Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 09/16/2018 in all areas

  1. Dans la salle sans fenêtres, aux murs dissimulés par une quantité impressionnante de cartes, de piles de journaux, de gros bouquins mal rangés et de VHS Arte poussiéreuses, il fait chaud et les vieilles chaises en bois sont inconfortables, mais les quelques dizaines d'habitués sont bien présents et toujours aussi bavards. Soudain, quelqu'un se lève, monte sur l'estrade, fait crisser puissamment ses ongles sur le tableau noir pour capter un peu d'attention, puis prends la parole : "Hem, hem ... Chers camarades adeptes de la section Politique étrangère / Relations internationales de air-defense.net, nous parlons énormément du présent, et nous parlons aussi beaucoup du passé, mais n'est-il pas étrange et fort regrettable que l'on aborde aussi peu le futur ? Évidemment, dans un monde aussi complexe et chaotique, c'est très loin d'être facile, mais a quoi bon être aussi ..."aware" ... sur l'état du monde présent et en apprendre autant sur le passé, si cela ne nous éclaire même pas un peu sur l'avenir ?" "Je vous propose donc de discuter ici du futur, et plus précisément des choses qui VONT se produire. L'idée est de lister ce qui a une très forte probabilité de devenir réalité à moyen ou long terme, même si on ne sait pas exactement quand et comment, en expliquant bien entendu le raisonnement permettant de conclure à cette forte probabilité. Il est bien entendu autorisé de débattre de la pertinence d'une prédiction tant que ça vire pas au gros HS velu, ou de les utiliser comme base pour en construire d'autres. En cumulant ainsi de nombreuses petites prédictions limitées mais assez fiables, on pourrait peut-être voir se dessiner des choses intéressantes !"" " Alors Osons ! Osons le presque impossible et explorons ensemble ces contrées inconnues sans crainte du danger et du ridicule, en brandissant nos majeurs bien tendu envers cette catin de théorie du chaos ! Des questions avant qu'on commence ?" "Bref, vous êtes invités à mobiliser vos connaissances sur le présent et le passé, vos savoirs professionnels, votre compréhension de la lamentable nature humaine, le gros bordel informationnel amassé dans la votre cerveau au fil des ans, l'hyper bordel informationnel disponible en quelques clics ... puis à faire tourner vos circuits inductif, déductifs et pourquoi pas intuitifs pour faire des prédictions économiques, technologiques, géopolitiques, démographiques,... peu importe le sujet tant que c'est un peu significatif et que vous justifiez un minimum la forte probabilité ! "
    5 points
  2. D'une manière générale, on ne voit pas comment la situation en Ukraine ne débouchera pas sur de nouveaux affrontements. La situation actuelle ne satisfait personnes et les développements, tant en Ukraine, dans le Donbass, en Crimée ou en Russie n'incite pas du tout à une paix et une bonne entente. Actuellement on est dans un jeu militaire, les russes ne cherchent même plus une légitimité pour la Crimée, ils jouent la force et misent sur le temps. Le pont reste un "vieux" projet et par le passé il était déjà prévu (conjointement avec l'Ukraine) de le réaliser, on l'envisageait même pour avant 2014 et les JO de Sotchi. Bon la suite on connait. Je pense sincèrement que les russes, du moins le Kremlin envisageait réellement en 2014 de prendre toute l'Ukraine ou du moins de créer un processus visant à faire chuter ceux qui étaient arrivés après Maiden pour remettre Ianoukovytch (réfugié en Russie) à sa place tout en sécurisant définitivement la Crimée et son port militaire cruciale, qui n'en doutons pas, passe largement avant la population. Je pense que les russes ne voulaient pas conquérir plus de territoires ukrainiens par ce qu'ils pensaient pouvoir remettre un homme "fidèle" à la tête du pays. Mais dans la suite des événements, le pouvoir qu'on disait illégitime, qui pouvait alors être remis en question, qui n'avait pas vraiment une assise solide pour répondre ne s'est pas laissé faire devant la tentative largement instiguer et soutenue (faut pas se mentir) par les russes de créer un soulèvement "populaire" pour faire un Maiden à l'envers, Poroschenko utilisant l'armée pour réprimer cela. Puis plus tard, une élection le rendra légitime et plutôt que de tomber, cet homme est devenu la bête noire du Kremlin. Malgré une armée hors d'âge, mal préparée à une guerre, sous-équipée et sortant en partie humiliée devant son inaction en Crimée, aura réussie a foutre en l'air le projet russe de renversement du pouvoir. C'est à ce moment là que la Russie a pris un virage "militaire" en soutenant activement, tout en participant (les militaires "perdus" ou en "voyage", faut pas pousser tout de même) à lutter contre l'armée ukrainienne. Sans entrer trop dans les détails on peut dire que l'action russe aura réussie à sauver une reprise totale de l'Est Ukrainien en préservant les deux villes de Lougansk et Donetsk qui sont également, ça aussi on peut l'admettre les régions ukrainiennes les plus russophones et qui ont le plus de sympathies envers Moscou, cette dernière peut facilement convaincre et trouver des volontaires pour constituer une armée "locale". Mais cette partie du Donbass est une véritable épine dans le pied, tant des ukrainiens que des russes. L'abandonner tant pour l'un que pour l'autre devient presque un risque politique, un risque pour l'image (surtout russe). Pour Kiev reprendre le Donbass est un objectif évident et c'est un enjeu national, pour le kremlin on ne peut pas se permettre de laisser cela se produire. Mais la situation actuelle fait qu'avec cette partie du Donbass qui tend presque les bras à la Russie, que la Crimée est acquise à la Russie (même si sa légitimité internationale ne l'est pas), la géographie change et certaines ambitions peuvent naître ici et là. La mer d'Azov devient gênante du fait de la présence ukrainienne, le pont de Crimée ultra stratégique (pas que pour les civils, mais aussi l'armée), les russes veulent que ce soit "sous contrôle", de la même manière que les russes veulent être "maitre" de la mer noire. Pour eux ce sont presque des mers "intérieures" et l'expansionnisme en méditerranée doit avoir cette arrière cours sécurisée pour pouvoir être pleinement efficace. Si l'Otan se renforce, si l'Ukraine se renforce, s'il faut commencer par se défendre et assurer la protection en mer noire/d'Azov, alors ça consommera des navires et on devra maintenir un dispositif dissuasif alors même qu'aujourd'hui les russes balancent tout ce qu'ils ont au large de la Syrie. Une expansion territoriale en Ukraine pour relier la Crimée et fermer totalement la mer d'Azov est devenue et devient géostratégique. La prise de l'Ukraine en entier n'est pas envisageable et serait très problématique à gérer pour les russes, pas tant que militairement ce serait un problème (encore que on ne sait jamais les soutiens que pourraient avoir l'Ukraine ou comment une résistance pourrait se monter) mais surtout internationalement, faire cela serait un vrai bordel et la Russie se prendrait des sanctions et autres à un niveau pas possible, dangereux sur la durée. Le Kremlin est partagée entre une idéologie de conquêtes et de domination d'un autre temps avec la réalité économique et internationale qui justement combat et sanctionne lourdement ce genre de comportement. Les russes sont contraints d'attendre que Kiev agisse pour légitimer une réponse et jouer sa carte locale des combattants du Donbass pour repousser l'armée ukrainienne. L'Ukraine justement, se réarme, lentement mais sûrement son budget est à 5% du PIB, elle reçoit des dons d'autres pays et semblent se préparer à reprendre le Donbass, un jour, quand elle se sentira prête. En attendant Moscou doit regarder cette Ukraine lui devenir de plus en plus hostile, rompant et détruisant ses liens, son influence et propageant un nationalisme de plus en plus fort, affirmé, qui ne cache pas que son combat idéologique se fait contre la Russie. Dernier épisode en date, celui ou l'église orthodoxe ukrainienne cherche à être indépendante de celle de Moscou, là aussi, on ne peut nier que la Russie actuelle use de la religion orthodoxe comme un levier d'influence. Je n'évoque même pas la possibilité de rejoindre l'Otan. Le Kremlin est presque "bloqué", bien qu'il ait pris la Crimée, préserver un vent de contestation sous son influence autour du Donbass (il n'y a qu'un tiers de celui-ci qui est en sécession), c'est toute l'Ukraine qui s'envole et qui devient un ennemi, tant politique que militaire alors même que pourtant, c'était il y a quelques années pour la Russie, un pays sous influence et d'une importance cruciale, malgré les tensions sur le transit du gaz. De même qu'il devient compliqué pour eux d'attendre un changement politique, sans la Crimée, sans la partie du Donbass, qui sont les grosses zones russophones votant traditionnellement pour un candidat défendant leurs intérêts qui sont parfois ceux de la Russie, ben l'élection en Ukraine d'un possible candidat pro-russe aura des voix en moins et les événements, plus le nationalisme, pousse même à envisager un candidat plus radical face aux russes et leurs intérêts. Personnellement je ne pense pas que l'Ukraine lancera une opération militaire dans le Donbass avant 2-3 ans, même si entre temps des événements pourraient précipiter une crise. Mais en l'état, la situation est intenable sur la durée.
    5 points
  3. Eclaircies en vues pour le programme A400M Nous sommes dans une phase extrêmement positive », a récemment déclaré la ministre des Armées Florence Parly en évoquant le programme A400M. « Les nouvelles fonctionnalités sont en phase de test, ça se passe plutôt bien, voire très bien », a-t-elle poursuivi. Le programme semble sortir doucement, mais sûrement, de la zone de turbulences dans laquelle il stagnait. Pour preuve, la pleine capacité opérationnelle est à présent officiellement attendue pour 2021 et le taux de disponibilité des avions de l'armée de l'air remonte en flèche - après avoir cependant été au plus bas en début d'année. Des opérationnels nous ont confié que la disponibilité cet été approchait les 7 avions sur 8, voire 8 sur 9. https://www.journal-aviation.com/actualites/41087-eclaircies-en-vues-pour-le-programme-a400m
    3 points
  4. https://www.france24.com/fr/20180916-turquie-erdogan-crise-economique-freine-mega-chantiers-projets-canal-aeroport
    3 points
  5. Pourquoi la rubrique faits divers, aux temps de la presse écrite, était ce qui faisait une grosse partie du business hors de grandes crises permettant de gros titres qui racolent? Aujourd'hui, suite à l'exemple de FoxNews/SkyNews pendant la période de transition câble-numérique-internet (années 90-début 2000), tous les médias ont évolué de plus en plus vite vers un business model de tabloïds permanents: c'est le règne du scandale, de l'anecdote (citée pour elle-même et sa valeur émotionnelle, ou utilisée le plus souvent à tort pour dire une "grande vérité" générale qui n'en est pas une sur la société), des stratégies de provocation permanente contre "l'autre bord" (quel qu'il soit, et même s'il n'existe pas et on le construit de toute pièce -notamment avec des anecdotes non représentatives de grand monde) pour tribaliser l'audience existante, du racolage comme règle absolue.... Et obtenir tout ça se fait au prix modique de la vérité, de la cohérence, de l'honnêteté et de la pertinence. Souvent aussi de l'intelligence et de l'éthique. Mais qui a besoin de ces trucs là? Franchement, c'est un bon deal . Surtout quand le financement repose maintenant largement plus sur des entités corporate que sur les achats et abonnements d'un public il est vrai flemmard et reluctant à payer pour être informé; le média moderne est donc un porte-voix pour des groupements d'intérêts corporate (entreprises et groupes d'entreprises, mais aussi lobbies idéologiques bien financés) et des idéologues (dans les rédactions: ils négocient ainsi leur accès à une plate-forme, en étant la main d'oeuvre cheap vu que presque personne d'autre de nos jours ne veut vraiment être un journaliste) qui veulent pouvoir orienter l'attention et les opinions d'un public donné et/ou de l'opinion en général. Et ce genre de petite anecdote poignante et charmante à la fois fait partie du business model: comme le disait Philippe Noiret, de façon sardonique et péjorative, dans Masques (où il était un présentateur télé): vous êtes si facilement accros "parce qu'il vous faut du coeur"
    3 points
  6. Fèque niouze ! Je veux dire (pour que tu comprennes) Falsae Famae Je rappelle que tous ceux qui seront vivants lors du retour du Seigneur ne mourront pas. Or, "vous ne connaissez ni le jour ni l'heure". Il n'est donc évidemment pas certain que nous mourrons tous, il suffirait que le Second Avènement soit suffisamment proche dans l'avenir. Pas en Corse. Certaines choses ne changent jamais.
    3 points
  7. Pas flatteuse, ma réplique.... Ma prédiction. Garantie d'arriver, c'est le futur absolument 100% certain: A part ça (ah oui, et les impôts vont augmenter), tout est nettement plus coton à prédire. Battlefield V va être merdique et se planter, je vois mal l'épisode IX de Star Wars performer si génialement, Kim Kardashian va montrer son cul (OK, elle est facile), l'Afrique du Sud va dans le mur, AC/DC ne sortira plus rien, les FLF n'auront aucun missile en silo, le petit cheval mourra, le Brexit ne sera que d'apparence, Marine ne sera pas présidente, la Chine continuera la politique des nouvelles routes de la Soie et l'établissement d'un système de paiement bancaire alternatif (établissant un changement brutal des rapports de force), les menaces de moins en moins onéreuses et de plus en plus tentantes sur les câbles sous-marins et les satellites risquent de bouleverser la façon dont nous concevons les flux d'infos (en plus du moindre degré de "liberté des mers" qui accompagnera la baisse de pouvoir relative de l'US Navy), beaucoup d'espèces d'insectes jusqu'alors méridionales vont se retrouver sous nos latitudes (et y'a ce truc étrange que plus les bestioles sont méridionales, plus elles sont agressives et venimeuses, en plus de charier des maladies auxquelles on n'est pas habitués), le fromage va perdre en goût et augmenter en prix, les médias traditionnels (et les parutions en ligne) vont continuer à morfler sur fond d'éclatement (avec risque de désagrégation) des scènes publiques dans les démocraties, ce qui induira un risque du retour d'une "parole officielle" et d'un contrôle accru des gouvernements sur la discussion en ligne (y compris privée).... Ah, et l'adaptation en film de Cowboy Bebop sera naze.
    3 points
  8. Faudrait que l'OTAN se décidé également: une semaine c'est "La Russie diminue son budget militaire parce qu'elle n'en a pas les moyens" et la semaine suivante c'est "une Russie qui augmente significativement son budget de la Défense". Bon, j'dis ça et j'dis rien: les chiffres sont dispo sur le net. Donc il est possible de se faire une opinion un peu plus sérieuse sur la question loin des déclarations matamoresques issues des deux "camps". C'est ce que Gerasimov a déclaré peu avant le début de la "manoeuvre" (c'est ainsi que les russes désignent l'exercice): faire sortir les soldats de leurs casernes et polygones d'entraînements habituels pour les placer dans de nouveaux scénarios défensifs/offensifs (moindre mesure) dans des zones méconnues et évaluer leur préparation/réaction/coopération. L'exercice fait suite à quatre exercices précédents qui découlent de la reprise des inspections "mystères" effectuées par l'armée russe depuis 2013 dans ses propres casernes et qui avaient mis en lumière à l'époque certaines lacunes flagrantes au sein de la soldatesque. Si je me motive un peu (le sujet est d'un ch*ant au possible): un article sur Vostok-2018 à l'adresse habituelle demain en soirée.
    3 points
  9. Ach ! Quelle idée aussi, d'habiter dans un couloir ? Si fous ne fouliez pas être dérangés, il ne fallait pas s'installer dans le couloir des invasions !
    2 points
  10. Toute offensive chinoise ou de n'importe qui d'autre en Sibérie ou ailleurs sur le territoire russe finira en hiver nucléaire: les russes le font savoir et l'ont écrit dans leur doctrine (qui cible toujours l'OTAN comme ennemi numéro 1). Les chinois le savent, les autres candidats potentiels le savent également. Il n'est un secret pour personne que la Russie investit dans sa triade nucléaire pour une seule et bonne raison: qu'on lui foute la paix à l'intérieur de ses frontières. Surtout au vu du fait que d'un point de vue armements conventionnels, elle ne pourra - à terme - pas faire le poids face à la Chine et sa croissance militaire. Les Russes ne sont pas dupes, pourquoi investissent-ils actuellement dans des bases stratégiques près des frontières chinoises, pourquoi ont-ils des ICBM fixes/mobiles positionnés près de la Chine? Pas pour faire joli dans le paysage hein Accessoirement, la Chine trouve son intérêt (certains intérêts tout du moins) et des débouchés en Russie: outre son intérêt pour LNG local et les dérivés pétroliers, elle trouve un marché où écouler ses biens de productions. On assiste à un rapprochement qui tient de la convergence d'intérêts, la Russie va chercher en Chine le pognon dont elle a besoin pour son développement, la Chine trouve des matières premières et un marché ouvert pour ses biens de consommation. Tout le monde y gagne et en même temps ils envoient un message typé "fuck off" à l'Orange Sanguine qui dirige la Maison Blanche... Quant à l'Europe: elle est au milieu du gué entre les deux. Ceci étant, ni les russes ni les chinois ne sont de grands naïfs: les intérêts en politique, ça va et ça vient. Ils s'apprécient également du fait qu'aucun des deux pays ne vient chatouiller l'autre avec des considérations du style "démocratie", "droits de l'homme", "élections libres", "droits des homosexuels", "bla bla bla": avoir la même philosophie politique, ça rapproche quoi. Oui c'est cynique, mais c'est ça aussi la politique.
    2 points
  11. 2 points
  12. Oui faut faire attention à la croissance que j'aime dire "artificielle" qui est celle justement de ces grands travaux et aménagements urbains, qui amènent emplois et autres pour attirer les investisseurs alors qu'ils peuvent vite s'interrompre et faire perdre plusieurs points de croissance et entrainer toute l'économie dans une dynamique récessive. Mais bon Erdogan le savait bien, il sait bien les problèmes du pays et ce n'est pas pour rien qu'il a avancé l'élection présidentielle.
    2 points
  13. Non, il reste toute la zone tenue par les Turcs et leurs affidés, qui par une (mal)heureuse coïncidence jouxte les zones tenues par les FDS...
    2 points
  14. Tiens, je n'avais vu que des informations très elliptiques sur l'emploi des buggy DPV chez les SEAL. Mais ce numéro de All Hands a un reportage de quelques pages où le journaliste est allé visiter une unité du SEAL Team 3 qui les utilisait : https://www.navy.mil/ah_online/archpdf/ah199312.pdf
    2 points
  15. Ah non, moi je m'en cogne complètement de l'Ukraine et de la Russie, je ne fais que de m'y intéresser par ce que c'est un conflit en Europe, pas loin de chez nous. Je ne suis pas du tout partisan et ne pas confondre le fait que je ne prend pas parti pour la Russie que cela signifie que je prend parti de l'Ukraine. Je constate juste que dans le cas ukrainien, l'agresseur est russe et que celui qui colporte une propagande anti-Ukrainienne qui est souvent reprise par des internautes, est d'origine russe, les arguments se répètent, encore et toujours alors même qu'ils sont sans fondements autre qu'une volonté russe de dépeindre une Ukraine bordélique sous tous les aspects. Si on devrait écouter les russes, ces derniers auraient sauvés les habitants de Crimée d'un génocide face à des hordes nazis prêt à les tuer et ils reprendront sans arrêt le même et unique argument d'un bâtiment brûlé à Odessa pour tenter de faire passer les ukrainiens pour des monstres alors que la guerre qu'ils ont soutenus, qui a fait plus de 10 000 morts, là on évite de parler des nazis. D'ailleurs a propos du nazisme, constatons une nouvelle fois, que le néo-nazisme est très largement développé en Russie, l'ultra nationalisme russe qui soutient Poutine, agite ouvertement des idées du nazisme, sans que cela ne fasse l'objet de sanctions réelles, toujours évite t-on la médiatisation de certaines affaires. Partout ailleurs en Europe, le pouvoir russe soutient des extrémistes qui ont des idées et parfois une histoire proche du nazisme, ça ne semble pas déranger outre mesure les défenseurs de la Russie. Par contre, dès lors que les extrémistes néo-nazis ukrainiens font parler d'eux avec la Russie et non les américains ou Bruxelles en ennemis, alors on a droit à un pays dirigés par des nazis, une horreur calamiteuse, une tumeur au porte de la Russie, un danger presque aussi grand que les armées allemandes en 1941, on essaye de raviver ce souvenir pour créer une opposition au pouvoir et j'ai peine à voir certaines personnes étrangère à tout cela, répéter cette propagande qui ne peut que convaincre de vieux soviétiques au fond de la campagne ukrainienne. Je sais que ce n'est pas vous qui le dîtes, mais je soupçonne que vous êtes du genre à le dire et à le penser par ce que vous gravitez beaucoup dans la propagande russe (je commence à le sentir de loin, à force de côtoyer ce phénomène de ce qu'on peut honnêtement appeler des pro-russes, sans entrer dans les trolls et autres). En tant que français, pays membre de l'UE et de l'Otan, je n'ai aucune raison de soutenir la Russie sur le dossier ukrainien, bien au contraire. Par contre je ne défend pas non plus l'Ukraine, même si je dis des choses que la propagande russe n'évoquerait pas par ce que cela irait dans le sens que certaines choses vont ou peuvent bien aller en Ukraine. Dire que l'Ukraine a 3,5% de croissance, ce n'est pas soutenir l'Ukraine, c'est un constat. Dire que l'Ukraine augmente son budget militaire, qu'elle est soutenue par l'occident, qu'elle a une base industrielle militaire avantageuse pour se réarmer, c'est un constat. L'Ukraine va devenir un pays ou nous occidentaux, allons avoir plus d'intérêts et d'influences, je n'ai pas à souhaiter le contraire pour faire plaisir à Moscou. Les russes ont gagnés la Crimée, ils ont perdus l'Ukraine et si une guerre devait se passer entre les deux, je soutiendrai l'Ukraine car elle défend son territoire, mais si elle se prend une branlée, ça ne me fera ni chaud ni froid, je ne suis pas ukrainien. Dans la continuité de ce qui se passe, au delà d'un risque certain d'une confrontation au Donbass dans les années à venir, le réarmement ukrainien s'il continue ainsi, risque de devenir bien plus problématique pour Moscou que vous ne le pensez. Passer d'une situation ou l'armée ukrainienne n'est pas grand chose, inexistante et incapable à faire une guerre à une armée qui conteste (on a entendu parler d'une possible acquisition de Patriot par les ukrainiens par exemple), qui a des moyens (même s'ils ne sont pas aussi nombreux que les russes, quelques missiles anti-chars a bien permis au Hezbollah de mettre en échec une offensive israélienne, attention aux rapports de forces de papier et aux surprises stratégiques), qui est prête à la guerre, ben pour les russes la donne stratégique change. C'est pour ces actions russes, qui apportent une victoire sur le moment, que je trouve Poutine particulièrement idiot. Il pousse à créer un environnement immédiat de la Russie, qui était alors relativement pauvre si ce n'est en voie de démilitarisation, en un lieu qui se militarise et qui cherchent ouvertement à contrer la menace, l'influence et les intérêts russes. Sur le long terme c'est une stratégie totalement idiote, les russes ont beau rêver au passé, gesticuler militairement ici et là, il n'empêche que si sur le court terme ils semblent marquer des points, sur le long terme en revanche c'est bien différent et quand le modèle/système Poutine lâchera les rênes du Kremlin, ça risque du côté russe de se regarder un peu de travers. Car je vous le dis, le temps est l'ennemi des russes et du système Poutine, il n'est pas éternel et les anciens qui ont encore l'URSS, un certain niveau de communisme et la guerre froide dans la tête, qui font rêver encore à travers le monde tous les anti-américains voir anti-occidentaux, ben ces gens disparaissent petit à petit et Poutine lui aussi finira par disparaitre et vu comment il s'est rendu incontournable, après lui ça risque de se déchirer un peu du côté de Russie unie. La Russie et les russes en soit, ne sont pas un problème pour l'Europe, au contraire, j'estime qu'il est bien d'avoir de bonnes relations, si ce n'est un partenariat privilégié avec elle. Mais il faut se rendre à l'évidence, la Russie actuelle, celle de Poutine, est bloquante pour une telle relation, car c'est une Russie nostalgique d'un passé (grandeur/puissance/importance de l'URSS mais dans un esprit de la Russie impériale) avec un esprit revanchard sur l'occident qui en devient une obsession. Cette Russie cherche activement à entretenir et favoriser la division occidentale, pour que cette puissance occidentale soit plus faible face à elle et que donc forcément, la Russie soit plus forte face à elle et qu'elle puisse imposer un impérialisme de domination sur l'Europe et ça, franchement, ce n'est pas par ce qu'on peut se dire que ça emmerde les intérêts américains, qu'il faut l'accepter. L'indépendance stratégique de l'amérique ne passe pas par la soumission aux russes d'autant plus quand elle est agressive et qu'elle semble uniquement se concentrer sur une dépendance énergétique et un rapport de force militaire. C'est pour cela que, même si je peux comprendre et respecter les intérêts de la Russie, je ne comprend pas que des français prennent sa défense en se comportant presque comme s'ils étaient des russes. Tout comme le fait que je constate que tout ceux qui en Afrique détestent et s'opposent à la France, sont tous attirés par la Russie et sa propagande, car elle est dirigée contre nous, cela me conforte dans mes convictions que non, la Russie actuelle n'est pas un pays à soutenir en tant que français. (il y a 10 ans, j'aurai tenu un autre discours, car elle était différente, c'est vraiment après 2012 que j'ai remarqué un changement). Maintenant cette opposition à la Russie n'est pas non plus le signe que j'apprécie ou défend ses ennemis, que ce soit les américains, les ukrainiens, les polonais ou d'autres, si demain les polonais se montrent hostiles ou dangereux, comme peuvent être les turcs, ben je ferai la même chose que pour les russes.
    2 points
  16. Un blocus gazier de l'Ukraine leur ferait' perdre trop d'argent. Et le budget d'armement a légèrement chuté en 2017... pour l'instant personne ne leur fait rien, c'est eux qui font à l'Ukraine.
    2 points
  17. @Gibbs le Cajun Tu as également tout à fait raison pas rapport aux Balcans et à l'Italie. Goya insiste bien là dessus également. Enfin: surtout sur les Balcan. Mais du côté italien c'était probablement encore pire (pour les allemands s'entend). Les italiens étaient sur le point de rentrer en Bavière après avoir fait capituler l'Autriche et en face il n'y avait rien. Rien de rien. Pas de divisions, nada. C'était la panique en Bavière et la Bavière était en train de négocier pour se détacher de l'Allemagne et conclure une paix séparée! Pas moins. L'armée italienne de 1918 ce n'était certainement pas des rigolo. Ils avaient fait leur réforme également, elle était très bien entrainée, équipée, commandée, et surtout: nombreuse. La contribution des divisions italienne en France en mai 1918 le montre bien, leur contribution a la 2nd Marne et aux batailles de Champagne qui ont précédé est au moins aussi importante que celle de l'armée américaine. Probablement plus.
    2 points
  18. Erdogan doit-il craindre un licenciement économique aux prochaines élections pour autant? "j'voterais bien pour vous, M'sieur l'président, mais y'a plus d'sous, et vous coûtez plus cher à l'entretien que ma bourgeoise".
    2 points
  19. Pour compléter tes lectures, le livre de Pierre Miquel si tu ne l'as pas déjà lu. Consacré à l'année 1918 uniquement également. https://www.decitre.fr/livres/1918-9791021031128.html Je l'ai dévoré cet été. Pierre Miquel est un très bon vulgarisateur qui sais tenir son lecteur en halène, faut dire que le suspens de 1918 s'y prête avec les offensive de printemps qui vont jusqu'à la Marne , puis le retournement. Clair que je commande de suite le livre de Michel Goya. Je reviens à son interview ici: https://www.youtube.com/watch?v=xV797x4mvBQ&feature=youtu.be Je ne voudrais pas être polémique ici mais ça fini par poser des questions par rapport aux sources de @loki Notamment les dernières minutes de l'entretiens (mais tout le reste est passionnant également). Loki est un membre estimable et estimé de ce forum, à juste titre car il es d'une grande culture. Mais nous avons eu beaucoup de désaccord sur le fait que l'Allemagne n'était pas à genoux en novembre 1918 mais bel et bien à terre. Le fait qu'il défend le contraire est légitime mais pose question sur ses sources (bien souvent anglo-saxonne il faut dire) Pourtant ce qui apparait c'est qu'il va falloir s'y faire par rapport au complexe d'infériorité depuis 1940, entretenu on ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs: les français ont vaincu en 1918 grace à une industrie de guerre supérieure, des innovations technique supérieures, un moral supérieur, des tactiques supérieures, en d'autres terme: une supériorité morale, technologique et industrielle. La contribution de Goya en est une de plus dans ce sens. L'automobile et l'aviation était la "high tech" de l'époque. Comme le dit Goya: "la France avait plus de motorisation, plus d'avions et plus de tank que tout le reste du monde réunis" en 1918. C'est rendre hommage à nos ancêtres et à leur immense sacrifice que de le dire et de le faire savoir. Merci pour ça.
    2 points
  20. Pladoyer pro-domo typique sans arguments réaliste (c'est cool, il faut le faire ) juste pour récupérer un budget annuel en plus de plusieurs milliards garanti ... Si on veut faire des choses utiles, il faut amplifier la construction de télescopes spatiaux, de sondes d'exploration du système solaire et des rovers qui vont avec. Le vol spatial habité sert surtout à tester le vol spatial habité autrement dit il sert juste à se justifier lui même. Et il font extrêmement gaffe à ne pas développer de technologies (en toute discrétion bien entendu) et à ne pas développer de moyens pour trop diminuer le nombre de lancement associés ainsi que de diminuer les besoins en main d'oeuvre humaine au sein de la station... Quand on voit qu'avoir des robots télécommandés du sol dans la station voir même des robots extérieurs commandés par les astronautes depuis la station en est à ses balbutiements après plus de 50 ans de vols habités. Idem pour le recyclage de l'eau qui n'a commencé à être mis en place et que partiellement vers 2009 ... Bref, le but est autant de justifier le budget que de faire des "trucs" en orbite. Pour l'ATV, et je suis bien au courant car j'ai bossé dessus, c'est l'exemple même d'un immense gâchis. A quoi bon développer un vaisseau spatial pour en faire 5 exemplaires et puis de tout remiser à la cave ? C'etait un très mauvais investissement. Il faut se consacrer à des investissement pérennes menant à des grandes séries utiles avec un savoir faire maintenu chez les industriels.
    2 points
  21. Les Ukrainiens ont mis au point plusieurs intéressants modèles de tourelles intégrant différents systèmes d'armes. Le Katran ressemble un peu aux modules GROM ou SHKVAL qu'ils proposent sur leurs BTR-4. En face, les Russes misent depuis peu sur d'autres modèles moins lourdement armés mais plus véloces comme le Projet 12150 ou la série BK-16.
    2 points
  22. D'ailleurs -> L'Ukraine déploie ses nouveaux navires de classe Gurza-M sur la mer d'Azov pour contrer l'agression russe https://defence-blog.com/news/ukraine-deploys-modern-armoured-artillery-boats-to-azov-sea-to-counter-russian-aggression.html Sympa leur petit système Katran-M
    2 points
  23. Une video montrant l'âpreté du débat autour du Rafale.
    2 points
  24. Hum je serais quand même méfiant, car avec peu de monde et un appui aérien et artillerie conséquent, une petite force US et kurdes a fait très mal lors de la confrontation avec des miliciens du régime et des mercenaires russes. Si l'ottoman veut jouer le coup de dès, sa risque de quand même de lui piquer aux yeux... En parlant des US dans la zone, qui sont bien plus nombreux que le je le pensais au passage :
    2 points
  25. Il me semble que c'est dans le NyTimes que j'ai lu l'autre jour un papier assez documenté signalant que la plupart des grands travaux d'Erdogan étaient désormais à l'arrêt, faute de sous, depuis quelques mois, tous sauf le grand aéroport d'Istambul. Ce dernier fait peut-êrtre face à quelques difficultés, finalement. Ce qui est sûr, c'est que si l'info est exacte, ça pourrait être un premier vrai coup dur en termes d'emploi.
    2 points
  26. A propos d'Idlib, on remarque tout de même qu'Ankara est un véritable effet bloquant pour l'offensive qui semblait certaine et que les russes pensaient peser suffisamment à la conférence de Téhéran. Les turcs ne lâchent pas le morceau syrien et au contraire même, ils se renforcent actuellement dans Idlib et on le voit dans les vidéos des manifestations, la présence de plus en plus nombreuse de drapeaux turcs. Ankara devient le protecteur de cette population qui est largement méprisée par Damas en raison de son opposition, pour Assad, foutre toute cette population hors de Syrie est stratégique, il ne veut pas intervenir à Idlib juste pour lutter contre le terrorisme, son armée ne sera pas accueillie en libératrice, d'ailleurs elle ne l'a jamais été nulle part dans les zones reconquises, c'était soit un triomphe sur une zone déserte ou la joie était illustrée devant les caméras par les soldats de l'armée soit les habitants se sont terrés chez eux. Comme à Alep Est, la propagande filma la joie de la population à Alep Ouest. Palmyre libéré, mais Palmyre ville sans âmes qui vivent autre que celle des militaires en garnisons et ce genres d'exemples parsèment la Syrie, les millions de réfugiés ne sont pas un fantasme ou sans importance, la Syrie a littéralement été vidée d'une grande partie de sa population avec des déplacements extérieures mais aussi intérieures. Idlib justement est une zone "refuge" et le but n'est pas de libérer cette région des terroristes, c'est aussi de la vider de tout ces habitants, qu'ils se réfugient en Turquie, ou en Europe, ça leur est égal, d'autant plus que les russes se délectent de voir l'Europe s'entredéchirer sur la question des migrants, il faut être fou pour penser que Damas et Moscou ne font qu'agir contre le terrorisme, il faut être fou de croire qu'ils veulent reconquérir les territoires pour l'avenir et le bien du peuple. Poutine doit rencontre ce lundi je crois, Erdogan à Moscou, un certain chantage risque de se faire, mais il devient évident que si hier la Russie pouvait offrir à la Turquie certaines choses en Syrie avec une certaine contrepartie (Afrin leur a été offert tout comme la possibilité d'agir contre Daesh est aussi une "autorisation (contre l'avis d'Assad) des russes), aujourd'hui les russes ne donnent plus, mais exigent que la Turquie cède ses positions. C'est très complexe pour Poutine, car un régime comme celui d'Erdogan, le faire reculer et s'opposer à ses intérêts, c'est se le mettre à dos et justement les russes comptent bien éviter de se mettre (enfin remettre) la Turquie à dos et au final on pourrait bien voir la Russie céder aux turcs la "gestion" d'Idlib tout en bloquant Assad. Les moments qui arrivent sont intéressants car on arrive dans un jeu géopolitique ou les intérêts de puissances étrangères se heurtent les unes aux autres avec des points de blocages. La Russie depuis le début du conflit joue un peu le jeu de "superviseur" dans un conflit ou tout le monde y gagnait et pouvait y trouver leurs comptes, que ce soit les iraniens, Assad, les turcs, les américains (qu'on laissait dans leur coin, qui représente quand même 1/3 de la Syrie), Israël et les russes eux mêmes. Mais cette position russe risque d'être intenable devant les défis et les choix à venir. Comment faire accepter à Assad de laisser les turcs occuper si ce n'est même un chemin vers une annexion voir une sorte d'indépendance sous protectorat turc (pire encore que le Golan avec Israël) une large partie Nord, en bordure D'Alep (2e ville du pays)? Comment dire à Assad d'accepter de ne pas attaquer les FDS soutenus par les américains? Comment dire à l'Iran de rentrer à la maison pour permettre le départ des américains et la fin des raids israéliens? Comment demander aux turcs de retourner derrière leurs frontières alors même qu'une telle chose serait une folie politique pour Erdogan? Le problème des russes, c'est que d'avoir voulu être "bien" avec tout le monde alors même que ça entrait en contradiction sur un retour plein et entier de la souveraineté syrienne dans les mains d'Assad, c'est qu'elle risque d'être "mal" avec tout le monde et de finir isolée de ses positions face à un Iran et Assad prenant la voie militaire contre l'avis des russes, donc sans leurs soutiens. Moi je vois venir une réelle fracture dans le rapport entre la Russie et l'Iran + Assad, entre une Russie qui par ses actes aura clairement participé au découpage du pays et en face, Assad ayant repris confiance, soutenus par les iraniens (en froid avec les américains) pousserait à combattre les turcs et les américains, choses que les russes ne feront pas et ne soutiendront pas (du point de vue militaire). Car le problème de ce conflit syrien, c'est qu'il y a une dynamique guerrière qui est devenue le seul point de puissance et de stabilité pour Assad, en cassant cette dynamique de combats victorieux, on revient dans une situation politique et sociale problématique pour le pouvoir, devant l'ampleur de la reconstruction, le retour de réfugiés, la démobilisation des conscrits, le retour des milices iraniennes à la maison, les difficultés de l'emploi, la misère etc., on entre presque dans un remake de 2011-2012 ou le risque de voir la population redescendre en masse dans les rues après qu'il y ait de nouveau du monde et moins de pressions militaires est plus que plausible. Pour Assad, on entre bien dans un contexte compliqué à tenir sur la durée et la guerre permanente reste, c'est triste à le dire, une valeur sûre pour sa stabilité au pouvoir, il ne pourra pas tenir 3 frontières intérieures (Golan, Euphrate, Idlib et Nord d'Alep) sous tensions militaires avec tous les problèmes occasionnés pour le développement du pays. Assad a besoin du pétrole du côté kurde, il a besoin de retrouver ses frontières et de "s'enfermer" et de s'isoler de toute interférences étrangères et les russes sont aujourd'hui très clairement incapable de l'offrir complètement, au contraire, ils pourraient négocier sur son dos un accord politique pour le dégager. Je pense donc que si les russes étaient bel et bien la bouée de sauvetage et ceux qui, encore aujourd'hui "gèrent" le conflit, que cette position risque d'être mise à mal devant les blocages que j'ai cité.
    2 points
  27. Si on regarde les scénarios joués, on comprendra mieux que l'exercice est plutôt de nature défensive pour évaluer comment l'armée russe (camp rouge) va se défendre puis contre-attaquer contre des ennemies venant de la direction ouest (camp bleu, ou OPFOR). Cette exercice sino-russe est à regarder ensemble dans le contexte d'un autre exercice que l'OTAN mène actuellement en Ukraine, à Yavoriv précisément. Je crois qu'il s'appelle "Rapid Trident 2018". A noter qu'une autre partie de "Trident 2018" de l'OTAN se déroulera bientôt dans la péninsule Scandinave, c'est aussi 35000 hommes, 130 avions, 70 navires et 10 000 blindés. Henri K.
    2 points
  28. La prospective est une chose passionnante, la SF nous as bien servi de ce coté là. Même si, par la force des choses, les auteurs changent un seul paramètre pour voir comment il affecte les autres. Mais tous les bouleversements, technologiques (jusqu'à l'extrême de la singularité), économiques, géostratégiques, sociaux, ... me semblent, outre leurs interactions, dépendre fortement des conditions de vie sur Terre. De moi-même, je suis bien incapable de juger de la force et de la vitesse des changements à venir, et je m'en remets aux scientifiques. Il semble qu'ils soient de plus en plus nombreux à convenir que les choses risquent d'être plus graves que les "malheureux 2°. Ce changement pouvant connaître une accélération de nature géométrique. Pour moi, omettre ce nouveau "paradigme" obère quasiment toutes les prévisions faites. Car cela impacte tout, de la stabilité des sociétés à l'accès aux ressources en passant par le temps de voir les solutions techniques devenir mature. Le mot effondrement revient souvent, je parlerai plutôt de déclin et de bouleversement, mais, pour prendre en exemple quelques cas cités au-dessus, je ne crois pas à: L'accès à l'amortalité, la disparition des fromages de caractère, la continuation voir la propagation de "l'empire" chinois.
    1 point
  29. Je suis assez partagé, personnellement, par cette série: d'un côté, j'aime généralement bien l'acteur et son interprétation, et le contenu informatif anecdotique de certaines intrigues me plaît bien (des trafics, des motivations, des activités dont on ne parle pas souvent, qu'on connaît pas ou peu, servent régulièrement de moteur à l'intrigue, ce qui aide à créer un petit air frais dans le registre des séries policières, même s'il n'y a rien d'autre d'original dans cette série). Mais de l'autre, beaucoup d'aspects m'emmerdent: c'est au final très répétitif (une série policière classique, avec les mêmes mécanismes que les autres, les mêmes ficelles....), les personnages secondaires (et encore plus ceux qui ne sont là que pour un épisode) sont oubliables, voire génériques au possible, et depuis quelques temps uniquement là pour une sorte de validation émotionnelle et parler -comme il semblerait dans toute la prod américaine actuelle- de questions sociétales (sous la lunette idéologique dominante, avec aussi peu de subtilité qu'un discours sur campus) qui se retrouvent dans les personnages (toujours plus archétypiques). Ca bouffe beaucoup de la personnalité initialement voulue pour la série. Mais plus profondément, je vois dans cette série juste une instrumentalisation du nom et du personnage pour les forcer dans un moule des séries actuelles, plutôt qu'une transposition de Sherlock Holmes dans un environnement contemporain (Sherlock, avec Benedict Cumberbatch, jouait beaucoup mieux dans ce dernier registre). On a un Holmes aseptisé, dénaturé, qui est juste là pour être un personnage vaguement original avec un gimmick (son excentricité et ses talents) et une histoire de "normalisation" parce que, dans la bonne petite veine psychologico-bien pensante, il doit devenir "normal" (et pourquoi pas un "prêt à marier" tant qu'on y est?) et surtout, surtout, être là pour valider la génialissime et parfaite en tout Joan qui, pour le coup, est un personnage réellement archétypique et fadasse. Non, la relation Holmes-Watson n'est pas censée être égale: Holmes est un personnage "plus grand que la vie", une espèce de monstruosité dans son genre, un quasi-sociopathe hyper-fonctionnel, pas franchement équilibré mais bien ancré dans sa façon de vivre qu'il a choisie. Son génie, sa différence, ses motivations et sa solitude sont son originalité et sa puissance en tant que personnage. Il est pas là pour être instrumentalisé par des scénaristes sans imagination qui en font, au final, juste un perso de plus dans une série "buddy cop" où un (ou les deux) équipiers a un truc original. Y'a déjà beaucoup trop de ça. Comme je l'ai dit, j'aime bien le jeu de Johnny Lee Miller, mais il a pas le bon script. Et par pitié, donnez une personnalité à Watson (ô sacrilège, ça impliquerait qu'elle ait des limites et des défauts). Au final, je trouve ça fade.
    1 point
  30. Petite lecture intéressante au sujet du budget militaire russe 2016-2017: https://russianmilitaryanalysis.wordpress.com/2018/05/23/the-collapsing-russian-defense-budget-and-other-fairy-tales/ Bon et ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit: il y a bien une réduction de ce dernier mais elle est très légère et le budget tient globalement le cap des années antérieures à 2016. Le GPV 2018-2027 reste dans un cadre budgétaire global similaire à celui de son prédécesseur. Et ceci en sachant que le gros effort de modernisation est déjà derrière eux pour la force aérienne et la force terrestre (pas la Marine, comme déjà indiqué par ailleurs) et en sachant que les gros programmes de R&D/développements sont également en phase d'achèvement (Su-57/T-14/Yasen/Boreï/S-500/Tu-160M2): la Russie ne connaîtra pas une révolution fondamentale mais poursuivra une évolution militaire incrémentale au sein d'un cadre budgétaire globalement stable. Il n'empêche que comme partout, des choix ont dû être faits.
    1 point
  31. Avec de l'eau pure ça marcherait peut être encore.
    1 point
  32. Il a déjà réagit à ça l'année dernière http://www.air-defense.net/forum/topic/20595-parikrama-story/?do=findComment&comment=1099384 Je rappelle que je ne fait que regrouper par thème des infos que Parikrama nous avait données, parce qu'il y en a tellement qu'il y a un risque d'en négliger assez important. Les Indiens ont certainement une responsabilité dans les crashs, mais HAL doit avoir sa part de responsabilité, et pas seulement l'IAF. Et puis il parait qu'il y a vraiment beaucoup d'oiseaux en Inde!!
    1 point
  33. Jupiter a trois pôles magnétiques : une belle découverte de la sonde Juno https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/structure-interne-jupiter-jupiter-trois-poles-magnetiques-belle-decouverte-sonde-juno-72756/
    1 point
  34. 1 point
  35. Une livrée pour notre contrée. CDX-40 SHADOW 408CT
    1 point
  36. Ça commence à devenir franchement malsain en mer d'Azov. Les Russes tentent de fermer l'accès à la mer et on commence à se fritter à coups d'embarcations légères. Une petite guerre navale qui menace de gagner en intensité. On n'a pas encore tiré d'un côté ou de l'autre mais ça risque d'arriver assez vite. Les Ukrainiens sont en train de se renforcer pour essayer de faire face mais les Russes ont l'avantage du terrain et peuvent désormais facilement entraver la circulation dans la zone.
    1 point
  37. Bah ! Depuis le fil sur l'armée Romaine tardive du sus nommé Tancrede, mes certitudes se sont effondrées, elles, s'avérant d'authentiques falsae Famae : Non ! l'Empire Romain d'Occident ne devait pas inéluctablement s'effondrer sous les coups des barbares et de la décadence ! Et depuis ce jour, mon esprit dérangé hante les fils et arcanes du net pour proposer les concepts les plus improbables pour contrer l'inéluctable
    1 point
  38. Autre candidat sorti des oubliettes pour l'appel d'offre de l'USAF http://www.air-cosmos.com/us-air-force-un-appel-d-offre-pour-un-avion-leger-en-fin-d-annee-114427 "la société Stavatti Aerospace Ltd espère pouvoir faire participer à l'appel d'offre son concept d'avion d'appui aérien rapproché le SM-27 Machete. Ce concept qui semble sortir tout droit d'une bande dessinée a été imaginé pour succéder à l'A-10. Il s'agit d'un appareil doté d'un turbo propulseur "pousseur" avec une voilure droite, des plans canards et deux dérives. Ses concepteurs annoncent une vitesse maximale de 400 noeuds. L'armement comprendrait un canon de 30 mm et 3600 kg de munitions. Le cockpit serait dérivé de celui du F-16. Stavatti annonce avoir envoyé un document de 80 pages à l'USAF le 17 août pour expliquer son offre. Pas sûr que cela suffise à convaincre l'armée de l'air américaine qui cherche un appareil disponible sur étagère. " https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-4229178/Meet-plane-replace-10-Warthog.html Je précise la NATIONALITE de ce constructeur prétendant, avec un nom un peu italo: "a Minnesota-based startup"
    1 point
  39. 1 point
  40. Ce ne sera pas la piste la plus longue du monde, la preuve:
    1 point
  41. La philanthropie cache souvent des objectifs pas vraiment humanistes. Je lui préfère largement la solidarité institutionnelle, un peu moins tributaire des subjectivités, des affects et du "blanchiment" de fortune... (sur la question, voir Financiers philanthropes / Nicolas Guilhot. Paris : Raisons d'agir, 2006)
    1 point
  42. 1 point
  43. Aucune éducation ce Trappier, il lui a manqué un bon tuteur quand il était stagiaire chez Dassault !
    1 point
  44. Horke étant assis cote à cote du patron de Dassault lors de cette déclaration à l'Ecole mili...
    1 point
  45. yop moi, le souci que j'y vois, c'est un double probleme : d'une part, quelle est la tenue des batteries en pays chaud, tropical, voire sous la mousson ? Sur Mayotte, entouré par l'ocean, il arrive que nous relevions des températures de 54° au stand de tir, sur le sable en été austral.... je ne parle pas du sahel ou des endroits encore plus chauds et secs.... ici, les concessionnaires ne veulent pas de VE ; trop chaud, trop salé... et quand il pleut, nous avons de l'eau au genou en moins de 30 minutes. Alors, certes, c'est du matos kosto, du militaire... mais, en conditions operationnelles, il faut qu'il reste op en permanence ... Dis autrement, vous etes officier : vous envoyez votre personnel faire une patrouille avec des VE ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Embuscade_de_Tongo_Tongo il est vrai que l'énergie qui emmene les véhicules, à Tongo Tongo, n'est pas en cause ; simplement, les gars doivent pouvoir compter sur leur matos... et pas jouer les beta testeurs avec leur peau. Enfin, il faut penser autonomie, recharge, toussa.... et, avec un moteur essence, on prend un jerrican d'un autre véhicule et on remplit le reservoir, meme dans la pampa ; là, ça implique forcement un retour base et des heures de recharge (faut pas avoir besoin de repartir dans l'intervalle). EDIT : dans les pays froids, le rendement des batteries baisse... idem dans les pays chauds... vous iriez vous balancer en A-stan, avec des machins motorisés avec ça ??? Vous iriez au Yemen ou en Indonésie avec ces gadgets ? (qui pesent un ane mort, avec en plus le poids des armes, des munitions, du sac, de la flotte, de la bouffe..)
    1 point
  46. Pour compléter cette interview de Michel Goya, un article sur son blog présentant les raisons, l'intérêt sur le sujet et la phase de création de son dernier livre.
    1 point
  47. Le Backfire c'est le Tu-22M. "Tu-26" est un nom supposé/imaginé par l'Ouest pendant la guerre froide, quand on ne connaissait pas le vrai nom du Backfire, et on s'est planté. Dans le même genre : - le "Su-21", pour certains Flagon à nouveau radar (en fait, Su-15TM) - le "Su-19", nom donné initialement au Fencer (en fait, Su-24)
    1 point
  48. Le missile est déjà au point vu qu'il est dérivé d'une version terrestre fiabilisée de longue date, là n'est pas la question. La Russie dispose encore de Kh-22 et à terme de Kh-32 qui représentent une menace autrement plus importante que le Kinzhal. Ce dernier, c'est un missile emporté par 10 MiG-31K (appareils basés sur le MiG-31DZ mais modifiés pour le Kinzhal) à raison d'une unité par appareil. A l'inverse, le Kh-32 c'est 3 missiles emportés par un Tu-22M3 avec pas moins de 60 exemplaires disponibles. On est donc sur un potentiel théorique de 10 Kinzhal pour 180 Kh-32. A ton avis, quelle est la menace la plus crédible et la plus complexe à intercepter? Point de vue vecteur aérien, entendons-nous. Le Kinzhal vient renforcer l'arsenal et les solutions disponibles. Ce n'est pas - en l'état actuel des choses et dans un avenir à moyen-terme - un réel "game changer". Même si il nécessitera de s'adapter à cette menace potentielle supplémentaire; j'en conviens. Par contre si tu sors un Tu-160M ou même un Tu-22M3 modifié pour l'emport de plusieurs Kinzhal: ok, là on peut commencer à discuter. Les Russes, à l'instar des Soviets, apportent une réponse asymétrique au problème des groupes aéronavals susceptibles de les menacer: emploi d'un panachage composé de missiles "lourds" (Kinzhal/Kh-32), de missiles "semi-lourds" (Kh-31AD) et de missiles "légers" (Kh-35) disponibles sur différents types de plate-formes aériennes pour assurer le traitement des cibles de surface. C'est l'ensemble qu'il faut considérer et non un seul élément de celui-ci, le Kinzhal ne faisant "que" rajouter une couche à l'ensemble.
    1 point
×
×
  • Create New...