme cela semble probable aujourd'hui, la performance économique est au mieux médiocre, il est dans le pétrin.

N'oubliez pas que les deux politiques économiques qui ont fait la renommée de Trump sont sa réduction d'impôt en 2017 et sa guerre commerciale avec la Chine qui s'intensifie rapidement. Le premier devait mener à une décennie ou plus de croissance économique rapide, tandis que le second était censé relancer le secteur manufacturier américain.

En réalité, toutefois, la réduction d'impôt n'a donné lieu qu'à quelques trimestres de croissance plus élevée. Plus précisément, les énormes allégements fiscaux consentis aux sociétés n'ont pas permis d'obtenir l'augmentation promise des salaires et des investissements des entreprises ; les sociétés ont plutôt profité de la manne pour racheter des actions et verser des dividendes plus élevés.

En même temps, la guerre commerciale s'est révélée être un frein majeur à l'économie - plus importante que ce à quoi s'attendaient de nombreuses personnes, dont moi-même. Jusqu'à l'automne dernier, on s'attendait généralement à ce que Trump traite avec la Chine de la même façon qu'il traitait avec le Mexique : apporter quelques changements principalement cosmétiques aux arrangements existants, revendiquer la victoire et passer à autre chose. Une fois qu'il est devenu clair qu'il était vraiment sérieux au sujet de la confrontation, cependant, la confiance des entreprises a commencé à s'effondrer, entraînant avec elle les investissements à la baisse.

Et les électeurs l'ont remarqué : La cote d'approbation de M. Trump à l'égard de l'économie, bien qu'elle soit toujours supérieure à son approbation globale, a commencé à diminuer. D'où la panique qui exige de la Fed qu'elle mette tout en œuvre.

Mais si Trump se rend compte qu'il a des ennuis, rien n'indique qu'il comprenne pourquoi. Il n'est pas du genre à admettre, même à lui-même, qu'il a fait des erreurs ; son instinct est toujours de blâmer quelqu'un d'autre en doublant ses politiques qui ont échoué.

Même des actions qui ressemblent à un léger assouplissement de sa politique, comme l'annonce d'un retard de deux semaines dans la mise en œuvre de certains tarifs douaniers chinois, trahissent une profonde incompréhension du problème - qui a autant à voir avec sa caprices qu'avec les tarifs en soi. Les zigzags politiques, même s'ils impliquent de retarder les tarifs, ne font qu'ajouter à l'incertitude qui pousse les entreprises à suspendre leurs investissements, qu'elles le veuillent ou non.

Que se passe-t-il ensuite ? Trump pourrait faire marche arrière et faire ce que la plupart des gens attendaient il y a un an, c'est-à-dire conclure avec la Chine un accord qui rétablirait plus ou moins le statu quo. Mais il s'agirait là d'un aveu de facto de défaite - et à ce stade, il n'est pas clair pourquoi les Chinois lui feraient confiance pour honorer un tel accord après le jour des élections. Le fait est qu'en matière de politique économique, Trump s'est retrouvé dans une mauvaise passe.

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/09/2019 à 12:37, zx a dit :

c'est un peu comme interdire google, amazon, il aura du mal à contrer surtout c'est délocalisé en offshore. il y a déjà plein de cryptomonnaie, mais facebook dispose d'une capacité planétaire pour sa diffusion.

Ce ne sont pas des monnaies mais des devises : tu ne peux pas les utiliser pour payer grand chose, tout au plus peux-tu les revendre contre, précisément, de la monnaie, dans des conditions scabreuses. Facebook pourrait (tenter de) changer ça. Ils pourraient se faire attaquer comme faiseurs de fausse monnaie. Battre monnaie a toujours été un enjeu de pouvoir : pas sûr qu'ils gagnent. Rien qu'en étant considérés comme hors-la-loi, et sans parler de mesure de sabotage informatique légal, certainement pas hors de portée si on voulait vraiment, ils perdraient par exemple toute possibilité de vendre des publicités à des vrais gens qui payent. Pas de quartier.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, kotai a dit :

les USA doivent s'écraser devant la Chine, etc...

L'inverse est-il plus acceptable, et surtout un peu plus politiquement correct ?

Henri K.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, kotai a dit :

Encore du bla bla...les USA doivent s'écraser devant la Chine, etc...

Si revenir au status quo ante est s'écraser devant l'agressé...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Henri K. @Kelkin Article réservé aux abonnés hélas mais en plus de laisser tomber le pétrole du Venezuela, la Chine proposerait que les constructeurs US fabriquent sous licence la technologie Huawei :

Dans le bras de fer qui l’oppose à l’administration Trump, Huawei choisit l’apaisement. Il propose de licencier sa technologie 5G à des constructeurs américains. De quoi lever les craintes de cybersécurité formulées par Washington à l’encontre de ses équipements télécoms. Telle est l’offre surprise de paix faite par Reng Zhengfei, PDG-fondateur du groupe, via Thomas Friedman, éditorialiste au New York Times.

https://www.usinenouvelle.com/article/l-offre-surprise-de-huawei-pour-faire-la-paix-avec-les-etats-unis.N884319

Mais Huawei prévoit de couper les ponts avec les entreprises américaines et poussent les autres société asiatiques a s'allier à oui :

https://www.vipress.net/le-plan-secret-de-huawei-pour-desamericaniser-la-chine/

Edited by collectionneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,420
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mordhin
    Newest Member
    Mordhin
    Joined
  • Forum Statistics

    20,729
    Total Topics
    1,255,223
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries