Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Opérations au Mali


Recommended Posts

Le 04/07/2023 à 13:03, nemo a dit :

Y a pas 1 milliard 250 millions de candidats au départ (encore heureux). N'y a-t-il des choses à faire ici comme là bas pour que les gens choisissent de ne pas partir? Par exemple tuu parles de réchauffement climatique y a peut être 1 ou 2 trucs à faire ici à ce sujet surtout que les conséquences commencent à être bien évidente.

Le souci est qu'avec leur natalité ils seront >2 milliards en 2050.  D'ici là le réchauffement climatique ne se sera pas arrangé bien au contraire, donc l'envie d'exode sera encore bien plus fort.  Bref ce sujet n'a pas fini de monter en épaisseur.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20230705-mali-l-ex-premier-ministre-mara-demande-des-réponses-aux-autorités-sur-le-départ-de-la-minusma

Pour l’ancien chef du gouvernement, le départ de la Minusma exigera également une réflexion sur l’accord de paix de 2015, mais il dit ne « croire pas à une déflagration sécuritaire dans notre pays. Je ne crois pas non plus à une reprise du conflit avec les groupes armés » signataires de l’accord de paix de 2015. « Je pense que le dialogue direct peut valablement remplacer la présence internationale sous certains aspects et j'en appelle au dialogue direct entre le gouvernement et les groupes armés, afin d'avancer dans la mise en œuvre de l'accord, puisque tout le monde dit qu'il veut mettre en œuvre l'accord. Donc, aujourd'hui, on a clairement l'option qui est ouverte. Maintenant, essayons de poser des actes concrets dans ce sens-là. »

Link to comment
Share on other sites

https://afrique.le360.ma/societe/mali-la-mission-de-lonu-regrette-les-propos-dun-officier-senegalais-contre-larmee_HG45OVI75NA7XJHXEQL5QQDELU/

« Nous n’allons pas accepter d’être malmenés (...) Nous n’avons rien contre nos frères maliens mais ils commencent à nous créer des difficultés », dit en langue wolof l’officier, s’adressant visiblement à d’autres Casques bleus sénégalais.

« Les Sénégalais ne manquent pas de caractère et les Maliens ne sont pas plus courageux que nous. Ils peuvent refuser qu’on parte en mission mais nous n’allons pas accepter d’être leurs jouets », ajoute-t-il sur cette vidéo qui a été partagée massivement sur Facebook et WhatsApp depuis mardi.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Wallaby a dit :

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20230705-mali-l-ex-premier-ministre-mara-demande-des-réponses-aux-autorités-sur-le-départ-de-la-minusma

Pour l’ancien chef du gouvernement, le départ de la Minusma exigera également une réflexion sur l’accord de paix de 2015, mais il dit ne « croire pas à une déflagration sécuritaire dans notre pays. Je ne crois pas non plus à une reprise du conflit avec les groupes armés » signataires de l’accord de paix de 2015. « Je pense que le dialogue direct peut valablement remplacer la présence internationale sous certains aspects et j'en appelle au dialogue direct entre le gouvernement et les groupes armés, afin d'avancer dans la mise en œuvre de l'accord, puisque tout le monde dit qu'il veut mettre en œuvre l'accord. Donc, aujourd'hui, on a clairement l'option qui est ouverte. Maintenant, essayons de poser des actes concrets dans ce sens-là. »

Question : est-ce la Minusma qui interdit le dialogue direct ? Ce serait étonnant.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Boule75 a dit :

Question : est-ce la Minusma qui interdit le dialogue direct ? Ce serait étonnant.

Ce n'est pas comme ça que je comprends le message.

Pour moi, Moussa Mara prend acte du départ de la MINUSMA, anticipe que l'armée malienne sera moins puissante que la MINUSMA, et pour compenser cette faiblesse militaire, le gouvernement malien devra faire des concessions politiques aux Touareg pour obtenir la paix par la diplomatie et non par la dissuasion armée.

Edited by Wallaby
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Wallaby a dit :

Ce n'est pas comme ça que je comprends le message.

Pour moi, Moussa Mara prend acte du départ de la MINUSMA, anticipe que l'armée malienne sera moins puissante que la MINUSMA, et pour compenser cette faiblesse militaire, le gouvernement malien devra faire des concessions politiques aux Touareg pour obtenir la paix par la diplomatie et non par la dissuasion armée.

Perspective inverse : on peut redouter qu'après le départ de Minusma, l'armée malienne, soutenue par ses chers amis anti-colonialistes russes, se sente libre de venir foutre la pâtée à ces sous-hommes pâles du nord. Ca va bien se passer... Et l'Algérie ne bougera pas, du moins le pouvoir algérien.

Edited by Boule75
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Or donc au Mali :

Un malveillant pourrait tenter d'y discerner une forme de cohérence.

  • Thanks 2
  • Sad 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Teenytoon a dit :

Je ne mettrai pas ma main à couper là dessus...

Tu as raison, comme les entreprises françaises qui "pillent l'Afrique", une rhétorique qui a toujours le vent en poupe... Aucun nom, aucune précision, "on" "sait" juste que... Et vous êtes prié d'y croire.

Bref je suis certain qu'ils réussiront à déguiser prigojine avec un bicorne napoléonien et des wagner avec des uniformes en camo centre Europe pour faire croire les kékés qui le voudront bien à tout et n'importe quoi.

Je suis sûr que bientôt ils accuseront les français d'être en réalité des islamistes africains habilement déguisés...

Link to comment
Share on other sites

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/279998-minusma-mission-ecourtee-pour-l-officier-senegalais.html

Le mercredi dernier, un Officier sénégalais de la mission onusienne a tenu des propos déplacés et indignes en langue wolof suite au retrait de la MINUSMA demandé par les autorités maliennes. Sur le compte Twitter de la MINUSMA, une déclaration dénonçant les propos dudit Officier. Il s'appelle MATHIEU SENE, commandant du bataillon sénégalais déployé à Sévaré au compte MINUSMA. 

Selon les informations reçues, "ledit commandant a quitté Sévaré aujourd'hui vendredi 07 juillet 2023 aux environs de 09 h en direction de Bamako, à bord du vol UN UNO 053 P. Sa mission vient d'être écourtée. Il sera rapatrié au SÉNÉGAL le plutôt".

Vu la situation tendue entre la population malienne et la MINUSMA, cette décision prise apaisera la tension.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://malijet.com/la_societe_malienne_aujourdhui/interview_mali/279985-mossadeck-bally-«-la-crise-oblige-les-investisseurs-à-l’attentis.html

Mossadeck Bally, président du Conseil national du patronat du Mali

C’est une crise profonde. Quand un pays est installé dans une crise depuis plus d’une décennie, forcément cela joue sur l’économie. Et lorsque l’économie est impactée, ça joue sur la population parce que ce sont des emplois qui ne sont pas créés. Il y a des entreprises qui ont dû fermer suite à cette longue crise, certaines à cause de la pandémie, d’autres ont été obligées de se restructurer. Tout ceci montre que notre économie, malgré sa résilience, souffre. Les priorités du pays sont d’ordre sécuritaire. L’État investit énormément dans la sécurité, ce que nous comprenons parce que nous sommes en guerre contre le terrorisme. Il y a un effort à faire pour reconstruire l’appareil sécuritaire, ce qui fait qu’il n’y a pas d’investissements dans les autres domaines. Et quand il n’y a pas d’investissements ça veut dire que la commande publique diminue considérablement et les entreprises en pâtissent. Celles qui arrivent à travailler, vu que les efforts financiers sont faits sur l’appareil sécuritaire, ne sont payées à temps.

Nous sommes un pays qui ne produit quasiment rien de tous ce que nous consommons. Par exemple, nous avons des produits agricoles que nous ne transformons pas, tout en continuant d’importer la grande majorité de nos besoins alimentaires. Or la seule et unique façon de développer un pays, c’est de créer de la valeur ajoutée, de créer des emplois et de payer des impôts.

Or, notre pays n’a pas de l’énergie. Vous voyez la période dans laquelle nous sommes. Nous avons moins de 700 megawatts installés dans tout le pays.

Pour produire, il faut former les jeunes. Aujourd’hui, on constate que les jeunes n’ont pas une formation adéquate. La formation dans nos écoles est généraliste et pas assez axée sur la formation technique et professionnelle, scientifique.

Il nous faut des infrastructures. Nous sommes un pays enclavé avec 8.000 km de frontières. Il nous faut des routes pour que tout notre commerce ne transite pas par uniquement un port en haut de 70%, des ponts, des zones industrielles et économiques spécialisées. Ça, on n’a pas.

L’écrasante majorité des entreprises sont dans le secteur informel ; alors que qui dit secteur informel, dit non fiscalisation. Nous voulons une justice fiscale pour que cette économie soit transformée. Le dernier axe, c’est le financement. Moins de 28% des besoins de financement de l’économie sont satisfaits par le système bancaire actuel.

EDM est en quasi faillite parce que très mal gérée. Donc, il faut qu’on restructure l’Énergie du Mali et libéralise la commercialisation. La gestion d’une société anonyme répond à certaines règles. Il faut un conseil d’administration qui est autonome et qui choisit son directeur général. Il faudrait le faire par appel à candidature et choisir le directeur général sur la base de la compétence et d’un contrat de performance sous l’autorité du Conseil d’administration. Il faudrait que l’État ne s’immisce plus dans la gestion de l’EDM, que cette gestion soit vertueuse de type privée et peut-être même ouvrir son capital à des investisseurs maliens. Deuxième recommandation, il y a beaucoup de projets de production d’énergie qui mettent du temps pour être approuvés par l’État. La moyenne pour faire une centrale énergétique au Mali, quand vous êtes un privé et que vous voulez faire un Partenariat public-privé (PPP), c’est entre cinq et dix ans. Il y a des pays ou en deux ans, ils vous font une centrale.

Nous voulons que d’ici la fin de notre mandat de cinq ans, que vraiment les investisseurs étrangers reviennent, que les nationaux reprennent confiance et re-investissent à nouveau, qu’on crée beaucoup d’emplois. Le besoin d’emplois est entre 300.000 et 400.000 par an, selon les statistiques officielles du gouvernement. Or, nous n’en créons que 50.000 par an.

Le Rwanda n’existait quasiment plus en 1994 et aujourd’hui, c’est une fierté africaine. Moi je suis persuadé que l’être humain est capable de surmonter toutes les difficultés. Pour cela, il faut qu’on travaille et arrêter de penser qu’un autre pays va venir faire notre bonheur à notre place. Aucun pays au monde ne peut développer le Mali en lieu et place des Maliens.

  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

12 minutes ago, Wallaby said:

https://malijet.com/a_la_une_du_mali/279998-minusma-mission-ecourtee-pour-l-officier-senegalais.html

Le mercredi dernier, un Officier sénégalais de la mission onusienne a tenu des propos déplacés et indignes en langue wolof suite au retrait de la MINUSMA demandé par les autorités maliennes. Sur le compte Twitter de la MINUSMA, une déclaration dénonçant les propos dudit Officier. Il s'appelle MATHIEU SENE, commandant du bataillon sénégalais déployé à Sévaré au compte MINUSMA. 

Selon les informations reçues, "ledit commandant a quitté Sévaré aujourd'hui vendredi 07 juillet 2023 aux environs de 09 h en direction de Bamako, à bord du vol UN UNO 053 P. Sa mission vient d'être écourtée. Il sera rapatrié au SÉNÉGAL le plutôt".

Vu la situation tendue entre la population malienne et la MINUSMA, cette décision prise apaisera la tension.

Quelques détails dans la dépêche APA (Agence de Presse Africaine) sur la réaction sans fard de cet officier Sénégalais qui en a visiblement plein les bottes des "freres d'armes locaux"

Sur cette vidéo devenue virale depuis mardi dernier, l’officier en question qui est en réalité le second du colonel Mathieu Diogoye Séne, commandant du onzième détachement sénégalais au Mali dont le nom circule depuis quelques heures et qui selon nos informations n’a rien à voir avec cette affaire, critiquait le comportement de certains Maliens à l’égard des casques bleus. Pour lui, depuis le vote par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une Résolution actant le retrait de la Minusma, le 30 juin dernier, les casques bleus sont « malmenés » par leurs frères d’armes du Mali. Avant d’appeler ses hommes à ne pas « manquer de caractère » au cas où ils sont provoqués.  Selon lui, les Maliens ont le droit de leur demander de partir, mais « ils n’accepteront pas d’être traités comme des marionnettes ». Il n’a pas manqué de rappeler que les casques bleus sont actuellement victimes de toutes sortes de tracasseries notamment des restrictions dans les déplacements y compris les patrouilles de routine.

Pourtant, le Conseil de sécurité de l’ONU dans sa déclaration, avait soutenu qu’avant son retrait définitif du Mali prévu au plus tard le 31 décembre prochain, la Minusma pouvait mener quelques activités parmi lesquelles la sécurisation des personnes autour de ses différentes bases. Des propos regrettés par la Minusma qui dit s’en dissocier puisque ne reflétant « en rien sa position ».( Bizarre mais cela ne me surprend pas) 

https://fr.apanews.net/now/mali-lofficier-senegalais-de-la-minusma-renvoye-apres-des-propos-polemiques/

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Wallaby a dit :

https://malijet.com/la_societe_malienne_aujourdhui/interview_mali/279985-mossadeck-bally-«-la-crise-oblige-les-investisseurs-à-l’attentis.html

EDM est en quasi faillite parce que très mal gérée. Donc, il faut qu’on restructure l’Énergie du Mali et libéralise la commercialisation.  [...] Il faudrait que l’État ne s’immisce plus dans la gestion de l’EDM, que cette gestion soit vertueuse de type privée et peut-être même ouvrir son capital à des investisseurs maliens.

Si on rapporte ceci au cas français, autant on ne peut qu'approuver la proposition de restructurer et mieux gérer le secteur énergétique et notamment EDM, autant attendre cela de la libéralisation et de la disparition de l'Etat du secteur est plus critiquable voire douteux dans l'efficacité même comme dans l'adéquation de cette éventuelle réforme avec les besoins du pays.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Patrick a dit :

Tu as raison, comme les entreprises françaises qui "pillent l'Afrique", une rhétorique qui a toujours le vent en poupe... Aucun nom, aucune précision, "on" "sait" juste que... Et vous êtes prié d'y croire.

Bref je suis certain qu'ils réussiront à déguiser prigojine avec un bicorne napoléonien et des wagner avec des uniformes en camo centre Europe pour faire croire les kékés qui le voudront bien à tout et n'importe quoi.

Je suis sûr que bientôt ils accuseront les français d'être en réalité des islamistes africains habilement déguisés...

Tu parles de nos alliés US et leur bras armé culturel Hollywood?

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 58 minutes, gustave a dit :

Tu parles de nos alliés US et leur bras armé culturel Hollywood?

Pas exclusivement. En l'occurrence je constate la coordination de plusieurs acteurs étrangers qui sont étrangement (:rolleyes:) sur la même ligne à ce sujet.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Patrick a dit :

Pas exclusivement. En l'occurrence je constate la coordination de plusieurs acteurs étrangers qui sont étrangement (:rolleyes:) sur la même ligne à ce sujet.

C'était ironique (quoi que), j'aurais dû mettre un emoji...

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, gustave a dit :

C'était ironique (quoi que), j'aurais dû mettre un emoji...

Moi c'était pas ironique du tout.
Il y a conjonction d'intérêts entre certains mouvement woke américains suprémacistes noirs (appelons un chat un chat) associés, ou du moins le croient-ils, aux panafricanistes revanchards en manque de sens à leur vie (mais qui adorent se réfugier en France pour mieux la critiquer) et qui tous deux pondent une propagande digne de celle de la russie, russie qui pour sa part est désireuse d'essayer de s'en prendre aux intérêts français en Afrique.

La question à 1000€ c'est: si on s'en va pour de bon, que diront-ils?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,965
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...