Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Afghanistan]


Recommended Posts

C'est toute l'ironie de la chose. Alors qu'ils n'étaient pas au pouvoir les talibans profitaient financièrement de la culture du pavot. Et maintenant qu'ils sont au pouvoir ils en interdisent la production. Bon, au moins un point positif....

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

22 minutes ago, Paschi said:

C'est toute l'ironie de la chose. Alors qu'ils n'étaient pas au pouvoir les talibans profitaient financièrement de la culture du pavot. Et maintenant qu'ils sont au pouvoir ils en interdisent la production. Bon, au moins un point positif....

Ça leur a valu la défaite la fois précédente ... visiblement la leçon n'a pas été retenu.

Link to comment
Share on other sites

15 hours ago, ksimodo said:

Bon ben, pour enrayer le shit en europe, maintenant on sait quoi faire, et on ne pourra plus dire qu'on savait pas.

Avec les solutions de synthèse tu n'es pas au bout de tes peines ...

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, g4lly a dit :

Avec les solutions de synthèse tu n'es pas au bout de tes peines ...

Oui mais je suis un peu protectionniste.

On a encore quelques cervelles en France sur la partie chimie. Au moins ça fait une plus grande part de ressource et de PIB chez nous, plutôt qu'une grosse évaporation sur les moyens de transports hors frontière ( on est positif comme on peut, hein...)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ksimodo a dit :

Oui mais je suis un peu protectionniste.

On a encore quelques cervelles en France sur la partie chimie. Au moins ça fait une plus grande part de ressource et de PIB chez nous, plutôt qu'une grosse évaporation sur les moyens de transports hors frontière ( on est positif comme on peut, hein...)

Trop tard, la production est déjà en main des hollandais et des belges

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Paschi a dit :

Trop tard, la production est déjà en main des hollandais et des belges

Alors on tape les 2 pays. Comme çà on relocalise plus facilement la chimie et l'activité portuaire, coup double.

Pensons toutefois, au préalable, à importer chez nous les meilleurs maitres brasseurs belges, il faut quand même penser aux trésors du patrimoine mondial.

Rien à récupérer chez les bataves, c'est plus facile, no braining.

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

https://edition.cnn.com/2023/06/30/politics/state-deparment-afghanistan-withdrawal-report/index.html

Un rapport du département d'État américain fait état de défaillances accablantes dans le cadre du retrait chaotique d'Afghanistan

"De manière critique, la décision de remettre la base aérienne de Bagram au gouvernement afghan signifiait que l'aéroport international Hamid Karzai (HKIA) serait la seule voie pour une éventuelle opération d'évacuation de non-combattants (NEO)", a indiqué le rapport.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 1 month later...
  • 2 months later...

https://www.nytimes.com/2023/12/04/books/review/military-history-books.html

Barfield est un expert de l'Afghanistan, ce que Ian Fritz, qui a servi comme linguiste de l'armée de l'air américaine dans ce pays, n'est manifestement pas. Je voulais aimer WHAT THE TALIBAN TOLD ME de Fritz (Simon & Schuster, 288 p., 29,99 $). En effet, il s'agit d'un ajout intéressant, bien qu'excentrique, à la bibliothèque croissante des soldats américains qui ont combattu là-bas et qui ont écrit des mémoires amers, tels que l'ouvrage plus éclairant d'Erik Edstrom intitulé "Un-American" (Non américain). C'est le genre de livres que les jeunes hommes écrivent lorsqu'ils se rendent compte que leur empire les a envoyés tuer sans se soucier des effets que cela aura sur ceux qui sont tués ou sur ceux qui tuent. Il en résulte, selon Fritz, une "rage incandescente".

Le livre est parfois vivant mais en fin de compte décevant. Le titre même est trompeur. J'espérais apprendre dans ce livre comment les talibans se battaient. Mais l'ennemi en Afghanistan n'a pas dit grand-chose à Fritz, si ce n'est qu'il ne voulait pas de lui. Fritz s'est rendu dans le pays avec intelligence, mais sans grande connaissance de sa population ou de son histoire, et en est ressorti à peu près inchangé, malgré les heures interminables passées à écouter les communications radio des talibans au cours de ses deux déploiements sur place. "Je ne savais pas grand-chose des hommes que j'écoutais, pas vraiment", reconnaît-il.

La guerre l'a surtout rendu fou. Comme il le dit lui-même, "ma conscience a explosé". Mais cela ne signifie pas que Fritz ait développé une compréhension de la guerre ou de la nation. Il affirme, par exemple, que "l'Afghanistan en tant que pays n'est guère plus qu'un conte de fées" construit par le colonialisme occidental, ce qui est tout simplement faux. Les racines de la nation remontent au moins au XVIIIe siècle, et sans doute à Mahmud de Ghazni - le premier souverain à être un "sultan" - vers le début du XIe siècle.

Finalement, il quitte l'armée, va à l'université puis à l'école de médecine, mais choisit de ne pas pratiquer la médecine, une décision qu'il n'explique pas vraiment. Par inadvertance, ses mémoires reflètent la guerre américaine en Afghanistan, qui s'apparente à une expédition impériale exécutée avec incompétence, voire négligence, et certainement sans la compréhension culturelle et historique que les empires réussis appréciaient tant.

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Je retrouve là le ton et la substance argumentative d'Andrew Bacevich :

https://www.politico.com/news/magazine/2021/05/04/afghanistan-war-erik-edstrom-first-person-485227

Erik Edstrom est diplômé de West Point et a été déployé au combat en Afghanistan en tant qu'officier d'infanterie. Il est l'auteur de Un-American : A Soldier's Reckoning of our Longest War. Il est titulaire d'un MBA et d'une maîtrise en sciences de l'Université d'Oxford, où il a étudié la finance et le changement climatique.

Peut-être était-ce la kétamine qui parlait. Ou peut-être qu'A.J. Nelson, un soldat de 18 ans, possédait un type de courage que je n'avais pas. Quoi qu'il en soit, allongé sur le dos, les os brisés, le sang coulant de ses lèvres lacérées, il a dit quelque chose que je ne peux pas oublier : "Je veux revenir." À chaque mot, des mouchetures de sang giclaient dans l'air, maculant son uniforme. "Je veux revenir dans la section".

Alors que l'hélicoptère Blackhawk se mettait en vol stationnaire pour atterrir, nous avons tenté de protéger les quatre blessés du jet de sable du rotor. À ce moment-là, je me suis agenouillé, j'ai regardé A.J. et j'ai commencé à lui mentir directement au visage : "Tu vas t'en sortir".

Deux ans plus tôt, au printemps 2007, j'avais reçu mon brevet d'officier d'infanterie à West Point. Aujourd'hui, je dirigeais une trentaine d'hommes à Maywand et à Zhari, des districts pauvres et difficiles d'accès de la province de Kandahar.

Avant la fin de notre mission, 11 mois plus tard, 25 % de mes hommes allaient être blessés.

Il a toutefois fallu moins d'un mois pour se rendre compte que la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan était un désastre complet.

Chaque fois qu'une route était détruite - puisqu'il était impossible de protéger toutes les routes, tout le temps - les forces américaines payaient des contrats exorbitants à prix coûtant majoré à des entreprises de construction afghanes pour la reconstruire. Il était de notoriété publique que nombre de ces entreprises appartenaient à des seigneurs de guerre afghans coupables de violations des droits de l'homme. En retour, les entreprises de construction payaient un tribut de protection aux talibans. Ces derniers achetaient alors davantage de matériel pour fabriquer des bombes afin de détruire la route et les véhicules américains. Nous payions indirectement, mais aussi littéralement, les talibans pour qu'ils nous tuent.

Mais c'est le peuple afghan, et non les soldats américains, qui a été la plus grande - et la plus nombreuse - victime de la plus longue guerre des États-Unis. Près de 4 millions d'Afghans ont été déplacés de leur domicile. De même, au cours des combats, le nombre de civils afghans blessés ou tués par nos troupes est plusieurs fois supérieur. "Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s'est avérée être une menace", a déclaré le général Stanley McChrystal, alors commandant en chef des forces américaines et de l'OTAN en Afghanistan.

En matière de gaspillage financier à somme négative, aucun événement de l'histoire américaine ne rivalise avec la guerre contre la terreur. Plus l'Amérique contribue - soldats, argent des contribuables, coûts d'opportunité, réputation mondiale - plus elle continue à perdre. Avec environ 910 milliards de dollars, sans compter les coûts futurs tels que les indemnités d'invalidité à perpétuité ou le service de la dette, le coût total de la guerre d'Afghanistan est supérieur à celui de la guerre de Sécession (dans les deux camps), de la Première Guerre mondiale et de la guerre de Corée réunies.

Il y a deux semaines, le président Joe Biden a annoncé que toutes les troupes américaines quitteraient l'Afghanistan d'ici septembre. Pas de conditions préalables. C'est fini. Il a reconnu une vérité que beaucoup d'entre nous avaient acceptée il y a de nombreuses années : La guerre était ingagnable et aucune quantité d'hommes ou d'argent n'y changerait rien.

Pourquoi, me suis-je demandé, cela a-t-il pris autant de temps ?

La raison pour laquelle l'Amérique s'est battue en Afghanistan pendant deux décennies, dans un conflit qui s'est avéré autodestructeur et qui a coûté des milliards de dollars, est que l'Amérique est parfaitement conçue pour se battre dans des conflits qui s'avèrent autodestructeurs et qui ont coûté des milliards de dollars. En tant que pays, nous sommes câblés pour cela.

Lorsqu'il s'agit de nos militaires, le mantra du public est devenu : "Remerciez, ne pensez pas" : Remerciez, ne réfléchissez pas. Pour la plupart des Américains, isolés de ses effets, la guerre est une musique d'ascenseur.

Le gouvernement a dissimulé les coûts financiers de la guerre en la finançant par la dette plutôt que par des hausses d'impôts.

Comme l'a souligné Robert Hormats, l'ancien vice-président de Goldman Sachs, il est sans précédent dans l'histoire des États-Unis que nous payions une guerre entièrement par la dette. En effet, nous avons réduit les impôts à plusieurs reprises en temps de guerre (comme l'a fait l'administration de George W. Bush en 2001 et 2003 et l'administration Trump en 2017). Le report des coûts de la guerre dans le futur réduit la sensibilisation du public à ces coûts et réduit la probabilité que les citoyens intentent un procès pour la paix.

Il s'avère que les charlatans peuvent eux aussi posséder une éducation de l'Ivy League et une coupe de cheveux soignée. Et pendant des années, un groupe de charlatans à la voix sobre - politiciens, généraux, experts et cadres du complexe militaro-industriel - a désespérément tenté d'inventer le "progrès", de redonner un sens et un objectif à la guerre contre la terreur, en régressant jusqu'aux profondeurs de la caricature. L'esprit mordant de Duffel Blog, un site web semblable au Gorafi avec des blagues d'initiés militaires, capture la folie avec une clarté remarquable : "Les talibans se demandent qui financera par inadvertance leurs opérations après le départ des États-Unis".

Mais le public n'avait pas besoin des Afghanistan Papers pour savoir que quelque chose n'allait pas. Ils ont été complices de l'envoi de nos troupes dans une série de guerres que tout le monde savait coûteuses et vouées à l'échec, tout en entretenant l'idée audacieuse que, ce faisant, ils "soutiennent les troupes".

Ce n'est pas du patriotisme, c'est de la trahison.

L'étude Pew Research montre que la majorité des anciens combattants et des Américains ne pensent pas que les guerres d'Irak et d'Afghanistan valaient la peine d'être menées. C'est ce qu'ils pensent depuis des années. Il est de notre devoir, en tant que citoyens engagés, en tant que décideurs politiques, de veiller non seulement à ce que cette guerre prenne fin, mais aussi à ce que les guerres futures, qui pourraient ressembler à l'Irak ou à l'Afghanistan, ne commencent jamais.

Si le public veut penser plus que remercier, il doit mettre fin à la folie législative : réaffirmer les pouvoirs de guerre du Congrès, couper les parachutes en laiton du Pentagone et rationaliser le budget militaire.

Les parachutes en laiton et les relations douillettes entre les entreprises de défense et les hauts responsables militaires à la recherche d'emplois lucratifs après leur retraite confondent l'intérêt supérieur de l'Amérique avec l'intérêt supérieur de leur carrière individuelle.

L'un de mes soldats, qui avait 18 ans lorsqu'il a été déployé en Afghanistan, s'est suicidé peu de temps après son retour, ce qui nous rappelle que le suicide a été plus meurtrier que le combat pour les militaires.

Un autre de mes soldats purge actuellement une peine de prison à perpétuité pour avoir assassiné et démembré une personne.

Le nom du meurtrier condamné : A.J. Nelson - le même soldat qui avait été blessé par une bombe en bord de route lors de notre première semaine de déploiement, celui qui voulait tellement revenir dans la section. En fin de compte, A.J. a obtenu ce qu'il voulait : l'armée l'a soigné et l'a renvoyé dans ma section sept mois plus tard. Pendant les quatre derniers mois de son affectation, il a subi de nouveaux traumatismes. A.J. s'est peut-être remis de ses blessures physiques, mais j'avais tort. Il n'allait pas "s'en sortir".

On peut s'interroger : La somme des traumatismes vécus pendant la guerre en Afghanistan était-elle nécessaire pour protéger le territoire national des États-Unis ?

Non. Non, elle ne l'était pas.

Edited by Wallaby
  • Like 2
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Le 28/12/2023 à 13:28, gustave a dit :

Il m’étonnerait tout de même que les Talibans partagent la bière…

Biére sans alcool pour eux. La fraternité c'est lié à la boisson partager. C'est sans doute à ce genre qu'on sait qu'on est pas sur terre quand les ennemis mortel (re)deviennent frères.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Ce n'est plus d'actualité, mais je l'avais manqué à l'époque et je retombe dessus. C'est quelque chose de frappant, et sur quoi il n'est probablement pas inutile de méditer.

Ce post date du 2 juin 2021. Moins de trois mois avant la chute de Kaboul...

Révélation

 

 

Comme souvent, on peut en revenir à Haendel

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Alexis a dit :

Ce n'est plus d'actualité, mais je l'avais manqué à l'époque et je retombe dessus. C'est quelque chose de frappant, et sur quoi il n'est probablement pas inutile de méditer.

Ce post date du 2 juin 2021. Moins de trois mois avant la chute de Kaboul...

  Masquer le contenu
 

Oui, moins de 3 mois avant leur départ, et près de 20 ans après leur arrivée, leur ambassade locale publie cette ineptie complètement déconnectée.

Qui déjà disait: « les Américains n’apprennent jamais » (Ho Chi Min, Castro, OBL?)

Tu fais bien de le rappeler, en effet.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

This is Afghanistan. Alexander the Great tried to conquer this country, then Ghenghis Khan, then the British, now Russia. But Afghan people fight hard, they never be defeated.
Ancient enemy make prayer about these people. Do you wish to hear ?
Very good. It says:
"May God deliver us from the venom of the cobra, teeth of the tiger, and the vengeance of the Afghans."
Understand what this means?

That you guys don't take any shit.

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Titus K a dit :

This is Afghanistan. Alexander the Great tried to conquer this country, then Ghenghis Khan, then the British, now Russia. But Afghan people fight hard, they never be defeated.
Ancient enemy make prayer about these people. Do you wish to hear ?
Very good. It says:
"May God deliver us from the venom of the cobra, teeth of the tiger, and the vengeance of the Afghans."
Understand what this means?

That you guys don't take any shit.

 

heu… « Retour vers le futur »? :biggrin:

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,961
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...