Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

il y a 2 minutes, CortoMaltese a dit :

L'idée pourrait être de les utiliser pour garnir des lignes de défenses successives, afin d'attritionner une éventuelle offnsive Ukrainienne tout en permettant de réunir le meilleur de l'armée russe dans des formations mobiles servant de pompier où de masse de manœuvre à visée offensive. Un peu le principe de double armée expérimentée par les Allemands après 1917 avec leurs strurmtruppers, où même par les Ukrainiens aujourd'hui avec les brigades territoriales. C'est pas stupide dans l'absolu, mais encore faut il que cette masse d'infanterie ait une capacité défensive réelle (ce qui est le cas de la territoriale ukrainienne) et qu'elle puisse être logistiquement soutenue pour ne pas devenir plus contreproductive qu'autre chose

Cela signifie cependant plusieurs points :

  • avoir de quoi remplir ces lignes
  • avoir de quoi équiper convenablement les soldats qui garnissent ces lignes
  • avoir de quoi équiper et compléter des formations mobiles
  • avoir de quoi mener des percées
  • avoir de quoi soutenir ces formations mobiles en cas de percée
  • avoir de quoi redéployer rapidement ces lignes arrières en cas de progression

Or pour l'instant, les Russes manquent de personnels et de souplesse tactique.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, Niafron a dit :

Je me demande qui a acccés à quoi quand des matériels sensisbles sont récupérés... Les experts US, ça ne fait guère de doutes, mais les autres alliés de l'Ukraine?

Genre... nous?

Déjà qui va le démonter et où. Avec les us nous nous sommes déjà échangés les prises et infos sur les matériels soviétiques oubliés par les Lybiens en 87 au Tchad.

Edited by Mangouste
Orthographe
Link to comment
Share on other sites

il y a 50 minutes, Ciders a dit :

Cela signifie cependant plusieurs points :

  • avoir de quoi remplir ces lignes
  • avoir de quoi équiper convenablement les soldats qui garnissent ces lignes
  • avoir de quoi équiper et compléter des formations mobiles
  • avoir de quoi mener des percées
  • avoir de quoi soutenir ces formations mobiles en cas de percée
  • avoir de quoi redéployer rapidement ces lignes arrières en cas de progression

Or pour l'instant, les Russes manquent de personnels et de souplesse tactique.

Et puis il va falloir réussir à commander tout ces gars, qui n'auront aucune envie de venir, aucune envie de rester, qui n'ont probablement jamais été entraînés à un conflit de cette nature et qui pourraient provoquer un nombre considérable de tirs fratricides au premier engagement de masse sérieux. Le tout avec quasiment plus d'officiers d'active, et pas plus de sous-officiers si j'ai bien compris.

Brrr....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, collectionneur a dit :

 Trop risqué. Les S300 russes couvrent Kiev depuis la Biélorussie.

C'est un problème qui doit être solvable avec quelques HIMARS. Les chiffres que j'ai trouvés sont :

  • Portée maximale d'un S-300 (meilleur missile, meilleur radar) : 400 km
  • Distance directe entre Kyiv et la frontière biélorusse : 100 km
  • Portée maximale d'un HIMARS (missile ATACMS) : 300 km

Reste plus qu'à fournir des ATACMS à l'Ukraine...

Link to comment
Share on other sites

"Mer Noire. 

Devenus plus vulnérables, les sous-marins russes s’éloignent de la Crimée

Face à la contre-offensive ukrainienne, Moscou non seulement retire des troupes de la région de Kharkiv mais met aussi à l’abri ses sous-marins de classe Kilo stationnés dans le port de Sébastopol, révèle le site spécialisé “Naval News”. Ils sont utilisés pour tirer des missiles de croisière capables de frapper des cibles partout en Ukraine.

Face à la fulgurante offensive ukrainienne dans la région de Kharkiv, il n’est pas question de retraite et encore moins de fuite dans le discours officiel du Kremlin : selon le ministère de la Défense russe, les troupes qui ont dû quitter précipitamment leurs positions ont “opéré un regroupement tactique”.

Ce terme aurait pu aussi être utilisé pour le départ discret du port de Sébastopol des quatre sous-marins de classe Kilo (projet 636, ou Warshawianka, selon la terminologie russe) qui étaient venus prêter main-forte à la flotte de la mer Noire depuis le début de la guerre. “Les sous-marins du projet 636 constituent l’atout naval le plus puissant de la Russie en mer Noire, surtout si l’on considère que l’Ukraine ne dispose pas de moyens de lutte anti sous-marine”, estime le site bulgare Off News, qui suit de très près la guerre en Ukraine.

On ne trouve pas un mot sur ce “retrait”, ni dans la presse russe ni dans les propos des militaires. C’est le site spécialisé Naval News qui en a parlé le premier, le 14 septembre."

Suite payante ...  :sad:

https://www.courrierinternational.com/article/mer-noire-devenus-plus-vulnerables-les-sous-marins-russes-s-eloignent-de-la-crimee

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Kelkin a dit :

C'est un problème qui doit être solvable avec quelques HIMARS. Les chiffres que j'ai trouvés sont :

  • Portée maximale d'un S-300 (meilleur missile, meilleur radar) : 400 km
  • Distance directe entre Kyiv et la frontière biélorusse : 100 km
  • Portée maximale d'un HIMARS (missile ATACMS) : 300 km

Reste plus qu'à fournir des ATACMS à l'Ukraine...

Frapper le territoire biélorusse est une option extrêmement dangereuse. Obliger les Russes à maintenir en pure perte des moyens sur place est nettement plus rentable.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Mangouste a dit :

L'équipage a manqué de présence d'esprit...

D'ailleurs c'est le seul pour le moment répertorié dans les pertes lors de l'offensive. Mélange de type de chars dans les unités présentes ?

En effet c'est le seul découvert récemment, après la Russie n'a pas énormément d'exemplaires de ce type 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, collectionneur a dit :

Trop risqué. Les S300 russes couvrent Kiev depuis la Biélorussie. Sans compter le risque d'une interception par la chasse. Il faut une autorisation russe pour qu'ils puissent décoller :

La Biélorussie est à une petite centaine de km de Kiev quand même.

Il y a 3 heures, Boule75 a dit :

Je doute que ces deux A-400M turcs soient équipés de ce système et de cette capacité, qualifiés très récemment

Sans sortir un véritable suivi de terrain, un calcul rapide (sans tenir compte du relief réel, mais c'est pas bien haut dans ce coin) me dit qu'à cette distance, les appareils seraient sous l'horizon radar à environ 780 m d'altitude...

En temps de guerre, avec en plus le choix d'un moment où on ne voit pas d'activité de la chasse ennemie, ce serait jouable. Mais les Turcs ne sont pas en guerre et ce serait dommage de perdre un A400M tout neuf.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Je me demande surtout si le problème pour les A400M ça n'est pas la DA ukrainienne qui garde son ciel dégagé pour lutter contre les MdC et intrusions de bombardiers ennemis.

Sinon, un nouveau billet intéressant de Goya :

https://lavoiedelepee.blogspot.com/2022/09/l-art-operatif-sovietique-lepreuve-de.html

 

Comparaison dans l'utilisation de l'héritage doctrinaire soviétique entre les deux armées.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    f-brn
    Newest Member
    f-brn
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...