Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Bases insulaires : base de théâtre lointaine plutôt qu'un French Diego Garcia ?


BPCs
 Share

Recommended Posts

Desroches Island est une idée séduisante mais qui pose toujours la question de l'autonomie d'action d'une action à partir d'une base en territoire étranger.

L'intérêt de Mayotte est d'être la solution la moins couteuse donc sur une échelle de coût à l'opposé d'une solution de type PA2

Or on n'est pas en première ligne pour une intervention autonome sur l'Iran (à la différence d'Israël qui vient de faire visiter ses bases daviation a un général chinois pour montrer sa détermination à intervenir pour éviter d'avoir la bombe A)

Et on a par ailleurs des bases aux EAU et Djibouti pour empêcher une réaction sur la région.

Mayotte serait plutôt pour un eldorado canyon en cas d'indisponibilité du CdG

D'ailleurs les F-111 y avaient fait 13h de vol...

Et un rafale est clairement plus evolué qu'un F-111 pour diminuer la fatigue occasionnée par le vol

Link to comment
Share on other sites

faut voir si les réserves d'huile, notamment, permettent à un Rafale de réalisé des vols de 13 h ou plus..

En plus, les F-111 ont un cockpit où les pilotes sont assis côte à côte, pour les missions longues c'est à mon avis un atout car les pilotes peuvent plus facilement discuter, voir ce que fait l'autre, etc.

Link to comment
Share on other sites

faut voir si les réserves d'huile, notamment, permettent à un Rafale de réalisé des vols de 13 h ou plus..

Ca reste à confirmer auprès de Snecma/Safran, mais je crois que la lubrification des moteurs a fait beaucoup de progrès ces 40 dernières années.

Le Rafale ne bouffe (et ne crache) plus autant d'huile que les Super-Etendards. On peut retrouver de nombreux articles qui lui donnent une autonomie de vol continu supérieure à 10 heures (5h pour le SEM).

Pour les autres fluides :

- Kero : Ravitaillement en vol

- Oxygène : OBOGS

Reste l'alimentation, l'hydratation et les déjections du pilote à traiter ... c'est pas un B-2, B-1B ni un Su-34 avec leurs kitchnettes et leurs toilettes.

Link to comment
Share on other sites

Reste l'alimentation, l'hydratation et les déjections du pilote à traiter ... c'est pas un B-2, B-1B ni un Su-34 avec leurs kitchnettes et leurs toilettes.

Bah, sachets lyophilisés et couches-culottes : si c'est bon pour les astronautes, c'est bon pour les pilotes !  =D

Link to comment
Share on other sites

Je vois que la consommation de psychotropes se poursuit durant le WE ...

Et pendant la nuit...

Je ressors ce fil pour y coller cette réflexion du Rusi sur la décision d' abandonner les positions à l'est de Suez des GiBi : si la décision de positionner des F111 avait été effective la RAF's Island strategy n'aurait peut être pas été un échec...

Quite how a total of twelve F-111 aircraft would truly have served British interests, out of sight and out of mind at airfields remote from many potential trouble spots, was never put to the test.[20]

The 1966 Defence White Paper announced the decision abandon the new carrier and to purchase fifty F-111 strike and reconnaissance aircraft. Of these only twelve were to be stationed east of Suez. Darby, British Defence Policy, pp.306-7.

http://www.rusi.org/analysis/commentary/ref:C4C6D2A628B79D/
Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

L'impact du rayon d' action du F-111 dans la RAF Island Strategy des années 60

http://hansard.millbanksystems.com/commons/1967/mar/14/defence-air-estimates-1967-68-vote-a#S5CV0743P0_19670314_HOC_350

Mr. Rees The hon. Gentleman has vast Army experience, but I was talking about the Navy. In its seaborne rôle, the flexibility of approach of the F111—[HON. MEMBERS: "Seaborne?"] In its rôle at sea, its flexibility of approach will be vital. I argue, and it is the case, that the F111 will have that rôle when the carriers have phased out. It has a far longer range than the AFVG—it is a bigger aircraft with greater scope—which will make it invaluable in the Navy rôle when the carriers are phased out.

In brief, the principal rôle s of the F111 aircraft will be tactical and particularly reconnaissance to support our forces in any military operations and to discharge our responsibilities to our allies.

I come now to island bases, this concept, to which I referred earlier. At the time of the Defence Review, constantly in the newspapers were maps of the Indian Ocean area showing bases on islands and on the mainland, with circles drawn round each one demonstrating that the F111, with its 1,000 miles combat range, could cover all our commitments. There is no word of this in the Defence Estimates or in the White Paper. The map at that time showed that it was 1,000 miles. No doubt that was a conservative estimate, but there is no word about this. There is merely mention of the possibility of new facilities in Australia and the examination of possible benefits from a new staging airfield in the British Indian Ocean Territory". What has happened to the grand strategy? Has it been sunk without trace like the CVA01 carrier?  It was said to be a replacement for that carrier.

We have heard very little about Diego Garcia, to which the hon. Member for Orpington (Mr. Lubbock) referred. I know why he asked about the height above sea level of Aldabra; it is because he knows that Del Garcia is only 5 ft. above sea level and for three months of the year it suffers from hurricanes and for another three months from intermittent flooding. This is the area which the Government was going to use as a base for aircraft.

There are indications that Aldabra is thought to be too expensive to adapt as a modern base. The hon. Gentleman was careful to say that it was only under consideration. The island base concept is quietly disappearing.

Aden is presumably to go. This is one of the bases around which a circle was drawn. One wonders what will happen to our air staging en route for the Far East. Perhaps the Secretary of State discovered that the original map of the bases, which was presented to the Chief of the Air Staff, showed Australia as being 280 miles north-west of its actual 270 position. Perhaps he decided that to rely upon aircraft, based on islands and operating at 1,000 mile range, was like trying to support the Anzio beachhead from Biggin Hill without an alternative airfield on which to land, should the airfield be destroyed while you were away. There is still too much that remains uncertain for the R.A.F. or anyone else to be confident that the Government knows what it is doing and where it is going in the sphere of aerial warfare. This applies just as much to aircraft as it does to general strategy.

Link to comment
Share on other sites

The Joint Services Seaborne Force versus the Island Stance

 

In what became known as the �Island Strategy� or �Island Stance� the RAF claimed that British interests could be supported through the application of long-range air power deployed from a notional series of bases that could be established across the region.[13] The strategy offered a more limited intervention capability based around the use of long-range strike aircraft and air transported troops. It provided for intervention by a parachute battalion and an infantry brigade group, without armor up to 1,000 miles from the mounting base. The majority of the military force would be left in the United Kingdom and deployed by air into theatre if required.

 

The Admiralty correctly interpreted the Island Strategy as an attack on their plans. There was no place for either aircraft carriers or amphibious ships in the RAF plan.  The navy criticized the scheme on the grounds strategic reality, political feasibility, and military practicality.[14]

 

They claimed that the strategy was not realistic because it was inflexible. Being tied to static bases, it would be unable to adapt to meet new threats in different areas. They also questioned the political feasibility or desirability of maintaining all of the island bases that were required. It was suggested that the establishment of bases off the east coast Africa would be interpreted as a threat to the newly independent East African nations. This might result in an increase in Chinese or Soviet influence in the region.

 

The navy also pointed out that the military feasibility of going into battle at ranges of up to 1,000 miles was untried and was dependent on there being no worthwhile opposition in the air or on the ground. In any case, even under the most favorable conditions, with four days warning, it would still take between eight and ten days to undertake the unopposed airlift of a brigade group 1,000 miles forward. There was little difference between this figure and the reaction time for a seaborne lift. The air-transported troops would have the additional disadvantage of arriving unacclimatised. With few land and air forces permanently based in the theatre the strategy would also lack the physical deterrence associated with seaborne forces.

 

The debate was conducted in the context of bitter inter-service rivalry. In the short-term, the shortcomings of the Island Strategy and the superior intervention capability of carrier/amphibious forces ensured the success of the Admiralty case. On 30 July 1963, the Minister of Defence announced to Parliament the decision to build an aircraft carrier of about 50,000.[15] The Admiralty clearly hoped that more would follow. Indeed, they went as far as to agree a name for the second vessel. Unfortunately, this success was to be short lived. Within three years, the carrier replacement program had been cancelled.

Amphibious Renaissance

The Royal Navy and the Royal Marines, 1956-1966[1]

 

Dr. Ian Speller, King�s College London and the

UK Joint Services Command and Staff College

http://eprints.nuim.ie/1362/1/article_speller_amphibious_royalnavy.doc.htm

Link to comment
Share on other sites

Diego Garcia et Guam sont les deux exemples pratiques "d'Island Strategy"

Guam où les scénario catastrophes de la Rand ont produit leur effet :

Guam is getting bomb proof shelters for aircraft, fuel and ammo supplies and vital equipment. Apparently believing that China and North Korea could, and under the right conditions, would, fire ballistic missiles, using conventional (non-nuclear) warheads, the concrete protection is being discreetly constructed on military bases. This hardening also provides protection against typhoons (Pacific hurricanes) and less frequent earthquakes...

...In addition, the air defenses at Guam are also being improved. There will now be three different air defense systems. These include a THAAD battery (24 missiles, three launchers and a fire control communications system). This will include an X-Band radar. The gear for each battery costs $310 million. The six meter (18 foot) long THAAD missiles weigh 836 kg (1,400 pounds). This is about the same size as the Patriot anti-aircraft missile, but twice the weight of the anti-missile version of the Patriot. The range of THAAD is 200 kilometers, max altitude is 150 kilometers, and it is intended for short (like SCUD) or medium range (up to 2,000 kilometer) range ballistic missiles. China is about 3,000 kilometers from Guam. THAAD has been in development for two decades. THAAD is a step up from the Patriot PAC-3 anti-missile (which is an anti-aircraft missile adapted to take out incoming missiles). The PAC-3 works, but it has limited (20 kilometers) range. Patriot also fires anti-aircraft missiles, with a range of 70 kilometers.

Finally, there will be several batteries of SLAMRAAM. This system mounts four U.S. Air Force AMRAAM radar guided air-to-air missile on a hummer. A firing battery consists of one fire-control center, a radar (with a 75 kilometer range) and four to eight hummers carrying missiles. The missiles have an effective range of 25 kilometers, and can knock down cruise missiles, as well as helicopters. The need to knock down cruise missiles gives SLAMRAAM a similar mission to THAAD and Patriot; to knock down Chinese missiles. China is seen as the most likely threat to the many military facilities on the island.

http://www.strategypage.com/htmw/htcbtsp/articles/20101014.aspx
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

L'impact du rayon d' action du F-111 dans la RAF Island Strategy des années 60

http://hansard.millbanksystems.com/commons/1967/mar/14/defence-air-estimates-1967-68-vote-a#S5CV0743P0_19670314_HOC_350

La plus belle illustration de cette "Island Stance" reste paradoxalement l'opération el dorado canyon qui verra les F-111 bombarder à partir d'une ile, l'Angleterre, et grace à un trajet maritime, dépourvu du problème des autorisations de survol, un pays lointain ayant une façade maritime...
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je lisais dans un livre sur la stratégie maritime de l'OTAN des années 80 un détail intéressant : les porte-avions US étaient nécessaire pour augmenter le nombre d'intercepteur dans la Mer du Nord (en plus de ceux décollant de Grande-Bretagne). Au début de ce sujet vous avez fait de savants calculs sur les raids aériens. Je n'ai pas eu le courage de lire de la page 4 à 7. Mais il me semble que concernant le porte-avions la liberté des mers ne sert pas seulement à s'affranchir de la terre pour déployer des avions de combat car cela permet aussi de rapprocher l'appareil de sa cible.

Mayotte ne peut pas le faire.

Néanmoins je suis intéressé par la réflexion de BPs. Il a raison je trouve de vouloir faire de Mayotte un point stratégique d'appui. Ce qui manque c'est l'argent (désolé pour la banalité) alors nous devrions peut être imaginer de "rentabiliser" ce point d'appui stratégique. Panama et Suez se finance grâce à leur utilité économique. Singapour relève de la même logique. Par contre, le canal des deux mers en France (entre Atlantique et Méditerranée) ne s'est pas fait à cause du manque d'intérêt économique. Le port de Mers-el-Kébir aurait peut être été construit plus vite s'il avait aussi été un port industriel.

Ce que je veux dire c'est que ce point d'appui se ferait beaucoup plus facilement si Mayotte avait une "force économique" propre qui nécessite des installations lourdes. C'est une île stratégique sur des routes commerciales stratégiques dans une région stratégique. La question sous-jacente est : est-ce que Mayotte a le potentiel économique d'un point de passage comme Suez, Panama ou Singapour ? La réponse est en partie non, ce n'est pas le même intérêt. Mais un ensemble d'activité pourrait permettre de répondre partiellement oui.

De cette réflexion on pourrait chiffrer autrement l'aménagement de Mayotte comme point d'appui.

Link to comment
Share on other sites

l'intérêt peut ne pas être qu'économique ...

Hao une piste de plus de 3400 m une surface de parkings de 70 000 m² 7 ha sur un atoll ... de quoi recevoir une centaine de chasseurs ou une quinzaine de C 135

Hao le trou du cul du monde à 918 km de Tahiti

bref si demain nos intérêts vitaux le commandent Mayotte deviendra un autre Hao

Link to comment
Share on other sites

l'intérêt peut ne pas être qu'économique ...

Hao une piste de plus de 3400 m une surface de parkings de 70 000 m² 7 ha sur un atoll ... de quoi recevoir une centaine de chasseurs ou une quinzaine de C 135

Hao le trou du cul du monde à 918 km de Tahiti

bref si demain nos intérêts vitaux le commandent Mayotte deviendra un autre Hao

Effectivement, j'ai un tout petit oublié de dire que Diego Garcia ne relève pas de cette logique et/ou pratique dans le genre aussi...

Link to comment
Share on other sites

L'emplacement stratégique de Mayotte, au sens commercial, c'était valable quand les navires étaient obligés de longer plus ou moins les côtes et s'aventuraient rarement au milieu de l'Océan.

Et même là, on a jamais pu en tiré quelque chose de potable: trop de récifs, trop de hauts fonds, pas assez de bois sur l'île pour réparer (puis plus tard alimenter les chaudières). Autant allé à Madagascar ou à Ngazidja.

Aujourd'hui, on aura beau y mettre toute notre bonne volonté, on empêchera pas Mayotte d'être coincé entre Madagascar à l'Est, la Tanzanie et le Mozambique à l'Ouest et les Comores au Nord. Avant de créer des richesses dans le coin, on repassera.

Quand à attirer du passage, bah déjà contourner Madagascar, ça ne fait pas beaucoup plus de chemin et surtout ça évite la piraterie. Plus encore, c'est plus direct pour relier le Cap aux routes commerciales asiatiques (le contournement de l'Afrique depuis le Moyen-Orient se fait de plus en plus rare: le Canal est là).

Mais surtout, même si on fait de Mayotte une riche plate-forme commerciale (et vu l'état environnemental et social, c'est pas demain la veille), elle restera seule au milieu de pays pauvres et instables. En contournant Mada, les porte-conteneurs et autres croisiéristes ont la Réunion, Maurice, les Seychelles et même les Maldives en repartant vers l'Est.

Nous à Mayotte, on offre la Somalie et la Tanzanie...

Mais ceci dit, j'apprécie l'effort.

Faire de Mayotte une base permanente n'a pas trop d'intérêt pour l'instant. On est mieux aux EAU et à Djibout pour ça.

Et si un jour on nous vire de là-bas, on pourra toujours y penser.

Link to comment
Share on other sites

Economiquement je pensais plutôt à profiter de la situation particulière de Mayotte pour en faire une plateforme de réparation navale, déconstruction, que sais-je encore... Il y a bien un ensemble d'activités à développer. La piraterie est une gêne actuelle, "normalement" la décision sera bien prise un jour d'en finir. Je pensais surtout que sur le long terme le développement naval chinois finira bien par redonner de l'attrait à ces zones, comme Mayotte.

Link to comment
Share on other sites

Faire de Mayotte une base permanente n'a pas trop d'intérêt pour l'instant. On est mieux aux EAU et à Djibout pour ça.

Et si un jour on nous vire de là-bas, on pourra toujours y penser.

L'intérêt de Maotte était surtout de démontrer qu'une "Island Stance" à la Française est possible en permettant au moins d'octroyer l'unique particularité du porte avions que n'apportent ni Djibouti ni les EAU :

Une capacité de rétorsion à la Eldorado canyon qui est actuellement la seule chose dont nous ayons besoin face à un Iran qui voudrait nous refaire le coup de la rue de Rennes.

Tout le reste ne relèverait que d' une action concertée avec les alliés et/ou d' un embrasement de la region...

Ensuite comme dit Pascal si les nécessités stratégiques l'exigent illimités toujours en faire un nouveau Hao...

Link to comment
Share on other sites

Bah un Eldorado Canyon, rien ne nous empêche de le faire depuis Djibouti, si?

Tout ce que je veux dire, c'est à moins d'une menace tangible, durable et proche, faire de Mayotte une base permanente n'a pas grand intérêt.

Garder la possibilité d'en faire une plate-forme pour des raids occasionnels type Eldorado Canyon, ça peut déjà se faire aujourd'hui: on y envoi 2 ou 3 KC-135 avec les munitions pour les Rafale, puis 6 à 10 Rafale (quitte à en poster quelques uns à la Réunion jusqu'au jour de l'attaque, pour ne pas surcharger Dzaoudzi), et zoupla! Pas de quoi tenir 10 ans, mais de quoi opérer quelques semaines sans doute.

Link to comment
Share on other sites

on y envoi 2 ou 3 KC-135 avec les munitions pour les Rafale, puis 6 à 10 Rafale

Pas possible à Mayotte il faudra attendre 2014 A ce moment la, les travaux d'extension de la piste seront terminés. Et vous aurez une liaison directe avec la métropole.

Mais bon quoi qu'il arrive il faudra bien défendre notre nouveau département.

Mayotte 2011 :oops: 

Link to comment
Share on other sites

C'est possible dès maintenant ;)

Ils ont fini par trouvé un truc vachement plus simple et moins cher que de rallonger la piste: les 777-200LR!  :lol: Là on aura des vols directs long-courriers gros porteurs entre Dzaoudzi et Mayotte.

Actuellement, on a déjà des 777 qui opèrent depuis l'île. Des KC-135 ne devraient pas avoir trop de mal à s'y poser ;)

En réalité, il n'y a aucun besoin de dédoublement de la piste. L'excuse officielle (avoir une ligne directe avec la métropole) ne tient plus avec l'arrivée des 777-200LR. Par contre, les 300 millions d'€ de contrat (retards inclus) de la Colas (de TRÈS loin le plus gros lobby de l'île) et des autres entreprises de BTP, ça c'est toujours d'actualité!!

Rassurez-vous! Si le Ministère de la Défense ne doit pas faire d'aménagement du territoire (c'est pas bieeen!), cela ne semble pas s'appliquer aux porte-feuilles de l'Environnement, du Développement Durable et du Transport  :lol: :lol:.

Link to comment
Share on other sites

Par contre, les 300 millions d'€ de contrat (retards inclus) de la Colas (de TRÈS loin le plus gros lobby de l'île) et des autres entreprises de BTP, ça c'est toujours d'actualité!!

Zont qu'à les utiliser pour la grande Glorieuse dont la piste aurait alors bien besoin d' être mise a niveau :avec en plus moins de vis a vis pour les strikes surprises...

Car pour partir de Djibouti : c'est Niet pour le président de ce pays...

Link to comment
Share on other sites

Ouais enfin, Grande Glorieuse, t'as encore moins la place pour en faire une base aérienne, ou même une piste de dégagement crédible. Dès qu'il vente et qu'il pluviote un peu, c'est un carnage là-bas.

D'ailleurs, c'est pas là-bas qu'on avait déglingué un Transall qu'il a fallu démonté et rapatrié par petit bout avec l'autre Transall de la Réunion? (Tout ça très discrètement hein!!)

Link to comment
Share on other sites

Au Port de Longoni le nouveau quai pourra également jouer le rôle de port d'éclatement dans les activités de transport maritime régional (Comores, côte ouest malgache et côte est africaine)

salut

Mayotte, c'est l'Afrique

coté routes, du Nord au Sud, c'est un peu moins de 40 kilometres ;prévoir 2 à 3 heures en voiture, presque le double en camion.

coté electrique, le temps passe plus vite : le courant doit etre à 60-70 Hertz .... et la tension plus pres de 205 V que de 220...

les coupures ne sont pas rares ni les variations de tension

le nouveau port ?

oui, un quai, bien enclavé.

faire de la déconstruction à Mayotte ? Meme pas en reve !

c'est une ile qui comprend un seul port, LONGONI, et deux anses dans lesquelles des embarcations de plaisance viennent s'abriter (MAMOUDZOU et DZAOUDZI) (je ne parle pas de Boueni car c'est du slalom entre les patates à marée basse (moins de 3 m de tirant d'eau))

A part Dzaoudzi (et Longoni), pas de quai (et encore à Dzaoudzi, il fait 50 m de long et est inaccessible à marée basse)

un platier qui découvre à marée basse (des marnages de 3 m), qui est large de 50 à 200 m)

bref, une ile mais où rien n'est developpé pour le naval sorti des pirogues (pas de shipchandlers, pas de chantier naval)...

l'aeroport ? ouais, bon, bref  ! les zebus ne paissent plus sur la piste mais les habitations sont à un jet de pierre tout autour.

coté sureté ou  discretion, on repassera.

bref, faudrait investir beaucoup (par exemple, lors du projet d'extension et de la nouvelle piste, il etait prévu d'aller chercher à Mada les enrochements et terres necessaires pour les remblais : localement, il n y a pas et sinon c'est pas la bonne qualité).

sans etre un spécialiste avions (moi, c'est plutot bateaux), je doute.

Link to comment
Share on other sites

Franchement mettre une piste sur un caillou parce qu'il existe ... C'est oublier l'environnement et la logistique

Le Rafale aux Glorieuses où à Mayotte ! Diego Garcia c'est une piste mais surtout une rade c'est çà le plus important à Diego

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aquaromaine
    Newest Member
    Aquaromaine
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...