Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Fondamentalement, je ne comprends pas à quoi est liée une telle inflation et une telle dégringolade de l'économie turque. Il y a évidemment des problèmes internes (politiques, clientélisme, etc.), mais de là à avoir une telle débâcle digne du Zimbabwe ou de l'Argentine j'ai vraiment du mal à saisir le lien de cause à effet.

L'économie turque est quand même fort industrialisée et moderne, les infrastructures aussi, le tourisme aide aussi beaucoup (même s'il a forcémment été touché par le Covid), on est dans un pays assez moderne finalement.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

L’economie turque n’est pas en si mauvais état. Enfin : si on n’est pas un citoyen lambda exposé à l’inflation des prix à la consommation.

Cette inflation a une double origine : d’une part, Erdogan s’obstine dans une politique de taux d'interêt bas: c’est sensé être favorable à la consommation et à l’investissement, mais s’il y a surchauffe, les prix monte.

D’autre part, la monnaie locale dégringole : les produits d’importation sont donc renchéris, et l’economie turque est très exposée à cela.

En contrepartie, les exportations sont supposées être plus facile, car produite à un coût local. Donc avec un même dollar, les clients étrangers devraient pouvoir acheter plus de biens turcs...

Ca, Kiri, c’est le modèle simplifié. Évidemment il y a plein de fuites dans les circuits et de biais, et il faut bien comprendre que ce qui est favorable à certaines entreprises exportatrice et défavorable à d’autres ou au consommateurs.

Aussi bien, la situation économique turque serait plutôt favorable, mais pas pour les citoyens pour qui elle est top merdique.

Le PIB classique exprimé en dollars a cru depuis 2019, ce qui est une performance compte tenu de la crise sanitaire et de la dévaluation de la livre. Mais il faudrait regarder ce que ça donne par habitant puisque la démographie turque croît.

En reel ou en volume (en neutralisant l’inflation monétaire), c’est encore plus net +4,6pts depuis fin 2019 (pour la France c’est -1.9

Flemme de chercher par habitant, trop pénible sur mon tel à l’écran fendu !

Edited by Hirondelle
Juste pour dire que je suis conscient de l’orth catastrophique, mais je plaide la galère de téléphone !
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Link to comment
Share on other sites

Certes c'est Méta défense, mais le sujet est bien réel, la Turquie cherche à mettre en œuvre un porte-drones , puisque son porte-aéronefs qui devait être équipé de F35 ne le sera pas, la solution de repli est ce porte-drone.

Sujet qui ne plait pas du tout à certains de ses (puissants) voisins.

https://www.meta-defense.fr/2021/11/24/la-turquie-veut-etre-la-premiere-a-developper-navire-porte-drones-de-combat/

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

8 hours ago, Neuron said:

Certes c'est Méta défense, mais le sujet est bien réel, la Turquie cherche à mettre en œuvre un porte-drones , puisque son porte-aéronefs qui devait être équipé de F35 ne le sera pas, la solution de repli est ce porte-drone.

Sujet qui ne plait pas du tout à certains de ses (puissants) voisins.

https://www.meta-defense.fr/2021/11/24/la-turquie-veut-etre-la-premiere-a-developper-navire-porte-drones-de-combat/

Techniquement c'est un porte avion ... la seul différence semble etre que les avions sont inhabités ...

Pour le moment le probleme c'est la récupération des aéronefs ... rien n'est prévu autrement que l'atterrissage vertical.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

8 minutes ago, clem200 said:

Et beaucoup plus léger si on parle des drones actuels 

Sur les illustrations les drones semble assez gros ... autour de 10t ...

... le modele bimoteur Akinci fait déjà 6t de MTOW par exemple.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 24/11/2021 à 11:59, Hirondelle a dit :

Ca, Kiri, c’est le modèle simplifié

C'est un bon modele, qu'on a bien connu en France mais l'exemple turc est un exemple de la limite de l'exercice et un parfait exemple de ce qui faut pas faire, en tout cas pas en 7 ans à peine. 

Le 25/11/2021 à 19:16, clem200 a dit :

Et beaucoup plus léger si on parle des drones actuels 

Ca change pas grand chose sauf à savoir un drone surmotorisé ou au niveau du stockage, c'est une solution de replis.

Link to comment
Share on other sites

Illustrations des déséquilibres :

-Apple suspend ses ventes en Turquie puis les ré-ouvre en affichant +25% sur les prix.

-Grecs et Bulgares se ruent en Turquie pour acheter aliments, vêtements ou carburant désormais beaucoup moins chers grâce au taux de change qui baisse plus vite que l’inflation. Pas mal pour les commerçants, le PIB et la balance des paiements, mais le salaire minimum turc ne permet désormais plus que de se nourrir.

-les 17 et 18 décembre il y a grande messe à Istanbul pour un sommet avec les africains.

-les agriculteurs ne peuvent plus payer les intrants nécessaires qui sont importés, donc leur vente est virtuellement suspendue, donc les agriculteurs sèment sans intrants, donc c’est bon pour la nature, donc c’est mauvais pour les rendements, donc les produits agricoles seront plus chers pour les Turcs, donc il sera plus rentable d'exporter que de vendre sur le marché intérieur, donc moins d’offre intérieure et nouvelle hausse des prix...

 

Edited by Hirondelle
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Hyper-Inflation : Le gigantesque krach de de la Livre en Turquie ! | La Fin d'Erdogan ?

La livre turque est littéralement en train de s'effondrer à son niveau le plus bas historique, parvenant même à plonger de plus de 10% en une seule journée en début de semaine, alors que le taux d'inflation en Turquie est sur le point d’atteindre les 20% dirigeant le pays tout droit vers l’hyper-inflation.

Il aura suffi que le président Erdogan intervienne à la télévision en début de semaine, affirmant que “la Turquie était en guerre économique avec le reste du monde qui complote contre elle, mais qu’elle sortirait victorieuse de cette guerre de libération économique” pour faire plonger la devise nationale et déclencher un nouveau séisme économique.

Même si l’on pourrait penser que cette énième crise sera sans impact sur nos économies, la réalité est tout autre car à en croire les données de la Banque des Banques Centrales, c’est-à-dire la Banque des Règlements Internationaux, les banques espagnoles au travers de la BBVA et françaises au travers notamment de la BNP Paribas sont exposées à la turquie à hauteur de près de 63 milliards de dollars pour l’Espagne et plus de 26 milliards de dollars pour la France.

Qu’est-il en train de se passer ? Comment cela va affecter les investissements des personnes souhaitant s’exposer aux marchés des pays émergents et quelles leçons peut-on en tirer ? Comme toujours, dans cette vidéo, je vais tout te dévoiler et même te donner quelques astuces afin de ne plus tomber dans certains pièges !

 

Edited by Kiriyama
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Kiriyama a dit :

l’hyper-inflation.

20% d'inflation annuelle ce n'est pas de l'hyper-inflation, Kiri. Il y a eu des taux d'inflation (indice à la consommation) à 12-15% pendant les années 1970 en France, c'était de l'inflation, mais pas "hyper".

Pour un vrai exemple d'hyper-inflation : voir le Zimbabwe, qui est monté à 800% annuel. Le Venezuela doit être assez particulier aussi...

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ceci dit, il est écrit que le pays se dirige vers l'hyper-inflation. Il n'y est pas encore. Mais une fois que la Banque centrale turque n'aura plus de liquidités à injecter pour ralentir le processus, on y arrivera.

Pour les records, je pense que l'Allemagne post-1929 doit être bien placée.

Link to comment
Share on other sites

il y a 56 minutes, Ciders a dit :

Ceci dit, il est écrit que le pays se dirige vers l'hyper-inflation. Il n'y est pas encore. Mais une fois que la Banque centrale turque n'aura plus de liquidités à injecter pour ralentir le processus, on y arrivera.

Pour les records, je pense que l'Allemagne post-1929 doit être bien placée.

Oui, mais le Venezuela a fait fort en 2019 : 350.000%

Ils viennent de redescendre vers 1.500-1.900%. De toutes façon, à ce niveau-là, je doute de la pertinence des stats... Les 3/4 de l'économie doivent être en $$

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Boule75 a dit :

Oui, mais le Venezuela a fait fort en 2019 : 350.000%

Ils viennent de redescendre vers 1.500-1.900%. De toutes façon, à ce niveau-là, je doute de la pertinence des stats... Les 3/4 de l'économie doivent être en $$

A un moment donné, les chiffres officiels ne veulent plus rien dire. Sachant également que le change officiel était dix à vingt fois inférieur à la norme courante.

Ils ont retiré au moins 6 zéros à leur monnaie depuis quelques années.

Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, Ciders a dit :

Mais une fois que la Banque centrale turque n'aura plus de liquidités à injecter pour ralentir le processus

Tu ne voulais pas dire l’inverse ?

Sympa le nouvel avatar : c’est tout comme ça que je t’imaginais :biggrin:

Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Hirondelle a dit :

Tu ne voulais pas dire l’inverse ?

Sympa le nouvel avatar : c’est tout comme ça que je t’imaginais :biggrin:

Disons qu'une fois que les Turcs auront claqué tout leur fric, ils seront bien dans la merde. Ça va mieux comme ça ? :biggrin:

Link to comment
Share on other sites

En économie, on considère qu'une inflation à deux chiffres - bien avant 10% en fait- est nuisible pour une économie.

Les importations, ce qui n'est pas produit sur le sol national, prennent le pas sur les produits manufacturés et services nationaux moins compétitifs du fait des taux de change. Pour pallier, quelques outils, la politique monétaire et les taux d'intérêts, le budget pour préserver la balance commercial. 

L'inflation depuis les années 70 tient du fait des 2 chocs pétroliers. On était à l'époque dans l'hyperinflation, les salaires augmentaient mais la compétitivité chutait, le chômage de masse...

On oubli qu'acheter une maison, emprunter à cette époque ne coûtait rien. Les salaires augmentait plus vite que les mensualités... Seulement fallait pas perdre sont taf.

L'inflation était exogène à l'économie national, le prix de l'energie, du pétrole que l'on importait. La mondialisation commençait.

Edited by Phacochère
Syntaxe
Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Phacochère a dit :

En économie, on considère qu'une inflation à deux chiffres - bien avant 10% en fait- est nuisible pour une économie.

Les importations, ce qui n'est pas produit sur le sol national, prennent le pas sur les produits manufacturés et services nationaux moins compétitifs du fait des taux de change. Pour pallier, quelques outils, la politique monétaire et les taux d'intérêts, le budget pour préserver la balance commercial. 

L'inflation depuis les années 70 tient du fait des 2 chocs pétroliers. On était à l'époque dans l'hyperinflation, les salaires augmentaient mais la compétitivité chutait, le chômage de masse...

Il y a un distingo net entre une inflation, même importante au-delà de 10%, et l'hyperinflation à 1000% et +

Dans le premier cas, la monnaie est généralement dévaluée régulièrement, il faut renégocier les salaires, les taux d'intérêts nominaux sont effectivement significatifs : ça présente des inconvénients mais ça n'est pas totalement dysfonctionnel (cf. Italie 1973-1985). Dans ce pays par exemple, il y avait concomitamment une inflation importante, des dévaluations fréquentes de la Lire et un commerce extérieur dynamique.

L'hyperinflation c'est une toute autre affaire... : en pratique, la monnaie disparaît, ou est remplacée par une devise étrangère, on fait du troc, tout bascule vers l'économie informelle, l'état n'a plus de recettes fiscales et ne peut plus payer sérieusement ses fonctionnaires en monnaie locale, du coup la corruption s'en mêle, ou alors il accapare des moyens de production avec le même résultat (pétrole au Venezuela, terres au Zimbabwe), etc...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Effectivement, quand il faut un brouette de billets pour payer ses courses du jour...

Le Zimbabwe est caricatural, mais l'Argentine est un exemple parlant, plus proche ou récent, même si à chaque pays ses turpitudes. Pour les mêmes effets rarement les mêmes causes.

Une chose est sûre, un moment où un autre, manger son pain noir. C'est souvent les mêmes. Les populations.

Edited by Phacochère
Précisons
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Ciders a dit :

Disons qu'une fois que les Turcs auront claqué tout leur fric, ils seront bien dans la merde. Ça va mieux comme ça ? :biggrin:

Je ne vais pas te chipoter un dimanche soir !)

Révélation

Un tout petit truc quand même : inflation forte et monnaie dévaluée, c’est la merde pour n’importe qui, sauf que là, coup de bol, l’inflation du pays semble essentiellement d’origine monétaire,.

C’est le paradoxe de voir Erdogan s’arc-bouter aux taux d'interêts bas, alors que probablement, une hausse des taux suffirait à faire remonter la livre puis baisser l’inflation.

A qui profite la situation actuelle ? A pas grand monde à terme, mais les entreprises exportatrices turques doivent se faire sur l’instant des bouboules en or. A voir dans quelle mesure le «capitalisme familial» profite de cela.

Maintenant, imaginons qu’Erdogan ne soit pas incompétent ni otage des kleptocrates, et décide de contredire les paranoïaques d’AD en libérant les taux : la banque centrale les remontent illico.

Ça doit être dosé, suffisamment pour rétablir la confiance dans la monnaie, mais pas trop pour ne pas provoquer une récession en tarissant le crédit. Ce n’est pas de la science-fiction, mais ça suppose aussi que les banques turques le supportent : «les crédits font les dépôts, les dépôts font les crédits». Si ces banques sont trop engagées et dépendantes de ce multiplicateur, c’est le krach.

Je n’ai aucune idée de la situation des banques turques. Mais ça pourrait expliquer son obstination.

Car si Erdogan veut être réélu, il doit libérer les taux et arrêter de jouer les embrouilles (jeu de mots pourri:blush:) pour couper les pattes à l’inflation et redonner du pouvoir d’achat aux Turcs. Au passage, il assurera les fins de mois de l’Etat qui doit pas mal galèrer à se refinancer à l'extérieur en ce moment.

S’il se fout d’être réélu, parce qu’il ne compte pas trop organiser des élections ou parce qu’il est vieux, malade, rassasié (rayer la mention inutile), il peut continuer comme ça, mais en toute logique ça le poussera à plus de radicalité, pour faire taire les contestations et pour obtenir par la violence ce qu’il ne pourra plus payer (le pétrole et le gaz en premier lieu). Après ? Ben après, le déluge...

Ca donne envie de creuser ces questions économiques puisque leurs incidences dépassent de loin les frontières du pays.

 

Edited by Hirondelle
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,981
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...