Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Covid-19 - Impact économique mondial


Alexis
 Share

Recommended Posts

Il y a 19 heures, g4lly a dit :

Moi je mets des gant en nitrile quand je bricole de la mécanique ... c'est mieux pour ma peau de bébé ...

Quel genre de mécanique ?

Il y a 2 heures, Rémy a dit :

Bah pour tomber un sanglier au 22, faut se lever tôt :p

Et avec le confinement, ces bestioles déjà en phase d'expansion et de dégâts sur les cultures, vont sans doute s'aventurer un peu plus en ville. Même plus besoin d'aller se mettre dans la boue jusqu'aux genoux ^^

Toujours en trains de ce plaindre ces Gaulois, alors que le sanglier se livre à domicile !

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 17/03/2020 à 21:55, Tancrède a dit :

Conséquence prévisible du coronavirus et des mesures prises par la plupart des Etats touchés, les commerces vendant des produits de première nécessité vont connaître des jours fastueux. Et au premier rang de ces entreprises se trouve Amazon, qui va investir 350 millions, embaucher plus de 100 000 personnes et augmenter les salaires horaires de ses manutentionnaires de 2 dollars (et 2 euros en Europe) pour assurer les flux attendus. Dans quelle mesure, à votre avis, sera-ce juste un moyen de suivre la demande? Et dans quelle mesure cela accroîtra t-il la position déjà très dominante de la société au lendemain de la crise? 

Ce en quoi Amazon est probablement gagnant à moyen à terme avec cette crise, c'est le fait d'avoir réussi à attirer des nouveaux clients qui n'étaient à la base pas intéressés ou favorables à ce type de prestations. Une fois l'épidémie passée, une partie de ces derniers deviendront sans aucun doute des clients réguliers.

Link to comment
Share on other sites

Et autre chose : j'en ai parlé hier avec un client : quid de nos problèmes capillaires ?.....

Castaner va -t-il avoir soudain les cheveux assortis à sa barbe au lieu de les avoir terre de sienne ?

Hollande va t il adopter la coupe Mulet ?

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique chargé de conseiller Emmanuel Macron

  • Le confinement devrait durer au moins 1 mois à supposer que la situation évolue positivement. Les effets du confinement sont sérieusement visible au bout de 2 à 4 semaines ... et nécessitent un mois de plus pour être consolidés.
  • Les test devraient être très largement étendus.
Quote

...

On ira beaucoup plus large. On utilisera dans la population générale une stratégie à la coréenne ou à la singapourienne en nous appuyant sur les populations les plus à risques et les plus âgées qui, si elles présentent un symptôme seront testées immédiatement avec des tests en beaucoup plus grand nombre. C’est ce qu’il faut qu’on arrive à avoir en France.

...

 

  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, g4lly a dit :

Le confinement devrait durer au moins 1 mois à supposer que la situation évolue positivement. Les effets du confinement sont sérieusement visible au bout de 2 à 4 semaines ... et nécessitent un mois de plus pour être consolidés.

45 jours a été le chiffres répandu dans les cadres ++. Mais visiblement Macron veut pouvoir intervenir régulièrement à la télé.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Ca va commencer à coincer avec les frais fixes :

Quid des loyers d'habitation personnelle (qui représentent de nos jours un gros fardeau mensuel )versés à des propriétaires privés ?

 pour mon cas ,professionnellement , Mon Urssaf mensuelle a été suspendue d'office(ils m'ont envoyé un mail pour me prévenir) et EDF Pro de leur propre initiative m'ont également signifié qu ils ne prélèveront pas la prochaine facture prévue du 31, et mon chèque de cotisation retraite trimestrielle (échéance du 15 )n'a pas été encaissé (mais je ne sais pas si c'est qu'ils prennent leur temps ou si c'est vraiment suspendu)

Et vous?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, christophe 38 a dit :

Nous avançons dans le brouillard ; le public n'est pas forcément pret à entendre (comme en Allemagne) que 60% de la population peut choper ce virus (avec 98% de guerison)..

Cela pose d'ailleurs la question des stratégies de communication. Jamais dans l'histoire, ai-je l'impression, nous n'avions eu autant de sources d'information diverses (OMS, UE, Etats, instituts médico-scientifiques, etc.) face à un même enjeu... Quand on a l'OMS qui emploie un certain ton, Macron un autre ton, Merkel encore un autre ton (notamment parce que l'on a des cultures politiques et de gestion de crise très différentes) et que les citoyens reçoivent la diversité de ces messages ... cela pose la question de la réception et de l'acceptabilité du message. L'espace médiatique public est largement mondial, donnant lors de ces épisodes finalement presque autant de poids/légitimité au message d'une Merkel que d'un Macron pour un citoyen français. Cela pose forcément la question des stratégies de communication que l'on peut employer. J'imagine que l'on tirera sûrement des enseignements de cela dans les hautes sphères.

D'ailleurs, j'ai pu focaliser davantage sur le ton employé, mais l'on pourrait également parler de la temporalité du message. Dans la logique allemande, et d'autant plus chez Merkel, on ne communique que rarement dans l'immédiat ou dans les heures qui suivent une crise. Et si c'est le cas, c'est plutôt discret et pas forcément au travers d'une allocution. Souvent, elle communique seulement le lendemain ou surlendemain... ce qui serait bien inconcevable dans beaucoup de cas pour le citoyen français. Forcément, face à l'ampleur médiatique du phénomène, Merkel a dû être amenée à communiquer un peu plus tôt qu'elle ne l'aurait souhaitée, d'autant que d'autres politiques allemands, observant le vide qui commençait à se faire en termes médiatiques face aux messages politiques tenus à l'étranger, commençaient à prendre la parole. Pas improbable que la course à la direction de la CDU ait d'ailleurs influencé la prise de parole médiatique chez certains.

Edited by Skw
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, DrWho a dit :

Quid des loyers d'habitation personnelle

A priori ça ne rentre pas dans le cadre des mesures, cela a été expliqué plusieurs fois, à la télé par exemple. Les salariés vont continuer à recevoir leurs salaires via les mesures chômage partiel et toussa. 

Pour les indépendants qui n'ont plus de revenus, je ne sais pas ce qu'il est prévu. Mais,  depuis novembre 2019, il peuvent bénéficier du chômage (décret n° 2019-796 du 26 juillet 2019 ) il est donc possible que des prestations soient possibles dans ce cadre. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Skw a dit :

Cela pose d'ailleurs la question des stratégies de communication. Jamais dans l'histoire nous n'avions eu autant de sources d'information diverses (OMS, UE, Etats, instituts médico-scientifiques, etc.) face à un même enjeu... Quand on a l'OMS qui emploie un certain ton, Macron un autre ton, Merkel encore un autre ton (notamment parce que l'on a des cultures politiques et de gestion de crise très différentes) et que les citoyens reçoivent la diversité de ces messages ... cela pose la question de la réception et de l'acceptabilité du message. L'espace médiatique public est largement mondial, donnant lors de ces épisodes finalement presque autant de poids/légitimité au message d'une Merkel que d'un Macron pour un citoyen français. Cela pose forcément la question des stratégies de communication que l'on peut employer. J'imagine que l'on tirera sûrement des enseignements de cela dans les hautes sphères.

Là encore ce serait bien d'avoir une coordination mondiale.

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Skw a dit :

Cela pose d'ailleurs la question des stratégies de communication. Jamais dans l'histoire, ai-je l'impression, nous n'avions eu autant de sources d'information diverses (OMS, UE, Etats, instituts médico-scientifiques, etc.) face à un même enjeu... Quand on a l'OMS qui emploie un certain ton, Macron un autre ton, Merkel encore un autre ton (notamment parce que l'on a des cultures politiques et de gestion de crise très différentes) et que les citoyens reçoivent la diversité de ces messages ... cela pose la question de la réception et de l'acceptabilité du message. L'espace médiatique public est largement mondial, donnant lors de ces épisodes finalement presque autant de poids/légitimité au message d'une Merkel que d'un Macron pour un citoyen français. Cela pose forcément la question des stratégies de communication que l'on peut employer. J'imagine que l'on tirera sûrement des enseignements de cela dans les hautes sphères.

D'ailleurs, j'ai pu focaliser davantage sur le ton employé, mais l'on pourrait également parler de la temporalité du message. Dans la logique allemande, et d'autant plus chez Merkel, on ne communique que rarement dans l'immédiat ou dans les heures qui suivent une crise. Et si c'est le cas, c'est plutôt discret et pas forcément au travers d'une allocution. Souvent, elle communique seulement le lendemain ou surlendemain... ce qui serait bien inconcevable dans beaucoup de cas pour le citoyen français. Forcément, face à l'ampleur médiatique du phénomène, Merkel a dû être amenée à communiquer un peu plus tôt qu'elle ne l'aurait souhaitée, d'autant que d'autres politiques allemands, observant le vide qui commençait à se faire en termes médiatiques face aux messages politiques tenus à l'étranger, commençaient à prendre la parole. Pas improbable que la course à la direction de la CDU ait d'ailleurs influencé la prise de parole médiatique chez certains.

le souci que j'y vois, c'est Internet : l'information circule à la vitesse du clic de souris, pas toujours valide, pas toujours verifiée, avec des pseudos experts..

bref, c'est anxiogène.

Là où il faudrait prendre le temps de reflechir, les citoyens veulent des annonces exactes et immédiates... choses diamétralement opposées.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, DrWho a dit :

Quid des loyers d'habitation personnelle (qui représentent de nos jours un gros fardeau mensuel )versés à des propriétaires privés ?

Comme dit plus haut, les salaires étant maintenus (le plus largement possible, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il n'y aura pas des ratés (*)), les loyers d'habitations privées devraient l'être aussi. Cela évitera de mettre dans la mouise des petits propriétaires dont les loyers collectés sont les seuls revenus (j'en connais).

L'un des soucis, cependant, concerne les déménagements prévus pendant la période et pour lesquels le gouvernement a dit qu'il faudrait s'arranger à l'amiable entre locataires et bailleurs, puisque le confinement a gelé la situation et interdit les mouvements. En effet, le locataire pourrait se trouver en situation de devoir honorer deux loyers simultanément - ou bien l'un des propriétaires en situation de ne pas percevoir son loyer, voire d'annuler le bail qui n'aurait pas pris effet. C'est une situation marginale, mais qui posera des difficultés effectives réelles.

(*) pour les ratés, vis à vis des salaires, j'en vis un personnellement : mon fils devait commencer à bosser dans une école lundi dernier. Vendredi dernier, après l'annonce de la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités, la commune de l'Ecole l'a appelé pour lui dire que c'était pas la peine de venir lundi ... et comme le contrat devait être signé à son arrivée, bah c'est retour à la case chômage sans indemnité ni salaire. Pas de bol ...

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Et les transactions immobilières en berne... Mon épouse vient de voir une promesse d'embauche "suspendue", après  qu'elle ait donné sa démission de l'autre côté bien sûr. J'ai bien essayé de la convaincre de retirer sa démission compte tenu des "circonstances exceptionnelle", elle n'y croit pas trop ; allez comprendre :-|

---

Chiffres de l'emploi attendus pour mars aux USA : 1.000.000 de chômeurs en plus.

  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, christophe 38 a dit :

bref, c'est anxiogène.

Ce n'est pas le seul problème. L'anxiété exagérée c'est un risque, la tête dans les nuages en est un autre.

L'information non solidement établie et fondée risque tout autant d'aller vers trop d'insouciance que vers trop d'angoisse.

En pratique, jusqu'à il y a peu c'était l'excès d'insouciance qui était le risque principal. Il me semble que le balancier est en train d'aller assez rapidement dans l'autre sens. Et peut-être bien vers l'autre excès oui - pour moi on est encore assez loin d'y être.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, FATac a dit :

(*) pour les ratés, vis à vis des salaires, j'en vis un personnellement : mon fils devait commencer à bosser dans une école lundi dernier. Vendredi dernier, après l'annonce de la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités, la commune de l'Ecole l'a appelé pour lui dire que c'était pas la peine de venir lundi ... et comme le contrat devait être signé à son arrivée, bah c'est retour à la case chômage sans indemnité ni salaire. Pas de bol ...

il y a 31 minutes, Boule75 a dit :

Et les transactions immobilières en berne... Mon épouse vient de voir une promesse d'embauche "suspendue", après  qu'elle ait donné sa démission de l'autre côté bien sûr. J'ai bien essayé de la convaincre de retirer sa démission compte tenu des "circonstances exceptionnelle", elle n'y croit pas trop ; allez comprendre :-|

Bon courage à vous et vos proches, puis à celles/ceux qui auront à faire face aux difficultés économiques... Côté recherche, j'ai pu commencer à observer des délais repoussés de six mois (remise à l'automne 2020 plutôt qu'au printemps 2020) pour la soumission aux appels à projets de recherche. On peut dire que ce n'est pas si grave dans l'immédiat, mais on risque d'avoir quelques difficultés à financer des doctorants, postdoctorants et autres cdd - dépendants pour beaucoup de ces sources de financement - dans quelques mois. Avec également une latence importante dans la production scientifique... puisque la recherche dépend dans les faits assez largement de ces contrats à durée déterminée dans le contexte français.

Edited by Skw
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, Alexis a dit :

Ce n'est pas le seul problème. L'anxiété exagérée c'est un risque, la tête dans les nuages en est un autre.

L'information non solidement établie et fondée risque tout autant d'aller vers trop d'insouciance que vers trop d'angoisse.

C'est l'habituelle difficulté dans ce genre de situation garder la tête froide, aller à l'essentiel, oublier l'accessoire et voir à long terme ...

Aujourd'hui dans le domaine sanitaire les deux impératifs sont de lisser la courbe et de préserver le potentiel soignant humain et matériel sur une durée de plusieurs semaines. Pour l'économique c'est maintenir un système quasiment à l'arrêt sous perfusion le temps qu'il faudra ...

Le reste fait partie du second plan.

La difficulté étant bien sûr de déterminer ce qui relève de l'essentiel et de l'accessoire ... et de s'y préparer ( et là ...)

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,950
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Trajan
    Newest Member
    Trajan
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...