Tancrède

Adaptation structurelle au terrorisme

Recommended Posts

Une efficacité énergétique supérieure à 100% c'est impossible!

 

Si ;) regarde ta chaudière a condensation elle est vendu pour 105% probablement.

 

La base de calcul c'est le le pouvoir calorifique du combustible ... qui n'integre pas la chaleur latente. Si tu récuperes la chaleur latente tu peux donc passer au-dela de 100%. Et comme la PCI c'est ce qui est facturé, c'est bien le calcul valable économiquement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça m'intéresse cette indépendance énergétique à l'échelle d'une commune, tu as des articles ou des sites à partager ?

 

Essaie des recherches autour du micro-grid je pense que cela relève du même concept. Ce sont également des solutions qui pourraient rapidement évoluer et prendre plus de maturité avec une potentielle démocratisation de la technologie des batteries et des systèmes power-to-gaz associés aux énergies renouvelables (intermittentes). Il semblerait que la rentabilité de ces modèles par rapport à la production - distribution traditionnelle s'accroisse toujours davantage du fait de l'évolution technologique et jusqu'à quelques jours, l'accroissement des prix énergétiques (qui redémarrera dans quelques années, c'est presque certain).

Edited by Chronos

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voila "microgrid" et "microgeneration" sont les concept de base des solution d’autonomie locale. C'est valable aussi bien pour une seule maison - isolé en général -, un petit hameau ou une une petit ville.

 

Fouille aussi du coté "Distributed cogeneration".

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si tu veux de la résilience énergétique il faut plus que deux panneau solaire.

En allemagne et dans le nord de l'Europe de nombreuse commune sont autonome en énergie. Elles s'équipe avec des centrales cogénération. Une turbine a gaz produit un travail qui alimente un alternateur. La chaleur perdu par la TAG sert a alimenter en vapeur une turbine basse pression qui peut alimenter soit un autre alternateur soit des systeme de production de froid par exemple. La vapeur sortante sert enfin a produire l'eau de chauffage collective. On obtient avec des solutions a condensation des efficacité énergétique de 100% ou plus.

Bien sur ca impose de stocker du gaz/pétrole/charbon pour alimenter la TAG/Diesel/chaudiere.

C'est un exemple de vulnérabilité que tu me montres ?

Le terroriste peut se contenter de faire exploser le réservoir de carburant (et faire beaucoup de dégâts) ou la TAG et plonger un village dans le froid. Et vu qu'il y a beaucoup de centrale électrique, l'Etat n'a plus les moyens de toutes les protéger.

J'ai l'impression qu'un grand nombre de centrale électrique "moyenne" est un moyen d'avoir une bonne résilience énergétique face à un cataclysme naturel, mais pas face à des terroristes.

En Europe on est tres peu sensibilisé a ces probleme de résilience en cas de catastrophe, parce qu'on a jamais de catastrophe. Pas de blizzard, pas de tornade, pas de froid polaire, des systeme de distribution d'énergie et des communication remarquablement fiable.

En gros on a jamais eu a s'adapter a ce genre de "menace" quel soit humaine ou "naturelle".

C'est sur que le paysan américain disposant d'un abri lui permettant de résister à une tornade dispose quasiment d'un abri anti-nucléaire (ou au moins anti-aérien) Et dans les régions ou l'on ne peut pas se fier à l'EDF local, je crois que l'on peut profiter d'une bonne résilience grâce aux groupe électrogène.
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est sur qu'une attaque terroriste sur la citerne de trifouilli les oie ca va faire causer dans le journal local :lol:

 

Ces solutions de "microgeneration" "microgrid" "distributed cogeneration" sont tres serieusement envisagées par les armée pour s'alimenter elle même tellement c'est résilient.

 

Accessoirement ça n’empêche pas d’être connecté en plus a un réseau plus vaste comme backup, ou pour revendre le trop plein.

 

Idéalement dans cette config chaque automobiliste avec sa voiture hybride sert aussi de générateur, soit en déchargeant sa batterie soit carrément en faisant tourner le moteur pour produire du courant. C'est très courant au japon le power 2 home, c'est une garantie d'approvisionnement électrique complétement autonome pendant plusieurs jours sur un seul plein.

 

On a la même chose pour la microgénération, qui peut être destiné qu'a quelques habitation, ainsi un village peu mutualiser 5 ou 10 cogénérateur par exemple. Un village agricole pouvant produire son propre biogaz avec des reste agricole etc.

 

C'est très développé au Japon notamment pour ne pas subir les multiple catastrophe naturelle, de meme en Finlande Norvège, en Amérique du sud, et en Allemagne. Et ca marche bien.

 

En France un pauvre abruti qui donne un coup de pelleteuse au mauvais endroit te fait tomber tout le réseau, pas besoin de terroriste :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant l'indépendance énergétique, l'île El Hierro (Îles Canaries) sera bientôt totalement autonome en énergie grâce au pompage turbinage assisté par des éoliennes.

Il faut dire que le mistral et le relief leurs sont favorables.

 

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/developpement-durable-ile-el-hierro-bientot-totalement-autonome-energie-44372/

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est sur qu'une attaque terroriste sur la citerne de trifouilli les oie ca va faire causer dans le journal local :lol:

 

Ces solutions de "microgeneration" "microgrid" "distributed cogeneration" sont tres serieusement envisagées par les armée pour s'alimenter elle même tellement c'est résilient.

 

Accessoirement ça n’empêche pas d’être connecté en plus a un réseau plus vaste comme backup, ou pour revendre le trop plein.

 

Idéalement dans cette config chaque automobiliste avec sa voiture hybride sert aussi de générateur, soit en déchargeant sa batterie soit carrément en faisant tourner le moteur pour produire du courant. C'est très courant au japon le power 2 home, c'est une garantie d'approvisionnement électrique complétement autonome pendant plusieurs jours sur un seul plein.

 

On a la même chose pour la microgénération, qui peut être destiné qu'a quelques habitation, ainsi un village peu mutualiser 5 ou 10 cogénérateur par exemple. Un village agricole pouvant produire son propre biogaz avec des reste agricole etc.

 

C'est très développé au Japon notamment pour ne pas subir les multiple catastrophe naturelle, de meme en Finlande Norvège, en Amérique du sud, et en Allemagne. Et ca marche bien.

 

En France un pauvre abruti qui donne un coup de pelleteuse au mauvais endroit te fait tomber tout le réseau, pas besoin de terroriste :lol:

 

Justement je n'ai jamais compris pourquoi on ne faisait pas de cogénération en France, surtout lorsque l'on sait ce que ça peut rapporter à un agriculteur (et le situation dans laquelle sont beaucoup des notre).

Et finalement en parlant avec un pote chimiste il m'a fait comprendre que c'était un système très complexe et dangereux car très instable chimiquement et biologiquement. Qu'en fait on n'entendait jamais parler de ça mais que ça explosait fréquemment. Que c'était très cher à cause de la sécurité et du suivit qu'il faut donc effectuer. Que lorsque ça explosait forcément tout le monde se retrouve dans le noir et le froid (pas super en hiver par -15 ou 30) pendant longtemps. Que les pouvoirs publiques conscients des risques et des couts laissaient les citoyens acheter ça avec leurs deniers pour ne pas mettre un rond dedans, à la manière des éoliennes (c'est tout de même une sacré bulle qui va ruiner du monde tout ça). Que ça produisait finalement pas une énergie si bon marché.

En fait c'est surtout un moyen pour les pouvoir publique de faire des économies sur le réseau et les services publiques.

 

"T'habite loin de tout ? Et bah vas-y achète cette superbe centrale cogénération. comme ça c'est toi qui va ramasser les merdes, on n'a pas besoin de créer un réseau et de déployer des services publiques et en plus nos industrielles gagnent de la tune. citoyen de seconde zone va !"

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les choses évoluent comme je disais et cela change lentement. Même les majors européennes de distribution sont en train de se rendre compte que leur modèle production - distribution est globalement condamné à moyen terme. Il est cependant difficile à modifier car il implique une redéfinition complète de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et de l'immobilier en général.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"T'habite loin de tout ? Et bah vas-y achète cette superbe centrale cogénération. comme ça c'est toi qui va ramasser les merdes, on n'a pas besoin de créer un réseau et de déployer des services publiques et en plus nos industrielles gagnent de la tune. citoyen de seconde zone va !"

T'iras expliquer ca aux Breton qui veulent le beurre l'argent du beurre et le cul de la crémiere par exemple.

- pas de centrale nucléaire, beurrrk caca

- du chauffage électrique parce que c'est moins cher a acquerir et qu'il fait jamais froid en bretagne

- les premiers a gueuler quand le réseau tombe et qu'ils vivent dans le noir a cause de le comportement de parasite.

...

Accessoirement la cogénération n'implique pas nécessairement la méthanisation ... mais avec la quantité d'algue verte qu'ils produisent les bretons pourrais surement alimenter la France entière en énergie :lol:

Tu remarquera aussi que la sous France loin des lieu de production électrique c'est aussi la France des grande ville qui ne veulent pas de centrale nucléaire ou meme thermique a leur porte parce que c'est sale...

Pour la méthanisation ca marche tres bien partout ... sauf en France, a croire qu'on est vraiment trop con. Les allemands eux font leur beurre avec. Il produise bio, nous le revende une fortune, méthanise produise de l'électricité nous la revende une fortune :lol:

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'iras expliquer ca aux Breton qui veulent le beurre l'argent du beurre et le cul de la crémiere par exemple.

- pas de centrale nucléaire, beurrrk caca

- du chauffage électrique parce que c'est moins cher a acquerir et qu'il fait jamais froid en bretagne

- les premiers a gueuler quand le réseau tombe et qu'ils vivent dans le noir a cause de le comportement de parasite.

...

Accessoirement la cogénération n'implique pas nécessairement la méthanisation ... mais avec la quantité d'algue verte qu'ils produisent les bretons pourrais surement alimenter la France entière en énergie :lol:

Tu remarquera aussi que la sous France loin des lieu de production électrique c'est aussi la France des grande ville qui ne veulent pas de centrale nucléaire ou meme thermique a leur porte parce que c'est sale...

Pour la méthanisation ca marche tres bien partout ... sauf en France, a croire qu'on est vraiment trop con. Les allemands eux font leur beurre avec. Il produise bio, nous le revende une fortune, méthanise produise de l'électricité nous la revende une fortune :lol:

 

Oui je suis entièrement d'accord !

D'ailleurs avec tous leurs élevages de porcs et leurs algues vertes, les bretons pourraient faire de la cogénération c'est sûr. Sauf que ! Sauf que ça coute la peau du cul, alors forcément si l'état pouvait donner des subventions... :rolleyes:

 

Je propose de faire comme les allemands et de les leur faire acheter eux même, en faisant miroiter un rentabilité bidon, comme ça dans 5 ans ils sont tous ruinés et vont venir pleurer pour qu'on installe une belle centrale nuke :lol:

 

De toute façon le beurre comme le cul de la crémière (et le cidre) c'est normand donc ils n'y toucheront pas ! :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et finalement en parlant avec un pote chimiste il m'a fait comprendre que c'était un système très complexe et dangereux car très instable chimiquement et biologiquement. Qu'en fait on n'entendait jamais parler de ça mais que ça explosait fréquemment.

Ah bon ? L'énergie c'est dangereux ?

Tous les ans il y a des centaines de morts à cause de l'énergie, que ce soit à cause de la récolte d'énergie (dans les mines de charbon, de pétrole...) de son transport (par électrocution, fuite de gaz ...) de son stockage (explosion d'une citerne, d'un barrage hydraulique...) ou de son exploitation. A ce niveau le nucléaire en plus d'être une des énergie les moins cher (au KW quand on arrive à en vendre des GigaW) et une des plus sur (enfin jusqu'à présent, s'il y a un gros accident, ça va fausser les statistiques)

Sinon, en autre proposition d'adaptation structurelle :

Restauration d'un service "militaire" obligatoire et pour tous. Donc il y a 800 000 jeunes à occuper.

- on en affecte 250 000 à la sécurité civile (doublement des effectifs de pompier) ce qui permettra d'être plus réactif et efficace en cas d'acte terroriste pour en limiter les dégâts.

- on en affecte jusqu'à 300 000 à l'armée (de terre principalement) qui seront formé surtout aux missions de "police" et de contrôle de foule, cela permettra de s'en servir pour des missions de type vigipirate ou de protection de site sensible (des centrales nucléaires ...) Accessoirement si l'on entre en guerre (officiellement donc avec l'accord du parlement) contre un pays "terroriste" et qu'on veut l'occuper, on aura des troupes spécialisées dans l'occupation (je suppose que l'armée ennemie aura pu être traité par le corps "d'élite" remplaçant notre armée pro actuelle)

- on en affecte 200 000 à la police (municipale et nationale) et la gendarmerie, cela permettrait quasiment de doubler les effectifs.

- on affecte le reste à l'éducation nationale (pion, effectif supplémentaire dans les garderies ...) ils ont déjà plus d'un million d'employés, ils pourront bien occuper quelques milliers de jeunes adultes. L'objectif (en plus d'utiliser les effectifs dont je ne vois pas l'utilité ailleurs) serait d'améliorer l'encadrement des élèves pour empêcher qu'ils ne deviennent des terroristes.

Ce service permettrait aussi d'encadrer pendant presque un an les jeunes et donc de les former un minimum pour qu'ils aient une première expérience avant de se trouver un travail et donc de faciliter leur intégration ou au minimum d'identifier plus sérieusement ceux qu'il faut surveiller. (et évidement dans ce cas on ne les affecterait pas à l'armurerie)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah bon ? L'énergie c'est dangereux ?

Tous les ans il y a des centaines de morts à cause de l'énergie, que ce soit à cause de la récolte d'énergie (dans les mines de charbon, de pétrole...) de son transport (par électrocution, fuite de gaz ...) de son stockage (explosion d'une citerne, d'un barrage hydraulique...) ou de son exploitation. A ce niveau le nucléaire en plus d'être une des énergie les moins cher (au KW quand on arrive à en vendre des GigaW) et une des plus sur (enfin jusqu'à présent, s'il y a un gros accident, ça va fausser les statistiques)

 

C'est sûr que qui dit énergie dit danger. D'un autre côté, certains cherchent les problèmes : nos chers ingénieurs du CEA sont repartis, pour les réacteurs de 4e génération qui pourraient voir le jour vers 2050, alors même qu'Areva rame pour finaliser les deux premiers EPR tant c'est complexe, à imaginer des centrales au sodium, le machin super-corosif qui explose et qui brûle dès qu'il peut. Ils me navrent.

C'est déjà à cause du sodium qu'il a fallu arrêter Super-Phénix.

 

Sinon, en autre proposition d'adaptation structurelle :

Restauration d'un service "militaire" obligatoire et pour tous. Donc il y a 800 000 jeunes à occuper.

- on en affecte 250 000 à la sécurité civile (doublement des effectifs de pompier) ce qui permettra d'être plus réactif et efficace en cas d'acte terroriste pour en limiter les dégâts.

- on en affecte jusqu'à 300 000 à l'armée (de terre principalement) qui seront formé surtout aux missions de "police" et de contrôle de foule, cela permettra de s'en servir pour des missions de type vigipirate ou de protection de site sensible (des centrales nucléaires ...) Accessoirement si l'on entre en guerre (officiellement donc avec l'accord du parlement) contre un pays "terroriste" et qu'on veut l'occuper, on aura des troupes spécialisées dans l'occupation (je suppose que l'armée ennemie aura pu être traité par le corps "d'élite" remplaçant notre armée pro actuelle)

- on en affecte 200 000 à la police (municipale et nationale) et la gendarmerie, cela permettrait quasiment de doubler les effectifs.

- on affecte le reste à l'éducation nationale (pion, effectif supplémentaire dans les garderies ...) ils ont déjà plus d'un million d'employés, ils pourront bien occuper quelques milliers de jeunes adultes. L'objectif (en plus d'utiliser les effectifs dont je ne vois pas l'utilité ailleurs) serait d'améliorer l'encadrement des élèves pour empêcher qu'ils ne deviennent des terroristes.

Ce service permettrait aussi d'encadrer pendant presque un an les jeunes et donc de les former un minimum pour qu'ils aient une première expérience avant de se trouver un travail et donc de faciliter leur intégration ou au minimum d'identifier plus sérieusement ceux qu'il faut surveiller. (et évidement dans ce cas on ne les affecterait pas à l'armurerie)

 

Objectifs louables certainement. On pourrait rajouter des choses économiquement non-viables - au moins à court terme - mais qui pourraient utilement bénéficier d'une main d’œuvre importante, comme l'entretien ou le débroussaillage de certaines forêts, la restauration de terrasses en montagne dans des zones où elles stabilisent le terrain, peut être la lutte "manuelle" contre certaines espèces invasives... et peut être d'autres plus porteuses économiquement mais que l'Etat ne peut pas se payer : réhabilitation de certaines prisons, efficacité énergétique des bâtiments publics, effacement de friches industrielles, réhabilitation de maisons abandonnées dans certaines campagnes (il y en a !), entretien des parcs naturels ou des digues... L'idéal est que ces travaux aient un sens pour la collectivité.

 

Problème : ça coûte un bras, ça fait concurrence au privé, ça va à l'encontre du mantra "tout travail vaut rémunération". Il faut trouver des tâches intensives en main d’œuvre, idéalement en main d’œuvre pas trop qualifiée : ce n'est pas ce vers quoi l'économie va. Par contre la capacité à travailler bien, efficacement, bien coordonnés, rigoureusement, ça c'est une qualification en soit.

 

Et il va falloir administrer, encadrer, former et, n'en doutons pas, surveiller tout ce monde là...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce que propose Boule75 parait ''gros'' mais on retomberait dans les effectifs des années 70/80 alors que la France étaient moins peuplé. Bon, la, c'est que le reste de l'UE prend peur devant ce qui serait la plus nombreuse armée de l'OTAN (hors Turquie)  :happy:

Edited by collectionneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah bon ? L'énergie c'est dangereux ?

Tous les ans il y a des centaines de morts à cause de l'énergie, que ce soit à cause de la récolte d'énergie (dans les mines de charbon, de pétrole...) de son transport (par électrocution, fuite de gaz ...) de son stockage (explosion d'une citerne, d'un barrage hydraulique...) ou de son exploitation. A ce niveau le nucléaire en plus d'être une des énergie les moins cher (au KW quand on arrive à en vendre des GigaW) et une des plus sur (enfin jusqu'à présent, s'il y a un gros accident, ça va fausser les statistiques)

Sinon, en autre proposition d'adaptation structurelle :

Restauration d'un service "militaire" obligatoire et pour tous. Donc il y a 800 000 jeunes à occuper.

- on en affecte 250 000 à la sécurité civile (doublement des effectifs de pompier) ce qui permettra d'être plus réactif et efficace en cas d'acte terroriste pour en limiter les dégâts.

- on en affecte jusqu'à 300 000 à l'armée (de terre principalement) qui seront formé surtout aux missions de "police" et de contrôle de foule, cela permettra de s'en servir pour des missions de type vigipirate ou de protection de site sensible (des centrales nucléaires ...) Accessoirement si l'on entre en guerre (officiellement donc avec l'accord du parlement) contre un pays "terroriste" et qu'on veut l'occuper, on aura des troupes spécialisées dans l'occupation (je suppose que l'armée ennemie aura pu être traité par le corps "d'élite" remplaçant notre armée pro actuelle)

- on en affecte 200 000 à la police (municipale et nationale) et la gendarmerie, cela permettrait quasiment de doubler les effectifs.

- on affecte le reste à l'éducation nationale (pion, effectif supplémentaire dans les garderies ...) ils ont déjà plus d'un million d'employés, ils pourront bien occuper quelques milliers de jeunes adultes. L'objectif (en plus d'utiliser les effectifs dont je ne vois pas l'utilité ailleurs) serait d'améliorer l'encadrement des élèves pour empêcher qu'ils ne deviennent des terroristes.

Ce service permettrait aussi d'encadrer pendant presque un an les jeunes et donc de les former un minimum pour qu'ils aient une première expérience avant de se trouver un travail et donc de faciliter leur intégration ou au minimum d'identifier plus sérieusement ceux qu'il faut surveiller. (et évidement dans ce cas on ne les affecterait pas à l'armurerie)

Génial, comme ça les candidats au Jihad n'ont même plus besoin d'aller en Syrie pour apprendre le maniement des armes et la manoeuvre d'infanterie, ils sont directement formés à domicile...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que la solution c'est plutôt de trouver du travail à 800000 jeunes, sortir 250000 personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté de leur précarité économique, construire 200000 logements pour les faire vivre dans des conditions décentes, et réformer nos institutions de façon à ce que 300000 se sentent impliqués et reconnus dans l'avenir politique de leur pays. Et là avec des gens qui ont un travail, un logement, qui se sentent acteurs de la destinée de leur pays qui ont donc un avenir, peut être le problème se résorberait de lui même.

Je suis né dans l'est de la France, dans un quartier plein d'immigrés économiques, magrébins, yougoslaves etc. Tout le monde travaillaient chez peugeot ou ses fournisseurs, habitaient des HLM neufs, ou des petites maisons individuelles, et il n'y avait pas de pbs de délinquence, de communautarisme, de clochards ou je sais pas quoi .

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plutot que la reserve actuelle il serait peut etre utile de créer une reserve pro avec des contrats de cinq ans pour des militaires qui quiteraient l'active, ce serait une force mature et aguerris et a meme de remplir les missions du vigipirate actuel et d'un nouveau avec un cadre élargi a définir.

bonjour

 

 

est ce viable ?

je ne rale pas, je pose le probleme.

 

Tu as fini ton engagement depuis 2 ans.

Tu es réserviste (en cas d'invasion, ou de gros coup)...

Tu as retrouvé un emploi.

Donc, tu vas mettre ton emploi entre parenthèses pour la reserve militaire ?

qui va payer (ta réserve) ? payer, c'est maintenir ton train de vie, c'est que tu gagnes autant qu'avant pour faire face à tes échéances, tes impôts...

 

Ton patron pourra t il garder longtemps un employé qui fonctionne par intermittence, tantôt dans la boite tant avec l'armée ?

si tu es blessé (au cours de Vigipirate), ton emploi....

 

bref, ça existe déjà avec la Police (nationale) : il y a 2 sortes de réserve :

la reserve contractuelle ; tu signes un contrat d'exclusivité avec la police (en clair, tu ne bosses pas à coté, tu dois etre dispo pour quand on te rappelle), sur une base de 85 euros par jour de 8h (et quand tes gestionnaires ne sont pas trop cons, et que tu fais 40 heures en 3 jours, ils te comptent 5 journées de 8 h (parce que les heures supp et les heures de nuit sont contractuellement interdites)

et la réserve obligatoire ; là, c'est le rappel sur ordre du ministre. (je ne connais pas la rémunération)

 

les deux prennent effet au moment de la retraite (donc, pour les flics, entre 52 ans (au plus tot) et 60 ans, maxi, sous réserve d'aptitude physique.

l'avantage, c'est que, comme pour les milis, ils connaissent le job.

l’inconvénient, c'est que parfois, le métier est loin derrière et la forme physique n'est plus forcement là (pour ne pas écrire que les plus efficaces ont tourné la page et ceux qui se mettent à bosser n'ont jamais fait des étincelles durant leur période active)

Edited by christophe 38

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah bon ? L'énergie c'est dangereux ?

Tous les ans il y a des centaines de morts à cause de l'énergie, que ce soit à cause de la récolte d'énergie (dans les mines de charbon, de pétrole...) de son transport (par électrocution, fuite de gaz ...) de son stockage (explosion d'une citerne, d'un barrage hydraulique...) ou de son exploitation. A ce niveau le nucléaire en plus d'être une des énergie les moins cher (au KW quand on arrive à en vendre des GigaW) et une des plus sur (enfin jusqu'à présent, s'il y a un gros accident, ça va fausser les statistiques)

Sinon, en autre proposition d'adaptation structurelle :

Restauration d'un service "militaire" obligatoire et pour tous. Donc il y a 800 000 jeunes à occuper.

- on en affecte 250 000 à la sécurité civile (doublement des effectifs de pompier) ce qui permettra d'être plus réactif et efficace en cas d'acte terroriste pour en limiter les dégâts.

- on en affecte jusqu'à 300 000 à l'armée (de terre principalement) qui seront formé surtout aux missions de "police" et de contrôle de foule, cela permettra de s'en servir pour des missions de type vigipirate ou de protection de site sensible (des centrales nucléaires ...) Accessoirement si l'on entre en guerre (officiellement donc avec l'accord du parlement) contre un pays "terroriste" et qu'on veut l'occuper, on aura des troupes spécialisées dans l'occupation (je suppose que l'armée ennemie aura pu être traité par le corps "d'élite" remplaçant notre armée pro actuelle)

- on en affecte 200 000 à la police (municipale et nationale) et la gendarmerie, cela permettrait quasiment de doubler les effectifs.

- on affecte le reste à l'éducation nationale (pion, effectif supplémentaire dans les garderies ...) ils ont déjà plus d'un million d'employés, ils pourront bien occuper quelques milliers de jeunes adultes. L'objectif (en plus d'utiliser les effectifs dont je ne vois pas l'utilité ailleurs) serait d'améliorer l'encadrement des élèves pour empêcher qu'ils ne deviennent des terroristes.

Ce service permettrait aussi d'encadrer pendant presque un an les jeunes et donc de les former un minimum pour qu'ils aient une première expérience avant de se trouver un travail et donc de faciliter leur intégration ou au minimum d'identifier plus sérieusement ceux qu'il faut surveiller. (et évidement dans ce cas on ne les affecterait pas à l'armurerie)

Plutôt qu'un service militaire, il vaudrait mieux un service civique. Par exemple, ma compagne, pas du tout fana de tout ce qui touche à la sphère militaire, aurait bien voulu en faire un, si il était imposé, à la manière d'un SMA par exemple. Dans les écoles de commerce, (ce qu'elle a fait), on incite à des actions humanitaires, qui sortent un peu du cadre des études, c'est apprécié.

Ici, au Canada, en Alberta, le bénévolat est même particulièrement recommandé pour commencer son intégration sur le marché du travail, c'est souvent LA piste principale pour décrocher un boulot, aussi bien pour l'albertain que pour l'étranger, quand on n'a pas de réseau digne de ce nom. En France, ce genre de 3ème voie semble assez inexistant, rien de systématique en tout cas.

 

On évite aussi de donner comme dit Hadriel, des cours à domicile d'infanterie, à certains cas...

 

Une masse de conscrits n'apporterait rien en temps de guerre moderne. La technologie nous permet de frapper sans être pratiquement au sol, évitant les bourbiers prévisibles à base de guérillas adverses, de dommages collatéraux sur les populations, même avec des armements de précision métrique.

 

Alors c'est sur que cela a un coût, ce duo airpower/infanterie d'Elite-Désignatrice d'objectifs, mais on s'évite des boucheries humaines inutiles aussi... Entre le coût de formation d'un soldat pro, la pension pour la veuve etc, pas sur que ca vaille le coup de refaire Verdun. Les saignements démographiques des grandes guerres ont participé au déclassement de certains pays européens... Surtout que si les acteurs locaux ne veulent pas agir d'eux-mêmes, il n'y a jamais de solution politique long-terme viable, et les morts deviennent des morts inutiles. La chose militaire n'est qu'un outil, pas une fin.

 

On n'a plus la masse de gens pour des grosses opérations d'envergure, on ne peut même plus faire confiance à certains gars du 1eRpima alors... imaginer envoyer certains conscrits genre service long au sol en Irak par exemple ? ils manqueront à l'appel un jour ou l'autre, c'est certain...

 

Ta liste de chiffres ressemble à un inventaire à la Prévert où à la Candide mais dans les faits, cela me semble peu réalisable. Il y a énormément de profils qui sont tout simplement inadaptés. Par exemple, dans mon métier, en boulangerie, lorsque j'étais encore en France à Paris, j'avais le droit à des questions inouies, bêtes et méchantes, du genre tables de multiplication, des phrases simples en français... pourquoi ? parce que beaucoup de candidats à un poste ne savent pas écrire ou parler correctement la langue, ne savent pas faire 6*8 dans leur tête, n'ont même pas le brevet, pas validé de formation pro en lycée technique, etc... Pourtant on parle de boulange hein, pas un métier hyper complexe de la-mort-qui-tue, n'importe qui se levant le matin pour s'y initier 8h par jour pendant 6 mois peut acquérir les bases du boulot et décrocher un poste dans une grande ville.

 

Pourtant, des moyens d'apprentissage sont là, il y en a partout, mais faut encore vouloir se sortir les doigts... Et les jeunes d'aujourd'hui sont sont sans doute moins souples que ceux d'hier, d'autant que côté patrons, il y a certainement un cours de management humain à leur fournir, notamment les petites structures... en tout cas, en France.

En tout cas, tant qu'il n'y aura pas un processus de déconstruction des banlieues ghettos, à bâtir sur des décennies, je doute qu'il y ait des changements salvateurs.

Edited by Rémy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plutôt qu'un service militaire, il vaudrait mieux un service civique. Par exemple, ma compagne, pas du tout fana de tout ce qui touche à la sphère militaire, aurait bien voulu en faire un, si il était imposé, à la manière d'un SMA par exemple. Dans les écoles de commerce, (ce qu'elle a fait), on incite à des actions humanitaires, qui sortent un peu du cadre des études, c'est apprécié.

C'est en général ce qu'on appel un service national. Dans lequel il y a un éventail de service a rendre, éventail qu'on peut ventiler en fonction des besoins. Dans l'ancien service nationale il y a avait déjà pas mal d'option "non militaire", on pourrait les développer encore plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plutôt qu'un service militaire, il vaudrait mieux un service civique.

J'ai écrit militaire, mais en pratique ce serait plus un service national qu'une (forte) minorité passera à l'armée.

Ta liste de chiffres ressemble à un inventaire à la Prévert où à la Candide mais dans les faits, cela me semble peu réalisable.

En fait je suis parti à l'envers. L'idéal serait d'avoir des besoins représentant presque une classe d'âge et d'en déduire un service national. Mais je ne suis pas sur qu'on ait des besoins justifiants le coût d'un service national. Pourtant on a "besoin" d'un service national pour donner un premier emploi et une première expérience (ça correspond à un premier CDD de 1 an) tout en complétant leur formation et en facilitant l'intégration.

A partir d'une classe d'âge (donc 800 000 personnes) il faut trouver de quoi les occuper. Je n'ai rien contre les actions humanitaire, mais j'ai du mal à trouver une action humanitaire occupant presque un million de personnes.

En action humanitaire, j'avais quand même cité la sécurité civile (avec un service de pompier encadré par les 250 000 pompier volontaire ou professionnel actuels) et un renforcement de l'éducation nationale (qui a déjà plus d'un millions d'employé donc doit pouvoir supporter quelques milliers de jeunes).

Une masse de conscrits n'apporterait rien en temps de guerre moderne. La technologie nous permet de frapper sans être pratiquement au sol, évitant les bourbiers prévisibles à base de guérillas adverses, de dommages collatéraux sur les populations, même avec des armements de précision métrique.

En fait c'est plutôt qu'une masse de conscrit est inutilisable par nos politiques. Le temps de formation d'un militaire du rang ou d'un sous-officier n'est pas énorme et se compte plus en semaine qu'en année. Si on le souhaitait (suite à une déclaration de guerre de la part du parlement), il serait assez facile (et opérationnel) de déployer les conscrits pendant leurs 2 à 6 derniers mois de leur année de service (sans parler des années suivant dans la réserve). Avec un service militaire regroupant 300 000 jeunes, ça permet d'avoir presque 100 000 hommes à déployer soit presque l'équivalent de l'armée de terre française.

Enfin faut quand même qu'on ait envie d'engager une armée de plusieurs centaines de milliers d'hommes... Comme tu le dis, chaque soldat mort coute une fortune. Surtout si on parle d'un jeune qui va commencer sa vie active, ça représente quasiment une perte de 40 000 € de PIB pendant 40 ans pour la France.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Commentaire du monde d'un sondage sur la réaction des Français aux attentats:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/28/securite-politique-islam-comment-reagissent-les-francais-apres-les-attentats_4564681_3224.html

 

Plutôt encourageant mais la liberté c'est vraiment pas notre truc.

Et on remarque l'énorme approbation des opex en cours (90% pour un renforcement (50%) ou maintient (40%)). J'ai pas souvenir d'un truc pareil...

Edited by TimTR

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso, je pense que c'est rappé, nous avions une structure plutôt efficace au début des années 2000, non? Elle nous a permis de déjouer des attentats et entre autre de prévenir les USA qu'il allait se passé quelque chose sur le territoire américain en 2001. Alors qu'est ce qui c'est passé pour que tout foute le camps? Dois-je rappeler la mésaventure de 2 jihadistes dont on a perdu la trace entre la Turquie et la France, l'été dernier si mes souvenirs sont bons. Qu'ils ont d'eux même pointé à leur plus proche commisariat. Bref, quand on détruit un outil performant, qu'ensuite on vienne pleurer par ce qu'il y a eut des failles et malheureusement des morts, je suis attéré. À part augmenter notre capacité de renseignement, je ne vois pas comment lutter contre le terrorisme.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas parce qu'on est pas capable de suivre tout le monde tout le temps qu'on est pas performant. Il y aura toujours des gens qui passent à travers les mailles du filet, et plus il y aura de radicalisation plus il y en aura, quelque soit le filet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,445
    Total Members
    1,550
    Most Online
    RAFMAN
    Newest Member
    RAFMAN
    Joined
  • Forum Statistics

    20,779
    Total Topics
    1,272,814
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries