Recommended Posts

il y a 2 minutes, Ciders a dit :

On peut leur envoyer Chantal Goya et M. Pokora, ça devrait suffire. Au moins pour les Pakistanais.

Tu veux provoquer une 3éme guerre mondiale?

Share this post


Link to post
Share on other sites

le Tor est considéré comme un bon système, il a fait ses preuves en Syrie, j'ai de la peine à imaginer qu'il aie pu confondre un gros liner civil avec un chasseur un drone etc. ou alors ses servants étaient bourrés

Je pense plutôt qu'il a été "hypnotisé" par un Sutter

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kalligator a dit :

Je pense plutôt qu'il a été "hypnotisé" par un Sutter

« sutter »? Je ne trouve pas, kezaco ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un virus informatique utilisé pour hacker le système AA, il "infecte" le retour radar, efface l'avion assaillant, peut prendre le contrôle du système lui faisant voir ce qu'il veut voire infecte les liaisons données, il aurait été utilisé par Israel lors de l'attaque d'un site nuc. syrien sans que la DCA ne réagisse

Dans le cas iraniens je supposerais qu'un drone a infecté le Tor mais ce n'est qu'une hypothèse bien sûr impossible à prouver

Edited by kalligator

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y seraient vraiment très cons les gardiens (de révolution)...y feraient mieux de garder (des chèvres) dans ce cas là. Si c'est pas l'alcool c'est le Khat ou je ne sais quelle drogue locale.

Quand on voit qu'en Syrie ils ont intercepté de minidrone avec...certes c'étaient des russe aux manettes

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, kalligator a dit :

Y seraient vraiment très cons les gardiens (de révolution)...y feraient mieux de garder (des chèvres) dans ce cas là.

...

 

Il n'y a pas de sots métiers :coolc:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 58 minutes, kalligator a dit :

...juste des métiers adaptés aux capacités de chacun

Ouais ben y a un paquet de gens qui perdrait leur boulot si seul ceux aux capacités "adaptés" les pratiquait. A commencer par un certain nombre de président...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kalligator a dit :

Ouais mais comment devenir fort lorsque tu ne peux plus exporter ton pétrole ?

Je cite :

Citation

Alors qu’ils avaient franchi le seuil des 100 Mds$ pour la première fois l’année précédente, les échanges commerciaux (exportations et importations) sont tombés à 86,9 Mds$ en 2018/2019, sous l’effet conjugué du renforcement des sanctions américaines sur les ventes iraniennes et des mesures de restrictions des importations introduites par le gouvernement iranien. Le solde de la balance commerciale iranienne est ainsi passé d’un déficit de 7,5 Mds$ en 2017/2018  à  un  excédent  de  1,7  Md$  en  2018/2019.  Hors  pétrole,  la  Chine  est  de  loin  le premier partenaire commercial de l’Iran (22% de ses échanges), suivie des Émirats arabes unis (14%), de la Turquie (6%) et de l’Inde (5%).

Dopées par la dévaluation du rial, les exportations de l’Iran (hors pétrole) ont mieux résisté grâce au dynamisme des ventes vers l’Irak et, dans une moindre mesure, vers l’Afghanistan et le Pakistan.

[...]

La Chine est le premier client de l’Iran (21% des exportations) talonnée par l’Irak (20%)

Source : https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/4e156889-fb5d-4d96-9b25-df84efa18e98/files/b0da89f3-1495-47b5-aa8f-2b2b4cf299e2
 

Et puis :

Citation

 

la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Italie, la Grèce, la Turquie et Taïwan, qui représentent, selon l’hebdomadaire spécialisé Petrostrategies, 84 % des volumes totaux exportés par Téhéran au premier semestre de 2018

360 000 b/j pour la Chine, 300 000 b/j pour l’Inde et 200 000 b/j pour la Corée du Sud

 

Ok, 2018 c'est il y a un bon moment, mais pour ordre d'idée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu cites les exportations HORS PETROLE hors c'est le pétrole qui est la source principale de revenu.

 

Quels sont les chiffres d'exportation de pétrole pour 2019 ? (date des sanctions) bien plus faibles

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, kalligator a dit :

Tu cites les exportations HORS PETROLE hors c'est le pétrole qui est la source principale de revenu.

Quels sont les chiffres d'exportation de pétrole pour 2019 ? (date des sanctions) bien plus faibles

Justement, si j'ai bien mis en gras les "hors pétrole", c'est pour bien mettre en évidence que l'économie iranienne ne se résume pas à ses exportations en hydrocarbures :

  • Il y a un gros marché intérieur, même si le pouvoir d'achat n'est pas ouf,
  • Le fait de recentrer ses échanges avec ses voisins directs, c'est se concentrer sur des valeurs sûres,
  • Les exportations d'hydrocarbures continuent sur des volumes non négligeables (comme indiqué dans mon message précédent),
  • Les exportations hors hydrocarbures se renforcent et comptent de plus en plus dans la balance commerciale (+7% en 2019).

On est passé de 2,8 Mb/j en 2018 à 400kb/j en janvier 2020 et l'objectif est d'être à 1,5Mb/j avant la fin de l'année 2020.

 

Mon message initial avait simplement pour origine de contre-dire ton propos selon lequel l'Iran n'exportait plus son pétrole. Il a bien réduit (et ça fait mal aux iraniens, c'est indéniable), mais est loin d'être anéanti, et le temps de monter de nouvelles filières, il trouve de plus en plus de débouchés avec le temps.

 

Ps : je ne suis pas un supporter iranien, je cherche juste des chiffres sur Google :)

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/02/2020 à 13:44, Shorr kan a dit :

La connerie humaine ça existe aussi et ça suffit à expliquer presque tout ce qui va de travers.

ça à même été théorisé :D

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rasoir_de_Hanlon

Citation

Le rasoir de Hanlon est une règle de raisonnement permettant d'éliminer des hypothèses. Formulée en 1980 par le programmeur américain Robert J. Hanlon, cette règle s'énonce de la manière suivante : « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer ».

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Nemo 123 : merci des chiffres que je ne connaissait pas, donc leur situation est un peu catastrophique que je le craignais. J'en apprend tous les jours

Share this post


Link to post
Share on other sites

En Iran, l’essence est devenue si chère que les vols à la station-service se multiplient

https://fr.yahoo.com/news/iran-l-essence-devenue-chère-144445864.html

Citation

 

Des conducteurs qui remplissent leur réservoir d’essence puis prennent la fuite sans payer… et des employés de stations-services qui répliquent par des jets de pierre sur les véhicules. Ces scènes, enregistrées par des caméras de vidéo-surveillance et diffusées sur les réseaux sociaux, se multiplient en Iran depuis fin décembre. Selon notre Observateur, ce phénomène est l’une des conséquences de l’augmentation du prix de l’essence.

En novembre dernier, le gouvernement iranien a subitement augmenté les prix de l’essence. Cette décision avait entraîné de nombreuses manifestations, réprimées dans une extrême violence. Au total, plus de 1 500 personnes auraient été tuées lors de ce mouvement populaire qui a secoué les banlieues populaires de Téhéran et plusieurs villes de l’intérieur du pays.

>> Voir l' enquête en vidéo : Iran, massacre à huis clos

Depuis, remplir un réservoir d’essence de 40 litres peut coûter jusqu’à 120 000 tomans [environ 9 euros]. Un luxe selon nos Observateurs, dans un pays où de nombreux habitants gagnent tout juste le salaire minimum, soit 1 500 000 tomans [104 euros].

Un mois après l’annonce de cette hausse subite et massive, fin décembre, des vidéos ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux, illustrant l’une des conséquences de cette décision. Filmées par des caméras de vidéosurveillance, elles montrent des conducteurs faire leur plein d’essence et prendre la fuite.

Vidéo prise à Qom à 140 km au sud de Téhéran.

Vidéo prise à Chouchtar, dans le sud-ouest de l'Iran.

Parfois, les employés de ces stations-services peuvent également être aperçus en train de répliquer par des jets de pierre en direction des fenêtres des voitures. Une revanche qui peut coûter cher aux fugitifs : selon les devis de réparateurs automobile consultés par notre rédaction, ces dégâts peuvent entraîner des frais allant de 220 000 à 450 000 tomans [15 à 31 euros].

Vidéo prise à Andimechk au sud-ouest de l'Iran.

"Si de l’argent manque, l’employé doit le rembourser de sa poche"

Notre Observateur Hossein [pseudonyme], gère une station essence dans une ville à 150 kilomètres de Téhéran. Pour lui, il s’agit bien d’un phénomène nouveau depuis l’augmentation des prix du carburant :

 

Les gérants de stations-services ne sont pas couverts pour ces vols. C’est de la responsabilité des employés. À la fin de la journée, il faut que l’employé ait encaissé le montant exact de ce qu’il a vendu. S’il manque de l’argent, il doit le rembourser de sa poche.
Alors imaginez que dans un mois, il y a un vol par semaine. Pour un employé dont le salaire oscille entre 1 500 000 et 1 800 000 tomans par mois [103 à 124 euros], c’est une perte de près d’un quart de ses revenus !Jeter des pierres sur les vitres arrière des voitures en fuite peut sembler être une réaction de représailles violente, mais elle suit une simple logique : les employés le font pour empêcher que ces vols ne se reproduisent – et éviter donc qu’ils ne perdent encore une partie de leurs salaires. S’ils ne le faisaient pas, il est certain que des voleurs reviendraient à la charge encore et encore.Ces voleurs sont pour beaucoup des jeunes hommes entre 20 et 30 ans qui roulent dans des voitures typiques de la classe moyenne – ce ne sont ni des épaves ni des modèles dernier cri. Ce sont par exemple des Peugeot 206 ou des Samand, ces véhicules que l’on voit beaucoup en Iran.

Je ne peux pas vraiment dire combien de fois cela s’est produit. Certaines semaines, il n’y a pas de vol… Et puis d’autres semaines, il va y en avoir trois. On pourrait croire que ce sont des incidents mineurs, mais ils affectent réellement nos employés.
Ce que je peux dire avec certitude, c’est que ce phénomène est devenu vraiment important depuis la hausse des prix de l’essence décidée par le gouvernement. Avant, cela pouvait avoir lieu de temps en temps, mais c’était très rare.

Selon la presse iranienne, le taux d’inflation a atteint les 41 % par mois depuis l’augmentation du prix du carburant. Avant même cette hausse, plus de 55% des Iraniens vivaient déjà sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 3 400 000 tomans [235 euros] par mois.

 

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Atlantico / Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran. Ardavan Amir-Aslani  avocat et essayiste,

https://www.atlantico.fr/decryptage/3587462/le-jugement-des-chercheurs-francais-a-teheran--un-signal-politique-de-la-part-de-l-iran-ardavan-amir-aslani

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

Citation

Nul n'ignore que l'arrestation des deux chercheurs a été supervisée par les Gardiens de la Révolution, corps armé placé sous l'autorité immédiate du Guide suprême Ali Khamenei, avec lequel les autorités françaises ne peuvent discuter directement. En outre, d'un point de vue plus politique, les Pasdarans, majoritairement conservateurs, ont toujours eu intérêt à refroidir les relations entre les présidents Hassan Rohani et Emmanuel Macron, et ainsi enterrer définitivement un accord sur le nucléaire auquel ils n'ont de toute façon jamais cru. Les ambiguïtés de la position française vis-à-vis de l'Iran, que ce soit sur le nucléaire iranien – souhait de rester dans l'accord tout en déclenchant le mécanisme de règlements des différents devant le Conseil de Sécurité de l'ONU – ou sur la politique américaine au Proche-Orient, n'ont sans doute pas contribué au choix d'une stratégie plus subtile et diplomate de la part de la faction conservatrice du régime iranien.

Mais plus généralement, les prisonniers retenus en Iran servent de moyen de pression en vue de négociations profitables pour la République islamique, le plus souvent pour obtenir la libération de ses propres ressortissants retenus aux Etats-Unis ou en Europe. Ainsi, Fariba Adelkhah et Roland Marchal ne sont pas les premiers intellectuels étrangers à avoir été détenus durant de longs mois et à servir, éventuellement, de monnaie d'échange. On se souvient en France du cas de l'étudiante Clotilde Reiss, libérée en 2010 en échange d'Ali Vakili Rad, l'assassin de l'ancien Premier ministre du Shah Chapour Bakhtiar. Plus récemment, un autre échange de prisonniers a eu lieu en décembre dernier lorsque Brian Hook, le représentant spécial du Département d'Etat américain pour l'Iran, a supervisé en Suisse le retour d'un Iranien emprisonné aux Etats-Unis contre la libération d'un doctorant de Princeton détenu en Iran pendant trois ans. Tout à fait consciente de cette pratique, la justice américaine vient d'ailleurs de condamner Téhéran à verser 180 millions de dollars d'indemnités à Jason Rezaian, journaliste du Washington Post libéré contre trois prisonniers iraniens après un an et demi de prison, dont la détention aurait été utilisée, selon les mots du tribunal fédéral de Washington, « pour augmenter les moyens de pression dans les négociations en cours avec les Etats-Unis ». Une mesure parfaitement symbolique, et prise essentiellement à des fins « dissuasives »...

Sans disposer de preuves formelles, de nombreux diplomates pensent ainsi que la détention de Fariba Adelkhah et Roland Marchal vise à obtenir la libération de Jalal Rohollahnejad, un ingénieur iranien arrêté à l'aéroport de Nice le 2 février dernier, cible d'un mandat d'arrêt américain pour des tentatives d'exportation vers l'Iran de matériel technologique pour le compte d’une entreprise appartenant aux Gardiens de la Révolution, ce qui, en outre, viole les sanctions américaines contre l'Iran. Bien que la France ait validé l'acte d'extradition, l'ingénieur est pour l'heure toujours détenu au centre pénitentiaire de Luynes dans l'attente du décret du Premier ministre. Il est fort possible que sa libération soit effectivement le but in fine des Pasdarans. Si ce n'était pas le cas, comment comprendre alors que les autorités françaises aient cessé toute protection policière envers l'activiste iranien Rouhollah Zam, qui bénéficiait de l'asile politique en France, pour le laisser se rendre librement en Irak en octobre dernier où il a été appréhendé par les Gardiens de la Révolution et ramené à Téhéran ? Impossible de connaître l'ampleur ni le stade des négociations entre les autorités françaises et iraniennes, même s'il est évident que celles-ci échangent depuis plusieurs mois.

Édit: j'ai tenté de vous éviter un texte trop long. Loupé...

Edited by Phacochère
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/world-asia-51596665 (22 février 2020)

L'Iran a signalé son cinquième décès dû à la maladie [coronavirus 2019]. L'épidémie est centrée sur la ville sainte de Qom, mais les responsables ont averti que le virus pourrait déjà s'être propagé à "toutes les villes d'Iran".

Share this post


Link to post
Share on other sites

ils peuvent dire merci Trump

Législatives en Iran: les conservateurs en tête selon les premiers résultats

https://fr.news.yahoo.com/législatives-iran-conservateurs-tête-après-premiers-résultats-141340306.html

Citation

 

Téhéran (AFP) - Les conservateurs en Iran sont en tête, selon les premiers résultats des élections législatives publiés samedi, une avance favorisée par une probable faible participation consécutive à la disqualification de milliers de candidats.

Les élections ont eu lieu vendredi dans un contexte de violente récession économique, due en partie aux sanctions américaines, et de tensions exacerbées entre Téhéran et Washington, ennemis jurés.

Avant le vote, près de la moitié des 16.000 candidatures avaient été invalidées, dont celles de milliers de réformateurs et modérés, ce qui a pratiquement réduit le scrutin à un affrontement entre conservateurs et ultraconservateurs.

Les observateurs ont prédit une forte abstention, la population ayant perdu ses illusions à la suite de promesses non tenues des hommes politiques et tentant de faire face aux difficiles conditions de vie.

Le Comité national des élections a indiqué que les votes avaient été comptés dans 162 circonscriptions sur 208 à l'échelle nationale.

L'alliance formée par les conservateurs et les ultraconservateurs semblait avoir un avantage confortable à Téhéran selon les premiers résultats, a déclaré le porte-parole du comité Esmaïl Moussavi à la télévision d'Etat.

Selon M. Moussavi, la plupart des votes sont allés aux trois premiers noms sur cette liste menée par Mohammad Baqer Qalibaf, trois fois candidat malheureux à la présidentielle, ex-chef de la police, membre des Gardiens de la révolution --l'armée idéologique de l'Iran-- et maire de Téhéran de 2005 à 2017.

Les modérés et les réformateurs étaient très rares parmi les 40 candidats au total à Téhéran, a ajouté le porte-parole. Avec ses 30 sièges, la capitale iranienne représente un enjeu électoral de premier plan.

- "Une sélection" -

Les résultats définitifs pour Téhéran et d'autres provinces seront révélés dimanche matin au plus tard, a ajouté M. Moussavi.

Les autorités ont annoncé la fermeture des écoles dans des dizaines de grandes villes pour permettre les opérations de dépouillement.

Si ces premiers résultats sont confirmés, cela constituerait un coup dur pour le président modéré Hassan Rohani, dont la marge de manoeuvre sera limitée jusqu'à la fin de son mandat en 2021.

Selon des chiffres non officiels publiés par l'agence Fars, la coalition conservatrice a remporté 191 des 290 sièges au nouveau Parlement. Les réformateurs en ont gagné 16 et les indépendants 34.

L'agence de presse Fars a indiqué que 1,9 million de personnes avaient voté à Téhéran sur les plus de neuf millions d'électeurs que compte la capitale, où beaucoup semblent avoir boycotté le scrutin.

Parmi eux, Mme Arghavan Aram, qui gère une ONG pour les personnes transgenres, l'assure: "une élection avec une seule tendance politique n'est pas une élection, c'est une sélection."

Sur les réseaux sociaux, des personnalités politiques de diverses tendances s'exprimaient sur les causes probables d'un faible taux de participation, avant même la publication de chiffres officiels.

"Dans des élections où les réformateurs progressistes n'ont pas pu présenter de candidats en raison de disqualifications sans précédent, une telle participation semble normale", a estimé Emad Bahavar, un militant réformateur, sur son compte Twitter.

Félicitant les conservateurs dans un tweet, l'ancien chef de la télévision d'Etat, Ezzatollah Zarghami, a de son côté jugé "très important" de s'attaquer aux causes profondes du faible taux de participation.

- Nouveaux décès au coronavirus -

Les élections de vendredi, les onzièmes depuis la révolution islamique de 1979, ont coïncidé avec l'annonce de nouveaux décès en Iran dus au nouveau coronavirus.

Samedi, les autorités ont annoncé un nouveau décès, portant le nombre de morts liés à cette maladie à cinq, soit le plus grand nombre de décès enregistrés dans un pays hors Extrême-Orient. Au total, 28 personnes ont été contaminées en Iran. Les cinq personnes décédées sont probablement iraniennes.

L'Iran est par ailleurs plongé dans une violente récession, après le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, conclu en 2015 entre Téhéran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), et le rétablissement des sanctions américaines qui ont asphyxié l'économie de ce pays pétrolier.

Le président Rohani voyait dans ce pacte l'espoir d'une ère de prospérité pour l'Iran. Mais les ultraconservateurs sont opposés à toute négociation avec l'Occident et sont impatients de sortir de l'accord international sur le nucléaire.

 

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-covid-19-huit-deces-au-total-en-iran-des-pays-voisins-ferment-leurs-frontieres_3838205.html (23 février 2020)

Après l'Irak voisin, qui a interdit aux Iraniens l'entrée sur son sol et aux Irakiens d'aller en Iran, la Turquie a décidé de fermer "temporairement" sa frontière terrestre avec l'Iran et de suspendre le trafic aérien avec ce pays. L'Afghanistan a de son côté "interdit temporairement tout voyage vers ou depuis l'Iran" par terre ou par les airs. Un autre voisin, le Pakistan, a aussi fermé sa frontière avec l'Iran.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,463
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Caolila
    Newest Member
    Caolila
    Joined
  • Forum Statistics

    20,800
    Total Topics
    1,283,360
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries