Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'Inde


Blacksheep
 Share

Recommended Posts

Il y a 10 heures, Ronfly a dit :

Qu'est-ce que c'est que ce brouillon incompréhensible et bourré d'âneries en plus d'être rempli d'infos vieilles de 7 ans?

D\'apres l\'Economic Times en Inde, le prix du contrat Rafale Inde initial a été fixé à 7.25 Mds d\'euros en incluant 5 ans de MCO soit 60% du cout fly-away et deduction fait des offset de 50% le Rafale Team devrait degader une marge d\'envion 26% sur le prix de revient du Rafale France.

Sauf que personne ne communique sur les marges, donc le journal indien pouvait bien raconter ce qu'il veut...

Le contrat d\'armement n\'est pas inclu

C'est faux.

et il est estimé à 1 Md d\'euros supplémentaire

1.7.

à moins que le gouvernement Indien prévoit d\'indigéneiser les Rafale Inde avec l\'emport d\'armements indiens pour alléger la facture.

Indiens? Abandonné, seules des armes israéliennes ont finalement été intégrées (Spice) et encore ça prend du temps.

Dassault proposerait une ligne d\'assemblage de Rafale en Inde dans le cadre d\'une JV avec l\'indien RIL et de produire des Falcon low-cost ce qui pourrait menacer à terme les emplois français.

RIL? Non. RIL c'est "Reliance INDUSTRIES Limited", détenue par Mukesh Ambani, et non pas "Reliance Anil Dirubhai Ambani Group" détenue par Anil Ambani. Dassault bosse (bossait en fait désormais) avec Anil depuis 2014.

Les deux Ambani sont frères, mais ennemis économiques depuis la mort de leur père, et leurs raisons sociales n'ont strictement rien à voir.
C'est justement le coeur de la fumeuse "affaire Reliance" propagée par des sots qui n'ont rien compris au film et induisent le public en erreur. Mukesh est l'homme le plus riche d'Inde et un soutien du parti du Congrès. Tandis que Anil est un soutien du BJP et a perdu 90% de sa fortune en 15 ans.
Les récentes annonces d'un rachat des parts de Reliance ADA Group au sein de DRAL (Dassault-Reliance Aerospace Limited) vont d'ailleurs dans le sens d'une perte continuelle de richesse de la part d'Anil qui va semble-t-il bientôt se retrouver sur la paille puisqu'il est désormais EX-milliardaire alors que lui et Mukesh étaient partis à l'origine avec un pécule équivalent.

Lire:
https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-03-26/ex-billionaire-anil-ambani-quits-his-firms-boards-after-order

C'est probablement ce qui explique le récent rachat par Dassault des activités de la Joint Venture DRAL en Inde.
Anil Ambani aura décidément fait n'importe quoi de A jusqu'à Z... Et désormais va avoir affaire à ses créanciers.

Or il n'y a aucune chance que Dassault s'allie avec RIL après toutes les crasses qu'ils ont faites depuis bien trop longtemps (depuis 2014 techniquement après que RIL aient revendu RATL, qui était la partie indienne supposément adossée à Dassault dans le cadre du contrat MMRCA, à justement Reliance ADA Group).

Quant à l'affaire de menace des emplois français, c'est pareil ça n'a pas de sens, ce sont les Falcon 2000 (sauf les LXS si je ne me trompe pas) qui ont été délocalisés, les 7X 8X 6X 10X restent en France. Aucune histoire de "low cost" là-dedans, simplement plus les mêmes technos (les X sont issus des technos Rafale avec beaucoup de carbone, les 2000 du Mirage 2000 avec des composites et de l'aluminium).

 

Bref un brouillon d'article très peu clair mis en ligne par inadvertance par A&C, ça ne serait pas la première fois.

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Les dernières années ont fortement dégradé les finances de nombre de pays. En plus des atermoiements et surenchères internes, ca n'aide pas pour le rééquipement des armées. Depuis 2012 et l'accord sur 126 Rafale, ils seraient certainement mieux lotis aujourd'hui... ou pas.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
Il y a 3 heures, alfabravo a dit :

L'inde veut réduire de moitié ses acquisitions de nouveaux avions de chasse d'origine étrangère par contraintes budgétaires (03/06/2022)

https://www.journal-aviation.com/actualites/l-inde-veut-reduire-de-moitie-ses-acquisitions-de-nouveaux-avions-de-chasse-d-origine-etrangere~55359.html

Air (MMRCA 2.0) : 114 -> 57

Marine : 57 -> 26

Pas de problème, on prend, surtout que ça n’empêchera pas de futures commandes. :wink:

Par contre ça le rend moins interessant pour d'autres.

 

Edited by gargouille
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

IAF to vault Multi Role Fighter Aircraft Program under Buy Global, Make India; 114 Aircraft in the pipeline intact

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

L'IAF va lancer son programme d'avions de combat polyvalents dans le cadre du programme "Buy Global, Make India" ; 114 avions sont en cours de développement.

Le méga projet d'avion de combat multirôle (MRFA) de l'IAF, d'un montant de 20 milliards de dollars, fait à nouveau l'objet d'un débat. En raison de l'épuisement du nombre d'escadrons et des menaces latentes des adversaires du Nord et de l'Ouest, il est envisagé de placer le MRFA en procédure accélérée dans le cadre du programme "Buy Global, Make in India", en proposant de passer du modèle de partenariat stratégique à un autre. En fait, le nombre d'avions de combat initialement prévu pour l'acquisition reste de 114. Selon l'évaluation, il n'est pas prévu de réduire le nombre d'avions de la MRFA.

Le méga projet de 20 milliards de dollars de l'IAF, le Multi Role Fighter Aircraft (MRFA), fait à nouveau l'objet de débats. Face à l'épuisement rapide des escadrons de l'Indian Air Force, le programme MRFA, qui prévoit l'acquisition de 114 avions de combat polyvalents, est l'un des programmes auxquels les forces armées et le gouvernement indiens attachent la plus grande importance. Compte tenu de l'importance de cette préoccupation et des menaces latentes des adversaires du Nord et de l'Ouest, il est envisagé de placer le MRFA sur une voie rapide dans le cadre du programme "Buy Global, Make in India", qui propose un changement du modèle de partenariat stratégique.  En fait, le nombre d'avions de combat initialement prévu pour l'acquisition reste de 114. L'évaluation est basée sur une analyse factuelle avec des experts de haut niveau en la matière. Le discours sur la réduction du nombre d'avions n'est pas une option viable dans le scénario émergent où l'armée de l'air indienne a déjà prévu 500 jets de combat dans un avenir proche pour être en mesure de maintenir une puissance aérienne critique. 

L'année dernière, le chef d'état-major de l'armée de l'air (CAS), le maréchal en chef de l'air VR Chaudhari, a ajouté l'élément de "fabrication en Inde" au projet MRFA et a annoncé que l'acquisition ambitieuse devait comprendre l'indigénisation. La concurrence est intense, car les principaux constructeurs mondiaux sont en lice pour le MRFA, notamment le F-21 de Lockheed Martin, le Super Hornet F/A-18 E/F de Boeing, le Rafale de Dassault, le Gripen JAS-39 E/F de Saab, les MiG-35 et SU-35 russes, et l'Eurofighter Typhoon du consortium européen. Parallèlement, Boeing envisage également de proposer à l'Inde son F-15EX amélioré, approuvé par le gouvernement américain. Au-delà de l'intense compétition, la quête de 114 avions de combat a connu un parcours tumultueux et tortueux, qualifié de saga sans fin de grandes ambitions sur une trajectoire basse. La quête a consisté à jeter les bases d'écosystèmes aérospatiaux de capacités avancées dans le pays, qui ont connu un certain succès en faisant décoller le LCA Tejas au cours de plusieurs décennies d'essais et de tribulations. La MRFA repose sur l'idée d'étendre ce terrain, en assimilant des technologies avancées du monde de l'aérospatiale et de la défense qui pourraient être conçues et construites en Inde.  

C'est en 2007 que l'IAF a lancé l'appel d'offres MMRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft) pour acquérir 126 nouveaux jets de combat auprès d'équipementiers étrangers. Il a été proposé de continuer à développer les capacités et de maintenir l'effectif autorisé de jets de combat, car l'avion de combat léger (LCA) Tejas, un remplacement indigène prévu pour la flotte vieillissante de l'IAF, avait besoin de plus de temps pour pouvoir combler les lacunes.  En 2012, l'Eurofighter Typhoon et le Dassault Rafale sont apparus comme les candidats finaux, le Rafale remportant la compétition pour le contrat, mais le programme n'a pas pu décoller en raison de certaines clauses sur la garantie contractuelle et d'autres désaccords avec l'équipementier sélectionné. Finalement, en 2015, le projet MMRCA a été annulé. Dans des circonstances aussi graves pour l'IAF de maintenir les capacités opérationnelles, le gouvernement a décidé d'acquérir 36 Rafales en état de vol auprès de l'entité française Dassault. Ceci a été formalisé dans le cadre de l'accord de gouvernement à gouvernement qui doit rendre l'acquisition beaucoup plus rapide et déployable.

En 2018, le gouvernement a présenté un nouveau plan, rebaptisé "MMRCA 2.0", en lançant une demande d'information (RFI) pour l'acquisition de 114 MRFA. 

Puissance aérienne et lacunes en matière de capacités

Un regard sur la géopolitique et les conflits mondiaux indique clairement que la dimension aérienne de la guerre a établi une supériorité sans précédent. La prochaine génération de percées technologiques dans le domaine de la guerre aérienne est déjà en train de se déployer dans toute son ampleur et sous la forme de systèmes sans pilote, d'avions de combat hypersoniques et d'armes à énergie laser. Elle redéfinit presque le concept de la guerre moderne dans l'air et dans l'espace. Comment l'IAF aborde-t-elle un tel changement en termes d'évolution des menaces et des capacités ?

L'IAF a actuellement prévu 83 LCA, 70 HTT-40, deux escadrons d'AMCA Mk-I et cinq escadrons d'AMCA MK-II. En outre, la commande de LCH et d'autres développements de la flotte d'hélicoptères permettront de disposer de 400/450 appareils. À long terme, l'IAF disposera des versions AMCA et MRFA de l'ACL dans sa ligne de vol, ainsi que de 56 C-295 pour le transport aérien tactique. Nulle part dans le monde un tel engagement de 450 avions n'a été pris. Cela illustre le plan de l'IAF pour le renforcement des capacités.

L'année dernière, lors d'un entretien exclusif avec l'auteur, le maréchal en chef de l'air Chaudhari a exposé ses idées sur le développement et l'acquisition de telles capacités : "À long terme, l'IAF disposera des versions LCA, AMCA et MRFA sur sa ligne de vol, ainsi que de 56 C-295 pour le transport aérien tactique. Nulle part dans le monde un tel engagement de 450 avions n'a été pris. Cela illustre le plan de l'IAF pour le renforcement des capacités".

Mais une dichotomie subsiste entre la nécessité de combler les lacunes en matière de capacités en construisant une base aérospatiale avancée pour ces jets de combat de nouvelle génération et l'acquisition plus rapide de ces aéronefs dans un contexte de diminution du nombre d'escadrons. Comment aborder les facteurs tels que la production conjointe et le développement technologique avec les équipementiers en Inde ?  Ainsi, dans un contexte d'épuisement des escadrons, la priorité est-elle donnée à la technologie ou à l'équilibre du calendrier ?

Mais la question ne porte pas sur l'amélioration de la politique et le passage du modèle de "partenariat stratégique" à la catégorie "Acheter mondial, fabriquer en Inde" dans le cadre de la procédure d'acquisition de défense (DAP) 2020. Il s'agit de jeter les bases d'une feuille de route pour le renforcement des capacités, qui consiste à tirer parti du projet MRFA pour réaliser des gains technologiques substantiels et construire des systèmes et des sous-systèmes répondant aux normes mondiales. L'écosystème aérospatial de l'Inde est prêt à accueillir des flux technologiques de toutes dimensions pour la prochaine génération d'avions de combat. Il s'agit également de faire un grand pas en avant dans notre technologie de fabrication, que nous avons appris au fil des ans pour le LCA Tejas. Outre le nombre d'avions, l'IAF se concentre sur le besoin de technologies de nouvelle génération prêtes pour les futurs conflits. Les progrès réalisés dans l'ensemble de l'aérospatiale brisent les frontières dans des domaines tels que la furtivité, la vitesse, la suite électronique et les capteurs, ainsi que les plateformes en réseau sur le nuage de combat quantique, associées à des systèmes aériens sans pilote dotés d'une puissance de feu supérieure. Outre la dimension sécuritaire, le projet MRFA, d'une valeur de 20 milliards de dollars, constitue un argument convaincant pour l'Inde en termes d'économie d'échelle, puisque nous avons la capacité de concevoir, développer et produire des avions de combat de 5 à 6 générations. 

Actuellement, les avions Tejas Mk1 en version FOC sont en cours de livraison par HAL. La production du LCA Mk 1A devrait commencer d'ici 2023-2024. Le LCA Mk-1A aura de meilleures capacités grâce à des technologies indigènes telles que le radar AESA, la suite intégrée de guerre électronique (EW), le missile longue portée au-delà de la portée visuelle (BVR), le ravitaillement en vol avec une meilleure maintenabilité et une suite avionique.

Un autre projet révolutionnaire, le programme AMCA de la Defence Research and Development Organisation (DRDO) et de l'IAF, a été mené en août 2020, tandis que la revue critique de conception est en cours d'examen. La DRDO, avec le soutien actif de l'IAF, travaille au développement d'un démonstrateur technologique de nouvelle génération. Des projets aussi complexes nécessitent un flux plus important et une collaboration avec les innovateurs mondiaux du secteur de l'aérospatiale et de la défense.

Comme le chef de l'IAF, VR Chaudhari, l'a encore fait remarquer à l'auteur lors de l'interaction de l'année dernière : "L'IAF envisage de doter l'AMCA d'une conception de pointe et d'une meilleure capacité multi-rôle grâce à l'infusion de technologies de 6e génération. L'expérience de la production du LCA influencera la conception de l'AMCA pour répondre aux exigences opérationnelles de l'avenir."

Mais l'aspect le plus important de l'AMCA est la possibilité d'acquérir et de développer la technologie insaisissable des moteurs à réaction. La profondeur de la négociation consiste à combler ces lacunes, que ce soit dans le cadre du modèle "SP" ou du modèle "Buy Global, Make in India". Dans l'ensemble, il s'agit de trouver le moteur à réaction approprié pour les 500 avions de combat prévus pour la prochaine génération d'avions de combat moyens avancés et le Tejas Mk-2 de l'Inde. Ce qui manque à l'Inde, c'est la capacité insaisissable du moteur à réaction. Alors que le projet du DRDO sur les turbines à gaz militaires a atteint un certain niveau de préparation technologique (TRL) en produisant des systèmes de propulsion essentiels pour les drones et les plates-formes d'armes ainsi que pour les systèmes de livraison d'armes à longue portée, les moteurs à réaction restent une tâche complexe. Comme l'a expliqué G. Satheesh Reddy, secrétaire DDR&D et président : "Comme vous le savez, ces moteurs sont refusés par les équipementiers mondiaux pour des applications stratégiques".  L'ouverture internationale dans ce cas permettra à l'Inde de développer conjointement dans le cadre de la matrice d'architecture ouverte, en ayant un accès et des droits complets sur le moteur d'avion.

Il convient de noter que la Chine a déjà modernisé les avions J-20 et J-31 et travaille sur de nouveaux avions de combat dotés de capacités de sixième génération dans des domaines tels que la furtivité et les armes hypersoniques.  La Chine prend l'initiative dans la dimension aérienne du laser et des capacités de guerre de précision basées sur l'IA

La clarté est la clé pour faire des progrès substantiels sur des projets cruciaux comme le MRFA. L'énigme politique qui bloque le calendrier va à l'encontre du but recherché. La proposition de 114 MRFA doit passer par de tels chemins pour construire une base industrielle aérospatiale avancée et permettre à l'IAF de consolider sa formidable position dans la guerre aérienne.

 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Ils sont incorrigibles ces Indiens... Il savent ménager le suspense... qui se compte souvent en années malheureusement....

Sinon il y a des news sur les essais des F18 à Goa...

Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, Alberas a dit :

 

il y a 10 minutes, Ronfly a dit :

Ils sont incorrigibles ces Indiens... Il savent ménager le suspense... qui se compte souvent en années malheureusement....

Sinon il y a des news sur les essais des F18 à Goa...C'est 

C'est juste une réponse de l'IAF au ministère. On est toujours dans un bras de fer..

L'enjeu pour l'IAF est que le MRFA aille au bout sinon elle n'aura que la moitié de ce qu'elle demande. Le MRFA est la procédure à tuer pour le ministère.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, herciv a dit :

C'est juste une réponse de l'IAF au ministère. On est toujours dans un bras de fer..

Dont acte. Mais ils en profitent pour accepter la procédure du "make in India". Au moins sur ce point, ils sont d'accord avec le gouvernement. Peut être arriveront ils à gagner un autre escadron!

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Alberas a dit :

Donc 18 produits dans le pays "OEM" comme pour... le premier MMRCA qui avait vu la victoire du Rafale. Les 108 autres devaient être produits par HAL. :laugh: Coïncidence?

Remarquez là ils seraient produits par Dassault à Nagpur (qui vient de racheter DRAL) donc pas de quoi se plaindre.

...enfin sauf si entretemps HAL revient à la charge avec raoul gandhi qui balance un petit "RAFALE IS YOUR RIGHT!" et qu'ils essaient de nous refaire le même coup... :bloblaugh:

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Patrick a dit :

Remarquez là ils seraient produits par Dassault à Nagpur (qui vient de racheter DRAL) donc pas de quoi se plaindre.

C'est acquis çà ? J'ai vu que Dassault avait la volonté de le faire mais pas que c'était fait.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 04/06/2022 à 09:36, alfabravo a dit :

L'inde veut réduire de moitié ses acquisitions de nouveaux avions de chasse d'origine étrangère par contraintes budgétaires (03/06/2022)

https://www.journal-aviation.com/actualites/l-inde-veut-reduire-de-moitie-ses-acquisitions-de-nouveaux-avions-de-chasse-d-origine-etrangere~55359.html

Air (MMRCA 2.0) : 114 -> 57

Marine : 57 -> 26

Ca va encore faciliter une resucée de Rafale.  Moins d'avions = risque de micro flotte que l'IAF, en connaisseur, veut à tout prix éviter.

Et puis après une 2eme vente, pourquoi pas une troisième....

Et le temps indien pourrait aussi aider DA, qui a un carnet de commande bien plein pour des années.

Il y a 14 heures, Ronfly a dit :

Sinon il y a des news sur les essais des F18 à Goa...

On n'a pas vu de photo fuiter il me semble, comme pour notre rafale national.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, herciv a dit :

C'est acquis çà ? J'ai vu que Dassault avait la volonté de le faire mais pas que c'était fait.

Oui tu as raison ce n'est pas encore fait. J'ai quand même la faiblesse de croire que si c'est en discussion c'est que c'est bien engagé.

https://www.theigmp.org/2022/06/dassault-in-talks-to-acquire-stakes-of-reliance-in-dral-nagpur-can-roll-out-2-rafale-aircraft-per-month.html

Dassault in talks to acquire stakes of Reliance in DRAL Nagpur ; Can roll out 2 Rafale aircraft per month

byIndia's growing Military power - IgMpJune 02, 2022
 

The French aircraft manufacturer Dassault Aviation is in talks to buy out the stake of its partner Reliance in their joint-venture Dassault Reliance Aerospace Limited (DRAL) that will make it a fully owned Dassault subsidiary.

The MRFA will not be executed under the strategic partnership model that required manufacturing of the jets in India from the raw material stage that involved complex transfer of technology.

The Indian Defense Ministry has already removed the offset clause that will also keep the price under check.

If the Rafale aircraft is selected under MRFA tender, then the Dassault Reliance Aerospace Facility (DRAL) could assemble 2 Rafale aircraft per month and will also carry out Rafale servicing at a new center at the facility by early 2023.

La maintenance des Rafale à Nagpur dans "un nouveau centre au début 2023" ça par contre ça semble acté.

Sinon toujours pas de nouvelles photos sur googlemaps mais la prochaine fois je pense qu'on verra au moins le taxiway terminé faisant la jonction avec les hangars sans quoi ça risque d'être difficile de réparer les avions...

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Patrick a dit :

J'ai quand même la faiblesse de croire que si c'est en discussion c'est que c'est bien engagé.

ET vu la sortie de Macron de ce matin sur l'économie de guerre, Dassault va passer à l'acte en Inde quelque soit les quantités commandées même zéro. 

Edited by herciv
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 55 minutes, herciv a dit :

ET vu la sortie de Macron de ce matin sur l'économie de guerre, Dassault va passer à l'acte en Inde quelque soit les quantités commandées même zéro. 


Je n’en ferais pas une certitude.


- D’abord parce que l’on ne connaît rien des engagements d’ores et déjà signés. Ainsi, est-ce que les Emirats Arabes Unis accepteraient que leurs appareils soient fabriqués en Inde, et même s’il s’agit d’une « usine Dassault», y aurait-il renégociation sur les prix ? (Mais ça a peut-être été déjà négocié, Dassault ayant très bien pu anticiper ce point, bien évidemment)

- Ensuite parce que même si cette usine apporte une capacité supplémentaire, rien ne dit encore une fois que l’ensemble de la chaine des sous-traitants sera en capacité de soutenir la montée en charge

- En outre parce que ça rajoute une complexité logistique certaine (avec des risques accrus - sécurité, espionnage industriel - ), notamment pour les sous-traitants, mais pas seulement 

- Et également parce que les tensions sur les matières premières demeurent dans tous les cas, peu importe le pays hébergeant l’usine

- Enfin parce que n’importe quel conflit se généralisant pourrait durablement couper les capacités d’approvisionnement et de livraison

 

Cette usine a donc à mon avis d’abord et avant tout du sens dans un contrat indien au volume suffisant. L’intérêt du rachat est la maîtrise entière de la qualité, tout en s’affranchissant des bisbilles de politique interne (plus question de pots de vin…).


Concernant les autres contrats de Dassault, par exemple si une extension en Egypte ou autre se fait jour, alors il pourra être opportun de faire porter cette production par ladite usine en Inde. Mais de prime abord, acquérir l’usine telle quelle ne règlerait au mieux qu’une question de surface au sol et de chaîne de montage finale en place, et pas grand chose d’autre.

Nécessaire (peut-être ? sans doute ?), mais du tout pas suffisant, donc.

Edited by TarpTent
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, TarpTent a dit :

- Ensuite parce que même si cette usine apporte une capacité supplémentaire, rien ne dit encore une fois que l’ensemble de la chaine des sous-traitants sera en capacité de soutenir la montée en charge

- En outre parce que ça rajoute une complexité logistique certaine (avec des risques accrus - sécurité, espionnage industriel - ), notamment pour les sous-traitants, mais pas seulement 

- Et également parce que les tensions sur les matières premières demeurent dans tous les cas, peu importe le pays hébergeant l’usine

- Enfin parce que n’importe quel conflit se généralisant pourrait durablement couper les capacités d’approvisionnement et de livraison

 

Cette usine a donc à mon avis d’abord et avant tout du sens dans un contrat indien au volume suffisant. L’intérêt du rachat est la maîtrise entière de la qualité, tout en s’affranchissant des bisbilles de politique interne (plus question de pots de vin…).

 

Ok pour les points négatifs mais tu oublis les points qui vont dans le sens d'une chaine complète :

- sourcing extérieur à la France

- proximité client (d'où le SAV qui va démarrer là-bas)

- diversification des site de fabrication idem LM et le F-35 ou AIRBUS

Je ne suis pas dans la tête de Trappier mais il n'est pas impossible qu'il pense la NAGPUR dans le cadre d'une stratégie industrielle globale et non plus centrée en France et dans ce cas la commande Indienne lui facilitera les choses mais n'est plus indispensable.

Edited by herciv
Link to comment
Share on other sites

Comme je l'avais dit il y a plusieurs années, la France et l'Inde discutent depuis longtemps de la commande G2G d'un deuxième batch de 36 Rafale construits en France. Les 18 évoqués récemment seront, vous vous en doutez, négociés âprement par Éric Trappier pour être doublés. Nous verrons s'il réussit. Quand à la chaîne installable en Inde, elle sera destinée à l'assemblage, comme celle de Mérignac. Les pièces ou tronçons étant quasi totalement construits en France chez nos industriels. Bien sûr, les Indiens produiront quelques éléments (c'est le cas déjà de quelques trappes de visite). Mais on ne peut pas annoncer que des Rafale seront "construits" en Inde... Comme je le disais dans le temps, "ils seront assemblés et partiellement construits" dans le sous-continent. 

Edited by Blackbird
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,773
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...