Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Russie et dépendances.


Recommended Posts

Il y a 12 heures, Alexis a dit :

... Il serait assez facile de conclure que les sanctions européennes contre la Russie vont cesser dès juillet de cette année.

https://www.politico.eu/article/matteo-salvini-luigi-di-maio-italy-election-short-guide-to-brussels-nightmare-scenario-in-italy/ (18 mai 2018)

Le mois dernier, Kurt Volker, l'envoyé spécial du président américain Donald Trump pour l'Ukraine, a averti Rome que " l'Italie ne peut pas lever les mesures [les sanctions antirusses] sans conséquences graves ".

  • Thanks 1
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.cairn.info/revue-herodote-2017-1-page-101.htm

L’Union européenne ne semble pas prête à considérer la Russie comme un partenaire mis sur un plan d’égalité. La Russie est en quelque sorte un pays à occidentaliser, c’est-à-dire à transformer en fonction de la vision normative de l’Union européenne, qui se pose en force morale avec la défense de ses valeurs. Cette posture est perçue par les Russes comme une manifestation d’impérialisme moral inacceptable.

Jacek Sayusz-Wolski, vice-président polonais du Parlement européen, a déclaré lors d’une table ronde à Bruxelles en 2014 qu’il fallait s’engager dans une bataille de longue haleine pour « provoquer un changement de régime » en Russie, en se focalisant sur l’émergence des classes moyennes, et tenter d’occidentaliser la Russie avec des stratégies d’influence de la société civile au moyen des ONG.

Dans l’une des publications du Martens Center consacrée à la propagande russe [Vojtíšková et al., 2017], deux think tanks français, l’IRIS et l’IFRI, ont été accusés de relayer la propagande russe et de recevoir à cette occasion des financements en provenance de Russie de manière non transparente. En ce qui concerne celui de l’IRIS, selon ces mêmes auteurs, il « n’est pas complètement transparent » et ils mentionnent pour le prouver un article de Libération qui a souligné que « la raison d’être du think tank est de promouvoir un agenda russe puisqu’il est dépendant du Kremlin ». Dans ce rapport, les auteurs se basent sur des entretiens avec des sources anonymes et portent sur les experts et organisations qui ne se plient pas à la doxa euro-atlantiste.

Une autre caractéristique des débats dans les think tanks du Parti populaire européen est la tribune offerte au point de vue des États-Unis et leurs représentants pour la promotion d’une relation transatlantique renforcée face à la Russie.

Un autre think tank du PPE, le European Ideas Network (EIN), a consacré l’une de ses tables rondes à la Russie. Le panel était exclusivement composé de personnalités notoirement hostiles à la Russie, sans un seul Russe ou expert d’un État membre de l’Union européenne pouvant porter la contradiction.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Wallaby a dit :

Un autre think tank du PPE, le European Ideas Network (EIN), a consacré l’une de ses tables rondes à la Russie. Le panel était exclusivement composé de personnalités notoirement hostiles à la Russie, sans un seul Russe ou expert d’un État membre de l’Union européenne pouvant porter la contradiction.

Le débat moderne dans toute sa définition :bloblaugh:

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 19/05/2018 à 17:14, Wallaby a dit :

Le mois dernier, Kurt Volker, l'envoyé spécial du président américain Donald Trump pour l'Ukraine, a averti Rome que " l'Italie ne peut pas lever les mesures [les sanctions antirusses] sans conséquences graves ".

Comment dit-on «Nous saffons les moyens te fous faire ententre raisson» en américain :unsure: ?

Mince, c'est embêtant de ne pas arriver à traduire. Rien de tel que la traduction, pour la bonne entente entre les peuples.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 45 minutes, MakSime a dit :

La "russophobie" a-t-elle encore un avenir?

Oh ça restera un filon exploité par certains, dans les deux sens d'ailleurs c'est ça qui est bon ! :dry:

Plus sérieusement ça dépend quand même pas mal de la Russie elle-même. Emmanuel rencontre Vladimir dans deux semaines :

Citation

Le chef d'État français rencontrera son homologue russe les 24 et 25 mai à Saint-Pétersbourg. Les complexes dossiers ukrainien, iranien et syrien seront au menu.

Sehr interessant.

Link to comment
Share on other sites

Pas sur que ça fasse bouger les lignes. La position française est affaiblie par l'échec à faire évoluer POTUS et par l'absence de progrès en Europe (sans parler des Italiens qui veulent bien discuter avec Moscou, eux). A mon avis, ça fera de belles images mais concrètement, il ne se passera rien.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Ciders a dit :

Pas sur que ça fasse bouger les lignes. La position française est affaiblie par l'échec à faire évoluer POTUS et par l'absence de progrès en Europe (sans parler des Italiens qui veulent bien discuter avec Moscou, eux). A mon avis, ça fera de belles images mais concrètement, il ne se passera rien.

Sans compter qu'on a absolument aucune certitude que Moscou soit demandeur de quoi que ce soit, sans même se cantonner au tolérable.

A suivre, quand même, ne serait-ce que pour l'ambiance.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 09/04/2018 à 16:59, Patrick a dit :

Super interview au passage, on apprend plein de choses sur plein de sujets.

Du coup, tu as dû entendre son point de vue à 15:34 sur Marjorie et le chasse-neige, mais je note d’après ce que tu postes sur le fil Inde que tu préfères continuer à y voir un complot.

Bah, c'est logique en même temps, je parie que l’ancien directeur de la dgse a tout intérêt en interview à démonter la théorie du complot pour dissimuler qu’il y en avait vraiment un... :dry: (bah quoi, c’est bien la façon de penser des complotistes, non ?)

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, TarpTent a dit :

Du coup, tu as dû entendre son point de vue à 15:34 sur Marjorie et le chasse-neige, mais je note d’après ce que tu postes sur le fil Inde que tu préfères continuer à y voir un complot.

Bah, c'est logique en même temps, je parie que l’ancien directeur de la dgse a tout intérêt en interview à démonter la théorie du complot pour dissimuler qu’il y en avait vraiment un... :dry: (bah quoi, c’est bien la façon de penser des complotistes, non ?)

Parce que l'ancien dirlo de la DGSE n'a aucun devoir de réserve, qu'il n'utilise absolument pas dans cette vidéo en n'allant délibérément pas au fond de certains sujets, et qu'il n'est absolument pas envisagé que nos services n'aient finalement décidé de ne pas pousser plus avant un certain narratif suite à la mort de Margerie, qui bien entendu n'est sans doute qu'une oie blanche sans aucun agenda de son côté non plus, pour orienter la politique française de façon différente à l'aulne de bouleversements géopolitiques.

Non je suis très réaliste au contraire. Je ne tire aucune conclusions hâtives et je n'accepte pas non plus les explications bancales. Surtout quand d'autres parfaits demeurés (des associations de pilotes notamment, bien connues pour héberger des gens au QI à deux chiffres) se sont posées les mêmes questions et continuent de le faire.

Il y a deux problèmes avec la théorie du complot: ceux qui la voient partout, et ceux qui ne la voient nulle part. Une belle mise en pratique de la théorie du fer à cheval, qui ici, se vérifie entièrement.

Mais pardonne-moi, le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière, les irakiens ont massacré des bébés koweitis dans leurs couveuses, il y a des charniers à Timisoara, les ukrainiens sont des nazis, Politkovskaia et des dizaines de journalistes russes n'ont pas été tués sur ordre de Poutine, le peuple syrien veut la mort d'Assad, l'hôpital M10 d'Alep a été détruit 50 fois, Lafarge construit des bunkers pour les terroristes et le J-20 n'est pas furtif.

Des gens très sérieux l'ont dit, donc ça doit être vrai.

D'autres gens tout aussi sérieux ont dit le contraire, mais ce sont des complotistes. Forcément, vu qu'ils ne disent pas la vérité vraie que disent les vrais gens sérieux.
Ils sont l'ennemi, et l'ennemi est bête: il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Bref...

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Patrick a dit :

les ukrainiens sont des nazis

sans être des nazis, une partie de la classe politique actuellement au pouvoir préfère louer les actions des braves patriotes ukrainiens qui massacraient du Bolcheviks (et accessoirement génocidait du Polonais) au coté des nazis... et si leur icones n'est pas passé à Nuremberg, c'est juste parce qu'on pensait pouvoir utiliser ses partisans en place derrière le rideau de fer. C'est un fait historique. Quand aux journalistes et gens sérieux qui omettent de dire que le dernier renversement de pouvoir révolutionnaire en Ukraine n'a été possible QUE grace aux groupes paramilitaires d'extrême droite, c'est bien parce qu'il y a un agenda...

pour les autre exemples je suis d'accord avec toi.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Patrick a dit :

Parce que l'ancien dirlo de la DGSE n'a aucun devoir de réserve, qu'il n'utilise absolument pas dans cette vidéo en n'allant délibérément pas au fond de certains sujets, et qu'il n'est absolument pas envisagé que nos services n'aient finalement décidé de ne pas pousser plus avant un certain narratif suite à la mort de Margerie, qui bien entendu n'est sans doute qu'une oie blanche sans aucun agenda de son côté non plus, pour orienter la politique française de façon différente à l'aulne de bouleversements géopolitiques.

Non je suis très réaliste au contraire. Je ne tire aucune conclusions hâtives et je n'accepte pas non plus les explications bancales. Surtout quand d'autres parfaits demeurés (des associations de pilotes notamment, bien connues pour héberger des gens au QI à deux chiffres) se sont posées les mêmes questions et continuent de le faire.

Il y a deux problèmes avec la théorie du complot: ceux qui la voient partout, et ceux qui ne la voient nulle part. Une belle mise en pratique de la théorie du fer à cheval, qui ici, se vérifie entièrement.

Mais pardonne-moi, le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à la frontière, les irakiens ont massacré des bébés koweitis dans leurs couveuses, il y a des charniers à Timisoara, les ukrainiens sont des nazis, Politkovskaia et des dizaines de journalistes russes n'ont pas été tués sur ordre de Poutine, le peuple syrien veut la mort d'Assad, l'hôpital M10 d'Alep a été détruit 50 fois, Lafarge construit des bunkers pour les terroristes et le J-20 n'est pas furtif.

Des gens très sérieux l'ont dit, donc ça doit être vrai.

D'autres gens tout aussi sérieux ont dit le contraire, mais ce sont des complotistes. Forcément, vu qu'ils ne disent pas la vérité vraie que disent les vrais gens sérieux.
Ils sont l'ennemi, et l'ennemi est bête: il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

Bref...

Tu es parti dans un grand délayage fourre-tout en mélangeant tout et n’importe quoi.

Avant qu’on en arrive aux américains qui n’ont jamais mis le pieds sur la Lune et à la base Nazi en Antarctique (bah quoi, il y a plein d’associations avec des membres au QI à 2 chiffres qui en parlent aussi), je préfère arrêter là la discussion.

Des complots’ il y en a eu, il y en a, et il y en aura encore de nombreux, qu’ils soient d’ores et déjà avérés ou manifestement trop gros pour que ça ne se voit pas. Pour autant, ce n’est pas non plus une raison pour en voir partout et tout le temps.

Ça s’appelle une nuance, tu sais, le gris qu’on peut trouver de différente intensité entre le blanc et le noir. Dit autrement, ça s’appelle ne pas avoir une vision manichéenne.

J’aime bien les nuances de gris, parce que quel que soit le QI, même pas à 2 chiffres, tu vois, il y a même des fois ou par extraordinaire :ohmy: l’evènement est effectivement dû à un concours de circonstances,(le BEA nous en donne plein, pourtant, de ces exemples... ils doivent pas avoir des QI à 2 chiffres puisque tu n’en tiens pas compte) ou tout simplement la vie. Par exemple, une crise cardiaque à 52 ans... bien c’est courant. Juste courant. La vie, quoi.

Mais c’est tellement moins drôle et romanesque et excitant, qu’il vaut bien mieux chercher des complots partout et en tout temps.

il y a une heure, Patrick a dit :

 

l'ennemi est bête: il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui.

N’hésite pas à citer l’auteur d’une citation - ici Desproges en l’occurence - quand tu la reprends dans un forum.

Le genre de truc qui se fait entre gens de bonne éducation, quel que soit leur QI.

Edited by TarpTent
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, collectionneur a dit :

Encore un journaliste russe tué...

Un opposant de Poutine abattu de 3 balles dans le dos dans un ascenseur à Kiev :( 

https://mobile.lemonde.fr/europe/article/2018/05/29/le-journaliste-russe-arkadi-babtchenko-assassine-a-kiev_5306628_3214.html?

 

Tu es sûre  que ce n'est pas un suicide ? :combatc:

  • Haha 3
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, The mouse a dit :

:chirolp_iei: Eh non il est vivant. :chirolp_iei: La Russie ressuscite les morts, la Russie est  plus forte que Dieu tout puissant :bloblaugh:

Source: https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/05/30/l-ukraine-annonce-avoir-mis-en-scene-l-assassinat-du-journaliste-russe-arkadi-babtchenko-qui-est-bien-vivant_5307129_3214.html

Là, je dois avouer que je ne comprends plus rien ...

Il a a été assassiné par Poutine. Puis il est encore vivant. Puis en fait Poutine voulait l'assassiner quand même. Cela devient incompréhensible l'Ukraine !

Au final, je crois comprendre qu'ils vont arrêter des assassins pour un meurtre qui n'a pas eu lieu à cause de leur imposture. C'est clair non ?

Edited by Deres
Link to comment
Share on other sites

C'est assez simple, si on en croit les Ukrainiens : ils ont fait croire à l'assassinat pour démasquer l'assassin, ce qui laisse à penser qu'ils avaient pénétré l'opération depuis le début mais qu'ils voulaient un flagrant délit. Mais ils ont quand même été mauvais, ça aurait eu plus d'allure de filmer l'arrestation du spadassin russe en direct.

Après, c'est la version ukrainienne. Ça vaut ce que ça vaut, tout comme le démenti russe vaut ce qu'il vaut.

Link to comment
Share on other sites

Quote

Après environ 24 heures de larmes et d'indignation, il est réapparu vivant mercredi : l'assassinat du journaliste russe critique du Kremlin Arkadi Babtchenko était une mise en scène de l'Ukraine, invraisemblable opération visant, selon Kiev, à déjouer un meurtre commandité par la Russie.

Ce revirement a été accueilli avec un immense soulagement par des dizaines de personnes sur la place centrale de Kiev mercredi soir, à la mesure de l'émoi provoqué par l'annonce de l'assassinat la veille au soir.

Selon les Services de sécurité ukrainiens (SBU), Arkadi Babtchenko, qui a servi dans l'armée russe dans les deux guerres en Tchétchénie avant de devenir journaliste, très critique de la politique de Vladimir Poutine, avait été assassiné de plusieurs balles à la porte de son appartement à Kiev, où il s'était exilé, craignant pour sa vie.

Après une matinée d'accusations réciproques, les attentes étaient fortes lorsque le SBU a convoqué la presse.

"Je voudrais féliciter la famille d'Arkadi Babtchenko et Arkadi Babtchenko lui-même", a rapidement lancé le chef du SBU, Vassyl Grytsak.

Arkadi Babtchenko est alors entré dans la pièce, sous les applaudissements et les cris d'incrédulité de ses confrères.

Face aux caméras, en pull à capuche sombre, le journaliste a expliqué avoir participé à une mise en scène dans le cadre d'une "opération spéciale" préparée depuis deux mois.

"Je voudrais vraiment remercier les Services de sécurité ukrainiens de m'avoir sauvé la vie", a-t-il déclaré.

Les forces de sécurité ukrainiennes ont assuré que sa famille était au courant de l'opération, qui visait à déjouer une tentative d'assassinat pour laquelle un Ukrainien recruté par les "services de sécurité russes" et présenté comme l'"organisateur" a été arrêté.

- La méthode de Sherlock Holmes ? -

Il devait ensuite préparer les assassinats d'une trentaine d'autres personnes, essentiellement des Russes exilés en Ukraine, a affirmé M. Grytsak.

Le président ukrainien Petro Porochenko a rencontré dans la soirée M. Babtchenko et l'a remercié d'"avoir empêché avec les services de sécurité ukrainiens" le déroulement d'un scénario "visant à déstabiliser la situation en Ukraine", selon une vidéo diffusée par son service de presse.

Un conseiller du ministre de l'Intérieur et député Anton Guerachtchenko a affirmé sur Facebook que cette mise en scène violente était nécessaire pour "remonter et documenter toute la chaîne, du tueur à gages aux organisateurs et aux commanditaires", en les persuadant que "la commande a bien été exécutée".

"Sherlock Holmes a utilisé avec succès la méthode de la mise en scène de sa propre mort pour élucider efficacement des crimes compliqués", a-t-il ajouté.

De son côté, le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé une "nouvelle provocation antirusse".

L'annonce de la mort d'Arkadi Babtchenko avait provoqué une vive émotion en Ukraine et en Russie.

Le Premier ministre ukrainien Volodymyr Groïsman avait aussitôt mis en cause "la machine totalitaire russe", déclenchant des démentis de Moscou.

M. Babtchenko se disait menacé après avoir dénoncé le rôle de la Russie dans le conflit dans l'est de l'Ukraine.

- Simulation navrante -

En juillet 2016, son collègue russo-bélarusse Pavel Cheremet avait déjà péri dans l'explosion d'une bombe placée sous sa voiture à Kiev, une affaire qui n'est toujours pas élucidée. En mars 2017, c'était un ancien député russe réfugié en Ukraine qui avait été abattu dans le centre de Kiev.

A l'annonce de l'assassinat d'Arkadi Babtchenko, l'UE avait appelé à une enquête rapide pour en punir les responsables. Elle s'est déclarée dans la soirée "soulagée", demandant toutefois "plus de détails" à Kiev sur cette opération.

L'ONG Reporters Sans Frontières (RSF) a condamné une simulation "navrante" et "une nouvelle étape dans la guerre de l'information" entre Kiev et Moscou.

Arkadi Babtchenko a raconté les guerres en Tchétchénie, une petite république russe du Caucase, dans un livre édité en France par Gallimard sous le nom de "La couleur de la guerre".

Avant son départ de Moscou, il a notamment coopéré avec le journal Novaïa Gazeta et la radio Echo de Moscou, deux médias critiques du Kremlin.

Arkadi Babtchenko a fait des reportages dans l'est de l'Ukraine, où le conflit entre armée ukrainienne et séparatistes prorusses a fait plus de 10.000 morts en quatre ans. Il a dénoncé le rôle de Moscou, appuyant la thèse de Kiev et des Occidentaux selon laquelle la Russie soutient militairement les rebelles, ce qu'elle dément.

Le journaliste a quitté la Russie en février 2017, dénonçant un "harcèlement". Il a d'abord vécu en République tchèque et en Israël, avant de s'installer à Kiev où il anime une émission de télévision.



(©AFP / 30 mai 2018 23h31)

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

La presse internationale s’interroge sur l’utilisation d’une « fake news » pour faire la lumière sur la vérité.

Rhô les vilains journalistes, bouh ! Ils vont nous fâcher tonton Trump et il va finir pas dire du mal des grands médias.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Rafale28
    Newest Member
    Rafale28
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...