Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Britannique


Adriez
 Share

Recommended Posts

Il y a 4 heures, KnewEdge a dit :

Les chantiers britanniques sont-ils moins efficaces que les nôtres? (le truc des privatisations excessives?) Une IPER de SNLE, et même refonte M51 dure normalement un peu moins de 3 ans chez nous contre apparemment 4 chez eux.

Je peux me tromper mais il me semble que les britanniques gère différemment les Iper. Ils font moins d'entretien court. La France les entretiens sont rythmés par les réacteurs tout les 8 ans faut recharger donc le temps de recharger on en profite pour faire d'autre tâche d'entretien. Les britanniques, il recharges moins souvent les pwr 2 sont donné pour 30 ans sens rechargement. Donc ils font moins de choses chose sur les entretien courts mais le mi vie y a plus de boulot.

On a le même phénomène sur les porte avions les américains font un gros IPER de 3 ou 4 ans alors que nous le CDG revient plus souvent mais moins longtemps.

Du coup, il se peut que au final sa reviennent au même la disponibilité total peut être égale c'est juste que c'est gérer différemment. 

 

 

 

 

Edited by Vince88370
  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Vince88370 a dit :

Du coup, il se peut que au final sa reviennent au même la disponibilité total peut être égale c'est juste que c'est gérer différemment. 

Pour les SNLE, c'est le cas.

En France, on a 4 SNLE avec des IPER/refonte de 2 ans tous les 8 ans, ce qui fait qu'on a en pratique que 3 SNLE rapidement disponibles.

Les anglais ont peut-être des IPER de 4 ans, mais ils se débrouillent pour avoir un seul des 4 SNLE en IPER...

Link to comment
Share on other sites

Pas assez de marins - une autre crise du personnel de la Royal Navy se prépare

https://www.navylookout.com/not-enough-sailors-another-royal-navy-personnel-crisis-is-brewing/

L'augmentation du nombre de démissions et le ralentissement du recrutement au cours des 18 derniers mois entraînent une diminution du nombre de marins. Nous examinons ici certaines des causes, les effets à long terme et les solutions potentielles.

Révélation

Le contexte

Tout au long de son histoire, la marine nationale a connu des problèmes d'effectifs au fur et à mesure que la flotte s'agrandissait ou se contractait et que l'équilibre oscillait entre l'attrait d'un emploi sûr dans la marine et celui d'un travail mieux rémunéré à terre. Dans le cadre de la révision de la politique de défense de 2010, les effectifs de la marine ont été réduits de 4 000 personnes, ce qui ne s'est pas fait uniquement par le biais d'un gaspillage naturel, certaines personnes ayant été licenciées. De toutes les réductions effectuées dans la marine en 2010, c'est sans doute celle qui a laissé l'héritage le plus toxique et, au cours de la décennie suivante, le manque de personnel a vraiment commencé à avoir un impact sur les opérations.

Dans un premier temps, la Marine nationale a tenté de poursuivre ses activités comme si de rien n'était, mais la pression exercée sur les marins et les recrutements d'urgence pour combler les lacunes ont entraîné une détérioration du moral des troupes et un cercle vicieux d'augmentation des démissions (Voluntary Outflow). En 2015, les dirigeants ont reconnu que cette situation n'était pas viable et ont accepté la nécessité de maintenir les navires à quai de temps à autre afin de préserver le moral de la main-d'œuvre. Une nouvelle crise n'était pas loin, mais les choses se sont stabilisées et la direction s'est progressivement adaptée, en mettant en œuvre une série de mesures telles que de nouveaux modèles d'équipage pour faire face à un état permanent de surexploitation.

Aucun programme d'équipement, aucun déploiement ou effet ne peut être réalisé par la marine sans des personnes formées et expérimentées. Même la flotte plus automatisée de l'avenir dépendra toujours du nombre et de la qualité de ses marins. En 2022, les effectifs formés (y compris les Royal Marines) ont diminué d'environ 1 %, soit une perte de 330 personnes par rapport à l'année précédente. Cela peut sembler insignifiant, mais en supposant qu'au moins la moitié de ces personnes occuperaient des emplois en mer, cela équivaut à peu près aux besoins en équipage des HMS Echo et Enterprise. (Ce n'est pas la seule raison pour laquelle les SVHO ont été retirés). Si les effectifs entraînés continuent à baisser au même rythme, il faudra rapidement faire des choix douloureux tels que le désarmement des frégates ou le maintien d'un porte-avions à un niveau de préparation peu élevé.

Un krach après le rebond de COVID

La pandémie a eu un effet bénéfique inattendu sur le RN : le recrutement a augmenté et le nombre de VO s'est réduit comme peau de chagrin. Les circonstances étranges de l'enfermement ont encouragé les gens à continuer à servir plutôt que de risquer d'essayer de trouver du travail sur le marché civil incertain. Les demandes d'engagement en tant qu'officiers ont augmenté de 34 % et les demandes de notation ont bondi de 28 % par rapport à l'époque précédant le Covid-19, les gens étant attirés par la sécurité d'une carrière militaire. 6 000 personnes ont déposé une demande d'engagement dans la marine nationale au cours des 12 mois précédant septembre 2020 (11 % d'entre elles ont déposé une demande d'engagement en tant qu'équipage d'aéronef) et 3 975 ont été acceptées. Alors qu'une grande partie de l'économie était bloquée ou travaillait à domicile, la RN a continué à former et à fournir des résultats sur la ligne de front, bien que dans des conditions difficiles pour beaucoup.

À la fin de l'année 2021, le service naval comptait plus de 40 000 personnes dans ses effectifs, soit le chiffre le plus élevé depuis 2012. L'afflux de nouvelles recrues a été tel que, pendant un certain temps, BRNC Dartmouth et HMS Collingwood ont également été utilisés pour la formation de base des matelots, car HMS Raleigh était complet. Malheureusement, le RN n'a pas été en mesure d'augmenter la formation de phase 2 en conséquence, laissant une cohorte de jeunes marins qui avaient réussi la formation de base mais n'étaient pas qualifiés pour prendre la mer et qui attendaient jusqu'à ce que des places de formation de phase 2 se libèrent.

Comme le montre le graphique, la fin de l'ère pandémique, à la fin de 2021, a été marquée par une baisse soudaine du nombre de candidats, la VO ayant augmenté et les demandes ayant chuté de 25,2 %. Les chiffres ne sont disponibles que jusqu'à la fin de l'année 2022, mais les sorties ont nettement dépassé les entrées, ce qui signifie une réduction inévitable de la taille de la main-d'œuvre. Le nombre de VO est le problème le plus grave, car il représente une perte de personnes expérimentées et formées qui ne peuvent être remplacées rapidement, même si le recrutement augmente.

Fabriqué dans la Royal Navy

Le recrutement a été raisonnablement dynamique au cours de la dernière décennie. Il a généralement été plus facile d'attirer suffisamment de jeunes que de les retenir lorsqu'ils sont plus âgés, qu'ils ont une famille et qu'ils ont acquis des compétences recherchées par d'autres employeurs. Le RN reste une carrière très attrayante pour de nombreux jeunes de 18 à 25 ans à la recherche d'aventure, d'amitié, d'une formation de qualité et de la possibilité d'acquérir des qualifications. D'excellentes campagnes publicitaires de recrutement ont également contribué à cette évolution. Le slogan "Je suis né à [Carlisle] mais j'ai été formé dans la Royal Navy" a eu un impact réel sur le groupe démographique cible. Ce succès a été payant et la Marine royale dépense plus de 20 millions de livres sterling par an pour ses campagnes. En moyenne, on dépense dix fois plus en publicité pour recruter un membre des forces armées que pour attirer une infirmière dans le NHS.

Depuis la fin de l'année 2021, le recrutement est devenu plus difficile et tant BRNC que Raleigh n'ont pas été en mesure de remplir tous les postes de formation disponibles. (Des chiffres précis ne sont pas disponibles, car le commandement de la marine tarde à répondre à une demande d'accès à l'information concernant les chiffres récents du recrutement des IA. Les demandes de renseignements sont censées recevoir une réponse dans un délai d'un mois, mais la question soumise en mai a été reportée à juillet).

La rémunération

La rémunération n'est pas la première raison pour laquelle les gens s'engagent et n'est pas le premier facteur cité pour expliquer les démissions. L'impact sur la vie familiale reste la principale raison de la démission, mais, comme dans d'autres domaines du secteur public qui ont constamment reçu des augmentations de salaire inférieures à l'inflation, la rémunération devient une question de plus en plus importante. Le fait que des personnes quittent le service pour un meilleur salaire est exacerbé par un marché de l'emploi post-pandémique tendu, où les employeurs en manque de personnel proposent des offres de plus en plus attrayantes. 14 % de la solde des forces armées sont consacrés au "facteur X", censé être une prime pour les dangers et les conditions spéciales de la vie militaire, mais comme l'inflation dévalorise la rémunération globale, ce n'est plus une compensation adéquate.

La dernière enquête permanente sur les attitudes des forces armées (AFCAS) est une lecture sombre (en particulier pour la RAF) et donne un aperçu du moral des troupes. Le mécontentement à l'égard de la rémunération a fortement augmenté au cours des 18 derniers mois. Cette situation est principalement due à la hausse de l'inflation et à la crise du coût de la vie, qui affecte particulièrement le personnel subalterne. Seule une augmentation très substantielle des salaires, du type de celle que le gouvernement souhaite éviter dans l'ensemble du secteur public, peut réellement résoudre ce problème.

Points d'appui

Le nombre total de personnes n'est évidemment pas le seul indicateur permettant de comprendre l'état de santé de la force. Les navires et les sous-marins ne peuvent être déployés sans un certain nombre de personnes clés qui doivent être qualifiées pour faire fonctionner des systèmes spécialisés. La pénurie de personnel dans certains métiers a toujours été un problème, mais les mécaniciens de marine expérimentés continuent de représenter la pénurie la plus grave. Il y a des pénuries dans d'autres métiers spécialisés, mais le manque d'ingénieurs est un problème qui touche l'ensemble de la défense, mais c'est la marine nationale qui est la plus touchée. Il n'est donc pas surprenant que les détails concernant le nombre de branches ne soient plus publiés, mais on sait que le nombre de nouvelles recrues s'engageant avec l'intention de servir en tant qu'ingénieurs a en fait augmenté, passant de 1 1193 en 2017 à 1 340 en 2022.

Le véritable défi consiste à retenir les ingénieurs une fois qu'ils sont qualifiés, car il existe une pénurie mondiale tant dans les industries maritimes qu'à terre. Plusieurs systèmes de primes sont en place, notamment les primes de recrutement et de fidélisation (RRP), les incitations financières à la fidélisation (FRI), les Golden Hellos (GH) et les primes de réinsertion, mais il pourrait être nécessaire de dissocier davantage la rémunération du grade pour que les salaires du personnel technique soient pleinement compétitifs par rapport à ceux du monde commercial.

La Royal Fleet Auxiliary a été particulièrement touchée et la pandémie a entraîné une pénurie mondiale de marins. Avec ses pieds dans trois camps, le service naval, la marine marchande et le service civil, son profil est complexe et il n'est pas facile d'y recruter, tandis que les salaires sont inférieurs à ceux de la marine marchande. Entre octobre 2021 et octobre 2022, le nombre de marins de la RFA est passé de 1 840 à 1 750, soit une perte de près de 5 % d'un effectif déjà surchargé. De nombreux navires de la RFA sont désormais exploités dans le cadre du TSOC (Tailored Scheme of Compliment), le niveau minimum d'équipage permettant de faire fonctionner le navire en toute sécurité, ce qui peut signifier que 70 ou 80 personnes effectuent la charge de travail de 100 personnes.

Queue contre dents

Le nombre de personnes s'engageant explicitement pour "servir le roi et le pays" a diminué, mais les attentes quant à la manière dont elles seront traitées ont augmenté au fil du temps, et la qualité variable de l'infrastructure de défense n'arrange pas les choses. Bien que des investissements aient été réalisés dans de nombreuses bases côtières pour le logement du personnel et les installations de bien-être, certaines zones laissent encore beaucoup à désirer. Le HMS Collingwood en est un exemple récent : les stagiaires y vivaient dans des conditions sordides en raison du mauvais état des bâtiments. Il a fallu que les médias se penchent sur la question pour que des mesures décisives soient prises. L'état du HMS Collingwood est un exemple de la nécessité compréhensible de concentrer les ressources sur la ligne de front au détriment de l'infrastructure de soutien. Le contrat "réparer en cas d'échec" n'a pas permis d'entretenir correctement les bâtiments, ce qui a eu pour effet d'accumuler les problèmes pour l'avenir et d'affecter le moral des troupes.

L'AFCAS révèle une insatisfaction croissante à l'égard des normes relatives aux logements familiaux (SFA) et aux logements pour célibataires (SLA). Certains de ces problèmes, tels que les logements familiaux délabrés, sont dus à des accords malavisés avec des entrepreneurs privés qui ont fourni un service médiocre que le ministère de la Défense semble tarder à résoudre. Quelques bâtiments mal entretenus peuvent sembler relativement anodins, mais si c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase et qui pousse des personnes expérimentées à quitter la marine, l'impact peut être durable et s'avérer être une fausse économie. La marine nationale a identifié un besoin d'investissement d'environ 2 milliards de livres sterling à long terme pour mettre ses logements et ses établissements de formation au niveau requis.

Pas de temps à perdre

Les perturbations post-pandémiques affectent tous les secteurs de l'économie britannique, ce qui rend le recrutement plus difficile, et le RN est soumis aux mêmes nouveaux défis que les autres employeurs. La situation de la main-d'œuvre était à peu près viable, bien que très fragile, avant la pandémie, mais il n'y avait pas de marge de manœuvre dans le système pour absorber l'impact des nouvelles conditions.

Il serait inexact de dire que la situation est irrécupérable ou que le moral est bas partout. Nombreux sont ceux qui mènent des carrières agréables et gratifiantes et qui n'envisagent pas de partir prochainement. Il est désormais beaucoup moins fréquent que le personnel des RN soit déployé en violation des lignes directrices sur l'harmonie (le rapport recommandé entre le temps passé à l'étranger et le temps passé à la maison). Un porte-parole de l'armée nationale a commenté la situation en ces termes : "Nous sommes exceptionnellement fiers du personnel de l'armée nationale : "Nous sommes exceptionnellement fiers de la grande qualité de ceux qui servent et assurent la réalisation sans équivoque de nos engagements opérationnels. Les options d'emploi modernes sont de plus en plus compétitives et nous nous engageons à continuer d'attirer les meilleurs en offrant un package d'emploi complet comprenant les soins de santé et la garde d'enfants, ainsi qu'un logement subventionné".

Tous les hauts fonctionnaires diront que "les gens sont notre plus grand atout", mais il semble qu'il y ait encore une sorte de déconnexion entre l'investissement dans les gens et dans les nouveaux équipements rutilants. Outre les questions salariales, l'amélioration de "l'offre" peut inclure des changements dans les structures de carrière, de meilleures incitations, des cycles de déploiement plus prévisibles et un soutien accru aux familles. Le rapport Haythornthwaite Review of Armed Forces Incentivisation doit être publié très prochainement et pourrait ouvrir la voie à des changements plus radicaux. La mise en œuvre des recommandations nécessitera très certainement un nouveau financement substantiel. Plus que tout autre problème, si l'on n'y remédie pas rapidement, le manque de personnel qualifié compromettra la capacité des forces armées à combattre et à gagner.

Edited by Titus K
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

"Projet commun de navire amphibie pour le Royaume-Uni et les Pays-Bas"

Le marin,  03/07/2023 17:30, Alain LEPIGEON

À l’occasion du cinquantenaire de l’accord entre le Royaume-Uni et les Pays-Bas portant sur une force amphibie conjointe, les deux marines ont convenu d’un renforcement de leur collaboration autour de leurs futurs bâtiments de projection.

...

https://lemarin.ouest-france.fr/secteurs-activites/defense/projet-de-navire-amphibie-pour-le-royaume-uni-et-les-pays-bas-47990

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le PoW reflotte, sans toutefois avoir encore fait usage de ses machines :

 

à 1’47 il fait toutefois un curieux rot digne du Kuz’? Puis plusieurs autres après 2’: les groupes qui démarrent ou hoquettent ou la cuisse qui a fait brûler la panse de brebis ?)

https://www.navylookout.com/hms-prince-of-wales-leaves-dry-dock-today-as-repairs-are-completed/

 

  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le POW est forcément sur courant bord , sur une situation  hotel load ( quai ou mouillage) avec  qqes équipements technique dont les radar en fonction . Les gensets wartsilae 12V38 ou 16 V 38 sont actifs , pas les TAG à mon avis.

Les bouffées de Fumée noire observées peuvent donc être provoquées par une surcharge passagère pendant les montées en allure des dit gensets ;

l’augmentation de débit du combustible injecté, quasi instantanée, s’effectue plus vite que l’augmentation du débit d’air admis dans le cylindre d’autant qu’ici le circuit d’aspiration d’air comburant est long pour l’alim des turbos (*) , diesels dans les fonds:  bref l’inertie de leurs rotors occasionne des « bouffées » de fumée lors des  prises de charge trop rapides 

 

 (*) spécificité stade 0 de la propulsion , mode NBC , citadelle ….etc

 

udtue7.png

 

la même chose

 

Edited by ARMEN56
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Papier très dur de NavyLookout sur la "LPM" rouquine, Défense Command Paper 2023:

Citation

Le point bas absolu dans le document est l'affirmation selon laquelle : "notre masse ne vient pas seulement des navires, des chars et des avions de notre inventaire, mais aussi des systèmes innovants que nous enveloppons autour d'eux et de la ruse de ceux qui les exploitent".

Et dans ce document, Ben Wallace parle même de nous et de nos rêves humides !

Citation

"Dans ce document, vous ne trouverez pas une nouvelle annonce brillante, une conduite politique axée sur les communications, des conceptions de forces non durables ou de nouvelles plates-formes majeures que les passionnés militaires peuvent afficher sur leurs cartes sur le mur de leur chambre"

Bon, il y aura quand même un peu de pépettes, mais 3 milliards déjà dépensés pour l'AUKUS:

Citation

Le chancelier, Jeremy Hunt, a confirmé le 15 mars que le budget de la défense augmenterait de 11 milliards de livres sterling sur 5 ans. Plus immédiatement, 5 milliards de livres sterling supplémentaires seront mis à la disposition du MoD au cours des deux prochaines années. 3 milliards de livres sterling seront dépensés pour soutenir l'entreprise nucléaire de défense et permettre le programme de livraison du sous-marin AUKUS

Mais ça n'augure pas forcément des matins qui chantent:

Citation

Malheureusement, malgré ce «nouveau» financement, il est bien en deçà des 8 milliards de livres sterling que le secrétaire à la Défense a déclaré nécessaires uniquement pour atténuer les effets de l'inflation.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

 

https://www.navylookout.com/developing-the-type-31-frigate/

Développement de la frégate de type 31 

Citation

 

Dans une certaine mesure, la capacité de la frégate de type 31 de la Royal Navy ne peut être pleinement appréciée sans comprendre le contexte de son développement. La perception du public s'est peut-être trop focalisée sur le coût et l'armement initial, occultant ainsi ce qui a été réalisé. Dans cet article, nous examinons le processus d'acquisition et la philosophie de conception qui sous-tend le projet.

Acheter différemment

Par rapport aux programmes d'acquisition précédents visant à fournir des navires de guerre complexes à la marine nationale, le Type 31 diffère grandement et a été relativement rapide. Dans le passé, les conceptions sur mesure étaient élaborées sur de longues périodes et faisaient l'objet de compromis détaillés entre les coûts et les capacités. Parfois, on s'en remettait à un fournisseur en situation de monopole, avec des processus concurrentiels limités ou inexistants. Des modifications importantes ont souvent été apportées à la conception à différents moments du programme, y compris après le début de la construction, ce qui a considérablement augmenté les risques techniques et financiers.

Pour le type 31, le commandement de la marine, le DE&S et d'autres parties prenantes ont dressé une liste d'exigences, connues sous le nom de caractéristiques clés (KC), pour une frégate polyvalente de base (GPFF). Ces caractéristiques clés ont été classées en fonction de leur criticité et de leur priorité en matière de sécurité. Certaines caractéristiques clés ont été classées comme "certification des risques clés" et devaient être respectées au minimum dans des domaines tels que la stabilité, la résistance structurelle, la lutte contre l'incendie et la sécurité du magasin. Parmi les autres caractéristiques obligatoires figuraient le respect des paramètres de résistance aux chocs, les critères de stockage des armes et l'exploitation du navire dans une fourchette définie de température de l'eau de mer. Les autres caractéristiques essentielles ont été classées sur une échelle de priorité à trois niveaux et des outils d'évaluation ont été utilisés pour noter les conceptions en fonction de ces critères. D'autres aspects tels que la prospérité du Royaume-Uni, la stratégie d'exportation et la gestion de projet ont également été pris en compte dans l'évaluation.

La courte période d'appel d'offres et le budget défini ont obligé les trois entreprises soumissionnaires à baser leurs solutions sur des navires existants. Toutes les décisions de conception sont prises par le maître d'œuvre (ou l'intégrateur du système de mission) qui agit en tant qu'autorité de conception et non par le personnel de la DE&S et de la RN. Après une évaluation approfondie des offres par rapport aux KC, le gagnant s'est vu attribuer un contrat à prix fixe et le MoD dispose d'options très limitées pour modifier la conception au cours de la phase de construction.

Fin 2018, la phase de conception concurrentielle (CDP) a commencé, culminant en septembre 2019 lorsque Babcock a été sélectionné comme maître d'œuvre et Thales UK sous-traité en tant qu'intégrateur de système de mission. Malgré COVID, le projet est actuellement en bonne voie, le HMS Venturer devant être lancé en 2023 et remis à la RN en 2025. Le ministère de la défense travaille actuellement sur la séquence d'activités précédant la date de mise en service, telles que les essais par temps chaud et les certifications d'armes. Les périodes d'insertion des capacités après la livraison, qui ne relèvent pas de la responsabilité du contractant, permettront d'ajouter de nouveaux équipements et logiciels afin d'éviter l'obsolescence et d'offrir la possibilité de procéder à des mises à niveau plus importantes au début de la carrière du navire. Il reste encore un long chemin à parcourir et de nombreuses étapes à franchir avec précision pour que la capacité opérationnelle initiale soit atteinte en 2027, six ans seulement après le premier coup de pioche.

Parent danois

Les frégates de la classe Iver Huitfeldt (IH) de la marine danoise constituent le modèle de base du produit Arrowhead-140, dont le type 31 est dérivé. Les plans d'échafaudage (cadrage et dimensions) et les diagrammes de tuyauterie et d'instrumentation (P&ID), la disposition des compartiments et le modèle CAO 3D d'origine ont tous été utilisés comme point de départ. Les IH sont basés sur la classe Absalon, une conception qui date de la fin des années 1990 et qui est conforme aux règles de Det Norske Veritas (DNV). Le type 31 est conçu conformément aux règles modernes et plus strictes du Lloyd's Register Naval Ship Rules, au code OTAN ANEP-77 Naval Ship Code et au UK DEFSTAN 02-900 General Naval Standard.

Les améliorations comprennent une compartimentation accrue et un compartimentage étanche qui constituent une aide vitale à la stabilité et à la récupérabilité en cas d'avarie. Une plus grande redondance - c'est-à-dire la duplication des systèmes pour fournir des modes de secours et de réversion. Une protection contre les explosions sous la forme d'un blindage composite pour protéger les zones vitales du navire. Une meilleure résistance aux chocs pour garantir que les systèmes critiques continuent de fonctionner si le navire est touché. Mesures d'atténuation de la signature pour réduire les échos radar, le bruit et la chaleur émis par le navire, en tenant compte des changements externes de l'IH au T31. Conformité aux réglementations environnementales de niveau III de l'OMI grâce à la réduction catalytique sélective qui permet de réduire les émissions d'oxyde d'azote (NOx).

La construction et l'entretien des navires selon ces codes sont le résultat de l'expérience de combat durement acquise par la marine nationale et font partie des normes les plus exigeantes utilisées par les marines du monde entier. Bien que cela ne soit pas immédiatement évident, en ce qui concerne la sécurité et la capacité de survie, la plate-forme du type 31 sera supérieure à de nombreux concurrents étrangers et à l'ancien type 23 de la marine nationale.

Seuls des systèmes éprouvés et disponibles sur étagère ont été sélectionnés pour être inclus dans le Type 31, ce qui est une autre raison majeure pour laquelle le projet peut progresser plus rapidement avec des risques et des coûts moindres. Le système de gestion de combat TACTICOS est déjà en service à bord de plus de 180 autres navires de guerre et Thales possède une expérience considérable en matière de personnalisation et d'intégration. Le système intégré de gestion de plate-forme (IPMS) et l'équipement de surveillance et de contrôle des dommages (DSAC) sont communs aux porte-avions QEC et aux frégates de type 26. Le système intégré de passerelle et de navigation (IBNS) est le même que celui qui équipe les destroyers de type 45 et les frégates de type 26. L'équipement de communication est également une version modifiée et mise à jour de celui utilisé par les porte-avions. Dans l'ensemble du navire, de l'installation de traitement des eaux de ballast aux boîtes de vitesse de propulsion en passant par l'équipement des cuisines, des équipements militaires sur étagère (MOTS) ou commerciaux sur étagère (COTS) ont été utilisés.

Adaptabilité et exportation

L'Arrowhead-140 et le T31 ont été conçus pour être hautement adaptables dès le départ. La plateforme de base possède les caractéristiques clés mentionnées ci-dessus, est spacieuse, offre une bonne habitabilité et une bonne endurance, et peut être améliorée. Le système IPMS dispose d'une capacité de traitement redondante, d'une capacité de production et de distribution d'électricité supplémentaire et de marges pour l'eau réfrigérée, le chauffage, la ventilation et la climatisation et l'infrastructure réseau.

Les cyniques diront qu'il s'agit là d'un autre exemple de "équipé pour mais pas avec" (FFBNW) et que le RN a l'habitude des navires équipés pour, mais jamais avec certains équipements. Les précédents historiques mis à part, la construction d'une plateforme adaptable ne se limite pas à laisser des espaces vides et le T31 dispose de l'infrastructure nécessaire pour rendre moins coûteux et plus rapide l'ajout de nouvelles capacités majeures. Lorsque les premières frégates de type 23 ont pris la mer au début des années 1990, elles ne disposaient même pas d'un système de gestion du combat opérationnel, mais au fil du temps, elles ont été mises à niveau et améliorées et sont toujours efficaces 30 ans plus tard.

Le type 31 sera construit avec les structures de base pour quatre modules VLS à 8 cellules Mk41 Strike-Length. À la lumière des accusations justifiées selon lesquelles la flotte de surface "se comporte comme des porcs-épics - des herbivores bien défendus aux capacités offensives limitées", on sait que le RN envisage activement l'ajout de ces 32 cellules. Équipé du missile d'attaque anti-navire/terrestre FCASW/FOSW, le T31 verrait sa portée et sa puissance de feu considérablement accrues.

Comme le Type 26, le Type 31 a été entièrement conçu à l'aide d'un logiciel de modélisation 3D, jusqu'au niveau des prises de courant domestiques individuelles dans les compartiments. Les résultats du modèle 3D alimentent directement les nouvelles installations de fabrication PEMA pulse line (découpe et soudure automatisées de l'acier) à Rosyth. La modélisation 3D a considérablement réduit les risques pendant la construction, car les équipements, les tuyaux et les câbles ont été acheminés et déconflictualisés dans un modèle virtuel avant toute construction.

Le modèle 3D facilite également l'adaptation de la conception en vue d'une exportation ou d'une mise à niveau et contient déjà des équipements supplémentaires susceptibles d'être ajoutés. Les fabricants d'origine ont fourni des détails permettant de construire des modèles CAO pour des éléments tels que le canon de moyen calibre BAES 127 mm Mk 45 Mod 4 et la série de sonars remorqués CAPTAS de Thales.

Navires de combat

L'armement des canons est un bon exemple de la nouvelle approche en matière d'acquisition. Les critères de sélection de haut niveau définis par le ministère de la défense spécifiaient l'armement des canons pour l'engagement de cibles aériennes et de surface. Les soumissionnaires ont été laissés libres de choisir les armes et les capteurs et leurs propositions ont été évaluées par la DTSL à l'aide d'outils tels que le modèle de défense aérienne des navires (SADM), entre autres. Le SADM a été développé par BAES en Australie et est utilisé par plusieurs marines pour la simulation virtuelle d'armes, de capteurs et de systèmes électroniques dans des scénarios de combat complexes au-dessus de l'eau, à des fins d'essai.

La sélection des systèmes d'armes pour le Type 31, d'une importance capitale, a pris plus d'un an et toutes les options disponibles sur le marché ont été examinées. L'équipe 31 de Babcock a procédé à sa propre évaluation de chaque système en examinant le comportement des servomoteurs, les temps de réaction, les modèles de fragmentation et la précision. D'autres aspects tels que les arcs de l'arme, l'intégration des systèmes de mission, le support du chargeur pénétrant dans le pont et le contrôle réversible ont également été examinés avec soin. Les canons BAES/Bofors de 57 mm et 40 mm finalement choisis ne sont pas les solutions les moins chères disponibles, mais ils offrent les meilleures performances combinées par rapport aux KC.

Les autres composants clés du système de combat du T31 sont le radar primaire et le CMS. La dernière variante de TACTICOS choisie pour le T31 introduira l'automatisation de processus tels que la compilation d'images et l'affectation rapide d'armes entièrement intégrées à la RN. (Le CMS équipant le T26 aura des capacités similaires). Le radar NS110 sera le premier radar 4D à deux axes, à faisceaux multiples et à réseau actif à balayage électronique (AESA) à équiper une frégate de la marine nationale. Les radars 4D fournissent non seulement des informations sur le relèvement, la portée et l'élévation (3D), mais aussi une analyse approfondie du doppler de la cible (vitesse et manœuvres) et dix fois plus de temps sur la cible (4e dimension) grâce à l'application du traitement multifaisceaux à deux axes. Il en résulte des performances supérieures en matière de détection, de suivi et de classification de l'air et de la surface.

Cet article se concentre sur la phase d'acquisition et de conception, mais Babcock doit maintenant relever les différents défis de la fabrication, de l'aménagement, des essais et de la mise en service. Comme le montre clairement l'expérience du programme Astute, la clé du succès réside dans la mise en place d'une conception mature avant le début de la construction et, à cet égard, Babcock dispose d'une base solide. Il convient de noter qu'une équipe relativement restreinte d'environ 100 concepteurs travaillant sur le type 31 a accompli beaucoup en peu de temps.

La suggestion de Sir John Parker dans la stratégie nationale de construction navale originale, selon laquelle les GPFF/T31 devraient être vendus après une dizaine d'années de service et remplacés par des navires neufs pour maintenir les lignes de production occupées, est admirable mais n'a pas été adoptée ou officiellement approuvée en tant que plan pour la "classe Inspiration". Il est beaucoup plus probable que les T31 fassent une longue carrière au sein de l'armée nationale et qu'ils soient largement modernisés au fil du temps, un avenir pour lequel ils sont bien placés.

 

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Titus K a dit :

HMS audacious S-122 

On voit bien bien le sonar sur cette photo.

Pourquoi n'y a pas de tuiles partout, uniquement a certain endroits ? 

02zbo5paxokb1.jpg?width=3600&format=pjpg

Au pif : parce que la construction n’était pas achevée et que le collage des dernières tuiles c’était pour le lendemain ?)

spacer.png

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, Hirondelle a dit :

Au pif : parce que la construction n’était pas achevée et que le collage des dernières tuiles c’était pour le lendemain ?)

spacer.png

Cette photo met bien évidence la conception hydrodynamique assez particulière : ca me fait penser à un équivalent de la loi des aires en aeronautique : section de la coque plus étroite là ou est le massif.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Titus K a dit :

HMS audacious S-122 

On voit bien bien le sonar sur cette photo.

Pourquoi n'y a pas de tuiles partout, uniquement a certain endroits ? 

02zbo5paxokb1.jpg?width=3600&format=pjpg

extrait d’une thèse sur ce sujet

0mml43.png

 

On a du matériau de masquage pour le bruit rayonné et de la tuile anéchoique  pour réduire l’indice de cible ou l’écho d’une onde incidente

Certain matériau peuvent faire les deux ( on en a déjà parlé ici)

En lisant des écritures sur le sujet j’avais compris que la protection anéchoique s’effectue plutôt sur des zones planes verticales ou presque  ( massif)

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Hirondelle a dit :

spacer.png

… En tout cas c'est pas gagné pour l'installation d'un HPAPUCH *

Blague à part, en voyant cette photo, y'a rien a faire, les Anglais et le design c'est … comment le dire poliment … un mariage de raison (hydrodynamique) plutôt que d'amour. 

* Pour la description de l'acronyme voir avec @clem200 :biggrin:

 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

 

Pourquoi n'y a-t-il pas de sous-marins d'attaque de la Royal Navy en mer ?

Grâce à des observations open source, il est clair qu'aucun des six SSN commissionnés de la Royal Navy n'est en mer au moment de la rédaction du présent document. Dans le cadre des cycles d'entretien normaux, on pourrait s'attendre à ce que plusieurs bateaux soient dans le port, mais il est inhabituel que toute la force soit à côté.

Le HMS Triumph est récemment retourné à Devonport après une patrouille de plus de 3 mois, très probablement en Méditerranée orientale. Auparavant, le HMS Audacious a passé 403 jours loin du Royaume-Uni, principalement dans la même région (l'équipage a été tourné pendant le déploiement), arrivant à Devonport en mars 2023. Les patrouilles étaient probablement exigeantes, extrêmement utiles à la cause de l'OTAN et les équipages devraient être félicités. Malheureusement, comme l'amiral Radakin l'a admis au comité spécial de la défense le 5 juillet, Audacious est maintenant coincé à côté de Devonport en attendant l'entretien parce qu'une cale sèche appropriée n'est pas disponible.

Il est difficile de rendre compte du statut exact des 4 autres bateaux car ce type d'information n'est pas dans le domaine public, mais HMS Astute, Ambush, Artful et Anson ont tous été observés ensemble à Faslane cette semaine. Après avoir passé plus de 500 jours d'inaction après sa participation au CSG21, le HMS Astute s'est brièvement mis en mer en juillet. Le plus récent bateau, le HMS Anson, est arrivé à Faslane pour la première fois en février et on pourrait s'attendre à ce qu'il soit opérationnel avec des essais en mer et des travaux terminés, mais ni lui ni le HMS Artful ne semblent avoir été actifs depuis plusieurs mois. Le HMS Ambush est inactif depuis plus d'un an.

At least one boat is likely to deploy soon, possibly in support of the upcoming CSG23 deployment and the unusual scenario of all the SSNs being alongside may be short-lived. Whether it is a matter of inadequate material state, support infrastructure issues, crew shortages or a combination of these is unclear but if all was well, more could be expected from these relatively new boats. The RN initiated Project RESOLUTION in 2021 intended to increase submarine availability but progress appears to be limited.

At Devonport work is now well underway to upgrade number 10 dock to the standards needed to support future SSBN and SSN refits and maintenance. This is a major project that will not be finished for some time as the dock has to be completely reconfigured and reinforced to meet the ever-more stringent regulations for nuclear facilities. When eventually completed, this will relieve a major bottleneck in submarine support as there is currently only the shiplift at Faslane and number 15 dock in Devonport where SSNs can be taken out of the water. The ageing SSBNs have priority on the shiplift and number 9 dock at Devonport is permanently occupied with major refits of the Vanguard class. Number 14 dock is slowly being prepared for the disposal of decommissioned submarines. Even number 15 dock is currently unavailable as it is being converted from supporting Trafalgar class boats to Astute class, hence the delay to starting work on Audacious.

Le Royaume-Uni a la chance que la force sous-marine de la marine américaine soit clairement très engagée dans la région européenne avec une augmentation notable du nombre de visiteurs à Falsane au cours des deux dernières années. L'USS Florida (un sous-marin à missiles guidés avec un abri de pont sec des forces spéciales monté sur le boîtier) entrant à Faslane le 14 août, le quatrième bateau américain à arriver sur le Clyde en moins de deux mois (Photo : Sheila Weir).

Une partie du grand avantage de posséder des sous-marins est l'incertitude causée dans l'esprit des adversaires, sachant qu'un seul bateau est en mer peut suffire à exercer un effet dissuasif, d'autant plus que la portée et la vitesse des SSN signifient qu'ils peuvent constituer une menace sur une énorme zone. Il est évidemment indésirable d'avoir toute la force dans le port simultanément si cela peut être évité, surtout lorsqu'il ne manque pas de tâches qu'elles pourraient accomplir.

L'un des SSN est généralement tenu de « dislovoir » les sous-marins de dissuasion nucléaire (SSBN), en particulier lors du démarrage ou de la fin d'une patrouille et qu'il transite par des zones plus confinées. Désinfecter les eaux autour du bateau pour s'assurer qu'il n'est pas suivi par des intrus indésirables est une tâche permanente pour les SSN RN depuis le début des patrouilles de dissuasion à la fin des années 1960. Compte tenu de la sensibilité de leurs signatures, il ne s'agit pas d'un travail qui peut être « externalisé » à des alliés étrangers.

Une présence sous-marine soutenue dans la Méditerranée orientale serait évidemment idéale car il s'agit d'un théâtre maritime clé en termes de surveillance de la présence russe près de la Syrie et de la mer Noire. Les rapports sur les niveaux élevés d'activité des sous-marins russes dans l'Atlantique Nord et à proximité du Royaume-Uni se poursuivent sans cesse et c'est maintenant un moment particulièrement malheureux de ne pas avoir les moyens de les contrer. La meilleure façon de trouver un sous-marin est généralement avec un autre sous-marin. La contribution du Royaume-Uni à la surveillance de cette menace devrait comprendre plus d'une frégate sur le service du navire de patrouille à réseau remorqué (TAPS) ou quelques sorties P-8A Poseidon.

Il est déjà assez grave que le service sous-marin soit devenu si petit, mais son efficacité est clairement encore érodée par l'incapacité d'obtenir des bateaux en mer. Des améliorations majeures seront nécessaires si le RN doit tenir les promesses de l'AUKUS de visites de sous-marins plus fréquentes en Australie et d'un bateau basé en permanence à Perth à partir de 2027.

Edited by Titus K
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Mon sentiment est qu’on entrevoie ici un problème structurel / culturel chez les Britanniques: le manque de valorisation des compétences techniques et filières industrielles sur tous les plans (études, entreprises, gestion des carrières, gestion de l’état).

Je me souviens de nombreux débats avec des Brits qui me rétorquaient que l’industrie représente un % plus important de leur PIB que chez nous, que leur industrie légère et leur équipement en machines outils sont très bons, qu’ils ont de grands cabinets de conception…

…tout ça est peut être vrai mais j’ai l’impression qu’il leur manque à la fois le corps d’ingénieurs qu’on a chez nous (les meilleurs cerveaux chez eux allant plutôt vers le droit et les études politiques) et le corps de techniciens formés en entreprise (peut être à cause d’une trop grande mobilité des talents et de l’absence de vision long terme du client étatique et des entreprises privées).

Edited by HK
  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,944
    Total Members
    1,749
    Most Online
    FlorianBlanchard54
    Newest Member
    FlorianBlanchard54
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...