Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 03/26/2024 in all areas

  1. non, mais on ne les force pas a se battre. Si demain, ils decident collectivement d'arreter, ils feront ce qu'ils veulent. Notre role pour le moment c'est de les supporter suffisament pour qu'ils aient le choix. Qu'on arrive a fournir suffisament pour suporter ce choix, c'est une autre question. Mais fondamentalement, se battre ou pas, c'est un choix du peuple Ukr. Si ils arrivent a la conclusion que le cout est trop élevé, ou que notre aide n'est de toutes facons pas suffisantes, ils feront eux le choix de s'arréter. Et quand des dirigeant OTAN parle de troupes aux sols (combattantes, pas combattantes, etc), cela sera de toutes facons subordonnées a une demande de l'Ukr.
    13 points
  2. Les diverses accusations croisées dans tous les sens au sujet de l'attentat du Crocus scandalisent en tout cas les principaux intéressés qui manifestent contre les nouvelles bidon et le complotisme
    12 points
  3. Il faut payer combien pour qu'ils s'orientent vers ce projet plutôt que de participer au SCAF?
    8 points
  4. Article de Cabirol ce jour, sur l'interception de trois missiles balistiques par la Frégate Alsace et l'argument "combat proven" pour Naval Group et l'exportation de la FDI : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/grande-premiere-pour-la-marine-nationale-avec-l-interception-de-trois-missiles-balistiques-993820.html Trois tirs, trois succès. Carton plein pour la marine nationale qui a intercepté au sud de la Mer Rouge avec des Aster 30 de MBDA trois missiles balistiques houthis à partir de la frégate Alsace. Très peu de marines dans le monde possèdent cette capacité de pouvoir intercepter un missile balistique. C'est désormais le cas pour la Marine nationale qui a réussi à détruire le 21 mars dernier avec des Aster 30 tirés par la frégate de lutte antiaérienne Alsace trois missiles balistiques houthis en provenance du Yémen et visant le navire. C'est aussi une première pour une marine européenne. La frégate Alsace assurait une mission de protection rapprochée d'un porte-conteneurs dans le sud de la mer Rouge dans le cadre de l'opération militaire EUNAVFOR Aspide menée par l'Union européenne. Les trois missiles balistiques houthis constituait une menace directe pour la frégate française et le navire de la marine marchande, a précisé l'état-major des armées. De Suez à Ormuz, la Marine nationale assure la liberté de navigation et la sûreté maritime. Pour parvenir à intercepter de tels missiles, le navire doit détecter de très loin des missiles qui vont extrêmement vite. Pour cela, la frégate Alsace est équipée d'un radar Herakles+ (Thales), les frégates FDI seront quant à elles équipées du radar numérique Sea Fire à quatre panneaux fixes Ce succès a démontré dans le nouveau contexte opérationnel la crédibilité de disposer d'une capacité anti-balistique (ATBM) pour la Marine nationale, qui s'est pourtant montrée longtemps réticente. Une belle vitrine pour Naval Group : Cette capacité démontrée dans un contexte opérationnel (combat proven) sera un très bon argument commercial pour Naval Group à l'exportation. Notamment en Norvège et en Arabie Saoudite où il existe un besoin exprimé par les marines locales. Un argument choc pour Oslo confronté à la menace russe et pour Ryad face à l'Iran et ses proxys comme les Houthis. La Norvège a d'ailleurs adressé une demande d'information (RFI) à la France concernant les frégates FDI, réalisées par Naval Group à Lorient pour les flottes française (cinq exemplaires) et grecque (trois). Oslo souhaite renouveler à moyen terme sa flotte de frégates avec l'acquisition d'au moins six frégates. En mission dans le Grand Nord depuis début janvier, la frégate Fremm La Bretagne a d'ailleurs accosté à Oslo le 30 janvier. « Cette escale a été consacrée à des activités de soutien à l'export des futures frégates de défense et d'intervention (FDI), dans le cadre d'une demande d'informations de la Norvège pour le renouvellement potentiel de ses frégates. La Bretagne a ainsi servi de plate-forme de présentation pour les entreprises de défense Naval Group, MBDA et Thales, qui ont pu présenter, à bord, à des militaires, industriels et hauts fonctionnaires norvégiens, les capacités des FDI, et plus spécialement leurs capacités de détection anti-sous-marine et de défense aérienne », a expliqué le ministère dans un communiqué publié début février. Un complément intéressant sur Méta-Défense : https://meta-defense.fr/2024/03/25/aster-30-alsace-missiles-balistiques/ Mais l’exploit de l’Alsace ne se limite pas à rejoindre ce club très fermé des navires disposant de capacités ABM (pour Anti-balistique Missile). En effet, le navire français parvint à engager trois missiles balistiques presque simultanément, et à tous les détruire, en employant, fait exceptionnel, un unique missile par cible. Pour se rendre compte de la prouesse, on peut observer la vidéo ci-dessous, montrant un système Patriot ukrainien aux prises avec des missiles balistiques russes près de Kyiv. Il est, en effet, commun de lancer plusieurs missiles pour intercepter un missile balistique, même lorsque celui-ci n’a pas les capacités de manœuvre et de contre-mesure des missiles balistiques russes comme l’Iskander.
    8 points
  5. @herciv m'a passé un lien vers un document relatif à Spectra qui est la traduction en Anglais d'une conférence ancienne de Pierre-Yves Chaltiel, Jean-Marie Trouche, Christian Bernard-Guelle. Voici le lien: https://www.f-16.net/forum/download/file.php?id=43616&sid=4b6efe39717589429eb7f7f31cf580f1 J'ai lu le document et aujourd'hui il a un intérêt historique, montrant une très grande ambition pour l'époque. Le système a beaucoup évolué depuis, ce qui a été facilité par son architecture. Ce que j'ai trouvé le plus intéressent, c'est la politique de test où on met en place les outils qui optimisent le coût des tests, et où on a la possibilité de conduire des tests opérationnels pendant le développement au lieu d'attendre la fin du développement pour faire des tests opérationnels pour vérifier que le système convient, comme c'est le cas pour le F-35. Pour justifier mon point de vue j'ai décidé de traduire le paragraphe correspondant. On a donc une traduction en Français d'une traduction en Anglais d'une conférence et donc la fidélité à ce qui a été dit n'est pas absolue. Je n'ai pas reproduit les figures qui sont de toutes façons d'assez mauvaise qualité et que l'on peut voir en utilisant le lien. DÉVELOPPEMENT SPECTRA est l'un des composants les plus sophistiqués et les plus complexes du système d'armes du Rafale. Pour comprendre l'ampleur de cette complexité, quelques chiffres sont nécessaires pour l'illustrer : La quantité d'électronique embarquée sur l'avion par SPECTRA est la plus importante (y compris par rapport aux radars RBE2) ; SPECTRA couvre une gamme de fréquences électromagnétiques et optiques bien supérieure à celle des autres équipements aéronautiques. Les radomes et irdomes ont dû être dimensionnés pour assurer à la fois une transparence accrue sur l'ensemble de la gamme de fréquences et une résistance à l'érosion liée aux conditions de vol du Rafale ; SPECTRA est réparti sur dix sites d'installation dans le Rafale, dont certains ne présentent aucun dispositif de conditionnement ; plus de quarante processeurs sont utilisés pour le traitement des signaux et des données du système, avec l'aide de logiciels appropriés. Pour gérer tous les aspects de ce développement, les contractants, sous le contrôle de la DGA, ont eu recours à une méthodologie désormais considérée comme classique, et basée sur les phases suivantes : spécification, conception, mise en œuvre, intégration et validation. Pour chacune de ces phases, plusieurs aspects nouveaux et spécifiques peuvent être illustrés : Pendant les phases de spécification, l'équipe de projet détermine les définitions techniques du système, en coopération avec la DGA et les utilisateurs. De puissants outils de simulation "techno-spatiale" (voir Fig. 5) ont permis de modéliser différentes solutions techniques, offrant ainsi un meilleur moyen de comprendre l'adéquation de la solution choisie par rapport aux besoins opérationnels : modélisation de la menace (système d'armes sol-air, surface-air et air-air avec modélisation des radars, illuminateurs, télémètres et armements associés), modélisation du théâtre opérationnel, modélisation de l'avion Rafale (dynamique de vol, profil) et modélisation des performances paramétriques des contre-mesures. C'est quasiment l'objectif du JSE du programme F-35 C'est également au cours de cette phase qu'ont été réalisées les premières études de mise en œuvre sur l'avion des différents composants du système, compte tenu de leur impact sur les performances. Ces études ont été menées en utilisant les outils de simulation des antennes installées, mentionnés précédemment, et en tenant compte de l'installation réelle des équipements sur l'avion. Lors des phases de conception, les responsables du projet sont amenés à coordonner de nombreux corps de métiers, en raison des interactions qui existent entre tous les aspects du système : thermique, mécanique, électro-optique, électromagnétique et électronique. Là encore, des outils de simulation puissants sont utilisés pour prédire la fiabilité d'une conception ou pour identifier les problèmes à éviter. Par exemple, les outils de simulation de la résistance mécanique utilisés pour résoudre les problèmes de chocs lors de l'appontage et du catapultage des avions "marins" à bord des porte-avions ; les outils de simulation thermique utilisés pour déterminer le conditionnement des circuits électriques ; et les outils de simulation micro-électronique permettant la conception de circuits électroniques plus complexes (voir Fig. 6). Des passerelles informatiques sont établies entre les outils de conception assistée et les outils de production, ce qui permet une production sans erreur des sous-ensembles créés dans les bureaux d'études. Ces outils de conception et de production assistées par ordinateur (CFAO) sont également largement utilisés pour la gestion de la configuration du système au cours des phases de développement et de production. Pour la première fois, en ce qui concerne le développement d'un système d'autoprotection en France, les essais de mise au point du contractant et de validation du système, ainsi que les essais d'approbation de la DGA, ont inclus des essais du système complet installé dans un environnement opérationnel simulé, permettant de reproduire des scénarios qu'il est pratiquement impossible de reproduire autrement qu'en grandeur nature (sauf lorsqu'ils se produisent lors d'un conflit réel !). Les fan-boy anglo saxon disent que seul le programme F-35 a fait ça. Ce type d'activité suppose l'utilisation de simulateurs de systèmes d'armes, pilotés par un outil générant des scénarios opérationnels, similaire à celui utilisé pour la simulation numérique lors des phases initiales de conception du système. Il permet ainsi de tester le système dans des environnements opérationnels réalistes, allant du très simple au très complexe (voir Fig. 7). Cette phase de test, réalisée pour chaque stade de développement du système (développement incrémental), permet d'effectuer les premiers essais en vol avec une très bonne identification préalable des performances au sol du système. Ces installations, mises à la disposition des contractants par le Centre d'essais en vol de Brétigny, permettent également de rejouer à terre les scénarios d'essais en vol, afin de mieux analyser les performances du système pendant les essais. Les industriels ont ainsi développé des moyens d'intégration hybrides, activés avec des scénarios de guerre électronique, générés par un dispositif appelé MESA (Modélisation de l'Environnement des Systèmes d'Autoprotection), fourni par DASSAULT ELETRONIQUE. Dans ce cadre, la simulation des performances des missiles (trajectoires, rayonnement infrarouge), s'appuie sur le développement du modèle SIAM (Alert Missile Simulation), fourni par MATRA DEFENSE. Ce type de dispositif, du fait qu'il est développé en laboratoire, permet de suivre tous les chemins de l'information à l'intérieur du système, en utilisant des fonctions d'acquisition et de tri des données fournies par les contractants. Ainsi, le système réalise jusqu'à un million de mesures simples par seconde. Cela signifie que la recherche des causes des performances anormales identifiées par les pilotes peut s'apparenter à la recherche d'une aiguille dans une botte de foin ! Des méthodes permettant d'évaluer les performances d'un système installé sur une cellule réelle, modélisée à l'échelle 1:1, ont également été développées et mises en œuvre sur la base aérienne d'essais de Mengham (près de Brest) (voir Fig. 8). Elles ont été fournies par THOMPSON-CSF Radars & Contre-mesures. Ces méthodes permettent de mesurer dans l'espace des diagrammes de ciel libre installés sur l'avion, ainsi que de caractériser les performances en temps réel du système dans ces conditions, tout en réduisant de manière significative le nombre de vols. L'ensemble de ces méthodes au sol, dont la définition et la mise en œuvre ont nécessité une coopération active entre contractants et sous-traitants, a permis de réduire considérablement le budget de développement du projet Rafale en limitant au strict minimum tous les essais en vol de SPECTRA sur le Rafale. Dans le cadre des essais en vol, deux plates-formes sont utilisées pour effectuer les ajustements du système SPECTRA : un avion banc d'essai Mystere 10 (voir Fig. 9), sur lequel le système complet a été installé, et qui permet au CEV d'effectuer des essais système avec des radars ennemis contrôlés au sol ou en vol, des tirs de contrôle laser simulés et des simulateurs de missiles ; un avion Rafale qui permet à DASSAULT AVIATION et au CEV d'intégrer le système SPECTRA au système d'armes de l'avion, et d'effectuer des essais de qualification complets du système embarqué (voir Fig. 10). Les méthodes d'acquisition des données restent les mêmes tout au long du processus de validation. Elles sont installées soit en laboratoire, soit à bord d'un banc d'essai Mystere 20, soit sur une nacelle sous le fuselage utilisée sur les vols Rafale dédiés aux essais SPECTRA. Ainsi, le tri d'une énorme quantité de données, acquises au cours de chacune des phases, peut également se faire avec les mêmes méthodes.
    7 points
  6. Annonces du ministre: Les AASM vont être intégrées sur F-16 (et en 2024 600 vont être produites, et 1200 en 2025) 40 Scalp "reconfigurables" ont été commandés Le financement des 78 CAESAR a été bouclé entre la France, le Danemark et l'Ukraine La France a livré 30 000 obus de 155 jusqu'ici, et va en livrer 80 000 en 2024 en recyclant des poudres de vieilles munitions (et en acquérir 20 000 pour elle) 400 Aster en commande (à 5M€ l'Aster WTF) Les matériels sortant du parc des armées iront en priorité à l'Ukraine
    7 points
  7. "Le chef de la police a précisé, lors du point presse, qu'il n'y avait aucune indication d'un caractère terroriste ou intentionnel. Les causes de l'effondrement « restent à déterminer », déclare pour sa part la société gestionnaire du navire." À. mon avis, ça a un rapport avec le fait que le bateau soit rentré dans une des piles du pont.
    7 points
  8. https://www.lejdd.fr/international/attentat-de-moscou-le-fsb-accuse-les-services-occidentaux-davoir-facilite-lattaque-143443 Attentat de Moscou : le FSB accuse les services occidentaux d'avoir « facilité » l'attaque Mardi, le patron du FSB russe, Alexandre Bortnikov, a accusé les services ukrainiens d’être « directement impliqués » dans l’attentat survenu vendredi à Moscou, rapporte BFMTV. Revendiquée par l’État islamique, l’attaque au Crocus City Hall a fait au moins 139 morts. « Nous pensons que l'action a été à la fois préparée par des islamistes radicaux eux-mêmes et, bien entendu, facilitée par les services secrets occidentaux et que les services secrets ukrainiens eux-mêmes sont directement impliqués » Interrogé sur le lien entre l’Ukraine, les États-Unis et l’orchestration de l’attaque, Alexandre Bortnikov va plus loin : « Il s'agit d'informations générales, mais il y a déjà certains éléments », a-t-il ajouté. D’après le chef du renseignement intérieur russe, les assaillants « avaient l’intention de se rendre » en Ukraine, avant d’être « accueillis en héros de ce côté-là ». S’il n’a pas fourni de preuves, il assure qu’ « on les attendait là-bas ».
    6 points
  9. A Loukachenko qui va se faire taper sur les doigts par Tonton Vlad : Le président biélorusse a déclaré mardi que les auteurs de l'attentat dans une salle de concert près de Moscou avaient essayé initialement de fuir vers la Biélorussie, Moscou affirmant uniquement qu'ils ont tenté de rejoindre l'Ukraine. « Ils n'ont pas pu entrer en Biélorussie. Ils ont vu cela et donc ils ont changé de route et sont partis vers la frontière russo-ukrainienne », a déclaré Alexandre Loukachenko, cité dans un communiqué de la présidence biélorusse. https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20240326-loukachenko-dit-que-les-assaillants-de-moscou-ont-d-abord-essayé-de-fuir-en-biélorussie
    6 points
  10. J'aime bien la remarque suivante: Qui montre qu'il ne suffit pas de renforcer la structure et le train d'atterrissage puis de rajouter une crosse d'appontage pour faire un avion embarqué.
    6 points
  11. HS ALERTE ! D'autant que je remets une pièce ! Aux fins d'avoir les bons ordres de grandeur, voici la répartition des dépenses publiques en 2022. Noter aussi que 3 milliards € dépensés par an pour l'Ukraine, ça représente 2 € pour 1000 € de dépenses publiques. Quant au déficit public prévu en 2024, il représente environ 93 € pour 1000 € de dépenses publiques. A comparer donc avec : Bon j'arrête là le HS tout de même... Pas taper les modos pas taper
    6 points
  12. On va peut-être se détendre un peu sur les attaques personnelles... Non ? Personne n'a le début du commencement du moindre renseignement sur ce qu'avait prévu ces terroristes et tout le monde jase sur la communication qui fait surtout du bruit mais qui n'a pas franchement de fond...
    6 points
  13. Allô la MAIF ? Vous allez rire...
    6 points
  14. Une bonne blague, quoi. La priorité de passage va finir de couler certaines entreprises puisque priorité est donné à ce qui te fait vivre. Si tu ne fournis plus ton client principal il ira ailleurs ou coulera lui-même de ne pas pouvoir répondre à ses clients. La réquisition pour les usines qui bossent en 3*8 à part monter des équipes de WE là où ce n'est pas encore fait je ne vois pas ce que ça changera. Il faudrait surtout du personnel formé pour permettre d'ouvrir ces équipes et à priori le fait que pas mal de poste de l'industrie soient parmi le top 10 des métiers en tension depuis avant 2018 n'a pas fait éclore les vocations... Recruter des gars sortis de formations vites faites, mal faites ou de la MO étrangère avec un niveau fantaisiste ne pourra aider que très légèrement à la marge voir pas du tout. Les profils manquant des qualités à bosser en usine sont plus une charge à court terme et un boulet à long terme vu que difficiles à faire monter en compétence ou à dégager. Il n'y pas d'alternative à l'expérience à moins de ne recruter que des petits génies. Le creux de 20 ans où l'on a sabordé les filières ne se comblera pas en 6 mois en mobilisant des chômeurs en reconversions. Pour monter en volume et en délai il y a déjà des choses plus urgentes à mettre en place comme un peu de visibilité au-delà du prochain lot afin d'investir sur des process un peu plus "industriels" que "l'artisanat" habituel. Ensuite, il y a les mesures d'aide au financement mais dans la situation actuelle des finances publique, je me doute bien que ce n'est pas d'actualité.
    5 points
  15. Bon, j'ai calculé l'énergie développé en partant d'une hypothèse de v = 10 nœuds et m = 115 000 t On arrive à 1500 mégajoule soit 400 kg de TNT Voilà voilà. Ça sert à rien mais je suis content de le savoir et de vous le partager.
    5 points
  16. le taux historique de CVAE était progressif : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000033805504/2019-01-01/ Donc non, il est peu probable que tu ait trouvé un entrepreneur qui réalisait quelques millions d'€ de chiffres d'affaires vers 2020 qui était préoccupé par la CVAE. Les charges sociales et d'autres impôts pourquoi pas, mais la CVAE bof. Pour avoir connu la taxe professionnelle, je peux confirmer que sa suppression en 2010 et son remplacement par la Cotisation économique territoriale (cumul de la CVAE et de la CFE sur une base foncière) fut une bonne chose. La taxe professionnelle était devenue nocive, la CVAE est une charge qui pèse comme d'autres sur les entreprises. La suppression de la CVAE, c'est le Medef qui poussait. Il entend diminuer les charges fiscales et sociales au maximum. C'est son leitmotif. Il n'est pas capable d'entrer dans un débat sur une bonne ou une mauvaise taxe, y compris sur des sujets comme la transition écologique. Et dire, un bon impôt c'est l'impôt sur les bénéfices/sociétés. C'est un discours superficiel. D'une part, le taux effectif d'impôt sur les sociétés baisse continuellement au niveau mondial depuis des années, de sorte que côte OCDE on a envisagé un régime quasi inapplicable visant un taux minimum d'impôt sur les sociétés de 15 %, sachant que quasiment tous les Etats ont un taux supérieur... Et si tu penses que l'IS est le bon impôt économique, tu dois nécessairement en tirer comme conséquence que des fonctions comme la Défense ne se financent que quand les résultats des entreprises sont là. Accessoirement, lors des guerres il n'y a généralement pas de résultat à taxer... Il y a besoin de panacher la fiscalité. Le bon mélange est matière à débat politique/économique/social. Le financement de la Défense a besoin d'outils spécifiques, c'est HS ici Si l'aide à l'Ukraine est exceptionnelle, on peut se contenter d'outils budgétaires bricolés. Si on vise une aide durable, il faut des budgets durables.
    5 points
  17. L'Australie a choisi Aukus et se retrouve désormais confrontée à la perspective de ne disposer d'aucune capacité sous-marine pendant au moins une décennie. Malcolm Turnbull https://www-theguardian-com.translate.goog/commentisfree/2024/mar/26/australia-aukus-deal-us-uk-submarines-virginia-class?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp La fourniture de sous-marins américains de classe Virginia dépend du développement industriel américain, des besoins militaires, de la politique – et éventuellement de Trump. L'Australie n'a aucune agence ni aucun moyen de pression sur aucun de ces éléments. Alors que nous envisageons la probabilité réelle d’un Trump n°2, qu’est-ce que cela signifie pour Aukus ? Nous commençons sans aucun effet de levier. La grande idée de Scott Morrison à Aukus était d'annuler un programme de construction de sous-marins avec la France qui nous aurait donné de nouveaux bateaux pour remplacer les sous-marins de la classe Collins lors de leur retraite dans les années 2030, avec un partenariat pour construire de nouveaux sous-marins nucléaires (encore incomplets) des sous-marins propulsés « Aukus SSN » avec le soutien du Royaume-Uni et des États-Unis, dont le premier ne serait pas disponible, en supposant que tout se déroule à temps, avant les années 2040. Mais comment combler le déficit de capacités laissé par le retrait des sous-marins de la classe Collins dans les années 2030 ? La plupart des grands projets de défense prennent du retard et l’entrepreneur britannique, BAE, est constamment en retard et dépasse son budget pour ses projets navals, notamment le plus récent sous-marin britannique de classe Astute et la frégate australienne de classe Hunter. La solution consistait à acquérir trois, voire cinq sous-marins de classe Virginia auprès des États-Unis, le premier arrivant en 2032 et les deux suivants en 2035 et 2037, avec deux supplémentaires si les SSN Aukus sont en retard. Il s'agirait d'un mélange de bateaux d'occasion, ayant encore 20 ans de vie, et de bateaux neufs. Ceux-ci couvriraient nos besoins en sous-marins jusqu’à la construction des SSN Aukus. Si les sous-marins étaient comme les iPhones et que vous pouviez les acheter dans le commerce, tout cela aurait du sens, mais il se trouve que la marine américaine manque de sous-marins. Il compte au moins 17 Virginia de moins que ce dont il a actuellement besoin. Non seulement l’industrie américaine ne construit pas suffisamment pour répondre aux besoins de la marine américaine, mais elle ne peut pas maintenir un rythme satisfaisant de réparation et d’entretien des sous-marins dont elle dispose. En septembre dernier, 33 % des effectifs du SSN étaient en maintenance dans un dépôt ou inactifs en attente de maintenance, contre un objectif de 20 %. À l’heure actuelle, les États-Unis construisent entre 1,2 et 1,3 sous-marins de la classe Virginia par an. Cette année, la marine américaine a réduit sa commande de nouveaux Virginia de deux à un, en reconnaissance de l'incapacité actuelle de l'industrie à répondre à ses besoins. Afin de répondre aux besoins déclarés de la marine américaine et de rattraper sa pénurie de sous-marins, ce taux de production doit passer à deux bateaux par an d'ici 2028 et à 2,33 bateaux par an peu après. Afin de fournir des bateaux à l'Australie, comme l'envisage Aukus, ce taux de production plus élevé devrait être maintenu. La conception française rejetée était un exercice beaucoup moins risqué et moins coûteux. La loi Aukus votée par le Congrès en décembre dernier stipule spécifiquement que les sous-marins ne peuvent être vendus à l'Australie que si le président certifie que leur vente ne portera pas atteinte aux besoins de la marine américaine. Cela relève du bon sens politique ; les États-Unis ne vendront pas de Virginia à l’Australie à moins que la marine américaine n’avoue qu’elle n’en a pas besoin. Cela signifie que pour en arriver là, il faut supposer que le rythme de construction des sous-marins de la classe Virginia va presque doubler au cours des quatre prochaines années, que les besoins en sous-marins de la marine américaine n'augmenteront pas et que d'ici le début des années 2030, la marine aura être suffisamment détendu face à la menace chinoise pour qu’elle soit prête à réduire sa propre flotte de sous-marins de trois, voire cinq, de ses ressources sous-marines les plus précieuses. De nombreux experts américains de la défense, comme Elbridge Colby, ancien secrétaire adjoint à la Défense de l'ère Trump, estiment qu'il n'est tout simplement pas réaliste de s'attendre à ce que la marine américaine diminue sa propre flotte de ressources aussi vitales à une époque où ils estiment que la guerre est une menace bien réelle. possibilité. La fourniture de sous-marins de classe Virginia à la Royal Australian Navy dépend du développement industriel américain, des besoins militaires américains et de la politique américaine. L’Australie n’a aucun pouvoir ni influence sur aucun de ces facteurs. Voilà pour la souveraineté australienne. Y a-t-il un plan B ? Eh bien, personne à Canberra ne semble en avoir, mais les États-Unis en ont certainement. Elle est exposée de manière très détaillée dans un document de recherche officiel préparé par le Congrès américain et est décrite comme une « division militaire du travail » selon laquelle l’Australie ne disposerait pas de sous-marins. La marine américaine baserait certaines de ses propres bases à Perth, sur la base sous-marine que nous construisons pour elle, et l'Australie investirait l'argent qu'elle a économisé dans d'autres capacités. Ou bien il pourrait simplement remettre davantage d’argent au gouvernement américain – peut-être pour financer notre propre protection, comme le font la Corée du Sud ou le Japon. Cet arrangement pourrait se poursuivre jusqu'à ce que les SSN Aukus, qui seront construits en partenariat avec le Royaume-Uni, arrivent (dans les années 2040, nous l'espérons) ou se poursuivront pour toujours. Des officiers et marins de la Royal Australian Navy pourraient peut-être faire partie de l’équipage de certains de ces Virginia. Quelle sera l’attitude de Donald Trump à l’égard d’Aukus ? Eh bien, nous avons déjà convenu de donner aux Américains 3 milliards de dollars pour contribuer au développement de leur base industrielle sous-marine. Trump sera sans aucun doute perplexe à l’idée que nous dépensions de l’argent pour développer la base industrielle de son pays plutôt que la nôtre (et encore plus étonné que nous envoyions une somme similaire au Royaume-Uni pour soutenir la construction des SSN d’Aukus). Son instinct naturel sera de demander plus d’argent, à la fois pour contribuer à l’industrie américaine de la construction de sous-marins et pour les sous-marins, si nous parvenons à en acheter un – même si cela sera probablement après son mandat de quatre ans. Le deuxième slogan préféré de Trump est « L’Amérique d’abord », et c’est tout à fait l’air du temps à Washington aujourd’hui, des deux côtés de l’allée. Donc, s’il y a une affirmation ou une suggestion selon laquelle la marine américaine ne peut pas épargner les Virginia pour l’Australie, il n’y a aucun mystère quant à l’endroit où Trump atterrira. Il me semble que le résultat le plus probable sera que les Virginia ne seront pas disponibles pour l'Australie parce que la marine américaine ne peut pas les épargner et que les SSN Aukus seront presque certainement en retard. Cela signifierait un écart de capacité accru à partir du début des années 2030, lorsque l’Australie disposera d’une flotte de sous-marins en diminution, puis inexistante. Même quelqu’un ayant la perspective la plus optimiste devrait reconnaître que ce scénario était une possibilité sérieuse. Nous pourrions regarder en arrière et réfléchir qu’avec le programme de sous-marins de classe Attack désormais annulé avec la France, l’Australie était entièrement maître de son propre destin. Toute la propriété intellectuelle pertinente avait été transférée en Australie, où les sous-marins étaient en cours de construction. Leur réalisation dépendait de nous. La France n’avait aucun motif ou raison possible pour apporter autre chose que son soutien. La conception était établie et des versions à propulsion nucléaire du sous-marin étaient déjà à l’eau. Comparé à Aukus, il s’agissait d’un exercice beaucoup moins risqué et moins coûteux. Mais il est désormais trop tard pour relancer le partenariat français. Il y avait une fenêtre d'opportunité pour le faire après l'élection du gouvernement albanais, mais celui-ci a décidé de s'en tenir à la politique de Morrison et aux risques qu'elle comportait. Au moment où Aukus a été annoncé, j'étais inquiet que les sous-marins à propulsion nucléaire, utilisant de l'uranium de qualité militaire fourni par les États-Unis ou le Royaume-Uni, ne pourraient pas être exploités sans supervision et soutien étrangers. Il ne s’agissait pas, à mon avis, d’une capacité sous-marine souveraine. Nous devons maintenant faire face à la véritable perspective, pendant une grande partie de la prochaine décennie et au-delà, de ne pas disposer du tout de capacité sous-marine australienne. Malcolm Turnbull est un ancien premier ministre d'Australie
    5 points
  18. Pendant ce temps là la DLR (Onera allemande) avance sur un projet d'avion de combat démonstrateur, au cas où... : https://dlr.de/de/downloads/factsheet_ffd.pdf/@@download/file https://ibb.co/j6p6x8m
    5 points
  19. Répéter mille fois un mensonge n'en fera pas une vérité. Pour une fois, j'aimerais que tu fasses comme Wallaby et que tu nous repointes des liens vers des vidéos horodatées de cette triste soirée. Si tu n'en es pas capable, tu t'arrêtes là stp.
    5 points
  20. Je tombe sur un article très intéressant dans la Pravda ukrainienne. Je ne suis pas sûr d'être d'accord avec tout, mais ça fait réfléchir. Des affirmations que je considérerais sujettes à caution, d'autres très fines, souvent originales. Il s'agit d'un long entretien avec Kyrylo Govorun, prêtre orthodoxe ukrainien, philosophe, historien et professeur de théologie, qui parcourt le monde afin d'y expliquer la situation de l'Ukraine et ce qu'est la guerre que lui fait la Russie. Kyrylo y parle du pape François et des raisons qu'il voit à sa position complexe, qui peut sembler instable, au sujet de la guerre. Il parle du rôle des églises en temps de guerre. Conseille contre l'interdiction législative de celle des églises orthodoxes d'Ukraine que Kiev accuse de répandre de la propagande russe. (Tout ceci est intéressant, mais je ne peux pas tout reproduire tout de même !) Il parle des Etats-Unis, retrace leur Histoire et défend l'idée que l'Amérique aujourd'hui n'est pas en déclin, elle est simplement telle qu'elle a toujours été Nous assistons aujourd’hui à l’aggravation de l’isolationnisme en la personne de Trump et de la cellule trumpiste parmi les Républicains. L’approche de Biden est à l’opposé, mais nous voyons avec quelle force les isolationnistes s’opposent à lui. Nous devons tenir compte de ces traditions de la culture politique américaine. Ce n’est pas le déclin de l’Amérique. C’est juste l’Amérique telle qu’elle est et telle qu’elle l’a toujours été. Kyrylo parle aussi de la Russie, de ce qui est à son avis l'un des principaux démons de l'âme russe, apparent notamment dans la nouvelle "Moumou" d'Ivan Tourgueniev : ne pas résister à l'oppresseur, plutôt que d'essayer de le vaincre, ce qui serait plutôt le choix des Ukrainiens. Je suis à peu près sûr que cette idée avantageuse de soi - soyons indulgents, ils sont en pleine guerre ! - pourrait être démolie par des comparaisons historiques un peu informées, mais l'idée est intéressante en tant que programme de ce que devrait être un Ukrainien. C'est un peu l'idée de "l'irréductible Gaulois", historiquement fausse, à rôle de compensation évident vis-à-vis de la catastrophe de 1940, mais image positive et programme positif de ce qu'un Français devrait être C'est l'humilité devant les autorités, devant l'oppresseur, devant celui qui vous prive de votre liberté. Au lieu de vaincre l'agresseur, comme David l'a fait contre Goliath , ou du moins d'essayer de le faire, le Russe cherche une excuse et une explication pour expliquer pourquoi il ne le fait pas. En cela, bien sûr,la plus grande différence entre les Ukrainiens et les « bons Russes ». Nous cherchons mille raisons de continuer à nous battre. Ils cherchent mille raisons de ne pas le faire. Et enfin le plus intéressant et surprenant à mes yeux, Kyrylo parle du messianisme russe, c'est-à-dire de doctrines qui ne sont certes pas partagées par la majorité des Russes, qui ne sont même connues sans doute que d'une petite partie des soldats des FAR, mais qui ont une influence inconnue et peut-être majeure dans les plus hauts cercles de l'Etat. Il dénonce le danger de ces idées - en France le théologien orthodoxe et essayiste Jean-François Colosimo me semble être sur des perspectives comparables dans son "La crucifixion de l'Ukraine" - et il accuse de leur influence une personne spécifique... et non, ce n'est pas Poutine ! "Vous connaissiez personnellement le patriarche de l'Église orthodoxe russe Cyrille. Dans une interview en 2019, vous avez déclaré : « Le patriarche Cyrille est une personne très perspicace, capable d'évaluer la situation de manière réaliste. Mais il a fait son choix. Pourquoi la « personne astucieuse » a-t-elle échoué ?" Kirill a de l'intelligence, du charisme, de l'influence. Il protège son entreprise, l'Église orthodoxe russe, et essaie d'obtenir le maximum d'avantages pour lui-même. Il s'identifie à l'Église, donc quand il dit qu'il obtiendra quelque chose pour l'Église, il parle de lui-même, et lorsqu'il obtient quelque chose pour lui-même, il parle de l'Église. Il est prêt à sacrifier beaucoup pour cela, y compris la réputation de l'Église. Dans son système éthique, la fin justifie les moyens. Il y a un objectif, il y a une mission, et il infecte son entourage, y compris Poutine, de messianisme. Poutine est arrivé au pouvoir comme un homme sans vision. Il n'était pas capable de penser globalement, comme on dit en Amérique : voir grand. Cette personne est entrée en politique avec un horizon très étroit. Je suis sûr que c'est Kirill qui l'a infecté du messianisme. Pour Poutine, la guerre qu’il a déclenchée contre l’Ukraine est une bataille spatiale contre les forces du « mal mondial ». En ce sens, il ressemble vraiment aux nazis. Parce que les nazis n’ont pas combattu la Pologne ni même la Grande-Bretagne. Ils luttaient contre le mal cosmique, qu’ils croyaient incarné dans la communauté juive. Pour Poutine aussi, il y a le mal cosmique, et les Ukrainiens en font partie. Du moins les Ukrainiens qui ne s’identifient pas à la Russie. Et il combat ce « mal mondial ». C'est la vision de Kirill. Et donc, en réalité, la magie de cette vision a finalement détruit l’esprit et l’âme de Kirill et de Poutine. Autrement dit, cette idée s’est avérée si forte et si attrayante qu’elle a absorbé à la fois Kirill et Poutine. Faut-il le croire sur parole ? Je n'en sais rien, ce qui est certain est qu'il parle d'un homme qu'il connaît personnellement. Son témoignage a donc une valeur Les accusations qu'il porte contre Kirill sont en tout cas à peu près les plus graves qu'on puisse porter contre un homme d'Eglise. Un religieux qui cherche le pouvoir quels que soient les moyens et pour cela répand une fausse doctrine incitant au crime, c'est le genre d'homme contre lesquels mettait en garde le Christ dans ce passage Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces
    5 points
  21. Je n'en sais rien, je n'y étais pas. Mais la capacité à ralentir est vraiment d'une faiblesse que les terriens ne peuvent peut être pas imaginer. Pour ce qui est de la manœuvrabilité, sur ces bouzins là, disons que ça s'apparente à la capacité d'orienter une motte de beurre sur une poele Téfal. En gros. Le principe de base, c'est que tout est à l'arrière. La propulsion ET la direction. Donc quand tout marche, tu maitrises le cul, mais tu ne maitrise pas l'avant. L'avant, il va ou il veut ( enfin ça se prévoit, mais tu ne peux jouer dessus ). Bon, ça se ressent bien quand on l'a ressenti, je sais pas si ça se comprends bien.... Pour faire un // avec le monde terrien, imaginez un véhicule. La conduite se fait sur glace ( pas sur neige, trop facile ) de patinoire. Vous êtes en pneus normaux, pas en winter ou pneu à clou. Votre véhicule fait 7.5 fois en longueur son maitre bau ( sa plus grand largeur ). Disons 1 mètre de large et 7.5 m de long. A l'arrière vous avez des roues directrices et propulsives. Elles sont éloignées de 50 cm entre elles. Entre elles et l'avant du véhicule, vous reposez le tout sur une rangé de roulette de skate booard. Et le véhicule pèse 10 tonnes ( vous êtes une personne sensible, il est blindé ) et le tout est propulsé par une puissance totale ( vaillante ) de 5 CV. Sur la glace, donc. La capacité de manoeuvre d'un PC, c'est à peu prés çà. A partir du moment ou on s'est retrouvé un peu en "crabe", il faut plusieurs fois autour de soi sa propre longueur, afin de retrouver un peu d'aise ( un cap, un nez devant qui réagit comme escompté, etc...). Et ici, dans le cas présent, plusieurs fois 300 m, ça commence à faire de jolies distances ( qu'il n'avait pas )
    4 points
  22. Le pdf traduit: https://smallpdf.com/result#r=09fddbae642277f1fd59b66c59517ab6&t=share-document En images: Les visuels des deux différentes configurations:
    4 points
  23. Ce rapport de 2002 donne l'Aster à 1.4 millions d'euros: https://www.senat.fr/rap/a01-090-6/a01-090-617.html Ca fait 2.0 M€ avec l'inflation, pas 5
    4 points
  24. Il existe encore une chaîne à faible production pour les Scalp, qui fait aussi les Exocets https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/selles-saint-denis/les-missiles-promis-a-l-ukraine-par-emmanuel-macron-sont-assembles-en-loir-et-cher
    4 points
  25. Le financement des 78 CASEAR pour l'Ukraine a été bouclé, avec un tour de table France Ukraine Danemark.
    4 points
  26. Si c'est des tunnel de mine comme on a vu en Syrie c'est mort. Non seulement la localisation precise vu de l'extérieure est pas évidente, donc le ciblage précis du tunnel compliqué. Mais en plus c'est souvent profond et parfois dans des terres/roches pas trop tendres. Les US avaient développé deux type de bombe pour ce genre d'ouvrage souterrain. La bombe de 5000 livres BLU-113/122/138, qui passe 6m de béton standard, ou 30 de terres moyenne. Celle de 12t ... 40m de roche moyennement dure ou 8m de béton de haute qualité. La première est distribué avec grande parcimonie et tirable seulement sous F-15 il me semble ... du moins comme chasseur. Ça rentre sous B-52 mais les ukrainiens ne devraient pas en avoir de sitôt. L'autre doit être produite au compte goutte et est essentiellement emporté dans les B-2 et B-21, il faut voler assez proche de l'objectif l'engin planant pas tant que ça. Même Israël à du longtemps mendier pour obtenir la premier destiné au tunnel iraniens, ceux qui permette de produire du combustible nucléaire par exemple. Evidement depuis les iraniens on mis leurs installations plus en profondeurs, mais le déplacement à du induire un gros retard.
    4 points
  27. Quel est ce "ça qq heures plus tard" ? Voilà plusieurs semaines qu'une petite musique constante s'est développée comme quoi le gouvernement ne passerait pas de commandes ou prétendant que les Forges de Tarbes se tourneraient les pouces faute de trésorerie par manque de soutien étatique, etc... Le Ministre réfute tout ça et nous voilà avec une polémique sur des réquisitions évoquées à titre d'hypothèse pour contraindre des industriels non-nommés sur des dossiers dont nous ne savons rien, pas ici en tout cas. Tu vitupères sec, mais sur quelles bases ?
    3 points
  28. https://www.20minutes.fr/monde/russie/4083320-20240326-attentat-moscou-pourquoi-tadjikistan-vivier-djihadistes-daesh D’après le président tadjik, Emomali Rakhmon, 2.300 citoyens ont rejoint le groupe Etat islamique depuis 2015. Le plus connu étant l’ancien commandant des forces spéciales de police tadjike, Gulmurod Khalimov, qui a rejoint Daesh en 2015 avant d’être tué en 2017 par… La Russie. Pour Bayram Balci, cet attentat au cœur de la Russie montre que le Kremlin, « obsédé par l’Ukraine, n’a plus les moyens de gérer les pays d’Asie centrale, qu’il considère pourtant toujours comme son pré carré ». Ainsi, d’après le chercheur, Moscou possédait un bataillon à la frontière tadjiko-afghane mais il a été dépouillé de la plupart de ses membres, relocalisés en Ukraine. « Moscou a relâché son attention en Russie mais aussi en Asie centrale », assène le spécialiste pour qui cet attentat montre « à quel point Vladimir Poutine s’est trompé » en se focalisant sur l’Ukraine, au détriment de l’Asie centrale.
    3 points
  29. Il me semble que c'est lui en effet, l'un des hommes qui chuchote à l'oreille du Vlad. Il y a aussi Nikolaï Patrouchev qui a fait des remarques similaires sur les responsables de l'attentat Ukronazislamiste En tout cas c'est rassurant de constater que l'enquete avance à grands pas !
    3 points
  30. Surtout que ce n'est pas la première fois .....
    3 points
  31. 10 Nds vitesse d'impact, ça me parait beaucoup. Vu le panache de fumée ils ont du mettre arrière toute. On a pas eu les infos AIS dans la presse ? Je tablerais plus sur ~4/5 Nds à l'impact, et c'est déjà pas mal ! Black is black Le problème en MarMar c'est que les équipages sont faméliques ! Donc quand ça va normalement, tout roule a peu près. Mais quand ça merde.... En cas de black normalement c'est prévu en conception. Tu as un mode secours pour piloter le safran et la prop. Et c'est pour ça aussi que le commandant ou le pilote à la manoeuvre doit toujours naviguer avec de la marge, et ne pas jouer au plus "fin manœuvrier" pour craner. Car si ya une grosse merde, ça laisse un poil plus de temps pour actionner les dispositifs de secours. Enfin c'est quand même un truc de dingue !
    3 points
  32. C'est pas grave, ça fait longtemps qu'on a pas vendu de Rafale donc on a plus l'habitude.
    3 points
  33. 35 tonnes (masse max) et 454 KN de poussée pour une charge utile de 8 tonnes...
    3 points
  34. après l'élection du gouvernement albanais after the election of the Albanese government https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthony_Albanese
    3 points
  35. 3 points
  36. Il va falloir trouver la place sur les frégates
    3 points
  37. y a pas d'argent et notre déficit est catastrophique d'après Bercy (faudra raboter le Service Public) MAIS EN MEME TEMPS... euh.. ah oui, mais en même temps ça va être compliqué de baisser certains impôts (le logiciel est compliqué, on ne peut toujours pas les augmenter ni taxer ceux qui le devraient) C'est bien qu'on en garde un peu pour nous vu qu'ensuite l'armée rouge russe va débouler, bouloter la Pologne, et conquérir Brest !
    3 points
  38. Voilà le 8ème port américain bloqué pour plusieurs semaines / mois. Plus tous les navires bloqué à l'intérieur. Ca va douiller sévère.
    3 points
  39. Tu ne m'as pas compris. Je ne dis pas que les terros avaient prévu d'aller à X ou Y ou Z, je n'en sais rien, même pas sûr que la police le sache en dehors des "aveux" avec les parties branchées sur de l'électricité. Je parle du pays "destinataire" des fuyards tel qu'annoncé par le pouvoir, et justement je dis qu'annoncer l'Ukraine est une aubaine ( que ce soit vrai ou bidon et ça peut très bien être bidon, mais ça peut se défendre aussi en tant que piste légitime sans que celà ne soit un quelconque soutien à Kiev - et je n'ai jamais dit que les terros étaient soutenus par Kiev ) et que celà à chronologiquement fait suite - plus tard, ensuite, qq heures aprés, toussa toussa, je sais pas comment il faut l'écrire - aux propos du rens Ukrainien sur l'implication du FSB. Le pb de certains, c'est de ne pas vraiment lire autrui, sauf lire trop vite et interpréter à sa sauce quand un truc se présente pas tout à fait en accord avec sa croyance. Le cerveau a fini de lire avant que les yeux arrivent au bout. Fred, désolé mon coco, mais je vais pas me taper les X pages des des sujets qui ont parlé du truc ( entre le sujet guerre, le sujet géopo, et le sujet russie et dépendances ). Et désolé - ou pas - je ne fais pas des printscreen des pages "live", et je ne les fait pas certifier par huissier non plus. Alors tu en penses ce que tu veux, et ça m'est bien égal. Maus vas y, montre moi des preuves horodatées avec la source la plus ancienne ( date / heure ) qui parle des 2 événements suivants: propos rens sur l'implication FSB , et l'autre donc, accusation que les terros allaient en Ukraine. Vas y passes devant. Torquemada a des éléments tangibles ou bien c'est de la croyance ?
    3 points
  40. Ça veut dire soit des munes soviétiques de surplus comme on en voit plein en Ukraine, et non pas des manufacturées modernes, ce qui ne serait pas surprenant outre-mesure, mais comme les étincelles étaient vraiment nombreuses, plus de d'ordinaire, certains ont pensé à des munitions fabriquées dans les zones tribales pakistanaises, ce qui collerait avec la piste ISIS-K. Après impossible de savoir. Edit tardif: bon pour faire simple, ça c'est peut-être une 12 avec un chargeur 45 coups (la 12 est en 5.45x39), ou une 15 avec un chargeur 30 coups (laquelle est en 7.62x39) AK-203: AK-12: AK-15: Exemples de chargeurs AK. 1) 5.45x39 45 coups. 2) 5.45x39 30 coups. 3) 5.56x45 30 coups. 4) 7.62x39 30 coups. De plus la 203 par rapport à la 15 conserve le bloc avec planchette de hausse qui "coupe" le rail Picatiny supérieur en deux, or je n'ai pas l'impression qu'il soit présent sur les images. Mais bon c'est flou. Donc ça c'est peut-être une 203 (7.62x39) vu le chargeur, sauf que ce modèle n'est vraiment pas fréquent en russie. Ou alors c'est une 103, plus répandue surtout à l'export, mais toujours assez rare en russie. Enfin bref c'est un peu tôt pour faire de la drosophilie...
    3 points
  41. T'es sérieux là ? Tu crois que les terroristes n'avaient aucun plan d'extraction et qu'ils sont tous en mode YOLO (ou plutôt YODO, You Only Die Once) ? Tu crois vraiment qu'après leur coup ils ont écouté attentivement les infos et se sont dit "Tiens, l'Ukraine a l'air de nous croire innocent, on va aller là-bas !" ???
    3 points
  42. Je me garderai bien d'avoir une opinion tranchée sur le sujet, mais il me semble tout de même que l'on peut se dire que le terrorisme n'est qu'un mode d'action (s'en prendre à des civils plutot qu'à des représentants armés de l'état "oppresseur"), souvent du faible au fort, tous les jihadistes ne sont pas des fous furieux cherchant à mourir à tout prix à la fin de la première action, mais sont aussi et souvent des "soldats" n'ayant pas peur de mourir car ils sont sûr que dans ce cas la récompense suprême leur sera accordée.
    3 points
  43. J'en avais parlé ailleurs sur le forum hier justement de cette histoire d'AK103 et d'AK15. Et d'étincelles "bizarres" en sortie de bouche. Et je te confirme que les types étaient bien équipés avec des armes quand même pas si répandues que ça, surtout pour l'AK15 qui est toute récente. Ça posait un certain nombre de questions.
    3 points
  44. Après l'attentat de Moscou, Poutine admet une attaque "islamiste" mais accuse toujours l'Ukraine https://www.france24.com/fr/europe/20240325-après-l-attentat-de-moscou-poutine-admet-une-attaque-islamiste-mais-accuse-toujours-l-ukraine Pour la première fois depuis l'attaque, Vladimir Poutine a imputé lundi l'attentat de Moscou à des "islamistes radicaux", tout en disant se préoccuper principalement d'en connaître les commanditaires et bénéficiaires, et en liant la tragédie aux "attaques contre la Russie" du régime ukrainien et de ses alliés. [...] "Nous savons que [ce] crime a été commis par des islamistes radicaux ayant une idéologie contre laquelle le monde islamique se bat lui-même depuis des siècles", a-t-il déclaré lors d'une réunion gouvernementale. "Ce qui nous intéresse, c'est le commanditaire", a-t-il ajouté, en appelant à une enquête "professionnelle". "Pourquoi les terroristes, après leur crime, ont essayé de partir en Ukraine ? Qui les attendait là-bas ? Ceux qui soutiennent le régime de Kiev ne veulent pas être des complices de la terreur et des soutiens du terrorisme, mais beaucoup de questions se posent", a-t-il dit. "On se demande à qui cela profite ? Cette atrocité peut être un nouvel épisode de la série de tentatives de ceux qui, depuis 2014, combattent notre pays à travers le régime néonazi de Kiev", a-t-il affirmé. Vous avez dit prévisible ?
    3 points
  45. Quand je vous disais que c'était un coup des Français. Voiture Renault pour les terroristes... Policiers russes utilisant les méthodes du général Aussaresses... Si ça c'est pas une preuve!
    3 points
  46. J'imagine qu'on lui a demandé de rendre service ?
    3 points
  47. Leclerc EAU au Kosovo, 1999, photo très rare, je n'en avais jamais vu
    3 points
  48. Personnellement je ne vois pas comment il serait possible d'éviter la faillite de l'Etat, sans parler d'augmenter les investissements indispensables à l'avenir du pays (R&D publique, politique familiale, justice toutes trois largement sous-financées) et d'assurer sa sécurité dans l'environnement international très incertain (défense à probablement augmenter), tout cela en faisant face à la probable augmentation du service de la dette (remontée des taux d'intérêts longs), tout en maintenant les prestations de santé et l'investissement éducatif et énergétique (à rendre plus efficaces mais c'est une autre histoire) sans sabrer dans les dépenses en faveur des retraités Je veux dire, façon Milei, avec la tronçonneuse Si l'objectif est de cesser d'obérer l'avenir du pays, je ne vois rien en-dessous d'un -20% sur les dépenses de retraite. Au bas mot. Davantage pour les hautes retraites bien sûr, étant donné qu'il paraîtrait inhumain de baisser le minimum vieillesse donc les petites retraites ne doivent pas bouger Ce ne serait que justice. Rappelons que le système des retraites est basé sur le travail des actifs, qui payent les retraites pour "remercier" d'avoir été élevés et instruits dans leur enfance et leur jeunesse. Une génération prépare donc sa retraite en élevant suffisamment d'enfants et en les instruisant suffisamment bien Or la générations des retraités actuels n'a pas élevé tant d'enfants que ça (fécondité moyenne 1,8 soit -15% en-dessous du remplacement) et surtout a laissé l'instruction partir à vau-l'eau, avec le déclin des performances du système éducatif depuis au bas mot 30 ans, l'une des meilleures éducations au monde chutant jusqu'à peu près le pire niveau des pays développés. Les actifs qui paient leurs retraites sont donc assez peu nombreux, et encore et surtout pas si bien instruits, donc leurs revenus ne sont pas si élevés. ... Donc les actifs n'ont pas tellement d'argent que ça pour soutenir leurs aînés. Et continuer à les tondre jusqu'au sang, en diminuant pour cela les investissements dans l'avenir du pays (famille, recherche, éducation etc.), serait parfaitement déraisonnable en plus d'être massivement injuste Bon je ferme vraiment mon HS là. Désolé, c'est un sujet dont on parle vraiment trop peu et qui personnellement me tient à cœur
    2 points
  49. Quelques extraits d’un doc de 300 pages sur l’analyse de la valeur en technologie de circuits eau de mer Soum et BS : extrait sur le titane donc la technique soudure sous gaz inerte, voir le dispositif de confinement ( injection d’azote ) à petite échelle fig 4 pour des diamètres de 100 à 200 mm je pense
    2 points
×
×
  • Create New...