Recommended Posts

https://www.lefigaro.fr/international/syrie-accord-entre-poutine-et-erdogan-20191022 (22 octobre 2019)

À l’issue d’un long entretien mardi à Sotchi, le président turc et son homologue russe sont parvenus à un accord «historique» prévoyant le retrait des dernières forces kurdes.

Lavrov a assuré que la Russie veillera à ce que les combattants kurdes et leurs armes se retirent à 30 kilomètres de la frontière syro-turque. Et d’ajouter que les milices kurdes ont «150 heures» pour quitter la zone. La Russie et la Turquie lanceront des patrouilles communes dans le nord-est de la Syrie, après le désarmement des milices kurdes dans la région. Ce mécanisme est destiné à éviter la reprise de l’opération militaire turque dans le nord-est de la Syrie.

Mardi, la Russie et la Turquie ont réaffirmé l’accord d’Adana passé en 1998 entre Ankara et Damas. Ce texte prévoit un droit de poursuite accordé aux forces turques pour pénétrer à 5 kilomètres à l’intérieur du territoire syrien afin de faire la chasse aux «terroristes».

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, Wallaby a dit :

https://www.lefigaro.fr/international/syrie-accord-entre-poutine-et-erdogan-20191022 (22 octobre 2019)

À l’issue d’un long entretien mardi à Sotchi, le président turc et son homologue russe sont parvenus à un accord «historique» prévoyant le retrait des dernières forces kurdes.

Lavrov a assuré que la Russie veillera à ce que les combattants kurdes et leurs armes se retirent à 30 kilomètres de la frontière syro-turque. Et d’ajouter que les milices kurdes ont «150 heures» pour quitter la zone. La Russie et la Turquie lanceront des patrouilles communes dans le nord-est de la Syrie, après le désarmement des milices kurdes dans la région. Ce mécanisme est destiné à éviter la reprise de l’opération militaire turque dans le nord-est de la Syrie.

Mardi, la Russie et la Turquie ont réaffirmé l’accord d’Adana passé en 1998 entre Ankara et Damas. Ce texte prévoit un droit de poursuite accordé aux forces turques pour pénétrer à 5 kilomètres à l’intérieur du territoire syrien afin de faire la chasse aux «terroristes».

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov résumait la chose en termes un peu plus vigoureux

« Les Kurdes syriens des Unités de protection du peuple [YPG] seront taillés en pièce s’ils ne quittent pas la zone frontalière de la Turquie », a prévenu, ce 23 octobre, Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. « Washington semble les encourager à rester dans ce secteur et à combattre les forces turques », a-t-il par ailleurs affirmé…

En somme, la Turquie obtient ce qu'elle veut, la Russie obtient l'image d'un pays qui décide des événements en Syrie - l'image, pas la réalité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Alexis a dit :

En somme, la Turquie obtient ce qu'elle veut, la Russie obtient l'image d'un pays qui décide des événements en Syrie - l'image, pas la réalité.

Si Assad obtient de reprendre l'administration des villes de cette zone, cela contrecarre le plan d'Erdogan qui était d'en faire un protectorat turc.

Que devient dans ce contexte le projet turc de transferts de population ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Alexis a dit :

La grande différence avec l'idéologie nazie, c'est qu'en 1945 les nazis non seulement avaient perdus, ils savaient qu'ils avaient perdus. Ceci pour une raison très simple : leur idéologie promettait le succès en ce monde, espace vital, esclavage des inférieurs, extermination des juifs, etc. La plupart d'entre eux n'ont pas été punis pour leur crimes, ce qui ne les a pas empêchés de devenir de bons démocrates / de bons communistes suivant la partie d'Allemagne où ils se trouvaient : c'est qu'ils avaient perdu tout espoir dans le succès de leur cause.

Les djihadistes ne savent pas qu'ils ont perdus, parce que leur idéologie à eux promet le succès dans l'autre monde. Ils ne sont absolument pas démoralisés

Il s'agit - hommes comme femmes, peu importe pourvu qu'ils soient adultes - de traîtres dans une guerre qui n'est pas terminée, qui ne le sera que lorsque l'idéologie islamiste-djihadiste sera passée de mode. Ce qui certes arrivera, mais pas à terme prévisible et presque certainement pas rapproché.

Il est bien évident qu'aucun enfant ne doit rester sous leur coupe, pour la même raison qu'on ne laisse pas des pédophiles contrôler des enfants : pour leur protection. Je rappelle que les enfants ont des droits, et qu'avoir pour parents des traîtres n'est absolument pas leur faute.

Ces gens avaient pas cesser d'être nazis, ils se coulaient dans le moule car ils avaient "perdus espoirs" comme tu dis. Mais la différence est pas en eux elle est dans notre certitude à nous d'être plus souhaitable que le nazisme et ici que l'islamisme. On a un droit pour gérer les traîtres qui sont pas une nouveauté dans notre histoire que je sache. Mais on refuse d'appliquer le droit de la guerre pour pouvoir rester dans un système d'exception. 

Et c'est une pente très dangereuse de nier les droits parentaux des individus pour cause de divergences idéologiques. Nous en sommes déjà à faire de la rééducation. On est entrain de créer un monde kafkaïen, bref la guerre justifie tout je suppose.  Mais comme toujours dans ce genre de cas nous avons ou cela commence pas ou cela se termine.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 40 minutes, nemo a dit :

Et qui décide du caractére honorable? Si un pseudo islamiste venait te dire que tu l'était pas tu lui répondrais quoi? Le droit du fort? Et pourtant on a pas retiré les droits parentaux aux nazis après la guerre.

Dans notre recherche d'une sécurité illusoire (parce qu'à ma connaissance les pays totalitaire sont pas plus sur que les notre) on est entrain de nier tous ce qui nous séparent de ces individus que nous disons combattre. Si nous sommes en guerre traitons les en prisonnier de guerre (qui a ma connaissance s'applique aux combattants pas à leur compagne/gnon et leurs enfants), si c'est une affaire de sécurité intérieure appliquons notre droit (qu'on ne cesse de rendre plus liberticide avec des conséquences de plus en plus visible) mais qu'on arrête nos conneries parce que les dérives actuelles sont plus qu'inquiétante. 

il y a TOUT qui nous sépare de ces individus... qui n'ont pas leur place dans notre société laïque républicaine mais qui revendiquent malgré tout  activement de la changer par le terrorisme et des actes kamikazes. Donc ce genre de gusse doit être mis hors jeu définitivement et de façon radicale. Leur type de société - La Charia - est totalement et définitivement incompatible avec la notre. Donc les faire disparaitre - peu importe la façon - de notre territoire -  pas d’état d'âme à avoir envers ces gens puisqu'ils ne veulent pas comprendre par eux mêmes...

Leurs gamins doivent être recueillis hébergés dans des orphelinats afin que leurs cerveaux soient "réparés". A la majorité - ils auront le choix de rester s'il est réparé, ou de quitter le territoire si ce n'est pas le cas.

Il faut également se méfier de leur repentance de circonstance. Ces individus sont malins et peuvent repasser à l'Acte après des années de silence - la fourberie n'est pas à exclure.

 

 

 

Edited by Lezard-vert
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Alexis a dit :

Dans l'article sur Opex360

En outre, MM. Erdogan et Poutine se sont entendus pour faciliter le retour « volontaire » de réfugiés en Syrie, plus précisément dans la zone de sécurité établie par Ankara. Deux millions de personnes seraient concernées, selon les autorités turques.

En somme, les Kurdes de Syrie n'échapperont pas à l'épuration ethnique. 

Si c'est Assad qui fait la police dans cette région, les Syriens qui se sentent à l'aise dans cet environnement ne préféreront-ils pas rentrer dans leur région d'origine, Damas, Alep et caetera, plutôt que d'aller dans une région inconnue ?

L'idée d'Erdogan, si j'ai bien compris, c'était de recaser les Syriens incompatibles avec Assad pour fabriquer un protectorat d'obédience islamiste. Si c'est Assad qui fait la police, cela risque d'être plus compliqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Lezard-vert a dit :

il y a TOUT qui nous sépare de ces individus... qui n'ont pas leur place dans notre société laïque républicaine mais qui revendiquent malgré tout  activement de la changer par le terrorisme et des actes kamikazes. Donc ce genre de gusse doit être mis hors jeu définitivement et de façon radicale. Leur type de société - La Charia - est totalement et définitivement incompatible avec la notre. Donc les faire disparaitre - peu importe la façon - de notre territoire -  pas d’état d'âme à avoir envers ces gens puisqu'ils ne veulent pas comprendre par eux mêmes...

Leurs gamins doivent être recueillis hébergés dans orphelinats afin que leurs cerveaux soient "réparés". A la majorité - ils auront le choix de rester s'il est réparé, ou de quitter le territoire si ce n'est pas le cas.

Ce sont des traîtres traitons les comme tel, certes. Mais quand tu dis ce "genre de gus" tu parles de qui? De ceux qui ont effectivement pris les armes? Ou tu comptes éradiquer tout ceux qui ont fait un délit d'opinion? Et quand tu parles comme ça j'ai pas l'impression que tu sois si différent. Et leur but de guerre est pas la transformation de nos société sinon le terrorisme en question serait pas lié à la guerre là-bas.

il y a 1 minute, Wallaby a dit :

Si c'est Assad qui fait la police dans cette région, les Syriens qui se sentent à l'aise dans cet environnement ne préféreront-ils pas rentrer dans leur région d'origine, Damas, Alep et caetera, plutôt que d'aller dans une région inconnue ?

L'idée d'Erdogan, si j'ai bien compris, c'était de recaser les Syriens incompatibles avec Assad pour fabriquer un protectorat d'obédience islamiste. Si c'est Assad qui fait la police, cela risque d'être plus compliqué.

A mon avis ce plan à jamais eu la moindre chance d'aboutir. La seule chose qu'il aurait pu faire c'est relocaliser les camps de réfugiés ce qui aurait pas changer grand chose à la situation politique de la région.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est leur refus de TOUTES les valeurs de nos sociétés (un minimum de respect, de la différence de race de religion de couleur de peau) qui fait  que les islamiques doivent êtres considéré comme bien plus dangereux que les nazi. Les entendre exiger le respect de leur religion extrémiste avec tout ce que cela implique de méchanceté de barbarie me dégoute : ils sont au >Moyen Age avec les guerre de religions les bûchers l'inquisition les croisade d'enfant etc  veut-on vraiment revenir à cela ?

D'autre part même si le nazisme a encore des adeptes il est globalement détesté et même puni par les loi (pas autant que je le voudrais dans certains pays) mais l'islamisme se place à côté de l'islam "normal" et hurle à la mort dès qu'on le condamne.

Je ne suis pas islamophobe mais bien ISLAMISTOPHOBE DJIHADISTOPHOBE  FANATICOPHOBE 

Que des enfants soient élevé dans la pesrpective de la guerre du fanatisme etc me révulse.

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tant de sacrifices et de luttes (y compris des soutiens de feu la coalition) pour en arriver là, du fait du renoncement soudain, incompréhensible et condamnable d'un principal allié ... :sad:

Citation

« C’est la fin des Kurdes de Syrie » :

peur et désespoir des réfugiés chassés par la Turquie

Face aux bombes et aux milices, au retour du régime de Damas et de l’EI, près de 300 000 Syriens ont vu leur pays se refermer sur eux, comme un piège.

Dix jours avant de traverser la frontière irakienne, Mahmoud Issa, 37 ans, donnait des cours d’anglais dans un établissement scolaire de Ras Al-Aïn, ville kurde et arabe du nord-est de la Syrie. Aujourd’hui, il mange du riz arrosé de sauce tomate dans une barquette en plastique sous la tôle d’un hangar des forces armées kurdes irakiennes, les peshmergas, près d’un village perdu dans des méandres de collines brûlées de la frontière entre l’Irak et la Syrie.

Entre-temps, les bombes turques ont commencé à tomber près de chez lui et des bandes islamistes à la solde d’Ankara ont traversé la frontière. Les images de leurs méfaits, humiliations et exécutions sommaires ont semé la terreur. Depuis, le régime syrien a amorcé son retour dans les localités du nord-est.

Jeté sur les routes avec les siens comme 300 000 autres Syriens du nord du pays, Mahmoud Issa a erré de ville en ville avant de se faire une raison. « En Syrie, avec le régime, les Turcs et Daech qui va profiter de la situation, il n’y a plus rien de bon… » Au point de le contraindre aux incertitudes de l’exil. Il a vu son pays se refermer sur lui, comme un piège, comme sur son épouse et ses enfants, plus jeunes que la guerre elle-même. Il a fallu partir.

Alors le professeur d’anglais a pris la route de la frontière, vers les steppes où rien ne sort de terre sinon les lourdes colonnes de fumée noire qui signalent les raffineries clandestines des trafiquants d’essence, vers les villages aux maisons basses et les routes perdues où chaque nuit, l’obscurité se fait complice des contrebandiers, des ombres en armes, des tueurs de tout bord.

Frontière trouble

Comme des centaines d’autres réfugiés, Mahmoud Issa a dû mettre le destin de sa famille entre les mains des seigneurs de cette frontière trouble, les Bédouins de la tribu des Chammar, autrefois éleveurs de chameaux devenus passeurs hors pair qui, pour 750 dollars (675 euros), ont emmené la famille du professeur à dos de mules vers les positions des peshmergas, côté irakien. Les combattants kurdes les ont recueillis avec des dizaines d’autres familles de réfugiés kurdes syriens.

Cette nuit-là, ils étaient un millier – hommes, femmes et enfants – à être passé. Deux jours plus tard, le 22 octobre, ils étaient près de 1 300, portant le nombre de réfugiés syriens passés au Kurdistan irakien à 7100 en une semaine, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR).

Xorshid Muhammed Ali Hassan et sa femme Mayada sont originaires d’Hamuda. Ils fuient pour la deuxième fois vers l’Irak et ont perdu tout espoir de retour.

« En 2013, j’avais déjà dû prendre la fuite quand le Front Al-Nosra [la branche syrienne d’Al-Qaida] avait pris le contrôle de Ras Al-Aïn. Puis nous sommes revenus quand les camarades les ont chassés », se souvient Mahmoud. Les « camarades », ce sont les combattants kurdes de Syrie, ainsi qu’ils s’appellent entre eux, lointain héritage de la période marxiste-léniniste du mouvement. « Les gangs envoyés contre nous par la Turquie ne sont pas si différents du Front Al-Nosra. Mais cette fois, on ne sait pas s’ils seront repoussés par les nôtres… »

LAURENCE GEAI POUR « LE MONDE »

20 octobre 2019

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/23/en-irak-le-desespoir-et-les-peurs-des-refugies-chasses-par-l-offensive-turque-c-est-la-fin-des-kurdes-de-syrie_6016540_3210.html

Edited by jojo (lo savoyârd)
  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, nemo a dit :

Et pourtant on a pas retiré les droits parentaux aux nazis après la guerre.

Le nazisme avait été clairement vaincu après la guerre. La menace nazi avait besoin d'avoir un état sous son contrôle, avec une machine de guerre efficace, elle n'avait plus ça. (N'empêche d'ailleurs que nombre d'entre eux furent condamnés à mort à Nuremberg.)

L'occupation militaire du territoire allemand par les alliés, qui a mené à la scission de l'Allemagne en deux, et au rappatriment forcé des populations allemandes vivant en Pologne, Roumanie et Tchéquoslovaquie vers l'Allemagne et l'Autriche, permettait de briser définitivement le projet nazi.

Le terrorisme n'est pas un projet national, par contre. C'est la recherche d'un chaos propice à la création future d'un nouvel état totalitaire, ils n'ont pas besoin d'avoir les ressources d'un état derrière eux. Un terroriste mis en échec reste un terroriste dangereux. La comparaison à faire n'est donc pas avec l'Allemagne nazie, mais avec les réseaux néo-nazis. Ces idéologies ne peuvent pas être vaincues par des actions militaires, le seul moyen de lutter efficacement contre elle est par la criminalisation de l'idéologie afin d'avoir les instruments juridiques pour stopper sa propagation.

Et là on arrive au problème que l'on ne peut pas interdire le salafisme sans que toute la gauche complice à tendance indigéniste/décolonialiste ne crie à "l'islamophobie".

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Kelkin a dit :

Et là on arrive au problème que l'on ne peut pas interdire le salafisme sans que toute la gauche complice à tendance indigéniste/décolonialiste ne crie à "l'islamophobie".

20 ans de "vivre ensemble" à l'école pour apprendre aux gens déjà tolérants à tolérer les Salafistes...  alors qu'on aurait du commencer par éradiquer cette idéologie du pays

Edited by Lezard-vert
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, Kelkin a dit :

Le nazisme avait été clairement vaincu après la guerre. La menace nazi avait besoin d'avoir un état sous son contrôle, avec une machine de guerre efficace, elle n'avait plus ça. (N'empêche d'ailleurs que nombre d'entre eux furent condamnés à mort à Nuremberg.)

L'occupation militaire du territoire allemand par les alliés, qui a mené à la scission de l'Allemagne en deux, et au rappatriment forcé des populations allemandes vivant en Pologne, Roumanie et Tchéquoslovaquie vers l'Allemagne et l'Autriche, permettait de briser définitivement le projet nazi.

Le terrorisme n'est pas un projet national, par contre. C'est la recherche d'un chaos propice à la création future d'un nouvel état totalitaire, ils n'ont pas besoin d'avoir les ressources d'un état derrière eux. Un terroriste mis en échec reste un terroriste dangereux. La comparaison à faire n'est donc pas avec l'Allemagne nazie, mais avec les réseaux néo-nazis. Ces idéologies ne peuvent pas être vaincues par des actions militaires, le seul moyen de lutter efficacement contre elle est par la criminalisation de l'idéologie afin d'avoir les instruments juridiques pour stopper sa propagation.

Et là on arrive au problème que l'on ne peut pas interdire le salafisme sans que toute la gauche complice à tendance indigéniste/décolonialiste ne crie à "l'islamophobie".

Je suis assez surpris vous croyez vraiment que les pseudos djihadistes ont plus de chance de vaincre qu'un flocon de neige en enfer? Ils ont le monde entier contre eux y compris l'écrasante majorité des musulmans et même des états les plus "islamistes". Le problème est pas l'idéologie salafiste qui contrairement au nazisme a des formes totalement retiré du monde et à ce titre bien moins dangereux. Les saouds sont "salafistes" et pourtant non seulement on est pas en guerre contre eux mais on est même allié (à mon grand regret!).

On a pas vaincu le communisme pour parler d'une idéologie qu'on a combattu sur notre territoire en le criminalisant. En fait en le criminalisant on a renforcé sa base, ici et ailleurs. Le communisme a été vaincu quand son projet politique totalitaire est devenu une vaste mystification aux yeux de l'écrasante majorité ; mais il a pas disparu en tant qu'idéologie, une idéologie qui joue encore un rôle aujourd'hui. Et il sera de même de l'islamisme. Que les salafistes soient aussi salafistes que ça leur chante tant qu'ils ne cherchent pas à imposer leur projet politique débile.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Alexis a dit :

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov résumait la chose en termes un peu plus vigoureux

« Les Kurdes syriens des Unités de protection du peuple [YPG] seront taillés en pièce s’ils ne quittent pas la zone frontalière de la Turquie », a prévenu, ce 23 octobre, Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. « Washington semble les encourager à rester dans ce secteur et à combattre les forces turques », a-t-il par ailleurs affirmé…

En somme, la Turquie obtient ce qu'elle veut, la Russie obtient l'image d'un pays qui décide des événements en Syrie - l'image, pas la réalité.

Partons du principe qu'Assad reprend les rennes, que les Russes patrouillent conjointement avec les Turcs dans la bande des 30km, à aucun moment on ne parle de ce que vont faire les forces du YPG en deça de la zone tampon...

Je ne suis pas un champion en cartomancie, mais je sens qu'il va y avoir des petits camps d'entraînement qui pourraient bien pousser comme des champignons dans l'arrière pays, tout équipé par Monsieur P., et qui auront une facilité déconcertante à échapper aux patrouilles...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, nemo a dit :

Je suis assez surpris vous croyez vraiment que les pseudos djihadistes ont plus de chance de vaincre qu'un flocon de neige en enfer?

Le problème est justement qu'ils n'ont pas besoin de vaincre pour être dangereux.

il y a une heure, nemo a dit :

Que les salafistes soient aussi salafistes que ça leur chante tant qu'ils ne cherchent pas à imposer leur projet politique débile.

Mais justement, vouloir imposer leur vision de l'Islam par la violence est au coeur de l'identité salafiste, puisque le principe même du mouvement est de revenir au mode de vie des premières générations de Musulmans, quand la foi s'est répandue par le sabre.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Kelkin a dit :

Le problème est justement qu'ils n'ont pas besoin de vaincre pour être dangereux.

 

Ouais le monde est un endroit dangereux, d'ailleurs on en sort jamais vivant.  Ce terrorisme est lié à l'état de guerre quasi permanent maintenant dans la région. Il disparaîtra avec cet état de guerre comme les terrorismes précédant. 

il y a 10 minutes, Kelkin a dit :

Mais justement, vouloir imposer leur vision de l'Islam par la violence est au coeur de l'identité salafiste, puisque le principe même du mouvement est de revenir au mode de vie des premières générations de Musulmans, quand la foi s'est répandue par le sabre.

Non pas du tout sinon  y aurait pas de quiétisme salafiste soit l'écrasante majorité du salafisme. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La principal différence entre un nazi et un islamiste, c'est la religion.

Car ils étaient beaucoup plus pragmatique et pouvait vivre dans un monde d'apartheid alors que le religieux veut un monde purgé.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, kotai a dit :

Car ils étaient beaucoup plus pragmatique et pouvait vivre dans un monde d'apartheid alors que le religieux veut un monde purgé.

Qu'est-ce que tu ne comprend pas dans la notion d'extermination, comme dans camps d'extermination ?

Les camps de purge c'est seulement la dysenterie.

kotai : tu pues.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, kotai a dit :

La principal différence entre un nazi et un islamiste, c'est la religion.

Car ils étaient beaucoup plus pragmatique et pouvait vivre dans un monde d'apartheid alors que le religieux veut un monde purgé.

Eh non, c'est même le contraire, l'une des caractéristiques du nazisme étant sa grande rigidité:

  • Les juifs sont des cafards, et doivent être exterminés. Point.
  • Les slaves doivent être consommés comme une ressource jetable, jusqu'à extermination Point.
  • Les autres sont là pour servir la race supérieure. Point.
  • Les aryens sont la race supérieure. Point.

 

Edited by Yankev
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

J aime le savon dAlep.*

 

*Transition peu subtile visant à ramener le débat des crimes de guerre nazis vers la Syrie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'exode des populations kurdes ...

Et qui pourrait concerner plus d'un million de personnes, prises en étau entre les forces turques et les forces syriennes, sans aucune infrastructure nécessaire pour les accueillir. 

Merci Trump ...

Edited by jojo (lo savoyârd)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les turcs progresse a l'ouest de Tall Tamr ... après que les rebelles turcs soutenus est échoué.

La défense de la ville est partagée entre loyaliste et SDF.

---

Les éléments russes qui ont prise le contrôle de Qamishli ... poursuive le prise de contrôle loin a l'ouest de l'a ville, a mesure les SDF se replie laissant la frontière aux russes. Je ne sais pas s'il y a un deal avec les trucs mais les russes s'ils avancent vite pourrait bien couper l'herbe sous le pied des rebelles-turcs-soutenus qui progresse peu a l'est de Ras al Ayn.

---

Les éléments russes occupent Konané aussi

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant l'auteur Sébastien Roblin :

Citation

The national interest

Une histoire triste : De tout temps, l’Occident a abandonné les Kurdes, Trump n’est pas le premier.

par Sébastien Roblin

https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/10/15/the-national-interest-une-histoire-triste-de-tout-temps-loccident-a-abandonne-les-kurdes-trump-nest-pas-le-premier-par-sebastien-roblin/

Edited by jojo (lo savoyârd)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,444
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Chaos
    Newest Member
    Chaos
    Joined
  • Forum Statistics

    20,779
    Total Topics
    1,272,584
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries