Recommended Posts

il y a 20 minutes, weasel a dit :

Les radars pour avions de combat sont l'une des spécialités d'Hensoldt et de ses prédécesseurs à Ulm depuis les années 1960. 

ROTFL

Désolé, j'suis pas allé plus loin. De toute façon il faut d'abord que je nettoie clavier, écran et bureau après avoir tout repeint au café.

Edited by DEFA550
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je remarque qu'en 2015 ils avaient déjà payé pour l'intégration de l'AESA

Citation

Pour le Captor, ils ont signé un contrat d'1 milliard d'€ pour le développement et l'intégration de l'AESA, peut-être que ça ne se fera pas pour 2018 mais ça a quand même l'air d'être pas trop mal parti cette fois-ci, non? Pour les Brimstone on parle de 2018. Pour les emports multiples ils viennent de lancer les études: il faut bien se lancer à un moment donné.

http://www.air-defense.net/forum/topic/18109-eurofighter/?do=findComment&comment=875760

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/06/2015 à 12:31, gargouille a dit :

Funcky billy II

 

C'est tout de même mieux si les deux du  binôme ne dégradent pas les perfs de l'autre, entre un F22 et un F35 ça me semble garder une certaine cohérence (sur le papier pardon le PPT) autant toujours de mon point de vu (certes très limité) ça ne me semble moins avec un EF et un F35.

 

Après nos amis anglais feront avec ce qu'ils ont et auront beau jeux de trouver les justifications.

On se retrouve dans .......5 ans.........plus :o . ;)

Ben voilà on est 5 ans après!

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Ben voilà on est 5 ans après!

Et cinq ans après, nous ne sommes plus que les pâles reflets des jeunes éphèbes virevoltants que nous étions jadis, jetés à bas de l'Olympe juvénile où nous trônions fièrement car irrémédiablement marqués par les affres d'une inexorable vieillesse.

Le Typhoon lui n'a pas changé. 

Alors, qui c'est le meilleur au fond ?

 

Plus sérieusement, juste un point supplémentaire au sujet de l'AESA en particulier:

Je suis d'accord que ça n'est pas explicite, loin de là, dans mon message de 2015 mais, étant à l'époque un lecteur assidu de diverses publications britanniques peu suspectes de dureté excessive envers cet avion,  la cible (réelle, pas la com) était plus 2022 ou 2023 déjà à l'époque. Ils savaient que ça allait prendre du temps et que les Koweitiens ne les auraient sûrement pas en temps voulu. Donc ça n'est pas une surprise, en vrai. Après, j'admets humblement que je ne sais pas s'il s'agit d'un délai anormal pour développer et intégrer un AESA. Peut-être que ce sont des peintres, effectivement la com était mensongère, je parle juste de cette notion de "on verra dans 5 ans".

Et juste une précision, de ce que je comprends (je suis l'actualité de votre souffre-douleur préféré de loin en loin donc peut-être vais-je être un chouïa imprécis), il y a aujourd'hui selon certains trois radars plus ou moins différents prévus pour le Typhoon:

  • Le CAPTOR-E Mk0 soit la version de base de Leonardo destinée au Qatar et au Koweit. 
  • Le CAPTOR-E MK1 dont l'interface est développée par Hebsoldt pour l'Allemagne et l'Espagne. 
  • Le CAPTOR-E en développement par la filliale de Leonardo en Angleterre pour la RAF.

et selon d'autres, seulement deux radars:

  • Mk1 destiné à l'Allemagne, l'Espagne, et l'export également ( Koweït et Qatar)
  • Mk2 amélioré spécifique à la RAF

En fait, il y a 5 ans, on parlait du radar non RAF. Il n'y avait même pas de plan prévu pour financer l'AESA de la RAF (qui à l'époque envisageait déjà une solution propre), seulement des rêves humides. On ne parlait pas de la même chose. Et encore une fois, ça ne veut pas dire que ce sont pas des peintres (3 radars ? Sérieusement ?), que le projet ne prend pas un temps infini ou 1000 autres défauts. Juste de dire que passer de "On n'a pas de plan de financement" à "On a un plan de financement" et bah c'est un progrès. (Là, je suis passé en full-mode Jon Lake :chirolp_iei:, je ne me contrôle plus)

 

Après sur tout le reste, encore une fois, je suis plus trop au fait de tout ça mais je vous fait confiance pour infirmer mes propos le cas échéant, mais il me semble qu'ils ont fait ce qu'ils ont annoncé: Meteor, Litening, Brimstone, Storm Shadow... Le typhoon est, j'ai l'impression, plus victime à ce stade de ses tares congénitales que de son programme de développement qui a avancé au rythme prévu mine de rien. Mais si on tire le bilan 5 après, j'ai pas le sentiment qu'ils soient ridicules par rapport à ce qu'ils prévoyaient. Juste que le Capot-E a l'air d'être un sacré sac de noeuds à mettre en place. Ce qu'on savait en 2015.*

 

* Ce qui ne revient pas à dire que c'est normal et qu'ils vont nous sortir un truc de la mort qui tue, on est bien d'accord. Ni que des capacités qu'ils annoncent comme implémentées marchent en condition réelle, c'est déjà arrivé sur le Typhoon, on est d'accord aussi.

 

 

Edited by funcky billy II
précisions mineures
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, weasel a dit :

En outre, il y a un renforcement de la compétence technologique et du rôle de fournisseur clé dans le domaine des capteurs aéroportés, notamment en ce qui concerne le programme FCAS.

C'est ça qui compte réellement dans le choix allemands. Très vite sortir un semblant de truc pour se positionner le plus avantageusement possible sur le FCAS

Car nul doute que le radar AESA mk1 sera de facto (car allemands  patrie des uber mensch) bien supérieur à l'AESA du rafale (développé et produit par des français what else. . .). . .

Enfin pour un avion de supériorité aérienne ça lui fera tout de même passé un cap.

Sue le coup je serais plus intrigué et intéressé par la version MK2 que sortiront les anglais. S'ils développent une version spécifique cela ne doit pas être que pour de l'esbrouf ou de l'ego mal placé (surtout en ces temps de stress budgétaire) mais que leurs doctrines de combat le nécessitent. Ce qui est encore pour moi une preuve supplémentaire qu'un avion multiusager n'a pas de sens. Si des utilisateurs de la même plateforme décident de partir pour des équipements différents (et pas n'importe lequel, le radar tout de même) où est la logique?

Pour les anglais à quelle date espèrent ils avoir leur premier avion AESA opérationnel en escadre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, elannion a dit :

Pour les anglais à quelle date espèrent ils avoir leur premier avion AESA opérationnel en escadre ?

Ici, ils disent qu'ils visent une IOC en 2025. Après entre ce qu'on vise et ce qu'on arrive à toucher...

, ils rajoutent que la fourniture des premiers avions ainsi que de trois radars complets à des fins de test dès 2022.

Il y a 1 heure, elannion a dit :

Sue le coup je serais plus intrigué et intéressé par la version MK2 que sortiront les anglais. S'ils développent une version spécifique cela ne doit pas être que pour de l'esbrouf ou de l'ego mal placé (surtout en ces temps de stress budgétaire) mais que leurs doctrines de combat le nécessitent. Ce qui est encore pour moi une preuve supplémentaire qu'un avion multiusager n'a pas de sens. Si des utilisateurs de la même plateforme décident de partir pour des équipements différents (et pas n'importe lequel, le radar tout de même) où est la logique?

Est-ce que tu ne penses pas que,  au moins autant que des considérations tactiques, c'est également la préservation d'un savoir-faire en termes de radar qui joue aussi (ou la constitution, peut-être, dans leur cas). Parce que les Anglais ont un Tempest sur le feu qu'ils vont devoir équiper d'un radar AESA, donc autant qu'ils se creusent un peu la tête sur le sujet dès maintenant ? Je reviens à mes lectures de 2015 mais de mémoire à l'époque, on avait l'impression qu'ils ne fermaient pas explicitement la porte au fait de ne pas avoir d'AESA sur le Typhoon britannique.

 

Edited by funcky billy II

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ein Fighter, drei Radare

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un chasseur, trois radars
L'Eurofighter est désormais équipé de trois radars avec des systèmes électroniques de guidage actif du faisceau pour l'exportation, la modernisation et les nouvelles constructions. Hensoldt dirige un nouveau consortium qui fournit l'ECRS Mk1 pour l'Allemagne et l'Espagne.
Les radars de combat font partie des spécialités de Hensoldt et des sociétés qui l'ont précédé sur le site d'Ulm depuis les années 1960. Cependant, la prise en charge de la conception globale du nouveau radar Eurofighter des forces aériennes allemandes et espagnoles marque le début d'une "nouvelle ère" pour l'entreprise - et aussi sur le plan financier, puisque la commande passée fin juin à Airbus Defence and Space pour le développement et la production du système radar commun Eurofighter Mk1 représente près de 1,5 milliard d'euros.

Responsabilité de la conception
Hensoldt n'est pas le seul bénéficiaire, car le programme est géré par un nouveau consortium industriel germano-espagnol avec le groupe espagnol Indra. Les Espagnols ont "la responsabilité de la conception de plusieurs nouveaux modules et assument la responsabilité de certaines fonctions critiques". En outre, les divisions électroniques du groupe Leonardo en Grande-Bretagne et en Italie apportent leur part en tant que sous-traitants. Hensoldt s'attend à ce que "400 emplois pour des employés hautement qualifiés" soient créés en Allemagne sur l'ensemble de la période du programme. Cela s'accompagnera d'un renforcement de la compétence technologique et du rôle de fournisseur clé dans le domaine des capteurs aéroportés, notamment en ce qui concerne le programme FCAS.

110 radars pour l'Eurofighter de l'armée de l'air allemande
En conséquence, Hensoldt investit considérablement dans l'expansion des capacités nécessaires, principalement à Ulm. "5000 mètres carrés de surface au sol sont nécessaires, dont plus de la moitié doit être désignée comme zone restreinte", dit-on. Un effort qui en vaut la peine, car "avec la responsabilité de la conception du système ECRS Mk1, Hensoldt a la possibilité de devenir à moyen terme un fournisseur de systèmes pour les radars de combat", explique le Dr Torben Brack, responsable du développement commercial des radars aéroportés.

Programme de développement et de construction
Pour l'instant, l'accent est toutefois mis sur le programme de développement et de construction en cours, qui se déroule à un rythme serré et que le chef de Hensoldt, Thomas Müller, a décrit comme "un signal de confiance dans la coopération européenne en matière de défense". Les premiers travaux ont été entamés avant même la signature du contrat, avec "des équipes de différents domaines travaillant ensemble de manière transversale, dans certains cas en utilisant des méthodes agiles nouvellement introduites". L'intégration dans l'Eurofighter et le rééquipement des avions existants de l'armée de l'air avec la configuration initiale "Step-0" (essentiellement CAPTOR-E avec des modules T/R nouvellement développés) doivent être mis en œuvre dès 2023.

Coût total d'environ 2,8 milliards d'euros
L'Allemagne a commandé environ 110 radars, pour un coût total d'environ 2,8 milliards d'euros. L'Espagne a d'abord commandé cinq radars, et un peu moins de 20 autres suivront dès que des fonds seront disponibles dans le budget de la défense. Les radars seront installés chez Airbus à Manching et Getafe.

 

spacer.png

L'ECRS Mk1 est en cours de développement sous la direction de Hensoldt. Il recevra

de nouveaux modules d'antenne et un nouveau récepteur multicanaux.

Réseau actif à balayage électronique
Techniquement parlant, l'ECRS Mk1 s'appuie sur plus de deux décennies de travail de développement des systèmes AESA (Active Electronically Scanned Array), que les entreprises d'électronique militaire des pays partenaires de l'Eurofighter dans le consortium EuroRADAR ont réalisé dans le cadre de divers programmes. Le CAPTOR-E Mk0 (alias Radar 1+), le prédécesseur de l'ECRS, sera installé dans les Eurofighters pour les clients à l'exportation du Koweït (28 avions, commandés en avril 2016) et du Qatar (24, commandés en décembre 2017). Les livraisons de ces jets devraient commencer cette année.

ECRS Mk1
"Le changement décisif de l'ECRS Mk1 dans la dernière version "Step 1" est l'utilisation d'un récepteur numérique multicanaux entièrement nouveau, beaucoup plus performant pour traiter les données des nombreux canaux étroits et à large bande de l'antenne", explique Ulrich Pietzschmann, directeur technique du programme radar Eurofighter de Hensoldt. Cela réduit la charge du processeur radar, qui est repris de la version Mk0, et permet d'ajouter de nouvelles fonctions.

Modules émetteurs/récepteurs de l'antenne
Les modules d'émission/réception de l'antenne seront également développés, principalement dans le but d'obtenir une bande passante considérablement plus large. Au total, l'antenne se compose de plus de 1400 modules T/R. Hensoldt a mis en place une installation de production hautement automatisée pour ces modules à Ulm ("la plus grande usine d'Europe") et fournit également ces modules pour le radar Mk0.

Repositionneur
Le "repositionneur" est bien sûr conservé. Il fait tourner l'antenne, qui est montée à un angle de 30 degrés. Cette méthode est plus lente qu'avec une antenne mécanique, mais elle garantit que le champ de vision du radar est non seulement de 120 degrés (comme avec les antennes fixes des systèmes américains) mais aussi d'environ 200 degrés. Cela signifie que l'Eurofighter peut, par exemple, se détourner plus tôt et garder l'ennemi en vue plus loin, ce qui pourrait permettre de nouvelles tactiques de combat aérien. L'inclinaison vers le bas pour les fonctions air-sol devient également de plus en plus importante. À cet égard, le radar AESA, qui fonctionne dans ce qu'on appelle la bande X, offre divers modes de détection et de poursuite de cibles terrestres et maritimes ainsi que de production de cartes radar à haute résolution en mode SAR.

De nombreuses fonctions
Dans le domaine aérien, bien sûr, de nombreuses fonctions sont également mises en œuvre, notamment la possibilité de suivre une cible en dehors de la zone de recherche actuelle. Pour ce faire, le faisceau radar (ou un faisceau séparé) saute dans une autre direction en quelques milli-secondes. "Dans sa configuration finale," déclare M. Pietzschmann, "le Mk1 offrira donc des améliorations fonctionnelles opérationnelles étendues, notamment une imagerie SAR à ultra-haute résolution (UHR-SAR), des contre-mesures électroniques améliorées (ECCM), une meilleure reconnaissance des cibles grâce au traitement STAP et des capacités de guerre électronique.

Le radar comme multiplicateur de force pour le système d'armes
Grâce à la direction électronique du faisceau pratiquement instantanée, différents modes de fonctionnement peuvent être effectués pratiquement simultanément dans un radar AESA. La résistance aux interférences présente également des avantages, puisque la forme du faisceau de recherche peut être adaptée et que des "zéros" peuvent être placés dans la direction du brouilleur. En outre, il existe des caractéristiques telles que la reconnaissance automatique des cibles et l'adoption de fonctions de liaison de données.

Un système indispensable
Un radar avec direction électronique du faisceau est donc un système indispensable pour tout avion de chasse aujourd'hui. "Le radar est le principal capteur de l'avion, et les améliorations et l'introduction de nouvelles capacités agissent comme un multiplicateur de l'efficacité opérationnelle globale du système d'armes. Un champ de vision plus large, des performances radar accrues et un fonctionnement multimode automatisé ne sont que quelques-unes des caractéristiques. Un champ de vision plus large et l'intégration intelligente de tous les capteurs contribueront à réduire la charge de travail du pilote et à améliorer en même temps la conscience de la situation", explique Raffael Klaschka, ancien pilote d'Eurofighter et maintenant responsable du marketing stratégique de l'avion chez Eurofighter GmbH.

Le développement britannique avec de fortes fonctions Eloka
"Les faisceaux multiples permettent un suivi extrêmement précis des cibles et donnent au pilote une autorité maximale sur les distances de combat et les décisions tactiques. Grâce au large champ de vision, il est possible de réduire l'approche géométrique d'un ennemi tout en gardant une vue d'ensemble", explique M. Klaschka. Le nouveau radar "offre au pilote un avantage tactique important".

Variante indépendante CAPTOR-E
La Royal Air Force est certainement d'accord, mais comme elle exploite une flotte mixte avec les F-35 Lightning II, elle a un objectif opérationnel complètement différent et peut donc construire sa propre variante CAPTOR-E. Le fabricant Leonardo parle d'une "approche totalement nouvelle", selon laquelle le Mk2 est doté d'une "capacité de guerre électronique de premier plan" en plus des fonctions radar traditionnelles, y compris la possibilité de "brouillage électronique à large bande".

Réseau multifonctionnel
Le radar - comme l'ECRS Mk1 germano-espagnol - "équipera les pilotes de la RAF de la capacité de localiser, d'identifier et de supprimer les systèmes de défense aérienne ennemis au moyen d'émetteurs de brouillage à haute performance. Ils peuvent engager des cibles même si elles sont hors de portée des menaces", explique M. Leonardo. Selon le fabricant, le réseau multifonctionnel du Mk2 possède "beaucoup plus d'éléments émetteurs/récepteurs que les autres radars", mélangés à la technologie de l'arséniure de gallium et du nitrure de gallium.

Systèmes BAE
Le contrat de développement de 317 millions de livres sterling (344 millions d'euros), qui a été attribué début septembre, garantira plus de 600 emplois hautement qualifiés au Royaume-Uni, dont plus de 300 sur le site Leonardo à Édimbourg. BAE Systems intégrera le nouveau capteur. Cependant, une commande en série est toujours en cours. Le secrétaire d'Etat à la défense, Jeremy Quin, a simplement déclaré que le système doit entrer en service "au milieu des années 2020".

Clients potentiels d'Eurofighter à l'exportation
Les clients potentiels des Eurofighters à l'exportation auront alors le choix entre trois radars AESA, et l'actuel Captor-M avec antenne à déplacement mécanique restera également en service encore plus longtemps. "Le système d'armes lui-même - l'avionique, le cockpit, l'alimentation électrique, le système de refroidissement, la structure, ... - est configuré pour prendre en charge toutes ces différentes variantes. "C'est un concept plug-and-play... une interface et une infrastructure communes au sein desquelles plusieurs variantes de radar peuvent être utilisées", explique David Hulme. "L'approche de programme commun permet à Eurofighter de répondre aux différentes exigences des clients sans que les coûts des différentes exigences et des programmes de développement indépendants n'augmentent", a déclaré le vice-président du consortium Eurofighter pour l'E-Scan.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ceci étant j’aime assez une des justifications émises par Hulme concernant la présence de 3 E-scan différents pour l’Eurofighter :

« The aim is to maximize flexibility and end-user configurability. That’s why there are a number of different radar variants, each with their own particular features and strengths. These can be further configured and refined through end-user mission-data. »

Si ça c’est pas du pur marketing bullshit je ne sais pas ce que c’est.

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, le repositionneur.
Il faut croire que les américains sont vraiment stupides de pas en avoir mis dans les énormes nez de leurs très gros chasseurs. Particulièrement furtifs. :rolleyes:
Ou alors ils ont simplement conscience des défis techniques posés par le désalignement des articulations mécaniques et du poids que cela fera peser sur la maintenance.

Bon cela étant c'est silence radio chez Thalès pour le RBE2 GaN. "Pas de nouvelles bonnes nouvelles"?
J'espère quand même voir un proto pour 2024 et qu'on ait une vision claire des antennes latérales de F4.2.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 36 minutes, Patrick a dit :

J'espère quand même voir un proto pour 2024 et qu'on ait une vision claire des antennes latérales de F4.2.

Patrick, malheureux ! On est sur le fil Eurofighter ici ! Ne parle pas de vision claire, d’antenne latérale et de management de programme bien mené ! Si jamais un gars de chez Eurofighter gmbh venait à tomber là-dessus il penserait avoir atterri sur un forum de science-fiction ! 

Edited by cicsers
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/11/2020 à 16:15, Picdelamirand-oil a dit :

Coût total d'environ 2,8 milliards d'euros
L'Allemagne a commandé environ 110 radars, pour un coût total d'environ 2,8 milliards d'euros. L'Espagne a d'abord commandé cinq radars, et un peu moins de 20 autres suivront dès que des fonds seront disponibles dans le budget de la défense. Les radars seront installés chez Airbus à Manching et Getafe.

Bordel, c'est tellement cher !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 52 minutes, bubzy a dit :

Je pense que c'est comme ça qu'on les recrute d'ailleurs.

C’est même certain. Et puis savoir challenger les KPI aussi ça à l’air d’être important chez eux. Chez Eurofighter ils me rappellent une blague sur les banquiers d’affaires, sauf que là ils la font avec des radars.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 15/09/2020 à 16:07, Kelkin a dit :

L'annonce du gouvernement reste bien ambigüe dans sa formulation : les Typhoons seront équipés d'un nouveau radar grâce à un investissement de 317 millions de livres, mais ça ne dit jamais combien en seront équipés avec ce budget. Pour le reste, l'article parle bien de développement, pas de production.

Donc, il faut voir ce que ça donnera.

il y a une heure, PolluxDeltaSeven a dit :

Bordel, c'est tellement cher !

Bon ça clarifie les ordres de grandeur du prix du Captor et comme ECRS MK2 des anglais a des fonctions en plus du MK1, EA par exemple, il doit être plus cher ce qui rend impossible que l'appro de 40 Radars soit inclus dans le contrat £ 317 Millions.

Sinon Ils dépensent pas mal à développer 3 versions:

Citation

 

In November 2014, at the Edinburgh office of Selex ES, the European consortium Eurofighter GmbH and the inter-governmental agency NETMA (NATO Eurofighter and Tornado Management Agency) signed a contract worth £1 billion to develop the new electronically scanned Captor-E radar for the Typhoon.

Flight trials of the E-Scan AESA radar have begun following the successful completion of ground tests using a UK Eurofighter Typhoon test aircraft, clearing the path towards full integration of the radar.

 

https://ukdefencejournal.org.uk/new-typhoon-aesa-radar-flight-trials-begin/

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Complètement dans l'image pour l'Eurofighter

Systèmes BAE

En plus d'un nouveau radar, l'Eurofighter a besoin de nouvelles améliorations. Collins Aerospace à Heidelberg travaille sur des ordinateurs plus puissants et de nouveaux grands écrans.

Karl Schwarz 6 décembre 2020

Schon bisher ist Collins Aerospace in Heidelberg der Hauptlieferant für Eurofighter Missionscomputer made in Germany. Außerdem lieferte das Unternehmen smarte Bildschirme (17,7 x 12,7 cm) und die Rechnereinheit des Head-up-Displays für die Gripen NG. In diesen beiden Geschäftsfeldern will das Unternehmen, das Teil des Weltkonzerns Raytheon Technologies ist, seine Position festigen und weiter ausbauen.

System Prototyping Integration Demonstration Rig

So arbeiten die Spezialisten derzeit in Heidelberg an einem System Prototyping Integration Demonstration Rig (SPIDR), mit dem man die Möglichkeiten unter anderem des neuen Großdisplays MFD-4820 für militärische Anwendungen präsentieren kann. Die Entwicklungsumgebung ermöglicht es, die Wünsche von Kampfjetpiloten bezüglich der Anzeigeformate und Bedienphilosophien einzuholen und diese unkompliziert umzusetzen. Das 20,3 x 50,8 cm große MFD-4820 bietet einen durchgehenden LED-Bildschirm mit hoher Leuchtkraft, der auch mit Nachtsichtbrillen betrachtet werden kann. Er ist als resistiver Touchscreen ausgeführt, reagiert also auf Druck und kann somit auch mit Fliegerhandschuhen bedient werden. Details wie eine Halterille und eine Eingabeauslösung,die erst reagiert, wenn man den Finger wieder wegzieht, sollen die Handhabung auch bei Turbulenzen und harten Manövern einfach machen.

UNSERE HIGHLIGHTS

EMBRAER E195-E2 FÜR AZULDas wohl bunteste Flugzeug Südamerikas

VBACE-PREMIEREVorhang auf für die King Air 260

PILATUS P-2Pilatus' Erstlingswerk

VIRGIN-JUMBO„Ruby Tuesday“ wird zum Frachter

DOPPELDECKER GESUCHTAntonow An-2 für die US Marines?

RAKETEN AN BORDStealth-Drohne „Ochotnik“ fliegt als Abfangjäger

ADVENTSKALENDER 2020Preise im Wert von über 25.000 €!

MEHR ZUFlugzeugtechnik

Datenflut

Große Displayflächen werden für Kampfjets immer wichtiger, um die durch moderne Sensoren generierte Datenflut gut aufbereitet zu präsentieren und so den Piloten zu entlasten. Neben der F-35 Lightning II werden unter anderen die neuesten F-15- und F-18-Versionen sowie die brasilianischen Gripen E/F mit Großdisplays ausgerüstet.

Eurofighter

Collins Aerospace in Heidelberg arbeitet an leistungsfähigeren Rechnern und neuen Großdisplays.

Quadriga-Programms

De plus en plus de données et de nouvelles fonctions telles que le contrôle des avions d'escorte sans pilote nécessitent également des ordinateurs puissants, d'autant plus que les ordinateurs installés dans l'Eurofighter aujourd'hui sont vieux de plusieurs générations. A court terme, cela implique l'échange de composants au niveau des composants afin de maintenir la compatibilité. Cela s'applique, par exemple, aux nouveaux Eurofighters qui doivent être achetés pour l'armée de l'air dans le cadre du programme Quadriga.

SPONSORISÉ

MARCHÉ DE L'EMPLOI FLUG REVUE

Vous recherchez un nouveau poste dans le secteur de l'aviation?

Nouvelles architectures

Cependant, si vous regardez l'Eurofighter Long Term Evolution (LTE) ou le New Generation Fighter (qui fait partie de FCAS), des architectures complètement nouvelles apparaissent qui offrent des performances beaucoup plus élevées. Sur la base des exigences opérationnelles et des logiciels nécessaires, il ne fonctionnera pas sans processeurs multicœurs.

Intelligence artificielle

Collins Aerospace poursuit constamment des approches et des architectures de système ouvertes, modulaires et standardisées afin de pouvoir réagir plus rapidement et de manière plus rentable aux besoins spécifiques des clients à l'avenir. L'approbation de logiciels complexes est un défi majeur. Cela s'appliquera d'autant plus à l'avenir lorsque les systèmes d'auto-apprentissage ou l'intelligence artificielle entreront en jeu - autant de sujets qui sont fermement au centre de l'attention de Collins Aerospace à Heidelberg.

https://www.flugrevue.de/collins-aerospace-in-heidelberg-voll-im-bild/

Edited by weasel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,549
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,028
    Total Topics
    1,362,115
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries