Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Le F-35


georgio
 Share

Recommended Posts

EXCLUSIVE: F-35A officially certified to carry nuclear bomb

Citation

The F-35A is certified to only carry the newer B61-12 variant, which will replace the older models. The certification additionally does not extend to the stealth jet’s sister variants, the short takeoff and vertical landing F-35B and carrier-launched F-35C.

 

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Kendall: F-35 delivery pause is 'hurting already'

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)

Kendall : L'arrêt des livraisons de F-35 "fait déjà mal".
By Vanessa Montalbano / March 8, 2024 at 11:54 AM

Les retards dans la reconfiguration du F-35 Joint Strike Fighter avec les améliorations Block 4 et Technology Refresh 3 empêchent l'armée de l'air de "rester compétitive", a déclaré le secrétaire de l'armée de l'air Frank Kendall aux journalistes hier lors de la conférence annuelle de Washington organisée par McAleese and Associates.

"Nous en avons vraiment besoin pour rester compétitifs et nous en aurons besoin en quantité", a-t-il déclaré. "La situation est déjà difficile.

Les livraisons d'avions TR-3 devaient initialement commencer en avril 2023, mais cette date a été repoussée à deux reprises. L'année dernière, le ministère de la défense a suspendu l'acquisition des jets du lot 15 jusqu'à ce que Lockheed Martin puisse produire des F-35 entièrement intégrés avec le TR-3, qui est nécessaire pour soutenir les capacités modernisées apportées par le bloc 4 - y compris les nouveaux capteurs et munitions.

Depuis lors, l'avionneur conserve des F-35 incomplets dans ses installations.

"Lorsque nous retardons l'acceptation, cela affecte les coûts des unités que nous avions prévues pour remplacer les avions", a déclaré M. Kendall. "Nous devons conserver les avions existants, d'une manière générale, plus longtemps que nous ne l'avions prévu.

En outre, "l'impact sur la capacité opérationnelle est significatif", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la possibilité d'accepter des versions incomplètes de l'avion de combat de cinquième génération, M. Kendall a répondu qu'il souhaitait "tenir l'industrie pour responsable de la livraison de ce qu'elle a promis".

"Mon parti pris, s'il y en a un, est de ne pas accepter des produits qui ne correspondent pas à ce que l'on nous a promis, mais il y a un argument opérationnel que nous avons avancé, à savoir qu'une meilleure capacité par rapport aux capacités actuelles est un résultat préférable", a-t-il expliqué.

En janvier, le PDG de Lockheed, Jim Taiclet, a déclaré aux actionnaires que l'entreprise prévoyait de reprendre les livraisons au cours du deuxième trimestre de l'année civile, entre avril et juin, voire au cours du troisième trimestre.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Alors là très belle trouvaille.

Je met ton article ici. Le fond est en fait la très mauvais utilisation des budgets d'armements à un moment où les armées sont appelées à être vraiment utilisées.

 

Edited by herciv
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le f-35 a enfin atteind son Milestone C. Normalement c'est la fin des LRIP.

https://www.thedefensepost.com/2024/03/13/us-f35-production-delay/

The US Department of Defense (DoD) has approved the F-35 Joint Strike Fighter to enter full-rate production (FRP) after a five-year delay.

A recent Pentagon announcement said the fifth-generation aircraft successfully achieved the so-called “Milestone C” decision, signifying its maturity and reliability for various missions.

 

 

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Les danois s'impatientent, voir sont sur des charbons ardents :

 

Le Danemark s’inquiète du retard pris dans la livraison de ses chasseurs-bombardiers F-35A

PAR LAURENT LAGNEAU · 13 MARS 2024

https://www.opex360.com/2024/03/13/le-danemark-sinquiete-du-retard-pris-dans-la-livraison-de-ses-chasseurs-bombardiers-f-35a/

Révélation

Le 12 mars, avec cinq ans de retard par rapport au calendrier prévu, le Pentagone a annoncé qu’il venait d’approuver la « production à plein régime » [dite « étape C »] du chasseur-bombardier F-35, dont le 1000e exemplaire est sorti des chaînes d’assemblage de Lockheed-Martin en janvier.

« Cette décision […] montre aux services, aux partenaires du programme et aux clients [du F-35] que [cet appareil] est stable et agile et que toutes les exigences statutaires et réglementaires ont été dûment prises en compte », a fait valoir William A. LaPlante, le sous-secrétaire américain à la Défense chargé des aquisitions.

Seulement, dans le même temps, le Pentagone refuse toujours d’accepter de nouveaux F-35 tant que la mise à niveau logicielle Technology Refresh 3 [TR-3] de cet appareil n’aura pas été validée. Or, celle-ci est censée ouvrir la voie à la version Block 4, laquelle prévoit l’ajout de 66 nouvelles fonctionnalités, ce qui suppose, par ailleurs, l’intégration d’une motorisation plus puissante.

Cette situation préoccupe le Danemark, qui dispose actuellement de dix F-35A [sur vingt-sept commandés], dont seulement quatre exemplaires ont été affectés à la base aérienne de Skrydstrup, les six autres étant restés aux États-Unis pour la formation et l’entraînement de ses pilotes.

Et cela d’autant plus que, dans le cadre de l’aide fournie à l’Ukraine, le ministère danois de la Défense a décidé de hâter le retrait de F-16 de la Flyvevåbnet [force aérienne royale], après avoir annulé un investissement de 150 millions d’euros pour continuer à les faire voler au moins jusqu’en 2027.

Même si Lockheed-Martin maintient son objectif de livrer le premier F-35 en configuration dite TR3 vers juillet 2024, « il y a une incertitude au sujet de la livraison des prochains F-35A. […] J’ai demandé aux forces armées d’examiner des initiatives susceptibles de compenser cet éventuel retard », a ainsi fait savoir Troels Lund Poulsen, le ministre danois de la Défense, via un communiqué publié le 12 mars.

Parmi les solutions envisagées, la plus simple serait de faire venir au Danemark, temporairement, une partie des six F-35 actuellement affectés à la base aérienne de Luke [Arizona]. Mais cela supposerait que les pilotes de la Flyvevåbnet puissent poursuivre leur formation grâce au soutien « d’autres pays », souligne le ministère danois.

Celui-ci avance aussi la possibilité « d’acheter ou d’emprunter des F-35 auprès d’autres pays déjà dotés de cet appareil ». Ce qui est, en clair, un appel du pied aux États-Unis, qui sont les seuls à pouvoir satisfaire une telle demande. Enfin, il est aussi question d’un « ajustement des jalons politiques » concernant le F-35, ce qui semble bien abscons.

« J’ai demandé aux forces armées de préparer un certain nombre de propositions qui pourraient servir de base à une solution globale que nous pourrions discuter et décider au sein du cercle de conciliation. Les avions de combat F-35 représentent un investissement majeur pour le Danemark. Ils seront importants pour notre défense et notre sécurité pendant de nombreuses années. Il est crucial que nous suivions cette affaire de près », a insisté le ministre danois de la Défense.

D’après le communiqué, « cette situation ne devrait pas affecter le don de F-16 à l’Ukraine, qui reste prioritaire, ni les obligations du Danemark envers l’Otan en cas de crise ». Avec de nouveaux chasseurs-bombardiers susceptibles de ne pas être livrés dans les temps, on voit cependant mal comment la situation ne serait pas « affectée »… Sinon, pourquoi M. Poulsen s’en inquiéterait?

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, herciv a dit :

Le f-35 a enfin atteind son Milestone C. Normalement c'est la fin des LRIP.

https://www.thedefensepost.com/2024/03/13/us-f35-production-delay/

The US Department of Defense (DoD) has approved the F-35 Joint Strike Fighter to enter full-rate production (FRP) after a five-year delay.

A recent Pentagon announcement said the fifth-generation aircraft successfully achieved the so-called “Milestone C” decision, signifying its maturity and reliability for various missions.

Oui mais normalement on aurait du avoir un rapport sur les tests IOT&E qui ont été effectués en septembre dernier, avant la décision pour le milstone C ! Encore des libertés avec la procédure, et je vais faire ma mauvaise langue, je pense que ce n'est pas par hasard c'est sans doute que ces tests ne sont pas si bons que ça.

Link to comment
Share on other sites

10 hours ago, Picdelamirand-oil said:

Oui mais normalement on aurait du avoir un rapport sur les tests IOT&E qui ont été effectués en septembre dernier, avant la décision pour le milstone C ! Encore des libertés avec la procédure, et je vais faire ma mauvaise langue, je pense que ce n'est pas par hasard c'est sans doute que ces tests ne sont pas si bons que ça.

Vous confondez certaines choses. Ce Milestone C (qui en soi est une étape purement programmatique sans trop d'importance) n'exigeait pas du tout de tests OT&E classiques. Pour le F-35, on a pour la première fois lié la déclaration du Milestone C au résultat d'une série d'essais dans un environnement synthétique de simulation interarmées (JSE). Cela n'avait jamais été fait auparavant pour d'autres avions de combat, et ce JSE a donc dû être développé en premier. Tout comme le 'F-35 In A Box', une installation de simulation du F-35 au sol qui, contrairement aux simulateurs de vol classiques, ne peut utiliser que du hardware et logiciels réels. Le fait que cela ait pris autant de temps n'a donc rien à voir avec les qualités ou les défauts inhérents au F-35, mais seulement avec l'inexistence de ce nouveau dispositif d'essai. Lors de tous ces essais JSE, c'est le F-35 IAB (au sol) qui a été testé, et non le vrai F-35 (en vol.) Il ne s'agissait donc pas de tests OT&E. Le seul lien avec le monde du OT&E est que ces tests ont été élaborés et évalués par le directeur de l'OT&E (DOT&E);

Le F-35 est désormais le premier avion de combat au monde à être testé dans ce qui devrait être un environnement de guerre totale réaliste.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Fritkot a dit :

Ce Milestone C (qui en soi est une étape purement programmatique sans trop d'importance) n'exigeait pas du tout de tests OT&E classiques.

Ce n'est pas que programmatique. C'est egalement légal. Sans le milestone C il ne pouvait legalement pas y avour de fabrication en série.

Link to comment
Share on other sites

10 minutes ago, herciv said:

Ce n'est pas que programmatique. C'est egalement légal. Sans le milestone C il ne pouvait legalement pas y avour de fabrication en série.

Concrètement, la seule chose qui va changer est le fait que le US DOD est désormais autorisé à conclure des contrats pluriannuels avec Lockheed Martin et P&W pour ses propres appareils. Auparavant, seuls les F-35 des partenaires internationaux et des clients FMS sur plusieurs années de livraison pouvaient être inclus dans un même contrat. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Fritkot a dit :

Il ne s'agissait donc pas de tests OT&E. Le seul lien avec le monde du OT&E est que ces tests ont été élaborés et évalués par le directeur de l'OT&E (DOT&E);

Vous devriez lire un peu plus le fil "F-35 Les rapports du GAO et du DOT&E" cela vous clarifierez vos idées sur l'IOT&E et sur le JSE:

http://www.air-defense.net/forum/topic/21572-f-35-les-rapports-du-gao-et-du-dote/?do=findComment&comment=1696396

Citation

Au cours de la période couverte par le présent rapport, le programme F-35 a achevé les préparatifs de l'environnement de simulation conjoint (JSE) pour les 64 essais d'essai JSE nécessaires pour compléter l'IOT&E.

Les essais avec le JSE sont peut être particulier et nouveau pour les US mais ils font parties de l'IOT&E avec d'autres essais moins originaux.

Quant aux retards que le JSE a entraîné c'est une conséquence du scandale de l'attitude de L.M. qui avait gagné le contrat de développement du JSE, qui avait été payé complètement d'avance pour réaliser ce contrat et qui n'a rien fait pendant 14 ans, ce qui en désespoir de cause a entraîné l'attribution du contrat à un petit labo de la Navy pas du tout équipé pour ce genre de contrat qui a du démarré tardivement à cause de L.M. et qui a fait ce qu'il a pu pour quand même produire quelque chose.

Link to comment
Share on other sites

Ca pérore moins depuis quelques temps sur le f-35. Ce commence à poser quelques soucis aux planificateurs européens :

https://www.defensenews.com/global/europe/2024/03/21/f-35-delivery-delays-frustrate-european-air-force-upgrade-plans/

Révélation

F-35 delivery delays frustrate European air force upgrade plans

By Rudy Ruitenberg

PARIS — Delivery disruptions for the F-35 Joint Strike Fighter are creating a headache for European buyers, as some countries face a potential capacity gap and delays in training pilots and maintenance engineers.

Denmark is exploring how to deal with a slipping delivery schedule, including possibly borrowing or buying aircraft from other F-35 users. Norway said there’s a risk full operational capacity of its F-35 fleet will be pushed back.

F-35 deliveries are on hold as Lockheed Martin wrestles to complete an upgrade known as Technology Refresh 3, initially planned for summer 2023. While the company still aims for the second quarter for TR-3 software acceptance, the third quarter is a more likely scenario, Lockheed Martin CEO Jim Taiclet said in January.

The delays threaten to frustrate plans by Denmark and Belgium to replace their fleets of more than 40-year old F-16 fighters. Denmark has four F-35s in country, of 27 ordered, while Belgium is scheduled to receive the first of 34 stealth fighters in 2024, a milestone already delayed from last year.

“We are making progress toward delivering the first TR-3 configured aircraft,” Lockheed Martin said in a statement, declining to say when European buyers will get their next planes. “Customer deliveries will be informed based on the remaining TR-3 test schedule.”

Denmark said last week that Lockheed Martin targets TR-3 for around July, but risks delays. It’s too early to say what delays would mean, the country’s defense minister said.

For now, Denmark still conducts operational tasks with F-16 aircraft, “but if the delay in F-35 delivery continues, there can be consequences,” said Hans Peter Michaelsen, an independent military analyst and former Royal Danish Air Force major.

The snag comes at a time of high tension in Europe, following Russia’s 2022 invasion of Ukraine. NATO fighter jets scrambled more than 300 times last year to intercept Russian military flights, mostly over the Baltic Sea, after 570 intercepts in 2022. The U.K., Norway, the Netherlands and Italy have deployed their F-35s for air-policing missions over the Baltic and the northern Atlantic.

The Danish Ministry of Defence has asked the joint military command and its procurement organization “to explore a number of options that could mitigate the implications to the Danish F-35 implementation timeline in case a delay should occur,” it said in a statement.

Options include repatriating some of Denmark’s six F-35s now stationed at Luke Air Force Base in the U.S. for training, possibly with support from other nations so Danish pilot instruction can continue. Another would be buying or borrowing aircraft from other F-35 operators.

“If the planned F-35 deliveries slip to 2025 and Danish F-35s cannot be temporarily withdrawn from Luke AFB, I foresee operational and training consequences,” Michaelsen said. While he doesn’t expect Quick Reaction Alert tasks to be affected, having only four aircraft in Denmark could complicate maintaining operational status for pilots and technicians.

The defense ministry has investigated whether the U.S. can provide additional F-35s for training, which would allow Denmark to withdraw planes from Luke AFB to avoid a delay building up its F-35 capacity, according to the analyst.

Norway and the Netherlands face less urgency, as they already operate most of their F-35 fleet. The Royal Norwegian Air Force retired its F-16s in 2022, and the Royal Dutch Air Force plans to do the same by October.

Norway has “enough aircraft available to meet current operational and training requirements,” said Endre Lunde, an adviser at the Norwegian Defense Materiel Agency. “Like the U.S. and other partners in the JSF program we will not be taking delivery of any further aircraft until a solution has been found to current issues related to the TR-3 upgrades.”

Norway has 34 F-35s in country and six in the U.S. for training, of a total 52 planes ordered. Delivery of the remaining aircraft, originally scheduled for 2023 and 2024, remains to be confirmed.

The Netherlands meanwhile has received 39 of its 52 F-35s, with eight aircraft in the U.S. for training. The Dutch Ministry of Defence declined to comment ahead of a progress report to parliament toward the end of this month.

“For Norway and Netherlands I do not foresee large consequences, as both countries have already achieved limited operational status with their F-35s, but the full operational date will probably slip to the right,” Michaelsen said. “A delay in delivery for other European customers – Belgium, Finland, Poland and Germany – will probably mean that these countries will have to operate their legacy fighters for a prolonged time.”

The U.S. Air Force conducted the first flight of an F-35 in TR-3 configuration in January 2023. The upgrade provides the F-35 with more computing power as the basis for modernized Block 4 capabilities, including new sensors and improved electronic warfare capabilities.

“Even after TR-3 completion we expect that it will take some time to clear the backlog of undelivered aircraft,” Lunde said. “Our current expectation however is that we will be able to take delivery of all Norwegian aircraft by the end of this year, or during the first half of 2025 at the very latest.”

There’s a knock-on effect on planned upgrades of Norway’s TR-2 configuration aircraft, with the impact on the schedule still unclear, Lunde said. The delays pose a risk to reaching full operational capability in 2025, though the main risk to that milestone is a lack of trained maintenance personnel, he said.

To reach full operational capability, Norway requires both a sufficient number of air frames, as well as the capabilities of TR-3, including integration of the Joint Strike Missile, according to Lunde. The JSM is a cruise missile being developed by Kongsberg and RTX, designed to be launched from the F-35′s internal weapons bay.

Belgium, which had expected to receive its first two F-35s in 2023, said in December it now counts on eight jets to be delivered for training of Belgian pilots and engineers starting this summer. Poland is also scheduled to receive its first F-35 this year, after ordering 32 planes in 2020.

The U.K. has received 35 aircraft of 48 expected by the end of 2025, and in December formed its second squadron to operate the F-35 Lightning II. The 13 aircraft due by the end of next year are in the TR-3 configuration, and the U.K. is working with the F-35 joint program office to understand the impact of the delay.

“We do not currently anticipate a shortfall in the ability to build the U.K. Lightning force to full operational capability,” the Ministry of Defence said.

The Danish defense ministry has said it doesn’t expect the issues to affect the planned donation of F-16 aircraft to Ukraine, while Norway said F-35 delays won’t impact delivery of F-16s to international partners, either through sale or donation.

F-35 customers

 

Edited by herciv
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, herciv a dit :

Ca pérore mois depuis quelques temps sur le f-35. Ce commence à poser quelques soucis aux planificateurs européens :

Heureusement que les capacités opérationnelles des dits pays n'est pas la première préoccupation des états-majors et des gouvernements concernés :chirolp_iei:

  • Like 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, herciv a dit :

https://www.defensenews.com/global/europe/2024/03/21/f-35-delivery-delays-frustrate-european-air-force-upgrade-plans/

  Révéler le contenu masqué

F-35 delivery delays frustrate European air force upgrade plans

By Rudy Ruitenberg

PARIS — Delivery disruptions for the F-35 Joint Strike Fighter are creating a headache for European buyers, as some countries face a potential capacity gap and delays in training pilots and maintenance engineers.

Denmark is exploring how to deal with a slipping delivery schedule, including possibly borrowing or buying aircraft from other F-35 users. Norway said there’s a risk full operational capacity of its F-35 fleet will be pushed back.

F-35 deliveries are on hold as Lockheed Martin wrestles to complete an upgrade known as Technology Refresh 3, initially planned for summer 2023. While the company still aims for the second quarter for TR-3 software acceptance, the third quarter is a more likely scenario, Lockheed Martin CEO Jim Taiclet said in January.

The delays threaten to frustrate plans by Denmark and Belgium to replace their fleets of more than 40-year old F-16 fighters. Denmark has four F-35s in country, of 27 ordered, while Belgium is scheduled to receive the first of 34 stealth fighters in 2024, a milestone already delayed from last year.

“We are making progress toward delivering the first TR-3 configured aircraft,” Lockheed Martin said in a statement, declining to say when European buyers will get their next planes. “Customer deliveries will be informed based on the remaining TR-3 test schedule.”

Denmark said last week that Lockheed Martin targets TR-3 for around July, but risks delays. It’s too early to say what delays would mean, the country’s defense minister said.

For now, Denmark still conducts operational tasks with F-16 aircraft, “but if the delay in F-35 delivery continues, there can be consequences,” said Hans Peter Michaelsen, an independent military analyst and former Royal Danish Air Force major.

The snag comes at a time of high tension in Europe, following Russia’s 2022 invasion of Ukraine. NATO fighter jets scrambled more than 300 times last year to intercept Russian military flights, mostly over the Baltic Sea, after 570 intercepts in 2022. The U.K., Norway, the Netherlands and Italy have deployed their F-35s for air-policing missions over the Baltic and the northern Atlantic.

The Danish Ministry of Defence has asked the joint military command and its procurement organization “to explore a number of options that could mitigate the implications to the Danish F-35 implementation timeline in case a delay should occur,” it said in a statement.

Options include repatriating some of Denmark’s six F-35s now stationed at Luke Air Force Base in the U.S. for training, possibly with support from other nations so Danish pilot instruction can continue. Another would be buying or borrowing aircraft from other F-35 operators.

“If the planned F-35 deliveries slip to 2025 and Danish F-35s cannot be temporarily withdrawn from Luke AFB, I foresee operational and training consequences,” Michaelsen said. While he doesn’t expect Quick Reaction Alert tasks to be affected, having only four aircraft in Denmark could complicate maintaining operational status for pilots and technicians.

The defense ministry has investigated whether the U.S. can provide additional F-35s for training, which would allow Denmark to withdraw planes from Luke AFB to avoid a delay building up its F-35 capacity, according to the analyst.

Norway and the Netherlands face less urgency, as they already operate most of their F-35 fleet. The Royal Norwegian Air Force retired its F-16s in 2022, and the Royal Dutch Air Force plans to do the same by October.

Norway has “enough aircraft available to meet current operational and training requirements,” said Endre Lunde, an adviser at the Norwegian Defense Materiel Agency. “Like the U.S. and other partners in the JSF program we will not be taking delivery of any further aircraft until a solution has been found to current issues related to the TR-3 upgrades.”

Norway has 34 F-35s in country and six in the U.S. for training, of a total 52 planes ordered. Delivery of the remaining aircraft, originally scheduled for 2023 and 2024, remains to be confirmed.

The Netherlands meanwhile has received 39 of its 52 F-35s, with eight aircraft in the U.S. for training. The Dutch Ministry of Defence declined to comment ahead of a progress report to parliament toward the end of this month.

“For Norway and Netherlands I do not foresee large consequences, as both countries have already achieved limited operational status with their F-35s, but the full operational date will probably slip to the right,” Michaelsen said. “A delay in delivery for other European customers – Belgium, Finland, Poland and Germany – will probably mean that these countries will have to operate their legacy fighters for a prolonged time.”

The U.S. Air Force conducted the first flight of an F-35 in TR-3 configuration in January 2023. The upgrade provides the F-35 with more computing power as the basis for modernized Block 4 capabilities, including new sensors and improved electronic warfare capabilities.

“Even after TR-3 completion we expect that it will take some time to clear the backlog of undelivered aircraft,” Lunde said. “Our current expectation however is that we will be able to take delivery of all Norwegian aircraft by the end of this year, or during the first half of 2025 at the very latest.”

There’s a knock-on effect on planned upgrades of Norway’s TR-2 configuration aircraft, with the impact on the schedule still unclear, Lunde said. The delays pose a risk to reaching full operational capability in 2025, though the main risk to that milestone is a lack of trained maintenance personnel, he said.

To reach full operational capability, Norway requires both a sufficient number of air frames, as well as the capabilities of TR-3, including integration of the Joint Strike Missile, according to Lunde. The JSM is a cruise missile being developed by Kongsberg and RTX, designed to be launched from the F-35′s internal weapons bay.

Belgium, which had expected to receive its first two F-35s in 2023, said in December it now counts on eight jets to be delivered for training of Belgian pilots and engineers starting this summer. Poland is also scheduled to receive its first F-35 this year, after ordering 32 planes in 2020.

The U.K. has received 35 aircraft of 48 expected by the end of 2025, and in December formed its second squadron to operate the F-35 Lightning II. The 13 aircraft due by the end of next year are in the TR-3 configuration, and the U.K. is working with the F-35 joint program office to understand the impact of the delay.

“We do not currently anticipate a shortfall in the ability to build the U.K. Lightning force to full operational capability,” the Ministry of Defence said.

The Danish defense ministry has said it doesn’t expect the issues to affect the planned donation of F-16 aircraft to Ukraine, while Norway said F-35 delays won’t impact delivery of F-16s to international partners, either through sale or donation.

F-35 customers

 

En plus il manque dans leur liste les attentes de F35 des Suisses, des Finlandais, des Polonais, des Allemands et des Tchèques....

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Lordtemplar a dit :

et des Grecs ;)

Ils n'ont pas encore signé. Les autres oui.

Signé maintenant c'est recevoir les premier f-35 en Grèce (avant pour ceux servant à la formation aux US) dans 5 ans aux mieux. Les f-35 belges signés en 2018 ne sont toujours pas arrivé par exemple. Il se peut qu'il y ait des urgences à gérer avant pour lequel le F-35 n'est pas taillé en terme industriel compte tenu des retards actuels et à venir.

La dispo actuel des F-35 présent en Europe est un vrai gros problème. On ne peut compter sur eux que 15 à 20 heures par mois et maintenant l'argument du simulateur ne tient évidemment plus.

la défense de 'lEurope va se faire avec les Typhy, les rafou et ce qui reste des f-16 et F-18. 

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Tout vient à point à qui sait attendre. Le canon du f-35A sait enfin tirer juste. Je soupçonne l'USAF d'avoir enfin compris à quoi sert à canon comparativement à des missiles ou des bombes et donc d'avoir mis la correction du problème en tête de sa wish-list. Le chiffre de 23000 dollars la charge total de munition de 25 mm vient clore ce débât.

En gros si l'occasion se présente (tir d'opportunité) le F-35 va devoir favoriser le tir canon ... et donc devoir se dévoiler. On parle de faire du CAS et du dog fight. Ca a dû ouiner sévère à l'état-major de l'USAF. Il n'y avait plus de formation au CAS.

https://www.twz.com/air/f-35as-beleaguered-25mm-cannon-is-finally-effective

Le canon de 25 mm de la F-35A est enfin « efficace »

L'exactitude et d'autres questions ont obstiné le fusil du F-35A, qui ont également été des points de discussion majeurs dans le débat sur la retraite de l'A-10.

Joseph Trevithick

Le canon automatique de 25 mm niché à l'intérieur de la variante F-35A du Joint Strike Fighter est maintenant considéré comme une arme efficace. Pendant des années, une foule de problèmes ont laissé ces combattants furtifs incapables de tirer droit. Les problèmes avec le canon de 25 mm ont également été un point de discussion particulièrement notable dans le débat encore controversé sur les plans pour remplacer le vénérable avion d'attaque au sol A-10 Warthog avec le F-35A.

Russ Goemaere, un porte-parole du Bureau du programme conjoint F-35 (JPO), a fourni à la zone de guerre une mise à jour sur le canon du F-35A, qui est officiellement désigné par le GAU-22/A, au début de cette semaine. Dans l'armée américaine, le F-35A est exploité exclusivement par les États-Unis. Force aérienne.

"Après avoir travaillé avec l'armée de l'air et nos partenaires industriels, nous pouvons signaler que le canon s'est amélioré et est efficace", a déclaré Goemaere dans un communiqué. «Nous continuons de travailler avec l'industrie, les services et nos partenaires internationaux pour améliorer encore la situation et maximiser l'efficacité et la léthalité au niveau tactique/opérationnel.»

Chaque F-35A dispose d'un seul GAU-22/A, qui est un canon Gatling à quatre barils avec une vitesse de incendie de 3 300 coups par minute, installé sur un support interne au-dessus de l'admission du moteur gauche de l'avion. Pour maintenir les caractéristiques furtives du jet, le muselière du fusil est caché derrière une porte encastrée qui s'ouvre lorsque l'arme est tirée et se referme lorsqu'elle s'arrête.

Une diapositive de synthèse de 2014 avec des détails sur le GAU-22/A et un diagramme montrant comment il est installé sur le F-35A. Ordnance générale et systèmes tactiques de la dynamique générale

gau-22-f-35a.jpg?auto=webp&optimize=high

Le GAU-22/A est un dérivé poids clair du GAU-12/U à cinq barleds trouvé sur l'avion de saut AV-8B Harrier et le navire de combat AC-130 Ul Spooky maintenant à la retraite. Il est intéressant de noter que tous les autres avions tactiques actuellement en service militaire américain, à l'exception de l'A-10 et du Harrier susmentionné, sont armés de versions du canon Vulcan M61 de 20 mm, un modèle de type Galting à six barleds.

Tel qu'installé sur le F-35A, le GAU-22/A se nourrit d'un magazine d'une capacité maximale de 180 tours. Compte tenu de la taille du magasin, le canon a un peu plus de trois secondes de temps de tir total disponible pendant une seule sortie.

F-35B et F-35B à capitillement court et vertical du F-35C basé sur le transporteur du Joint Strike Fighter, que les États-Unis Le Corps des Marines et la marine opèrent, ils n'ont pas de canons internes. Ces versions peuvent être armées d'une nacelle GPU-9/A, qui contient un GAU-22/A et 220 cartouches de 25 mm, chargées sur leurs stations centrales.

Le cycle opérationnel standard actuel pour le GAU-22/A est le PGU-48/B, un cycle de perçage d'armure bangible (FAP) avec un noyau de tungstène. Il s'agit d'un cycle cinétique conçu pour détruire des cibles par la simple force d'impact. Le tétrapement frangible est conçu pour se décomposer et se transformer en une grêle d'éclaboussière mortelle après la pénétration, ainsi.

L'entrepreneur allemand de la défense Rheinmetall, qui fabrique le PGU-48/B, a présenté le volet comme étant particulièrement bien adapté pour engager les avions ennemis et les véhicules blindés au sol dans le passé. Les tours sont également coûteux, coûtant environ 131 dollars chacun, selon les États-Unis. La dernière demande budgétaire de l'armée de l'air pour l'exercice 2025. À l'heure, le chargement complet d'un magazine F-35A coûte 23 580 dollars.

Une diapositive d'information de 2014 donnant un aperçu général du PGU-48/B et montrant une coupe de l'une des cartouches. Rheinmetall

À titre de comparaison, les cartouches incendiaires à haute explosive haute pulsation de l'armée de l'armée de l'air de 20 mm PGU-28A/B sont élevées coûtant chacune environ 34 dollars. Ainsi, le prix pour remplir le magazine 511-round pour le canon Vulcan M61 sur un F-16C Viper, l'avion primaire le F-35A est destiné à supplanter, n'est que d'environ 17 000 dollars.

Il est toujours possible que d'autres types de munitions de 25 mm, tels que les types explosifs et/ou incendiaires, y compris ceux déjà développés pour être utilisés dans le GAU-12/U, puissent être autorisés pour utilisation dans le GAU-22/A. On ne sait pas quelles sont les limites de l'utilisation des types de munitions existants et futurs au-delà du PGU-48/B.

Bien que les canons internes aient été installés sur la production F-35As dès le début, la première capacité réelle à les utiliser de manière opérationnelle est venue avec l'introduction du logiciel Block 3F à partir du milieu des années 2010. Les essais en 2016 ont permis de découvrir une première série de problèmes ayant un impact sur le F-35A avec son canon interne et ses F-35B/C avec des fusils posés. Les problèmes étaient liés à la façon dont une certaine symbologie était affichée aux pilotes par le biais de leurs écrans montés sur le casque (HMD). Contrairement à de nombreux avions de combat passés et présents, les trois variantes du F-35 n'ont pas un écran de tête haute (HUD) traditionnel dans le cockpit et projettent plutôt les mêmes types d'informations, et beaucoup plus encore, directement sur la visière du casque du pilote.

"Les pilotes DT (essai opérationnel) et les pilotes OT ont signalé des craintes des vols d'essai préliminaire selon lesquelles la symbologie de la lutte contre le canon à broy, affichée dans le casque, est actuellement inutilisable sur le plan opérationnel et potentiellement dangereuse pour achever les essais prévus en raison d'une combinaison according to a reportde cliché de symboles obscurcissant la cible, de difficulté à lire les informations clés et de stabilité du pipper," "En outre, pour l'emploi air-air, la symbologie du piquot est très instable lors du suivi d'un avion cible; cependant, la version en entonnoir de la vue air-air semble être plus stable dans les premiers essais."

"La fixation de ces déficiences peut nécessiter des modifications du logiciel des systèmes de mission qui contrôlent la symbologie du casque, ou le logiciel radar, même si le programme a récemment publié la version finale prévue du logiciel d'essai en vol, Block 3FR6," a ajouté le rapport du DOT-E publié en 2017.

L'armée de l'air avait déclaré qu'elle avait atteint sa capacité opérationnelle initiale (COI) avec le F-35A en 2016.

En 2020, des modifications avaient été apportées aux logiciels des F-35 pour aider à résoudre les problèmes de symbologie, bien que le DOT-E ait déclaré que davantage de tests étaient nécessaires pour parvenir à une évaluation définitive. Les problèmes liés à l'emploi des armes à feu postées semblent également avoir été résolus. Toutefois, à cette date, d'autres problèmes spécifiques à l'installation interne GAU-22/A sur le F-35A s'étaient produits.

"Les enquêtes dans les montures de canon du F-35A ont révélé des désalignements qui entraînent des erreurs d'alignement des muselières. En conséquence, l'alignement réel de chaque canon F-35A n'est pas connu, de sorte que le programme envisage des options pour rééduire et corriger les alignements de canon", a déclaré un autre rapport du DOTze, publié en 2020. "Sur la base des essais de canon F-35A à ce jour, le DOTze considère que l'exactitude du canon, tel qu'il est installé dans le F-35A, est inacceptable."

En plus de cela, le désalignement du canon causait des dommages physiques aux F-35A lors de la tir.

«Les unités volant sur des avions F-35A plus récents ont découvert des fissures dans les revêtements de la ligne de moulage externe et la peau sous-jacente du longeron de la Chine, près de la bouche du canon, après le retour des avions des vols lorsque le canon a été utilisé», explique le rapport publié par le Ministère de la justice pour la première année 2020. "En raison de la récente fissure près du muselière dans un nouvel avion F-35A, les États-Unis. L'armée de l'air a limité le canon à l'utilisation de combat uniquement pour la production du lot 9 et des avions plus récents."

Exactement lorsque ces questions ont été traitées au point que le Bureau conjoint du programme F-35 a déterminé que l'arme était finalement « effective » n'est pas tout à fait claire. Les problèmes de craquage liés à l'utilisation du canon interne du F-35A ont également refait surface ces dernières années, mais ne cherchent pas à avoir un impact sur la précision de l'arme.

Un avion d'essai F-35A de l'US Air Force. USAF

"Deux avions ont connu des fissures dans le panneau de souffle devant le canon. Le programme effectue des inspections visuelles récurrentes à la suite de chaque tir de coups de feu pour s'assurer que les fissures ne se propagent pas et que le panneau est toujours en place en toute sécurité", a noté le Government Accountability Office (GAO), un observateur du Congrès, dans un rapport publié en 2022. "Le programme F-35 a remplacé le panneau par un nouveau panneau qui a des trous de fixation plus importants en tant que fixation provisoire. Les panneaux d'explosion sont réparés en fonction des besoins. Les avions ont acquis sous le lot 10, ceux livrés en 2018, et plus tard incorporent le panneau redessiné dans la production. La modernisation de la flotte est en attente de financement."

«À l'origine observé sur des avions livrés plus tôt, certains avions plus récents subissent à nouveau une crise de la peau de l'explosion sur la zone redessinée à côté du canon interne du F-35A. Cette fissuration résulte d'une plus grande quantité de conditions de pression plus élevée que celle prévue pour le tir du canon (encore le JPO incapable de contraindre le suivi des spec). Le programme a observé ces fissures sur les avions du Lot 13 et il s'attend à ce que la question affecte les avions du Lot 14 et du Lot 15 en raison de conceptions similaires", a déclaré la GAO dans un autre rapport publié l'année dernière. «Il existe un risque que la croissance des fissures non détectées entraîne une partie de la rupture du panneau, le matériau pouvant entrer dans le moteur; toutefois, le programme n'a identifié aucun débris d'objets étrangers parmi les panneaux qui ont eu des problèmes. Le programme gère le risque par des inspections après le vol du panneau après l'utilisation des armes à feu et par le remplacement des panneaux fissurés par les équipes de terrain des entrepreneurs."

La zone de guerre s'est remise au programme d'action pour un administrateur auxiliaire F-35 pour faire le point sur les efforts visant à atténuer et/ou à résoudre ce problème.

Depuis que les problèmes avec le fusil du F-35A ont d'abord émergé, ils ont été des points de discussion majeurs dans le débat sur la capacité de ces avions furtifs à remplacer efficacement les A-10 de l'armée de l'air. En 2022, le Ministère de la société a achevé la conclusion d'un rapport final sur les essais de comparaison du F-35A et de l'A-10C qui avait été effectué entre 2018 et 2019, qui comprenait une mention d'un besoin de « fixer le canon F-35A ». Nous ne le savons que grâce à une copie fortement caviardée du rapport que le projet indépendant à but non lucratif sur le contrôle du gouvernement (POGO) a obtenu par le biais de la loi sur la liberté de l'information et publié publiquement l'année dernière. Le contexte complet de cette recommandation relative aux armes à feu reste donc inconnu. Ces tests de comparaison ont été très controversés dès le début et le rapport du DOT-E a été effectivement enterré.

Un A-10 Warthog tirant son canon emblématique GAU-8/A Avenger. USAF

Même dans des conditions optimales, le F-35A GAU-22/A avec ses 180 cartouches n'est en aucun cas directement comparable à ce qui est offert par le légendaire 30 mm GAU-8/8 Avenger l'A-10C et son magazine de 1 174 ronds. Mais le soutien aérien rapproché concerne beaucoup plus l'emploi de munitions guidés par précision que le réchauffement de nos jours. Néanmoins, c'est un outil important que de disposer de la situation lorsque les circonstances l'exigent. Il vaut la peine de souligner que le Vengeur a également créé une foule de maux de tête graves au cours du développement et de la campagne initiale du Warthog, comme vous pouvez en savoir plus sur cette caractéristique de la zone de guerre passée.

La position de l'armée de l'air est depuis longtemps que la capacité du F-35A, ainsi que d'autres avions, à prendre en charge les tâches de maintien de l'air de l'A-10 réside davantage dans l'accent mis sur l'utilisation de bombes et de missiles à guidage de précision, ainsi que sur la vulnérabilité de Warthog aux défenses aériennes modernes. Les défenseurs de l'A-10 affirment que l'avion reste particulièrement bien adapté à l'appui aérien rapproché et à d'autres missions souvent négligées, et que diverses mesures pourraient être prises pour atténuer les diverses limitations opérationnelles. Vous trouverez plus d'informations sur tout cela dans le contexte des informations supplémentaires du rapport sur les tests de comparaison caviardés ici.

Des questions demeurent certainement quant à l'utilité générale du canon du F-35A, avec un peu plus de trois secondes de temps de tir total, dans un contexte air-sol ou air-air. Dans un scénario air-sol, en particulier, le cycle PGU-48/B de 25 mm présente ses limites supplémentaires en termes d'effets que le canon peut générer par rapport à ceux qui ont la possibilité de tirer des munitions explosives et/ou incendiaires élevées, quelle que soit leur exactitude. Pourtant, les cartouches de 25 mm, même limitées en quantité, sont beaucoup plus destructrices contre les cibles aériennes et terrestres que les plus abondantes de 20 mm d'un type similaire trouvée dans tous les autres avions de chasse américains.

Dans le combat air-air, Air Force F-35A est censé utiliser leur conception furtive et d'autres capacités avancées pour éviter d'avoir à s'engager dans des combats de proximité où un canon interne pourrait entrer en jeu. Cela dit, dans un futur conflit, en particulier un conflit haut de gamme, il pourrait y avoir un potentiel inévitable pour ce type d'engagements aériens, même s'ils seraient encore rares.

Dans l'ensemble, après des années de problèmes importants, le canon du F-35A fonctionne maintenant au moins dans une certaine mesure et donne aux pilotes volant des F-35A la possibilité de «passer aux canons» contre des cibles en l'air ou au sol.

Edited by herciv
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

"L’ajout porterait l’achat de l’armée de l’air en 2024 à 51 F-35A, contre 48 demandés au cours de l’exercice 24. Dans le nouveau budget de l’exercice 25 qui vient d’être présenté au Congrès ce mois-ci, l’armée de l’air n’a demandé que 42 F-35, expliquant qu’elle avait dû faire des coupes dans plusieurs portefeuilles, y compris les chasseurs, pour respecter la loi sur la responsabilité fiscale, qui a réduit de 2 milliards de dollars le plan de dépenses de l’USAF."

https://www.airandspaceforces.com/congress-air-force-2024-budget-f-35s-engine-spares/

Le Congrès augmente le budget 2024 de l’armée de l’air avec plus de F-35 et de pièces de rechange pour moteurs

25 mars 2024 | Par John A. Tirpak

Le Congrès a ajouté trois F-35 supplémentaires à l’achat de l’armée de l’air pour l’exercice 2024 dans le projet de loi de crédits adopté et signé ce week-end et a également augmenté le compte de moteur F135 du chasseur.

Le projet de loi final ajoute 541 millions de dollars pour l’achat de F-35, dont 277 millions de dollars pour l’achat de trois chasseurs supplémentaires de la variante A et 264 millions de dollars pour l’achat de « pièces de rechange pour moteurs », répartis à parts égales entre les F-35A de l’armée de l’air et les F-35B et C de la marine et du corps des Marines. Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’argent du moteur permettrait d’acheter des moteurs de rechange complets ou des pièces de rechange, mais le Congrès a montré son intérêt pour l’amélioration de la préparation du F-35, qui a souffert dans le passé en raison des pénuries de moteurs et de pièces de moteur.

Les chiffres figurent dans l’exposé des motifs conjoint du projet de loi.

Il convient de noter que, bien que l’armée de l’air ait inclus des F-35 supplémentaires sur la plupart de ses « listes de priorités non financées » ces dernières années, elle n’a pas inclus le F-35 sur sa liste pour l’exercice 2024.

L’ajout porterait l’achat de l’armée de l’air en 2024 à 51 F-35A, contre 48 demandés au cours de l’exercice 24. Dans le nouveau budget de l’exercice 25 qui vient d’être présenté au Congrès ce mois-ci, l’armée de l’air n’a demandé que 42 F-35, expliquant qu’elle avait dû faire des coupes dans plusieurs portefeuilles, y compris les chasseurs, pour respecter la loi sur la responsabilité fiscale, qui a réduit de 2 milliards de dollars le plan de dépenses de l’USAF.

Les législateurs ont exprimé leur frustration à l’égard de l’armée de l’air pour avoir déclaré qu’elle avait besoin de 72 chasseurs par an pour mettre fin à une baisse constante de l’inventaire des chasseurs et de son âge moyen, tout en continuant à se départir de chasseurs plus anciens et en ne les remplaçant pas sur une base d’un pour un. Dans le budget de l’exercice 25, l’armée de l’air n’a demandé que 66 chasseurs, dont 12 F-15EX, et a plafonné le programme EX à 98 avions, alors qu’elle avait initialement prévu d’en construire jusqu’à 188, et plus récemment, à 104.

Au total, le projet de loi pour l’exercice 24 finance un total de 86 F-35 pour les forces armées, dont 16 pour le Corps des Marines et 19 pour la Marine. Le Pentagone n’a demandé que 68 F-35, tous services confondus, pour l’exercice 2025.

Le bureau du programme conjoint des F-35 a déclaré qu’il était « au courant des trois F-35A supplémentaires et qu’il apporterait cette nouvelle exigence dans les négociations sur les lots 18 et 19 » avec Lockheed Martin, qui sont en cours depuis plus d’un an.

Les responsables du programme et de l’industrie s’attendent à ce que les coûts unitaires du F-35 augmentent dans les prochains lots, en raison de l’inflation, des coûts de main-d’œuvre plus élevés et du fait que l’avion Block 4 sera une plate-forme plus avancée que ses prédécesseurs, avec plus de fonctionnalités de guerre électronique et une capacité pour plus d’armes, parmi quelque 80 mises à niveau.

Interrogé sur un commentaire, un porte-parole de Lockheed a déclaré que l’augmentation des quantités est l’un des « principaux facteurs pour garder le F-35 abordable et est essentielle pour assurer des économies d’échelle et une abordabilité tout au long du cycle de vie du programme ».

Le record de F-35 achetés en une seule année par l’armée de l’air était de 60 au cours de l’exercice 2021. Depuis lors, elle en a demandé moins, expliquant qu’elle préférait acheter plus de futurs jets avec la configuration Block 4 plutôt que d’avoir à moderniser ultérieurement les modèles pré-Block 4 à cette norme. Selon les plans initiaux du programme, l’armée de l’air prévoyait d’acheter 110 F-35 par an d’ici 2025. Le service n’a jamais changé son objectif total de 1 763 F-35, fixé il y a 25 ans. Au rythme actuel, il n’atteindra pas cet inventaire avant les années 2040.

Lockheed Martin a produit – mais n’a pas livré – des dizaines de F-35 depuis l’automne dernier, parce qu’ils sont configurés avec la suite de processeurs et de logiciels Tech Refresh 3 qui est encore en cours d’essais en vol. Le TR-3 est la base de traitement et de logiciel du Block 4. Lockheed stocke quelque 70 F-35 dans un lieu tenu secret jusqu’à ce que la suspension des livraisons soit levée, ce que les responsables de l’industrie et du gouvernement s’attendent à voir se produire à la fin de l’été.

Le JPO a déclaré qu’il « explorait la possibilité de tronquer le TR-3 avec nos partenaires industriels, les services américains et les partenaires internationaux pour s’assurer que les combattants disposent des avions et des capacités nécessaires », mais n’a pas prédit quand cette décision pourrait être prise. Les responsables du Pentagone ont déclaré qu’ils pourraient être ouverts à l’idée d’autoriser la reprise des livraisons parce que les jets sont nécessaires pour maintenir le rythme de livraison et d’absorption et pour répondre aux exigences de formation des pilotes. Les livraisons pourraient reprendre dans un premier temps aux partenaires internationaux, a suggéré un responsable.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Alors pour le second trimestre c'est mort même en juin. Ca sera plutôt le troisième. Mais sans précision sur début ou fin du trimestre. Ca a l'air plus embêtant que un petit trimestre en rab en fait parce que la version provisoire est toujours évoquée mais elle ne sera apte à faire la guerre. La livraison globale du block4 pourrait être retardée.

https://www.defensenews.com/air/2024/03/12/f-35-upgrade-delays-prompt-us-air-force-to-scale-back-jet-purchases/

(..)

« Le TR-3 reste notre priorité absolue », a déclaré Lockheed Martin dans une déclaration à Defense News. « Nous prévoyons de commencer à livrer des jets TR-3 au troisième trimestre [de 2024] et nous nous engageons à fournir des capacités avancées inégalées à l’appui des missions de nos clients. »

(..)

Le représentant Rob Wittman, R-Va., président du sous-comité des forces armées de la Chambre des représentants sur les forces aériennes et terrestres tactiques, est de plus en plus mécontent des retards continus – et qui s’aggravent – dans l’effort TR-3 et les livraisons de F-35.

Le fait d’avoir potentiellement des dizaines de F-35 inachevés pour la livraison « devrait être profondément troublant pour tout le monde dans l’entreprise, d’autant plus que le plan de l’armée de l’air est de retirer l’inventaire actuel des avions de combat », a déclaré Wittman aux journalistes le 7 mars lors de la conférence McAleese Defense à Washington.

Wittman craint également que les jets ne soient pas en mesure d’effectuer des missions de combat immédiatement, même lorsqu’elles sont livrées, si le programme F-35 installe une version partielle du logiciel comme correctif provisoire. Et il a réitéré sa crainte que les retards du TR-3 aient un effet en cascade qui, à son tour, retarde les mises à niveau du bloc 4 dans les années à venir.

« Cela doit être corrigé à long terme », a déclaré Wittman.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Le budget f-35 à plus de 100 millions de dollars l'unité quelque soit l'année d'acquisition quelque soit la version. Le TR3 block4 va douiller encore plus en 2027 avec un jolie 110 millions flyaway pour le F-35A. Si ... si. J'imagine que c'est pour le nouveau radar et la mise à jour du moteur (?)

file.php?id=43543&sid=6b01f055fa89f710b5

file.php?id=43544&sid=6b01f055fa89f710b5

file.php?id=43545&sid=6b01f055fa89f710b5

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Pour les britanniques et autres européens, ils devront acheter des nouveaux Block 4 pour pouvoir tirer des météor (si jamais ca se fait), ou bien les anciens blocks seront retrofitable au moins pour le missile ? 

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Titus K a dit :

Pour les britanniques et autres européens, ils devront acheter des nouveaux Block 4 pour pouvoir tirer des météor (si jamais ca se fait), ou bien les anciens blocks seront retrofitable au moins pour le missile ? 

Le block4 est une évolution logiciel que ne peut être supportée que par le TR3. Seul le block4 devrait en théorie pouvoir supporter le meteor. Mais il me semble que les UK n'ont pas encore validé son implémentation.

Les TR2 livrés encore actuellement pour les derniers devront être rétrofité pour supporter le meteor. Ce n'est pas un petit retrofit puisque pour supporter le TR3 il faut changer le moteur et aussi le système de refroidissement. C'est à la louche un billet de 30 à 40 millions à rajouter.

Note bien que tous les TR3 livrés avant l'arrivée de l'ECU et du nouveau système de refroidissement devront aussi être rétrofité mais sur un chantier moins onéreux puisque le TR3 sera déjà là. Mais la contrepartie à payer pour ces TR3 sans ECU va être terrible sur la durée de vie des F135.

Je n'arrive toujours pas à comprendre comment on peut livrer le TR3 sans l'ECU et le système de refroidissement. Ca n'a pas de sens.

Je ne vois qu'une possibilité c'est que les système de GE du F-35 ne soient pas utilisés, ni le nouveau RADAR.

Edited by herciv
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...