Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Opérations au Mali


Recommended Posts

il y a une heure, Heorl a dit :

A Sciences Po

De mon temps (oui je sais...) à Sc. Po on avait la culture générale comme axiome on connaissais par cœur nos départements et les sous-préfectures, on se foutait sur la gueule au rugby on était capables de gerber dans les poubelles en cas de besoin et on draguait les meufs y compris les soirs de semaine ...

On était des bons.

Pour ce qui est du Mali je renvoie notre auguste cercle des pouëts disparus au dernier numéro de l'excellente revue ETVDES de juin (revue fondée par la compagnie de Jésus en 1856) et à un article très intéressant et à contre courant de Marc Antoine Pérouse de Montclos sur la politique de la France au Sahel

  • Haha 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Heorl a dit :

Et je te raconte pas parmi ceux censés nous gouverner... A Sciences Po les altermondialistes qui veulent faire l'ENA et entrer en politique tout en ne sachant rien (ce qui est excusable et réparable par une bonne instruction) et en refusant même de savoir (ce qui est impardonnable) ce qui ne va pas dans le sens de leur perception du monde, ça pullule. Et v'la-t'y-pas que les Européens sont des sales racistes par structure qui colonisent toujours l'Afrique, que les Etats-Unis sont le Sheitan qui contrôle le monde, que les Ouïghours manipulent l'opinion et mentent sur ce que fait la Chine, etc. Ils bouffent tout cru la propagande de la junte ou de Wagner.

Ils ignorent même la fin de l'achat d'uranium par la France au Niger et continuent de prétendre qu'on était au Mali pour protéger nos importations. 

Mais bon, évidemment selon eux, en tant que mâle européen blanc cis hétéro je suis un monstre, donc qu'est-ce que j'en sais...:bloblaugh:

Ce qui est plus inquiétant, c'est que beaucoup de professeurs tombent dans une telle rhétorique, à Sciences Po et ailleurs...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Elemorej a dit :

Boarf, la mauvaise foi, tu peux en faire ce que tu veux hein. :rolleyes:

Dans le fond je suis d'accord avec toi, encore faut il que le public visé veuille l'entendre hein.
J'ai un collègue récemment qui m'a sortie du "On part du Mali vu tous les crimes de guerre qu'on y a fait". :blink: Il n'est pourtant pas spécialement perché loin de la, juste d'un autre bord politique que le gouvernement actuel. A ce titre il interprète chaque information par ce prisme, ce que beaucoup de monde font.

En l’occurrence il se référait à la petite histoire de "massacre dissimulé sous une base Fr et qui venant d'être rétrocédé les Fama avait découvert les corps".

Bahhhh il était totalement passé a coté de l'opération de contre com de l'armée. Alors je me dis que si ça passe tellement crème chez nous avec des gens ouvert sur le monde et d'un niveau étude sup, j'ai un peu peur sur les résultats dès que tu dégrades certain de ces points. :wacko:

(oups au départ je voulais juste commenter d'une petite blague, désolé du pavé)

Le blaireau reste tout de même une espèce assez commune et qui se reproduit rapidement.

  • Haha 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2022-1-page-53.htm

Courtiser l’État et traquer les djihadistes : mobilisation, dissidence et politique des chasseurs-miliciens dogons au Mali

Comment se construit une milice légitimiste dans le Mali contemporain, en particulier dans un contexte de lutte contre des groupes djihadistes ? Cette enquête met en lumière la façon dont les chasseurs-miliciens dogons sont devenus des défenseurs de leur communauté, mais aussi des partenaires fluctuants de l’État dans la « guerre contre le terrorisme ». Tandis que l’État – pourtant souvent décrit comme failli – se révèle être un acteur central dans la production des violences, des acteurs politiques spécialisés dans l’intermédiation apparaissent, qui endossent des rôles de courtiers, dans un contexte d’internationalisation du conflit. Ces élites miliciennes mettent en avant leur « autochtonie » et leur implication dans la guerre contre les djihadistes pour négocier leur place et s’assurer des trajectoires sociales ascendantes. L’utilisation du lexique local dans des configurations nationales comme transnationales renforce ainsi les assignations identitaires et favorise le prolongement des conflits.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, pascal a dit :

Marc Antoine Pérouse de Montclos sur la politique de la France au Sahel

Comment le prendre encore au sérieux lui d'ailleurs :dry:

Le 21/06/2022 à 08:43, Claudio Lopez a dit :

Pour l'instant dans les réseaux sociaux maliens, on laisse tranquille les Wagneriens...

Hum, en revanche, je commence à voir passer pas mal de tweets critiques contre la junte au pouvoir, alors honnêtement, je pense que c'est une question de temps pour Wagner

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Gallium a dit :

Comment le prendre encore au sérieux lui d'ailleurs

Je ne le connaissais pas avant de lire sa tribune ... on peut ne pas être d'accord avec son argumentation très orientée Quai ... Mais on peut retourner le problème dans tous les sens on en arrive au même point ... nous quittons le Mali

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 23/06/2022 à 08:57, pascal a dit :

Je ne le connaissais pas avant de lire sa tribune ... on peut ne pas être d'accord avec son argumentation très orientée Quai ... Mais on peut retourner le problème dans tous les sens on en arrive au même point ... nous quittons le Mali

oui, je suis trop dur, il dit des choses intéressantes, mais il s'est bien planté aussi sur certains sujets.

Pour préciser : le type nous parlait dans ses multiples tribunes et articles de  "djihadisme low cost" au Sahel, de "va nu pieds" en parlant de Boko Haram (en 2018 !)

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/11/13/marc-antoine-perouse-de-montclos-le-nigeria-un-geant-qui-inquiete_5383026_3212.html

Pardon mais c'est quand même très loin de la réalité opérationnelle, les fameux va nu pieds en véhicule blindé, avec des canons sans reculs et des mortiers... Je dis pas qu'on a affaire à une techno guérilla mais quand même. L'habituel mépris de l'adversaire en claquette...C'est grotesque

En 2021, il nous raconte dans cet article que les organisation djihadistes locales n'ont pas réussis à établir des contacts régulier avec l'EI ou Al Qaida https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/21/le-mali-sera-t-il-le-prochain-afghanistan_6095381_3232.html

enfin bref, il y a pleins de truc comme ça chez lui que le décrédibilise franchement

Edited by Gallium
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220702-sanctions-sommet-décisif-de-la-cédéao-à-accra

Les autorités maliennes de transition ont redoublé d’efforts pour faire la preuve de leur engagement à ne pas s’éterniser au pouvoir. En début de semaine, elles ont notamment annoncé le calendrier des futures élections communales, régionales (juin 2023), législatives (octobre 2023) et surtout présidentielle (février 2024) qui marqueront la fin de la période de transition, d’ici mars 2024.

Cette loi pourrait cependant permettre une candidature de l’actuel président de transition, le colonel Assimi Goïta.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Ciders a dit :

C'est du flan. Les "autorités" gagnent du temps depuis le début : si ce n'est pas Goïta qui gagne, elles organiseront un nouveau coup d’État avec une nouvelle transition.

Pas forcément. Goïta doit aussi se dépêcher pour :

- capitaliser sur la part de la population auprès que laquelle il est populaire ;

- éviter le mécontentement grandissant au sein de la population. La hausse des prix fait mal... ;

- pallier à la monté - mécanique - de son opposition en terme de popularité.

 

Vis à vis du conflit, il faut aussi rapidement capitaliser sur les succès russo-maliens. Surtout que ceux-ci n'auront qu'un temps...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Polybe a dit :

Pas forcément. Goïta doit aussi se dépêcher pour :

- capitaliser sur la part de la population auprès que laquelle il est populaire ;

- éviter le mécontentement grandissant au sein de la population. La hausse des prix fait mal... ;

- pallier à la monté - mécanique - de son opposition en terme de popularité.

 

Vis à vis du conflit, il faut aussi rapidement capitaliser sur les succès russo-maliens. Surtout que ceux-ci n'auront qu'un temps...

Certes mais il peut compter sur le soutien russe et se défausser sur la France pour tous les problèmes liés à l'Ukraine et au djihadisme. Ca peut marcher, notamment sur la population de Bamako.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Polybe a dit :

Vis à vis du conflit, il faut aussi rapidement capitaliser sur les succès russo-maliens. Surtout que ceux-ci n'auront qu'un temps...

Quels succès au juste ? Quelqu'un a une vision globale et synthétique de l'état des lieux ?

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1893624/mali-afrique-france-russie (3 juillet 2022)

« Les Russes nous ont aidés pendant nos tout débuts. Donc, les gens sont descendus dans les rues réclamer les Russes pour venir à notre secours parce que la France, qui avait été acclamée, ne fait plus l’affaire et joue à des jeux troubles. L’armée a juste voulu répondre aux besoins de la population. »

Lassine Traoré, ancien président du Haut Conseil des Maliens du Canada

« On parle beaucoup de Wagner au Mali. Nos autorités ont toujours été claires : il n'y a pas de Wagner au Mali. Et moi, en tant que citoyen malien, je fais confiance à mes autorités. Lorsqu'elles disent qu’il n'y a pas de Wagner au Mali, eh bien, pour moi, il n'y a pas de Wagner au pays! »

Youssouf Tounkara, [actuel] président du Haut Conseil des Maliens du Canada

Comme son prédécesseur, l’actuel président de cette organisation, Youssouf Tounkara, n’est pas tendre envers la France qui, selon lui, a échoué dans sa mission d’éliminer la menace djihadiste. Presque une dizaine d'années plus tard, le conflit, au lieu d’être isolé au nord, s’est répandu au centre du pays, avec quelques cas isolés au sud. Par la suite, la population a découvert beaucoup d'histoires choquantes. Lorsqu’on apprend qu’un camp militaire de l’armée malienne se fait attaquer tout près de l’armée française, que celle-ci n’intervient pas et qu'en plus elle interdit à l’armée malienne d’intervenir, on comprend que la population soit agacée et qu’elle demande à ses autorités de chercher de nouveaux partenaires pour l'aider dans cette lutte, déplore-t-il.

Accusés de vouloir rapporter de fausses informations qui nuisent à la junte, les médias RFI et France 24 ont été chassés du pays en avril dernier. Lassine Traoré appuie cette décision des autorités maliennes. C’est comme en Russie quand les médias occidentaux, dont Radio-Canada, ont été interdits, parce que la communication importe beaucoup, affirme-t-il. Aujourd’hui, tous les Maliens de l’intérieur ou de l’extérieur sont fiers du régime en place, de l’armée et de la récupération des territoires aux mains des djihadistes.

Le président de l’Association de la diaspora africaine du Canada, Soumaila Coulibaly, s’est installé à Ottawa à son arrivée en sol canadien. M. Coulibaly soutient par ailleurs la junte au pouvoir, d’autant qu’elle a annoncé le transfert du pouvoir aux civils d’ici deux ans. Et il tient à rappeler que la démocratie par le vote, telle que préférée par l’Occident, est discutable : « Quand on parle de démocratie, on doit se demander : comment a-t-on instauré cette démocratie ? Comment ces élections sont-elles organisées? Parce qu’il y a des gens qui organisent ces élections et qui [font élire] des gens pour leurs intérêts et pour ceux de leurs compagnies. Chaque fois que la population est laissée pour compte, les forces armées sont obligées d’intervenir pour rétablir l’équilibre. »

Lui aussi installé à Ottawa depuis six ans, [le Tchadien] Frédéric Samy Passilet, spécialiste en prévention des conflits en Afrique, comprend le rejet de la France par les populations africaines mais s'inquiète de cet engouement pour la Russie : « Wagner utilise la violence la plus sadique. Il tue les populations civiles. Je crois que c'est une erreur. Un jour, nous allons écrire l’histoire du Mali et ils vont regretter, même si aujourd’hui, ils croient qu’il y a la sécurité », craint-il. Frédéric Samy Passilet met aussi en garde contre les régimes qui ne tolèrent aucune critique : Pour le moment, nous assistons à une situation de populisme politique au Mali, ce qui fait qu’il y a un aveuglement pour cerner la vérité. Et tous les chefs d’État, toutes les autorités africaines qui ne veulent pas la vérité désignent Radio France Internationale et les organisations des droits de l’homme comme des cibles. En vérité, il n’y a pas de fumée sans feu. Pourquoi n'ont-elles pas permis à la mission de l’ONU qui est présentement au Mali, la MINUSMA, d’enquêter sur les crimes ? Pourquoi ? Que cachent les autorités maliennes ? »

  • Haha 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Ciders a dit :

Certes mais il peut compter sur le soutien russe et se défausser sur la France pour tous les problèmes liés à l'Ukraine et au djihadisme. Ca peut marcher, notamment sur la population de Bamako.

Il n'y a pas que Bamako. Tout Bamako ne le soutien pas. Et il a de réels concurrents politiques.

 

Mode Humour On - ...et c'est sans présager des risques de coups d'état... ^^ - Mode Humour Off

Il y a 11 heures, Boule75 a dit :

Quels succès au juste ? Quelqu'un a une vision globale et synthétique de l'état des lieux ?

Reconquêtes et bilans soviétiques dans certaines zones. Cela agit, plus visiblement que Barkhane.

Mais à mon avis c'est l'effet Serval des russes et des FAMA...pour l'heure.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Polybe a dit :

Il n'y a pas que Bamako. Tout Bamako ne le soutien pas. Et il a de réels concurrents politiques.

 

Mode Humour On - ...et c'est sans présager des risques de coups d'état... ^^ - Mode Humour Off

Reconquêtes et bilans soviétiques dans certaines zones. Cela agit, plus visiblement que Barkhane.

Mais à mon avis c'est l'effet Serval des russes et des FAMA...pour l'heure.

Tu penses à l'imam Dicko ? Pour l'instant, il ne bouge pas.

Quant aux coups d'Etat... on parlait de démocratie non ? :laugh:

Link to comment
Share on other sites

Il y a eu beaucoup de succès sur Twitter, Telegram, et Facebook. C'est ce qui compte pour la population de Bamako, qui de toute façon considère que tout le reste du pays est constitué de djihadistes à exterminer.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Ciders a dit :

Tu penses à l'imam Dicko ? Pour l'instant, il ne bouge pas.

Quant aux coups d'Etat... on parlait de démocratie non ? :laugh:

Non. Par exemple et entre autre, à son premier ministre (ce qui n'est pas sans lien, ok...).

Démocratie peut-être, mais une démocratie qui doit vivre avec cette réalité.

Link to comment
Share on other sites

https://www.jeuneafrique.com/1353420/politique/mali-a-quoi-joue-limam-mahmoud-dicko/ (23 juin 2022)

Mali : à quoi joue l’imam Mahmoud Dicko ?

Hier encore, il était un des fervents soutiens d’Assimi Goïta. Désormais, il est l’un de ses plus virulents critiques. Les dernières sorties de ce religieux influent et rassembleur annoncent-elles de prochaines heures sombres pour la junte au pouvoir ?

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

27 mai 2022 Alain Foka [1], 386 875 vues

04:30 Nous vivons en ce moment ce qu'on pourrait appeler "l'an un" de l'Afrique francophone. Les paradigmes ont changé. Les complexes qui régissaient les relations entre les nations africaines et leurs anciens colonisateurs ont été modifiés. Je ne dis pas que les militaires qui ont pris le pouvoir au Mali, en Guinée, au Burkina réussiront forcément la transition. On le leur souhaite tous. C'est dans l'intérêt de toute la sous-région. Mais nous n'avons aucune garantie pour l'instant. On veut bien leur faire confiance.

L'implication personnelle du président Mamady Doumbouya de Guinée dans la remise en question de certains contrats miniers qui a d'ailleurs permis de récupérer d'importantes parts dans la mine de Simandou [2] m'a interpellé, même si elle n'a pas bénéficié de l'écho qu'elle mérite.

Cela ne signifie pas que tout va bien, mais la volonté semble y être. Il y a ça et là des loupés dûs à l'inexpérience. Mais globalement, ils paraissent vouloir changer les mauvaises pratiques.

06:09 Le rapport avec le nord, avec les grandes puissances sera désormais différent. Il sera de moins en moins empreint de condescendance de la part des anciens colonisateurs. Et ceci, qu'on les aime ou pas, on le doit à ces jeunes officiers qui ont su dire non, lorsqu'ils ont estimé que les décisions, les choix imposés à leurs dirigeants n'étaient pas dans l'intérêt du pays. Mais ils doivent garder à l'esprit qu'ils doivent mettre de l'ordre comme promis et partir. Ça ne peut pas durer indéfiniment. Ils doivent avoir des délais raisonnables. Accepter de négocier avec la Cédéao si elle aussi revient à de meilleurs sentiments. Les astres semblent s'aligner et on devrait probablement avoir un accord dans les prochains jours. Les chefs d'États que j'ai rencontrés ces derniers temps semblent dans de bonnes dispositions et pressés d'en finir. La voie de la diplomatie est toujours meilleure, et en militaires, en officiers, ils savent mieux que quiconque qu'il n'est point besoin d'humilier le perdant.

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Foka

Alain Foka né le 22 juillet 1964 à Douala, est un journaliste camerounais.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, du Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ) et de l'École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA), Alain Foka commence sa carrière de journaliste à France Inter, où il présente des flashs d'informations, puis il rejoint simultanément Europe 1 et La Cinq en tant que reporter.

En 1992, il fonde la société Phoenix Productions Médias, devenue Idy Productions, avec laquelle il réalise une cinquantaine de documentaires pour Planète, France 2 et TF1.

Depuis 1994, il est journaliste à RFI, et il produit et anime de nombreux magazines, dont actuellement Archives d'Afrique9, Afrique Plus et Le débat Africain10. Il a aussi été aux commandes pendant plusieurs années de l'émission Mediaş d'Afrique sur RFI , une émission qui se voulait une lecture de l'actualité internationale par les éditorialistes africains.

[2] https://www.lepoint.fr/afrique/gisement-de-fer-de-simandou-la-guinee-fait-le-pari-du-co-developpement-30-03-2022-2470286_3826.php

Deux semaines après avoir suspendu, le projet d'exploitation du gisement de fer de Simandou situé dans le sud-est de la Guinée, les autorités militaires de la transition, dirigées par le colonel Mamadi Doumbouya, viennent de conclure un accord-cadre de 15 milliards de dollars avec les compagnies minières Winning Consortium et Rio Tinto Simfer, qui va permettre la reprise du chantier.

Edited by Wallaby
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Bah, il joue sa partition et vise certainement la place de calife ou pas loin !
En attendant, ce mec est tout sauf fiable, dommage pour qui le suivra il est loin de faire l'unanimité et ne manque jamais une occasion de nous chier dans les bottes !
Il est beau parleur, qu'il prenne les décisions qu'il jugera bonnes pour son pays s'il en a un jour le pouvoir.
Trop pris l'habitude de rejeter la faute sur les uns et les autres mais incapable de prendre leur destin en main,avec une corruption qui reste endémique.
Dans la droite ligne de la décadence de ce pays qui implosera tôt ou tard, trop d'ethnies qui se détestent pour que la mayonnaise prenne.

Mais qu'est-ce qu'on est allé foutre là bas pendant tout ce temps à dépenser des milliards et perdre des soldats morts pour qui et pourquoi ? 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, MIC_A a dit :

Mais qu'est-ce qu'on est allé foutre là bas pendant tout ce temps à dépenser des milliards et perdre des soldats morts pour qui et pourquoi ? 

C'est la bonne question... J'ai toujours dit (et il y a des preuves :biggrin:) Serval quelques coups aux limites du Niger etc, et hop à la maison, prêts à un nouveau coup de poing si utile (achat de gros porteurs genre C17 , plutôt que jeter le pognon par les fenêtres)   

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Aquaromaine
    Newest Member
    Aquaromaine
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...