Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 3 minutes, Akhilleus a dit :

Ah oui ceux là

Effectivement (ils doivent tourner à 50-60K en ligne avant le début du conflit)

35.000 environ au début du conflit et avec des réserves presque inexistantes, d'après l'International Institute for Strategic Studies. 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Heorl a dit :

35.000 environ au début du conflit et avec des réserves presque inexistantes, d'après l'International Institute for Strategic Studies. 

Oui

Autant pour moi

Dans les 35K pour l'ensemble (DNR/LNR)

Link to comment
Share on other sites

D'ailleurs est-ce que quelqu'un sait combien d'hommes il y a dans une armée russe ? Parce que je me suis amusé à faire quelques calculs (répartir au prorata la dotation humaine de chaque armée russe engagée environ ainsi que pour les divisions indépendantes, soustraire les estimations occidentales de pertes, les répartir par unités en fonction de la dureté des combats et des opérations offensives, etc) et les chiffres que j'obtient, bien qu'étant dans une fourchette sans doute réaliste, me semblent bizarres.

PS : j'étais parvenu à un résultat de 100-120.000 hommes encore déployés, dont 80-90.000 encore capables d'opérations offensives dans un délai court. 

Link to comment
Share on other sites

27 minutes ago, Heorl said:

Je pense surtout aux citernes. Elles ont sérieusement douillé et il ne doit pas y en avoir des masses restantes.

Surtout, quand on se met à réquisitionner les camions civils, on se doute que l'économie locale derrière va pas apprécier. 

Bah tu mets des bidons sur un plateau ... Tu prends des citerne de lait ... De mélasse etc.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, g4lly a dit :

Bah tu mets des bidons sur un plateau ... Tu prends des citerne de lait ... De mélasse etc.

En raison des dangers du pétrole (risque d'incendie en cas de fuite par exemple), j'aurais plutôt pensé aux citernes de gaz liquéfié, si ça existe. Ou à tout le moins aux citernes de produits dangereux. Utiliser des citernes de lait me semble hasardeux vu la différence de normes qu'il doit y avoir entre les deux types de citernes. Enfin, après tout, je parle de normes et on parle de la Russie, donc tout est possible. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

18 minutes ago, Heorl said:

En raison des dangers du pétrole (risque d'incendie en cas de fuite par exemple), j'aurais plutôt pensé aux citernes de gaz liquéfié, si ça existe. Ou à tout le moins aux citernes de produits dangereux. Utiliser des citernes de lait me semble hasardeux vu la différence de normes qu'il doit y avoir entre les deux types de citernes. Enfin, après tout, je parle de normes et on parle de la Russie, donc tout est possible. 

Le diesel ça ne brûle pas si facilement que ça ... Et pendant des siècles on transportait ça dans des vulgaire barrils de 160l ... On le fait encore.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Une colonne de camions marqués "V" ont été vu à 14h00 en Biélorussie se dirigeant vers un poste-frontière à la frontière ukraino-biélorusse au nord de Chernihiv. J'avoue ne pas comprendre ce qu'ils foutent là. Ca me semble trop gros pour être des défections, et incroyablement stupide s'il s'agit d'un nouvel assaut maintenant que les Ukrainiens ont pu reprendre des positions et s'y préparer. Peut-être sont-ils là pour demander le retour des cadavres des morts ou pour échanger des prisonniers ?

Edited by Heorl
Link to comment
Share on other sites

Une frappe Ukrainiene sur une base arrière (selon les derniers commentaires à Petrivka Donesk et non en Russie ) détruisant au moins 35 véhicules .

2 days ago, the Operational Command "East" of the Ukrainian Army posted video that claimed to show "over 40" Russian vehicles destroyed by Ukrainian Artillery fire on a Russian rear base. We did not publish it, as we couldn't verify the claim or the target. However...

 

Edited by Bocket
précisions
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, Heorl a dit :

Une colonne de camions marqués "V" ont été vu à 14h00 en Biélorussie se dirigeant vers un poste-frontière à la frontière ukraino-biélorusse au nord de Chernihiv. J'avoue ne pas comprendre ce qu'ils foutent là. Ca me semble trop gros pour être des défections, et incroyablement stupide s'il s'agit d'un nouvel assaut maintenant que les Ukrainiens ont pu reprendre des positions et s'y préparer. Peut-être sont-ils là pour demander le retour des cadavres des morts ou pour échanger des prisonniers ?

Il y avait l'information d'unités RU isolées, probablement à pied, qui essayaient de passer la frontière.  Ils vont peut-être chercher les gars. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Fusilier a dit :

Il y avait l'information d'unités RU isolées, probablement à pied, qui essayaient de passer la frontière.  Ils vont peut-être chercher les gars. 

Où ils remettent un peu de pression par juste leur présence pour éviter le transfert de forces par les ukrainiens

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

… j’ai décompté 23 camions … Il y en avait sans doute avant le début de la vidéo et sans doute un peu après son arrêt … donc on peut raisonnablement penser qu’ils en envoient une trentaine … Si c’est pour récupérer des soldats esseulés j’en connais qui vont êtres soulagés !

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Akhilleus a dit :

Où ils remettent un peu de pression par juste leur présence pour éviter le transfert de forces par les ukrainiens

C'est possible. Mais, ce convoi ça peut être quoi: de l'infanterie, logistique... ?  

il y a 15 minutes, Ardachès a dit :

… j’ai décompté 23 camions … Il y en avait sans doute avant le début de la vidéo et sans doute un peu après son arrêt … donc on peut raisonnablement penser qu’ils en envoient une trentaine … Si c’est pour récupérer des soldats esseulés j’en connais qui vont êtres soulagés !

L'information que j'ai vu passer : unités isolées qui se planquent pas loin de la frontière (dans les forêts) et (d'autres?) qui essayent de passer la frontière, pas forcement sur les routes.  Ca peut faire quelques centaines, une 30e de camions ça doit faire environ  500 / 600 pax ou la moitié si c'est des camions à 10 pax 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, Fusilier a dit :

C'est possible. Mais, ce convoi ça peut être quoi: de l'infanterie, logistique... ?  

L'information que j'ai vu passer : unités isolées qui se planquent pas loin de la frontière (dans les forêts) et (d'autres?) qui essayent de passer la frontière, pas forcement sur les routes.  Ca peut faire quelques centaines, une 30e de camions ça doit faire environ  500 / 600 pax ou la moitié si c'est des camions à 10 pax 

A priori il n'ya pas que des camions dedans

Des systèmes Tornado S ce sont des systèmes d'artillerie de niveau bataillon

Après j'en sais rien

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Bocket a dit :

Une frappe Ukrainiene sur une base arrière (selon les derniers commentaires à Petrivka Donesk et non en Russie ) détruisant au moins 35 véhicules .

2 days ago, the Operational Command "East" of the Ukrainian Army posted video that claimed to show "over 40" Russian vehicles destroyed by Ukrainian Artillery fire on a Russian rear base. We did not publish it, as we couldn't verify the claim or the target. However...

 

Sur Maps je ne trouve que deux endroits qui correspondent : un entre Kramatorsk et Horlivka, auquel cas ça voudrait dire que les Russes ont complètement enfoncé le front du Donbass depuis plusieurs jours, ce qui ne correspond pas vraiment à ce qu'on entend (un seul axe de progression pour l'instant), soit une petite bourgade à dix kilomètres au Sud de Volnovakha, ce qui semble plus probable puisque la Russie contrôle la ville depuis plusieurs semaines. En tout cas ça ne semble pas être du côté d'Izioum, donc peu d'influence sur l'offensive en cours.

il y a 43 minutes, Akhilleus a dit :

Où ils remettent un peu de pression par juste leur présence pour éviter le transfert de forces par les ukrainiens

Oui enfin pression toute relative, puisqu'un tel convoi à lui tout seul ne permet en rien de s'emparer ne serait-ce que de la route jusqu'à Chernihiv. Ce serait un gaspillage d'infanterie pour rien. 

Sinon il semble y avoir un pointeur ukrainien avec des doigts de fée dans la région d'Izioum, c'est la troisième fois qu'un Stugna s'illustre dans le coin en deux jours.

 

Edited by Heorl
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Je vois passer des informations sur Kherson. Pour le moment rien de confirmé, mais les UKR se sont rapprochés de Kerson par tous les coins et il y a un combat en cours à Oleksandrivka. 

C'est exactement à 20km du pont de Kherson.... le seul passage qui permet aux Russes de tenir la ville. C'est moi ou les Russes choisissent de reculer et de potentiellement perde la rive nord?

 

FPn9iRdXwAEmEY5?format=jpg&name=4096x409

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, cracou a dit :

Je vois passer des informations sur Kherson. Pour le moment rien de confirmé, mais les UKR se sont rapprochés de Kerson par tous les coins et il y a un combat en cours à Oleksandrivka. 

C'est exactement à 20km du pont de Kherson.... le seul passage qui permet aux Russes de tenir la ville. C'est moi ou les Russes choisissent de reculer et de potentiellement perde la rive nord?

 

Les infos sur des combats Oleksandrivka sont en ligne depuis deux jours. C'est une info supplémentaire? Quelle source?

Le Cl. Goya dit que la division motorisée (22 ?) qui tient le coin a subit de lourdes pertes dans le combat sur Mykolaiv. Ils n'ont pas forcement beaucoup de forces. Mais, reprendre cette tête de pont va pas être simple. 

Link to comment
Share on other sites

Justement, c'est pour ça que je suis prudent. Des comptes twitters qui dans le passé avaient toujours eu raison mais ce n'est pas officiel (sauf pour ce bled). Les affirmations sont que les Russes le long du Dnipet sont plus ou moins encerclée (enfin moi je vois qu'ils peuvent reculer).

 

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, cracou a dit :

Des comptes twitters qui dans le passé avaient toujours eu raison mais ce n'est pas officiel (sauf pour ce bled).

Les combats sur Oleksandrivka étaient cités sur le site officiel du ministère UKR 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Akhilleus a dit :

Oui

Mais théoriquement, tu peux augmenter le volant d'efficacité des sous unités en panachant des reservistes et de l'active qui servira de socle d'instruction directement sur le terrain. Cela dit

1- ca fonctionne si tu as un corps de sous off correct (pas le cas des russes)

...

Dernière remarque : les hommes de la DNR/LNR ont aussi 8 ans d'experience de combat. Tout à petit échelle (comme les ukrainiens d'ailleurs). Je doute qu'aucun des deux n'ait vraiment eu l'expérience de ce qui est en train de se passer

Bonjour,

Ton constat N°1 est, parfaitement, exact pour ce qui concerne l'Armée Rouge, celle de la "grande" Union Soviétique de la Grande Guerre Patriotique (41-45), où, effectivement, les grades de sous-officiers étaient purement honorifiques, tandis que leurs fonctions réelles d'autorité, sur le terrain, étaient confiées aux seuls officiers subalternes, sous-lieutenants et lieutenants,notamment, qui, eux, sortaient du moule des écoles d'officiers...donc, jugés plus fiables "politiquement".

En fait, c'était, déjà, la règle du temps du dernier Tsar, dans l'armée impériale,  pour une raison toute "bête", le niveau d'instruction générale du troufion russe, qui, à l'entrée en guerre d'août 1914, était à des années-lumière, de celui qui existait, alors, en France, où dans le pire des cas,  l'école primaire était obligatoire jusqu'à 12 ans et, le plus souvent, jusqu'au célèbre et sacro-saint Certificat d'Etudes. A l'époque, chez nous, à cet âge-là, on savait lire et écrire!

Sauf refus personnel,  nos instituteurs, les "Hussards noirs" de la III. République, qui, pour l'essentiel et jusqu'aux années 70-80, étaient reçus sur concours à l'Ecole Normale, en sortie de 3ème générale, étaient expédiés, direct, chez les EOR, pour en sortir "sous-bites".

Dans l'armée allemande de 14-18, on retrouve un niveau général d'instruction très similaire au notre, avec, même, un sérieux plus technique, l'économie du II. Reich allemand étant plus industrielle que celle, majoritairement rurale de la France.

Entre 1920 et 1931, on avait assisté, en Allemagne, à une phénomène militaire très particulier, résultat, entre autres,  des 12 ans d'engagement minimum du "pinpin" lambda, imposés par les clauses du Traité de Versailles, durant l'existence de la Reichswehr de "100 000 hommes".  Le premier caporal venu était instruit pour devoir, si nécessaire, assurer les fonctions des deux grades supérieurs, en l'état, celles du sergent!  La méthode ne s'était pas limitée à la seule troupe, mais avait été systématiquement appliquée à l'ensemble de la hiérarchie militaire, d'où le "remarquable " encadrement de métier, des sous-officiers et officiers subalternes, tous formés et rompus à la prise d'initiative, au sein de la Wehrmacht, au moins jusqu'en 1942.

Les pertes humaines enregistrées sur le Front Est avaient, alors, fait fondre l'encadrement "terrain" expérimenté et la plupart des "survivants"  avaient été, prudemment, utilisés comme instructeurs dans les différents centres de formation des nouvelles recrues. Pour mémoire, jusqu'à la fin du conflit,  dans l'armée allemande, il était d'usage courant qu'un sous-officier assume les fonctions d'un officier subalterne - c'était même prévu sur les tables (théorique) d'organisation  de la compagnie - quelque soit sa spécialité! -, en temps de guerre (K.St.N.).

On retrouve, dans l'US Army et, ce, depuis un bail, un rôle important, voire essentiel, mais, assez similaire, confié aux sous-officiers - bien souvent, une vieille "rampouille" expérimentée -, alors que le gros des jeunes officiers subalternes sort, lui, bien souvent, des écoles d'officiers - West Point et autres -; la règle tacite est que l'officier constitue le lien direct avec la hiérarchie supérieure, tandis que le "sous-off", lui, exploite, les ordres reçus (transmis par l'officier!), en fonction du terrain et de la situation existante, mais sans pour autant, tout au moins, "officiellement", correspondre au "système allemand". 

N'en ayant été, dans un lointain passé, qu'une vieille rampouille de gradé de "La Royale", je n'ai aucune référence sérieuse, quant au rôle actuel de nos sous-officiers, notamment, dans l'Armée Terre, mais je présume, que, sur le terrain, ils ont, aussi, leur mot à dire.

Bref, après ce long "bavardage" - Désolé! -,  il est fort probable - mais je peux me planter! -  que la fonction du "sous-off" subalterne et supérieur, au sein de l'armée russe actuelle, a, elle-aussi, évolué... ne serait-ce, d'une part, que par le niveau d'instruction générale de la "troupe", qui est très semblable au notre, d'autre part par ses effectifs, vu qu'elle est très loin des 4 à 5 millions de "pinpins" de 41-45... donc, très largement éloignée du concept dépassé de la "nécessaire chair à canon"!  De toute manière, çà fait un bail que la technique du "moulin à viande", quelque soit la justesse de la cause, ne fait plus flores en Occident - j'y inclus l'Ukraine, la Confédération russe -, ni, ailleurs - le citoyen chinois, qui, de nos jours, n'est  pas, non plus, très chaud pour aller se faire "déchiqueter" dans le cadre d'une supposée "bonne cause".

Dans les années 70, les Américains avaient été contraints, par leur opinion nationale, à retirer leur forces du Sud-Vietnam. Précédemment, en France, en 1960, alors que, militairement, nous avions grosso modo "traité" le problème algérien, la tendance générale nationale, quelque était son étiquette politique, était d'en avoir ras le fion de voir sa jeunesse appelée, se faire bêtement dézinguer dans le Djebel, pour une cause supposée nationale de plus en plus improbable - le Grand Charles" l'avait très vite pigée après l'été 1958 -.

Sinon, à l'exclusion, peut-être, de terrains d'opérations extérieurs, tels que, en France, la zone sahélienne, avec nos  motivations "cocardiennes" (!),  nous avons tendance à vouloir glisser sous le tapis, ne serait-ce que ce qui se passe au Yémen, alors qu'il s'agit d'un conflit ouvert très sérieux, entre sunnites saoudiens et chiites iraniens, une sorte de "remake" du conflit irako-iranien, des années 80.

Dans le cadre du conflit actuel russo-ukrainien, pour des raisons évidentes d'initiative d'agression de l'armée russe, plus notre tendance naturelle, toute à la fois, humaine et "démocratique" à vouloir défendre le "petit" (l'Ukraine) contre le "gros" (la Russie).  Nous avons, aussi, bien souvent, tendance à nous référer au "discours" américain, qui a, notamment, comme priorité, d'effacer la calamiteuse évacuation, l'été dernier, de Kaboul, sous la protection "militaire" des Talibans, car il pose un très sérieux problème à la gouvernance démocrate, face au camp des Républicains, à la veille des élections à mi-mandat, en novembre prochain alors que, actuellement, dans les chambres (Sénat et Représentants), la position "majoritaire" des Démocrates se résume à quelques élus. Aux dernières statistiques publiées, le parti républicain recueillerait, au prochain scrutin, 50% ou plus des votes et qu'il y a neuf chances sur dix que le parti démocrate ne recueillent, dans le meilleur des cas, que 48% des voix.

C'est le "spectre" de tout occupant de la Maison Blanche, devoir se retrouver sans majorité dans lesdites chambres et, dès lors, devoir se plier, jusqu'à la fin de son mandat, aux "diktats" majoritaires des chambres qui lui sont opposées. 

Certes, en avril 2022, il y aura encore de l'eau qui risque de couler sous les ponts, avant novembre prochain, où se dérouleront lesdites élections américaines à mi-mandat, mais, dans la réalité, la gouvernance de "Joe Bidet" est beaucoup plus compliquée en interne, que ce que notre presse française, majoritairement et traditionnellement, "pro-démocrate", veut bien nous "révéler"!

Je ne défends aucun camp, qu'il soit ukrainien, russe, "otanesque" ou français - tel que l'orientation de notre gouvernance française, dans l'actuel conflit -, par contre, je crains fort les conséquences directes économiques qui risquent d'en résulter et vont, au final, nous faire très bobo, durant, à vue de nez, une bonne décennie. Celà dit, à 75 balais révolus, il y a neuf chance sur dix, que, d'ici-là, je boufferait, depuis un bail, les pissenlits par la racine!

En attendant, après, à la louche, 30 ans, durant lesquels notre gouvernance "zeuropéenne"  s'est efforcée de nous cacher les effets d'une inflation économique réelle existante - la mise en place de l'Euro, le 1er janvier 2002 ayant constitué un "vrai bonheur" calculé! -, là, désormais, nous allons nous en prendre plein la tronche!

Je rappelle juste que le SMIC est quasiment devenu, en France, la règle des salaires des "Bac+3", sauf coup de bol personnel (!) et que, dans le cadre d'une supposée "coopération européenne énergétique", nous sommes pris, en France, en dépit d'existence de notre parc nucléaire - très probablement le premier du monde, en regard de notre superficie géographique! -.

Certes, je l'avoue, sans aucun problème, dans la présente intervention, mes derniers paragraphes sont, manifestement "hors sujet", par rapport à l'intitulé de la discussion "Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires", mais, dans les faits, les conséquences militaires, territoriales et économiques dudit conflit ne sont pas bien mesurées en Europe occidentale, dans le cadre de ce que j'aurais tendance à appeller "l'enfumage pro-ukrainien". 

Certes les grenier à blé ukrainiens, mais, surtout, russes risquent de fort de manquer à l'économie européenne, sauf que çà fait un bail que la production céréalière française, la première de l'Europe occidentale et de l'UE est, elle, intentionnellement, muselée,  au biveau européen, afin d'encourager les échanges et le "dumping" internationaux , pour de basses considérations économiques et "locales". Derrière tout çà, on retrouve le travail de fond des Britanniques, dont le "Grand Charles " se méfiait, à juste titre!

En plus ou moins trente ans de présence au sein de l'UE, jusqu'au "Brexit",  les "Brits" se sont contentés d'exploiter, au maximum, pour leur seul intérêt, les "articles" européens sensés favoriser leur propre économie nationale, qui, en gros, n'a pas bougé d'un iota depuis 1945!

On se gausse à l'envie du Brexit, sauf que la GB a, elle, définitivement, rallié le  camp américain, ne serait-ce que pour des raisons stratégiques - il faut bien admettre, aussi, que la constitution d'une armée européenne n'a jamais dépassé le vœux pieux -, son arme nucléaire et ses forces afférentes étant pour des raisons techniques, aux ordres de Washington.

En Europe occidentale, la seule nation en capacité de "gérer" sa force nucléaire, en fonction de la situation, sans devoir se conformer à des décisions "étrangères", telle que celles des USA,  est la France, à nouveau, grâce à De Gaulle et ses successeurs!

Le "bourbier " actuel militaire ukrainien est "inextricable", car ses origines sont quasiment "ancestrales". Par exemple,  l'Ukraine avait été, à l'origine, la "nurserie" des premiers Tsars de Russie, du temps où le Mongol en était l'occupant, alors que lesdits Tsars avaient fini par l'expulser

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • Rob1 locked this topic
  • Rob1 unlocked this topic

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Meumeu
    Newest Member
    Meumeu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...