Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 06/21/2021 in all areas

  1. C'est un bordel pour s'y garer.
    17 points
  2. Ils vont acheter 1 jet de chaque pour contenter tout le monde, façon Qatar. Le Rafale fera la police du ciel, la QRA, l'aide aux aéronefs en perdition, l'attaque au sol tactique et stratégique, le combat aérien BVR et WVR, l'interdiction, l'interception, la reconnaissance, le ROEM, la guerre électronique, et les présentations alpha en meeting, ainsi que les entraînements multinationaux. L'Eurofighter fera les présentations au sol en meeting. Le F-18 fera des baptêmes de l'air. Le F-35 servira de simulateur de lui-même grâce au casque à réalité virtuelle, et de déneigeuse de piste grâce au F-135. Mais uniquement les jours sans vent sans orage et sans pluie, faut pas déconner.
    10 points
  3. 6 pages en une seule journée pour ne rien dire. Vous pétez la forme, y'a pas à dire J'ai encore du pop-corn pour ceux qui en veulent...
    8 points
  4. Voici l'article de la NZZ traduit à la va vite grâce à deepl (pas le temps de relire et corriger). Viola Amherd aurait chois le F-35, pour des raisons que je trouve incompréhensibles, en particulier celles liées aux coûts, mais il y a des résistances au sein du conseil fédéral. Donc le choix définitif ne serait pas encore pris. https://www.nzz.ch/schweiz/viola-amherd-beantragt-den-f-35-als-neues-kampfflugzeug-fuer-die-schweizer-luftwaffe-und-schon-geht-der-krach-los-ld.1631490#back-register Elle a tout fait jusqu'au moment de soumettre la proposition à ses collègues. La conseillère fédérale Viola Amherd, cheffe du Département de la défense (DDPS), supervise méticuleusement l'acquisition de nouveaux avions de combat. Il implique un investissement de 6 milliards de francs suisses. Le peuple a approuvé cette ligne de crédit le 27 septembre, bien que par une marge étroite de 50,1 % des voix. Amherd s'est souvent rendu impopulaire auprès de ses subordonnés en posant des questions gênantes. Grâce à un examen externe des aspects liés aux achats, elle a pu engager les fabricants dans un plan de paiement contraignant et s'assurer ainsi une marge de manœuvre maximale pour d'autres projets. Jusqu'à présent, pratiquement rien n'a filtré - ni information sur les résultats de l'évaluation ni sur la température émotionnelle dans le département. Mais depuis vendredi dernier, l'affaire est au Conseil fédéral. Et comme souvent au cours des derniers mois, les différents services prennent maintenant position avec des indiscrétions. A Berne, les rumeurs sur la proposition du DDPS vont bon train, tout comme les avis des différents conseillers fédéraux. Et ce, malgré le fait que l'affaire soit classée "secrète. En effet, le F-35 du constructeur américain Lockheed a, selon des informations confirmées à plusieurs reprises par la NZZ, obtenu les meilleurs résultats lors des tests de l'autorité chargée des acquisitions Armasuisse. La plate-forme offre de loin le meilleur rapport prix-performance, et ce sur toute sa durée de vie. Aucune offre ne pouvait apparemment surpasser celle de Fort Worth. Sont également en lice le Rafale du constructeur français Dassault, le produit commun européen Eurofighter et le successeur du F/A-18 C/D, le Super Hornet de la société américaine Boeing. Le F-35 est un jet de cinquième génération. Le fabricant Lockheed annonce sa capacité à servir de plateforme de données volante. L'avion peut combiner les informations provenant de ses différents capteurs ("sensor fusion") et les diffuser sous une forme condensée à tous les destinataires possibles. Il s'agit d'une capacité cruciale, surtout lorsqu'il s'agit de contrer de nouvelles menaces. En outre, le F-35 peut être déployé avec un plein effet même sans le centre de contrôle Awacs de l'OTAN. Il est vrai que la France fait également la promotion du Rafale de quatrième génération, doté de capacités similaires. Apparemment, le F-35 a également marqué des points dans l'évaluation d'Armasuisse en raison de ses coûts d'exploitation comparativement bas sur toute sa durée de vie. Grâce à son système de simulateur, il nécessite beaucoup moins d'heures de vol qu'un avion à réaction classique. Cela permet également de réduire le bruit et la pollution par le CO2. Néanmoins, il faut du courage politique pour présenter le F-35 comme le successeur de l'actuel F/A-18. Le système est non seulement fortement interconnecté au niveau des opérations, mais aussi de la logistique. Les jets sont connectés au fabricant via le réseau Odin. Cela facilite la maintenance, mais présente un risque pour la sécurité des données - même pour le fabricant lui-même. Le F-35 devrait être protégé de manière optimale contre les attaques chinoises en particulier. C'est pourquoi Lockheed propose un Cyber Center of Excellence en contrepartie, en collaboration avec le Groupe Kudelski de Suisse occidentale et la startup tessinoise Nozomi. Cela devrait permettre à la Suisse de contrôler le flux de données de manière indépendante. Inversement, les États-Unis recevront la garantie que leurs systèmes sont protégés contre tout accès non autorisé. Un modèle similaire a déjà fait ses preuves au Japon. Il y a quelques semaines, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), le PS et les Verts ont annoncé une nouvelle initiative populaire contre les avions de combat américains. La méfiance est surtout dirigée contre les contrôles des inspecteurs américains, qui sont prévus par la législation américaine. La "surveillance des utilisateurs finaux" vise à empêcher que des équipements militaires américains, tels que le missile anti-aérien guidé Stinger, ne tombent entre de mauvaises mains. Les opposants au F-35 jouent également sur le fait que l'avion représente l'un des investissements les plus coûteux du ministère américain de la défense. Le discours transparent des États-Unis fournit de nombreux matériaux pour la polémique. Au Congrès, mais aussi parmi les différentes branches des forces armées, des discussions animées ont lieu. Bientôt, le F-35 sera également introduit dans la marine, qui jusqu'à présent utilisait principalement le Super Hornet. Cela a provoqué des émotions supplémentaires. Toutefois, la proposition du DDPS au Conseil fédéral ne répond pas en premier lieu à des sensibilités politiques, mais suit strictement le principe du rapport coût-bénéfice. C'est ce que voulait le processus défini à l'origine. Le conseiller fédéral Amherd l'a également confirmé une nouvelle fois dans une interview accordée à la NZZ au début du mois de mai. Mais maintenant, il y a apparemment une résistance au sein du Conseil fédéral. Le ministère des affaires étrangères (DFAE) souhaiterait obtenir un avion de combat européen pour apaiser les esprits de l'UE après la rupture des négociations. Reste à savoir si cela fonctionnera. Après tout, l'approche spéciale de la Suisse est particulièrement ennuyeuse pour les pays qui ne détiennent pas d'actions de Dassault ou d'Airbus. Des sources fiables indiquent également que des inquiétudes émanent du Département des finances (DFF) du conseiller fédéral Ueli Maurer. Cette proposition présente des similitudes frappantes avec la variante de "compromis" formulée par l'ancien chef de l'armée André Blattmann dans un document de neuf pages adressé à des personnalités choisies du camp conservateur. Au lieu de 30 à 40 nouveaux jets, il recommande l'acquisition d'un maximum de 20 nouveaux avions de combat. Les considérations critiques ou les alternatives de la part de la bourgeoisie sont totalement absentes, écrit Blattmann dans la NZZ : "Si nous ne pouvons pas expliquer au citoyen moyen pourquoi nous avons besoin de l'avion, nous subirons une défaite dévastatrice lors du prochain référendum". Il souhaite que le Conseil fédéral justifie et explique mieux aux citoyens l'achat de nouveaux avions de combat. La résistance du Conseil fédéral pourrait entraîner un retard de la feuille de route proprement dite. La discussion sur la décision type a été prévue pour la réunion de mercredi prochain. Toutefois, il est tout à fait possible que le gouvernement national ne se prononce sur le nouvel avion de combat qu'une semaine plus tard, le 30 juin. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
    8 points
  5. Moi, j'attends la confirmation par Air & Couscous
    8 points
  6. On se tue à dire qu'en coopération il nous coûtera encore plus cher.
    8 points
  7. https://www.msn.com/de-de/nachrichten/politik/schwere-bedenken-gegen-milliarden-rüstungsprojekt-fcas/ar-AALeSZ5?ocid=msedgdhp&pc=U531 La campagne anti Scaf bat son plein en Allemagne. Le début de l'article reprend la mise en garde de la cour des comptes mais la fin avec les réactions des politiques est intéressante: Le FCAS est "l'un des projets d'armement européens les plus importants du 21ème siècle" de haute importance, a déclaré le politicien de la défense du FDP, Marcus Faber. "Mais tricoter maintenant ce projet d'armement d'un milliard de dollars avec une aiguille chaude, même sans contrat actuel, ne rend pas justice à la préoccupation et comporte de sérieux risques." Le politicien de la défense du Parti des Verts, Tobias Lindner, a déclaré qu'en principe, il était logique de construire conjointement un avion de combat en Europe. Mais il a averti, en faisant référence à un avion de transport et à un hélicoptère, "les futurs projets d'armement européens ne doivent pas répéter les erreurs du passé - comme avec l'A400M ou le NH90." Il a déclaré qu'il était "extrêmement étrange" que la commission du budget soit maintenant prête à débloquer des fonds alors qu'elle n'a pas été saisie de contrats définitifs négociés. "Il s'agit d'une procédure unique et inacceptable pour les projets d'armement", a déclaré M. Lindner. Alexander Neu, le président du parti de gauche au sein de la commission de la défense, a exprimé son opposition fondamentale au projet et a prévu une augmentation des coûts pouvant atteindre plusieurs 100 milliards d'euros. "De cette manière, l'argent précieux des contribuables, qui serait important pour les vrais défis tels que la lutte contre la catastrophe climatique et environnementale, est englouti dans des projets d'armement absurdes." Rüdiger Lucassen, porte-parole de la politique de défense du groupe parlementaire AfD, s'attendait à une "tombe de plusieurs milliards de dollars sans jamais avoir un système opérationnel dans les airs". Il a déclaré que la dimension financière dépassait de loin le pouvoir des parties contractantes, et peut-être aussi le savoir-faire technique. Du point de vue de l'Allemagne, la répartition inégale des charges était également inacceptable. "L'industrie française de l'armement est massivement favorisée, le contribuable allemand accablé de manière disproportionnée", a déclaré Lucassen. "Avec le FCAS, l'Allemagne finance en fin de compte le successeur de la flotte française de chasseurs-bombardiers, qui peuvent atterrir sur des porte-avions et transporter des armes nucléaires vers leurs cibles. L'Allemagne et la Bundeswehr n'ont besoin d'aucun des deux." Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) De certains partis politiques pour être plus précis
    8 points
  8. Pouvez-vous arrêter le hors sujet ? Et puis ici c'est un forum francophone, donc on parle français.
    7 points
  9. Va falloir m expliquer comment la dinde volante furtive peut être moins chere à long terme avec la palanquée de casseroles qu elle se traine... On est en pleine guerre informationnelle la
    7 points
  10. Ce que je trouve très étrange, c'est que le F-35 aurait remporté l'évaluation financière. Or sauf erreur de ma part, le coût de l'heure de vol du F-35 avoisine les 36 000$... Soit beaucoup plus que les autres concurrents. Ce qui voudrait dire que l'évaluation ne s'est pas faite sur la base des chiffres réels et actuels mais sur la base des prédictions/promesses de Lockheed Martin sur la diminution des coûts du F-35.
    6 points
  11. Le stratagème visant à faire passer le simulateur comme élément permettant de réduire les coûts semble déjà soulever des doutes :
    6 points
  12. Il n'y a que Boeing qui n'a pas encore eu de fuite pour lui. Mais bon, ils peuvent se consoler avec les fuites dans les circuits du KC-46 !
    6 points
  13. Pour mon premier message, après ma présentation, mauvaise nouvelle que j'espère être fausse. Notre ministre de la défense, que j'appréciais jusqu'à présent, aurait opté pour le F-35. Article du "Blick" tabloïd suisse alémanique à fort tirage : https://www.blick.ch/politik/kampfjet-entscheid-ist-gefallen-amherd-will-f-35-kaufen-id16618119.html "Sie soll sich entschieden haben: Gemäss verschiedener Medienberichte beantragt Verteidigungsministerin Viola Amherd dem Bundesrat, den US-Tarnkappenjet F-35 zu kaufen." Elle se serait décidée : Selon divers médias, la ministre de la défense Viola Amherd demande au Conseil fédéral d'acheter le jet furtif américain F-35. Article de la NZZ, journal sérieux : https://www.nzz.ch/schweiz/viola-amherd-beantragt-den-f-35-als-neues-kampfflugzeug-fuer-die-schweizer-luftwaffe-und-schon-geht-der-krach-los-ld.1631490 J'espère que c'est une fausse nouvelle mais si cela est vrais, il y aura certainement référendum comme l'avaient déjà annoncés le PS et les verts. Et c'est sûr, l'achat sera refusé (et je serai le 1er à voter contre ) et ce sera la fin de la force aérienne suisse.
    6 points
  14. 6 points
  15. Un nouveau qui débarque avant autant de certitudes en annonçant un choix alors qu'il est attendu dans quelques jours... Deux solutions : - Soit tu es le messie - Soit dans trois jours tu seras habillé de goudron et de plumes Allez, passe par la case présentation et n'oublie pas (ou apprends) qu'il y a beaucoup de pros/ancien pros chevronnés sur ce forum, que ce soit côté Dassault, Armée de l'Air et de l'Espace ou passionné compilant depuis plus de 30 ans toutes les infos ayant trait à l'aviation militaire. Bienvenue dans la fosse aux lions jeune brebis
    6 points
  16. According to swiss papers today (Blick) the current status of the evaluation or at least the components that leaked are : - maintenance cost of the F35 (the plane not the simulator) are higher that its competitors - manoeuvrability is a weak point compare to his European competitors that is as explained in the article is potential issue regarding Swiss geography - F 35 climb slower than its competitors - few words also about the fact internal canon suffer from a poor precision compare to its competitors - few words about dependency with Odin etc. But... - F35 is almost none visible on radars - flying a simulator is cheaper than flying a real plane - Flying a simulator decrease noise level as well as CO2 that is good for the planet ! I hope there will be additional leaked like for the Grippen few years ago as I am a bit frustrated ... nothing new. there ! ------------------ D'apres les journaux Suisse aujourd'hui quelques resultats des eval: - couts de maintenance plus eleve pour le F35 - grimpe moins vite - moins manoeuvrable - manque de precision pour le canon interne - risk d independance cause Odin etc. Mais... - Avion Invisible au radar - Les heures de simulateur sur F35 coute moins chere que les competiteurs(avion pas simu) - Le simulateur F35 fais moins de bruit et pollue moins que les competiteurs (avion pas simu)
    5 points
  17. Pour suivre la décision en direct mercredi https://www.youtube.com/derschweizerischebundesratleconseilfederalsuisseilconsigliofederalesvizzero
    5 points
  18. Voici l'article complet :
    5 points
  19. La plupart des articles qui sont apparus dernièrement parlait du 23/06. D'autres ont parlé de la semaine dernière et enfin certains citent la date du 30/06. Certains articles apparus la semaine dernière ont été retiré en catastrophe alors que le rafale et le SAMP-T étaient donné gagnant, pour des raisons apparentes d'arbitrage dans la quantité d'armement et de chasseurs. La semaine dernière a été particulièrement folle dans la diversité d'article proclamant un tel ou un autre gagnant. Au contraire ce lundi est calme. Qui vivra, verra. Mais je dois avouer une certaine impatience ainsi qu'un stress qui monte. Pour la Suisse il faut suivre le blog avianews. Pascal Kummerlin l'anime en ayant adopté un ligne éditoriale très factuel. Parfois il donne en commentaire des informations intéressantes de "bruit de coursive" comme on dit dans la marine.
    5 points
  20. Ce genre de discussion n'a rien à faire sur AD Net et encore moins sur le fil Dassault ... Organisez une visio-conférence
    5 points
  21. Le véritable pessimisme, c'est de penser ça : Là on est vraiment dans la déprime la plus totale. On ne peut plus rien faire par nous même => on doit donc faire appel à l'Allemagne => l'Allemagne exige la destruction de nos industries en échange => il n'y a plus qu'à se tirer une balle dans la tête.
    5 points
  22. Dans ma vie professionnelle j'étais trop bon pour gagner les appels d'offre, alors je gagnais des trucs vraiment intéressant et je m'éclatais pour les réaliser, mais au bout d'un an un chef venait me voir et me disait "richard il faut vraiment que tu nous gagne ça", je répondais "je ne peux pas, je suis en plein développement de...." et là invariablement on me disait ça fait rien on a untel pour te remplacer dans ce rôle mais on n'a personne capable de gagner... Donc j'ai une grande expérience de l'analyse des besoins et de l'écoute des prospects et je sais évaluer la position d'un candidat par rapport à un autre, afin de pouvoir réagir et améliorer ma position, c'est ce qui me permet de faire des pronostiques.
    5 points
  23. Mes frères, je crois qu'il ne nous reste plus que la prière pour patienter. Recueillons nous dans la foi... Saint Rafale, que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel - surtout au ciel - donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés - au pif le Consortium Eurofighter - ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du F-35 et de Lockheed Martin ! Amen !
    5 points
  24. Dans le simulateur, tu scrambles sans problème et le canon tire tout droit. En plus, c'est moins cher et plus écolo. Il n'y a pas de véritable fuite, juste des rumeurs. Des vrais fuites, ce serait des documents, comme ceux de l'évaluation de 2008. Il est d'ailleurs tout à fait remarquable que ces rumeurs aient changé de camp en parfaite coïncidence avec la visite de Biden. Mais bon, c'est sans doute effectivement vrai. Le F-35 est le meilleur et le moins cher. Si l'USAF se plaint du coût de maintien en condition opérationnelle, si le Pentagon se remet à acheter des F-15 (pourtant pas exactement un avion bon marché), si les critiques sur le retard qui continue de s'accumuler pleuvent, si ALIS ne sera peut-être jamais au point, si le NGAD est déjà lancé avec le commentaire comme quoi pour le F-35 on verra dans quelques années, bref si toutes ses choses se passent, c'est parce que c'est le F-35 le meilleur, le plus pratique, et le moins cher. C'est juste qu'en France on n'a pas encore compris ça, sans doute par nationalisme obtu qui nous empêche de nous rendre compte qu'on est des gros has been dépassés.
    4 points
  25. En réponse à la conseillère Amherds un ancien général prend la plume: https://www.tagesanzeiger.ch/ex-armeechef-blattmann-attackiert-amherds-kampfjet-plaene-921900996181 Le commandant de corps André Blattmann a rédigé un document de neuf pages. Il contient une charge cumulative de critiques du plan d'acquisition de la conseillère fédérale Viola Amherd, qui veut acquérir jusqu'à 40 jets de dernière génération. La NZZ a publié la critique de Blattmann dans son édition de lundi. Le papier de Blattmann est également disponible pour ce journal. Dans ce document, Blattmann remet en question les fondements de l'achat de jets. L'ancien chef des forces armées ne voit aucun scénario qui soutienne le rapport d'un groupe d'experts sur la situation de la menace, disponible depuis quatre ans. Les avions de chasse visent un ennemi "qui n'existe guère dans la crise et le conflit qui nous entourent", écrit-il. Blattmann a été officier d'instruction dans la défense anti-aérienne (Flab) avant de devenir chef de l'armée. A cette époque, il était responsable de l'introduction en Suisse de l'arme anti-aérienne Stinger lancée à l'épaule. Dans son document, Blattmann écrit maintenant qu'un large spectre de défense aérienne basée au sol (Bodluv) suffira à l'avenir. Dans le sens d'un compromis, l'acquisition d'une vingtaine de nouveaux avions de combat est envisageable. Blattmann a apparemment fait circuler son article discrètement. Ceci avec la justification que dans les milieux citoyens il y a un manque d'alternatives au cours officiel du département de la défense. On ne sait pas à qui le document a été envoyé et au nom de qui il a été écrit. Intéressant : Blattmann reproche au jet furtif F-35 des faiblesses considérables en plus de ses forces dans les domaines de la technologie des capteurs et du radar. Selon M. Blattmann, il s'agit notamment de vulnérabilités techniques, d'une faible capacité de montée, d'un rayon d'action trop petit ainsi que de désavantages en matière de manœuvrabilité. Les coûts seraient également beaucoup plus élevés que prévu. Le DDPS part du principe que les coûts d'exploitation des F-35 et du système de défense sol-air américain Patriot sont beaucoup trop bas. Les experts ont calculé les coûts d'exploitation du F-35 à environ 100 000 francs par heure de vol. Cela représenterait environ le double du coût par heure de vol des F/A-18 suisses, de plus en plus vieillissants, aujourd'hui. La politicienne de la sécurité Priska Seiler-Graf (SP), dans une première réaction à une enquête de Tamedia, est à la fois surprise et heureuse des actions de Blattmann. "La raison est enfin revenue", déclare le politicien zurichois. Le PS a toujours insisté sur le fait qu'une vingtaine d'avions de combat seulement étaient nécessaires pour des opérations de police aérienne robustes et non 30 à 40 jets haut de gamme provenant des États-Unis. Avec un plus petit nombre de jets, non seulement les coûts d'acquisition seraient plus faibles, mais aussi les coûts du cycle de vie. Le PS et les Verts, ainsi que le GSsA, ont annoncé qu'ils combattront l'acquisition de l'avion par une initiative populaire si le Conseil fédéral se prononce en faveur d'un type américain. Si le Conseil fédéral décide d'acheter un avion de combat aux Etats-Unis, la gauche veut s'en tenir à son initiative, même si le Conseil fédéral ne veut acheter que 20 jets, dit Seiler-Graf. Le problème du F-35 reste le même. D'une part, il s'agit d'un appareil immature qui pourrait s'avérer beaucoup plus coûteux que prévu, et d'autre part, la souveraineté des données n'est pas garantie avec les jets américains. Hurter critique Blattmann En revanche, l'ancien pilote de chasse et politicien de la sécurité de l'UDC Thomas Hurter (SH) n'a guère de sympathie pour le barrage de Blattmann contre le département de la défense. "J'ai du mal quand de vieux commandants, à peine retraités, critiquent un système qu'ils ont servi pendant 30 ans." Hurter, qui a lu le rapport de neuf pages de Blattmann, lui reproche de ne pas tenir la route sur le plan du contenu. Il s'agit d'une compilation de ses propres évaluations et hypothèses, le tout sans références. Blattmann suggère, par exemple, que les pays européens investissent principalement dans la défense aérienne au sol et non dans les avions de combat. Mais c'est faux. Le Royaume-Uni, comme de nombreux autres pays d'Europe, mène actuellement des projets d'acquisition de nouveaux avions de combat de la même manière que la Suisse. D'autres pays modernisent également leurs flottes existantes. M. Hurter a l'impression que M. Blattmann veut régler ses comptes avec le Département de la défense parce que, sous la présidence du conseiller fédéral Guy Parmelin (UDC), il a arrêté puis relancé un projet d'acquisition pour moderniser la défense sol-air. À l'époque, Blattmann était en grande partie responsable de ce projet avorté. Selon Hurter, Blattmann aurait eu quatre ans pour commenter le rapport de l'armée de l'air intitulé "Air Defence of the Future", mais il ne l'a jamais fait. "Sortir cela maintenant est plus que spécieux", déclare le Schaffhousois. Il est également piquant de constater que Blattmann était chef de l'armée au moment de l'échec du référendum sur l'avion de combat Gripen. À l'époque, il avait défendu l'achat de l'avion de combat suédois, qui avait été rejeté par les électeurs, avec des arguments similaires à ceux utilisés aujourd'hui par ses successeurs au ministère de la défense. Avec la critique de Blattmann, qu'il a apparemment écrite il y a six mois, la température de fonctionnement du Parlement fédéral monte clairement peu avant la décision du Conseil fédéral sur le type d'avion. Les derniers jours et les dernières semaines ont été étonnamment calmes autour du plus grand projet d'acquisition de l'armée suisse. Certains prétendent avoir entendu dire que le jet furtif américain F-35 est le favori de la ministre de la défense Viola Amherd (CVP). D'autres répliquent en disant que ce type serait le plus facile à combattre dans une initiative populaire. Une décision de type en faveur du F-35 équivaudrait à un "hara-kiri politique", selon les cercles supérieurs de l'administration. Après avoir abordé le sujet lors de sa dernière séance, le Conseil fédéral, selon le vice-chancelier André Simonazzi, poursuivra mercredi la discussion sur l'achat de l'avion de combat. La question de savoir si la décision de type sera prise ce mercredi ou le 30 juin reste ouverte. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
    4 points
  26. Pas sur que ça ait été posté; Trappier ce matin au Paris Air Forum,je commence le visionnage et je vous fais un débrief quand c'est fait: https://parisairforum.fr/#1622823219975-c7d5ba1d-1958 Les clés du succès de la coopération: Selon Trappier: "les compétences, avoir sa place au bon endroit" "la confiance" "chef d'équipe qui fait avancer le reste" Selon le CEO de KNDS: "un partage de l'IP et transferts de techno" "un clarification des regles d'exportation AVANT le lancement du projet de coopération" Selon le CEO d'Airbus Helicopter: "alignement stratégique et politique" "définition du besoin opérationnel commun" "la volonté de faire des compromis" Selon le DirCab de Parly: "la clareté des responsabilités" "des leaders clairement identifiés" Trappier: "on ne peut pas coopérer pour coopérer, il faut cibler la performance opérationnelle" "il ne faut pas que la coopération alourdisse le cout global" "on est pas les USA, il nous donc l'export, et Dassault doit réussir l'exportation et donc les pays coopérants doivent être d'accord" Martin Briens: "il faut que le produit soit exportable" CEAAE: "l'expression du besoin se fait au fil de l'air, dans les opérations exterieures" "quelles seront les menaces en 2040?" Trappier: "il y a besoin d'un architecte" "le cyber va prendre le dessus, donc il faut savoir travailler sans moyens de communications et la France avec la disuassion s'y connait" Briens: "le principe du best athlete est une necessité" "ce principe est une bonne garantie contre les dérives de couts, délais et moindre performance" "il faut la reconnaissance d'un leadership clair: la France sur le SCAF, l'Allemagne sur le MGCS" "je cois qu'aujourd'hui on y est parvenus" Trappier: "il est important aussi d'avoir un leader au sein des Etats!" "c'est au maitre d'ouvrage, représentant des Etats, de dire qui est le best athlete parmi les partenaires" "il faut rerépartir ensuite le travail dans les pays" "le retour industriel ne doit pas battre en brèche le principe de leadership" CEO de KNDS: "In Germany, knowledge has been transfered from procurement agency to the industry" "While the DGA has engineering capability because they think they should drive the industry" "the french are pretty good at analyzing the strenghts of their industry, but in the end, in a competition, athletes compete and the best will win" (???) CEO de AirbusH: "la DGA a une vraie stratégie industrielle" Bon j'arrete pour ce soir et je reprends demain!
    4 points
  27. Dis donc, l'affaire suisse amène subitement une foule de petits nouveaux, voir de transfuges de F16.net...
    4 points
  28. Je soupçonne la bévue d'A&C d'avoir piqué au vif les américains qui auraient organisé cette contre attaque médiatico-politique pour que le F35 sorte, la tête haute de cette compétition quelque soit le choix final
    4 points
  29. C'est surtour parce que ce marathon-là est fait à jambes liées, et l'un des coureurs de l'équipe s'arrête tout les cinq mètres pour "vérifier qu'on avance et que c'est la peine de continuer". L'Allemagne, à gauche, et la France, à droite, avançant sur le SCAF.
    4 points
  30. Je ne vois pas en quoi? Non, encore une fois. LM a proposé à la Suisse "d'assembler partiellement" 4 F-35 (et pas un de plus) sur le total qu'ils achèteront. Et l'assemblage en question concerne juste les empennages des avions. Cela dit ils ont proposé de faire de la Suisse un centre d'excellence de je ne sais plus quoi pour la maintenance. Et Eurofighter a proposé d'y installer une chaîne d'assemblage. Mais Dassault n'a rien proposé à ce niveau. Boeing non plus. Et ce n'est pas un tort parce que ce marché ne s'y prête absolument pas, et que c'est un avantage inutile pour la Suisse qui va même lui coûter plus que ça ne lui rapportera. C'est juste qu'ils n'ont rien d'autre à offrir. Dassault en revanche a déjà de nombreuses activités avec RUAG. Et on pense exactement le contraire. Que c'est le Rafale qui sera choisi, parce que c'était le meilleur avion du point de vue d'Armasuisse en 2008, 2012, 2015... Et ce le fut encore en 2019. Et ce le sera toujours d'ici 2030. Techniquement c'est le meilleur de loin, et le Super Hornet risque lui de ne pas convaincre sur certains points, notamment l'agilité à basse altitude. Politiquement c'est une autre affaire certes. Mais c'est pas "cousu de fil blanc", désolé mais non. biden s'est fait rembarrer. Attention avec ce genre de déclarations à l'emporte-pièce ici... https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/joe-biden-vante-le-f-35-de-lockheed-martin-et-le-fa-18-de-boeing-la-suisse-le-rappelle-c3-a0-l-e2-80-99ordre/ar-AAL5Wmx Joe Biden s'est fait taper sur les doigts. Le président américain a profité d'une entrevue avec Guy Parmelin, son homologue suisse, pour vanter les mérites du F35 de Lockheed Martin et du F/A 18 de Boeing. Sauf que les deux avions de combat américains en lice pour un gros contrat de remplacement de la force aérienne helvétique et que cette prise de position n'a pas vraiment plu. "Monsieur Biden a rappelé l'excellente qualité des deux avions américains" - le F35 de Lockheed Martin et le F/A 18 de Boeing - qui sont en compétition contre le Rafale du français Dassault et l'Eurofighter du groupe Airbus, a déclaré Guy Parmelin lors d'un point de presse suivant une entrevue avec Joe Biden, qui est à Genève pour son sommet avec Vladimir Poutine, mercredi. "J'ai rappelé qu'il y avait un processus qui se déroulait, qui était fixé de longue date et que le Conseil fédéral (gouvernement ndlr) prendrait sa décision sur la base du processus actuellement en cours", a souligné le président suisse. Selon la presse, une décision pourrait être annoncée le 23 juin pour ce gros contrat de 6 milliards de francs suisse (5,5 milliards d'euros) qui doit permettre de remplacer la flotte d'avions de combats composée de très vieux F-5 et F/A-18 Hornet, tous deux de fabrication américaine. Un autre important contrat de défense pourrait être annoncé simultanément pour un système de missiles sol-air, pour lequel le Samp/T du consortium franco-italien affronte le Patriot de l'Américain Raytheon. Ce contrat se monte à 2 milliards de francs suisses (1,84 milliard d'euros).
    4 points
  31. Biden est en suisse pour rencontrer Poutine... Qu'il visite et rencontre le président suisse le semble normal. Que la vente du sh soit actée, ça... Nous saurons bientôt !
    4 points
  32. Il ne faut pas répéter les erreurs du passé, mais il ne faut pas non plus chercher à procéder différemment, hein. Massivement favorisée en étant forcée à donner le lead à des entreprises allemandes incompétentes, comme dans le cas de Safran qui devait être lead sur le moteur mais en fait c'est une joint venture avec MTU, domiciliée en Allemagne, qui aura le lead. MTU garde la partie maintenance, qui est une mine d'or sur le long terme. C'est aussi l'Allemagne qui a le lead sur les tous les drones associés au programme et sur le char de combat. Mais bon, ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi devrait être à moi, logique allemande classique. L'Allemagne paie la même somme que la France. L'Allemagne a une population de 83 millions, la France une population de 68 millions. La hauteur de la participation pour le contribuable allemand est donc de seulement 82% environ de la participation du contribuable français. C'est le contribuable espagnol qui devrait se plaindre... Et bien sûr, il faudrait que le programme soit transformé pour que l'avion devienne inutile pour les Français. Mais, Herr Lucassen, vous ne poussez pas votre logique suffisamment loin. Avec le FCAS, l'Allemagne finance en fin de compte un avion capable de décoller et d'utiliser des armes. La Bundeswehr n'a besoin d'aucune de ces capacités, des maquettes d'avion (coucou Edwy !) et des manches à balai suffisent entièrement à ses besoins opérationnels. Bref, la mauvaise foi typique au service des revendications outrancières habituelles. Espérons qu'à Paris on tienne bon et refuse fermement toute nouvelle compromission. Que l'Allemagne sorte du programme, et qu'on puisse ainsi se débarrasser de Manching, Hensolt, et MTU.
    4 points
  33. "Il n'y a pas de mauvais élève, que des mauvais profs."
    4 points
  34. Il est encore plus invisible au radar quand il est simulé !
    3 points
  35. Oulah... Une tonne de bleus, un flood de malade... J ai raté un truc, la 3 ème guerre a commencé ?
    3 points
  36. Tu confond simulateur de vol et l'environnement de test (JSE) qui est un très gros simulateur destiné à pousser le bestiaux dans ses retranchements en le testant avec des menaces actuelles et à venir. Le JSE se fait attendre. Le reste est prèt depuis longtemps.
    3 points
  37. Les derniers jours sont propices à toutes les rumeurs et sans doute manipulations. Vous lisez comme moi que le papier de NZZ comme celui de Reuters semblent sortis du même tiroir, ou que celui d’Air et Cosmos n’avait prudemment pas été repris. On ne va pas prendre les Suisses pour des ânes qui arbitreraient au dernier moment entre un bidule qui est tellement avantageusement remplacé par son simulateur qu’il en devient quasi gratuit et un autre qui communique par la pensée avec le contrôle aérien et les SAM, fait le café et change les couches du petit dernier. J’ai déjà l’intuition qu’il n’y a pas forcément à beaucoup pousser pour que certains médias Suisses se mettent à délirer et perdent leur sens critique, avec comme clef intuitive uniquement la langue employée.
    3 points
  38. C'est en Turquie pas au Pakistan. Commence pas à créer des rumeurs hein !
    3 points
  39. CAMM-ER (MBDA), AMRAAM-ER (Kongsberg), Spyder (Rafael), IRIS-T SL (Diehl), Barak 8 (IAI). Aucun confirmé, juste des suppositions plus ou moins probables. L'idée est d'améliorer la couverture (nombre d'unités), pas seulement la portée. Aucune ambition BMD. Donc soit un nouveau missile pour NASAMS ou une autre unité pour compléter NASAMS. Barak 8 a déjà perdu lors de l'acquisition de la corvette de la marine finlandaise face à l'ESSM. CAMM-ER n'était pas prêt, juste CAMM. MBDA n'a plus rien pu vendre à la Finlande depuis Mistral. Multiples échecs. IAI a connu de multiples succès (IAI ELTA ELM-2311 C-MMR, Gabriel V). Le gouvernement de gauche actuel n'a même pas besoin d'un faux intermédiaire européen comme auparavant pour les acquisitions d'armes israéliennes. Il est possible qu'il ait été reporté à 2023 car il finira par être plus cher que prévu. S'il atteint une échelle de 1 milliard, cela pourrait sembler trop juste après HX. Samp/t a déjà perdu contre Nasams en 2009. Ensuite, le chef de la défense l'a comparé à l'obtention de 4 Volvo au lieu de 1 Cadillac. Ceci et la géographie expliquent probablement pourquoi Patriot et Samp/t ne sont pas là, même si la Suède vient d'acheter Patriot. Aster (Samp/T) était également trop cher pour les corvettes, il reste donc probablement trop cher pour la Finlande. Thales a probablement une bonne connaissance du marché, car tous les principaux radars de l'armée de l'air finlandaise en sont issus (12x Ground Master 403 sur camion, 4x à installation fixe Thomson TRS 22XX). Même si le nouveau GM est de milieu de gamme et l'ancien TRS de longue portée, leurs capacités sont similaires. Ainsi, le TRS pourrait bientôt prendre sa retraite sans remplacement. Cela suivrait la transition plus importante de l'armée de l'air finlandaise vers des opérations encore plus dispersées qu'auparavant. Le GM mobile permet une capacité de survie légèrement supérieure à celle du TRS fixe.
    3 points
  40. https://www.capital.fr/economie-politique/joe-biden-vante-le-f-35-de-lockheed-martin-et-le-fa-18-de-boeing-la-suisse-le-rappelle-a-lordre-1406556 https://www.defensenews.com/air/2017/08/29/trumps-remarks-on-boeing-super-hornet-confuse-finnish-fighter-competition/
    3 points
  41. Je ne me suis pas abaissé, je les ai fièrement envoyer valser, avec force arrogance et condescendance, droit comme un "i" sur mon tas de fumier. Je leur ai parlé avec leurs armes, quoi...
    3 points
  42. On arrête le CICE et on a les thunes pour faire cet avion seul en deux cent exemplaires, trois porte-avions nucléaires, et trente frégates de premier rang. Bref.
    3 points
  43. Vous êtes d'un pessimisme ! ON N'A PLUS LES THUNES POUR LE FAIRE SEUL CET AVION.
    3 points
  44. Dans le cas du SCAF il faut donner le produit à la chance.
    3 points
  45. Ce n'est peut-être pas le topic idoine, mais au sujet du coût estimé des Rafale d'occasion à la Grèce et à la Croatie (je crois qu'il n'y a pas de surprises eu égard aux calculs faits par certains ici) : Source : http://www.senat.fr/rap/r20-697/r20-697-syn.pdf
    3 points
  46. 3 points
  47. Ou pire, ceux comme moi qui ont débuté leur carrière chez Alcatel..... Ce fleuron qui fut un temps N°1 mondial des Telecom qui c'est retrouvé en quasi faillite pour terminer sous traitant des finlandais, après une série de fusions ratés et de démantèlements irresponsables organisés sciemment par des directeurs qui sont s'en mis plein les poches avec leurs parachutes dorés... (Fin du HS mais désolé je ne pouvais pas ne pas exprimer ma colère, même 20 ans plus tard, suite à cette remarque de Ciders) ratées
    3 points
  48. Pas d'assemblage en Suisse dans le cas du Rafale. Les offsets n'ont jamais été un problème majeur pour Dassault non plus. Le contrat sera donc très profitable, la Suisse étant un client exigeant et qui renforce l'image de marque de l'avion. Je ne suis plus aussi sûr que ce soit le moins cher justement. Les deux avions ont le même nom mais sont très différents. De plus l'avenir du SH n'est pas assuré au-delà de 2040. Mais politiquement, c'est un adversaire retors, surtout alors que Boeing croule sous les problèmes et a besoin de ventes export pour redresser la barre. Également, penses à passer par la case présentation puisque tu es nouveau sur le forum. http://www.air-defense.net/forum/30-presentez-vous/
    3 points
×
×
  • Create New...