Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Achat suisse


scalp79
 Share

Recommended Posts

il y a 9 minutes, Bon Plan a dit :

Il faudrait peut être faire plus que hausser les sourcils et remettre ca à plat.

Déjà discuté pas mal de fois sur les dernières pages. 

A quoi bon ? Cela ne changera rien à leurs décisions et nous ferait passer pour de bien piètres perdants.

Aucun bénéfice 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, clem200 a dit :

Déjà discuté pas mal de fois sur les dernières pages. 

A quoi bon ? Cela ne changera rien à leurs décisions et nous ferait passer pour de bien piètres perdants.

Aucun bénéfice 

 

Ne pas réagir c'est entériner la méthode.  Il faut en finir avec les beaux discours.  Le Président des USA a toujours un gourdin dans la main qu'il cache dans le dos. Ayons un peu plus que de belles paroles.

Edited by Bon Plan
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le 30/06/2021 à 22:40, Skw a dit :

Viola Amherd se réfugie derrière la législation sur les marchés publics pour expliquer qu'elle n'avait d'autre choix que de sélectionner le F-35, sachant que doit être sélectionné le produit/service qui offre le meilleur rapport coût/utilité. Autrement dit, pas d'ouverture pour des arguments politiques. Soit. Mais la sélection du Gripen par Maurer avait-elle pour cette raison été contestée en justice ? Parce que les éléments fuités laissent clairement penser que l'utilité n'était pas au rendez-vous. Ou la législation sur les marchés publics a-t-elle évolué entre temps ?

il y a une heure, Boule75 a dit :

En Belgique et désormais en Suisse, on a aussi un phénomène étrange : des arguments, des règles relevants des appels d'offre publics "civils" invoqués pour expliquer que "maintenant c'est trop tard ; le choix est fait, les règles imposent de rester comme ça, et sinon il risque d'y avoir procès" [...]

Un éditorial dans Blick faisant assez largement écho à mon interrogation :

Citation

Achat d'avions de chasse - une affaire apolitique ? Viola Amherd nous raconte une mauvaise blague

La ministre de la défense Viola Amherd affirme que, pour des raisons juridiques, le Conseil fédéral n'a pas la possibilité de piloter politiquement l'acquisition des avions de chasse. Une mauvaise blague : si le Conseil fédéral n'a pas le droit d'être politique, qui d'autre l'est ?

Gieri Cavelty

Le F-35 américain est l'avion de combat le plus adapté et le moins cher pour la Suisse. Cette conclusion des experts du département militaire ne doit pas être remise en cause ici. Cependant, une déclaration faite par Viola Amherd lors de sa conférence de presse de mercredi devrait l'être. Sur la base de l'avis sans équivoque des experts, le Conseil fédéral n'avait d'autre choix que d'attribuer le contrat au F-35. Littéralement, le ministre de la défense a dit : "Il n'y avait pas de place pour les considérations politiques." Amherd a répété la phrase une demi-douzaine de fois sous une forme modifiée.

Des considérations politiques, concrètement : après l'échec des négociations en vue d'un accord-cadre, la Suisse aurait pu utiliser l'achat de l'avion pour réparer ses relations avec l'UE. L'Allemagne est impliquée dans l'Eurofighter, la France dans le Rafale ; les deux pays ont envoyé des offres de paix correspondantes à Berne. Mais ils ont réagi avec d'autant plus de mécontentement que le Conseil fédéral n'a saisi aucune des mains tendues.

Le F-35 est peut-être l'avion le plus adapté et le moins cher. Mais la déclaration d'Amherd selon laquelle, pour des raisons juridiques, le Conseil fédéral n'a pas la possibilité de piloter politiquement l'acquisition des avions de combat est une mauvaise blague. Si le Conseil fédéral n'a pas le droit d'être politique, qui d'autre peut l'être ?

Le prédécesseur d'Amherd au DDPS a montré à quel point le choix d'un type d'avion peut être politique. Il y a dix ans, Ueli Maurer a opté pour le Gripen parce que le pays qui l'a produit, la Suède, n'est pas membre de l'OTAN. Pour le magistrat de l'UDC, n'ayant plus haute estime que pour la neutralité et l'indépendance suisse, c'était exactement ce qu'il fallait faire. Cependant, la promotion de l'avion auprès du public s'est faite principalement avec un autre argument : le Gripen était le jet le plus adapté et le moins cher pour la Suisse ... (Le malheur de Maurer est que l'oiseau semblait en effet trop bon marché pour beaucoup. Peut-être l'argument de la neutralité aurait-il été plus efficace dans la campagne du référendum).

[...]

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.blick.ch/meinung/kampfjetkauf-ein-unpolitisches-geschaeft-viola-amherd-erzaehlt-uns-einen-schlechten-witz-id16651443.html

Bref. Pas sûr que se réfugier derrière une soit disant impossibilité légale soit la voie la plus sure politiquement parlant. Par ailleurs, il y a eu ces derniers jours un article dans Le Temps précisant au détour d'un paragraphe que Viola Amherd - qui avait rencontré un certain succès lors du vote pour l'achat de nouveaux avions de combat sur la base d'une campagne relativement offensive -  semblait bien plus sur la défensive lors de l'annonce du vainqueur, répondant inhabituellement en allemand aux questions posées en français alors qu'elle maîtrise très bien cette langue.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Bon Plan a dit :

Ne pas réagir c'est entériner la méthode.  Il faut en finir avec les beaux discours.  Le Président des USA a toujours un gourdin dans la main qu'il cache dans la main qu'il a dans le dos. Ayons un peu plus que de belles paroles.

La méthode ? 

Donc on emmerde le client qui est lui même sous pression des usa ? 

Au jeu des pressions on perdra toujours face à eux. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Napoleons_Bee a dit :
  Révéler le texte masqué

 

I will believe the pilots that say F-35 flies like F-16 (of course one of the slightly heavier block 52s F-16s) I'm sure you will understand. There is always denial and hate and internet claims loaded with vitriol to fall back on. Thats worth a lot of points in all tenders,  I guess the Swiss just forgot to check with the experts here before picking, and like idiots listened to their own air force instead of the people here who haven't moved beyond 2012

I understand that this can be interpreted as a fallacious appeal to authority, but at one point we might have to concede that our view, is going to  limited to compared to others far more closer, and access to classified information view. At one point you just look sour grapes, and desperate. not that I don't enjoy every single minute of that

 

Je vais croire les pilotes qui disent que le F-35 vole comme un F-16 (bien sûr, l'un des F-16 du bloc 52, légèrement plus lourd), je suis sûr que vous comprendrez. Il y a toujours le déni, la haine et les affirmations sur Internet chargées de vitriol sur lesquels s'appuyer. Cela vaut beaucoup de points dans tous les appels d'offres, je suppose que les Suisses ont juste oublié de vérifier avec les experts ici avant de choisir, et comme des idiots ont écouté leur propre force aérienne au lieu des gens ici qui n'ont pas dépassé 2012.

Je comprends que cela puisse être interprété comme un appel fallacieux à l'autorité, mais à un moment donné, nous devrions peut-être concéder que notre point de vue est limité par rapport à celui d'autres personnes beaucoup plus proches et ayant accès à des informations classifiées. A un moment donné, vous avez juste l'air aigri et désespéré. Ce n'est pas que je n'apprécie pas chaque minute de ce moment.

 

Un essai comparatif entre un F16 (bk 30 si je me rappelle bien) avec 2 bidons sous les ailes contre un F35 s'est terminé par une victoire nette du F16. 

Certes c'était il y a plusieurs années, mais je note 2 choses :

-Les commandes de vol sont un des éléments qui est mis au point le plus tôt dans un programme d'avion.  Nul doute qu'il n'y a plus rien a attendre en progrès sur ce point là sur le F35.

-Aucun nouveau résultat de dog fight entre F16 et F35 n'a été officiellement communiqué.

 

Le F35 a surement des qualités, mais pas celle d'être agile.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, mgtstrategy a dit :

eh ben, j'espère que la tempete mediatique va continuer et que les obstacles vont s’amonceler. Il ne manque plus que qqs leaks.

Si c'est le cas, la probabilité que la Suisse finisse sans force aérienne n'est pas tout à fait nulle. Je ne suis pas sûr que ce soit cela qu'il faille souhaiter. M'enfin...

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Elemorej a dit :

Oui dans les justifications, il ressort de plus en plus que finalement ce n'est pas les simulateurs l'avantage, mais la "simplicité" de l'appareil.

Déjà il faudrait être sur de retrouver les textes initiaux pour voir si on s'est pas tous trompé.

 

Voici les textes initiaux:

https://www.vbs.admin.ch/content/vbs-internet/fr/die-schweizer-armee/sicherheit-im-luftraum.download/vbs-internet/fr/documents/defense/sécuritéespaceaérien/Kurzbericht_Evaluation_Neues_Kampfflugzeug.pdf

Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, FAFA a dit :

Tu penses qu'une traduction par deepL suffira? je veux dire, je n'y connais rien en Allemand et je ne suis pas du tout sûr de détecter si un passage comporte une subtilité mal traduite.
Et si c'est le rapport que certains on déjà traduit et posté, alors il y a un problème de rédaction.

Enfin je vais checker moi même au cas ou :happy: Merci du lien!

Edited by Elemorej
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Elemorej a dit :

Tu penses qu'une traduction par deepL suffira? je veux dire, je n'y connais rien en Allemand et je ne suis pas du tout sure de détecter si un passage comporte une subtilité mal traduite.
Et si c'est le rapport que certains on déjà traduit et posté, alors il y a un problème de rédaction.

Enfin je vais checker moi même au cas ou :happy: Merci du lien!

@Pierre_Favait posté une traduction mais il me semble qu'il en manque un tout petit bout et puis partir de texte original est toujours préférable. Je te mets tout de même la traduction de Pierre F:

Introduction
Ce bref rapport donne un aperçu de l'évaluation du nouvel avion de combat (NKF) et se base sur le rapport d'évaluation du NKF.1
Les prix des offres sont gardés secrets pour des raisons commerciales et les données de performance pour des raisons militaires, ce qui a été communiqué publiquement dans le cadre de la décision de planification sur l'acquisition de nouveaux avions de combat.2 En outre, la Confédération suisse a conclu des accords contractuels de confidentialité avec les quatre candidats. Dans ces accords, les candidats ont été assurés de la confidentialité des informations dignes de protection qui ont été divulguées au cours de la procédure d'attribution, telles que les secrets d'affaires et de fabrication et les informations commerciales. Enfin, le principe de confidentialité du droit des marchés publics impose au pouvoir adjudicateur de préserver le caractère confidentiel des informations fournies par les candidats. Pour ces raisons, ce bref rapport se limite à la présentation des résultats de l'évaluation du soumissionnaire retenu, dans la mesure où leur publication est légalement autorisée.
Dans le cadre de l'évaluation, les offres des candidats ont été appréciées au regard des exigences et besoins spécifiques nécessaires à la protection de la population en Suisse contre les menaces aériennes. Par conséquent, aucune conclusion ne peut être tirée des résultats concernant l'acquisition éventuelle d'avions de combat auprès des forces aériennes d'autres nations.
Sur la base du rapport d'experts Défense aérienne du futur, le Conseil fédéral a pris une décision directive en novembre 2017 pour renouveler les moyens de protection de l'espace aérien, à la suite de quoi le projet NKF a été lancé. En mars 2018, le DDPS a publié les quatre principaux critères d'évaluation que sont l'efficacité, le soutien aux produits, la coopération et la compensation directe, ainsi que des exigences supplémentaires pour l'évaluation, qui seront mises à jour en janvier 20203. Suite à l'élicitation des besoins, une première demande de proposition a été envoyée aux candidats en juillet 2018, à laquelle ils devaient répondre pour janvier 2019. De février à juin 2019, les activités de test ont été réalisées dans les locaux des candidats dans le pays de fabrication et en Suisse. Sur la base des résultats de l'analyse des offres et des activités de test, une deuxième demande de proposition a été soumise aux candidats en janvier 2020, qui ont répondu en novembre 2020. En outre, en janvier 2021, le chef des armées a donné aux candidats la possibilité d'optimiser leurs offres commerciales et de soumettre ainsi une "meilleure offre finale".
1 Le rapport d'évaluation NKF est classé SECRET.
2 Message relatif à une décision de planification concernant l'acquisition de nouveaux avions de combat, BBl 2019 5081, 5105 f.
3 Besoins pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat (NKF) et d'un nouveau système de défense aérienne au sol à plus longue portée (Bodluv GR), 23.03.2018 / 10.01.2020.
 Page 3 / 14
2 Situation initiale
Les tâches de l'armée sont décrites à l'article 58 de la Constitution fédérale et à l'article 1 de la loi sur l'armée. Les tâches que l'armée de l'air accomplit avec les avions de combat et la défense aérienne basée au sol en découlent. Pour que l'armée puisse fournir les prestations nécessaires à la sécurité de la Suisse et à la protection de sa population, il est indispensable de disposer d'une armée de l'air bien entraînée et équipée de manière moderne.
Le projet NKF prévoit l'acquisition d'avions de combat qui serviront à maintenir les capacités du service de police aérienne et à préserver la souveraineté aérienne avec la durabilité requise.
Les Forces aériennes doivent utiliser leurs ressources pour protéger la Suisse et sa population même en cas de tension accrue ou en cas de conflit armé avec une défense aérienne intégrée. Dans ce cas, elle doit être capable d'obtenir la supériorité aérienne dans la mesure nécessaire pour permettre les opérations de ses propres forces terrestres. À cette fin, la capacité de reconnaissance aérienne et de combat au sol nécessaire doit être mise en place pour soutenir les forces terrestres.
Le système d'arme doit être efficace en fonctionnement, avoir un haut niveau de disponibilité, pouvoir être développé tout au long de sa durée de vie, avoir des coûts d'exploitation aussi bas que possible et pouvoir être intégré dans le système logistique existant avec un minimum d'ajustements.

3 Processus d'évaluation 3.1 Introduction
L'évaluation d'un nouvel avion de combat a pour but de créer une base objective de décision afin que l'armée suisse reçoive un matériel performant à des coûts optimisés et des risques calculables ; ce matériel doit répondre aux exigences suisses et pouvoir être intégré dans l'environnement existant. En outre, une fois que le système d'arme a été acquis, il doit être soutenu pendant toute sa durée de vie à l'aide d'un concept de soutien approprié. De nombreux bureaux au sein du DDPS sont impliqués dans le processus d'évaluation et d'acquisition.
Figure 1 : Aperçu du processus d'évaluation 3.2 Base du projet
Les bases importantes de l'acquisition ont été posées en 2017 avec le rapport Air Defence of the Future du New Combat Aircraft Expert Group4 et les recommandations du groupe de soutien pour l'évaluation et l'acquisition d'un nouvel avion de combat5. Les deux résultats sont accessibles au public. Le groupe d'experts ainsi que le groupe d'accompagnement
4 Rapport Défense aérienne du futur, Groupe d'experts Nouveaux avions de combat, sous la direction du chef d'état-major de l'armée de terre, 05.2017.
5 Recommandations du groupe de soutien sur l'évaluation et l'acquisition d'un nouvel avion de combat, 30 mai 2017.
  Page 5 / 14
a conclu que la Suisse a besoin de nouveaux avions de combat et d'un nouveau système de défense aérienne au sol de plus grande portée pour la surveillance, la protection et la défense de son espace aérien.
En outre, les exigences du DDPS concernant l'acquisition d'un nouvel avion de combat et d'un nouveau système de défense aérienne basé au sol de plus grande portée ont été publiées ; cela a constitué une base supplémentaire pour le projet NKF6. Ce document contient des exigences obligatoires et des caractéristiques souhaitables en ce qui concerne la politique de sécurité, la politique d'armement et les aspects économiques.
Les exigences étaient basées sur les principaux objectifs que le NKF doit remplir. Dans un premier temps, les besoins bruts ont été déterminés sous la direction de la planification de l'armée. Elles décrivent les capacités militaires spécifiques que le nouveau système d'armes doit remplir. Dans la deuxième étape, les exigences détaillées ont été déterminées ; elles décrivent les fonctions que le nouveau système d'arme doit remplir. Dans la troisième étape, les exigences techniques ont été élaborées, en veillant à ce qu'aucune caractéristique de conception suisse ne soit créée.

3.3 Critères d'évaluation
Selon les exigences du DDPS pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat, les avantages globaux des candidats respectifs doivent être comparés aux coûts globaux. La détermination de l'avantage global se concentre sur les principaux critères suivants avec leur pondération :
Efficacité : 55% Support produit : 25% Coopération : 10% Compensation directe : 10%.
Figure 2 : Pondération des principaux critères
La pondération de ces principaux critères a été déterminée avant le début de l'évaluation et communiquée aux candidats dans les demandes de proposition.
3.4 Questions d'évaluation et questionnaire
L'objectif de l'évaluation était de déterminer objectivement l'avantage global des candidats. À cette fin, des questions dites d'évaluation ont été élaborées. Ceux-ci sont directement liés aux exigences ainsi qu'aux critères d'évaluation mentionnés ci-dessus.
6 Besoins pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat (NKF) et d'un nouveau système de défense aérienne au sol à plus longue portée (Bodluv GR), 23.03.2018 / 10.01.2020.
  Page 6 / 14
La demande de proposition contenait, entre autres, un questionnaire comportant environ 2 000 questions. Les réponses et les données ont été validées et évaluées par des experts suisses au moyen d'au- dits, d'essais et d'analyses.

3.5 Offre et tours d'offres
La demande de proposition de 600 pages est divisée en trois parties. La première partie traite des exigences du projet et de sa portée. Il s'agit, par exemple, d'informations sur la mise en œuvre du projet, les spécifications techniques telles que le degré de maturité requis des systèmes, les exigences commerciales et juridiques, et l'étendue des services. La deuxième partie contient un catalogue d'environ 2 000 questions pour les candidats. La troisième partie concerne les tableaux de prix, qui sont liés à la première et à la deuxième partie et qui devaient être remplis par les candidats. Dans les tableaux de prix, les candidats devaient montrer les coûts d'acquisition de l'étendue des services demandés par le DDPS. Outre les coûts de l'aéronef, ceux-ci comprennent également, par exemple, ceux de l'armement, de l'ensemble logistique, des systèmes de planification et d'évaluation des missions, des systèmes de formation tels que les simulateurs ou autres équipements de formation assistée par ordinateur. En plus des coûts d'approvisionnement, les tableaux de prix devaient également inclure les coûts d'exploitation encourus par le soldat. Ces informations ont été utilisées par le DDPS pour calculer les coûts d'exploitation pour une période d'utilisation de 30 ans ainsi que d'autres éléments de coûts tels que le carburant ou le personnel.
Le calendrier des demandes d'offres :
- 06 juillet 2018 : première demande de devis aux candidats.
- 25 janvier 2019 : Remise de la première offre à armasuisse sous contrôle notarial.
- 10 janvier 2020 : Deuxième demande de proposition aux candidats
- 18 novembre 20207 : Remise de la deuxième offre à armasuisse sous contrôle notarial.
sous contrôle notarial
Avec la deuxième demande de proposition du 10 janvier 2020, il a été annoncé que des négociations seraient possibles. Lors de visites dans les pays fabricants en janvier 2021, tous les can- dats ont été priés par le chef de l'armement de confirmer à armasuisse, dans un délai de deux semaines après la visite, que l'offre du 18 novembre 2020 était leur dernière offre la plus avantageuse ("Best and Final Offer"). Alternativement, tous les candidats ont eu la possibilité d'optimiser leurs offres dans le même laps de temps et, dans ce cas, de confirmer qu'il s'agit des dernières et meilleures offres. Cela s'est fait sans faire de concessions sur l'étendue des services offerts. La remise des documents par les candidats à armasuisse et l'ouverture des offres le 11 février 2021 ont eu lieu à nouveau sous contrôle notarial. Enfin, en mai 2021, les candidats ont été invités à présenter un plan de paiement actualisé conformément au cahier des charges de la Commission européenne.
7 En raison de la pandémie COVID-19, la soumission des secondes offres a été reportée du 19 août 2020 au 18 novembre 2020.
 Page 7 / 14
DDPS sans ajuster le reste de leurs offres. Les réponses correspondantes des candidats ont été reçues sous contrôle notarial le 2 juin 2021. 

3.6 Essais
L'objectif des activités de test était de valider les données obtenues lors des soumissions, notamment les réponses au questionnaire. Les essais en vol et au sol comprenaient trois activités principales : Les essais sur simulateur, l'audit du support produit chez les candidats dans le pays du fabricant respectif et les essais en vol et au sol en Suisse.
3.6.1 Test sur simulateur
Les essais sur simulateur ont eu lieu entre février et mars 2019 par une équipe commune avec des représentants des Forces aériennes et d'armasuisse chez les candidats. Pour des raisons d'efficacité, toutes les parties des essais qui conduisent à des résultats représentatifs dans les simulateurs ont été effectuées dans ces derniers. Cela comprend, par exemple, le test des fonctions de présentation et d'exploitation des informations. En outre, l'utilisation de l'avion de combat dans un système intégré de défense aérienne a été évaluée. Comme le test des systèmes de sécurité peut être associé à des risques, ceux-ci ont également été testés dans le simulateur.
3.6.2 Audit du support produit
L'évaluation du critère principal Support produit (PS) est basée sur les informations de l'offre, qui contiennent un ensemble complet de données sur le système concerné et le concept de support associé. Ces données ont été validées par rapport à des points de test définis lors d'audits PS de trois jours, entre février et mars 2019, dans l'armée de l'air ou la marine des pays fabricants. Cette opération a été réalisée par une équipe conjointe d'armasuisse, des Forces aériennes et de la LBA. Au cours de ce processus, les candidats ont démontré comment les avions sont exploités et entretenus et comment la formation du personnel au sol est effectuée.
3.6.3 Essais en vol et au sol
L'objectif des essais en vol et au sol en Suisse, qui se sont déroulés d'avril à juin 2019, était de vérifier les données du fabricant en se concentrant sur la gamme d'efficacité. Les essais en vol se sont concentrés sur les performances des capteurs dans l'environnement suisse. Tant les performances des capteurs individuels que l'intégration des capteurs et les connexions de données ont été testées. En outre, la mise en réseau avec le système FLORAKO, les caractéristiques de vol, notamment lors d'approches abruptes en montagne, et les performances de vol ont été testées.
Les essais en vol et au sol comprenaient d'autres activités dans le domaine du support produit, qui visaient, par exemple, à vérifier la compatibilité des systèmes avec l'infrastructure suisse. En outre, des mesures de bruit ont été effectuées en collaboration avec le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (EMPA). 

3.7 Rapports techniques
Pour chaque question d'évaluation, un rapport technique a été préparé pour chaque candidat, incorporant les résultats de l'évaluation. Ces éléments constituent la base de la comparaison des candidats.
3.8 Bénéfice global
L'avantage global est constitué par les résultats des quatre principaux critères évalués : efficacité, soutien aux produits, coopération et compensation directe. Ces critères ont été évalués à l'aide du processus de hiérarchisation analytique (AHP). La méthode AHP est très bien adaptée à la comparaison d'alternatives complexes. Elle permet de décomposer un problème d'évaluation en plusieurs petites étapes de décision, ce qui facilite sa résolution. Dans le cadre d'un processus clairement défini, les participants d'une équipe d'experts comparent par paires les résultats des questions d'évaluation individuelles entre les candidats.
Le principal avantage de cette méthode est que les multiples caractéristiques d'un avion de combat peuvent être mieux analysées et évaluées dans une comparaison par paire.
3,9 Coûts totaux
Selon les exigences du DDPS pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat, le calcul des coûts totaux tient compte à la fois des coûts d'acquisition des systèmes pertinents pour l'adjudication et de leurs coûts d'exploitation pendant une durée de vie de 30 ans. En revanche, les coûts des éventuels programmes d'amélioration et de maintien de la valeur du combat ainsi que les coûts de déclassement ne sont pas pris en compte car les prévisions à cet égard sont associées à un haut degré d'incertitude.
4 Résultats
4.1 Analyse coûts-avantages
L'évaluation des offres montre que tous les candidats sont aptes au service militaire.
Les offres ont été évaluées sur la base des critères d'évaluation définis et communiqués au préalable par le DDPS. Il en résulte que le F-35A est l'avion de combat le plus approprié pour la Suisse du point de vue de l'évaluation technico-opérationnelle. Le F-35A est le meilleur candidat tant en termes d'avantages totaux que de coûts totaux (coûts d'acquisition et d'exploitation sur 30 ans), avec une nette avance dans l'analyse des avantages.
En ce qui concerne l'avantage global déterminé par l'évaluation des quatre principaux critères (efficacité, soutien des produits, coopération, compensation directe), le F-35A obtient le score le plus élevé avec une nette marge. Avec 336 points, il présente le bénéfice global le plus élevé, avec un écart net de 95 points ou plus par rapport aux autres candidats. La grande avance du F-35A en termes d'avantages globaux résulte du fait que le candidat
Page 9 / 14
La large avance du F-35A en termes d'avantages globaux résulte du fait que le candidat obtient le score le plus élevé dans les trois principaux critères que sont l'efficacité, le soutien du produit et la coopération, en particulier dans le critère principal de l'efficacité, avec une nette marge.
Le résultat du F-35A dans le domaine de l'efficacité est basé sur un avantage technologique clair par rapport aux autres candidats, grâce auquel les capacités sont considérablement étendues ou nouvellement créées dans de nombreux domaines.
Sur cette base, le F-35A dispose de nouveaux systèmes très puissants et entièrement mis en réseau pour protéger et surveiller l'espace aérien. Le F-35A atteint ainsi la supériorité en matière d'information et permet aux pilotes d'avoir une conscience situationnelle supérieure dans tous les domaines de tâches, mieux que les autres candidats. Cela est particulièrement vrai pour la police de l'air au quotidien.
En outre, seul le F-35A est conçu dès le départ de telle manière que les autres systèmes d'armes ne peuvent que difficilement s'en emparer. La haute capacité de survie qui en résulte est un avantage particulier pour l'armée de l'air suisse.
Enfin, en tant que système d'armes le plus moderne, le F-35A devrait conserver son avance technologique à l'avenir. Compte tenu de la durée de vie envisagée d'au moins 30 ans, il s'agit d'un avantage majeur par rapport aux autres candidats.
Dans le domaine du soutien des produits, le F-35A obtient la note la plus élevée en raison de l'efficacité de son fonctionnement et de sa maintenance, de sa formation avancée et de la grande fiabilité de son approvisionnement tout au long de sa durée de vie. Cela est également dû au fait que le F-35A est produit dans le plus grand nombre d'unités et est également utilisé en Europe par le plus grand nombre de pays.
Le F-35A est également le plus performant en termes de coopération. Il offre de vastes possibilités de coopération opérationnelle et un large accès aux données et aux ressources techniques.
En contrepartie directe, le concept du F-35A n'a pas obtenu le meilleur résultat au moment de la soumission des offres. L'obligation de compensation de 60 % de la valeur de la commande doit être remplie en totalité au plus tard 4 ans après la dernière livraison. 

La taille de la flotte a été déterminée sur la base des résultats de l'évaluation. Les exigences du DDPS pour l'acquisition d'un NKF ont été utilisées comme base pour le modèle mathématique de dimensionnement. L'analyse montre que 36 avions sont nécessaires pour tous les can- didats.
Lors de l'évaluation, les heures de vol et de simulateur prévues ont été collectées. Elles sont basées sur les informations fournies par les forces aériennes ou navales respectives des pays de fabrication, car elles ont été demandées de manière identique à tous les candidats dans le cadre de l'appel d'offres. Les réponses des candidats ont été comparées à l'expérience de l'armée de l'air avec le F/A-18C/D et aux résultats de l'évaluation. Il s'avère qu'environ 20 % d'heures de vol en moins sont nécessaires pour le F-35A que pour les autres candidats. Le nombre d'heures de simulateur, en revanche, est comparable pour tous les candidats. Le nombre inférieur d'heures de vol est conforme aux conclusions de l'évaluation, en particulier au fait que le trai
Page 10 / 14
Le nombre inférieur d'heures de vol est cohérent avec les conclusions de l'évaluation, notamment que le contenu de la formation change grâce au fonctionnement particulièrement simple du système et à la supériorité de l'information du F-35A. En raison des heures de vol requises et des missions d'entraînement plus longues en moyenne, le nombre de décollages et d'atterrissages avec le F-35A peut être réduit de moitié environ par rapport aux opérations actuelles des F/A-18C/D et F-5. En raison de la réduction du nombre d'heures de vol, les coûts d'exploitation effectifs prévus, qui seront couverts par le budget de l'armée, diminueront également pendant la période d'exploitation du NKF.
Le F-35A obtient le meilleur résultat en termes de coûts d'acquisition et d'exploitation. Le coût total d'acquisition et d'exploitation du F-35A sur 30 ans est d'un peu moins de 15,5 milliards de francs suisses, soit au moins 2 milliards de francs de moins que les autres candidats. La construction contractuelle pour l'acquisition du F-35A est basée sur des contrats entre la Suisse et le gouvernement des États-Unis (Foreign Military Sales, FMS). 

4.2 Bruit et impact environnemental
Pour déterminer l'impact sonore, des mesures de bruit ont été effectuées en coopération avec le Laboratoire fédéral suisse d'essai des matériaux et de recherche (EMPA) pendant les essais en vol. Au décollage, le F-35A est en moyenne environ 3 db(A) plus bruyant que le F/A-18C/D actuel. 3db(A) est une différence de bruit qui est juste perceptible dans la vie quotidienne dans un environnement d'aérodrome.
Les résultats des mesures de bruit des candidats de l'essai en vol sont toutefois entachés d'incertitude, car les procédures de décollage pratiquées lors de l'essai à Payerne ne sont comparables que dans une mesure limitée.
Outre le bruit au décollage, le nombre de mouvements de vol est important pour estimer l'exposition totale au bruit pendant une année. Les missions d'entraînement individuel du F-35A sont un peu plus longues en raison du carburant transporté. En raison des heures de vol prévues et des missions d'entraînement plus longues en moyenne, le nombre de mouvements de vol avec le F-35A peut être réduit de moitié environ par rapport à l'exploitation actuelle des F/A-18C/D et F-5. Cela signifie que l'impact sonore total du F-35A restera dans les mêmes limites que l'impact actuel.
À proximité de l'aérodrome, le bruit est également généré par les avions pendant le roulage. Le nombre de mouvements de roulage sur un aérodrome est proportionnel au nombre de décollages. Le bruit total dans la zone d'entraînement militaire et sur les vols aller et retour dépend directement du nombre total d'heures de vol par an. Moins il y a d'heures de vol par an, plus l'impact correspondant est faible. Le nombre inférieur de mouvements de vol pour le F-35A est ici avantageux.
Avec le F-35A, les émissions totales de CO2 sont réduites d'environ 25 % par rapport à l'exploitation de la flotte actuelle de F/A-18C/D et de F-5, en raison du nombre total d'heures de vol nettement inférieur.
Page 11 / 14

5 Dépendances

5.1 Introduction
Lors de l'acquisition d'un avion de combat, il faut accepter les dépendances technologiques vis-à-vis du constructeur ou du pays de fabrication. Cela ne peut être évité que si la Suisse développe ses propres avions de combat (y compris tous les composants matériels et logiciels), ce que l'industrie suisse ne serait pas en mesure de faire.
Néanmoins, la Suisse doit disposer du plus haut degré d'autonomie possible pour garantir la liberté d'action nécessaire au déploiement de la NKF. Dans le même temps, elle doit établir une bonne coopération avec le pays constructeur afin d'exploiter les avions pendant les 30 à 40 prochaines années à un coût raisonnable et de maintenir leurs capacités à jour.
Lors de l'acquisition d'avions de combat occidentaux, les dépendances technologiques vis-à-vis des États-Unis d'Amérique sont fondamentalement élevées, car les constructeurs d'avions de combat d'autres pays utilisent aussi souvent des systèmes basés sur la technologie américaine, notamment dans le domaine des communications vocales et de données, par exemple la liaison de données Link-16.
Les dépendances ont été examinées au cours de l'évaluation en termes d'interopérabilité, d'auto- nomie des données, de logistique et de technologie. Il en ressort que tous les candidats garantissent l'interopérabilité et l'autonomie des données requises. L'analyse des offres confirme que tous les candidats sont dépendants des différents fabricants et pays producteurs ainsi que des États-Unis, notamment dans le domaine de la transmission de données tactiques et de la communication vocale sécurisée.

5.2 Interopérabilité
Selon les exigences du DDPS pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat, l'interopérabilité avec les Etats voisins et les Etats participant au Partenariat pour la paix doit notamment exister dans les domaines de la transmission de données tactiques, de la radio aéronautique sécurisée, de la reconnaissance d'ami ou d'ennemi et de la navigation militaire de précision (navigation par satellite GPS ou Galileo), même si des dépendances doivent donc être acceptées. La Suisse est particulièrement dépendante des Etats-Unis pour ces fonctions d'interopérabilité, quel que soit le type d'avion. Cela s'applique à la fois à la technologie elle-même et aux codes de cryptage pour son utilisation, car les deux relèvent en définitive de la souveraineté des États-Unis.
Les capacités associées aux quatre domaines servent la coopération avec les États voisins, par exemple pour la protection des conférences, et sont des exigences obligatoires pour tous les États participants aux exercices internationaux (par exemple dans le cadre du Partenariat pour la paix) et aux opérations (par exemple le service de police aérienne transfrontalier). Dans chaque cas, la Suisse décide indépendamment des données et des informations à échanger.
Tous les candidats garantissent l'interopérabilité nécessaire, bien que tous les candidats dépendent des États-Unis pour la communication et le cryptage de la voix et des données.
Page 12 / 14
Si la Suisse souhaite renoncer complètement à l'utilisation de ces capacités interopérables, elle peut le faire à tout moment. Dans ce cas, les capacités des capteurs et des armes seront maintenues. Cependant, les capacités d'opérations en réseau, de reconnaissance des amis ou des ennemis, de navigation militaire de précision et de radio aéronautique sécurisée ne seront plus disponibles.
5.3 Autonomie des données
Les données sont générées pendant le fonctionnement des avions de combat. La Suisse décide seule des données qui sont échangées avec le fabricant ou le pays de fabrication (par exemple, les données qui sont échangées sur les liaisons de données).
L'échange de données logistiques est dans l'intérêt du DDPS et fait partie du concept de maintenance. L'avantage de l'échange de ces données est qu'il permet d'optimiser la logistique. La Suisse bénéficie donc également des conclusions des autres utilisateurs. Par exemple, il est possible d'identifier à un stade précoce quand le dimensionnement des pièces de rechange doit être ajusté dans l'ensemble de la flotte. Cela permet non seulement d'optimiser les coûts de maintenance, mais aussi d'améliorer la disponibilité des avions.
Tous les candidats garantissent également l'autonomie nécessaire en matière de données. 

5.4 Dépendances logistiques
Les avions de combat étant achetés à l'étranger, il faut également accepter certaines dépendances vis-à-vis du pays de fabrication dans le domaine de la logistique, notamment en ce qui concerne la maintenance des composants. Une capacité totalement autosuffisante de fabrication et de réparation de tous les composants dépasserait les ressources de la Suisse. Si les composants défectueux ne peuvent être réparés en Suisse, la réparation sera effectuée à l'étranger.
Dans les exigences du DDPS pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat, il est demandé que le paquet logistique offert soit au moins conçu de manière à ce que les opérations de vol puissent être garanties en permanence avec des frontières ouvertes et une gestion sécurisée des pièces de rechange vers et depuis l'étranger. En outre, lorsque les frontières sont fermées et que la gestion des pièces de rechange vers et depuis l'étranger n'est pas sécurisée, il doit être possible de maintenir la souveraineté aérienne et de garantir les opérations de formation pendant environ six mois. À cette fin, la Suisse s'est vu proposer un paquet logistique correspondant qui garantit la capacité de tenir pendant au moins cette période. Ces exigences sont remplies par tous les candidats. RUAG AG, en tant que centre de compétences matérielles, prend en charge pour tous les candidats les tâches que les troupes ne peuvent pas accomplir elles-mêmes. Cela concerne les domaines du support technique des systèmes, de la gestion du matériel entre la Suisse et l'étranger et de la maintenance des avions.
5.5 Dépendance technique dans le développement futur
Au cours de la durée de vie d'un avion de combat, d'autres développements sont nécessaires pour garantir que les capacités restent pertinentes ou que les nouvelles exigences réglementaires sont satisfaites, par exemple pour l'intégration dans l'espace aérien civil.
Page 13 / 14
Un grand nombre de pays utilisateurs, d'une part, et un nombre élevé d'unités, d'autre part, augmentent la certitude que les avions seront maintenus à jour pendant toute la durée de vie prévue de la flotte suisse. Dans le cas de candidats ayant moins de pays utilisateurs et un plus petit nombre d'unités, le fabricant pourrait, si nécessaire, limiter ou interrompre le développement ultérieur afin de maintenir les capacités après le départ à la retraite de quelques utilisateurs seulement.
Le nombre d'utilisateurs actuels du F-35A est le plus élevé par rapport aux autres candidats. Il en va de même pour le nombre d'unités. En outre, la durée de vie prévue dans le monde entier s'étend au-delà de l'année 2070. Par conséquent, les effets négatifs de la dépendance technique sont plus réduits dans la poursuite du développement du F-35A grâce à la participation de nombreux utilisateurs. "

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Elemorej a dit :

 

Oui dans les justifications, il ressort de plus en plus que finalement ce n'est pas les simulateurs l'avantage, mais la "simplicité" de l'appareil.

Déjà il faudrait être sur de retrouver les textes initiaux pour voir si on s'est pas tous trompé.

Après on pourrait limite pensé que c'est une adaptation du discours vu que l'argument du simulateur ne prend pas.

Enfin, la "simplicité" me semble un argument vraiment compliqué à croire au vu des retours. J'imagine que ce serait lié au casque, mais quand on lis les retex dans les rapports officiels ça semble plus être un palliatif du au coût, plutôt qu'un effet bénéfique. 

C’est pas que le f35 est plus ou moins simple a piloté. D’ailleurs il est pas simple a entretenir. Mais le probleme c’est la facon doit lm a presenté la chose. Les 3 autres constructeurs ont fait un quasi hors sujet. 
mais quand on regarde, on comprend aussi que le sujet de la redaction etait pas le meme pour tous. 
 

et je ne decolere pas de l’affichage suisse pour justifier son choix qui a pietier notre produit sur la scene internationale. 

il y a une heure, clem200 a dit :

Déjà discuté pas mal de fois sur les dernières pages. 

A quoi bon ? Cela ne changera rien à leurs décisions et nous ferait passer pour de bien piètres perdants.

Aucun bénéfice 

 

C’est pourrant ce que la ministre est entrain de faire avec 3 semaines de retard. 
 

quand tu as en face de toi une victime qui se complet dans ce role… 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Skw a dit :

Si c'est le cas, la probabilité que la Suisse finisse sans force aérienne n'est pas tout à fait nulle. Je ne suis pas sûr que ce soit cela qu'il faille souhaiter. M'enfin...

M'enfin (aussi) ... Comment est-il possible que le CF n'ai même pas anticiper ces réactions et les conséquences possibles largement attendues en sélectionnant l'offre F35 ? C'est presque de l'amateurisme à ce niveau ... Et ce n'est pas faute de n'avoir été prévenus.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Bon Plan a dit :

"Mme Parly est allée un peu plus loin… « L’offre que nous soutenions, pour ce formidable outil qu’est le Rafale, méritait beaucoup mieux », a-t-il dit au sujet de la décision suisse. « Je n’ai aucune leçon à donner, mais la réalité de notre coopération militaire, vue l’importance de nos frontières communes, justifiait de regarder ce dossier avec la plus grande attention », a-t-elle ajouté."

=> peut être faut il faire montre d'un peu plus de sévérité. La coopération militaire avec la Suisse profite le plus à qui?  aux suisses je pense. Il faudrait peut être faire plus que hausser les sourcils et remettre ca à plat.

 

il y a 3 minutes, Teenytoon a dit :

J'en ai lu une qui prenait acte du choix de s'équiper non européen. Il y en a d'autres ?

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, wagdoox a dit :

C’est pas que le f35 est plus ou moins simple a piloté. D’ailleurs il est pas simple a entretenir. Mais le probleme c’est la facon doit lm a presenté la chose. Les 3 autres constructeurs ont fait un quasi hors sujet. 
mais quand on regarde, on comprend aussi que le sujet de la redaction etait pas le meme pour tous. 
 

et je ne decolere pas de l’affichage suisse pour justifier son choix qui a pietier notre produit sur la scene internationale. 

C’est pourrant ce que la ministre est entrain de faire avec 3 semaines de retard. 
 

quand tu as en face de toi une victime qui se complet dans ce role… 

Je ne donne pas mon avis, je reprends ce qui est dit officiellement pour justifier ce choix souverain pour voir si ça tient la route et reste constant, ou s'il n'y a pas une glissade progressive de l'argumentation.

Car justement j'ai l'impression qu'au départ c'était le simulateur l'argument clé et que maintenant c'est la "simplicité".

Alors avant de me dire qu'il y a un problème j’essaie de vérifier ce qui a été dit dès le départ.

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Teenytoon a dit :

J'en ai lu une qui prenait acte du choix de s'équiper non européen. Il y en a d'autres ?

J’ai pas lu exactement la meme chose, elle rappelle a la suisse toutes les coop avec la france. En language diplo, ca veut dire souvients toi bien que tu as besoin moi. 
 

et a mon avis ca ne va aller qu’en montant. Le fait que le gouv suisse dise lui meme que la relation avec la france et l’allemagne ne sont pas en danger. A demontré aux equipes fr qu’on a ete trop bien elevé, la peur de la suisse et là ou il fallait appuyer. 
 

on comprend aussi que la victoire du f35 tient exactement de la meme strategie alors …

il y a 3 minutes, Elemorej a dit :

Car justement j'ai l'impression qu'au départ c'était le simulateur l'argument clé et que maintenant c'est la "simplicité".

Et demain ce sera autre chose. Des que l’argument sera demonte. Et evidemment il sera demonté. Un avion simple est un avion qui peut beaucoup voler, hors là on nous explique que parce qu’il est simple il volera peu. 
la simplicite pour le pilote n’est qu’une vaste blague, comme si le pilote etait la seule personne necessaire a faire voler un avion …

je pleins les suisses, d’avoir un gouv qui se fou aussi ouvertement de leur gueule. C’est pas un exploi chez nous non plus. Mais j’attendais autre chose de leur democratie, forcé de constater que c’est la meme m… 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, wagdoox a dit :

J’ai pas lu exactement la meme chose, elle rappelle a la suisse toutes les coop avec la france. En language diplo, ca veut dire souvients toi bien que tu as besoin moi. 
 

et a mon avis ca ne va aller qu’en montant. Le fait que le gouv suisse dise lui meme que la relation avec la france et l’allemagne ne sont pas en danger. A demontré aux equipes fr qu’on a ete trop bien elevé, la peur de la suisse et là ou il fallait appuyer.

Entre faire comprendre quelque chose de manière subtil et prendre réellement des mesures de rétorsions contre la Suisse suite à son choix il y a un gros palier.

Si on fait ça à chaque marché raté on va perdre toute crédibilité internationale. Parce que les petits Français pas content que tu n'achètent pas leur matériel, les gens s'en foutent royalement.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, clem200 a dit :

La méthode ? 

Donc on emmerde le client qui est lui même sous pression des usa ? 

Au jeu des pressions on perdra toujours face à eux. 

Il n'est pas client de DA en chasseur (il l'a été), et ca n'est que la deuxième fois qu'il fait faux bond.  Rappelons nous que le Gripen qui était le plus mauvais des appareils du plateau d'alors a été choisi un temps.

Mettons au point mort notre coopération militaire avec les suisses.  Qu'ils aillent s'entrainer aux USA avec leur beaux joujous tout neufs.

Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,962
    Total Members
    1,749
    Most Online
    ConradTib
    Newest Member
    ConradTib
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...