scalp79

Achat suisse

Recommended Posts

3 hours ago, Kiriyama said:

A terme, ce serait quand même bien que la Suisse aie ses propres satellites. 

Pour un besoin de 2% des droits de tirage de CSO ce serait déraisonnable, mieux vaut monter à bord et pourquoi pas demander une participation industrielle sur le programme suivant.

Edited by P4
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, P4 a dit :

Pour un besoin de 2% des droits de tirage de CSO ce serait déraisonable, mieux vaut monter à bord et pourquoi pas demander une participation industrielle sur le programme suivant.

C'est possible qu'il y ait déjà des pièces suisses sur CSO, ils ont une industrie spatiale (RUAG fait les coiffes d'Ariane).

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, hadriel a dit :

C'est possible qu'il y ait déjà des pièces suisses sur CSO, ils ont une industrie spatiale (RUAG fait les coiffes d'Ariane).

Si ils sont fort en optique ça peut servir sur un satellite. Et sur Galileo les horloges atomiques sont Suisses.

Edited by Picdelamirand-oil
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Si ils sont fort en optique ça peut servir sur un satellite. Et sur Galileo les horloges atomiques sont Suisses.

Ce seraient des horloges suisses avec lesquelles ont aurait eu autant de déboires ?

Tout fout l'camp !

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Boule75 a dit :

Ce seraient des horloges suisses avec lesquelles ont aurait eu autant de déboires ?

Tout fout l'camp !

Les orbites des satellites les font passer dans les ceintures de Van Allen (La ceinture extérieure) et c'est pas facile de résister longtemps, ça s'apprend.

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Phacochère a dit :

C'est le top de la montre en somme...:sleep:

Contrairement à une idée répandue (que j'avais), les meilleures montres au monde ne proviennent pas de Suisse mais de France:

- les montres Leroy en particulier qui bénéficient de la collaboration avec le CNRS (de mémoire), mais il y en a d'autres. Un spécialiste du genre m'a briffé sur le sujet un jour. Pour tout un tas de raisons, les passionnés ne jurent que par les marques françaises. Et lorsque certaines marques ultra haut de gamme ont voulu s'expatrier (en suisse) pour bénéficier de l'effet d'entrainement d'un marché plus vaste, ils sont revenus dare dare quand ils ont constaté que les clients partaient en même temps que la marque "France" disparaissait. Dans ce domaine, la Suisse fait du luxe pour le grand public (aisé quand même) raflant la plus grande part de marché et la France de l'ultra luxe qui est une niche dans une niche. Mais ça se sait moins parait il.

Ceci dit, rien à voir avec les horloges atomiques.

Edited by johnsteed
  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, johnsteed a dit :

Contrairement à une idée répandue (que j'avais), les meilleures montres au monde ne proviennent pas de Suisse mais de France:

- les montres Leroy en particulier qui bénéficient de la collaboration avec le CNRS (de mémoire), mais il y en a d'autres. Un spécialiste du genre m'a briffé sur le sujet un jour. Pour tout un tas de raisons, les passionnés ne jurent que par les marques françaises. Et lorsque certaines marques ultra haut de gamme ont voulu s'expatrier (en suisse) pour bénéficier de l'effet d'entrainement d'un marché plus vaste, ils sont revenus dare dare quand ils ont constaté que les clients partaient en même temps que la marque "France" disparaissait. Dans ce domaine, la Suisse fait du luxe pour le grand public (aisé quand même) raflant la plus grande part de marché et la France de l'ultra luxe qui est une niche dans une niche. Mais ça se sait moins parait il.

Ayant travailler dans la branche horlogère durant plus de trente ans je peux dire sans hésitation que les marques suisses font du bas / moyen de gamme jusqu’au très très haut de gamme.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Biensûr aucun rapport entre les deux domaines, encore que le calcul précis du temps qui passe...

Comme disait ce jour un patron aveugle d'une supérette qui demandait à mes collègues et moi -taquins‐ le prix affiché en caisse: " je veux bien-être miro mais je ne suis loin d'être con".  

Toutefois merci pour ces précisions, c'est toujours sympa de déconstruire un cliché et tendre vers la juste mesure :wink:

Edit: @johnsteed, @FAFALe truc cool avec le sujet "achat suisse" c'est qu'on est pas HS :biggrin:

 

Edited by Phacochère
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Si ils sont fort en optique ça peut servir sur un satellite. Et sur Galileo les horloges atomiques sont Suisses.

 

il y a 25 minutes, Phacochère a dit :

Biensûr aucun rapport entre les deux domaines, encore que le calcul précis du temps qui passe...

Edit: @johnsteed, @FAFALe truc cool avec le sujet "achat suisse" c'est qu'on est pas HS :biggrin:

 

A relever que pour vérifier la précision de certaines montres, celle-ci sont tester durant 21 jours à différentes températures et à différentes positions. Si elles réussissent le test, elles obtiennent un certificat. La référence pour ces tests est une horloge atomique.

Pour ceux qui désire en savoir plus, voici deux articles concernant la nouvelle horloge atomique. Il y est dit que la France a participé à sa mise au point. Il y est également évoqué leur utilité dans le domaine de l’espace et des satellites :

https://www.24heures.ch/suisse/horloge-atomique-precise-neuchteloise/story/24287528

https://www.unine.ch/unine/home/pour-les-medias/communiques-de-presse/une-horloge-suisse-parmi-les-dia.html

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 11/24/2020 at 10:39 AM, Kiriyama said:

Plus rien, depuis la sortie du Gepard.

Et du système Marksman aussi (UK, et a aussi été présent en Finlande) mais je n'arrive pas à savoir quel système est le plus ancien des deux.

Sinon, on peut toujours ressortir les AMX-30 Oeil Noir :wink:

Mais pour répondre à la question initiale, encore en service, je crois que même les Gepard ne le sont plus... (après vérification, ils sont encore en service en Roumanie, au Brésil et en Jordanie apparemment, mais plus en Allemagne)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Article sur defensenews.com

Aircraft makers sweeten their offers in high-stakes Swiss warplane race

 

Spoiler

COLOGNE, Allemagne, et WASHINGTON - Quatre avionneurs ont soumis des offres finales pour le programme d'avion suisse de 6,5 milliards de dollars, Airbus et Lockheed Martin vantant différentes approches pour assembler leurs avions localement.

Le 18 novembre était la date limite pour que le quatuor de fournisseurs prometteurs, qui comprend également Boeing et Dassault, présente sa vision - et son prix - pour l'un des plus grands programmes d'achat en Europe.

La Suisse recherche entre 36 et 40 nouveaux avions pour surveiller l'espace aérien du pays. Le degré de participation de l'industrie locale s'annonce comme un facteur majeur pour les Suisses, connus pour leur indépendance.

Airbus a reçu l'aide de quatre opérateurs d'Eurofighter - Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni - qui ont envoyé leurs ambassadeurs en Suisse lors d'une conférence de presse le 19 novembre pour évoquer la perspective d'un partenariat industriel et politique plus important qui suivrait le choix d'un Eurofighter.

Les Suisses devraient prendre une décision au début de l'été 2021, à la suite d'un référendum en septembre dernier qui a donné un feu vert au budget.

L'offre d'Airbus comprend l'assemblage final de tous les avions par l'intermédiaire d'une société partenaire en Suisse, dont les détails devraient être annoncés par la société en décembre.

Michael Flügger, l'ambassadeur d'Allemagne en Suisse, a évoqué la possibilité d'une coopération entre l'espace aérien et les patrouilles basées sur des Eurofighters le long de l'axe Italie-Suisse-Allemagne. En outre, a-t-il déclaré, l'adhésion de la Suisse au club des utilisateurs de l'avion permettrait au pays d'"exporter" le bruit des vols d'entraînement vers des régions éloignées des autres pays partenaires.

Franz Posch, qui dirige la campagne Airbus en Suisse, a déclaré aux journalistes que le projet de la compagnie d'assembler localement les 40 avions fictifs ferait "plus que remplir" les exigences de compensation établies par le gouvernement suisse.


Lockheed Martin, avec son F-35, a également de grands espoirs pour la concurrence suisse, espérant élargir la base d'utilisateurs de l'avion en Europe. L'offre de la compagnie comprend un programme de base de 36 jets, avec des options pour quatre avions supplémentaires, a déclaré Mike Kelley, qui dirige les efforts de la compagnie en matière de F-35 en Suisse, lors d'une table ronde avec les journalistes le 19 novembre.

Alors que la Suisse serait en mesure d'acheter des pièces par le biais du pool de pièces de rechange partagé par tous les opérateurs de F-35, l'offre contient également un ensemble de pièces de rechange déployées sur six mois - un pot de pièces séparé qui serait géré par le gouvernement suisse, ce qui était nécessaire pour répondre aux exigences d'autonomie de la Suisse.

Pour répondre aux exigences de participation industrielle, la Suisse aurait la possibilité de produire sur le marché intérieur environ 400 auvents et transparents pour les F-35, et Lockheed établirait un centre européen pour l'entretien, la réparation et la révision des auvents et transparents des F 35 en Suisse. En outre, le pays se chargerait de certains projets de maintien en condition opérationnelle des moteurs et cellules de F-35 visant à maintenir l'autonomie opérationnelle de l'armée de l'air suisse, a déclaré M. Kelley.

Lockheed prévoit également de s'associer avec l'industrie suisse pour créer un cyber centre d'excellence, qui constituerait un prototype de réseau de données unique pour la Suisse et construirait un banc d'essai qui permettrait aux entreprises suisses de tester les cyber capacités dans un environnement sécurisé.

En plus de ces efforts, Lockheed offre une dernière possibilité de participation industrielle à la Suisse. Pour un coût supplémentaire, la Suisse pourra procéder à l'assemblage final de quatre avions F-35 dans les installations existantes de RUAG à Emmen, ce qui permettra aux techniciens suisses qui travaillent actuellement sur la flotte vieillissante de Hornet du pays d'acquérir une connaissance plus approfondie de la conception de l'avion.

Cette option ajouterait un "coût important" au programme total, a déclaré M. Kelley, mais pourrait permettre de réaliser des économies globales tout au long du cycle de vie du programme.

Boeing, quant à lui, a positionné son offre de flotte de F-18 Super Hornet comme une extension logique de l'infrastructure existante des F-18 en Suisse. "En tant qu'exploitant de F/A-18, la Suisse aura la possibilité de réutiliser jusqu'à 60 % de l'infrastructure physique et intellectuelle existante, ce qui rendra la transition vers un Super Hornet plus facile et plus rentable pendant la durée de vie de l'avion", a déclaré la compagnie dans un communiqué.

L'offre d'avion, ajoute la déclaration, "s'inscrirait facilement" dans le budget d'exploitation actuel des F-18 de la Suisse.

La référence au coût vient après que les responsables suisses aient souligné que la partie chasseurs du programme de modernisation de la défense aérienne Air 2030 comprend un plafond de coût de 6 milliards de francs suisses (6,6 milliards de dollars américains), en gardant à l'esprit les réductions de prix potentielles en cours de route.

"Actuellement, Boeing travaille avec plus de 100 partenaires actuels et nouveaux à travers la Suisse afin d'identifier les bonnes opportunités pour son plan de modernisation de l'industrie des avions de chasse", a déclaré la compagnie.

Le français Dassault, avec son offre de Rafale, est le seul vendeur à garder ses cartes près de sa poitrine.Invoquant un engagement de confidentialité, une porte-parole a déclaré à Defense News que la société n'avait pas l'intention de caractériser son offre ni la "nature de la rel

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y'avait pas une clause qui disait que les constructeurs devaient s'abstenir de toute publicité (au sens premier du terme, contribution publique) avant et après la sélection ? :huh:

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, kalligator a dit :

Et oui mais pourtant...

Du coup, Boeing, LM et Airbus sont hors jeux, non ? :tongue:

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Teenytoon a dit :

Y'avait pas une clause qui disait que les constructeurs devaient s'abstenir de toute publicité (au sens premier du terme, contribution publique) avant et après la sélection ? :huh:

Sisi on devrait pas tarder à avoir un rappel à l'ordre.

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques éléments concernant l'offre allemande pour l'Eurofighter

Citation

L'inspecteur général allemand voit un potentiel de coopération accrue

Dans une interview publiée il y a quelques jours dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), l'inspecteur général des forces armées allemandes, le général Eberhard Zorn, salue la coopération des trois pays voisins, l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, en matière de défense et évoque l'expansion de la surveillance commune de l'espace aérien.

L'"Alliance alpine" en matière de politique de sécurité et de défense dans le cadre du format dit DACH est une pratique vécue, a déclaré Zorn à la NZZ. Une fois par an, le plus haut gradé des forces armées allemandes rencontre ses homologues de Suisse et d'Autriche pour échanger des points de vue. Des réunions similaires sont organisées par les chefs des trois ministères de la défense.

Les trois pays coopèrent également dans le domaine de la défense aérienne et il existe des accords mutuels sur le soutien en matière de surveillance aérienne. Par exemple, les données radar sont échangées et les grands événements tels que le Forum économique mondial sont sécurisés conjointement.  M. Zorn a déclaré que cette coopération pourrait être élargie pour inclure des rotations d'alerte communes. "La question est de savoir comment vous pourriez faire cela de manière bilatérale ou trilatérale", a déclaré le général. Toutefois, a-t-il ajouté, il s'agit également d'une question politique. "Mais étant donné le rôle conjoint et central que nous jouons, cela vaudrait la peine d'y réfléchir."

Si les forces aériennes des trois pays voisins devaient étendre leur coopération, l'utilisation des mêmes types d'avions apporterait probablement des avantages. Actuellement, l'armée suisse utilise toujours le F/A-18 Hornet américain, mais prévoit de remplacer cet avion au cours de la décennie à venir. Une décision sur le fournisseur que la Suisse choisira pour son "nouvel avion de combat" (NKF) est attendue l'année prochaine.

Hormis la société française Dassault avec son avion de chasse Rafale, la seule autre société européenne dans la compétition internationale pour le NKF est Airbus.  Le 19 novembre, les quatre soumissionnaires restants - y compris Boeing avec le F/A-18 Super Hornet et Lockheed Martin avec le F-35 - avaient soumis leurs offres au service d'achat suisse armasuisse.

Comme cela a été annoncé lors d'une conférence de presse sur les Eurofighter tenue peu après l'échéance à l'ambassade d'Allemagne à Berne, Airbus a soumis une offre pour la livraison d'un total de 40 Eurofighter, y compris la logistique et l'armement, qui s'inscrit dans le budget de 6 milliards de francs suisses fixé par la Suisse.

Afin de respecter les engagements de compensation requis, Airbus a l'intention d'effectuer l'assemblage final des Eurofighters en Suisse. Cela permettrait de conserver le savoir-faire et les données associées en Suisse, a déclaré Franz Posch, le directeur d'Airbus Defence and Space Switzerland. Il a souligné que l'Eurofighter était spécifiquement conçu pour le combat aérien ainsi que pour l'interception des avions - apparemment une exigence importante pour la NKF. En outre, a-t-il dit, l'avion ne transmet aucune information. La souveraineté de la Suisse en matière de données est ainsi assurée.

Selon les rapports, cependant, seules une trentaine de machines doivent être assemblées dans la Confédération suisse. Le reste proviendrait alors de la chaîne de production allemande. En effet, Airbus propose à la Suisse la même variante de l'avion que la Bundeswehr achète en 38 unités dans le cadre de la nouvelle tranche 4. Ce "Quadriga Eurofighter" sera notamment équipé d'un radar moderne AESA. Selon les médias, Lockheed Martin a également proposé l'assemblage final du F-35 en Suisse - mais limité à quatre avions seulement.

"L'Eurofighter n'est pas seulement un sujet * pour les militaires", a souligné l'ambassadeur allemand en Suisse, Michael Flügger, lors de la conférence de presse à Berne. Il a ajouté que l'Allemagne faisait également des offres de coopération à son pays voisin dans d'autres domaines, tels que l'énergie, la science, les transports, l'économie et les infrastructures.

Outre un représentant d'Airbus, les ambassadeurs d'Espagne, de Grande-Bretagne et d'Italie, qui sont accrédités en Suisse, étaient également présents à l'événement. Avec l'Allemagne, ils ont représenté les pays partenaires dans le développement et la production de l'Eurofighter. Les quatre ambassadeurs ont proposé à la Suisse une coopération élargie pour l'éducation et la formation de ses pilotes de chasse et ont souligné que leurs gouvernements étaient unis derrière l'offre d'Airbus.

https://www.hartpunkt.de/deutscher-generalinspekteur-sieht-potenzial-fuer-mehr-kooperation/#more-6178

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

* NDLT : La traduction automatique proposait "problème" en lieu et place de "Thema" :laugh:

 

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Suisse-alémanique pèse lourd dans la politique suisse. Pourquoi pas, cette proposition ne laissera pas insensible à Berne. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Kiriyama a dit :

La Suisse-alémanique pèse lourd dans la politique suisse. Pourquoi pas, cette proposition ne laissera pas insensible à Berne. 

L'inspecteur général allemand fait très consciencieusement son travail,

est-ce que ça fait bander les suisses ?

Edited by capmat
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 22 heures, Skw a dit :

Quelques éléments concernant l'offre allemande pour l'Eurofighter

L'inspecteur général allemand voit un potentiel de coopération accrue

Dans une interview publiée il y a quelques jours dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), l'inspecteur général des forces armées allemandes, le général Eberhard Zorn, salue la coopération des trois pays voisins, l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, en matière de défense et évoque l'expansion de la surveillance commune de l'espace aérien.

Ce qui est amusant, c'est de constater que l'Autriche fait partie des partenaires mentionnés pour cette coopération tripartite. Mais avec quoi vont coopérer les Autrichiens s'ils ne veulent plus les Eurofighter?

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, FAFA a dit :

Dans une interview publiée il y a quelques jours dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), l'inspecteur général des forces armées allemandes, le général Eberhard Zorn, salue la coopération des trois pays voisins, l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, en matière de défense et évoque l'expansion de la surveillance commune de l'espace aérien.

Ce qui est amusant, c'est de constater que l'Autriche fait partie des partenaires mentionnés pour cette coopération tripartite. Mais avec quoi vont coopérer les Autrichiens s'ils ne veulent plus les Eurofighter?

J'imagine que n'importe quel avion capable de faire de la police du ciel fera l'affaire. En faisant cette proposition, on vend côté allemand l'idée que la synergie puisse également se faire au niveau des équipements. Mais, dans l'absolu, est-ce qu'un F-18 ou un Rafale côté suisse empêcherait cette surveillance commune ?

Edited by Skw
  • Like 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Skw a dit :

J'imagine que n'importe quel avion capable de faire de la police du ciel fera l'affaire. En faisant cette proposition, on vend côté allemand l'idée que la synergie puisse également se faire au niveau des équipements. Mais, dans l'absolu, est-ce qu'un F-18 ou un Rafale côté suisse empêcherait cette surveillance commune ?

Je pense également que tant le F-18 que le Rafale seraient parfaitement adaptés à cette surveillance commune.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,548
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Drul
    Newest Member
    Drul
    Joined
  • Forum Statistics

    21,028
    Total Topics
    1,362,215
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries