Recommended Posts

Il y a 5 heures, Tancrède a dit :

C'était autour de 2004-2005, et la description couvrait les deux décennies écoulées à ce moment. Je ne sais pas dans quelle mesure cela a changé, mais quelque chose me dit que pas tant de trucs que ça ont bougé dans les fondamentaux

 

il y a 55 minutes, Akhilleus a dit :

Ce que tu décrivait comme "glissement de budget" de la R&D vers le marketing, je l'ai connu aussi entre 2003 et 2004 et mes petits doigts me disent que ça s'est agravé

Je le confirme. Diplômé ingénieur Biotech avec en plus un Master un synthèse orga c'est la croix et la bannière pour trouver des jobs en R&D. Même son de cloche chez les docteurs ( à savoir ceux qui ont obtenu un doctorat pas les docteurs docteurs. . . hein Ross ^^). A part coup de bol gigantesque ça termine dans des boites de consulting à faire des missions moyennement intéressantes (pour pas dire chiantes et parfois (souvent) sans gros intérêts) avec de grands turns overs. Le business plan du secteur pharma semblant tendre vers un fonctionnement à la SSII. . .

Le pire étant (et ça va nous exploser à la tronche d'ici une dizaine d'années) notre non montée en puissance. A savoir qu'il devient très compliqué d'acquérir des "compétences clés" qui nécessitent d'être chapeautés par des anciens. Rentrer sur des grands projets à "long terme " et apprendre le métier et tout les trucs (tant théoriques que les "astuces") avec des mentors relève de la gageure.

En plus de créer de la frustration à grande échelle sur plusieurs générations d'"ingénieur" (au sens large) les boites pharma perdent peu à peu leurs compétences.

Par exemple Guerbet (spécialiste dans les produits de contrastes) a mis plusieurs décennies pour développer un véritable savoir-faire sur une pathologie bien particulière (cardiovasculaire mais je ne me rappelle plus précisément), changement de directions il y a quelques années avec changement de stratégie évidemment pas en faveur de la R&D; en deux ans ils ont perdu toute leur plus-value "technique avec le départ des anciens qui n'ont pas eu le temps de transmettre cette "valorisation" scientifique. . .

La gestion de Sanofi c'est ubuesque.

Le secteur pharma c'est le système modèle pour montrer tout ce qui va pas dans notre société occidentale.

 

 

 

  • Sad 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://en.wikipedia.org/wiki/Daminozide

Le daminozide - aussi appelé Alar, Kylar, B-NINE, DMASA, SADH ou B 995 - est un régulateur de croissance des plantes, un produit chimique pulvérisé sur les fruits pour réguler la croissance, faciliter la récolte et empêcher les pommes de tomber des arbres avant leur maturité afin qu'elles soient rouges et fermes pour entreposage. Alar a été approuvé pour la première fois aux États-Unis en 1963. Il a été utilisé principalement sur les pommes jusqu'en 1989, date à laquelle le fabricant l'a volontairement retiré du marché après que l'Environmental Protection Agency des États-Unis (EPA) eut proposé de l'interdire en raison des risques de cancer pour les consommateurs.

Il a été produit aux États-Unis par l'Uniroyal Chemical Company, Inc. (maintenant intégrée à la Chemtura Corporation), qui a homologué le daminozide pour utilisation sur les fruits destinés à la consommation humaine en 1963. En plus des pommes et des plantes ornementales, ils étaient également homologués pour les cerises, les pêches, les poires, les raisins Concord, les plants de tomates et les plants d'arachide. Sur les arbres fruitiers, le daminozide affecte l'initiation des bourgeons d'écoulement, la maturité de la nouaison, la fermeté et la coloration des fruits, la chute avant récolte et la qualité marchande des fruits à la récolte et pendant le stockage. En 1989, l'EPA a rendu illégale l'utilisation du daminozide pour les cultures alimentaires américaines, mais permet toujours des cultures non alimentaires comme les plantes ornementales.
Contenu

La campagne pour l'interdiction d'Alar

En 1985, l'EPA a étudié les effets d'Alar sur les souris et les hamsters et a proposé d'interdire son utilisation sur les cultures vivrières. Ils ont soumis la proposition au Groupe consultatif scientifique (GCS), qui a conclu que les essais n'étaient pas suffisants pour déterminer dans quelle mesure les substances testées étaient cancérogènes. Plus tard, ils ont découvert qu'au moins un des membres du PAS avait un lien financier avec Uniroyal et que d'autres avaient des liens financiers avec l'industrie chimique.

L'année suivante, l'EPA a retiré sa proposition d'interdiction et a exigé des agriculteurs qu'ils réduisent l'utilisation d'Alar de 50%. L'American Academy of Pediatrics a exhorté l'EPA à interdire le daminozide, et certains fabricants et chaînes de supermarchés ont annoncé qu'ils n'accepteraient pas les pommes traitées avec Alar.

Dans un rapport de 1989, le Natural Resources Defense Council (NRDC) [organisation non-gouvernementale] a rapporté que, sur la base d'une étude de deux ans évaluée par des pairs, les enfants étaient exposés à un " risque intolérable " d'ingestion d'une grande variété de produits chimiques potentiellement mortels, dont le daminozide, en quantité légalement acceptable. Selon leur estimation, " l'exposition d'un enfant d'âge préscolaire moyen a été estimée à un risque de cancer 240 fois plus élevé que le risque de cancer jugé acceptable par l'E.P.A. après une vie entière d'exposition ".

En février 1989, l'émission de télévision 60 Minutes de CBS a diffusé un reportage sur l'Alar qui présentait un rapport du Natural Resources Defense Council soulignant les problèmes liés à ce produit chimique.

En 1989, à la suite de l'émission de CBS, l'Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a décidé d'interdire l'Alar au motif que "l'exposition à long terme" posait "des risques inacceptables pour la santé publique". Cependant, en juin 1989 - avant que la décision préliminaire de l'EPA d'interdire toutes les utilisations alimentaires d'Alar n'entre en vigueur -, Uniroyal, le seul fabricant d'Alar, a accepté de cesser volontairement toute vente intérieure d'Alar pour utilisation alimentaire.

Contrecoup

En novembre 1990, les pomiculteurs de Washington ont intenté une poursuite devant la Cour supérieure du comté de Yakima contre CBS, NRDC et Fenton Communications (engagés par NRDC pour publier leur rapport sur Alar), alléguant que les pratiques commerciales déloyales (en particulier le dénigrement des produits) leur coûtaient 100 millions. La poursuite a été transférée d'un État à la Cour fédérale à la demande de CBS. Le juge de district américain William Fremming Nielsen a statué en 1993 que les pomiculteurs n'avaient pas prouvé leur cause, et la Cour d'appel du neuvième circuit des États-Unis l'a rejetée par la suite.

Elizabeth Whelan et son organisation, l'American Council on Science and Health (ACSH), qui avait reçu 25 000 $ du fabricant d'Alar, ont déclaré qu'il n'avait pas été démontré qu'Alar et son produit de dégradation UDMH étaient cancérigènes. Lors d'un discours prononcé au Hillsdale College en 1990, Whelan a déclaré que des groupes comme le NRDC ignoraient un principe toxicologique fondamental : c'est la dose qui fait le poison. C'est un écart flagrant par rapport à la science et à la logique lorsqu'une substance est étiquetée " cancérigène " en raison d'une réponse obtenue dans le cadre d'une seule étude animale utilisant de fortes doses d'un produit à tester ", a-t-elle déclaré.

Vues actuelles

Des désaccords et des controverses subsistent au sujet de la sécurité d'Alar et de la pertinence de la réponse à y apporter. Le daminozide reste classé comme cancérogène probable pour l'homme par l'EPA et figure sur la liste des substances cancérogènes connues selon la Prop 65 de la Californie.

Les tests de laboratoire qui ont provoqué cette alerte auraient nécessité une quantité d'Alar égale à plus de 20 000 litres de jus de pomme par jour. Consumers Union a mené ses propres études et a estimé que le risque de cancer à vie chez l'homme était de 5 cas par million, comparativement au chiffre précédemment rapporté de 50 par million. En général, l'EPA déclenche une action pour des risques de cancer au cours de la vie supérieurs à 1 cas par million.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, SLT a dit :

 

Je rajouterais que ça ne se limite pas à la pharma. La chimie "standard", c'est pas non plus reluisant de ce coté là. Ca va que ce n'est pas un gros domaine industriel très répandu et avec de nombreuses applications... :dry:

Je dirais que ce qui sauve ce secteur, c'est son effet de masse, mais les tendances sont les mêmes, et ça n'a rien de rassurant. (Constaté personnellement en Europe, mais c'est aussi valable en Amérique du Nord, de ce que j'ai comme retour de connaissances persos)

L'impression que ça donne c'est que les boites sont dirigées par des financiers qui font de la gestion avant tout, et comme la recherche, ça coute cher et ça ne rapporte rien ("Vous avez vu le bilan financier du pôle R&D de votre boite? 0 retour sur investissement, tout vient des VRP... D'ailleurs, la prod coute cher aussi, va falloir voir à dégraisser tout ça"), le budget de R&D passe en second plan, parce que "pas rentable", et hors de question d'embaucher un jeune qui n'a pas déjà fait ses preuves, et les mettre en doublure de l'ancien R&D qui va bientôt partir hein, on verra pour le remplacer quand il partira, pas la peine de d'inquiéter de ça dans l'immédiat, on a encore 8 mois :dry:

Bref, léger HS, mais j'ai plus de potes ingé (ou docteurs) qui sont en cabinets de consultants ou se sont réorientés dans des secteurs à fortes demandes, que de potes qui ont fini dans des postes R&D, en France ou ailleurs, d'ailleurs.

Le secteur pharma, la chimie standard, et si cela est généralisé à tous les secteurs?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Le secteur pharma, la chimie standard, et si cela est généralisé à tous les secteurs?

On va vider le pays de toute sa substance grise en moins d'une génération. Aujourd'hui on me redonne le choix ( et j'ai moins de 30 ans) je ne vais clairement pas vers des études d'ingénieur "santé" ( en biotech ou chimie) et si j'étais un poil amer go les écoles de commerce genre ESCP ou ESSEC pour aller taper les gros salaires dans les cabinets de strat ou autres.

Je me suis engagé dans les sciences, jeune, pour "améliorer" le monde (alors oui c'est très discours Miss France mais quand on a 17/18 ans c'est encore l'âge des rêves où la tristesse du quotidien et sa dure réalité ne touchent pas trop). Et le statut d'ingénieur avait une aura en France très impressionnante (j'avais notamment l'exemple de mon grand -père ingénieur chez Thompson ex Thalès mais dans la partie civile).

Alors oui il reste des secteurs où les jeunes ingénieurs sont bien formés et apprennent les "trucs" avec les senior mais globalement pour les jeunes "forces vives de la nation" ça revient à jouer à la roulette. Il y a tellement d'écueil à passer avec un facteur chance énorme (qualité de l'enseignement très disparate d'une école à une autre passer les mastodontes comme l'X, le choix du stage de fin d'étude qui revêt maintenant une importance capitale, la rencontre avec un mentor/personne ressource qui saura aiguiller, l'opportunité de travailler sur un sujet valorisant, etc etc) que ça devient démoralisant.

C'est évidemment que mon ressenti personnel (mais j'entends de plus en plus de choses similaires à des variations près comme SLT l'a fait de pas mal de monde)

 

  • Like 2
  • Thanks 2
  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/09/2019 à 13:04, Wallaby a dit :

https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/09/18/les-cigarettes-electroniques-aromatisees-sont-desormais-interdites-a-new-york (18 septembre 2019)

New York est devenu mardi le second État des États-Unis, après le Michigan, à interdire la commercialisation des cigarettes électroniques aromatisées.

https://www.nytimes.com/2019/09/20/business/walmart-vaping-e-cigarette-sales.html (20 septembre 2019)

Wallmart va cesser la commercialisation de cigarettes électroniques, lorsque les stocks seront épuisés, probablement en janvier prochain.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 hours ago, Wallaby said:

solution à la congestion urbaine

(Ce n'est pas dans ce sujet qu'il y avait une référence à la "piétonification des villes" et à une étude indiquant que les villes optimisées dès le début pour y vivre "à pied" entrainait un effet mélioratif (voire carrément un cercle vertueux) au niveau des transports en commun? Ca date, donc j'ai un doute, mais ça serait dans la même veine, non?)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, SLT a dit :

(Ce n'est pas dans ce sujet qu'il y avait une référence à la "piétonification des villes" et à une étude indiquant que les villes optimisées dès le début pour y vivre "à pied" entrainait un effet mélioratif (voire carrément un cercle vertueux) au niveau des transports en commun? Ca date, donc j'ai un doute, mais ça serait dans la même veine, non?)

J'avais parlé autrefois des piétons à propos de Seattle :

Le 05/06/2015 à 13:06, Wallaby a dit :

http://grist.org/cities/seattles-smart-plan-to-remake-its-streets/ (5 juin 2015)

La ville de Seattle atteint une limite de congestion routière, c'est à dire que le moindre incident génère des bouchons, une situation aggravée par le fait que la ville est un chapelet d'îles reliées par des ponts qui sont autant de goulots d'étranglement. Donc un nouveau plan de transport est lancé, qui mettra l'accent surtout sur la fréquence et les couloirs de bus. Cela ne peut être qu'une phase de transition en attendant la création d'un véritable réseau ferré régional pour relier le centre avec les banlieues, qui pour l'instant tarde à s'organiser, car le parlement du Washington, qui devrait être mis à contribution est très pingre.

Il y a aussi un volet cycliste et piéton. Sur ce dernier aspect voir l'article suivant.

http://seattlegreenways.org/blog/2015/06/04/underfunded-equity-priority-safe-routes-school/ (4 juin 2015)

Seattle Greenways est une association qui milite pour les piétons. L'article rappelle que les écoles de la ville accueillent les enfants des classes sociales les plus modestes : 38% ont une allocation de cantine scolaire et 14% sont sous le seuil de pauvreté.

Les enfants pauvres vont à l'école à pied, d'où l'importance de sécuriser les itinéraires. D'autre part il est suggéré qu'en supprimant la barrière de l'insécurité piétonne, on pourrait augmenter le nombre d'enfants piétons et prévenir l'obésité.

Il faudrait donc investir dans la répression des excès de vitesse, les trottoirs, les passages piétons, les ralentisseurs, la signalisation, etc.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mise à jour : il y a eu un référendum à Seattle en 2016, approuvant la dépense publique pour la création de 5 extensions ou nouvelles lignes de "rail léger" , qui ouvriront à diverses échéances : 2023, 2035, etc...

Screenshot-2017-08-21-at-5.14.55-PM.png

(les lignes de couleur pâle sont les existantes, les projets de nouvelles lignes sont en foncé). Source : https://www.theurbanist.org/2017/08/21/map-week-sound-transits-new-system-expansion-map/

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

A chaque fois que je le vois, je pense soit au raton laveur, soit à la machine à UV, vous savez, celle qui donne cette trace de bronzage

c5d65fe54b7d4db992c792244561ae49.jpg

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1315153/democrates-procedure-destitution-trump-pelosi (24 septembre 2019)

Fine stratège, Nancy Pelosi arguait que déclencher cette procédure, très impopulaire dans les sondages, alors que Donald Trump serait certainement acquitté par un Sénat républicain pourrait coûter aux démocrates les élections en novembre 2020.

Au grand dam des progressistes, Mme Pelosi, 79 ans, s'est donc longtemps dressée en pare-feu pour protéger les démocrates modérés de la Chambre, qui ont remporté leurs sièges dans des circonscriptions plus conservatrices et craignaient de ne pas survivre lors des prochaines élections.

Les démocrates ont ravi 43 sièges aux républicains lors des élections de mi-mandat de 2018; 21 d’entre eux l’ont fait avec des marges inférieures à 5 %.

Une trentaine d’élus démocrates a joint les rangs des partisans d’une procédure de destitution depuis le témoignage de l’ex-procureur spécial Robert Mueller devant la Chambre cet été.

L'affaire ukrainienne a fait céder plusieurs digues, et les plus progressistes ne sont pas gênés pour interpeller directement leurs leaders.

Plusieurs candidats à l'investiture démocrate ont applaudi la décision de Mme Pelosi. C'est le cas de la sénatrice Elizabeth Warren, qui avait appelé pour cette procédure dès le mois d'avril, du sénateur Bernie Sanders, de leur collègue Kamala Harris et de l'ex-représentant Beto O'Rourke.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sans être fan de Trump, je trouve que ces tentatives démocrates sont assez pathétiques et les mettent au même niveau que l'actuel président.

C'est assez puéril finalement de refuser d'admettre sa défaite. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Kiriyama a dit :

Sans être fan de Trump, je trouve que ces tentatives démocrates sont assez pathétiques et les mettent au même niveau que l'actuel président.

C'est assez puéril finalement de refuser d'admettre sa défaite. 

La question n'est pas d'admettre sa défaite ... la question est de savoir si

1-L'actuel président a enfreint la loi

2-Le fait de l'avoir enfreint et de déclencher l'impeachment peuvent avoir des conséquences sur la prochaine élection

  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Kiriyama a dit :

Sans être fan de Trump, je trouve que ces tentatives démocrates sont assez pathétiques et les mettent au même niveau que l'actuel président.

C'est assez puéril finalement de refuser d'admettre sa défaite. 

Bof, si Trump avait perdu en 2016, les républicains n'auraient pas hésité à faire de même.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
9 hours ago, Wallaby said:

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1315153/democrates-procedure-destitution-trump-pelosi (24 septembre 2019)

Fine stratège, Nancy Pelosi arguait que déclencher cette procédure, très impopulaire dans les sondages, alors que Donald Trump serait certainement acquitté par un Sénat républicain pourrait coûter aux démocrates les élections en novembre 2020.

Au grand dam des progressistes, Mme Pelosi, 79 ans, s'est donc longtemps dressée en pare-feu pour protéger les démocrates modérés de la Chambre, qui ont remporté leurs sièges dans des circonscriptions plus conservatrices et craignaient de ne pas survivre lors des prochaines élections.

Les démocrates ont ravi 43 sièges aux républicains lors des élections de mi-mandat de 2018; 21 d’entre eux l’ont fait avec des marges inférieures à 5 %.

Une trentaine d’élus démocrates a joint les rangs des partisans d’une procédure de destitution depuis le témoignage de l’ex-procureur spécial Robert Mueller devant la Chambre cet été.

L'affaire ukrainienne a fait céder plusieurs digues, et les plus progressistes ne sont pas gênés pour interpeller directement leurs leaders.

Plusieurs candidats à l'investiture démocrate ont applaudi la décision de Mme Pelosi. C'est le cas de la sénatrice Elizabeth Warren, qui avait appelé pour cette procédure dès le mois d'avril, du sénateur Bernie Sanders, de leur collègue Kamala Harris et de l'ex-représentant Beto O'Rourke.

C'est du sujet criailleries (y'a même un topic élections 2020 maintenant, je crois), ça. Et pour la note, Warren approuve la procédure parce qu'elle essaie de surfer sur la vague woke/ultra-gauche (elle pourrait commencer à avoir des problèmes: quelques scandales de fric et d'achats de soutien commencent à poindre) et qu'une procédure d'impeachment sur ce sujet a des chances de s'attaquer collatéralement à Joe Biden et de le finir (il est sur la pente descendante, mais il a le vote noir, et pas elle), lui ouvrant la voie au grand jeu, qui semble désormais quasi impossible pourtant, d'équilibriste post-primaires, où il s'agira de renier l'essentiel de ce qui a été dit avant pour rallier les modérés (aujourd'hui autour de Biden et, dans une moindre mesure, de Harris et Buttagieg -pourtant pas très modérés). 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A priori on en saura plus vendredi après l'audition de l'agent de renseignement, jusqu'àlors refusée par la Trump House pendant un mois au Congrès.  (un des reproches qui lui sont faits, entrave à la justice). En atendant, ca a détourné l'attention du fils de Biden non?

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Kelkin said:

https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/impeachment-contre-donald-trump-les-democrates-entre-satisfaction-et-crainte-dun-effet-boomerang-1134453

Ça y est, c'est lancé, la procédure de destitution est enclenchée. Je doute que ça aille bien loin, mais en attendant, on va avoir des étincelles.

Pas tout à fait.

La procédure d' "impeachment" n'est qu'une mise en accusation du membre du gouvernement. Elle n'implique pas forcément une destitution (ou déchéance, je ne sais pas quel mot est le plus approprié) même si ça a pour le moment, dans l'histoire, souvent été le cas apparemment.

Tout ce sur quoi cela déboucherait, serait que le président Trump serait reconnu comme pouvant être poursuivi en Justice. Je me demande même si la procédure juridique ne devrait pas attendre la fin de son mandat (pouvoir du Président sur le DoJ et la chambre de Justice ou autre, à voir...)

Nixon avait d'ailleurs démissionné avant la fin de la procédure, je ne crois pas qu'il y ait de précédent dans l'histoire juridique des Etats-Unis

C'est pour cette raison que beaucoup de démocrates rechignait à l'idée de lancer la procédure initialement, elle n'assure pas la fin prématurée du mandat de Trump (ce que beaucoup souhaiteraient)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le verbatim officiel de la conversation entre Trump et Zelenskiy en juillet a été diffusé. Le document complet est là.

- Les médias pro-démocrates sont sur leurs grands chevaux à crier trahison, car Trump a bien demandé à Zelenskiy de faire avancer l'enquête sur les malversations supposées de Hunter le fils de Joe Biden

- Les médias pro-républicains font remarquer que Trump n'a établi aucun lien entre cette demande et l'aide militaire américaine à Kiev - qui a d'ailleurs bien été versée, alors que l'Ukraine n'a rien fourni contre Biden, donc circulez y a rien à voir

Mon avis perso :

Trump a clairement cherché à obtenir des informations sur Hunter Biden. Et bien sûr s'il s'intéressait à ce citoyen en particulier, ça avait à voir avec l'élection de 2020. D'autre part, il a cherché des infos sur Crowdstrike l'affaire du serveur du DNC. Donc non, pas "rien à voir" : y a bien un président qui cherche à être réélu... et il joue avec la ligne blanche... il mord même dessus :dry: Il est confirmé que c'est un type louche qui joue avec les limites et conduit ses petits bizness... mais ce n'est une nouvelle pour personne, si :huh: ? Même pas pour la majorité de ses partisans sans doute.

- Mais d'un autre côté, je ne vois pas qu'il ait formellement rien fait d'illégal. Il n'est pas anormal qu'un chef d'Etat cherche à obtenir la collaboration de pays étrangers pour résoudre des affaires judiciaires, et surtout il ne semble pas y avoir de quid pro quo, donc pas d'utilisation des moyens de l'Etat américain pour des objectifs privés.

Donc pas de véritable chance que la procédure de destitution aille à son terme. Sachant que son dernier stade est un vote parlementaire qui doit dégager une majorité des deux tiers pour dégager le président... ce qui signifie que la destitution effective nécessiterait une forte participation des députés républicains, donc des éléments en béton armé sur le plan judiciaire, afin que la chose soit évidente au point d'être impossible à nier. Sauf à ce que de nouveaux éléments beaucoup plus probants apparaissent (lesquels ?) on en est très loin.

Trump ne sera pas destitué.

Mais d'un autre côté... que de criailleries en perspective :bloblaugh:  !

Voici les deux extraits les plus importants :

TZ-1.jpg

TZ-2.jpg

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Peut-on foutre cette merdasse pour l'instant sans grand intérêt sur le fil "crialleries", SVP? 

On essaie de différencier entre les hurlements quotidiens (et les gazouillis) et la politique politichienne d'un côté, sur le fil criailleries, et les sujets plus "durables" sur les USA de l'autre, qu'on met ici. 

Et pour rappel: Clinton a été "impeached" par la Chambre (évidemment pas le Sénat). Ca lui en a touché une sans faire bouger l'autre. Y compris dans sa cote de popularité. 

Edited by Tancrède
  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Tancrède a dit :

Peut-on foutre cette merdasse pour l'instant sans grand intérêt sur le fil "crialleries", SVP? 

On essaie de différencier entre les hurlements quotidiens (et les gazouillis) et la politique politichienne d'un côté, sur le fil criailleries, et les sujets plus "durables" sur les USA de l'autre, qu'on met ici. 

Et pour rappel: Clinton a été "impeached" par la Chambre (évidemment pas le Sénat). Ca lui en a touché une sans faire bouger l'autre. Y compris dans sa cote de popularité. 

Je comprends l'idée, mais... on parle quand même d'une enquête parlementaire pour destitution.

Oui, l'irritation est justifiée. On aimerait dans l'absolu que la classe politique du pays le plus puissant au monde s'occupe d'autre chose - éventuellement de sujets importants, c'est pas ce qui manque en politique interne comme étrangère ! On peut en un sens rattacher le feuilleton à venir au chapitre criaillerie...

Sauf qu'il aura sans doute un impact bien réel sur l'élection 2020. Un sujet qui va au-delà des criailleries.

Sauf qu'il s'agit quand même de la procédure de destitution d'un président. La mise en branle (*) de la procédure la plus lourde qu'un parlement puisse diriger contre le chef de l'Etat aux Etats-Unis. La Grosse Bertha de la politique américaine.

On est largement au-delà des criailleries. Le parti démocrate a hésité longtemps au bord de l'eau. Là, ils viennent de plonger !

 

(*) Par des branleurs, certes... Et non j'ai pas honte :tongue: !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 minutes ago, Alexis said:

Je comprends l'idée, mais... on parle quand même d'une enquête parlementaire pour destitution.

Oui, l'irritation est justifiée. On aimerait dans l'absolu que la classe politique du pays le plus puissant au monde s'occupe d'autre chose - éventuellement de sujets importants, c'est pas ce qui manque en politique interne comme étrangère ! On peut en un sens rattacher le feuilleton à venir au chapitre criaillerie...

Sauf qu'il aura sans doute un impact bien réel sur l'élection 2020. Un sujet qui va au-delà des criailleries.

Sauf qu'il s'agit quand même de la procédure de destitution d'un président. La mise en branle (*) de la procédure la plus lourde qu'un parlement puisse diriger contre le chef de l'Etat aux Etats-Unis. La Grosse Bertha de la politique américaine.

On est largement au-delà des criailleries. Le parti démocrate a hésité longtemps au bord de l'eau. Là, ils viennent de plonger !

 

Non, on reste dans les criailleries et la merdasse politichienne tant que ça n'a pas été aussi voté par le Sénat, ou mis au vote avec une chance de passer: tant qu'il n'y a pas de conséquences incontestablement mesurables et impactant directement (pas indirectement, à moyen terme ou encore de façon périphérique), c'est du bruit, et l'impact, s'il y en a réellement un qui s'inscrive dans le dur, soit autre chose qu'un aléas dans la course perpétuelle, n'existe que sur la scène médiatico-politique et dans la course de chevaux actuellement (et qui ne s'arrête réellement jamais) en cours. Putain, on a créé le fil crialleries pour ça! Essayons de distinguer autant que possible les trucs, entre la sphère réelle (événements concrets, catastrophes, tendances lourdes, décisions effectives, analyses....) et la sphère politicienne. Sinon, on continue à voir les trucs postés indifféremment ici ou sur l'autre fil, sans grande différenciation. 

Donc faisons tous un effort pour établir autant que faire se peut une ligne plus ou moins claire entre l'arène politicienne (l'autre fil) et ce qui concerne l'Amérique de façon plus concrète. les querelles de courtisans et de caballes, qui pourront à terme prêter à conséquence dans le monde réel ou non, c'est la porte à côté, comme Sarah Connor. 

Désolé, c'est mon côté conservateur, j'aime bien essayer de bien ranger les choses. Sinon c'est le bordel indifférencié, et je panique.... Tu veux que je crève d'une crise d'anxiété, Alexis, mmmmh :pleurec:??? 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,419
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mordhin
    Newest Member
    Mordhin
    Joined
  • Forum Statistics

    20,729
    Total Topics
    1,254,514
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries