Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 09/15/2021 in all areas

  1. Mais on ne souhaite pas en savoir plus, on en sait déjà assez, si on a parlé de simulateur c'est pour dénoncer la malhonnêteté de l'approche pas pour les qualités ou les défauts du simulateur. Et puis c'est fatigant la façon dont les fanboys du F-35 présentent des fonctions que tous le monde réalise comme exceptionnelles et spécifiques au F-35. Par exemple la fusion de données qui pourtant marche bien mieux sur le Rafale que sur le F-35 où elle n'est pas encore au point (une grande partie des 800 anomalies non encore corrigées).
    12 points
  2. c'est écœurant à plus d'un titre : 1 - les Australiens ne sont pas dignes de confiance car visiblement ils étaient sur 2 contrats à la fois , signant l'un tout en continuant à en négocier un autre et sans rate laisse tomber le contrat signé. Valeur de la signature australienne : Zero ; et dire que ça veut une base française en Australie ! c'est très irrespectueux ! 2 - les USA nous re-font le coup du contrat Suisse - pire même puisqu'ils nous piquent un contrat officiellement signé - Dans un même temps ils ne sont pas capables d'informer leurs alliés des retraits de leurs troupes, laissant leurs alliés dans la mouise, leur forfait accompli - on attendrait plus de loyauté de la part d'un dit-allié. Il y avait un précédant en Syrie. (les agissement en Ukraine pour pousser pousser l'Europe a se mettre a dos la Russie relèvent de la même sournoiserie). 3 - certains concurrents notamment en Europe n'acceptent pas leur défaite et ont continué à jouer contre la France pour faire capoter un contrat. De tels agissement méritent une mise au point au niveau politique envers les-dits partenaires mais pas uniquement dans un salon feutré. Bref il y a des mises au point à faire avec les différents interlocuteurs et pas qu'"à la marge" - on ne peut pas se lancer dans des partenariats (SCAF, chars ...) - il vaut mieux en effet être seul que mal accompagné plutot qu'avec des gens qui font capoter des affaires; - être dans des alliances (OTAN) ou des partenariat stratégiques avec ceux qui nous prennent pour des imbéciles à longueur d'années et n'apportent que très peu à notre pays voire le laisse souvent se démerder seul ou peu s'en faut. il faut arrêter de faire comme si et d'accepter sans broncher de tels comportement que l'on peut considérer comme hostiles à nos intérêts et savoir reconnaitre nos vrais amis tout au moins ceux qui nous respectent et respectent leurs engagements (Grèce, Croatie, Estonie, Tchéquie en Europe) et d'autre dans le Monde (Inde, Egypte, EAU) ...
    10 points
  3. Tu as totalement raison (on pouvait évidement fournir une version nucléaire basée sur le design du Suffren qui est maintenant "sea proven"). Après, il faut prendre en considération que l'Australie voulait depuis toujours avoir un système interopérable avec les US. La seule raison pour laquelle cela n'a pas été fait dès le début en bilatéral avec les US, c'est ces derniers n'avaient pas de sous-marin diesel en catalogue. D'où l'appel d'offre et la solution finalement retenue (un sous-marin français avec un système d'arme américain imposé dans l'appel d'offre). Maintenant que la décision bascule vers du nucléaire, cela rebat totalement les cartes. Il faut garder en tête aussi que la techno nucléaire ne peut facilement se transmettre compte-tenu des accords internationaux de non prolifération donc celui qui fournira le réacteur devra sans doute continuer à la "contrôler" d'une manière ou d'une autre. On va voir quel montage juridique est utilisé (location-vente ?) et quel est l'impact opérationnel (embarquement d'officiers nuk US à bord des bâtiments australiens ?). Il faut aussi que quelqu'un s'occupe des flux de combustibles nucléaire pour garantir que l'Australie ne va se faire une bombe atomique en douce (peut-être les UK d'après l'article ?). Bref, c'est une intégration très forte avec la Navy US dont on parle, pas d'un simple accord de vente d'armes. ... ce qui n'empêchera pas j'imagine les autorités françaises d'être énervés que ce genre de coup de poignard dans le dos soit dévoilé après des mois de négociations dures sur le contrat signé et après les belles paroles sur la coopération militaire renforcée de ces dernières semaines. Et ce qui n'empêchera pas les citoyens australiens de pleurer en voyant la facture car 12 sous-marins de type Virginia, ça va coûter une super-blinde, beaucoup plus que les sous-marins diesel qui semblaient pourtant trop chers déjà...
    8 points
  4. Put... je suis sur le cul , rompre le contrat comme ça... là pour le coup , après un tel numéro de salo..,ça mérite une grosse de nez dans la tête des australiens une déclaration du mindef, expliquant que dans un contexte international difficile, la France a besoin de tester ses détonateurs nucléaires et se voit contrainte et chagrinée d’envisager la réouverture du centre d’essais du pacifique
    7 points
  5. ca fait penser au contrat F35/Rafale Suisse.. on annonce le Rafale mais ....la main de Biden et c'est un américain qui sort du chapeau sur une argumentation bancale. Incapable de vaincre un ennemi, les US sont forts pour entourlouper leurs alliés. Enfin on verra ....
    6 points
  6. En gros, l'australie devient une puissance nucleaire. Merci le traité de non prolifération. On va faire un deal avec l'iran alors, après tout, plaçons aussi des centrales non? Et refiler la 12 aine de subs à l'inde, en mode nuc et non diesel.
    5 points
  7. Ce qui serait fort c'est que les anglo-saxons aurait donc réussi avec l'argument nucléaire a annulé un contrat signé avec les français pour le remplacer par un contrat de gré-à-gré sans appel d'offre ni concurrence. Comme si on ne pouvait pas fournir la chaufferie nucléaire des sous-marins qu'ils ont acheter dans une version spécifique sans celle-ci sur leur demande express ...
    5 points
  8. Des questions tellement intéressantes qu'on ne se les poserait absolument pas avec un programme national englobant la totalité de ces problématiques... Non mais sérieux les TURCS y arrivent! à faire des tondeuses à gazon volantes à coups de composants COTS et des missiles nationaux à la pelle à pas cher... Ici on va attendre 2028 pour avoir le MAST-F et dieu sait combien de temps encore pour que ce soit intégré à ce mouton à 5 pattes volant. Et pendant ce temps on a des choses en stock comme Acculeus ou BAT120LG qui sont sortables rapidement à coûts maîtrisé, mais, "non", ça veut pas. C'est juste une affaire de volonté franchement.
    5 points
  9. Ca c'est de la prise de guerre !!!
    5 points
  10. Alors faut bien comprendre que cette vidéo n'est pas toute jeune, à une époque ou DA livrait 1 avion par mois. Donc les moyens n'étaient pas les même que maintenant. La peinture notamment que l'on voit, jaune, n'est plus appliquée. Je n'ai pas connu trop cette époque, et la peinture n'est pas trop mon truc. Par contre si je devais donner mon avis, ça se situe à la démarcation des panneaux réservoir extrados. Alors s'ils appliquaient quelques chose pour retarder une potentielle fuite, ça m'étonnerait qu'a moitié. En revanche tout l'avion est totalement peint, aucune réserve. Par contre y'a de la peinture SER etc. Pour les dents de requin, elles sont faites à la main, c'est fait avec une sorte de résine/mastic assez spéciale. Donc c'est surement une opération de retouche après peinture pour avoir un beau résultat, a mon avis :)
    4 points
  11. Ce contrat sentait le roussi depuis un bail, je visionne et navigue beaucoup dans les sphères anglo-saxonnes et le discours était que le matériel français est mauvais et trop cher, c’est soit anglo-saxon, soit allemand car beaucoup de whermarchtboos/closet nazis, ces gens nous méprissent à un tel point ! Faut arrêter de considérer les détestables et fourbes anglo-saxons et germaniques comme des clients, encore moins en tant qu'alliés et abandonner tous ces marchés de merde des Five Eyes et NORAD. Canada, Australie, Nouvelle Zélande, R.U etc. Ce ne sont que des vulgaires auxiliaires des USA point barre. Nos commerciaux d'armement sont quand même naïfs, pour moi s’était évident dès que le Canada passait son appel d’offres Close Combat Vehicle (CCV) à la trappe en 2013 alors que le VBCI de Nexter était en tête, ça aurait dû servir de sonnette d’alarme à Naval Group, puis qu’il fallait laisser tomber, on sert de lièvre a chaque fois. Pour le reste, je désire le pire à l’Australie après un tel camouflet et l’hypocrisie de leurs petites frappes médiatiques disant que s'était trop cher et que les Français les escroquaient, je vais bien rigoler en matant leur gymnastique mentale et rhétorique pour justifier des Virginia qui coûteront le double et ne se seront pas souverains. Combien de physiciens nucléaires et ingénieurs en Australie ? N’ont même pas une centrale, voir de réacteurs d’essais, la blague. Quand tu vois que l’Inde, une jeune puissance nucléaire galère déjà avec l’Akula en lease. Bref ces futurs sous-marins seront de fait des SSN de l'USN avec pavillon australien et qu’une partie d'équipage australien. Et les USA, qu’ils se démerdent tout seuls contre la Chine, on ne bouge pas un petit doigt et on observe puis comme eux ont rejoint le camp en train de gagner 2 ans avant la fin de la guerre, et on débarque pour prendre tout la gloire à leur insu. Comme dit le code d’Hammourabi, œil pour œil, dent pour dent, il est au Louvre que Pommelet passe le visiter pour bien s’inspirer. Faudra faire payer une somme colossale pour rupture à l’Australie. Ensuite investir ces réparations et indemnité colossales, qu’ils doivent payer coûte que coûte diplomatiquement, dans tout le savoir-faire que l’on à acquis ces 5 dernières années en bossant sur ce programme. bref, on reprend le design des Attacks et on essaye de les vendre à l’Inde, l’Indonésie, et ainsi offrir le Scorpène en moyenne gamme pour des pays plus modestes (Philippines, Maroc) et ce nouveau design océanique en haut de gamme pour les puissances régionales. Bon après la Suisse, maintenant les kangourous et bientôt le Finlande ou le F35 VA LE REMPORTER coûte que coûte, ça me gonfle! Que tout le complexe militaro industriel et la classe politique française se réveille bordel. Je l’avais bien dit, la réélection de Biden est un désastre pour nos ventes export d’armement, Trump était de pain béni, un second mandat aurait été le jackpot. La seule chose que je peux espérer c’est une seconde guerre civile aux USA qui nous fera tant de bien, vive la mauvaise joie. Et pour le SCAF et toutes ces merdes de programmes en coopération avec les détestables germaniques et scandinaves faut arrêter le cirque et passer à 100% Franco-Français. Naval Group va très mal avec cette perte, puis on risque de perde l’appel d’offre des frégates FDI en Grèce si les USA font a nouveau du forcing et là ça sera vraiment la merde. Donc oui, coûte que coûte, faut tirer un maximum de fric en indemnités de rupture de contrat
    4 points
  12. L'acquisition de nouveaux sous-marins de classe Attack devait se faire dans le cadre d'un plan de programmation naval (Naval Shipbuilding Plan) institué en 2016 qui est toujours d'actualité. Le plan d'acquisition et de développement repose sur un budget de 90A$ milliard, dont la classe Attack de 12 coques devait représenter pas moins de 50A$ milliard, le reste dépensé pour les 12 OPV classe Arafura (3A$ milliard) et 8-9 frégates classe Hunter (35A$ milliard). Si la classe Attack a propulsion conventionnelle de NG tombe a l'eau au profit de 12 sous-marins nucléaires, alors les australiens vont devoir revoir le Naval Shipbuilding Plan dans son entièreté pour appréhender cette explosion de couts : ->50A$ milliard pour l'acquisition de 12 sous-marins Shortfin Barracuda de chez NG en incluant un transfert de tech, les couts de design, la conception et l'intégration du système de combat, l'investissement technologique, la fourniture du soutien logistique initial, ainsi que la conception et le développement du chantier de construction de sous-marins et d'autres infrastructures, la marge de profit etc... ->55.2A$ milliard pour l'acquisition de 12 sous-marins Virginia (4,6A$ milliard) américains sans ne rien prendre ne compte : a additionner donc l'évidente la marge de profit, les frais d'utilisations qui doivent exploser a cause du caractère nucléaire de l'engin... il est difficile de voir l'option nucléaire arriver à moins de 100 milliards de dollars. Et je ne parle même pas du fait que l'Australie est dans la totale impossibilité de maintenir de tels navires, devant donc dépendre de l'infrastructure US offshore. C'est littéralement pour éviter ce genre de situation que la marine australienne a commencer a produire ses propres sous-marins classe Collins, car ayant expérimenter l'explosion des couts de maintenance avec la classe Oberon dont la logistique et maintenance se trouver... au Canada ! Il est possible de discuter en profondeur ces estimations- c'est au cœur de l'art et de la science économique - mais dans l'ensemble, il est difficile de voir comment 12, voir 6 Virginias pourraient coûter moins que 12 Shortfin Barracudas. Maintenant, le coût n'est pas la même chose que la valeur...
    4 points
  13. Je ne sais pas quelles sont les règles de succession, mais dans les Ifoghas, cela ressemble très fortement à une dynastie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_chefs_touaregs_de_l'Adrar_des_Ifoghas Vers 1880-1908 : Illi 1908-1912 : Safikhun (petit-fils du précédent) 1912-1913 : Mohammed wan Ferzu 1913-1914 : Attaher ag Illi 1914-1915 : Elfakri ag Illi (frère ainé du précédent) 1915-1962 : Attaher ag Illi (fils d'Illi) 1962-2014 : Intalla Ag Attaher (fils du précédent) 2014- : Mohamed Ag Intalla (fils du précédent)
    4 points
  14. Là où c'est de mauvaise foi, c'est que ces programmes ne sont pas en fait français mais des coopération européennes. En qu'en fait, les français eux-mêmes se plaignent de ces coopérations qui ne donnent pas toujours les résultats escomptés ou alors avec beaucoup de retards, de surcouts, de difficultés et de négociations sans fin. Ce genre de chose n'augure rien de bon pour le SCAF qui risque de souffrir beaucoup à l'export quand les partenaires s'entredéchireront et que les anglo-saxons mettront tout sur le dos de ces "maudits français".
    4 points
  15. Et c'est foutrement facile ! Du zinc !! Revêtement 100% Zinc sur une armature de bois laqué.
    4 points
  16. C'est surtout que ça aboutirait à la désintégration d'états déjà branlant, dont l'onde de choc attendrait l'Europe. C'est d'ailleurs la seul vrai raison de la persistance de la France et de ses armées au Mali : éviter un état failli. Paris ne peut pas agir comme l'a fait Washington en quittant l'Afghanistan et s'en laver les mains - C'est l'avantage de vivre entre deux océans... Problème : Même si cette présence est stabilisatrice à court terme, l'effet secondaire de cette présence est de déresponsabiliser les pouvoirs en place qui se savent couvert et infine aggravent le problème à long terme. Il y a aussi le fait de ne pas prendre parti pour des raisons d'équité et éviter les persécutions. Le problème de cette posture d'interposition comme l'ont enseigné les opération du même genre aux Balkan et ailleurs, c'est que ça focalise l'hostilité de tout le monde sans satisfaire personne. Bref il n'y a que des coups à prendre. à coté les Russes qui n'ont pas ses scrupules, s'appuient clairement sur un camp au plus grand plaisir de leur fanbase.
    4 points
  17. Haine anti-française et arrimage habituel aux Etats-Unis. Mais bon. Trop bons, trop cons. Laissons les aux Chinois.
    4 points
  18. Ce serait sur le fond plus que logique de passer au nucléaire. Mais on se demande bien pourquoi avoir lancé un appel d'offres sur des solutions de propulsion non nucléaires. J'ai comme l'impression que certains décideurs politiques australiens se sont confrontés au mur de la réalité... ou qu'ils estiment que la population est davantage prête à accepter une propulsion nucléaire.
    4 points
  19. C'est dans les médias grand public https://www.news.com.au/world/north-america/federal-ministers-fly-to-canberra-amid-big-us-australia-news-announcement/news-story/72b68a5756b0acb81845137c8157951b Scott Morrison devrait faire une annonce majeure sur l'avenir du programme de sous-marins jeudi, alors que l'on spécule sur le fait que l'Australie pourrait "passer au nucléaire" avec des sous-marins à propulsion nucléaire loués ou achetés aux États-Unis. Le président américain Joe Biden doit faire une annonce importante à 7 heures AEST. Les ministres de premier plan se sont empressés de rentrer à Canberra mercredi soir pour des réunions sur la sécurité nationale avant cette annonce majeure. Des sources diplomatiques et de défense suggèrent que cela pourrait impliquer l'exploitation de sous-marins américains à partir du HMAS Stirling de Perth. Mais il y a également des spéculations selon lesquelles le gouvernement britannique pourrait être impliqué pour aider l'Australie à obtenir la technologie nécessaire à l'entretien des sous-marins nucléaires.
    4 points
  20. Et enfin roulement de tambours, le meilleur pour la fin, Mérignac et l'assemblage: La régularité avec laquelle le youtubeur responsable de cette chaîne upload des vidéos corporate me laisse penser que c'est peut-être un employé de Dassault avec un accès aux archives. Parce que non seulement il a plein de choses, mais en plus il les met en ligne avec une certaine logique temporelle ou chronologique. edit: J'invoque @Jarod pour une question de fanboy: Dans la vidéo ci-dessus on voit l'atelier peinture. Sais-tu ce que sont les rayures noires apperçues sur la cellule? J'imagine que les peintres ont autre chose à faire que de déguiser un Rafale en félinidé quelconque, donc de quoi s'agit-il? Des délimitations de zones à ne pas peindre du fait de la présence de trappes ou d'autres éléments? (si je compare avec une photo de l'extrados du Rafale il parait plausible que certaines parties doivent rester hors-peinture) re-edit: Et autre mystère, une action relative aux "dents de scie" sur la cellule! Je ne sais pas avec quoi travaille le compagnon, si c'est un pinceau ou un stylet de découpe, mais apparemment les dents de scie en question sont délimitées ou détourées à la main: A priori il s'agit ici de l'arrière du fuselage, entre les fuseaux moteurs, si j'en juge par le symbole à droite de l'image (représentant un point de levage peut-être?) que l'on retrouve ici, sous la crosse de ce Rafale, entre les deux parties noires.
    4 points
  21. Pour revenir au Mali, nous dépensons un argent fou (et du sang!) pour offrir à des intérêts économiques qui ne sont pas les nôtres, parfois même montés contre nous (suivez mon regard) une ombrelle de sécurité. Il faudrait à tout le moins que cet investissement de l'état français (nos impôts, notre sang !) soit payé de retour pour notre économie et notre industrie !
    4 points
  22. Dirigée par une junte liée à Moscou qui s'en met plein les fouilles avec trolls et risques islamistes. "schéma complet".
    4 points
  23. Pour avoir traité de nombreux dossiers de transfert de fabrication dans ma vie professionnelle, la notion de "fabriqué" est très relative surtout pour des matériels complexes comme des VCI. Ne pas confondre "assemblé" et "fabriqué". La différence est ce qu'on appelle la valeur ajoutée locale. On gagne plus d'argent et on fait travailler plus de monde en fabricant les composants et les équipements d'un système qu'en l'assemblant. Dans le cas précis du CV90, la plateforme nue peut venir de Suède et tout le reste en particulier la tourelle et les équipements de mission venir de UK. Le modèle économique sera performant. Une chaîne d'assemblage sur le territoire national ne trompe que les politiques qui s'empressent de dire que le matériel est "fabriqué" dans le pays.
    4 points
  24. La réalité est plus compliquée que ça. Par exemple, c'est bien gentil d'avoir beaucoup de moyens disponibles, mais ça encourage aussi la gabégie. Après tout, s'il faut un milliard de brouzoufs pour concevoir un nouvel avion, et qu'on a vingt milliards de brouzoufs à dépenser, et bien on peut très bien décider de mettre discrètement quinze milliards de brouzoufs de ce budget dans les poches des grands actionnaires de Leculde-Martine histoire qu'ils puissent s'acheter les yachts géants avec piscine à vague dont ils rêvaient depuis longtemps, et il reste largement assez pour l'avion, n'est-ce pas ? Autre chose, tout projet multinational est condamné à multiplier les dépenses en variantes superflues, parce que tel pays voudra utiliser son canon à lui, tel autre voudra utiliser son radar à lui, et caetera. Résultat, les économies d'échelle partent à la poubelle et les frais de recherche et développement explose parce qu'au lieu de concevoir un avion, on en conçoit plusieurs, même si basé sur une architecture à peu près commune. Il n'y a qu'à voir la triste histoire du NH90. Donc au final, on arrive au résultat contre-intuitif qu'en fait, avoir moins de moyen peut permettre un meilleur résultat. Après, il ne faut pas non plus exagérer -- il faut quand même beaucoup de moyens, et c'est pas avec le budget du Lésotho qu'on arrivera à faire un avion de haut niveau. Donc il y a des seuils à atteindre, mais les dépasser largement ne donne pas forcément un meilleur résultat. J'ai pas regardé les chiffres à ce sujet, mais ça ne m'étonnerais pas que le KC-46A ait coûté plus cher à développer que l'Airbus A330 MRTT. Et ce malgré l'expérience accumulée de Boeing en matière de ravitailleurs.
    4 points
  25. Bon j'ai pas trop su où le mettre celui-là, mais c'est un court métrage SF - une vingtaines de minutes quand même - des studio Oats fondé par Neil Blomkamp, le réalisateur de District 9 et d'Elysium pour l'aider à tester des idées et savoir s'il faut les pousser plus loin. Je trouve que c'est assez époustouflant - âmes sensibles s'abstenir : les ET sont là pour génocider et ils font un sort aux parisiens que d'aucuns diraient bien mérité, mais je digresse ... - et cerise sur le gâteau Sigourney Weaver est de la partie ! Une démonstration qu'il n'y a pas besoin d'un studio géant pour faire de la qualité - ça semble même être contre productif...
    4 points
  26. Tout arrive, elle flotte! Elle a une bonne gueule cette vedette.
    4 points
  27. Son marché intérieur, surtout si on compte que par incompétence il a du le partager avec les F-16, F-35 et bientôt F-18...
    3 points
  28. On ne peut être respecté sans être craint, et depuis 20 ans ont à des bisnounours lâches aux manettes. Faut casser des gueules pour remettre les choses net et que l'on commence à être craints à nouveau. Merkel respecte Erdrogan et Putin plus que nous car c’est comme ça que marche le cerveau des homos sapiens. Quand des Allemands, Canadiens de Vancouver ou des Suisses me prennent de haut je les recadre sec, rien à foutre du politiquement correct ou les bonnes manières sociales. Quand je vois que l’on n’a pas célébré en grand pompe, mais en douce les 800 ans de la bataille de Bouvines en 2014 au nom de l’amitié franco-allemande pour ne pas vexer des esprits (qui nous méprissent déjà de toute façon) on voit bien la mentalité de mauviette de nos « élites ». Chaque fois on se prend des gifles sans riposter publiquement, donc on nous prend justement pour des mauviettes.
    3 points
  29. je crois que depuis une grosse dizaines d'années certains prennent l'habitude de ne plus respecter la France pourtant puissance nucléaire. - je parle de nos alliés ou soit-disants partenaires. La faute je pense à un certain laxisme de notre pays ou de notre classe politique qui préfère ne pas faire d'esclandre et régler les affaires (si tant est qu'elle soient réglées) dans le silence des salons, voire pire ne pas mettre les chose au point et laisser faire quitte a se faire rouler à nouveau dans la farine. Il faut se remettre en mémoire le ministre belge qui s'assoit sur une proposition de Dassault sans même l'ouvrir, Eurocopter qui se fait jeter de Pologne, le Scaf soumis au boundestag et autres turpides allemandes, le char Franco-Allemand où ces dernier imposent Rheinmetall, les commandes de P8 Orion aux USA ou encore l'Allemagne qui au mépris des accords avec la France passe une commande à OHB System pour la réalisation de deux satellites d'observation optique, Naval Group berné par Navantia, la compétition Suisse pipée par Bernie, ... bref ca devient une habitude .... il faudrait changer de comportement si on veut être considéré et mette des conditions à notre loyauté envers une certaine alliance ou la quitter. Le respect ca se mérite et on fait peu au final .... "trop bon trop con" .. après voila le résultat.. mais il y aura d'autres déconvenues
    3 points
  30. Parce que c'est un ordre forcé. L'intangibilité des frontières issues de la colonisation a été le grand deal de base qui a permis une décolonisation de l'Afrique en plus ou moins bon ordre. Après ça vaut ce que ça vaut, mais c'est probablement mieux que plusieurs dizaines de génocides rwandais aux quatre coins de l'Afrique.
    3 points
  31. Une société où la "démocratie" est géré par les chefs des familles nobles, cela s'appelle une oligarchie. Ou comment couvrir un mensonge en utilisant des guillemets ...
    3 points
  32. Je viens de découvrir une thèse qui démontre que cette affirmation est très relative ... J'ai lu un article à propos de cette thèse Auteur : Camille Lefebvre Ouvrage / Thèse : "Des pays au crépuscule. Le moment de l'occupation coloniale ( Sahara Sahel )" https://imaf.cnrs.fr/spip.php?article94 En gros, si je peux me permettre: les colonisateurs étaient peu nombreux, et partaient, comme tout un chacun avec des a-priori. Par exemple : qu'il suffisait de localiser le chef d'un territoire - exemple Agadez et alentours - et de l'inféoder, le soumettre par soumettre toute la population - là des Touaregs - Or, le chef est bien malin, et il envoie un représentant qui n'est autre qu'un "fonctionnaire" de ce chef, un esclave en l'occurence... Croyant négocier avec le chef, le colonisateur n'a affaire qu'à un esclave sans représentativité ... Ce colonisateur se fera avoir 2 fois. Jusqu'à obtenir un traité signé. Or ce territoire est plus "démocratique" que le colonisateur le croit. Le chef n'est qu'un arbitre entre tribus touaregs, et peut être révoqué à tout moment si ces tribus sont mécontentes de lui ! De plus les "fonctionnaires" sont volontairement des esclaves plutôt que des membres nobles des tribus: pour éviter les influences trop fortes, d'un commun accord entre tribus ! Le colonisateur met X temps pour comprendre ! Et après 100 ans on a encore des préjugés sur les sociétés autochtones ... Amadou Hampaté BA ( wikipedia ) d'une famille noble du Mali, né fin 19-ème / Début 20-ème avant d'être fonctionnaire noir-blanc de l'AOF, puis écrivain des traditions africaines, collaborateur de Théodore MONOT : il montrait bien à travers ses ouvrages le côté "démocratique" des sociétés africaines qu'on jugeait arriérées ! A Méditer
    3 points
  33. Vue sur naval today hier que les australiens aurait signé avec l'américain Lockheed Martin le contrat pour le systeme de combat des sous marins mais ça c'etait prévu depuis le départ. Et un article de Challenges que je vous copie : Le Premier ministre australien Scott Morrison a fixé un ultimatum à Naval Group: il veut boucler courant septembre le financement de la prochaine phase du programme, dite Core Work Scope 2 (CWS2), en résumé des travaux de design prévus de fin 2021 à fin 2023. "Contrairement à ce que l'on croit souvent, ce n'est pas un contrat définitif qui a été signé avec l'Australie, mais un partenariat stratégique, déclare un proche des négociations. En clair, les deux parties doivent négocier tous les deux ans la phase suivante du programme." Naval Group n'a désormais plus guère de marge: le calendrier du projet prévoit le début de construction du premier Attack en 2024, pour une entrée en service au milieu de la décennie 2030. L'échéance de septembre est-elle tenable? Le PDG de Naval Group Pierre-Eric Pommellet n'a pas ménagé ses efforts pour remettre le contrat sur les rails. Arrivé en mars 2020 à la tête du groupe, "PEP" - le surnom du pacha - a envoyé plusieurs signaux forts ces derniers mois. En février, il s'était envolé vers une Australie en plein confinement, passant deux semaines en quarantaine (une sur place et une autre à son retour en France) pour rencontrer quatre ministres à Canberra. Pommellet y avait signé l'engagement du groupe de dépenser 60% du montant du contrat en Australie, et confirmé la création de 1.700 emplois sur place d'ici à 2028. Depuis, le big boss a fait le ménage dans les équipes, écartant notamment le directeur du programme Attack Jean-Michel Billig, dont la Défense australienne réclamait la tête, remplacé par le Franco-Australien Lilian Braylé. Chantier naval géant Le chantier naval géant qui assemblera les 12 sous-marins à partir de 2023 avance aussi à grande vitesse. Dans la poussière d'Osborne, près d'Adélaïde, des cathédrales de verre et de métal sont en train de sortir de terre, dont un hall gigantesque de 350 mètres de longueur sur 80 mètres de largeur. "Ce sera le meilleur chantier de sous-marins du monde", assurait PEP en février. Le groupe français calibre désormais sa nouvelle offre financière pour la suite des travaux de conception, une première proposition ayant été refusée au printemps. "Les Australiens sont très investis, on est assez optimistes", assure une source proche. Pour autant, le terrain australien reste miné. "Contrairement à la France, où la défense fait l'objet d'un consensus relatif, les contrats militaires sont un sujet de polémique majeur en Australie, déclare Joël Branchut, ancien directeur de Naval Group en Australie. Le contrat Attack étant le plus gros et le plus emblématique, il est particulièrement exposé." Autre facteur de complexité: pour la première fois dans un contrat d'exportation, Naval Group ne conçoit pas le système de combat, c'est-à-dire l'intelligence embarquée du sous-marin, confiée à l'américain Lockheed Martin. C'est donc bien un contrat à trois que Naval Group doit gérer, avec son client australien et son partenaire américain. Difficulté supplémentaire: les ventes récentes d'équipements militaires français en Australie n'ont pas laissé que des bons souvenirs. Déçue par les performances et les coûts d'exploitation de l'hélicoptère d'attaque franco-allemand Tigre, livré entre 2004 et 2011, l'Australie vient de décider de les remplacer par des Apache américains. "Quasiment toutes les acquisitions de matériel français ces vingt dernières années ont oscillé entre le décevant et le désastreux, assène Marcus Hellyer, spécialiste de la défense au think tank ASPI (Australian Strategy Policy Institute). L'hélicoptère NH-90 est un désastre total, le Tigre est à peu près aussi mauvais. Combien de désastres faudra-t-il avant que nous arrêtions de prendre du matériel français?" La presse australienne n'est pas plus tendre avec le programme, annonçant régulièrement son explosion. out n'est pas à jeter dans ce réquisitoire. Depuis le lancement du projet, le calendrier a glissé, avec un début de construction du premier submersible passé de 2022-2023 à 2024, et une première livraison décalée de 2032 à 2034. Mais une bonne partie des attaques contre le contrat oscille entre mauvaise foi, calculs biaisés et pures fake news . Les dérapages de calendrier? Si Naval Group a sa part de responsabilité, ils tiennent beaucoup à la gestion du programme par la Défense australienne. "Le contre-amiral Gregory Sammut, chargé du programme au ministère, ne dispose pas d'un organisme habitué à gérer les projets de cette taille, comme la Direction générale de l'armement en France, explique un initié. Il dépend de consultants extérieurs, notamment américains, payés à l'heure. Le reporting est délirant: quand on répond à 500 questions, ils en envoient 400 autres." Les industriels français, champions des retards et surcoûts? Les programmes militaires récents en Australie racontent une autre histoire. Le programme de frégates Hunter, attribué en 2018 au britannique BAE, affiche déjà dix-huit mois de retard et 10 milliards de surcoûts, sans que la presse ne s'en soit émue. Les destroyers de classe Hobart, construits sur un design de l'espagnol Navantia, ont également cumulé retards et dépassements de budget. Quant aux chasseurs F-35 commandés à l'incontournable allié américain, ils ont été livrés avec dix ans de retard, obligeant l'Australie à une ruineuse commande de F-18 (9 milliards de dollars) pour combler le trou capacitaire. Le surcoût de 40 milliards de dollars sur le programme Attack relève quant à lui du pur fantasme. Son coût estimé, 50 milliards de dollars australiens, n'a pas varié depuis son lancement en 2016. Les 90 milliards de dollars évoqués par les médias et des membres de l'opposition sont la traduction de ce montant en dollars courants, comprenant l'inflation et les variations de change, et en aucun cas le reflet de l'explosion des coûts. Quant aux plans alternatifs avancés par la presse et certains élus, ces derniers ont bien du mal à en définir les contours. "Pas de plan B pour un sous-marin de cette taille" Et pour cause: "Il n'y a pas de plan B pour le développement d'un nouveau sous-marin de cette taille", résume Marcus Hellyer, du think tank ASPI. Le ministère de la Défense a dit au Sénat qu'il n'avait pas de contact avec ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) ou Saab, et qu'il n'explore pas d'options impliquant d'autres sous-marins." Une annulation du programme Attack reste possible, mais elle signifierait une dégradation des ambitions navales australiennes face à la menace chinoise. Il faudrait alors commander des sous-marins "sur étagère" (déjà sur le marché), plus petits et moins performants que les Attack, qui sont des dérivés à propulsion conventionnelle des sous-marins nucléaires français Barracuda. Pourquoi la petite musique du plan B continue-t-elle alors de résonner? Le lobbying de la concurrence n'y est pas étranger. Le suédois Saab n'a pas renoncé à placer une version musclée de son Collins. Quant à l'allemand TKMS, il pousse son Type 214, déjà vendu à la Corée du Sud et à la Turquie. "Les Allemands n'ont plus d'illusions, mais les polémiques en Australie leur servent, sur d'autres marchés d'exportation, à faire passer le message que la France n'est pas un interlocuteur fiable." C'est notamment le cas aux Pays-Bas, où TKMS, Naval Group et Saab s'affrontent pour un contrat de quatre sous-marins (2,5 milliards d'euros).
    3 points
  34. Oui, ça sent l'accord de couloir. Un nouvel appel d'offres ou au moins une évaluation pour un sous-marin nucléaire aurait été de mise.
    3 points
  35. Ils ne parviendront jamais à faire mieux que nous. Déjà ils s'en foutent des maliens. Ensuite ils n'ont pas les mêmes objectifs. Et ils sont concurrents entre-eux. Y-compris idéologiquement. Ce seront massacres et laisser-faire en cascade. Seules les entreprises minières russes chinoises turques se feront des couilles en or, sans aucune retombée pour les locaux à part des distributions de babioles dans le cas de Pékin, de vieilles kalash dans le cas de Moscou, et... de djihadistes syriens dans le cas d'ankara. Mais apparemment les maliens ont besoin de ça pour comprendre que personne n'a vocation à régler LEURS problèmes à leur place. Et que l'alternative à la France qui essaie de bien faire, c'est de se faire dépecer par les autres. Et bien tant pis. Contrairement à certains faux humanistes mais vrais racistes qui s'ignorent, existant dans tout le spectre de notre paysage politique, je ne pense pas que les africains soient de pauvres petits idiots congénitalement incapables de comprendre quand quelqu'un se fout de leur gueule. Au contraire, je les pense bien assez rusés pour s'en rendre compte. Je pense donc qu'ils font exprès d'être cons. Et bien dans le monde réel, sans filtre, sans harnais de sécurité, la connerie, ça se paie cash. Oui, refouler les ressortissants de ces pays chez eux qui soient inféodés aux dynamiques des pays prétendant nous remplacer en Afrique. Ça vaut aussi pour les erdoganiens, poutiniens et jinpingiens de tous poils. À un moment il faut assumer ses alliances idéologiques. Dans tous les cas si ce retrait laisse un vide occupé par les pays en question, l'humiliation risque d'être terrible pour Macron et la France entière. Ça va rebattre plein de cartes. De plus, la seule chose qui se produira, c'est une partition du Mali. Et ça sera pas la faute des français, même si je suis absolument certain que ça criera le contraire dans les "médias" africains manipulés ainsi qu'à gauche chez nous, et dans la presse d'une certaine "droite". "En observant la France faire du vélo, l'Algérie invente la roue". Ok. Ça n'a rien de neuf, intégrer le MNLA ou lui donner des gages, on a déjà essayé. Sauf que jouer leur carte c'est entériner la partition du Mali... Au contraire ça simplifiera. Le gouvernement malien sera complice et on pourra taper dessus. Les MdCN seront parfait pour ça. Si d'autres peuvent se permettre des "regime change", pourquoi pas nous? Et si les russes les chinois ou les turcs ne sont pas d'accord, ils seront de facto complices du terrorisme islamiste qui aura frappé chez nous. Mauvais pour l'image, surtout auprès de leurs affidés... auxquels il faudra AUSSI de notre côté donner des gages réels en termes politiques, sociaux... pour les ramener au bercail. En bref le règlement de cette situation commence par un besoin de consensus et de jeu en équipe en France, pour être en mesure d'offrir des solutions solides à nos partenaires africains. Sans ça, il ne faut pas s'étonner que d'autres qui avancent en rang (ou en faisceaux?) se révèlent plus capables que nous. Une fois encore et comme toujours nous avons un déficit de communication: nous sommes très bons en savoir-faire, mais pas en faire-savoir.
    3 points
  36. Les efforts et les fonds ? Oui, ça donnerait peut être un meilleur avion. Mais à condition que l'objectif et la vision de cet avion soit la même (ou assez proche pour ne pas avoir à faire trop de compromis) Hors, c'est souvent ce qui a posé problême dans les programmes internationaux (et la raison pour laquelle la France est sortie du programme Eurofighter à l'époque et que le Rafale est né. Contraiment à ce que je peux lire très souvent, ce n'est pas que la France voulait prendre la main sur le développement du projet, mais les spécifications demandées par les autres partenaires et ses besoins n'étaient plus en adéquation, donc la solution EF2000 n'était pas ce dont la France avait besoin. Et il n'était pas envisageable de se contenter d'une "demi-solution" pour les ambitions des gouvernements Fr, et le besoin de disposer d'une force de frappe nucléaire, et de pouvoir protéger les territoires outre-mers... Bref, c'est assez connu sur ce forum, mais la majorité des intervenants anglophones se limitent d'une explication fausse et idiote sur la volonté de leadership trop aggressive de la France à l'époque. Et refuse d'imaginer qu'une autre explication serait possible/plausible/intelligente...) J'ai fait une parenthèse de 5 lignes pour un message de moins de 2... Tout va bien XD (Cela étant dit, dans le cas des australiens, au moins ils savent que les avions de Dassault sont bons et ils ne les dénigrent pas, tout comme les sous marins... C'est déjà mieux que ce qu'on peut lire sur les forums UK et US ;) )
    3 points
  37. Le plus amusant, c'est de prétendre que cet accident est dû à une vitesse d'approche trop élevée, de faire par ailleurs l'apologie du simulateur, et de fermer les yeux sur le fait qu'au simulateur se poser à cette vitesse ne pose aucun problème. Comment être pris au sérieux après ça, hum ?
    3 points
  38. Qui ne servira à rien, puisque les nouveaux en place s'en mettront plein les poches et on repartira pour un tour !
    3 points
  39. Hum... Et donc la perspective est celle d'une BSS "gouvernée" par des juntes protégées par Moscou/Pékin/Ankara avec un paysage politique façonné par des trolls de la même origine, le tout menaçant de sombrer dans l'islamisme et populations poussées vers l'Europe, avec risque islamiste remplissant une part des objectifs. Algérie, Lybie, Mali, Centrafrique... Va p'têt falloir imaginer qque chose.
    3 points
  40. Oui, celle de vivre à crédit en achetant tout ce qu'il y a dans le magasin. Mais quand on doit tenir un budget il y a des choix à faire, avec des priorités. Ca c'est ce qu'on dit comme ça en première approche. Puis quand on creuse on s'aperçoit que c'est la branche dérivée de SAGEM qui s'occupe de ça, et la, tout de suite, l'absence d'antécédent prend du plomb dans l'aile en ce qui concerne le développement de drones.
    3 points
  41. https://www.challenges.fr/monde/paris-brandit-la-menace-d-un-retrait-du-mali-si-bamako-a-recours-au-russe-wagner_780614 On agite le spectre du retrait! Le problème c'est que c'est l'objectif des russes ET du "camp" se trouvant aux manettes à Bamako qui surfe sur le courant qui conspue notre présence. Quand politiquement vous avez le soutien d'une opposition hostile à Barkhane, peu importe les risques et conséquences de notre retrait, ça ne pèsera rien. Des mercenaires russes, très utiles pour créer une garde présidentielle et éviter une transition (prévue en février) voir un autre coup d'état militaire. Un grand classique que de verrouiller ainsi une élite, le plus désolant c'est que la France cherche depuis des années à éviter et fuir cela, que les africains continuent encore d'accuser la France de le faire et qu'ils appellent et applaudissent de voir les russes faire la même chose. Par contre je crois l'avoir déjà écrit ici, la France souhaite quitter le Mali et si nous avançons presque directement le "retrait", ce n'est pas sans raison, on cherche une bonne excuse pour quitter le Mali, à défaut de Takuba et autres initiatives de transitions de forces. Il faut le dire clairement, localement depuis ces coups d'états, nous n'avons plus aucune influence politique, la junte militaire est dans sa bulle (même avec les pays voisins) et cherche à exister dans cette "opposition", c'est là que le classique soutien russe à l'idéologie qui se veut opposer au monde ou à l'influence occidentale, devient naturelle (Moscou entretenant toujours et partout son image d'alternative). Sur un aspect plus large, l'armée malienne n'apporte rien et le Mali en général semble être un boulet sans intérêt d'autant plus que le courant anti-français est acceptée par Bamako quand il n'est pas accepté et soutenu, qu'on laisse d'autres puissances l'exploiter. On a ce paradoxe ou d'un côté on oeuvre pour la sécurité du pays et ou de l'autre on a un pays qui ne dit pas merci et qui laisse même entendre que si nous sommes encore là, c'est que le problème c'est nous. J'ai le sentiment, j'ai la conviction que pour nous, le Mali est devenu un pays qu'on ne souhaite pas aider, que notre intérêt est désormais d'arrêter les frais et ou les conséquences sécuritaires seront une gifle à ceux qui pensent mieux faire seuls, à ceux qui accusent notre force de maintenir l'insécurité ou d'être inutile. Dans cette perspective, il semble que notre nouvelle stratégie serait celle ou on arrête d'expulser les terroristes et compagnies du Mali vers les autres pays, afin de créer un vide sécuritaire qui reconcentrera les terroristes sur le Mali et ou nous serions à protéger avec les pays voisins, les frontières. En bref c'est de faire remonter le "flux" des terroristes en acceptant le "trou" malien au milieu du Sahel, un trou qui se battrait avec ses propres démons. ou l'on chercherait à les concentrer. On imposerait une pression par le Sud qui poussera forcément à une tension avec la frontière algérienne. L'éradication totale du problème sécuritaire au Mali et dans le Sahel ne peut pas se faire. On est et on restera sur cet aspect de "flux" , attendre un jour de "paix" pour crier "victoire" ça n'arrivera pas. Donc à défaut de combattre (personnellement j'estime que c'est une nécessité) le sentiment anti-français, faire une politique d'isolement du Mali et "offrir" à la vermine régionale un terrain ou il peut s'installer n'est pas une mauvaise chose et pourrait abaisser fortement la pression et les risques sur les pays aux alentours. Quand on ne peut pas éteindre un feu, on va le circonscrire, peu importe son intensité au Mali, on éteindra quand ça s'approche des pays "alliés"
    3 points
  42. Je crois que la traduction serait plutôt "l'Occident a-t-il le droit de refuser (拒绝) aux Chinois ordinaires le niveau de vie dont bénéficient les peuples Occidentaux ? La question n'est pas celle de la force, mais celle de l'éthique. Même si l'Occident en avait la force, en aurait-il le droit ? Le tweet fait référence à : https://www.focus.de/politik/ausland/gastbeitrag-von-gabor-steingart-steingart_id_20931537.html (10 septembre 2021) Fazit: Fragen von hoher politisch-ethischer Brisanz sind aufgeworfen. Ist Chinas relative Armut tatsächlich die Grundvoraussetzung für eine westliche Sicherheitsarchitektur im 21. Jahrhundert? Das glaubt man im Weißen Haus. Und falls die Antwort darauf tatsächlich "Ja" lautet: Darf und kann der Westen den einfachen Chinesen dauerhaft jenes Wohlstandsniveau verweigern, das er selbst für seine Bewohner reklamiert? Conclusion : des questions d'une grande explosivité politico-éthique sont soulevées. La pauvreté relative de la Chine est-elle vraiment la condition de base d'une architecture de sécurité occidentale au XXIe siècle ? C'est ce qu'ils croient à la Maison Blanche. Et si la réponse est effectivement "oui", l'Occident a-t-il le droit (darf) et peut-il (kann) durablement refuser aux Chinois ordinaires le niveau de prospérité qu'il revendique pour ses propres habitants ?
    3 points
  43. En fait c'est "91 moto" au singulier. On en déduit que le "9" est un "0" mal dactylographié. Non seulement le stagiaire a fait cette erreur, mais en plus il prouve par là qu'il ne sait même pas faire un copier-coller sur un ordinateur.
    3 points
  44. 91 motos et deux tués ? Les autres courent à pied dans le désert en hurlant, c'est ça ?
    3 points
  45. La commande Tchèque est prète : Une autre étape importante dans la modernisation de l'@ArmadaCR. J'ai informé le gouvernement aujourd'hui que l'achat de 52 nouveaux canons français Caesar est prêt. Ils remplaceront les anciens obusiers DANA. Nous souhaitons signer le contrat d'ici la fin du mois de septembre. 40 % du contrat seront partagés par les entreprises du Drapeau de la République Tchèque.
    3 points
  46. VIRAL In China: Beijing Will Conquer Taiwan By 2025, India’s Arunachal Pradesh By 2040 — Experts Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) VIRAL en Chine : Pékin va conquérir Taïwan d'ici 2025 et l'Arunachal Pradesh d'ici 2040 - Experts Un article publié en 2013 par le site chinois Sohu devient viral sur les médias sociaux. L'article explique comment Pékin va régler ses comptes avec ses voisins et reconquérir les territoires perdus, dont Taïwan et l'Inde. Il peut être pertinent aujourd'hui encore, alors que la "Chine puissante" est à couteaux tirés avec la petite île de Taïwan et d'autres voisins, dont l'Inde, le Japon, les Philippines et le Vietnam, pour des différends territoriaux. La Chine compte plusieurs médias d'État, qui servent plus ou moins de porte-parole à Pékin. En outre, il existe un grand nombre d'entreprises de médias privées, notamment numériques, qui servent également les intérêts du Parti communiste chinois en diffusant des informations, des opinions et des commentaires favorables au gouvernement depuis des décennies. Pour les non-initiés, Sohu est une société de médias en ligne, de moteurs de recherche et de services de jeux basée à Pékin qui promeut la propagande du gouvernement chinois depuis des années. La société technologique a été choisie comme sponsor officiel du service de contenu Internet pour les Jeux olympiques de 2008 à Pékin. L'article publié par Sohu il y a huit ans mentionnait 6 guerres "inévitables" dans lesquelles la Chine devra s'engager entre 2020 et 2050. En voici la stratégie : Taiwan (2020-2025) L'article évoquait la nécessité d'une guerre pour unifier Taïwan avec la Chine continentale. Il indique que la Chine doit envoyer un ultimatum à Taïwan d'ici 2020 pour qu'elle choisisse l'unification pacifique ou la guerre. Le cas le plus probable, écrit l'auteur, serait une guerre totale avec Taïwan. Mais bien sûr, la Chine ne doit pas s'inquiéter ! Sans l'intervention des États-Unis ou du Japon, gagner cette guerre serait une épreuve de trois mois pour la puissante APL. Et avec leur intervention, elle durerait, peut-être jusqu'en 2025, quand, bien sûr, la féroce armée chinoise reviendrait en vainqueur, le noté. Mer de Chine méridionale (2025-2030) Après avoir "conquis" Taïwan, la Chine prendra un repos bien mérité de deux ans. Bientôt, elle enverra un nouvel ultimatum aux pays entourant les îles Spratly, en mer de Chine méridionale. L'article "news" a estimé que la date limite de 2028 était appropriée pour cet ultimatum. Après cela, le pays poursuivra la "reconquête" de ces îles. L'article s'attend à une résistance minimale de la part des pays d'Asie du Sud-Est qui, de toute évidence, trembleront encore en raison des prouesses militaires de la Chine démontrées à Taïwan. Les États-Unis, ayant tiré une dure leçon de l'intervention qu'ils ont tenté de faire à Taïwan, n'affronteront pas directement la Chine, mais se tourneront vers des pays, très probablement les Philippines et le Vietnam. Si l'on en arrive là, l'article indique que la meilleure option pour Pékin est de déclarer la guerre au Viêt Nam, de la gagner et d'intimider les autres pays pour qu'ils lui cèdent les îles Spratly. La perspective que la Chine perde contre le Viêt Nam n'existe pas. Ainsi, d'ici 2030, la Chine aura réussi à étendre son influence dans le Pacifique. Au cours du processus de guerre et de récupération après la guerre, la nation communiste aura également gagné des alliés à contrecœur en Asie du Sud-Est. Le Tibet du Sud (2035-40) C'est parti pour la troisième guerre : la "reconquête" du Sud du Tibet, terme utilisé par Pékin pour désigner l'Arunachal Pradesh, en Inde, qui partage une frontière avec le Tibet. L'article présente une analyse des relations militaires potentielles que l'Inde pourrait avoir avec les adversaires de la Chine comme les États-Unis et l'Europe. Il suggère que la stratégie la plus efficace serait d'inciter à la désintégration de l'Inde - le pays qui a jusqu'à présent survécu à tous ses mouvements sécessionnistes depuis son indépendance. Mais si cela ne fonctionne pas, la deuxième meilleure option est d'encourager la lutte entre l'Inde et le Pakistan pour le Cachemire et de prendre le contrôle du sud du Tibet pendant que l'Inde est distraite. Îles Senkaku (2040-2045) La quatrième guerre concerne l'unification des îles Senkaku (en chinois : Diaoyu) et Okinawa (en chinois : Ryukyu) que le Japon contrôle et que la Chine revendique. Entre 2040 et 2045, laisse entendre l'article, ce serait un bon moment pour une nouvelle reconquête. Un plan simple : La Chine attaque ces îles "illégalement occupées" ; les États-Unis, l'Europe et la Russie observent en silence ; la guerre se termine en 6 mois (au plus), et la Chine remporte une victoire écrasante. La Mongolie extérieure (2045-2050) L'article dit que la 5ème guerre aura lieu en Mongolie extérieure. Ici, l'auteur avait sans ironie écarté l'idée de l'unification de la Mongolie extérieure à l'heure actuelle, puis en 2013, comme irréaliste. Mais en 2045, compte tenu du poids de la Chine, il ne s'agirait plus que d'un ultimatum suivi ou non d'une guerre. La guerre, mentionne l'article avec une certaine assurance, aboutira à la victoire de la Chine, au plus tard en 2050. La Russie (2055-2060) La dernière étape pour la Chine, avant d'obtenir le statut d'hégémonie mondiale, sera la Russie. La Chine a perdu des terres au profit de la Russie, et les Russes devront payer. L'article est assez confiant dans le fait que même en affrontant une grande puissance nucléaire et militaire, une ancienne superpuissance, le vainqueur sera l'APL. La propagande d'État envahit toujours le cyberespace chinois. Parfois, c'est pour contrôler la population, parfois pour renforcer la confiance dans la puissance militaire du pays. Inutile de dire que l'hypothèse présentée par l'auteur frise la fantaisie, qui pourrait, au mieux, être adaptée en bande dessinée ou en jeu vidéo.
    3 points
  47. Bizarrement sur certains programmes, les retards ne leurs posent aucun problème ex le F35
    2 points
  48. 2 points
  49. Il est largement temps que l'on s'en tire... https://www.elespanol.com/mundo/20210915/mali-calle-pedir-putin-envie-ejercito-mercenarios/611940113_0.html
    2 points
  50. Tous les détails sur le Caesar 8x8 et ses différences avec le 6x6 ...
    2 points
×
×
  • Create New...