Philippe Top-Force

La France et ses programmes UAV/UCAV

Recommended Posts

ca serait bien qu'il fasse une vidéo sur une simulation d'une mission de combat du neuron  sur une cible à forte valeur ajoutée sous protection du rafale pour contrer les menaces, comme pour celle de la FAS. ca serait bon pour la pub.

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 7/6/2016 at 1:50 PM, Boule75 said:

Questions : sais-tu où sont effectivement fondus ces PowerPc ? Est-ce par STMicro, directement par Thalès ?

Au-delà, ce que tu décris - et que je découvre - pour ces microprocesseurs très spécifiques me semble en revanche outrageusement faux pour tout ce qui concerne la micro-informatique (et même ce qui reste des "mini", sauf si Bull conserve une capacité dans ce domaine) : de la police à l'armée, des grandes entreprises à des administrations plus petites mais tenant des rôles sensibles en matières de défense ou de sécurité, tout ce que j'ai vu personnellement comme matériel informatique était importé, et pas d'Allemagne, et les logiciels pareil, à de très faibles exceptions près. Or tout ça a bien sûr des implications fortes en matière de souveraineté, de confidentialité, etc, etc...

Quand je parlais de traitement de données, je pensais au big data dont on on nous rebat les oreilles à tout bout de champ, qui me semble un champ outrageusement technique à propos duquel quelqu'un ici ( @zx  ?) signalait qu'on avait 15 ou 20 ans de retard, et je suis prêt à le croire.

Et là dessus, nous sommes collectivement à la ramasse et c'est une perte de souveraineté autrement plus vaste bien que diffuse.

ST Micro. Avec une partie de la conception ARM sous licence d'ailleurs... Enfin je crois... Mais je dis ca je dis rien.

1 hour ago, zx said:

ca serait bien qu'il fasse une vidéo sur une simulation d'une mission de combat du neuron  sur une cible à forte valeur ajoutée sous protection du rafale pour contrer les menaces, comme pour celle de la FAS. ca serait bon pour la pub.

Vu au Salon du Bourget 2015 (stand DGA)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 10/07/2016 à 19:22, gargouille a dit :

Un article moins futile :

http://www.colsbleus.fr/articles/8629

 

    Une bonne et mauvaise nouvelle a la fois, car d'un coté c'est parfait de se servir du Neuron pour évaluer nos systèmes radars et apprendre a travailler avec la véritable furtivité 5 ème gen ...

 De l'autre coté c'est aussi le demi-aveux qu'avant le Neuron on avait aucune idée grosso modo de ce que donneraient nos systèmes radars face a cela et que c'est une chance qu'aucun adversaire du bloc otanien n'ait développé de furtifs + tot

Share this post


Link to post
Share on other sites

ben si, les F117,B2,F22, quand ils se baladaient en europe ou en d'autres occasion, on ne restait pas inactif pour aller les renifler et les mesurer et on a de très longues oreilles. le neuron à parmi de remettre à jour les données.

Edited by zx
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, alpacks a dit :

De l'autre coté c'est aussi le demi-aveux qu'avant le Neuron on avait aucune idée grosso modo de ce que donneraient nos systèmes radars face a cela et que c'est une chance qu'aucun adversaire du bloc otanien n'ait développé de furtifs + tot

C'est un peu extrême. Avoir une idée de ce que ça donne ne dispense pas d'expérimenter ni de valider des données théoriques.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/07/2016 à 10:32, DEFA550 a dit :

C'est un peu extrême. Avoir une idée de ce que ça donne ne dispense pas d'expérimenter ni de valider des données théoriques.

Surtout que la furtivité c'est assez compliqué.

Les surfaces de contrôle, leur dynamique et les angles exactes d'exposition influent beaucoup sur la SER.

Et cela se combine à la dynamique des radars qui eux aussi ont des fréquences de rafraîchissement et des modes variables. 

Donc voir ce que cela donne exactement en fonctionnement dynamique et en condition extérieure réelle est quelque chose de très intéressant que les simulations statiques ne font qu'évoquer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus qu'à espérer qu'on ne va pas RPASser par les glorieux aléas des programmes Eurofighter, A400M, j'en passe et des meilleures.

Edited by Darkjmfr
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Deres a dit :

Surtout que la furtivité c'est assez compliqué. Les surfaces de contrôle, leur dynamique et les angles exactes d'exposition influent beaucoup sur la SER. Et cela se combine à la dynamique des radars qui eux aussi ont des fréquences de rafraîchissement et des modes variables. Donc voir ce que cela donne exactement en fonctionnement dynamique et en condition extérieure réelle est quelque chose de très intéressant que les simulations statiques ne font qu'évoquer.

En outre, l'air salin n'a-t-il pas quelques conséquences sur la furtivité d'un neuron ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La condensation, les traînées, les mouches écrasées, la déformation de la structure, etc ...

C'est pour ce genre de chose difficile à prévoir qu'il faut faire des essais et ne pas se fier à 100% à des simulations et des réflexions papiers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est une plutôt bonne nouvelle mais j'espère qu'on ne va pas encore laisser faire leur chorégraphie habituelle aux Allemands. Ça serait bête de perdre des briques technologiques pour un pays qui baissera ses commandes une fois le partage industriel établi en sa faveur.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les quelques vues d'artiste du futur drone MALE RPAS publiées, tant celle sur le site d'Aerobuzz (cf post de philippe le 28 septembre) que celle du site de Leonardo (cf ci-dessous) me font vraiment penser à l'ex-projet Talarion d'EADS  : 2 réacteurs, radar ventral situé à 1/3 de la longueur du fuselage...

 proxy.jpg?t=HBiKAWh0dHA6Ly9jZG5waC51cGku

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a quelques modifications, le design a évolué, mais oui ^^ c'est clairement issu du Talarion.

Edited by clem200

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Bruno a dit :

Les quelques vues d'artiste du futur drone MALE RPAS publiées, tant celle sur le site d'Aerobuzz (cf post de philippe le 28 septembre) que celle du site de Leonardo (cf ci-dessous) me font vraiment penser à l'ex-projet Talarion d'EADS  : 2 réacteurs, radar ventral situé à 1/3 de la longueur du fuselage...

 proxy.jpg?t=HBiKAWh0dHA6Ly9jZG5waC51cGku

 à part d’être un produit européen , qu'est ce qu'il(drone MALE RPAS) apportera de plus par rapport au Reaper ? et qu'en est il de l'efficacité du radar SAR du Reaper sur un terrain et une mission  type Sahel ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, DZIRI a dit :

 à part d’être un produit européen , qu'est ce qu'il(drone MALE RPAS) apportera de plus par rapport au Reaper ? et qu'en est il de l'efficacité du radar SAR du Reaper sur un terrain et une mission  type Sahel ? 

Je ne connais rien de l'efficacité du radar SAR du Reaper (sachant que les MQ-9 français n'en ont pas je crois...). Sinon, ben le fait qu'il soit européen apportera déjà de faire travailler nos industriels, leur faire acquérir de nouvelles compétences, et une totale indépendance dans l'utilisation et l'entretien de ce drone pour nos armées ; ce qui n'est pas rien ! 

Lorsqu'il proposait le Talarion, EADS vantait le fait qu'il serait équipé d'un radar à ouverture synthétique très performant, je ne sais pas pour l'instant si dans le cadre de ce nouveau projet du MALE-RPAS, cette fois validé & financé par 4 Etats, les capacités radar seront aussi ambitieuses. Je suppose que non, car si l'ex-projet du Talarion n'avait pas été retenu par les Etats c'est en raison d'un coût global jugé trop élevé...

Au niveau armement il n'apportera rien de + ; par contre le fait d'avoir 2 réacteurs au lieu d'un turboprop laisse supposer une vitesse de croisière/de patrouille plutôt dans les 500-550 km/h que dans les 250-300 km/h du Reaper ; ce qui veut dire qu'avec une autonomie de plus de 16 heures ce drone MALE européen couvrira une bien plus grande distance que le Reaper.

Reste à voir s'il aura une boule optronique vraiment performante à longue distance (car c'est un engin de 5/6 tonnes qui ne va jamais descendre en mission sous les 4000m, pas comme le prochain "Patroller" de 1200kg qui va être livré à l'ADT) ; probable que le client aura le choix entre plusieurs modèles de boules optroniques, selon le prix qu'il sera prêt à débourser

Edited by Bruno
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Bruno a dit :

Au niveau armement il n'apportera rien de + ;

AASM ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Boule75 a dit :

AASM ?

2 ou 4 AASM 250 ça serait super, mais si cette munition n'intéresse pas nos 3 partenaires européens du programme, étant donné que son intégration sur un vecteur coûte cher (la preuve les mirage 2000-D rénovés ne l'auront pas...), je crains qu'à la place le futur drone n'emporte plutôt des bombes guidées américaines de la série GBU (12, 49...) que tous les pays de l'OTAN (y compris nous) utilisent déjà...   

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Bruno a dit :

2 ou 4 AASM 250 ça serait super, mais si cette munition n'intéresse pas nos 3 partenaires européens du programme, étant donné que son intégration sur un vecteur coûte cher (la preuve les mirage 2000-D rénovés ne l'auront pas...), je crains qu'à la place le futur drone n'emporte plutôt des bombes guidées américaines de la série GBU (12, 49...) que tous les pays de l'OTAN (y compris nous) utilisent déjà...   

Le comportement d'une GBU et d'un AASM au moment où il se décroche est-il si différent ? Je me doute que le fait que l'AASM se propulse change la donne dès qu'il le fait, mais au décroché ??

Par ailleurs, l'intégration d'une munition quand il y en a déjà plein sous les ailes suppose certainement d'étudier beaucoup de cas de figure, plein de panachages divers, ce qui forme certainement une partie du coût. Mais est-ce aussi contraignant et onéreux lorsqu'il n'y a qu'une ou deux paires de bombes bien séparées du reste sur une aile large ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'AASM est piloté dès le largage je crois avec déploiement des empennages arrières.

C'est la condition permettant le largage à basse altitude je suppose.

Et avec le propulseur, l'AASM fait une montée dans la foulée.

Je ne sais pas si c'est réglable au moment du largage et si l'AASM est stable sans déploiement de son empennage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Deres a dit :

L'AASM est piloté dès le largage je crois avec déploiement des empennages arrières.

C'est la condition permettant le largage à basse altitude je suppose.

Et avec le propulseur, l'AASM fait une montée dans la foulée.

Je ne sais pas si c'est réglable au moment du largage et si l'AASM est stable sans déploiement de son empennage.

Sur un drone volant plus lentement qu'un Rafale, je ne vois pas en quoi ce comportement pourrait compliquer les choses par rapport à une GBU (étant entendu que je n'y connais franchement rien).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,440
    Total Members
    1,550
    Most Online
    miryaqefalon
    Newest Member
    miryaqefalon
    Joined
  • Forum Statistics

    20,778
    Total Topics
    1,270,819
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries