Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Notre Marine Nationale, les nouvelles, les effectifs, la composante


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

il y a 25 minutes, Titus K a dit :

Alors là, ce serait vraiment super 18 Navires de 1er rang !

Les FDA  (2 ou 4) et les 2 FREMM DA vont toujours rester à 1 seul équipage par navire ? Ca vient du fait que les équipage sont plus difficiles à former ? 

Les 2 Horizons les 2 FREMM  DA et le CDG sont les seules navires de la Flotte  capable de faire le Contrôle de la circulation aérienne. autour d'une task force. 

Et le manque de personnel dans cette branche est criant. L'armée de l'air a de grosse difficultiés à garder son personnel qui trouve bien mieux dans le civile.    

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Nouvelle version de l'Aster 15 pour 2030, L'Aster 15 EC (Enhanced capability):

https://www.meretmarine.com/fr/defense/aster-15-mbda-developpe-une-nouvelle-version-de-son-tueur-de-missiles

Doublement de la portée max (60 km+), réduction de la distance mini d'engagement, nouveaux algos de pilotage, évolutions de l'autodirecteur (probablement qu'il utilisera celui du NT histoire de standardiser la prod)
 

Citation

 

L’Aster 15 va s’inscrire dans le même sillage, une grande partie des progrès obtenus avec le B1 NT pouvant être transposés sur le missile originel. Cette nouvelle version, nommée Aster 15 EC (Enhanced Capabilities) « va tout changer par rapport à l’Aster 15 », confie-t-on à Mer et Marine de sources industrielles. Le missile, qui reprendra strictement le même gabarit afin de pouvoir être employée sur les bâtiments dotés de lanceurs verticaux Sylver A43 (comme le Charles de Gaulle et les six premières frégates multi-missions), bénéficiera d’importantes évolutions au niveau de l’autodirecteur, des algorithmes de guidage et de pilotage (avec des capacités de calcul bien plus élevées), de l’énergie embarquée, du profil de vol qui permettra de culminer plus haut et des installations de tir. Ce qui lui permettra de s’opposer à des missiles antinavires encore plus rapides et manoeuvrants. « L’Aster 15, c’est le début de l’histoire des missiles Aster. Il a été conçu dans les années 90 et cela reste une arme formidable qui tient toujours la dragée haute à tous les missiles existants. Il n’est absolument pas obsolète. Il s’agit de le rendre encore plus redoutable en l’adaptant, comme pour l’Aster B1 NT, au référentiel des menaces des années 2020 et au-delà, c’est-à-dire une vitesse et une manoeuvrabilité accrues avec des menaces plus rapides, capables de manœuvres encore plus tordues et nécessitant des accélérations encore plus exigeantes ».

Parmi les grandes améliorations prévues sur l’Aster 15 EC figurent un doublement de la portée par rapport à son aîné, ainsi qu’une réduction de la distance minimale d'engagement. En clair, le missile pourra traiter des menaces plus lointaines (jusqu’à 60 km au moins) et, inversement, être plus vite en mesure d’intercepter un missile assaillant, rapprochant ainsi la couche d’autodéfense à courte portée. Une complémentarité déjà à l’œuvre entre l’Aster 15 et l’Aster 30, qui ont des volumes d’engagement différents. Le second est employé pour les menaces plus distantes alors que le premier peut engager des cibles très proches. Un tandem très intéressant dans le cadre d’une attaque saturante nécessitant de traiter des cibles multiples, les dernières pouvant être très proches du bâtiment, ou en rideau de l’Aster 30 si celui-ci ratait d’aventure son objectif. L’Aster 15 EC rapprochera donc encore la distance à partir de laquelle une cible peut être engagée, ce qui constituera un avantage déterminant dans certains cas de figure, par exemple contre des missiles antinavires très rapides tirés par des sous-marins à courte distance.

Le développement de l’Aster 15 EC a été intégré au programme de rénovation des quatre frégates de défense aériennes du programme franco-italien Horizon, qui disposent de six lanceurs octuples Sylver A50 permettant de loger indifféremment des Aster 15 et Aster 30 (soit 48 missiles en tout). Ce chantier, qui débutera en 2027 pour les unités italiennes (Andrea Doria et Caio Duilio), sera mené à bien sur les FDA françaises Forbin et Chevalier Paul en 2029 et 2030.

 

 

Edited by hadriel
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, hadriel a dit :

Bon après si on passe à l'Aster 15 EC ça veut dire pas de quadpack.

Les cellules Sylver sont plus petites que les cellules Mk41 ... donc quadpacker dedans n'est pas simple même si on le voulait.

C'est la raison d'etre des Sylver NG ... corriger les connerie faites dans le projet d'origine. Les probleme de taille, de polyvalence, d'intégration etc.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, hadriel a dit :

Intéressant comme image! C'est un 76, 8 cellules et un gros radar (c'est trop gros pour être un NS50 comme les PH)?

Bon après si on passe à l'Aster 15 EC ça veut dire pas de quadpack.

Comment comptes tu le nombre de cellules ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, hadriel a dit :

Après je suis curieux de savoir les couts du CAMM. On a déjà pas assez d'Aster, si le CAMM coute presque pareil ça changera pas grand chose qu'il soit quad pack ou pas.

Rien trouvé de mon côté quant au prix unitaire du camm. Alors, pourquoi avons nous tous en tête que c’est un missile low-cost? Mes «2 cents »:

si les cousins rouquins en collent absolument partout, eux qui peuvent renoncer à réparer une coque parce que ça exige trop de plaques d’acier, ou mettre au rebut des E3D pour ne as avoir à payer la vidange, c’est que c’est cheap, very cheap.

Tout est économique dans le Sea Ceptor : le mushroom farm, l’artisan 3d, et sans doute le pakistanais qui s’use les yeux sur son scope dans la cale et ne boit même pas son 1/4 de rum…

Révélation

Et j’ajouterais que cet omniprésence doit aussi signaler un produit qui marche mieux que la mauvaise réputation qu’on lui fait parfois ici.

Peut-être plus d’infos côté italien: @gianks ? Merci:biggrin:

Edited by Hirondelle
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Expérimentation réussie sur le porte-hélicoptères amphibie, pour ces nouveaux drones 100% français, désormais capables d'atterrir sur une zone beaucoup plus restreinte.

Je pense que c'est des DT-26 de Delair.

C'est des DT-46 de Delair.

C'est sous-dimensionné pour le BPC mais pour de la livraison à la mer sur frégate ou patrouilleur ça peut être intéressant si y'a pas d'hélico à bord. Ou pour des petits colis au sein d'un groupe.

Ce genre de drone VTOL ça peut aussi très pratique pour mettre une caméra au dessus du navire pour l'alerte missile rasants. Si le drone est assez discret ça ne révèle pas la position du navire.

Edited by hadriel
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 17 heures, hadriel a dit :

Les SMDM supplémentaires seront pour les PSP, les BSAOM et BSAM, puis les PH:

https://www.meretmarine.com/fr/defense/la-marine-nationale-deploie-ses-mini-drones-aliaca-sur-de-nouvelles-unites

Ils sont déjà employés en sémaphore

L'extension de capacités a moindre coût sur du materiel recetté. C'est une strategie qui me parle.

Un peu de "small is beautifull" pour complèter la strategie. Apparemment la recette plait à la marine.

Link to comment
Share on other sites

Pour la revue naval 2024 c'est mal barré 

https://www.meretmarine.com/fr/defense/pas-de-revue-navale-a-l-horizon-pour-les-80-ans-du-debarquement-de-provence

https://lemarin.ouest-france.fr/defense/marine-nationale/navigation-a-vue-dans-la-gestion-des-deploiements-de-la-marine-nationale-cc580afa-d169-11ee-a9bb-201f4dcb9795

Les 17 FREMM que l'on devait construire le 4em  PHA les Patrouilleurs non renouvelé dans les temps etc.. On paye l'adition mainteant. Avec des situations intenables

Tenir 2 FREMM en mer rouge et 2 autres en Atlantique la med Corymbe etc.. 

Il serait temps de revoir le format de la Marine 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Je n’ai pas le sentiment que le format a vraiment changé depuis 30 ans.

En gros la flotte a toujours été dimensionnée pour gérer 1 crise à la fois (ou 1.5 crise disons, en intégrant la menace latente Russe qui n’a jamais complètement disparu). Faut pas demander plus.

Bien sûr ce serait bien de monter à 18 frégates (par exemple), mais cela ne sert à rien de regretter les 17 FREMM qui étaient un mirage complet car non budgétées et dépendantes d’un financement « baroque » (dixit nos députés), financé par des bailleurs de fonds privés. La loi de programmation avait même été critiquée à l’époque (à juste titre) pour son manque de sincérité.

Bref on paie moins les renoncements passés que notre statut de puissance économique médiocre dont les ambitions diplomatiques sont démesurées par rapport à nos moyens financiers…

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, HK a dit :

Je n’ai pas le sentiment que le format a vraiment changé depuis 30 ans.

En gros la flotte a toujours été dimensionnée pour gérer 1 crise à la fois (ou 1.5 crise disons, en intégrant la menace latente Russe qui n’a jamais complètement disparu). Faut pas demander plus.

Bien sûr ce serait bien de monter à 18 frégates (par exemple), mais cela ne sert à rien de regretter les 17 FREMM qui étaient un mirage complet car non budgétées et dépendantes d’un financement « baroque » (dixit nos députés), financé par des bailleurs de fonds privés. La loi de programmation avait même été critiquée à l’époque (à juste titre) pour son manque de sincérité.

Bref on paie moins les renoncements passés que notre statut de puissance économique médiocre dont les ambitions diplomatiques sont démesurées par rapport à nos moyens financiers…

Et puis il y a une autre manière de voir qui est de regarder le total des marines européennes. Ca commence à compter si il y a coopération.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, HK a dit :

Je n’ai pas le sentiment que le format a vraiment changé depuis 30 ans.

En gros la flotte a toujours été dimensionnée pour gérer 1 crise à la fois (ou 1.5 crise disons, en intégrant la menace latente Russe qui n’a jamais complètement disparu). Faut pas demander plus.

Bien sûr ce serait bien de monter à 18 frégates (par exemple), mais cela ne sert à rien de regretter les 17 FREMM qui étaient un mirage complet car non budgétées et dépendantes d’un financement « baroque » (dixit nos députés), financé par des bailleurs de fonds privés. La loi de programmation avait même été critiquée à l’époque (à juste titre) pour son manque de sincérité.

Bref on paie moins les renoncements passés que notre statut de puissance économique médiocre dont les ambitions diplomatiques sont démesurées par rapport à nos moyens financiers…

Et pourtant si, en 1994, la MN aligne 15 frégates de 1er rang (Suffren, Aconit, Tourville, Georges Leygues et Cassard), 9 de second rang (Floréal et Commandant Rivière) et 18 corvettes (A 69 et Albatros), soit 42 unités.

Aujourd'hui on est à 10 frégates de 1er rang, 11 de second rang (FLF/FL) et 9 corvettes (6 A69, 2 POM et Astrolabe), soit 30 unités.

Si la MN arrive a se faire livrer les 5 FDI, les 6 EPC, les 7 PO ET 6 POM prévus,  on arriverait à 35 unités.

Pour revenir à 42/43 unités, il faut livrer 10 PO et obtenir des remplaçantes des 5 La Fayette, que ne sont pas les FDI, réelles remplaçantes du  creux dans le premier rang ramené actuellement à 10 unités. 

Link to comment
Share on other sites

15 hours ago, Benoitleg said:

en 1994, la MN aligne 15 frégates de 1er rang (Suffren, Aconit, Tourville, Georges Leygues et Cassard)

Je vais pinailler mais c’était plutôt 14 frégates de 1er rang en 1994… Car on ne peut pas vraiment compter l’Aconit (ou alors il faudrait compter les FLF RMV aujourd’hui qui ne sont pas moins aptes au combat).

A comparer à 10 1er rang aujourd’hui (bientôt 11 avec la FDI Ronarc’h), avec 14 équipages (bientôt 15).

Pour moi c’est kif kif.

15 hours ago, Benoitleg said:

9 de second rang (Floréal et Commandant Rivière)

Oui 9 navires de 2nd rang. Je compte l’Aconit (C65), mais j’exclus le Cdt Rivière qui n’assure plus de missions ops après 1983 (relégué comme bâtiment d’expérimentation).

A comparer à 11 de 2eme rang aujourd’hui… +2 navires.

15 hours ago, Benoitleg said:

18 corvettes (A 69 et Albatros)

C’est certainement la catégorie où l’on a le plus régressé en passant de 17 avisos A69 en 1994 à 6 aujourd’hui et où l’on paie les décalages budgétaires du programme Batismar.

La menace sous-marine a changé bien sûr et il est logique que certains A69 aient été désarmés (par exemple les 3 A69 basés à Cherbourg qui patrouillaient la Manche). Même si je n’ai jamais été un grand amoureux de nos sous marins de surface avec leur rôle un peu particulier, c’est vrai qu’ils rendaient service (un peu malgré eux) comme bouche trous.

Classifier l’Albatros de corvette c’est un peu gros… c’est un chalutier qui faisait office de patrouilleur austral, plutôt bien remplacé par l’Astrolabe.

Edited by HK
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 24/02/2024 à 00:05, HK a dit :

Je vais pinailler mais c’était plutôt 14 frégates de 1er rang en 1994… Car on ne peut pas vraiment compter l’Aconit (ou alors il faudrait compter les FLF RMV aujourd’hui qui ne sont pas moins aptes au combat).

A comparer à 10 1er rang aujourd’hui (bientôt 11 avec la FDI Ronarc’h), avec 14 équipages (bientôt 15).

Pour moi c’est kif kif.

Oui 9 navires de 2nd rang. Je compte l’Aconit (C65), mais j’exclus le Cdt Rivière qui n’assure plus de missions ops après 1983 (relégué comme bâtiment d’expérimentation).

A comparer à 11 de 2eme rang aujourd’hui… +2 navires.

C’est certainement la catégorie où l’on a le plus régressé en passant de 17 avisos A69 en 1994 à 6 aujourd’hui et où l’on paie les décalages budgétaires du programme Batismar.

La menace sous-marine a changé bien sûr et il est logique que certains A69 aient été désarmés (par exemple les 3 A69 basés à Cherbourg qui patrouillaient la Manche). Même si je n’ai jamais été un grand amoureux de nos sous marins de surface avec leur rôle un peu particulier, c’est vrai qu’ils rendaient service (un peu malgré eux) comme bouche trous.

Classifier l’Albatros de corvette c’est un peu gros… c’est un chalutier qui faisait officer de patrouilleur austral, plutôt bien remplacé par l’Astrolabe.

L’Aconit était sans doute mal définie, mais je n’ai jamais vu d’équipement de même ampleur sur les FLF comme cette frégate pouvait en posséder d’origine, mortier ASM  de 305 mm (remplacé par des MM 40), missiles lance-torpille, tubes lance-torpilles,  sonarS de coque et remorqués et une suite radar d’une autre dimension, vitesse supérieure, etc.., même si à la date de retrait de cette frégate tout cela devenait périmé.

Pour  l’Albatros c’était le dix-huitième escorteur rapide que la marine nationale n’a pu remplacer avec les A69. Elle fit office de corvette dans les espaces antarctiques avec 15000 miles à 14 nds. L’astrolabe a bien des qualités, mais il ne fait « que » 10000 miles à 12 nds, son armement cause moins que le 40 mm de son prédécesseur doté d’un détecteur de radar ABRR 16 avec certains avantages.

Edited by Benoitleg
Link to comment
Share on other sites

Pour réduire au maximum les coûts le CAMM utilise des systèmes déjà existant et demande peu de modifications sur la base de lancement. Il dispose d'un système de tir à froid dit doux économisant le propulseur. Il reprend la technologie dérivée du missile ASRAAM block6 (prix de ~300000 € l'unité), réutilisant en partie le moteur, la fusée de proximité, l'ogive notamment. Il ne pèse 'que' 100kg, avec 10 kg de charge explosive, porte à 25km et 10km d'altitude. On est nettement différent d'un ASTER 15 de 310kg à 2 étages avec des capacités supérieurs pour un coût ~ 1 million d'€ l'unité.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, HK a dit :

Classifier l’Albatros de corvette c’est un peu gros… c’est un chalutier qui faisait officer de patrouilleur austral, plutôt bien remplacé par l’Astrolabe.

Oui un chalutier peint en gris ; prop elec modernisée en 1990, problématique d’une seule LA , comme l’Aconit ( corvette) . Vu ça  de près à la réunion en 2000 pour préparer son IPER à Brest . Souvenirs de discussions avec Henri , ( Leclerc) ex cdt Albatros, qd il était conseillé à ING/DCNS ; un parler simple suscitant l’écoute…

Naviguer en littoral antarctique donc loin base logistique ça peut angoisser. Nombreuses demandes de modification à traiter dont bcq traduisant la crainte d’une panne propulsion et/ou collision avec iceberg niveau ancienne grosse cale à poisson , ( pas d’épuisement gros débit) , cale au besoin pouvant d’ailleurs loger un paquet de VLS . Bref l’éloignement initiant grosse considération de safety plateforme …tout ceci étant totalement justifié.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,968
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aure-Asia
    Newest Member
    Aure-Asia
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...