Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Rafale]


g4lly
 Share

Recommended Posts

Faut il des modifications, ou un passage de contrôle en atelier pour passer à un potentiel de vol de 9000 heures au lieu des 7000 heures de base ? 
Les Rafales neufs sont ils ils maintenant certifiés pour 9000 heures dès la sortie de ligne d’assemblage ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 39 minutes, Titus K a dit :

Faut il des modifications, ou un passage de contrôle en atelier pour passer à un potentiel de vol de 9000 heures au lieu des 7000 heures de base ? 
Les Rafales neufs sont ils ils maintenant certifiés pour 9000 heures dès la sortie de ligne d’assemblage ?

la réponse à cette question m'intéresse aussi...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Titus K a dit :

Faut il des modifications, ou un passage de contrôle en atelier pour passer à un potentiel de vol de 9000 heures au lieu des 7000 heures de base ? 
Les Rafales neufs sont ils ils maintenant certifiés pour 9000 heures dès la sortie de ligne d’assemblage ?

Au début on associait la pose des renforts avec le passage à F3R pour les Rafale Français, mais cela n'avait pas de sens, les deux évolutions étant sans aucun rapport, simplement on profitait de l'immobilisation nécessaire pour le passage à F3R pour appliquer aussi la pose de renforts. On disait aussi qu'on pouvait le faire au cours des opérations de maintenance courantes.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Au début on associait la pose des renforts avec le passage à F3R pour les Rafale Français, mais cela n'avait pas de sens, les deux évolutions étant sans aucun rapport, simplement on profitait de l'immobilisation nécessaire pour le passage à F3R pour appliquer aussi la pose de renforts. On disait aussi qu'on pouvait le faire au cours des opérations de maintenance courantes.

Et pour les nouveaux avions sortis d'usine en 2022/3/4/5... ?

Edited by Titus K
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, kor4116 a dit :

https://newpost.gr/eidiseis/o-fonikos-syndyasmos-rafale-viper-fernei-tin-kypro-entos-drastikoy-velinekoys-pos-oi-fregates-belharra-kleidonoyn-tin-anatoliki-mesogeio-to-minyma-dendia/

Selon l'armée de l'air grecque, Rafale et Viper constituent la meilleure combinaison. Changeur de donne La combinaison du puissant radar AESA du Rafale, de la supériorité aérienne du missile Meteor et de l'arme à distance à longue portée du Viper devrait submerger la Turquie. Leur combinaison pourrait protéger Chypre en survolant à basse altitude la Méditerranée orientale sans être détectée par le radar turc.

 

spacer.png

C'est quoi "l'arme longue portée du Viper" ?  Un missile air sol j'imagine.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Au début on associait la pose des renforts avec le passage à F3R pour les Rafale Français, mais cela n'avait pas de sens, les deux évolutions étant sans aucun rapport, simplement on profitait de l'immobilisation nécessaire pour le passage à F3R pour appliquer aussi la pose de renforts. On disait aussi qu'on pouvait le faire au cours des opérations de maintenance courantes.

Il ne faut pas forcément généraliser sur la pose de renforts sur l'ensemble de la flotte et se baser uniquement sur le nombre d'hdv. Le rafale dispose d'un suivi IF (indice de fatigue) qui permet de connaître en permanence le niveau de potentiel restant. Une heure de vol convoyage n'est pas équivalent à une heure de vol avec dogfight par exemple ou à un vol pour le RSD. Un logiciel spécifique brasse à chaque vol toutes les données et à partir de là, chaque appareil voit son potentiel évoluer. Bien sûr la gestion des disponibilités permet de répartir au mieux et de façon équilibrée les potentiels sur l'ensemble de la flotte. A cela se rajoute des visites de structure sur opportunités pour confirmer les calculs et adapter aux besoins les données en sachant que des marges substantielles ont été prises au départ du programme. La configuration double delta est conception très robuste et permet un potentiel important.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ronfly a dit :

La configuration double delta est conception très robuste et permet un potentiel important.

Ce n'est pas le Rafale A qui était double delta ? Puis Dassault est revenu à une aile delta simple au final?

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, emixam a dit :

Ce n'est pas le Rafale A qui était double delta ? Puis Dassault est revenu à une aile delta simple au final?

… Quelle est la différence structurelle entre une configuration (on parle d’aile ?) double delta et delta simple ?

Merci, merci

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Ardachès a dit :

… Quelle est la différence structurelle entre une configuration (on parle d’aile ?) double delta et delta simple ?

Merci, merci

Cette configuration double delta ou encore aile brisée, offre quasiment les mêmes conditions de vols que l’aile gothique genre concorde. Mais son aspect est moins esthétique, car l’aile delta est « brisée » en deux sections offrant une flèche d’un angle différent comme on avait le démonstrateur Rafale A ou le Saab J35.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Article d'un think tank qui parle surtout de l'industrie de defense en France...

https://richardaboulafia.com/september-2023-letter

Ca ma fait rire, mais rassure-moi que c'est pas vrai?

Quote

Yet in the first half of the year, deliveries came to…four.

Four Rafales? Equities analysts rate companies “Neutral” or “Outperform” or “Underweight.” Four deliveries earns Dassault a rating of “Adorable.”

Spoiler

Lettre de septembre 2023

Chers amis Franco-aérophiles,

En juin, Le Bourget est revenu après quatre ans d'absence, et je n'en ai pas parlé. Permettez-moi de faire amende honorable. C'était un grand spectacle. Mais le plus beau a été de visiter Paris pour la première fois depuis la pandémie. Heureusement, les magasins excentriques que j'aime ont survécu. Ma librairie d'occasion préférée ? Toujours là. Une pâtisserie spécialisée dans les figurines de dessins animés en pâte d'amande (comme Astérix et Obélix !)? Oui ! La boutique bizarre de Saint-Germain qui ne vend que des souvenirs du Petit Prince ? Toujours là aussi. Des économies d'échelle ? Nulle part. Les grandes surfaces, Amazon ou les propriétaires et investisseurs privés rapaces n'ont pas tué ce qui fait la grandeur de Paris.

C'est également vrai pour l'industrie de la défense française. L'industrie française, contrairement à l'industrie britannique ou allemande, a été protégée des prédations du capitalisme tardif pendant la récession de l'après-guerre froide (les budgets plus élevés ont maintenu les États-Unis en meilleure forme, mais l'industrie américaine a quand même été frappée par les mêmes forces ; pour un bon bilan, voir ici). J'ai visité les nombreuses installations de Dassault en 1997, et elles semblaient toutes dotées d'un personnel suffisant - il n'était pas question de rationaliser, de fusionner avec qui que ce soit ou de fermer quoi que ce soit, malgré une production relativement faible cette année-là (31 Mirages, contre 75 en 1985).


Grâce à la protection du gouvernement dans les années 1990 et 2000, l'industrie de la défense française est plus performante que celle de n'importe quel autre pays européen - elle peut tout fournir, des avions de combat nationaux aux armes nucléaires, en passant par les chars d'assaut et les sous-marins nucléaires. La chaîne d'approvisionnement de l'industrie française est également verticalement nationale, à un degré bien plus élevé que dans tout autre pays, à l'exception de la Russie (bien que l'Inde et la Chine, deux pays encore plus étatistes que la France, veuillent suivre cette voie). À part MBDA et quelques autres exceptions, ce qui se passe dans la défense française reste essentiellement en France. Avec les exportations, bien sûr.


Mais ce niveau impressionnant de souveraineté et l'étendue des capacités peuvent freiner l'industrie de défense française. Prenons l'exemple du Rafale. Pour un avion de combat purement national, il est remarquable et 100 % français (principalement avec Safran et Thales, mais aussi des dizaines d'autres fournisseurs français). Et le marché le réclame, avec plus de 170 commandes en attente - principalement pour l'exportation - et d'autres commandes en cours de négociation. Pourtant, au cours du premier semestre, les livraisons se sont élevées à... quatre.


Quatre Rafales ? Les analystes boursiers classent les entreprises dans les catégories "neutre", "surperformant" ou "sous-pondéré". Quatre livraisons valent à Dassault une note "adorable". J'associe ce type de production à l'atelier du Père Noël dans les vitrines de Noël de Macy's de ma jeunesse.

Il est évident qu'il est beaucoup plus difficile de développer une industrie nationale qu'une industrie mondialisée. L'année dernière, dix fois plus de F-35 ont été livrés que de Rafales (141 contre 14). Le F-35 fait appel aux ressources de production (et aux capitaux d'investissement) de plus d'une douzaine de pays, l'Allemand Rheinmetall s'étant ajouté cette année à la liste des principaux fournisseurs. Certes, les budgets de l'industrie et de la défense des États-Unis sont bien plus importants que ceux de la France, mais à son apogée en 2010, l'Eurofighter, qui regroupe quatre pays, comptait 57 appareils ; Dassault et ses partenaires français sont parvenus à produire deux Rafale par mois en seulement deux ans jusqu'à présent. Peut-être reviendront-ils à deux par mois l'année prochaine. Peut-être qu'un an ou deux plus tard, ils passeront à trois.


Il faut également tenir compte du rôle de la France dans Airbus, le plus grand constructeur d'avions au monde. Il se dirige vers une production de 90 avions par mois dans quelques années, principalement grâce à sa mondialisation, à ses principaux partenaires européens, à ses nombreux fournisseurs étrangers et à ses quatre chaînes d'assemblage final situées hors de France. L'industrie de défense française, en revanche, est bloquée en première vitesse.


Ce problème d'échelle a une conséquence majeure : les pays à la recherche d'un fournisseur d'armes non aligné sont dans une situation difficile. Jusqu'à l'invasion de l'Ukraine, il y avait toujours la Russie comme source - l'Inde était de loin leur plus gros client, et la Russie était le plus gros fournisseur de l'Inde. Même l'Inde estime que cette situation doit être repensée. La Chine n'est pas une option car peu de pays la considèrent comme un bon partenaire (comme je l'ai écrit). Tout ce qui est paneuropéen est problématique, car l'Allemagne est considérée comme peu fiable en raison de sa préoccupation démodée pour les droits de l'homme.


La France reste donc la deuxième source d'armes de choix, ce qui explique la popularité soudaine du Rafale. L'Inde, l'Égypte, le Qatar, l'Indonésie et, surtout, les Émirats arabes unis ne veulent pas dépendre uniquement des États-Unis et ont donc passé d'importantes commandes de Rafale, qui seront suivies d'autres. Étant donné que l'Arabie saoudite ne recevra probablement pas une deuxième tranche d'Eurofighter de sitôt (encore une fois, à cause de l'Allemagne), il est probable qu'elle soit également un gros client de Rafale. Mais compte tenu des contraintes de production, quand peuvent-ils espérer les recevoir ?


À moins que la France ne parvienne à augmenter sa production et que les fournisseurs émergents du monde entier ne commercialisent leurs nouvelles plates-formes (la Corée du Sud a pris un bon départ), l'industrie américaine dominera de plus en plus. Selon le SIPRI, les transferts d'armes américains ont fait un bond de 32 % l'année dernière par rapport à 2021. La France, en revanche, a en fait diminué l'année dernière, d'une manière ou d'une autre.


La stratégie française de repli sur soi, de protection de l'industrie contre les forces du marché et les pressions extérieures a manifestement bien fonctionné pendant les périodes difficiles, mais elle étouffe la France lorsque les marchés sont en plein essor. Les politiques doivent évoluer avec le temps.


Le SCAF pourrait servir de test. J'ai écrit que l'idée d'un avion de combat franco-allemand est profondément erronée ; peut-être que dans le contexte de ce besoin de mondialisation, cela pourrait avoir du sens. Mais compte tenu de sa position sur les exportations, l'Allemagne ne serait pas le meilleur partenaire. Pensez-y : lors de la création de l'Eurofighter, la France a été invitée à se joindre au projet ; elle a exigé 46 % de ce qui aurait été un programme regroupant cinq pays. Elle a ensuite été désinvitée. C'est ainsi que le Rafale a vu le jour.


En bref, il ne faut pas s'attendre à ce que la France change. Soit elle réussit à se développer seule, soit son industrie reste limitée. Si le budget de la défense, les capitaux, les compétences et les technologies de la France étaient intégrés dans une industrie européenne plus importante, le continent bénéficierait d'une masse critique. Sans la France, et avec le Royaume-Uni qui suit sa propre voie, le reste de l'Europe restera une collection de producteurs relativement petits. Ceux-ci auront leurs propres problèmes pour se développer. Si les États-Unis sont un jour considérés comme un fournisseur moins fiable (pour des raisons politiques), comment l'Europe prendra-t-elle le relais ?


À vous, jusqu'à ce que Washington se dote d'un magasin excentrique vendant des produits Dassault,


Richard Aboulafia

 

  • Thanks 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, 1foismax a dit :

Article d'un think tank qui parle surtout de l'industrie de defense en France...

https://richardaboulafia.com/september-2023-letter

Ca ma fait rire, mais rassure-moi que c'est pas vrai?

  Révéler le contenu masqué

Lettre de septembre 2023

Chers amis Franco-aérophiles,

En juin, Le Bourget est revenu après quatre ans d'absence, et je n'en ai pas parlé. Permettez-moi de faire amende honorable. C'était un grand spectacle. Mais le plus beau a été de visiter Paris pour la première fois depuis la pandémie. Heureusement, les magasins excentriques que j'aime ont survécu. Ma librairie d'occasion préférée ? Toujours là. Une pâtisserie spécialisée dans les figurines de dessins animés en pâte d'amande (comme Astérix et Obélix !)? Oui ! La boutique bizarre de Saint-Germain qui ne vend que des souvenirs du Petit Prince ? Toujours là aussi. Des économies d'échelle ? Nulle part. Les grandes surfaces, Amazon ou les propriétaires et investisseurs privés rapaces n'ont pas tué ce qui fait la grandeur de Paris.

C'est également vrai pour l'industrie de la défense française. L'industrie française, contrairement à l'industrie britannique ou allemande, a été protégée des prédations du capitalisme tardif pendant la récession de l'après-guerre froide (les budgets plus élevés ont maintenu les États-Unis en meilleure forme, mais l'industrie américaine a quand même été frappée par les mêmes forces ; pour un bon bilan, voir ici). J'ai visité les nombreuses installations de Dassault en 1997, et elles semblaient toutes dotées d'un personnel suffisant - il n'était pas question de rationaliser, de fusionner avec qui que ce soit ou de fermer quoi que ce soit, malgré une production relativement faible cette année-là (31 Mirages, contre 75 en 1985).


Grâce à la protection du gouvernement dans les années 1990 et 2000, l'industrie de la défense française est plus performante que celle de n'importe quel autre pays européen - elle peut tout fournir, des avions de combat nationaux aux armes nucléaires, en passant par les chars d'assaut et les sous-marins nucléaires. La chaîne d'approvisionnement de l'industrie française est également verticalement nationale, à un degré bien plus élevé que dans tout autre pays, à l'exception de la Russie (bien que l'Inde et la Chine, deux pays encore plus étatistes que la France, veuillent suivre cette voie). À part MBDA et quelques autres exceptions, ce qui se passe dans la défense française reste essentiellement en France. Avec les exportations, bien sûr.


Mais ce niveau impressionnant de souveraineté et l'étendue des capacités peuvent freiner l'industrie de défense française. Prenons l'exemple du Rafale. Pour un avion de combat purement national, il est remarquable et 100 % français (principalement avec Safran et Thales, mais aussi des dizaines d'autres fournisseurs français). Et le marché le réclame, avec plus de 170 commandes en attente - principalement pour l'exportation - et d'autres commandes en cours de négociation. Pourtant, au cours du premier semestre, les livraisons se sont élevées à... quatre.


Quatre Rafales ? Les analystes boursiers classent les entreprises dans les catégories "neutre", "surperformant" ou "sous-pondéré". Quatre livraisons valent à Dassault une note "adorable". J'associe ce type de production à l'atelier du Père Noël dans les vitrines de Noël de Macy's de ma jeunesse.

Il est évident qu'il est beaucoup plus difficile de développer une industrie nationale qu'une industrie mondialisée. L'année dernière, dix fois plus de F-35 ont été livrés que de Rafales (141 contre 14). Le F-35 fait appel aux ressources de production (et aux capitaux d'investissement) de plus d'une douzaine de pays, l'Allemand Rheinmetall s'étant ajouté cette année à la liste des principaux fournisseurs. Certes, les budgets de l'industrie et de la défense des États-Unis sont bien plus importants que ceux de la France, mais à son apogée en 2010, l'Eurofighter, qui regroupe quatre pays, comptait 57 appareils ; Dassault et ses partenaires français sont parvenus à produire deux Rafale par mois en seulement deux ans jusqu'à présent. Peut-être reviendront-ils à deux par mois l'année prochaine. Peut-être qu'un an ou deux plus tard, ils passeront à trois.


Il faut également tenir compte du rôle de la France dans Airbus, le plus grand constructeur d'avions au monde. Il se dirige vers une production de 90 avions par mois dans quelques années, principalement grâce à sa mondialisation, à ses principaux partenaires européens, à ses nombreux fournisseurs étrangers et à ses quatre chaînes d'assemblage final situées hors de France. L'industrie de défense française, en revanche, est bloquée en première vitesse.


Ce problème d'échelle a une conséquence majeure : les pays à la recherche d'un fournisseur d'armes non aligné sont dans une situation difficile. Jusqu'à l'invasion de l'Ukraine, il y avait toujours la Russie comme source - l'Inde était de loin leur plus gros client, et la Russie était le plus gros fournisseur de l'Inde. Même l'Inde estime que cette situation doit être repensée. La Chine n'est pas une option car peu de pays la considèrent comme un bon partenaire (comme je l'ai écrit). Tout ce qui est paneuropéen est problématique, car l'Allemagne est considérée comme peu fiable en raison de sa préoccupation démodée pour les droits de l'homme.


La France reste donc la deuxième source d'armes de choix, ce qui explique la popularité soudaine du Rafale. L'Inde, l'Égypte, le Qatar, l'Indonésie et, surtout, les Émirats arabes unis ne veulent pas dépendre uniquement des États-Unis et ont donc passé d'importantes commandes de Rafale, qui seront suivies d'autres. Étant donné que l'Arabie saoudite ne recevra probablement pas une deuxième tranche d'Eurofighter de sitôt (encore une fois, à cause de l'Allemagne), il est probable qu'elle soit également un gros client de Rafale. Mais compte tenu des contraintes de production, quand peuvent-ils espérer les recevoir ?


À moins que la France ne parvienne à augmenter sa production et que les fournisseurs émergents du monde entier ne commercialisent leurs nouvelles plates-formes (la Corée du Sud a pris un bon départ), l'industrie américaine dominera de plus en plus. Selon le SIPRI, les transferts d'armes américains ont fait un bond de 32 % l'année dernière par rapport à 2021. La France, en revanche, a en fait diminué l'année dernière, d'une manière ou d'une autre.


La stratégie française de repli sur soi, de protection de l'industrie contre les forces du marché et les pressions extérieures a manifestement bien fonctionné pendant les périodes difficiles, mais elle étouffe la France lorsque les marchés sont en plein essor. Les politiques doivent évoluer avec le temps.


Le SCAF pourrait servir de test. J'ai écrit que l'idée d'un avion de combat franco-allemand est profondément erronée ; peut-être que dans le contexte de ce besoin de mondialisation, cela pourrait avoir du sens. Mais compte tenu de sa position sur les exportations, l'Allemagne ne serait pas le meilleur partenaire. Pensez-y : lors de la création de l'Eurofighter, la France a été invitée à se joindre au projet ; elle a exigé 46 % de ce qui aurait été un programme regroupant cinq pays. Elle a ensuite été désinvitée. C'est ainsi que le Rafale a vu le jour.


En bref, il ne faut pas s'attendre à ce que la France change. Soit elle réussit à se développer seule, soit son industrie reste limitée. Si le budget de la défense, les capitaux, les compétences et les technologies de la France étaient intégrés dans une industrie européenne plus importante, le continent bénéficierait d'une masse critique. Sans la France, et avec le Royaume-Uni qui suit sa propre voie, le reste de l'Europe restera une collection de producteurs relativement petits. Ceux-ci auront leurs propres problèmes pour se développer. Si les États-Unis sont un jour considérés comme un fournisseur moins fiable (pour des raisons politiques), comment l'Europe prendra-t-elle le relais ?


À vous, jusqu'à ce que Washington se dote d'un magasin excentrique vendant des produits Dassault,


Richard Aboulafia

 

c'est pas totalement vrai. Effectivement seulement 4 Rafale ont ete livré a l'AAE mais apparemment il y a entre les 2 un autre acteur qui semble ralentir le rythme... à confirmer.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Citer Aboulzfia est amusant. La partie sur Airbus qui livre basiquement a cause de tout ce qui est non français devrait suffire à bannir définitivement toute mention des écrits de ce type.

 

Une autre belle incohérence quand il reconnaît a la fois que sans la souveraineté de la France l'industrie locale aurait morflé, mais que c'est quand même pas bien d'être souverain. 

 

Ha et au fait Toulouse sort plus (et pas qu'un peu) d'appareils que toutes les autres FAL reunie

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, 1foismax a dit :

Article d'un think tank qui parle surtout de l'industrie de defense en France...

https://richardaboulafia.com/september-2023-letter

Ca ma fait rire, mais rassure-moi que c'est pas vrai?

  Masquer le contenu

Lettre de septembre 2023

Chers amis Franco-aérophiles,

En juin, Le Bourget est revenu après quatre ans d'absence, et je n'en ai pas parlé. Permettez-moi de faire amende honorable. C'était un grand spectacle. Mais le plus beau a été de visiter Paris pour la première fois depuis la pandémie. Heureusement, les magasins excentriques que j'aime ont survécu. Ma librairie d'occasion préférée ? Toujours là. Une pâtisserie spécialisée dans les figurines de dessins animés en pâte d'amande (comme Astérix et Obélix !)? Oui ! La boutique bizarre de Saint-Germain qui ne vend que des souvenirs du Petit Prince ? Toujours là aussi. Des économies d'échelle ? Nulle part. Les grandes surfaces, Amazon ou les propriétaires et investisseurs privés rapaces n'ont pas tué ce qui fait la grandeur de Paris.

C'est également vrai pour l'industrie de la défense française. L'industrie française, contrairement à l'industrie britannique ou allemande, a été protégée des prédations du capitalisme tardif pendant la récession de l'après-guerre froide (les budgets plus élevés ont maintenu les États-Unis en meilleure forme, mais l'industrie américaine a quand même été frappée par les mêmes forces ; pour un bon bilan, voir ici). J'ai visité les nombreuses installations de Dassault en 1997, et elles semblaient toutes dotées d'un personnel suffisant - il n'était pas question de rationaliser, de fusionner avec qui que ce soit ou de fermer quoi que ce soit, malgré une production relativement faible cette année-là (31 Mirages, contre 75 en 1985).


Grâce à la protection du gouvernement dans les années 1990 et 2000, l'industrie de la défense française est plus performante que celle de n'importe quel autre pays européen - elle peut tout fournir, des avions de combat nationaux aux armes nucléaires, en passant par les chars d'assaut et les sous-marins nucléaires. La chaîne d'approvisionnement de l'industrie française est également verticalement nationale, à un degré bien plus élevé que dans tout autre pays, à l'exception de la Russie (bien que l'Inde et la Chine, deux pays encore plus étatistes que la France, veuillent suivre cette voie). À part MBDA et quelques autres exceptions, ce qui se passe dans la défense française reste essentiellement en France. Avec les exportations, bien sûr.


Mais ce niveau impressionnant de souveraineté et l'étendue des capacités peuvent freiner l'industrie de défense française. Prenons l'exemple du Rafale. Pour un avion de combat purement national, il est remarquable et 100 % français (principalement avec Safran et Thales, mais aussi des dizaines d'autres fournisseurs français). Et le marché le réclame, avec plus de 170 commandes en attente - principalement pour l'exportation - et d'autres commandes en cours de négociation. Pourtant, au cours du premier semestre, les livraisons se sont élevées à... quatre.


Quatre Rafales ? Les analystes boursiers classent les entreprises dans les catégories "neutre", "surperformant" ou "sous-pondéré". Quatre livraisons valent à Dassault une note "adorable". J'associe ce type de production à l'atelier du Père Noël dans les vitrines de Noël de Macy's de ma jeunesse.

Il est évident qu'il est beaucoup plus difficile de développer une industrie nationale qu'une industrie mondialisée. L'année dernière, dix fois plus de F-35 ont été livrés que de Rafales (141 contre 14). Le F-35 fait appel aux ressources de production (et aux capitaux d'investissement) de plus d'une douzaine de pays, l'Allemand Rheinmetall s'étant ajouté cette année à la liste des principaux fournisseurs. Certes, les budgets de l'industrie et de la défense des États-Unis sont bien plus importants que ceux de la France, mais à son apogée en 2010, l'Eurofighter, qui regroupe quatre pays, comptait 57 appareils ; Dassault et ses partenaires français sont parvenus à produire deux Rafale par mois en seulement deux ans jusqu'à présent. Peut-être reviendront-ils à deux par mois l'année prochaine. Peut-être qu'un an ou deux plus tard, ils passeront à trois.


Il faut également tenir compte du rôle de la France dans Airbus, le plus grand constructeur d'avions au monde. Il se dirige vers une production de 90 avions par mois dans quelques années, principalement grâce à sa mondialisation, à ses principaux partenaires européens, à ses nombreux fournisseurs étrangers et à ses quatre chaînes d'assemblage final situées hors de France. L'industrie de défense française, en revanche, est bloquée en première vitesse.


Ce problème d'échelle a une conséquence majeure : les pays à la recherche d'un fournisseur d'armes non aligné sont dans une situation difficile. Jusqu'à l'invasion de l'Ukraine, il y avait toujours la Russie comme source - l'Inde était de loin leur plus gros client, et la Russie était le plus gros fournisseur de l'Inde. Même l'Inde estime que cette situation doit être repensée. La Chine n'est pas une option car peu de pays la considèrent comme un bon partenaire (comme je l'ai écrit). Tout ce qui est paneuropéen est problématique, car l'Allemagne est considérée comme peu fiable en raison de sa préoccupation démodée pour les droits de l'homme.


La France reste donc la deuxième source d'armes de choix, ce qui explique la popularité soudaine du Rafale. L'Inde, l'Égypte, le Qatar, l'Indonésie et, surtout, les Émirats arabes unis ne veulent pas dépendre uniquement des États-Unis et ont donc passé d'importantes commandes de Rafale, qui seront suivies d'autres. Étant donné que l'Arabie saoudite ne recevra probablement pas une deuxième tranche d'Eurofighter de sitôt (encore une fois, à cause de l'Allemagne), il est probable qu'elle soit également un gros client de Rafale. Mais compte tenu des contraintes de production, quand peuvent-ils espérer les recevoir ?


À moins que la France ne parvienne à augmenter sa production et que les fournisseurs émergents du monde entier ne commercialisent leurs nouvelles plates-formes (la Corée du Sud a pris un bon départ), l'industrie américaine dominera de plus en plus. Selon le SIPRI, les transferts d'armes américains ont fait un bond de 32 % l'année dernière par rapport à 2021. La France, en revanche, a en fait diminué l'année dernière, d'une manière ou d'une autre.


La stratégie française de repli sur soi, de protection de l'industrie contre les forces du marché et les pressions extérieures a manifestement bien fonctionné pendant les périodes difficiles, mais elle étouffe la France lorsque les marchés sont en plein essor. Les politiques doivent évoluer avec le temps.


Le SCAF pourrait servir de test. J'ai écrit que l'idée d'un avion de combat franco-allemand est profondément erronée ; peut-être que dans le contexte de ce besoin de mondialisation, cela pourrait avoir du sens. Mais compte tenu de sa position sur les exportations, l'Allemagne ne serait pas le meilleur partenaire. Pensez-y : lors de la création de l'Eurofighter, la France a été invitée à se joindre au projet ; elle a exigé 46 % de ce qui aurait été un programme regroupant cinq pays. Elle a ensuite été désinvitée. C'est ainsi que le Rafale a vu le jour.


En bref, il ne faut pas s'attendre à ce que la France change. Soit elle réussit à se développer seule, soit son industrie reste limitée. Si le budget de la défense, les capitaux, les compétences et les technologies de la France étaient intégrés dans une industrie européenne plus importante, le continent bénéficierait d'une masse critique. Sans la France, et avec le Royaume-Uni qui suit sa propre voie, le reste de l'Europe restera une collection de producteurs relativement petits. Ceux-ci auront leurs propres problèmes pour se développer. Si les États-Unis sont un jour considérés comme un fournisseur moins fiable (pour des raisons politiques), comment l'Europe prendra-t-elle le relais ?


À vous, jusqu'à ce que Washington se dote d'un magasin excentrique vendant des produits Dassault,


Richard Aboulafia

 

Quand tu sais que dassault se plein du manque de commande…
alors oui maintenant on a des commandes mais 2020 c’etait pas la joie niveau commandes, 3 ans apres c’est donc pas la joie niveau livraison. 
dassault a deja demontré pouvoir monter a 25 par an. 
il faut pas oublier qu’il y a eu la greve et les problemes d’approvisionnement qui ont tous etaient gommer par la team rafale. 
il y a du vrai et du faux. Le faux se basse sur un analyse sur l’annee en cour. Autant dire sur une periode bien trop courte pour etre revelatrice. Sinon que dire des production de f18 ou de l’ef sans parler des gripens. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, prof.566 a dit :

Moi je ne trouve pas l'article si méchant que ca. Il soulève un point exact : au vu de la géopolitique, la France reste un des seuls acteurs permettant de diversifier ses sources d'armements. Mais seulement si elle arrive à suivre.

Oui mais prendre comme argument 6 mois de livraison ? On dirait qu"il est parti de sa conclusion et qu'il a essayé de trouver un argument après

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, prof.566 a dit :

Mais seulement si elle arrive à suivre.

Dassault est suffisamment flexible pour produire ce qu'on lui a commandé en temps et en heure, et il l'a toujours fait. Donc il n'y a aucune raison de douter de sa capacité à continuer à le faire. On n'est pas avec des clowns tel que Lockheed Martin.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...