Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[SCAF] "politique ": imbroglio des coopérations, des participants...


g4lly
 Share

Recommended Posts

Il y a 5 heures, P4 a dit :

Merci pour l'info. J'ai un vague souvenir d'inquiétudes françaises sur la possibilité de voir l'équivalent allemand de l'ONERA avoir la responsabilité et les fonds pour s'occuper des essais en soufflerie du NGF. Ca ne semble plus d'actualité. 

Link to comment
Share on other sites

Le 17/05/2021 à 22:15, mgtstrategy a dit :

Le grand coup de b**S* habituel des italiens et des allemands.

Je préfère encore les anglais :sad:

Naval Group et Fincantieri devaient être mariés mais ça navait pas marché à cause de dissensions Macron Salvini me semble t'il

Link to comment
Share on other sites

Le 18/05/2021 à 11:47, Kelkin a dit :

On aurait dû leur donner la partie cloud alors, puisqu'Indra a dans ce domaine sans doute plus d'expérience qu'Airbus. (Même si quelqu'un va sans doute rappeler que c'est Thales qui fait le cloud OTAN...) C'est le seul domaine du FCAS où l'Espagne me parait ne pas être complètement à la ramasse.

Pas faux.

Et puis, nube est quand même beaucoup plus agréable à l'oreille que cloud :smile: Je ne suis pas un ayatollah du vocabulaire français, mais si on doit importer des mots, alors équilibrons les sources au moins, ce sera un signe d'ouverture, alors que toujours se fournir chez les Américains est plutôt un signe de dépendance.

Je préférerais d'ailleurs encore nuvola. Y a moyen de ramener les Italiens dans le SCAF :happy: ?

 

Il y a 22 heures, Patrick a dit :

Tu parles de ce moment où les "partenaires" achètent des F-35 après avoir abandonné le programme SCAF trop favorable à la France, celle-ci refusant de faire passer sa part de workshare de 5 à 3% pour faire de la place au Lichtenchtein que les partenaires souhaitent nommer responsable de la formule aérodynamique?

N'exagère rien tout de même. Le Lichtenstein n'aura jamais ce genre de responsabilité sur le SCAF.

Seulement le Luxembourg.

 

Il y a 19 heures, Deres a dit :

C'est pire que cela en fait. Ce que l'on voit est juste un "démonstrateur" taille 1:4 de Sagitta de 3 m d'envergure. D'où les dérives en plus, mais encore plus fort je pense que le train n'est pas rétractable. Il n'y a pas les volets de train prévus sur le vrai "Sagitta" mais en plus même sur les photos en vol le train est encore sorti.

Attention, du côté allemand, il faut aussi tenir compte de l'expérience sur la furtivité acquise par cette société

Ah non m.... malgré son nom, elle est américaine en fait :sad:

Edited by Alexis
Link to comment
Share on other sites

 

https://www.express.co.uk. Emmanuel-macron-Angela-merkel-eu-fcas-fighter-jet-france-spain-germany-latest

'Shameful!' Macron accused of betrayal as France capitulates to Merkel's military demands

EMMANUEL MACRON has come under fire after agreeing to give into Angela Merkel's demands over the next-generation fighter jet deal signed between the two leaders and Spain.

France in particular has billed the combat jet project - which includes a next-generation manned and unmanned aircraft - as crucial for Europe to strengthen its defence autonomy and face competition from China, Russia and the United States.
France and Germany had originally set the end of April for a deal, but a dispute over how to share intellectual property rights held up negotiations.

French Armed Forces Minister Florence Parly tweeted: "France, Germany and Spain are building one of the most important tools for their sovereignty and that of Europe in the 21st century."

But the news infuriated Les Patriotes leader, Florian Philippot, in France, who claimed French President Emmanuel Macron and Ms Parly have "betrayed" their country.

[…]

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, Billou a dit :

 

https://www.express.co.uk. Emmanuel-macron-Angela-merkel-eu-fcas-fighter-jet-france-spain-germany-latest

'Shameful!' Macron accused of betrayal as France capitulates to Merkel's military demands

EMMANUEL MACRON has come under fire after agreeing to give into Angela Merkel's demands over the next-generation fighter jet deal signed between the two leaders and Spain.

France in particular has billed the combat jet project - which includes a next-generation manned and unmanned aircraft - as crucial for Europe to strengthen its defence autonomy and face competition from China, Russia and the United States.
France and Germany had originally set the end of April for a deal, but a dispute over how to share intellectual property rights held up negotiations.

French Armed Forces Minister Florence Parly tweeted: "France, Germany and Spain are building one of the most important tools for their sovereignty and that of Europe in the 21st century."

But the news infuriated Les Patriotes leader, Florian Philippot, in France, who claimed French President Emmanuel Macron and Ms Parly have "betrayed" their country.

[…]

C'est quand même malheureux que, comme pour Tromelin, il n'y ai que Philippot pour parler un peu du sujet

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Coriace a dit :

C'est quand même malheureux que, comme pour Tromelin, il n'y ai que Philippot pour parler un peu du sujet

C’est l’un des tenants du frexit donc tout à fait normal. C’est ce que cherchait le journal. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Alexis a dit :

Allez, puisqu'on en est à "Des voisins regardent chez nous et spéculent", après un exemple britannique, voici un exemple italien.

Comment la France s'enthousiasme pour les exportations de Rafale

L'Indonésie va devenir le cinquième client international de l'avion de combat français Rafale. Une intention qui, si elle se confirme, donnerait raison à ceux qui, à Paris et dans sa région, ont déjà défini 2021 comme "l'année en or" de l'appareil construit par la maison mère Dassault Aviation avec Thales et Safran.

Dans le même temps, une décision positive de Jakarta alimenterait la dissidence du monde souverainiste transalpin (un bassin bien plus large que celui qui se reconnaît dans le Rassemblement national dirigé par Marine Le Pen) envers le choix de construire un avion de combat du futur avec l'Allemagne et l'Espagne, dans le cadre du projet Fcas, au lieu d'étudier un Rafale du futur.

Une dissidence qui, à l'approche des élections régionales et surtout du scrutin présidentiel de l'année prochaine, est tout sauf à snober en France. D'autant plus si les Verts, qui sont favorables à des mesures restrictives en matière d'exportation d'armes, même dans le cadre de projets communs avec d'autres pays, devaient sortir victorieux à Berlin de la consultation législative en cours.

Là, l'angle n'est pas "Macron vend la France à Hitler Merkel" comme dans la toujours si mesurée :rolleyes: presse britannique, mais "Si les Français vendent des Rafale à encore plusieurs pays cette année, ils penseront qu'ils n'ont pas besoin des autres Européens pour construire leur prochain Rafale, et il n'y a pas que les partisans du RN qui ont des doutes"

Une remarque qui m'apparait nettement plus pertinente que celle de l'Express, pour le coup.

Et de fait, qu'on appelle ça "souverainisme" ou pas, je pense que les doutes sur le bien-fondé du projet SCAF, surtout tel qu'il a été défiguré grâce à l'insistance allemande, vont très au-delà des seuls électeurs du RN :smile:

CA tient aussi au type de presse. L'express (anglais) est tenant de la doctrine "titre frappant, article inutile" tandis que le second média a l'air de poser la réflexion un peu plus loin. Dans un pays qui n'est pas si différent du neutre sur le plan de l'euroseptiscisme et qui lui aussi pense (à raison je crois) avoir été vendu à la découpe. 

Ca peut cependant sembler étonnant, si le microcosme Parisien savait que 2021 serait l'année d'or du Rafale, qu'il ai accepté de s'empresser de négocier un mauvais accord avec les Allemands. 

Parce que même pour le béotien, se dire que la France seule fait mieux (si l'Indonésie achète) que quatre pays Européens majeur, et voir soudain la France ne plus vouloir travailler seule, ça peut élever des soupçons. 

Pour en revenir au Souverainisme, je crois que c'est De Gaulle qui disait "peu importe que mon verre soit petit ou grand, tant que c'est mon verre". 

Dans l'affaire du SCAF ça donnerait "peut importe que l'avion soit capable de défendre la France, par les armes, l'industrialisation la propriété intellectuelle ou non, tant que c'est un avion Franco Hispano Allemand  ". On comprends que les souverainistes soient outrés. 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Coriace a dit :

CA tient aussi au type de presse. L'express (anglais) est tenant de la doctrine "titre frappant, article inutile" tandis que le second média a l'air de poser la réflexion un peu plus loin. Dans un pays qui n'est pas si différent du neutre sur le plan de l'euroseptiscisme et qui lui aussi pense (à raison je crois) avoir été vendu à la découpe. 

Ca peut cependant sembler étonnant, si le microcosme Parisien savait que 2021 serait l'année d'or du Rafale, qu'il ai accepté de s'empresser de négocier un mauvais accord avec les Allemands. 

Parce que même pour le béotien, se dire que la France seule fait mieux (si l'Indonésie achète) que quatre pays Européens majeur, et voir soudain la France ne plus vouloir travailler seule, ça peut élever des soupçons. 

Pour en revenir au Souverainisme, je crois que c'est De Gaulle qui disait "peu importe que mon verre soit petit ou grand, tant que c'est mon verre". 

Dans l'affaire du SCAF ça donnerait "peut importe que l'avion soit capable de défendre la France, par les armes, l'industrialisation la propriété intellectuelle ou non, tant que c'est un avion Franco Hispano Allemand  ". On comprends que les souverainistes soient outrés. 

Peu importe ce qui a été signé.... 

Dassault, Thales , Safran sont des boites qui existent depuis la guerre .... ils savent ce qu'ils font et ils savent ce qui est partageable et ce qui ne l'est pas... 

De plus, en cas d'année d'OR du rafale durant cette année (et même l'année 2022 avec un nouveau batch indien et/ou un contrat emiratie/Qatari pour du Rafale  F4 ) alors Dassault et Team Rafale vont être en position de force sur le projet SCAF et imposer leur rythme et leurs directives à leur "partenaires".

Là, ils vont pourvoir montrer c'est qui Raoul !:angry::fachec::amusec:

Airbus n'aura que l'argument "Bundestag ! bundestag ! Bundestag" à balancer  et leur orgueil pour rouspeter...:biggrin:

Edited by Claudio Lopez
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Pakal a dit :

Les anglais, comme toujours, adorent rajouter de l'huile sur le feu

C'est le Daily Express. Proche du UKIP. Tout ce qui peut mettre à mal les Européens et Européistes est de leur ressort. Si jamais le FCAS devenait un succès, ce n'est pas dans leurs pages que tu le lirais.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Alexis a dit :

Et de fait, qu'on appelle ça "souverainisme" ou pas, je pense que les doutes sur le bien-fondé du projet SCAF, surtout tel qu'il a été défiguré grâce à l'insistance allemande, vont très au-delà des seuls électeurs du RN :smile:

Oui, les interrogations sur l'intérêt du SCAF pour la France dépasse les clivages politiques. Des sénateurs et députés de tous bords ont émis des réserves et prôné d'autres voies. C’était il y a encore quelques mois. Je suis cependant surpris du silence d'église depuis l'annonce de l'accord, que ce soit dans les rangs de la majorité, dans l'opposition (que je ne limite pas au seul Philippot...) mais également chez les journalistes défense comme Vincent Lamigeon, Cabirol, plutot contre le SCAF dans sa mouture actuelle. Se passe t-il quelque chose en coulisses? Je ne peux m’empêcher de penser que cette avalanche de contrats en 6 mois y est pour quelque chose.

Au passage, il est assez incroyable que l'on doive lire la presse transalpine pour arriver à une analyse somme toute évidente de la situation; Airbus DS est aux abois et DA est sur un strike, assurant au groupe une assise toute autre que celle entamée en 2017 au début des négociations. Mais alors pourquoi se précipiter pour signer ce contrat alors que tout joue en faveur de la France?

Edited by Chimera
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Claudio Lopez a dit :

Dassault, Thales , Safran sont des boites qui existent depuis la guerre .... ils savent ce qu'ils font et ils savent ce qui est partageable et ce qui ne l'est pas... 

je suis dsl que ca tombe sur toi ... mais ...
j'ai entendu le meme discours sur des boites qui ont disparu ou presque depuis plus 30 ans, c'est ce déni de réalité qui fait la France le pays le plus désindustrialisé du G7. 
Cette arrogance ...
Tu crois qu'un ouvrier qualifié le reste longtemps s'il bosse pas. Tu vas voir un chirurgien qui fait ton opération seulement 3x par an ou celui qui la fait 300x par an ? 

il y a 19 minutes, Chimera a dit :

Oui, les interrogations sur l'intérêt du SCAF pour la France dépasse les clivages politiques. Des sénateurs et députés de tous bords ont émis des réserves et prôné d'autres voies. C’était il y a encore quelques mois. Je suis cependant surpris du silence d'église depuis l'annonce de l'accord, que ce soit dans les rangs de la majorité, dans l'opposition (que je ne limite pas au seul Philippot...) mais également chez les journalistes défense comme Vincent Lamigeon, Cabirol, plutot contre le SCAF dans sa mouture actuelle. Se passe t-il quelque chose en coulisses? Je ne peux m’empêcher de penser que cette avalanche de contrats en 6 mois y est pour quelque chose.

Au passage, il est assez incroyable que l'on doive lire la presse transalpine pour arriver à une analyse somme toute évidente de la situation; Airbus DS est aux abois et DA est sur un strike, assurant au groupe une assise toute autre que celle entamée en 2017 au début des négociations. Pour alors, se précipiter pour signer ce contrat alors que tout joue en faveur de la France?

Je ne vois aucun rapport entre les ventes de rafale et le SCAF... 

Le silence qu'on entend, ne veut pas dire qu'il ne se dit rien mais juste que les mecs préfèrent ne rien dire en publique parce qu'ils ne maitrisent en réalité RIEN qu'ils attendent que le bon sens s'impose...
Je trouve ca juste dingue de voir les indiens, Égyptiens, Indonésiens, Italiens et meme Britannique rappeler qu'être seul maitre à bord, seul interlocuteur, seul négociateur est une force qui a mis de coté jusqu'à leur propre produit
et que nous on fasse semblant de l'ignorer... 

La France s'empresse de signer parce que les elections ... ni plus ni moins... signé un document non rédigé, c'est encore du jamais vu. 
Si Macron n'est pas réélu (sauf apparition d'un nouveau Macron qui remplacerait le premier au meme niveau de l'échiquier politique), la prochaine majorité s'empressera de nous sortir de ce truc ou de "renégocier" (truc qu'on entend depuis Jospin sur l'UE en tant que telle). Les tenants de l'opposition rongent leur frein. 

Je sens bien dès 2022, une vente de meteors aux Saoudiens juste pour vérifier que certains accords soient bien respecter :bloblaugh:

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Élucubrations du soir : considérant que là ministre des armées et les industriels sont au fait de ce qui nous préoccupe, ne peut on pas supposer que les concessions accordées aux partenaires sont un moyen de les éloigner des fournisseurs américains dans un premier temps ? Une fois le projet verrouillé, les mettre face à la réalité du déséquilibre industriel permettrai de récupérer les piliers technologiques restants (notamment la furtivité et les capteurs), en surfant sur les vente de rafale à l’export. On peu même envisager un chantage du genre si vous êtes pas content, on vous laisse refaire un eurofighter. Faire (pour de vrai cette fois et de façon décomplexée ) ce dont ils nous ont accusé en 1980 : le Français arrogant.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, wagdoox said:

Je sens bien dès 2022, une vente de meteors aux Saoudiens juste pour vérifier que certains accords soient bien respecter :bloblaugh:

PPFFFFFFFFFF....

petit joueur, va :biggrin:

Link to comment
Share on other sites

Et risquer de planter nos milliards qu’on aura déjà mis dedans ? Les all et esp auront 66% d’un nouvel avion où démonstrateur, nous que 33%. 
je vois plutôt la scène se dérouler ainsi, les entreprises fr sont prier de nous dire comment on doit faire notre boulot sinon l’Union européenne pourra exploser. Des maladies arriveront, la crise économie, les gens mourront de faim dans la rue, l’immigration ... ce sera l’apocalypse (si certains y voient déjà la réalité c’est normal mais ça n’empêche la fin ou vous dit).

il y a 11 minutes, P4 a dit :

PPFFFFFFFFFF....

petit joueur, va :biggrin:

Balance ?

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, casoucasou a dit :

Élucubrations du soir : considérant que là ministre des armées et les industriels sont au fait de ce qui nous préoccupe, ne peut on pas supposer que les concessions accordées aux partenaires sont un moyen de les éloigner des fournisseurs américains dans un premier temps ?

Pas besoin que ce soit une supposition! C'est bel et bien le cas.

À l'origine les pays qui entrent dans le FCAS franco-allemand le font pour UNE raison: ils n'ont pas de F-35.

AKK avait même osé balancer "on ne peut pas acheter de F-35 parce qu'il y a le FCAS". On peut pas faire plus clair.

La raison est simple: personne ne va acheter 2 avions qui font la même chose. Même si le F-35 ne tient pas ses promesses, c'est un chasseur furtif piloté. Le constat français est simple: personne ne va acheter un autre chasseur furtif piloté si ils ont déjà des F-35. Personne sauf les anglais qui avec Tempest tentent de lancer un programme qu'ils aimeraient bien voir prendre la suite de l'Eurofighter et du Gripen (présence de la Suède oblige) avec plein de pays dedans.

N'oublions pas que Tempest, produit de "FCAS-TI" (Technology Initiative), fait suite directement à l'abandon de FCAS-DP (Drone Project) le programme franco-britannique fusionnant Neuron et Taranis. Sauf qu'entre-temps les besoins UK ont évolué, notamment parce que le F-35 ne convient pas (d'où les rumeurs de passage de 138 commandes de F-35B à... 48 en tout et pour tout, même si ce n'est pas clair) et aussi parce que l'Eurofighter, malgré ses modernisations récentes et jalons encourageants (premier tir de Storm Shadow/SCALP-EG récemment en opérations, radar AESA comportant une partie en GaN) apparait désormais comme le mauvais choix qu'il a toujours été. Sur fond d'échecs récents. Echec de développement des CFT de 1500L chacun qui ne verront jamais le jour, échec des réservoirs de 1800 litres... 4 radars AESA différents...
Les 53 Eurofighter T1 britanniques seront ainsi envoyés à la casse avant 2025. À cette date les avions les plus vieux auront probablement aux alentours de 18 ans. Les plus récents moins de 15. Certains des premiers modèles livrés en 2004 étaient déjà envoyés au cimetière en 2016.
C'est une gabegie intolérable. Et contrairement à l'Allemagne et l'Espagne qui prennent des T3 supplémentaires pour remplacer les T1 qui chez eux aussi vont finir en copeaux, les anglais ne continuent pas l'expérience. Ils ont d'ailleurs été littéralement floués après que l'Allemagne, probablement pour les punir sur fond de Brexit, leur ait refusé l'export de 48 Eurofighters supplémentaires à l'Arabie Saoudite... Ce qui devrait nous faire FORTEMENT réfléchir à propos de "l'avenir commercial du NGF"... non je déconne, ça devrait nous faire fuir à toutes jambes à la vitesse de la lumière, plutôt...

 

il y a 3 minutes, casoucasou a dit :

Une fois le projet verrouillé, les mettre face à la réalité du déséquilibre industriel permettrai de récupérer les piliers technologiques restants (notamment la furtivité et les capteurs), en surfant sur les vente de rafale à l’export. On peu même envisager un chantage du genre si vous êtes pas content, on vous laisse refaire un eurofighter. Faire (pour de vrai cette fois et de façon décomplexée ) ce dont ils nous ont accusé en 1980 : le Français arrogant.

 

Tu surestimes grandement la vilennie de l'exécutif français. J'aimerais qu'il soit aussi retors, sournois, déterminé, machiavélique, et impitoyable. Mais ça n'arrivera pas.

Au mieux peut-on espérer vendre aux américains nos partenaires en échange de marchés que nous laisseraient les US.
Les espagnols veulent des F-35B pour armer le Juan Carlos, et la Luftwaffe aussi d'après son chef d'état-major qui fut désavoué dans la foulée!

  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Chimera a dit :

Au passage, il est assez incroyable que l'on doive lire la presse transalpine pour arriver à une analyse somme toute évidente de la situation; Airbus DS est aux abois et DA est sur un strike, assurant au groupe une assise toute autre que celle entamée en 2017 au début des négociations. Mais alors pourquoi se précipiter pour signer ce contrat alors que tout joue en faveur de la France?

Quelle presse transalpine ? Suisse ou Italienne ? 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Patrick a dit :

Ah bah de mieux en mieux.

"Les français! arrêtez de vendre des Rafale! Sinon ça menace le FCAS parce que vous allez avoir l'impression que vous savez faire des avions et les vendre sans avoir besoin des autres!"

:bloblaugh::bloblaugh::bloblaugh::bloblaugh:

Non mais quelle histoire de cons franchement...

Le démonstrateur du FCAS, ce serait 3,5 milliards en 6 ans à repartir en plusieurs industriel peu performant.

Il faudrait que Dassault vendent combien de Rafale pour avoir les moyens et la volonté de financer sur fond propre un programme équivalent ?

 

Historiquement, entre les mirage F1, 4000 et 3 NG, Dassault a déjà financé des prototypes. Qu'est-ce qui se passera si en 2027, 2 prototypes sont présentés au Bourget et que le FCAS est moins prometteur ? D'ailleurs le FCAS est particulièrement économique (il est dans le budget espagnol) donc la France pourrait contribuer à un prototype de Dassault.

La beauté de la chose, c'est que les politiques français pourraient ne pas avoir quoique ce soit à faire. Dassault pourrait même le faire contre l'avis des politiques...

  • Confused 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Claudio Lopez a dit :

Cela peut paraitre incroyable mais les négociations entre les industriels et les États se poursuivent sur le SCAF (Système de combat aérien du futur). Et ce quand bien même qu'un accord sur la phase 1B (3,5 milliards d'euros) ait été finalisé lundi par l'Allemagne, l'Espagne et la France, qui participent au programme d'armement le plus emblématique d'Europe. Les trois pays demandent une ristourne d'environ 5% aux industriels, selon nos informations. Soit près de 200 millions d'euros. Cette initiative de dernière minute a à la fois surpris et irrité tous les industriels partenaires de ce programme, dont notamment Dassault Aviation et Airbus. Et la réponse a rapidement fusé : c'est non. Un  "non" ferme. D'autant plus que les industriels considèrent qu'un accord a été annoncé sur la base des négociations conclues entre industriels. Ce qui signifie très clairement pour eux que la négociation commerciale est finalisée.

Les États vont toutefois tenter le coup. "Il reste des points à finaliser qui fait que les industriels ne s'engageront pas à dire que tout est finalisé", rappelait-on lundi au sein du cabinet de la ministre des Armées, Florence Parly. Pour le ministère, "il reste toujours une question qui se règle juste à la fin, qui est le prix". "Nous cherchons toujours à réduire les prix et nous avons encore un peu de temps pour le faire" sur la phase 1B du SCAF, précisait-on dans l'entourage de Florence Parly. D'autant que le montant de 3,5 milliards d'euros est un prix plafond, rappelle-t-on au cabinet de la ministre.

Finalisation de l'architecture du système

Outre le développement et la conception de démonstrateurs, le lancement de cette phase 1B va permettre de finaliser les travaux sur l'architecture à la fois de l'avion de combat et des "remote carrier" (drones, missiles...), qui accompagneront le NGF (Next Generation Fighter) dans ses missions. La fin de ces travaux doit mener au choix d'un appareil et puis, à celui "d'un ou deux remote carriers", expliquait le cabinet. Pour l'heure, les industriels étudient cinq architectures, soit trois avions et six types de remote carrier (contre dix auparavant au début de la phase 1B, soit 24 variantes).

"Notre enjeu sur les deux à trois qui viennent est de terminer" ces travaux pour converger et de définir un système, soulignait le cabinet. Une fois cette phase passée, les industriels réaliseront dans le cadre de la phase 2 "un démonstrateur à la fois de cet avion et de ses remote carriers pour les faire voler vers 2027". Selon le cabinet, "il y aura un seul type de démonstrateur". Toutefois, le contrat prévoit que "pour les besoins du programme", les États peuvent demander la réalisation d'"un deuxième exemplaire, voire un troisième exemplaire". Tout dépendra "de la volumétrie d'essais en vol prévue et des études de démonstration technologique que nous souhaitons mener dans les airs..." Et dire que le SCAF n'est qu'au début de son odyssée.

Suivez La Tribune
Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters

 

 

  • Thanks 2
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Enfin un article intéressant et un peu technique sur ce projet au delà des postures de façade sur qui est le meilleur pour planter son drapeau sur le camouflage du futur appareil.

3 appareils et 6 types de remote carriers. 

Intéressant de voir ces 3 concepts pour Dassault

interessant également de voir si les remotes carriers seront supérieurs en capacités aux actuels drones comme le NEUROn.

Le Tempest semble s’être déjà  arrêté sur un design, que je trouve dans un goût typiquement anglais ... Messieurs les anglais tirez les premiers ! 

Je reste convaincu que l’on peut et doit faire beaucoup mieux.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, wagdoox a dit :

Je ne vois aucun rapport entre les ventes de rafale et le SCAF... 

Ca change le rapport de force entre Dassault, qui a un carnet de commande plein et l'assurance de maintenir ses compétences et les autres qui vont bientôt crever de faim.

Un détail quoi.

Il y a 11 heures, Chimera a dit :

Airbus DS est aux abois et DA est sur un strike, assurant au groupe une assise toute autre que celle entamée en 2017 au début des négociations. Mais alors pourquoi se précipiter pour signer ce contrat alors que tout joue en faveur de la France?

Je fais confiance aux équipes de Dassault pour ne pas avoir accepté n'importe quoi.  Trappier n'a pas hésité à grimper au cocotier, donc s'il est aujourd'hui silencieux c'est qu'il n'a pas lâché l'essentiel.

Et puis le SCAF sera un système complet très couteux.  Bien des pays ne pourront l'acquerir.  Et je pense que pour la même raison il faudra à ses coté en France un système moins riche à l'image de ce que le M2000 fait aujourd'hui à côté du rafale.

Il reste donc de la place pour un avion bien né, restant abordable et qui aura évolué sainement : sa majesté Rafale que Dassault continuera à vendre en 2040 et à produire à 100%.

Le SCAF c'est un peu la Golf GTI de la gamme Golf : il s'en vend peu mais ca tire tout le reste de la gamme.

  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
  • pascal unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,662
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Lapin
    Newest Member
    Lapin
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...